Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 janvier 2023 2 10 /01 /janvier /2023 07:10
Fabien Roussel à Morlaix le 5 décembre 2022

Fabien Roussel à Morlaix le 5 décembre 2022

Le secrétaire national du Parti communiste français (PCF), Fabien Roussel, vient officiellement de s’adresser, par courrier, à Emmanuel Macron. À l’occasion des dix ans de l’assassinat des trois militantes kurdes à Paris, il rappelle que « les commanditaires de ce triple meurtre ne sont toujours pas identifiés tandis que les juges d’instruction n’ont pas accès aux dossiers établis par la Direction générale de la sécurité intérieure ». Il demande au chef de l’État « de lever le secret-défense qui rend impossible la manifestation de la vérité dans cette douloureuse affaire ».

Dans un premier temps, la Commission du secret de la défense nationale avait accepté la déclassification, mais les documents fournis étaient « caviardés », comme l’a révélé maître Antoine Comte. Une seconde demande, après la réouverture du dossier en mai 2019, avait été refusée sous prétexte qu’il n’y avait aucun élément nouveau. Mais après la tuerie de la rue d’Enghien, dans le 10e arrondissement, le 23 décembre, l’argument ne tient plus.

Le président de la République peut s’affranchir de l’avis de la Commission et permettre la transparence. « Dans un tel contexte, une instruction libérée de toute entrave reste la meilleure garantie à l’exigence de justice et de vérité à laquelle nous sommes tous attachés. Elle passe sans aucun doute par la levée du secret-défense », écrit encore Fabien Roussel. Depuis des décennies, le PCF soutient la lutte des Kurdes et dénonce la répression dont ils sont l’objet, notamment en Turquie, mais également en France.

Kurdes. Fabien Roussel à Emmanuel Macron : « Levez le secret-défense » - Lundi 9 Janvier 2023 - Pierre Barbancey, L'Humanité
Partager cet article
Repost0
10 janvier 2023 2 10 /01 /janvier /2023 07:05
Brésil - Les bolsonaristes échouent à putscher Lula - Lina Sankari, Christophe Deroubaix, L'Humanité, 8-9-10 janvier 2023
Les bolsonaristes échouent à putscher Lula

Les partisans de l’ancien président ont envahi, ce dimanche, le Congrès, le palais présidentiel et la Cour suprême. La gauche dénonce les complicités du gouverneur et des autorités chargées de la sécurité. Absent de la capitale au moment des faits, Lula annonce que les responsables et ceux qui les financent seront poursuivis. L'armée se tient prête.

Dimanche 8 Janvier 2023, L'Humanité

Il y a du trumpisme dans la méthode. L’investiture du président Luiz Inacio Lula da Silva, il y a une semaine, n’aura pas empêché les groupes séditieux de rêver d’un coup d’État, refusant la défaite du président sortant, le fasciste Jair Bolsonaro dans les urnes, le 30 octobre dernier. À Brasilia, des centaines de bolsonaristes, qui contestent toujours le résultat des élections, ont envahi, ce dimanche, le Congrès, le palais présidentiel et la Cour suprême.

Le président Lula, en visite dans la ville dévastée par les inondations d’Araraquara (Sao Paulo), était absent de la capitale aujourd’hui. Dans les bâtiments conçus par l’architecte Oscar Niemeyer, riches en œuvres d’art, les dégâts semblent toutefois importants. Parallèlement, des manifestants vêtus de jaune et vert, bloquaient l'avenue du 23 mai de la capitale économique São Paulo.

Lula, qui a validé un décret pour l'intervention fédérale, s'est exprimé dans les heures qui ont suivi. Le chef de l’ Etat a souligné la responsabilité politique à son prédecesseur, notant : «il y a plusieurs discours de l'ancien président qui encouragent cela». Qualifiant les putschistes de «vandales», de «nazis» et de «fascistes fanatiques», il a également annoncé que les responsables de la tentative de putsch et ceux qui les financent seraient poursuivis. 

Connivence des autorités du District fédéral

Gleisi Hoffmann, la présidente du Parti des Travalleurs (PT), la formation de Lula, a mis en cause la responsabilité du gouverneur du District Fédéral, Ibaneis Rocha, et du secrétaire à la sécurité du District Fédéral, Anderson Torres. Ce dernier a été démis de ses fonctions. Dans la région capitale, les bolsonaristes ont largement emporté les élections au Congrès et du gouverneur ; un point d’appui non négligeable pour les putschistes.

Dans plusieurs vidéos diffusées sur les vidéos sociaux, on voit des bolsonaristes discuter sur la Place des trois pouvoirs avec la police militaire de la capitale qui dépend du préfet. «C’est un crime annoncé contre la démocratie, contre la volonté des urnes et pour d’autres intérêts», a réagi la responsable politique sur Twitter. 

Alors que la gauche semble assister sidérée à cette action, certains militants n’ont pas tardé à questionner la lenteur de la réponse étatique. «L’inaction de l’État est stupéfiante. Il n’y a tout simplement aucune réaction à la hauteur, jusqu’à présent, contre la tentative de l’extrême droite. La tactique d’apaisement s’avère être un échec», s’est indigné le journaliste et fondateur du site Opera Mundi, Breno Altman.

En réaction, le nouveau ministre de la Justice Flavio Dino a pour sa part immédiatement annoncé l’envoi de renforts.  «Cette tentative absurde d’imposer la volonté par la force ne prévaudra pas», a-t-il insisté. « La facilité avec laquelle les envahisseurs avancent est un signe de connivence des autorités», abonde la philosophe Marcia Tiburi en exil en France et toujours menacée par l’extrême droite.

Selon la Folha de São Paulo, l'armée aurait mis ses troupes en alerte en attente d'un déclenchement d'une opération de Garantie de la loi et l’ordre (GLO), un instrument prévu par la Constitution fédérale.

Respect de la constitution

Le sénateur Rogério Carvalho (PT) émet quant à lui la proposition que les forces de sécurité du district fédéral soient fédéralisées, c’est à dire qu’elles passent sous l’autorité de l’état fédéral et donc du gouvernement «pour garantir l’intégrité des représentations institutionnelles du Brésil». «Nous ne pouvons pas avoir plus de sympathie pour les criminels», a-t-il ajouté. De son côté, l'ambassade américaine au Brésil a condamné cette tentative de putsch et appelé à «la fin immédiate de ces attaques».

Dans un tweet rédigé en portugais, Emmanuel Macron a pour sa part demandé à ce que «la volonté du peuple brésilien et les institutions démocratiques (soient) respectées !», ajoutant «le président Lula peut compter avec le soutien inconditionnel de la France».

À l’heure où ces lignes étaient écrites, ni Jair Bolsonaro ni son entourage n’avaient réagi à l’invasion des institutions. L’ex-président n’a jamais félicité son adversaire et a quitté le pays pour la Floride quelques jours avant l’investiture de Lula, signant là le peu de cas qu’il faisait du respect de la Constitution et de la transition démocratique. Depuis la défaite de Jair Bolsonaro, certains de ses partisans réclamaient une intervention de l’armée et faisaient le siège devant les casernes. 

L’échec du putsch ne signe pas la fin de la menace

Brésil Lors de leur tentative de coup d’État manqué, les bolsonaristes ont testé la résistance de la démocratie. Le président Lula da Silva, qui a placé son mandat sous le signe de la réconciliation, est appelé à des réformes d’ampleur au sein de l’armée et de la police militaire.

Publié le Mardi 10 Janvier 2023 - L'Humanité

Entre Noël et le carnaval, le Brésil plonge ordinairement dans la léthargie. Réveil douloureux, dimanche, alors que le pays assistait, stupéfait, à l’invasion de la place des Trois-Pouvoirs, à Brasilia, par des centaines de putschistes bolsonaristes, saccageant sur leur passage le palais présidentiel, le Congrès, la Cour suprême et les œuvres d’art offertes par les pays du monde entier qu’ils recelaient. L’une des journées les plus sombres de l’histoire du pays, qui a emporté avec elle trente-huit années de construction démocratique. La barbarie culturelle et politique aura duré quatre heures avant que 400 personnes ne soient interpellées.

Comment le temps de réaction a pu être aussi long dans des lieux aussi stratégiques? C’est la question posée immédiatement par l’ensemble des forces démocratiques sidérées par les images de la police militaire, sous autorité du district fédéral, laissant la marée auriverde défier la zone de sécurité, entre selfies et discussions aimables avec les partisans de l’ex-président Jair Bolsonaro. « L’inaction de l’État est stupéfiante. Il n’y a tout simplement aucune réaction à la hauteur, jusqu’à présent, contre la tentative de l’extrême droite. La tactique d’apaisement s’avère être un échec », s’est indigné, dans un premier temps, le journaliste et fondateur du site Opera Mundi, Breno Altman. Pour sa part, Gleisi Hoffmann, présidente du Parti des travailleurs (PT), la formation du chef de l’État Luiz Inacio Lula da Silva, a mis en cause la responsabilité du gouverneur du district fédéral, Ibaneis Rocha, et du secrétaire à la Sécurité et ex-ministre de la Justice, Anderson Torres: « C’est un crime annoncé contre la démocratie, contre la volonté des urnes et pour d’autres intérêts », a-t-elle fustigé.

D’importantes transactions financières depuis les États-Unis

À l’issue des élections générales, les bolsonaristes se sont retrouvés en position de force dans le district fédéral extrêmement conservateur, dans la capitale économique de São Paulo et dans l’ensemble du Sud-Est. Au fil de la journée, ils se sont pourtant désolidarisés un à un des putschistes, craignant que le coup de force de dimanche ait des airs de chant du cygne. « Je veux d’abord m’adresser au président Lula pour m’excuser pour ce qui s’est passé aujourd’hui dans notre ville… Ce qui s’est passé (…) est inacceptable », s’est excusé le gouverneur de Brasilia, Ibaneis Rocha. Affilié au Mouvement démocratique brésilien (MDB), ce proche de Jair Bolsonaro a été suspendu de ses fonctions par la Cour suprême pour une durée de quatre-vingt-dix jours. C’est également le cas de l’ex-ministre de la Justice bolsonariste, Anderson Torres, limogé par Ibaneis Rocha lui-même. Autre figure de l’extrême droite à prendre ses distances: Valdemar Costa Neto, président du Parti libéral de Jair Bolsonaro, qui a regretté ce « jour triste pour la nation brésilienne ».

Depuis plusieurs semaines, des informations circulaient au sein du PT selon lesquelles d’importantes transactions financières étaient en cours, depuis les États-Unis notamment. Des avions et des cars auraient également été affrétés afin de faire affluer les bolsonaristes vers la capitale fédérale. D’aucuns redoutaient que le coup de force n’ait lieu le jour de la passation de pouvoir, le 1er janvier. Ce ne fut pas le cas. De la même manière que les manifestations devant les casernes n’ont pas donné lieu à un soulèvement de l’armée. Si de nombreux parallèles ont été dressés avec l’action des trumpistes contre le Capitole, le 6 janvier 2021, le philosophe et professeur à l’université pontificale catholique de Rio de Janeiro Rodrigo Nunes souligne des différences de taille entre les deux coups de force. « La différence la plus importante est le timing. L’invasion du Capitole avait pour objectif d’empêcher la certification de Biden, afin d’éviter que sa victoire ne devienne un fait accompli. » Jusqu’à dimanche, les bolsonaristes, en position de force au Congrès à l’issue des élections d’octobre, ont laissé passer toutes les échéances: de l’annonce des résultats à leur certification jusqu’à l’investiture. La réaction unanime à l’international afin de valider l’élection puis de condamner la tentative de putsch (lire notre encadré) réduit la marge de manœuvre des cadres bolsonaristes pour qui le coût politique pourrait se révéler élevé. Même importante, leur capacité de mobilisation reste insuffisante. Et ce d’autant plus avec une base, certes violente, fanatisée par les réseaux sociaux et mue par la certitude d’une prophétie autoréalisatrice, mais désorganisée.

En visite dans la ville dévastée par les inondations d’Araraquara (São Paulo), Lula était absent de la capitale au moment des faits. Le président, qui a fait de la réconciliation nationale le maître mot de son mandat, a immédiatement pointé la responsabilité de Jair Bolsonaro: « Il y a plusieurs discours de l’ancien président qui encouragent » la sédition. Qualifiant les putschistes de « vandales », de « nazis » et de « fascistes fanatiques », Lula a également annoncé que les responsables de l’intervention de dimanche et ceux qui les financent seraient poursuivis.

syndicaux et citoyens ont appelé à des manifestations nationales

Une demande forte de sa base qui rejette toute idée d’amnistie. « Ce qui se passe à Brasilia n’est ni un mouvement de masse ni un mouvement spontané. C’est organisé par des bandits qui défendent des intérêts objectifs: l’exploitation minière illégale, l’accaparement illégal des terres, la libéralisation (du port) d’armes, les milices et d’autres choses qui ont toutes reçu l’assentiment de Bolsonaro », argumente Gleisi Hoffmann, signifiant qu’au combat démocratique se superpose celui de classes. Minoritaire au Parlement, la gauche sait le danger de la situation. L’histoire récente de la destitution de Dilma Rousseff et de l’emprisonnement de Lula, par la volonté d’une justice aux ordres, le démontre. Dans ce rapport de forces, les mouvements syndicaux et citoyens ont appelé de manière concertée à des manifestations nationales pour la défense de la démocratie, qui devaient se dérouler ce 9 janvier en fin d’après-midi.

Lula est paradoxalement en position de force face à un Jair Bolsonaro qui, depuis sa défaite à la présidentielle, est obsédé par l’idée de minimiser les charges qui pourraient être retenues contre lui. Deux jours avant l’investiture de Lula, l’ex-président a quitté le Brésil pour la Floride de son ami Donald Trump. Si Jair Bolsonaro tire les fils en coulisses, il ne prend pas la direction explicite du putsch. Les cadres intermédiaires ont à charge d’organiser le coup de force. De cette masse, en attente de dirigeants plus extrêmes, pourrait toutefois naître des « loups solitaires » tentés par des actions meurtrières contre les partisans de gauche dont la campagne électorale n’a pas été exempte. De plus, alerte Rodrigo Nunes, la situation « pourrait déboucher sur un scénario digne du putsch bolivien, dans lequel la persistance de l’anomie sociale amène les militaires à s’exprimer en faveur d’un départ du gouvernement pour ne pas être obligés de tirer sur la population ».

Au nom de la Cour suprême, le juge Alexandre de Moraes a ordonné l’évacuation sous vingt-quatre heures des campements érigés dès le lendemain de la présidentielle à proximité des casernes et le déblocage des routes. Les événements appellent cependant une profonde réforme de la police militaire et de l’armée. « L’armée n’a jamais été purgée des éléments qui ont été à la base de la dictature. Bolsonaro, qui n’était qu’un officier subalterne, en est une triste illustration et les hommages rendus, pendant sa présidence, avec toute la hiérarchie militaire, aux responsables de la dictature et au tortionnaire de (l’ex-présidente) Dilma Rousseff en disent long », souligne l’historien Pedro Da Nobrega, qui rappelle l’immixtion des généraux dans le dernier processus électoral. En Colombie, le président Gustavo Petro a lui-même commencé à remplacer des généraux, une action indispensable pour parachever la transition démocratique et parvenir à la paix. Selon Gleisi Hoffmann, « il est plus que temps pour les forces armées de montrer qu’elles sont du côté du Brésil et non d’un mouvement politique partisan (…) et de putschistes ».

Du Capitole à la place des Trois-Pouvoirs, la diagonale de l’extrême droite

Les relations entre les clans trumpiste et bolsonariste, incarnées par l’ancien conseiller Steve Bannon et Eduardo Bolsonaro, le fils de l’ex-président, sont-elles allées jusqu’à une aide dans la préparation de l’assaut à Brasilia ?

Publié le Mardi 10 Janvier 2023 - L'Humanité

On ne savait plus s’il parlait de Bolsonaro ou de Trump. Sans doute des deux, d’ailleurs. Il y était question du vol d’une élection, de machines à voter détournées à cette fin, de l’instrumentalisation de la justice et des médias et, finalement, de patriotes qui devaient récupérer leur bien. En un peu plus d’une minute, Steve Bannon, l’ancien conseiller de Donald Trump, cochait toutes les cases du « bingo » trumpiste. Au lendemain des attaques contre les lieux de pouvoir au Brésil, Eduardo Bolsonaro, l’un des fils de l’ancien président, a partagé cette vidéo enregistrée fin novembre, alors que Bannon recommandait à Bolsonaro père de ne pas reconnaître les résultats du second tour de l’élection présidentielle.

Le brésil, terreau propice à Une version « tropicale » du trumpisme

On aurait pu penser que le fondateur de The Movement, organisation visant à unir les nationaux-populistes du monde entier, parmi lesquels figure Marine Le Pen, dont il s’est vanté d’être le conseiller informel, en profitait pour refaire le match de l’élection perdue par Donald Trump. En fait, il joue la même partie mais sur un autre terrain. L’attention portée par Steve Bannon au Brésil n’est ni récente ni circonstancielle. Il a identifié dans le plus grand pays d’Amérique latine un terreau proche de celui des États-Unis, qu’il juge propice à une version « tropicale » du trumpisme. Les deux pays se caractérisent par d’immenses inégalités sociales qui sont souvent le calque d’inégalités raciales sur fond d’histoire esclavagiste (jusqu’en 1865 aux États-Unis et 1888 au Brésil) tandis que les évangéliques constituent le noyau dur du bolsonarisme comme du trumpisme. S’ajoute désormais à cette liste un assaut contre le cœur du pouvoir, deux ans et deux jours après l’attaque du Capitole à Washington.

Ce lien transcontinental ne se limite pas à la relation d’un ancien conseiller et d’un fils d’un président battu, dont la première rencontre, à New York en 2018, s’était soldée par un parfait accord dans la lutte contre le « marxisme culturel ». Il illustre la proximité des deux clans et des deux mouvements. Selon le Washington Post, Eduardo Bolsonaro, toujours lui, a été reçu à plusieurs reprises par Donald Trump dans sa résidence floridienne de Mar-a-Lago. Il a également rencontré Jason Miller, ancien porte-parole de campagne de Trump, désormais patron du réseau ultraconservateur Gettr. Lors de la première rencontre à la Maison-Blanche entre Trump et Bolsonaro, c’est le fils qui accompagne son père, pas l’ambassadeur. Celui qui est surnommé « Zéro trois », car il est le troisième fils du leader d’extrême droite, noue des relations personnelles avec Ivanka Trump. Le rejeton se trouve au même endroit le 5 janvier 2021, soit à la veille de l’assaut du Capitole. Une attaque que son président de père refusera de condamner, arguant d’un « manque de confiance » dans les élections qui a « conduit à ce qui se passe là-bas ». Anticipant une défaite annoncée, il ajoutait qu’il pourrait « se passer la même chose » au Brésil puisque « la fraude existe » aussi. Hier matin, toute la fachosphère états-unienne se rangeait derrière les assaillants bolsonaristes. Sans surprise. Demeure une question: a-t-elle participé d’une façon ou d’une autre à la préparation de cette attaque ?

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2023 2 10 /01 /janvier /2023 06:58
Ian Brossat à Rennes sur la campagne européennes de 2019 (Photo France Chapa)

Ian Brossat à Rennes sur la campagne européennes de 2019 (Photo France Chapa)

Ian Brossat : « Si un mouvement social puissant se lève, le gouvernement reculera »

Rassemblés, les partis de gauche ont lancé, vendredi, via un communiqué, leur campagne pour contrer la réforme des retraites. Un plan de bataille axé sur l’organisation de meetings et le soutien aux mobilisations syndicales, que développe le communiste Ian Brossat.

Publié le Lundi 9 Janvier 2023 - L'Humanité
 

La première ministre Élisabeth Borne présente, mardi, son texte de réforme des retraites. Les partis de gauche sont-ils d’ores et déjà mobilisés et rassemblés pour tenter de faire reculer le gouvernement?

Face à cette réforme voulue par le gouvernement, qui constitue une agression sans précédent contre le monde du travail, les forces de gauche n’ont pas le droit à l’erreur. Nous avons souhaité très tôt constituer un front uni pour contrer cette offensive. C’est le cas aujourd’hui, à la fois du côté des forces syndicales, avec une alliance très large, et des mouvements politiques, qui vont mener cette campagne de concert. La première grande étape sera le meeting du 17 janvier, au gymnase Japy, à Paris. Avant cela, une autre réunion publique se sera déroulée, le 10 janvier, à l’appel du journal Fakir, avec des représentants des partis, dont Fabien Roussel. Ces dates ne sont qu’un début, l’idée est que beaucoup d’initiatives de ce type puissent essaimer à travers le pays.

Quels seront les enjeux de ces meetings?

En plus de montrer la dangerosité de la réforme, alors que deux tiers des Français la rejettent, il nous faut aussi convaincre que des solutions alternatives existent. Le Parti communiste a d’ailleurs mis sur la table des propositions, notamment la mise à contribution des revenus financiers des entreprises, c’est-à-dire mettre fin au régime spécial du capital. Ces réunions publiques vont permettre de mettre en débat ces solutions, d’autant que le gouvernement cherche à présenter sa réforme comme le seul horizon possible. Il mise ainsi sur le découragement de ceux qui s’y opposeraient.

Comment en outre va s’articuler l’alliance entre les partis politiques et l’intersyndicale ?

Les forces syndicales, auxquelles nous proposons une rencontre dans notre communiqué de vendredi, sont celles qui donneront le la des grandes mobilisations sociales. Il semble que le moyen le plus utile pour les mouvements politiques de renforcer le mouvement est de se mettre à leur service. Le front syndical est très large et doit être préservé. Le meilleur moyen pour cela est de permettre que ce soit à ces organisations de dicter le rythme des mobilisations.

Ce front commun des partis politiques et des syndicats peut-il faire reculer le gouvernement?

L’exécutif veut faire croire que sa ­détermination est absolue et que rien ne pourra la mettre en échec. La réalité, c’est que, ces dernières semaines, le gouvernement a engagé un recul sur la réforme de l’indemnisation de l’assurance-­chômage, commence à reculer sur la ­privatisation des réseaux de bus en Île-de-France… Donc, il reculera sur sa réforme si un mouvement social puissant se lève. Ils sont fébriles et savent que la question des retraites peut être l’allumette qui fait flamber la colère sociale dans le pays. N’oublions pas que cette réforme arrive sur fond d’exaspération vis-à-vis de l’inflation, de difficultés croissantes liées au pouvoir d’achat. Notre rôle est de montrer qu’une victoire est possible, que ça vaut le coup de se mobiliser.

 
Ian Brossat : « Si un mouvement social puissant se lève, le gouvernement reculera » (L'Humanité, 9 janvier 2023)

Contre la réforme des retraites de Macron, mobilisons-nous partout en France !

Nous sommes prêt·es pour la riposte unitaire.

Lancement à Paris au Gymnase Japy le 17 janvier à 19h avec Fabien Roussel et toutes les forces de gauche et écologistes.

➡️ https://www.pcf.fr/la_nupes_en_campagne_pour_nos_retraites

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2023 2 10 /01 /janvier /2023 06:55
Retraites: La gauche et les syndicats préparent une riposte unitaire -Lundi 9 Janvier 2023, L'Humanité, Diego Chauvet
Retraites: La gauche et les syndicats préparent une riposte unitaire

La Nupes lance une campagne de meetings et assure qu’elle soutiendra les actions décidées par l’intersyndicale. « Un front social et politique », selon le PCF.

Lundi 9 Janvier 2023, L'Humanité

La gauche et les syndicats se préparent à la bataille. Celle-ci se déroulera dans les entreprises, les meetings, la rue, mais aussi au Parlement, face au texte déposé par le gouvernement.

Trois ans après, le grand mouvement social contre la retraite à points est encore dans toutes les têtes. La crise sanitaire et plusieurs semaines de grève avaient conduit le gouvernement à retirer son projet.

Cette fois, il compte s’appuyer sur la droite pour le faire adopter. « Les formations politiques de la Nupes s’opposent totalement à cette réforme injuste et inefficace, rejetée par une majorité de Français et toutes les organisations syndicales de salariés », a annoncé la coalition des partis de gauche dans un communiqué.

Côté syndical également, c’est le rassemblement qui prévaut. « L’unité syndicale est solide, nous travaillons ensemble depuis le mois de juin », confirme Catherine Perret, secrétaire confédérale de la CGT. Et « pour convaincre de se mettre en grève, c’est un atout important », souligne la syndicaliste.

La gauche en soutien des syndicats

La gauche affiche également sa cohésion en organisant de premières initiatives communes et des réunions publiques « partout en France ». Le 17 janvier, notamment, la Nupes tiendra un meeting à Paris, au gymnase Japy.

La question de l’unité entre gauche politique et syndicats est également au centre des préoccupations pour arriver à faire échec au projet de Macron.

« Nous proposons une rencontre à l’intersyndicale pour échanger sur le projet de réforme et pour envisager d’éventuelles initiatives communes. Nous soutiendrons toute date de mobilisation qu’elle décidera », assurent les partis de la Nupes.

Si la France insoumise est la seule organisation de la coalition à appeler à participer à une manifestation à l’appel des organisations de jeunesse, le 21 janvier, elle affiche toutefois son souci de respecter le calendrier syndical.

« Nous soutiendrons toute action qu’entreprendra le front syndical uni », répète le député insoumis Hadrien Clouet. « C’est vraiment un front social et politique que l’on veut développer, et l’action des organisations syndicales sera décisive », insiste également le dirigeant communiste Igor Zamichiei.

« La capacité de mobilisation du monde du travail par des grèves, des manifestations, sa capacité à créer un rapport de force social avec le pouvoir est décisive. »

L’ombre du 49.3

Syndicats comme partis de la Nupes entendent aider à la mobilisation le plus rapidement possible, compte tenu du calendrier serré – un peu moins d’un mois –, notamment en cas d’utilisation du 49.3.

« S’il y a des grèves et de gros mouvements sociaux, un nouveau passage en force mettrait le bazar dans le pays », veut croire le député FI Hadrien Clouet. Mais, au-delà du barrage au projet gouvernemental, la gauche sera également attendue sur les propositions alternatives.

Si la Nupes est partisane d’un retour à la retraite à 60 ans, les socialistes sont pour le maintien d’une durée de 43 années de cotisation. Des différences qui ne semblent pas insurmontables.

« Nous sommes tous d’accord pour mettre à contribution les revenus financiers, élargir l’assiette des cotisations en faisant contribuer par exemple les primes Macron et augmenter les taux », assure le député insoumis, qui y voit une bonne base commune.

Retraites: La gauche et les syndicats préparent une riposte unitaire -Lundi 9 Janvier 2023, L'Humanité, Diego Chauvet

Contre la réforme des retraites de Macron, mobilisons-nous partout en France !

Nous sommes prêt·es pour la riposte unitaire.

Lancement à Paris au Gymnase Japy le 17 janvier à 19h avec Fabien Roussel et toutes les forces de gauche et écologistes.

➡️ https://www.pcf.fr/la_nupes_en_campagne_pour_nos_retraites

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2023 1 09 /01 /janvier /2023 19:32
Ouest-France, lundi 9 janvier - interview de Anaëlle Berre à l'occasion de l'assemblée générale de rentrée du PCF Finistère pour préparer le 39e congrès du Parti communiste. C'était le samedi 7 janvier 2023 à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h

Ouest-France, lundi 9 janvier - interview de Anaëlle Berre à l'occasion de l'assemblée générale de rentrée du PCF Finistère pour préparer le 39e congrès du Parti communiste. C'était le samedi 7 janvier 2023 à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2023 7 08 /01 /janvier /2023 07:42

AG du PCF Finistère à la MPT de Quimerc'h ce samedi 7 janvier 2023

50 camarades de tout le département ont participé au travail d'analyse et aux débats sur la proposition de base commune du CN pour le 39e congrès du PCF, "Une ambition communiste pour de nouveaux jours heureux", en ateliers participatifs d'abord, sur différents chapitres du texte, puis en restitutions et en débat de plénière où nous avons aussi abordé le texte alternatif à celui majoritaire au CN cosigné par un certain nombre de camarades "Urgence de communisme" et les principaux points de clivage ou de désaccords entre les deux, notamment sur la stratégie.

Dans le premier groupe de travail, Pierre-Yves Thomas avait introduit les échanges sur le Préambule de "L'ambition communiste pour de nouveaux jours heureux", le chapitre I (2018-2023: Des années d'action au service de la transformation du pays) et le chapitre VII (Poursuivre le redéploiement du PCF). Gilles Dusautiez avait fait la restitution avec lui.

Dominique Gontier, dans un travail préparatoire avec Jeannine Daniel, avait  introduit le deuxième atelier le chapitre III ( La France face à une crise de régime). C'est Isabelle qui a fait la restitution.

Roger Héré avait introduit sur le troisième atelier le chapitre II (Devant un défi de civilisation) et le chapitre IV (L'actualité brûlante du projet communiste). Il a fait la restitution avec Yvan Le Gall.

Enfin, Claude Bellec avec introduit sur la quatrième ruche le chapitre VI sur la stratégie (Agir pour le rassemblement majoritaire de notre peuple). Elle a fait la restitution avec Mickael.

Entre 12h25 et 13h, un débat général s'est engagé.

Des débats riches, profonds et fraternels, avant un repas délicieux pris en commun, et à 15h, un magnifique spectacle du Théâtre de la Corniche sur la Commune de Paris, "Les mauvais jours finiront", avec les comédiens, chanteurs et musiciens Claude Bonnard (Jean-Baptiste Clément), Antoine Asnar, Patrice Langlois.

C'était la deuxième AG de préparation du Congrès après celle du 12 novembre 2022 à la MPT de Quimerc'h, avec Igor Zamichéi, consacrée surtout aux aspects de fonctionnement et d'activité de la fédération et des sections:

Photos et compte rendu de l'AG du PCF Finistère - 12 novembre 2022 à la MPT de Quimerc'h

Le Congrès Départemental aura lieu à la fin mars, préparé par des prochains Conseils Départementaux et des commissions du Congrès, et le Congrès National - 39e Congrès - à Marseille les 7, 8, 9, 10 avril tandis que le vote des adhérents sur la Base commune de discussion du Congrès aura lieu dans les sections (ou par correspondance à la fédération) les vendredi 27, samedi 28, dimanche 29 janvier jusqu'à 13h, après l'envoi des livrets aux adhérents avec les différents textes le 17 janvier depuis la fédération.

Photos de Daniel Laporte et Ismaël Dupont

Il est désormais important que tous les communistes prennent connaissance de ce projet de base commune. https://congres2023.pcf.fr

Le Calendrier du 39e Congrès du Parti communiste français:

8 janvier 2023 •

Date limite de dépôt des textes
alternatifs

27, 28 & 29 janvier •

Vote des communistes pour le choix de la base
commune

4 & 5 février •

adoption du projet de modification
des statuts par le Conseil National

4, 5 et 11, 12 mars •

Congrès de section

18, 19 et 25, 26 mars •

Congrès des fédérations

7, 8, 9 et 10 avril à Marseille •

Congrès national

 

Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Assemblée générale des communistes finistériens à Pont-de-Buis, MPT de Quimerc'h, ce samedi 7 janvier 2023: débats et travail sur la base commune du 39e congrès du PCF
Partager cet article
Repost0
6 janvier 2023 5 06 /01 /janvier /2023 06:34
Manif pour les retraites à Morlaix en 2020

Manif pour les retraites à Morlaix en 2020

Mobilisation pour nos retraites - Un collectif unitaire dans le pays de Morlaix pour faire échec au projet de réforme des Retraites d'Emmanuel Macron (report à 65 ans et allongement de la durée de cotisation).

Le 3 janvier 2023, plusieurs partis et mouvements de gauche - des représentants de la Gauche indépendantiste, de Génération.s, d'EELV, d'Ensemble, de FI, de Génération.s, du NPA, du PCF -  se sont réunis à l'invitation du PCF. L'UDB s'était excusée.

Ensemble, nous vous invitons toutes les forces politiques, syndicales, associatives qui le souhaitent à rejoindre notre collectif pour travailler à des contenus communs, s'adresser aux citoyens afin d'argumenter contre la réforme des retraites d'Emmanuel Macron.
 
Nous souhaitons proposer des initiatives communes pour mobiliser un maximum de personnes.
 
Il faut absolument empêcher que le gouvernement mette en place des dispositions qui entraîneraient un report du départ à la retraite, un allongement de la durée de cotisation, une nouvelle fragilisation des revenus des retraité.e.s, des droits des salarié.e.s, une nouvelle progression des inégalités face à la retraite, au travail et à la maladie, en excluant de s'attaquer aux vraies causes du financement insuffisant de notre système de retraite par répartition.
 
Pour Macron, il s'agit d'ouvrir sans vergogne la voie à l'instauration d'un système de retraite par capitalisation, négation absolue du principe fondateur de solidarité intergénérationnelle et pourvoyeur d'inégalités sans limite.
Une réunion publique est programmée le mercredi 8 février à 19h dans le pays de Morlaix, et une distribution de flyers en commun et une conférence de presse commune pour appeler à cette réunion publique qui ne sera qu'une étape de la mobilisation. Nous serons bien sûr également mobilisés au moment des journées d'action syndicales.et en en laissant l'initiative aux syndicats.
 
Nous invitons toutes les forces politiques, syndicales, associatives décidées à s'opposer à la réforme des retraites du président de la République et de son gouvernement à apporter leur contribution au collectif en cours de formation, à discuter de nos objectifs et moyens d'action lors d'une prochaine réunion visant l'élargissement de ce collectif Retraites du Pays de Morlaix encore au stade germinal.
 
Cette réunion est programmée le mercredi 18 janvier à 20h au local du PCF à Morlaix, 2 petite rue de Callac, derrière le Corto Maltese.
 
Les participants de la 1ère réunion de ce collectif Retraites en voie de formation:
Gauche indépendantiste, Génération.s, Europe écologie Les Verts, Ensemble, France Insoumise, Nouveau Parti anticapitaliste, Parti communiste français
 
Se joignent au collectif: le Parti socialiste pays de Morlaix et Haut-Tregor, le Comité Chômeurs et Solidaires, LRDG 29 (Les Radicaux de Gauche)
 
***
A l'issue de la réunion du 3 janvier, nous avons constaté un certain nombre d'accords et de convergences qui nous permettent de mener la bataille ensemble:
 
- Accord sur la nécessité de bien informer la population, avec des données concrètes et parlantes.
 
- Accord sur le fait qu'une mobilisation sociale d'ampleur est nécessaire pour faire plier Macron et son gouvernement et qu'elle n'est pas acquise d'avance malgré le fait qu'une grande majorité de français est hostile à la réforme.
 
- Accord donc sur le fait que c'est aussi le rôle de nos organisations politiques d'aller au contact de la population qui reste à convaincre et sans la conviction de laquelle on ne pourra faire échec à la réforme.
 
- Accord sur les raisons de rejeter cette nouvelle contre-réforme de régression sociale qui ne s'attaque pas aux problèmes véritables de financement des retraites (les allègements de cotisation sociale, le manque de prélèvement des revenus du capital, le sous-emploi des seniors, les bas salaires et contrats précaires) 
 
- Accord final des organisations présentes pour intégrer un collectif unitaire large et à élargir encore pour mobiliser afin de faire échec à la réforme des retraites d'Emmanuel Macron
 
- Accord sur le fait qu'une victoire politique de Macron sur les retraites serait un point d'appui pour casser encore d'autres conquêtes sociales dans le cadre d'un plan concerné, celui du libéralisme économique.
 
- Accord sur le fait de valoriser les apports sociaux du temps mis à disposition de la société par les retraités, et les inégalités actuelles devant la retraite (pensions moyennes/ âge de départ et durée de cotisation/ temps de retraite en vie et en bonne santé) entre les femmes et les hommes, les cadres et les ouvriers, les générations.
 
- Accord sur le fait que chaque organisation peut garder ses initiatives propres sur la Réforme des Retraites en fonction de ses propositions nationales, de sa stratégie, etc, ce qui n'exclut pas des actions et initiatives communes.

 

 
Partager cet article
Repost0
2 janvier 2023 1 02 /01 /janvier /2023 18:50
Retraites: non à une nouvelle réforme de régression sociale et de dégradation des droits - Une réunion unitaire le mardi 3 janvier au local du PCF Morlaix pour construire un collectif de riposte au projet de Macron
Retraites: non à une nouvelle réforme de régression sociale et de dégradation des droits - Une réunion unitaire le mardi 3 janvier au local du PCF Morlaix pour construire un collectif de riposte au projet de Macron

Le gouvernement va présenter en janvier 2023 sa réforme des retraites.

Chacun sait qu’il s’agit d’une réforme de régression sociale qui s’annonce, avec un allongement de l'âge minimal de départ en retraite, des durées de cotisation, une réforme refusée par une grande majorité de français.

Cette réforme soulève de nombreuses oppositions de syndicats et partis politiques de gauche.

Le PCF Morlaix a invité des forces politiques de gauche du pays de Morlaix et des syndicats à se retrouver le mardi 3 janvier 2023 (18 h – local PCF Morlaix, 2 petite rue de Callac) pour une première rencontre afin d’échanger sur cette réforme, sur les appréciations des uns et des autres, les actions communes à lancer pour s’y opposer, faire monter la mobilisation populaire, et faire valoir d’autres propositions.

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2023 1 02 /01 /janvier /2023 18:45
Retraites : questions sur la pension nette à 1100 € minimum (Gérard Le Puill, L'Humanité, 15 décembre 2022)
Retraites : questions sur la pension nette à 1100 € minimum

 Peut-on en 2023 faire voter une loi dont un volet garantira une pension nette minimum de 1100 € par mois aux futurs retraités  ayant une carrière complète et priver de la même somme les personnes déjà en retraite ? Pour répondre à cette question, il faut savoir qu’une pension de retraite mensuelle égale au SMIC en 2007  est inférieure à ce dernier d’un montant de 164 € par mois en août 2022.

Publié le Jeudi 15 Décembre 2022 - L'Humanité

En annonçant le report en janvier 2023 de la publication du contenu du projet de réforme des retraites que prépare le gouvernement, le président Macron a promis que cette réforme débouchera sur une pension nette mensuelle de 1100 € minimum, applicable aux personnes qui prendront leur retraite après le vote de cette réforme, à condition d’avoir une carrière complète. Seraient donc privés automatiquement de cette amélioration tous les hommes, et surtout toutes les femmes, qui sont déjà en retraite et perçoivent moins que cette somme mensuellement. Invité à s’exprimer sur cette réforme des retraites ce jeudi matin sur BFMTV, Fabien Roussel, secrétaire national du PCF et député du Nord, s’est prononcé  pour une augmentation sensible des salaires et des retraites face la hausse des prix. Il a demandé à la première Ministre Elisabeth Borne « de ne pas utiliser le 49-3 » pour tenter de faire passer cette loi. Il a plaidé en faveur d’un vrai débat parlementaire auquel pourrait s’ajouter une consultation des Français par référendum si de besoin.

Comparer l’évolution du SMIC et des retraites …

En 2019, la pension nette moyenne était de 1399 € en France. Cette moyenne était de 1806 € pour les hommes mais seulement de 1052 € pour les femmes, dont beaucoup n’ont pas une carrière complète du fait d’avoir arrêté  le travail pour élever les enfants. Elles formeront donc la quasi-totalité des victimes de la décision annoncée par le président de la République.  

Bien que les pensions de base versées par la CNAV aient augmenté de 4% l’été dernier après 1,1% en février, les hausses obtenues en 2022 ne couvrent pas l’inflation sur l’ensemble de l’année. La sous-revalorisation est encore plus nette concernant les 5,1% d’augmentation des retraites complémentaires Agirc- Arrco à partir de novembre seulement. D’autant que la hausse moyenne des prix sera comprise entre 6 et 7% en 2022, voire plus. Mais la perte de pouvoir d’achat sera beaucoup plus importante pour les titulaires de petites pensions. On sait déjà que les prix alimentaires seront en hausse de plus de 12% en 2022. Lors du rassemblement de retraités qui se tenait devant le siège du MEDEF le 6 décembre dernier à  Paris, Marc Bastide, secrétaire général de l’Union confédérale des retraités CGT, rappelé que les prix des produits frais avaient augmenté de 16,9% depuis le début de l’année, celui de l’électricité 10,7% et une hausse de 15% est annoncée pour 2023. La hausse moyenne du prix de l’énergie a été de 22% pour les ménages en 2022.

C’est constater une perte de 18,3% pour les pensions entre 2007 et 2022

La hausse des prix ne va pas ralentir dans les prochains mois. Pour les paysans chargés de produire notre nourriture,  les dépenses liées à l’énergie sont en hausse 36,9% sur douze mois. Les prix des aliments du bétail ont augmenté de 29,2% et ceux des engrais de 50% en un an. Pour les PME du secteur agroalimentaire, dont font partie les bouchers charcutiers et les boulangers, les prix du gaz et de l’électricité sont parfois multipliés par trois, voire plus, au moment de la signature des nouveaux contrats. Or il faut beaucoup d’énergie pour chauffer les fours des boulangers comme pour maintenir la chaîne du froid chez les bouchers et les charcutiers.

Un article d’Alain Guichard publié dans la revue Economie et Politique de septembre-octobre 2022 indiquait que le SMIC- dont les augmentations suivent celle des prix mesurés par l’INSEE avait augmenté 31,2% entre décembre 2007 et août 2022.  Mais les pensions de retraite n’avaient progressé que de 18,3% entre ces deux dates. Une pension mensuelle nette égale au SMIC en décembre 2007 avait perdu 164 € nets par mois en août 2022, comparée à l’évolution du salaire minimum entre ces deux dates. Ainsi donc, les retraités et les retraitées aux petites pensions sont victimes d’une double injustice que le président Macron veut encore aggraver en les excluant du droit à une pension nette de 1100 € par mois.

Se souvenir des conséquences de la réforme Balladur !

 Des millions d’hommes et des femmes en retraite sont victimes depuis plus de 30 ans du recul des droits acquis par une vie de travail et de cotisation, du fait de décisions gouvernementales. La réforme Balladur de 1993 avait fait passer le calcul des pensions versées par la Caisse Nationale d’Assurance Vieillesse (CNAV)  sur 25 années de cotisation, au lieu des 10 meilleures années, pour les personnes nées après 1933. Cette disposition est entrée progressivement en application. Depuis 2008, tous les retraités du privé nés en 1948 et après voient leur pension de la CNAV calculée sur la rémunération moyenne de 25 années de cotisation.

Cette loi a été très défavorable aux personnes qui ont connu des licenciements et des fermetures d’usines en cours de carrière. De ce fait, elles ont subi des périodes de chômage, parfois très longues, avant de retrouver un travail souvent moins payé que le précédent, sans compter la perte de l’ancienneté en entreprise. Parallèlement,  les prélèvements au titre de la «Contribution sociale généralisée» ont fait baisser les pensions de nombreux retraités et retraitées. Pour la seule année 2018, l’augmentation de 1,7 point de cette CSG a fait reculer d’autant les pensions nettes chez 60% des retraités. Selon Alain Guichard, cela s’est traduit par l’équivalent de la perte nette d’un trimestre de pension sur quinze ans. Voilà le bilan commun de trois quinquennats sous Sarkozy,  Hollande et Macron entre 2007 et 2022.

La bataille des 300 € de revalorisation pour tous

Cette situation ne peut pas durer. Les retraités et retraitées sont au nombre de 17 millions soit environ 25% de la population française. Mais les pensions de retraite n’entrent qu’à hauteur de 14,4% dans le Produit Intérieur Brut (PIB) du pays. Et nos retraites nous les avons déjà payées en cotisant pour nos droits tout en finançant les pensions de celles et ceux qui étaient en retraite avant nous. C’est aussi par solidarité vis-à-vis des petites retraites que l’Union Confédérale des retraités affiliés à la CGT (UCR-CGT) demande une revalorisation immédiate de 300 € mensuel pour tous et toutes dès 2023. Cela augmenterait de 10% une pension nette de 3000 € mensuel aujourd’hui, mais de 30% une pension nette de 1000 €  en la portant à 1300 €, ce qui constitue un minimum pour vivre décemment sa retraite.

Partager cet article
Repost0
2 janvier 2023 1 02 /01 /janvier /2023 08:19
Bloavezh mat d’an holl! - La Fédération du PCF Finistère vous souhaite une très belle année 2023

Bloavezh mat d’an holl!

La Fédération du PCF Finistère vous souhaite une très belle année 2023 pour vous et vos proches, bonheur et santé, et une année de luttes utiles et victorieuses sur le plan collectif pour le progrès social et humain, l’humanité et la paix, l’extension des biens communs, la défense des services publics.

Soyons déterminés, mobilisés et unis pour défendre les conquêtes sociales et, si possible, en arracher de nouvelles, pour inviter un futur meilleur que celui que nous fabriquent les capitalistes et leurs alliés, pour faire échec au poison des idées racistes et xénophobes et du fascisme qui monte partout en Europe et dans le monde.

Travaillons dans la proximité avec nos concitoyens pour vaincre l’abattement et la résignation, montrer qu’il existe des possibilités de faire autrement, de produire et répartir autrement les richesses pour satisfaire les besoins humains et ménager les intérêts des générations futures et de la Planète!

Ensemble, travaillons à rendre la société et le monde plus humains, plus vivables, plus durables!

Nous vous donnons rendez-vous à l’Assemblée Générale des Communistes Finistériens le samedi 7 janvier à la MPT de Quimerc’h, au village de Quimerc’h, sur la commune de Pont-de-Buis les Quimerc’h. Un temps d’AG sur le 39e Congrès du PCF aura lieu le matin et l’après-midi, après un repas fraternel à 13h,

la fédération du PCF Finistère présentera ces voeux à 14h45 et vous invite à suivre: 

à partir de 15h 

Un spectacle musical et chanté du Théâtre de la Corniche sur la Commune de Paris, à l’occasion du 150e anniversaire de cette révolution sociale et politique et de son écrasement par les Versaillais lors de la Semaine sanglante:

Les Mauvais Jours Finiront – Chronique en chansons de la commune de Paris 

Contact: federation@29.pcf.fr / 06 20 90 10 52

PS: Précisons qu’il est parfaitement possible de venir au spectacle l’après-midi sans avoir pu venir à l’AG du matin, et au repas, et vice-versa.

Bloavezh mat d’an holl! - La Fédération du PCF Finistère vous souhaite une très belle année 2023
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011