Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2022 7 04 /12 /décembre /2022 06:26

 

Fabien Roussel, secrétaire national du Parti communiste, fera étape à Morlaix, lundi (*), dans le cadre d’un tour de France axé sur le monde du travail. L’occasion de réaffirmer une ligne qui met parfois la Nupes sous tension.

 

Morlaix sera la sixième étape de votre tour de France. Que vous ont appris les rendez-vous précédents ?

Dans ce tour de France, j’ai fait le choix d’aller dans des villes moyennes plutôt que dans des grandes capitales régionales. Ce que j’ai entendu, ce sont des questions : pourquoi la gauche ne nous parle-t-elle pas ? Pourquoi, d’une certaine façon, nous rend-elle responsable de ce qui se passe en France, en nous culpabilisant d’utiliser la voiture ou de vouloir vivre dans des maisons ? Ce que je souhaite dire aux habitants de ces territoires, c’est qu’il existe une gauche qui se bat pour eux. Pendant la campagne présidentielle, j’ai été un des rares à parler à ce monde-là. Je souhaite continuer, en réaffirmant le besoin de défendre nos cultures, notre art de vivre et, en même temps, la nécessité de changer ce système économique qui fait le choix de privilégier la rentabilité à court terme.

 

L’insoumis François Ruffin vous décrivait récemment, sur son blog, comme un chef marketing cherchant à capter un segment électoral, celui des « prolos des champs », plutôt qu’un rassembleur de la gauche. Qu’avez-vous à répondre à cela ?

François Ruffin et moi vivons dans des territoires qui se ressemblent beaucoup. Je partage avec lui la vision qu’il faut remettre de l’humain dans l’économie. Qu’on vive en Seine-Saint-Denis, à Brest ou dans une petite commune, il y a la même colère et les mêmes attentes. Notamment que le travail paie, qu’il permette de vivre dignement. Lui, comme moi, voulons une France qui défende le travail. Et qui ne s’accommode plus de ces délocalisations à répétition.

 

Vos déclarations opposant « gauche des allocs » et « gauche du travail » ont mis la Nupes sous tension. Ne risquez-vous pas de provoquer l’explosion de cet attelage ?

Mon objectif est que la gauche puisse être majoritaire dans notre pays. Elle est représentée par différents courants de pensée que je respecte. Nous avons des différences avec les écologistes, les insoumis, les socialistes, mais elles ne nous empêcheront pas, demain, de gouverner le pays. En sachant que l’essentiel, c’est d’augmenter les salaires, d’avoir de bonnes retraites, de croire dans l’industrie et dans les services publics.

 

Finalement, comment définiriez-vous l’ADN communiste ?

Dans le communisme, il y a l’idée de mettre en commun nos ressources, au service de l’intérêt général. C’est tout l’inverse de l’intérêt particulier qui est, aujourd’hui, à la tête de l’État. Nous vivons une crise majeure. Les entreprises, comme les ménages, comme les communes, souffrent de la hausse des prix de l’énergie, des matières premières, de l’alimentation. C’est extrêmement grave, tout le monde n’en a pas conscience. Je tire la sonnette d’alarme. Si nous ne nous attaquons pas aux causes de l’inflation, si nous n’arrivons pas à rétablir un prix de l’énergie correspondant au coût de production, nous allons avoir une crise extrêmement grave.

 

(*) Réunion publique ouverte à tous, à 19 h, au Roudour, à Saint-Martin-des-Champs

 

 

 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2022 6 03 /12 /décembre /2022 06:14

 

Le Parti communiste entre, ce week-end, dans le vif du sujet de son 39e congrès. Son secrétaire national, Fabien Roussel, livre ce qui, selon lui, doit être au cœur du débat, comme de la riposte à la Macronie.

 

Dans un climat social marqué par la vie chère et la prochaine réforme des retraites, le PCF va franchir ce week-end une étape importante en vue de son 39e congrès, prévu début avril 2023, à Marseille. Son conseil national doit adopter un projet de « base commune de discussion », le petit nom donné par les communistes à leur texte d’orientation.

Fabien Roussel, candidat à sa propre succession à la tête de la formation, plaide pour que ce rendez-vous soit l’occasion de plancher sur « le projet de société que les communistes veulent mettre en débat et (leur) stratégie pour construire un mouvement majoritaire ». Des questions clés qui suscitent du débat au sein du PCF et qui pourraient faire l’objet de textes alternatifs.

Depuis la rentrée, les Français subissent de plein fouet les effets de la vie chère. Le gouvernement vante de nouvelles mesures à venir (nouveau crédit d’impôt, dividende salarié…) pour « les Français qui travaillent dur, se lèvent tôt ». Comment jugez-vous ce discours et la teneur de ces annonces ?

Le gouvernement peut utiliser tous les slogans, y compris le « travailler plus pour gagner plus » de Sarkozy, la réalité, c’est qu’il refuse d’augmenter les salaires. La France qui se lève tôt et qui travaille dur est mal payée, épuisée. Mais il continue la politique des petits chèques face à la hausse des coûts de l’énergie. Au lieu de s’attaquer aux causes de la spéculation, il précarise le travail avec ses réformes. En six mois seulement, on a eu celles de l’enseignement professionnel, de l’assurance-chômage, du dividende salarié, des retraites à venir. C’est pour cela que je souhaite que la gauche s’empare de cette question. La défense du travail, c’est nous. Ne laissons pas ce sujet à cette majorité libérale, qui, sous couvert de défendre le travail, le détruit.

La réforme des retraites devrait être présentée par Élisabeth Borne avant la mi-décembre. Comment combattre le report de l’âge légal à 64 ou 65 ans alors qu’une majorité pourrait se dessiner avec LR ?

Nous devons mener une campagne de vérité sur ce projet et exiger un grand débat dans les villes, les entreprises, suivi d’un référendum. Emmanuel Macron n’a pas le droit d’affirmer qu’il a été élu pour mettre en œuvre cette réforme. Nombreux sont les Français qui ont voté pour lui avant tout pour battre Marine Le Pen sans rien partager de son programme. Ensuite, même si notre système de retraite est, comme le prévoit le Conseil d’orientation, en déficit de 8 à 10 milliards d’euros en 2030, il est mensonger de dire que nous n’avons pas d’autres choix que d’allonger l’âge de départ pour le financer. C’est pourquoi nous aurons, à gauche, mais aussi chez les syndicats, la responsabilité de mettre en débat toutes les autres propositions pour améliorer le système actuel avec la retraite à 60 ans. À ce sujet, contrairement aux autres forces de gauche, nous voulons prendre en compte les années d’études. Sinon, avec 40 annuités de cotisations, pour celui qui va à l’école jusqu’à 25 ans, cela revient à la même proposition que Macron.

La relation aux syndicats a fait débat à gauche lors de la préparation de la « marche contre la vie chère » d’octobre. Comment articuler mouvement social et bataille politique ?

D’abord, il faut que les organisations syndicales, qui vont se réunir le 5 décembre, déterminent elles-mêmes leur mot d’ordre et leur forme d’action. J’espère que l’unité la plus large se maintiendra à l’issue de la concertation engagée par le gouvernement. Nous, forces politiques, pouvons dès maintenant organiser des débats publics pour révéler le projet du pouvoir et présenter des propositions concrètes et crédibles qui dessinent un projet alternatif et contribuent à construire un mouvement majoritaire. Et soutenir toute date de mobilisation décidée par l’intersyndicale.

Un premier débat doit avoir lieu, mardi 6 décembre, à l’Assemblée sur l’immigration. LR et Renaissance pourraient là aussi se rejoindre pour accélérer les expulsions, renforcer la double peine, moins sur la proposition de titre de séjour lié au travail récemment formulée par l’exécutif. Que défendrez-vous ?

Aux surenchères xénophobes de la droite et de l’extrême droite, nous opposons le respect des droits humains et du droit international. Il faut sortir du débat caricatural entre ceux pour qui il faut accueillir tout le monde sans règles et ceux pour qui il faut fermer les frontières. Nous devons définir des règles adaptées aux défis de notre époque qui doivent aller de pair avec une politique de coopération et de développement solidaire. Mais le ministre de l’Intérieur a aussi ouvert une porte, celle de la régularisation des travailleurs sans papiers. Nous allons non seulement y mettre le pied, mais faire en sorte qu’elle s’ouvre le plus possible pour garantir les meilleurs droits. Aujourd’hui, ce sont les employeurs qui ont le pouvoir de régularisation, ce qui rend les travailleurs sans papiers complètement dépendants. C’est un esclavagisme insupportable. Nous voulons y mettre un terme et faire entrer dans le droit ces hommes et ces femmes surexploités.

Vous êtes quasiment à mi-parcours d’un tour de France entamé début octobre. Quels enseignements tirez-vous de vos rencontres ?

D’abord, c’est une grande richesse d’entendre les questions de citoyens, d’élus locaux, de syndicalistes, de curieux. Cela me permet de mesurer l’état d’inquiétude, les préoccupations de la France des sous-préfectures, et d’y confronter nos réponses. Ces rencontres montrent aussi un regain d’intérêt depuis la présidentielle pour le Parti communiste français, avec beaucoup de participants qui n’en sont pas membres. Certains sujets reviennent systématiquement, en particulier l’énergie, qui est au cœur de toutes les conversations. Nous avons d’ailleurs lancé une pétition, disponible sur notre site, pour en garantir l’accès à toutes et tous. C’est le fil d’une pelote qui réunit les enjeux de services publics, de souveraineté, de pouvoir d’achat, de salaires, de climat… Et, évidemment, ceux de l’emploi et du travail, où je sens grandir l’aspiration des travailleurs à exercer leur souveraineté et à contester les choix des multinationales guidées par le profit.

À l’instar des étapes de votre tour de France, le PCF a-t-il vocation à s’adresser en priorité à la France des « sous-préfectures » ?

Nous voulons unir l’ensemble des Françaises et des Français qui ont intérêt au changement. Or beaucoup de citoyens de ces territoires considèrent que la gauche ne leur parle plus. Je ne me résigne pas aux fractures territoriales du pays créées par le capital : travaillons à unir habitantes et habitants des quartiers populaires urbains et populations vivant dans les territoires périurbains ou ruraux.

Vous êtes également candidat à votre propre succession comme secrétaire national du PCF dont le congrès doit avoir lieu début avril. Vous avez pris sa tête en 2018, avec l’ambition de le remettre sur le devant de la scène. Quel bilan faites-vous de ces quatre années marquées par des élections dont le résultat a parfois été décevant ?

Je souhaite que ce soit les communistes, que je rencontre aussi à l’occasion de mon tour de France, qui fassent ce bilan. Pour moi, ces quatre années ont été tout simplement hors normes. En quatre ans, nous avons eu les gilets jaunes, la pandémie, et maintenant la guerre en Ukraine et une crise énergétique inédite. Avec, en plus, pas moins de six élections. Dans ces conditions, j’ai le sentiment que nous avons réussi à soulever des montagnes et qu’il faut évaluer l’apport d’élections, comme la présidentielle ou les européennes, dans toutes leurs dimensions au-delà du seul résultat.

Ce week-end, une étape importante doit être franchie avec la présentation à votre conseil national d’un projet de « base commune », le texte d’orientation. Pour vous, quelles questions clés ce congrès doit-il mettre en débat ?

Ce congrès doit surtout porter sur le fond, sur les idées. Face aux dégâts du capitalisme et aux défis du siècle, jamais autant qu’aujourd’hui le projet communiste n’aura été d’une telle actualité. Ce congrès doit nous permettre de définir le projet de société que les communistes veulent mettre en débat et notre stratégie pour construire un mouvement majoritaire. L’énergie, par exemple, n’est pas un point de détail dans les programmes à gauche mais un enjeu structurel. Tout comme le travail, la République, la paix en Europe et dans le monde… Nous devons faire des choix clairs et les inscrire dans nos textes comme des sujets fondamentaux. On doit aller plus loin que les slogans. C’est le cas, par exemple, pour les « nouveaux pouvoirs des salariés dans les entreprises » que nous exigeons et que nous devons définir avec plus de précision. Il nous faudra aussi traiter l’enjeu du renforcement de notre organisation.

Vous estimez que le PCF doit « dialoguer avec les citoyens et les travailleurs du projet communiste pour construire leur unité en faisant primer le combat de classe ». Est-ce à dire que la question sociale doit l’emporter sur les autres combats ?

Nous pensons que le monde du travail a vocation à devenir la force motrice réunissant l’ensemble des classes et couches disponibles à un combat pour changer la vie. Pour l’unir, il faut construire avec ces millions de femmes et d’hommes, de salariés un projet cohérent qui, dans tous les domaines, sociaux et sociétaux, affronte la domination du capital et permette de retrouver des pouvoirs d’intervention. C’est difficile parce que la crise est tellement forte que leur problème, c’est d’abord ce qu’ils vont manger, comment ils vont payer leurs factures, c’est le salaire, le pouvoir d’achat, le travail… Il faut qu’on leur apporte des réponses, ça me fout en l’air qu’ils se divisent sous la pression de l’extrême droite qui vend par-derrière son poison raciste.

Pour conquérir une majorité populaire, vous estimez que « Nupes ou pas Nupes, ce n’est pas la question ». Quelle est-elle alors ?

Le débat ne doit pas être rassemblement ou pas rassemblement. Bien sûr que nous voulons le rassemblement, cela a toujours été notre principe et nous l’avons parfois payé cher, comme en acceptant de n’avoir que 50 circonscriptions sur 577 aux dernières législatives. La question, c’est : comment arrive-t-on à convaincre plus de monde de voter ? Sur ce chemin, pour que la gauche l’emporte, le Parti communiste français, qui, avec ses propositions originales et radicales, est redevenu une force qui compte dans le pays, a toute sa place à prendre pour reconquérir un électorat perdu. Reconstruire l’influence du PCF, c’est redonner du poids à toute la gauche en termes d’influence, mais aussi de contenu.

L’accord programmatique des législatives ne vous paraît pas satisfaisant en l’état ?

Il devra être revu à l’épreuve du temps. On ne peut pas se satisfaire d’un accord de la Nupes avec un astérisque qui mentionne le désaccord des communistes sur le nucléaire. Ce n’est pas possible, ce sont des sujets fondamentaux.

Une candidature commune aux prochaines européennes, par exemple, vous paraît-elle souhaitable ?

Je souhaite d’abord écouter les communistes. Mon avis sera le leur et il n’est pas sûr que cette question soit tranchée dès notre congrès. On prendra le temps de construire notre réflexion en parlant avant tout du projet à porter pour l’Europe.

 

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2022 6 03 /12 /décembre /2022 06:11

 

La Fondation Acat pour la dignité humaine décerne, ce jeudi, le prix pour les droits humains 2022 au franco-palestinien Salah Hamouri, détenu arbitrairement en Israël depuis le 7 mars, sans charges ni procès. Tel-Aviv reste sourd aux campagnes médiatiques et aux appels de plus en plus nombreux à sa libération. Mercredi, les autorités Israëliennes ont annoncés expulser l'avocat vers la France.

Quelles sont les dernières informations au sujet de Salah Hamouri ?

Salah se trouve toujours à la prison de haute sécurité Hadarim. Il vit dans l’attente de la décision du 4 décembre. Ce jour-là, il saura s’il est libéré, s’il reste encore détenu ou s’il est expulsé vers la France. La situation est stressante pour nous tous. Il a pu, toutefois, recevoir la visite de sa mère, ce lundi. Le 28 septembre, il avait été placé à l’isolement dans une cellule de 4 m2, sans fenêtre, à la suite d’une grève de la faim commencée quatre jours auparavant, en même temps que 29 autres prisonniers palestiniens, pour dénoncer la mesure arbitraire de détention administrative. Lors de l’arrêt collectif de cette grève, le 13 octobre, il avait perdu 14 kg. Il n’est plus à l’isolement à présent.

Qu’en est-il des démarches entamées auprès de l’Élysée et du ministère des Affaires étrangères ?

Les réponses sont toujours les mêmes. Il est question de mobilisation diplomatique à tous les échelons, de prise de contact avec les autorités israéliennes au sujet de Salah. Notons toutefois une évolution, dans la réponse de la ministre des Affaires étrangères à la lettre du maire PCF de Grigny (en Seine-Saint-Denis), Philippe Rio, et à la question du sénateur communiste Pierre Laurent. Catherine Colonna évoque clairement la libération de Salah et son droit de vivre à Jérusalem avec sa famille. Reste que cela fait neuf mois qu’il est détenu sans motif et que rien n’a bougé. Les efforts diplomatiques n’ont même pas permis d’obtenir le droit à une communication téléphonique entre Salah et moi et nos enfants, toujours privés de visite. Le problème est peut-être celui de l’intensité et de la fermeté de la démarche française. Si les choses sont dites du bout des lèvres, on sait bien que cela ne fonctionne pas avec Israël. Ce pays a pour habitude de s’asseoir sur le droit international, d’ignorer les condamnations.

En février, la Cour suprême israélienne doit statuer sur la situation de Salah, lui reconnaître un droit permanent de résidence à Jérusalem ou le bannir de sa terre natale…

C’est le dernier échelon judiciaire et nous ne sommes pas rassurés. Cette Cour suprême est coutumière de décisions radicales et discriminantes envers les Palestiniens. Elle va toujours dans le sens de la répression. Avec les résultats des dernières élections en Israël, cela pourrait être encore pire. Rappelons que dans le programme de campagne de l’un des alliés de Netanyahou, le député d’extrême droite Ben-Gvir, en charge de la Sécurité nationale, figurait l’expulsion des Palestiniens, en particulier ceux de Jérusalem et ceux qui ont la nationalité israélienne. L’issue du dernier scrutin a confirmé un glissement sévère de la société israélienne vers l’extrême droite avec un racisme décomplexé. Le contexte va se durcir. La justice israélienne s’inscrit dans le projet colonial, nous n’en attendons pas une issue heureuse pour Salah. Le sort qui lui est infligé appelle une action forte de la diplomatie française.

Comment expliquer qu’Israël reste insensible aux réactions de l’opinion et aux campagnes médiatiques ?

Disons que cette mobilisation est très importante, elle a nécessairement un effet sur la diplomatie française. Pourquoi Israël ne bouge pas ? Globalement, c’est parce que le pays n’est jamais dérangé par une image négative. Il y a une machine de communication gouvernementale qui est là pour assurer le service après-vente de toutes les horreurs infligées aux Palestiniens. Les mécanismes sont bien rodés pour les déshumaniser, les qualifier de terroristes islamistes, faire le parallèle avec le terrorisme en Europe. Et il y a aussi, comme toujours, le chantage à l’antisémitisme. Sous cette pression, de nombreuses personnes n’osent pas se prononcer.

Supposons que la décision de la Cour suprême soit en faveur de Salah Hamouri…

Cela signifierait que ses soutiens, et la diplomatie française, l’ont défendu avec conviction jusqu’à la victoire du droit et de la justice. Si Salah n’est pas libéré et autorisé à vivre à Jérusalem, comment ne pas penser que la diplomatie française a perdu tout crédit, alors même qu’elle veut peser sur la scène internationale et jouer un rôle au Moyen-Orient ? Comment la France peut-elle prétendre faire respecter le droit international alors qu’elle est incapable de régler ce dossier d’un citoyen franco-palestinien qui est harcelé depuis vingt ans ? Son expulsion serait un échec qui signerait l’impuissance de notre pays à se faire entendre devant la politique de nettoyage ethnique menée par Israël.

Salah Hamouri doit être expulsé dimanche prochain vers France

« Ses avocats ont été notifiés à l'oral qu'il serait expulsé dimanche, a précisé Elsa Lefort auprès de l'AFP, c'est désespérant, ahurissant ».« Salah est expulsé de chez lui, ce qui nous rend tristes. On voulait vivre ensemble à Jérusalem, avec nos enfants, là où Salah est né. Vivre ensemble, c'est quelque chose qu'on n'a pas eu depuis qu'ils sont nés » a-t-elle ajouté.

Né à Jérusalem-Est, la partie de la ville sainte annexée et occupée par l’État hébreu, Salah Hamouri ne dispose pas de la nationalité israélienne mais d'un simple permis de résidence, révoqué l'an dernier par les autorités israéliennes. La diplomatie française avait demandé en vain à Israël à ce que Salah Hamouri soit libéré et puisse vivre à Jérusalem.

Selon son avocate, Lea Tsemel, le ministère de l'Intérieur israélien a notifié cette semaine les avocats de M. Hamouri de son intention de revoir la décision de lui retirer sa résidence de Jérusalem. Comme une nouvelle décision était attendue, l'audience à la Cour suprême avait été annulée.

Au final, le ministère de l'Intérieur « lui a dit aujourd'hui qu'il sera placé dimanche dans un avion pour la France », arguant qu'il pouvait toujours attendre en France, dont il a la nationalité par sa mère, une éventuelle nouvelle audience, a ajouté son avocate qui dénonce « procédure très étrange ». L'AFP a tenté hier soir de joindre le ministère israélien de l'Intérieur pour obtenir sa réaction, sans succès.

 

Partager cet article
Repost0
2 décembre 2022 5 02 /12 /décembre /2022 06:10
Fabien Roussel dans le Pays de Morlaix le lundi 5 décembre: demandez le programme
Oyé Oyé Bretonnes et Bretons, Fabien Roussel sera dans le Finistère ce lundi 5 décembre pour son tour de France.
📅RDV à 19H en pays de Morlaix (Saint Martin des Champs) pour une rencontre directe et sans tabou.
federation@29.pcf.fr
 
Le Programme complet du 5 décembre:
 
11h45-12h15: Rencontre privée de Fabien Roussel avec le maire de Morlaix et les élus de la ville de Morlaix disponibles en mairie de Morlaix
 
12h30-14h30: Réunion et repas de Fabien Roussel avec les communistes bretons (secrétaires départementaux, exécutifs départementaux et régionaux, élus régionaux, départementaux, municipaux, parlementaire, comité de section PCF de Morlaix). 50 personnes sont attendus au local du PCF Morlaix
 
15h: Visite de terrain à Roscoff (port, voie ferrée)
 
15h30-16h15: à l'espace Mathurin-Méheut de Roscoff, table-ronde sur les mobilités et transports avec Fabien Roussel, animée par Gladys Grelaud. Sur invitation. 

 

A l'occasion de cette réunion, nous aborderons plusieurs questions: port de Roscoff sorti du réseau trans-européen des ports, ligne Morlaix-Roscoff, réseau ferroviaire breton, gratuité des transports en commun, ZFE, etc.

 
19h-21h: Réunion publique au Roudour de Saint-Martin des Champs, venir 15 mn avant si possible.  La réunion est ouverte à tous sans réservation mais il est bon d'annoncer sa venue pour des raisons pratiques d'organisation: federation@29.pcf.fr
 
A l'issue de la réunion un pot sera offert et des sandwichs seront à disposition.
 
 
Le Télégramme, 1er décembre 2022

Le Télégramme, 1er décembre 2022

Ouest-France, 28 novembre

Ouest-France, 28 novembre

Fabien Roussel dans le Pays de Morlaix le lundi 5 décembre: demandez le programme
Partager cet article
Repost0
1 décembre 2022 4 01 /12 /décembre /2022 06:40

Depuis 1978, le 29 novembre est célébrée la Journée internationale de solidarité avec le peuple palestinien. Cette date commémore le vote à l'Assemblée générale des Nations unies de la résolution, connue sous le nom de Plan de partage ou de la résolution 181 (II), destinée à créer un État arabe et un État juif, et qui a été adoptée le 29 novembre 1947.

 

 

En 2021, l’UNESCO déplorait déjà que « la question de la Palestine ne soit pas encore réglée et que le peuple palestinien ne jouisse pas encore de ses droits inaliénables, tels que définis par l’Assemblée générale, à savoir le droit à l'autodétermination sans ingérence extérieure, le droit à l'indépendance et à la souveraineté nationale, et le droit des Palestiniens de retourner dans leurs foyers, d'où ils ont été déplacés, et de retrouver leurs biens. »

A la suite des élections israéliennes de novembre 2022, les droits inaliénables du peuple palestinien sont en grand danger. A la Knesset, l’extrême droite israélienne s’exprime sans retenue. Dans les meetings d’Itamar Ben Gvir, nouveau ministre de la Sécurité nationale, on peut entendre crier « Mort aux Arabes » sans aucune sanction.

Depuis, en Cisjordanie, à Jérusalem-Est, des colons extrémistes ont violemment agressé des Palestiniens sans que l’armée israélienne intervienne.

Auparavant, les Palestiniens avaient du affronter toutes formes d’attaque : tous les jours, des incursions ont lieu, des arrestations, des assassinats en toute impunité. Depuis le printemps dernier, la Cisjordanie a connu plus de 2000 raids de l’armée israélienne faisant plus de 125 morts, le plus lourd bilan depuis 7 ans, dans un silence assourdissant de la communauté internationale. Les Palestiniens sont sous la menace constante de l’armée israélienne mais aussi, de façon quotidienne, ils sont confrontés à des attaques de bandes de colons souvent jeunes qui blessent, tuent, détruisent des oliviers…

La répression s’attaque aussi à la liberté d’expression, les 6 ONG palestiniennes de défense des droits de l’homme ont sans preuves été qualifiées de terroristes et interdites.

Sheeren Abu Akleh, journaliste, a été assassinée par l’armée israélienne pendant qu’elle couvrait la répression à Jénine en mai dernier.

Le nettoyage ethnique se poursuit à Masafer Yatta.

Sans oublier la situation particulière de la Bande de Gaza qui vit sous blocus depuis 2007 et sous le feu des bombes comme ce fut encore le cas cet été où 40 Palestiniens sont morts dont 19 enfants au cours d’une opération « préventive ».

Amnesty international et des ONG palestiniennes et israéliennes ont présenté des rapports sur l’apartheid. En effet l’apartheid est devenu une réalité tant dans les territoires palestiniens occupés qu’en Israël, la poursuite de l’occupation depuis 1967, l’aggravation de la colonisation sont des paramètres majeurs qui ont modifié la politique israélienne vis-à-vis des populations non-juives comme l’a bien traduit la loi Etat nation votée en 2018.

Le sort des prisonniers politiques palestiniens notamment de Salah Hamouri est également en contradiction avec le droit international (4e convention de Genève).

La situation de Salah nous concerne particulièrement puisque citoyen français, mais il ne faut pas oublier le sort des 4760 prisonniers palestiniens parmi lesquels 820 en détention administrative, 160 enfants et 33 femmes et aussi des députés palestiniens, élus démocratiquement, comme c’est le cas de Marwan Bargouthi, enlevé au mépris du droit international depuis 2002.

N’oublions pas non plus le sort de Georges Ibrahim Abdallah qui est détenu depuis 35 ans dans les geôles françaises, qui est libérable et que le gouvernement français sous les pressions israéliennes et américaines refuse de libérer.

D’autre part, à l’ONU, un projet de résolution portant sur les pratiques israéliennes affectant les droits humains du peuple palestinien dans les Territoires occupés y compris Jérusalem-Est a été adopté par 98 voix pour, 17 contre et 52 abstentions dont la France. Dans les rues, dans les stades du monde entier, les peuples expriment leur inquiétude devant la violence de l’armée israélienne et des colons et manifestent leur soutien au peuple palestinien pour sa liberté.

De leur côté, les gouvernements européens et en ce qui nous concerne plus particulièrement le gouvernement français, persistent à afficher leur soumission aux gouvernements israélien et américain.

Le Parti communiste français (PCF) ne se résigne pas et plus que jamais demande avec détermination au gouvernement français de respecter le droit international :

  • La reconnaissance - telle que demandée par l’Assemblée nationale par sa résolution du 2 décembre 2014 confirmée par le Sénat le 11 décembre suivant - de l’État de Palestine dans ses frontières d'avant l'occupation en juin 1967, avec pour capitale Jérusalem-Est, à côté d'Israël.
     
  • Le droit au retour suivant la résolution 194 de l’ONU qu’Israël a signée.
     
  • La suspension de l’accord d’association entre l’Union européenne et Israël en vertu de son article 2 qui demande à chaque partie le respect des droits de l’homme.
     
  • La libération des prisonniers politiques.
     
  • La levée du siège de Gaza.
     
  • L’abrogation des circulaires Alliot-Marie et Mercier qui pénalisent les campagnes BDS.

Le PCF soutient :

  • Le projet de résolution sur «  l’institutionnalisation par Israël d’un régime d’apartheid à l’encontre du peuple palestinien «  portée à l’Assemblée nationale par le député communiste Jean-Paul Lecoq et cosigné par 33 députés de gauche.
     
  • La campagne ICE [Initiative citoyenne européenne] lancée depuis février 2021 pour demander l’interdiction des produits des colonies.
     
  • L’ouverture par la Cour pénale internationale d'une enquête sur les crimes de guerre en Israël et en Palestine occupée.

 

Nathalie L'Hôpitault
membre du collectif Palestine
et de la commission des relations internationales du PCF

Partager cet article
Repost0
30 novembre 2022 3 30 /11 /novembre /2022 14:19
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2022 3 30 /11 /novembre /2022 14:11

Les prix de l’énergie s’emballent et les citoyens comme nos collectivités locales voient leurs factures exploser. 345 € le MWh en août 2022 contre 38 € l’année dernière pour le gaz, 1 000 € le MWh contre 40 € au début de l’année 2021 pour l’électricité…

 

Comme les usagers, les collectivités risquent de se retrouver dans une précarité énergétique, face à des choix cornéliens : fermer des équipements, éteindre l’éclairage public, baisser le chauffage ou interrompre des services publics locaux.

Beaucoup d’élus s’y refusent, mais combien de temps tiendront-ils, alors que les budgets sont aussi impactés par la hausse des denrées alimentaires ou le coût des matériaux de construction que travaux et réalisations d’équipement de 30 à 50 %.     

Après plusieurs mois d’interpellation, le gouvernement a enfin consenti à mettre en place un « filet de sécurité » pour les collectivités, puis un « amortisseur », beaucoup d’entre elles ne pouvant pas bénéficier du bouclier tarifaire qui s’applique aux ménages car celui-ci est basé sur les tarifs réglementés de vente de l’énergie. Mais ces dispositifs sont de véritables « usines à gaz » et bien peu de collectivités vont pouvoir réellement y avoir accès.

Aujourd’hui, seules les communes de moins de 10 salariés ou 2 millions d’€ de recettes peuvent encore prétendre aux tarifs réglementés de l’électricité. Plus aucune à ceux du gaz, ces tarifs réglementés devant s’éteindre pour tous, y compris les particuliers, en juillet 2023.

La libéralisation du secteur de l’énergie, avec la construction du marché européen liant le prix de l’électricité à celui du gaz, nous conduisent à l’emballement des prix que nous connaissons aujourd’hui avec des augmentations comprises entre 30 à 300 %, pouvant aller jusqu’à plusieurs millions d’euros.

Cette situation est intenable. Face à ce raz-de-marée, il faut construire des digues solides en obtenant du gouvernement un soutien plus important et plus simple de l’État face à l’urgence budgétaire que connaissent les collectivités. En gagnant aussi des mesures structurelles.

Parce que l’énergie est un produit de première nécessité, il est impératif que les collectivités locales puissent revenir au tarif réglementé de vente de l’électricité et du gaz dont la première finalité était la protection des usagers, de tous les usagers.

C’est le sens du 1er article de la proposition de loi que les sénateurs du groupe communiste, républicain, citoyen et écologiste (CRCE) mettent en débat dans le cadre de leur « niche », le 7 décembre prochain. Cela permettrait à l’ensemble des collectivités territoriales d’accéder au bouclier tarifaire, par l’accès à un tarif réglementé de vente de l’électricité décorrélé des prix du marché.

Nous proposons également, dans ce texte, d’abandonner l’extinction programmée du tarif réglementé de vente du gaz afin que chacun, citoyen comme collectivité, puisse en bénéficier.

Nous ferons ainsi entendre au Sénat la nécessité d’une intervention publique dans ce secteur hautement stratégique.

Céline Brulin

Sénatrice de Seine-Maritime

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2022 1 28 /11 /novembre /2022 07:05
Interview de Fabien Roussel dans le Ouest-France avant sa venue a Morlaix le 5 décembre. Trois questions a Fabien Roussel, Fabien Roussel explique sa venue avec une grande réunion publique au Roudour le lundi 5 décembre, dans une semaine, à 19h. Interview de Sarah Humbert.

Interview de Fabien Roussel dans le Ouest-France avant sa venue a Morlaix le 5 décembre. Trois questions a Fabien Roussel, Fabien Roussel explique sa venue avec une grande réunion publique au Roudour le lundi 5 décembre, dans une semaine, à 19h. Interview de Sarah Humbert.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2022 1 28 /11 /novembre /2022 06:10
Venue de Fabien Roussel dans le Finistère le 5 décembre,

A Brest le 25 novembre 2022

Cher-e camarade,

Nous avons le plaisir de t’inviter, si tu es disponible, à une réunion publique avec FABIEN ROUSSEL, secrétaire national du Parti communiste français et député du Nord, le lundi 5 décembre à 19h à la salle du ROUDOUR (rue Park ar Roudour) à Saint-Martin-des-Champs, commune limitrophe à Morlaix, à 200 m du Géant et de la zone commerciale.

N’hésitez pas à programmer des covoiturages depuis les différentes sections et localités du département. La salle peut accueillir environ 300 personnes, et nous nous fixons l’objectif d’en accueillir au moins 200.

36 000 tracts seront distribués dans le Finistère d’ici le 5 décembre, et des centaines d’affiches seront collées. Merci à tous les militants qui feront leur part.

Et parlez-en à vos amis, vos familles, vos collègues, vos relations ! La réunion publique commence à 19h mais il est préférable d’arriver 15 à 20 mn avant pour s’installer tranquillement dans la salle.

Ce ne sera pas un meeting, conformément à la volonté de Fabien Roussel et de la direction du PCF, et à la configuration des autres réunions du Tour de France de Fabien Roussel (l’étape du Finistère et de la région de Morlaix sera sa 6e étape – une par semaine depuis octobre).

Il s’agira d’une réunion publique participative où le public pourra partager des questions particulières, des expériences et des témoignages, des ressentis et des points de vue avec Fabien Roussel. Le but étant de partir des préoccupations réelles des gens, de chercher à y trouver des réponses et de nourrir à partir d’elles notre analyse, et pourquoi pas notre discours, nos propositions, notre projet, nos actions, dans un contexte où nous avons besoin de nous frotter à ce que vivent les gens et où beaucoup de personnes sont
déboussolées par la vie sociale et politique, avec un espoir en berne chez beaucoup de nos concitoyens.

La guerre en Ukraine et en Europe, les conditions de la Paix et du désarmement, les moyens de combattre la montée de l’extrême-droite, la crise écologique et climatique, les services publics dégradés, les déserts médicaux, les mobilités, la cherté de l’énergie et des logements, le pouvoir d’achat, les salaires, la réforme des retraites, l’industrie et l’agriculture, la croissance des inégalités et de la pauvreté, la jeunesse et son éducation, la résistance parlementaire à Macron et son gouvernement, la NUPES, ce ne sont pas les sujets qui devraient manquer.

A sa demande Fabien Roussel rencontrera autour d’un déjeuner avec une cinquantaine de cadres et d'élus du PCF du Finistère et du PCF Bretagne le lundi midi au local de la section de Morlaix avant de rejoindre Roscoff entre 15h et 17h et de rencontrer sur une table-ronde sur invitation et en comité restreint un certain nombre d’acteurs en lien avec la question des Mobilités et Transports (ports, train et lignes ferroviaires, bus, questions des ZFE, etc), poursuite d’un travail engagé avec une réunion régionale du PCF du 8 octobre qui a réuni 70 personnes à Morlaix et de nombreux syndicalistes, spécialistes et acteurs des mobilités et transports, et des militants et élus de plusieurs partis de gauche, puis de la création du collectif unitaire pour la réouverture de la ligne ferroviaire Morlaix-Roscoff.

A l’issue de la réunion publique, à 21h environ, un pot sera offert à ceux qui le souhaitent et des sandwichs seront disponibles (au prix coûtant de 4 €) pour que les camarades et
sympathisants ne rentrent pas chez eux le ventre vide. Pour pouvoir anticiper le nombre de personnes à prévoir et les besoins en sandwichs, merci d’annoncer ta présence si tu peux, et si tu auras besoin d’un sandwich : federation@29.pcf.frdupont.ismael@yahoo.fr/ 02 98 43 47 78/ 06 20 90 10 52 (privilégier dans ce cas le SMS en rappelant votre nom et prénom).

A retenir aussi dans les jours et semaines à venir :

-Vendredi 2 décembre de 18h à 20H AMAR BELLAL à la Salle des Halles Saint François à QUIMPER - Rédacteur en chef de la revue « Progressistes »- Spécialiste des questions de l’environnement et de l’énergie : Réchauffement climatique, crise énergétique, envolée des factures ? Quelles causes ? Quelles solutions ?

- Calendrier du 39e Congrès du PCF

- Adoption de la proposition de base commune du Congrès National du PCF par le Conseil National le 3-4 décembre. 8 janvier, date limite de dépôts des textes alternatifs. 27-28-29 janvier : Votes des communistes pour le choix de la base commune. 4-5 et 11-12 mars : Congrès de section. 18-19 mars ou 25-26 mars : congrès départemental. 7-8-9-10 avril : Congrès National (à Marseille) . Un site participatif où chaque communiste peut contribuer et lire les contributions dès aujourd’hui : https://congres2023.pcf.fr/ Sinon bien évidemment les camarades et les sections peuvent remonter directement leurs réflexions à l’échelon national et départemental.

- le Samedi 7 Janvier, nous aurons une Assemblée départementale du PCF Finistère sur les Enjeux du Congrès National à partir d’une première analyse partagée de la proposition de base commune et des enjeux que nous repérons pour le Parti dans les années à venir, sur ses actions, son projet, ses objectifs, sa stratégie. L’AG aura lieu à Pont de Buis, à la MPT du village de Quimerc’h, de 9h30 à 16h30, avec un buffet. Elle fera suite à une Assemblée Départementale que nous avons eu le 12 novembre au même endroit au sujet de notre activité, de notre fonctionnement et de notre organisation au niveau de la fédération et des sections, suivie par 60 camarades. Il est envisagé d'organiser un évènement culturel l'après-midi après le repas: "Les mauvais jours finiront", une pièce de théâtre  chantée sur la Commune de Paris avec le Théâtre de la Corniche (15h-16h30).

- Le week-end des 21 et 22 janvier aura lieu une session de formation des adhérents finistériens, notamment des nouveaux militants. Inscrivez-vous d’avance auprès de la fédération. La formation aura lieu à Brest.

Fabien Gay, directeur de l’Humanité et sénateur, devrait également venir à Brest au début de l’année 2023.

- A noter que la fête de l’Humanité de Bretigny a été un succès pour le stand de la fédération du Finistère (près de 6000 euros de bénéfice), comme la fête de l’Humanité Bretagne (un peu moins de 3000 euros d’excédent). Merci à tous les camarades et sympathisants qui ont donné de leur temps et de leur énergie pour ces fêtes.

- La fédération fait un point avec les sections sur les adhérents qui n’ont pas régler encore leur cotisation 2022.

Merci de vous mettre en règle pour la fin de l’année si c’est le cas. Cette année, nous avons enregistré pour l’instant 44 nouvelles adhésions dans le Finistère, et 81 nouvelles adhésions en cumulant les années 2021 et 2022. On pourrait atteindre les 100 en fin d’année. Donnons-nous en l’objectif collectivement !!!

Bien d’autres dates d’initiatives des sections (réunions internes et publiques, éducation populaire, mobilisations) seront communiqués par la suite, notamment par mail et sur le site internet de la fédération du PCF Finistère, Rouge Finistère - http://pcf29.org/ régulièrement mis à jour. Il nous faudra être également à l’offensive ces prochaines semaines et prochains mois contre les mauvais coups de Macron et de son gouvernement sur le front des politiques libérales et inégalitaires, de la réforme des retraites, du pouvoir d’achat. Nous allons ainsi avoir des initiatives sur les responsabilités de la flambée des prix de l’énergie, et les solutions qu’on peut y apporter, et pour faire émerger dans les secteurs du Finistère des collectifs pour promouvoir une autre réforme des retraites que celle préparée par Macron et son gouvernement.

Fraternellement,

Ismaël Dupont, secrétaire départemental de la fédération PCF du Finistère.

Venue de Fabien Roussel dans le Finistère le 5 décembre,
Partager cet article
Repost0
28 novembre 2022 1 28 /11 /novembre /2022 06:07
Photo Le Télégramme 21 novembre 2022 -Michel Lespagnol, Daniel Ravasio et Martine Carn, devant Lucienne Nayet et Ismaël Dupont, préparent la venue à Morlaix le 5 décembre du secrétaire national du parti communiste français, Fabien Roussel.

Photo Le Télégramme 21 novembre 2022 -Michel Lespagnol, Daniel Ravasio et Martine Carn, devant Lucienne Nayet et Ismaël Dupont, préparent la venue à Morlaix le 5 décembre du secrétaire national du parti communiste français, Fabien Roussel.

Lundi 5 décembre, le secrétaire national du Parti communiste français (PCF), Fabien Roussel, sera à Morlaix, quatrième étape et seule ville bretonne du tour de France qu’il effectuera en prélude au congrès national du parti. Plusieurs réunions se succéderont, dont une au local morlaisien du PCF, puis Fabien Roussel se rendra à Roscoff pour un échange sur le thème des mobilités avec divers intervenants. À 19 h, un débat public clôturera la journée au Roudour, à Saint-Martin-des-Champs.

« Évoquer son quotidien et ses difficultés, sans tabou »

Comme l’a précisé Ismaël Dupont : « Ce ne sera pas un meeting, mais un temps d’échanges. Nul besoin d’être sympathisant pour venir, tout le monde pourra poser ses questions, évoquer son quotidien et ses difficultés, sans tabou. Comme à toutes les autres étapes de son tour de France, la configuration de la salle facilitera les échanges : il n’y aura pas d’estrade, tout le monde sera au même niveau ».

Pratique

Contact: federation@29pcf.fr

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011