Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 septembre 2022 2 13 /09 /septembre /2022 07:00
Ambiance électrique sur les prix de l’énergie

Pouvoir d’achat L’envolée des tarifs et les craintes de coupure cet hiver étaient au cœur des discussions au Forum social. La CGT mines et énergie lance la bataille de l’opinion pour rompre avec la dérégulation du secteur et la dépendance aux marchés.

Les prix de l’énergie s’emballent, mais à qui la faute ? Pour Catherine, Laurent et Hubert, venus de Cholet à la Fête de l’Huma­nité, leur avis s’est forgé après une heure d’échanges chocs entre Gabriel Attal, ministre du Budget, Fabien Roussel, député­ PCF, ou Sébastien Menesplier, de la CGT mines-énergie. « On parle de sobriété, de bouclier tarifaire ou de chèques énergie mis en place par le gouvernement. Les gens autour de nous sont paumés. Mais, pour nous, c’est désormais clair que derrière tous ces dispositifs censés contenir les augmentations, la politique suivie reste celle de servir les actionnaires de tous ces groupes privés. On ne s’attaque pas aux causes du problème, qui sont celles du mar ché et de la concurrence », résume Laurent.

Pour les syndicats, instances représentatives des personnels et experts présents en nombre au Forum social, des solutions existent à la crise énergétique et à l’augmentation des prix pour les consommateurs. Mais leur mise en place nécessite de mener une bataille politique et culturelle auprès de l’opinion publique afin de rompre avec la libéralisation du secteur et sa dilution dans un marché qui craque de tous côtés. « Les gens sont nombreux à venir nous voir. Ils nous parlent de leurs problèmes de facture, de démarchages abusifs, de crainte de devoir arrêter de se chauffer cet hiver pour éviter les impayés et les coupures », raconte Gwénaël Plagne sur le stand du Conseil national de l’énergie, constitué l’an dernier par les comités centraux d’entreprise d’EDF et Enedis au plus fort de la bataille contre le projet Hercule de découpe du groupe électricien.

« Désertification de nos services »

Ces problèmes du quotidien concernent aussi les élus de collectivités locales. « Un maire d’une commune d’Île-de-France nous a demandé ce qu’il pouvait faire alors que toutes ses mesures d’économies d’énergie ne suffisent pas à contenir l’envolée de la facture des bâtiments municipaux, reprend Gwénaël Plagne. En racontant leurs problèmes, les gens voient bien que le marché de l’électricité et du gaz ne fonctionne plus. On bat chaque jour des records sur les cours, mais les coûts de production n’ont pas varié. Ce n’est que de la spéculation. Quant aux boucliers et autres chèques, ils ne suffisent plus. Les préoccupations des usagers entrent en résonance avec nos propositions. On marque des points. »

Écouter les agents énergéticiens présents sur la Fête raconter leurs conditions de travail permet d’appréhender un système usé par vingt années de dérégulation et d’économies. Au temps d’une garantie réelle de service public de l’énergie, 75 % des interventions demandées par les usagers devaient être effectuées dans la demi-heure. Cette obligation de résultat est devenue de plus en plus lâche au fil des années, en temps (dans l’heure) comme en zones couvertes toujours plus étendues. « Comme celle-ci est comptabilisée au niveau national, on est sûr de la remplir grâce aux interventions en zones urbaines, où notre maillage est encore suffisamment dense. Mais dans les campagnes, on ne dépanne plus immédiatement. Les économies sur les personnels, les véhicules, les locaux aboutissent à une désertification de nos services », se désole Yann Renard, du CSE central de GRDF. À ses côtés, Thomas Dotel, secrétaire du même CSEC, fait le lien avec les préoccupations des usagers : « Ils voient bien que le système actuel mène à un affaiblissement des services rendus. Avant, notre statut d’énergéticien nous permettait de prendre le temps de régler un problème, quitte à allonger notre emploi du temps. Aujourd’hui, comme Engie ne veut pas payer d’heures supplémentaires, passé les dix heures d’astreinte, l’agent doit laisser le chantier, fini ou pas. »

Face à tous ces constats, la tentative de rapprochement du ministre Gabriel Attal lors du débat sur l’avenir du système énergétique a fait long feu. « Du bouclier tarifaire au chèque énergie, je demande que tout ce que nous avons fait pour protéger les Français soit reconnu. C’est un investissement massif : 1,5 % du PIB. Sur la préparation de l’avenir, des convergences existent entre nous, comme la place du nucléaire », a proposé le ministre du Budget. Réponse cinglante de Sébastien Menesplier, de la CGT : « Depuis vingt ans, les responsables se sont succédé et ont tous mené la même politique : ils ont cassé un monopole public de production et de distribution de l’énergie pour jouer au Monopoly avec le gaz et l’électricité. Il va falloir que vous vous expliquiez. »

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2022 5 02 /09 /septembre /2022 07:22
Les familles étranglées par l’inflation

Rentrée De l’électricité aux fournitures scolaires, les prix s’envolent pour les ménages, contraints d’affronter des hausses de prix partiellement compensées par les aides gouvernementales.

Les vacances à peine achevées, les Français s’apprêtent à aborder une nouvelle année scolaire qui s’annonce compliquée sur le plan budgétaire. Énergie, carburant, alimentation, logement, fournitures scolaires… tout ou presque augmente. Au mois de juillet, l’Insee avait déjà constaté­ une hausse des prix à la consommation de 6,1 % en un an. Et la facture devrait encore s’alourdir ces prochains mois. La flambée des prix du gaz et de l’électricité sur le marché de gros risque notamment de pénaliser les foyers, même si le gouvernement a promis qu’il ne laisserait pas les prix de l’énergie « exploser », maintenant en particulier le bouclier tarifaire pour les abonnés au tarif réglementé. Mais le porte-parole du gouver­nement, Olivier Véran, a d’ores et déjà prévenu que l’État ne pourrait pas « indéfiniment geler les prix ». Pour tenter d’adoucir la douloureuse, le gouvernement multiplie les « coups de pouce » aux plus précaires : prime de rentrée, revalorisation de l’allocation de rentrée scolaire, remises sur les prix de l’essence, augmentation des APL… mais à des niveaux tellement cosmétiques que ceux-ci ne pourront pas durablement aider les ménages à faire face à la hausse générale. Tour d’horizon des postes de dépenses qui grèvent le porte-monnaie des Français.

Produits alimentaires : les prix continuent de flamber

Difficile de trouver un produit alimentaire qui n’a pas augmenté quand on va faire ses courses au supermarché. En un an, les prix ont fait un bond de 7,9 %. Rien qu’au mois d’août, ils ont pris un point. Selon une étude de l’institut IRI publiée le 25 août, la hausse est particulièrement flagrante sur les premiers prix, là où il n’y a pas de marges de manœuvre. Soixante-sept catégories affichent même une progression à deux chiffres, comme les viandes surgelées (+ 28,7 %), hachées (+ 21,8 %), les pâtes alimentaires (+ 19,8 %). Aux sécheresses et inondations qui influent sur les récoltes s’ajoutent depuis fin février les incidences de la guerre en Ukraine, cinquième exportateur mondial de blé et quatrième de maïs avant le conflit. Cette inflation a des conséquences délétères pour les ménages défavorisés, pour qui les dépenses alimentaires représentent, avec le logement, un des deux premiers postes budgétaires.

Cette hausse du prix des denrées se répercute aussi sur les cantines scolaires. Certaines communes ont déjà fait le choix de réduire les portions dans les assiettes. D’autres de faire des économies ailleurs (moins de bus destinés aux sorties des enfants, non-renouvellement de personnel…) ou d’augmenter les prix. Les villes qui ont municipalisé leurs cuisines devraient mieux s’en sortir, parce qu’elles privilégient les circuits courts et ont davantage de liberté dans leur gestion. Les 40 % qui passent par des entreprises privées de restauration collective se sont vu demander d’accepter une hausse d’au moins 7 % des prestations fournies.

Logement et fournitures d’énergie : des aides insuffisantes

Après le confinement, les associations avaient déjà mis en garde contre le risque d’un raz de marée d’expulsions locatives. Avec l’inflation, cela pourrait prendre l’ampleur d’un tsunami, tant il sera difficile pour les ménages les plus fragiles, et même pour une partie des classes moyennes, d’absorber la hausse des prix du logement, loyers et charges confondus. La situation devrait devenir particulièrement intenable pour les 10 % de Français les plus modestes qui consacraient déjà, avant la crise, 40 % de leur budget à se loger. Mais, au-delà, beaucoup pourraient être concernés, le logement étant devenu le premier poste de dépenses des ménages. L’inflation a déjà commencé à se répercuter sur l’indice de référence des loyers (IRL), qui sert de base à leur révision annuelle. Celui-ci a augmenté de 2,48 % au premier trimestre 2022 et de 3,60 % au deuxième, contre 0,09 % au premier trimestre 2021. Au motif qu’il ne fallait pas heurter le pouvoir d’achat des propriétaires, le « bouclier loyers », adopté mi-août dans le cadre de la loi sur le pouvoir d’achat, s’est contenté de contenir cette escalade en limitant la hausse de l’IRL à 3,5 % jusqu’en 2023. Associations de locataires et élus de gauche n’ont pas caché leur déception face à l’insuffisance de la mesure, eux qui avaient milité pour un gel total. Autre source de mécontentement, la revalorisation des aides personnelles au logement, limitée à 3,5 %, quand la Fondation Abbé-Pierre (FAP)estime nécessaire qu’elle atteigne 10 %. Cette hausse en dessous de l’inflation est d’autant plus dérisoire qu’elle survient après plusieurs années de non-revalorisation et même de désindexation des APL.

Mais, plus encore que les loyers, la hausse des prix de l’énergie va grever les porte-monnaie, alors qu’en 2016 plus de 12 millions de personnes étaient déjà affectées par la précarité énergétique. Là encore, les mesures prises, à savoir le plafonnement de la hausse du prix de l’électricité à 4 %, et du gaz réglementé jusqu’à la fin 2022 – mais après une hausse de 41 % en 2021 –, ont permis d’éviter que les tarifs ne deviennent inaccessibles, mais elles restent insuffisantes. Pour les 5,8 millions de ménages modestes, cette mobilisation s’est accompagnée, fin 2021, du gonflement de 100 euros du chèque énergie. Insuffisant pour la FAP, qui a calculé que 700 euros étaient nécessaires pour « aider les ménages à bas revenus à payer des factures de chauffage, en hausse vertigineuse ». L’association demande aussi aux pouvoirs publics de contraindre l’ensemble des fournisseurs à remplacer, comme le fait déjà EDF, les coupures d’électricité pour impayés par une baisse de puissance.

Transports et déplacements : le carburant toujours trop cher

Pénurie des transports, coût des carburants qui atteignent des sommets… cette rentrée cumule les points d’alerte. « Pour ceux qui se déplacent en voiture, le budget a doublé ce trimestre », constate Alison Tollet, secrétaire de l’Ufal (Union des familles laïques) du Calaisis (Pas-de-Calais). « Dans notre association, les adhérents ont du mal à boucler leurs fins de mois : retraités, familles, étudiants. » Et ce n’est pas la remise de 30 centimes sur l’essence, promise au 1er septembre par le gouvernement, qui changera la donne. « À Calais, le gazole a atteint 2,24 euros et aujourd’hui il est à 1,75 euro le litre, reprend Alison Tollet . Alors, 30 centimes, c’est pas grand-chose ! Certaines familles que je connais ont quitté leur opérateur d’énergie juste parce que le concurrent proposait des cartes gratuites sur l’essence. »

Comme partout en France, les services publics ne sont pas suffisamment développés pour remédier à la hausse du coût du transport individuel. Dégradation des conditions de travail, salaires à la peine : la pénurie de chauffeurs se recense partout. Et le maillage du territoire est défectueux. Alison Tollet a dû opter pour le covoiturage pour amener sa fille au collège public, car il n’y a aucune ligne de bus. À l’Ufal, elle a rencontré des personnes qui ont dû refuser un poste à Dunkerque ou à Lille faute de solutions de transport : « Ça leur faisait trop de frais d’essence, d’entretien de voiture, surtout pour les intérimaires. » En principe, à la suite du vote de la loi du 16 août sur le pouvoir d’achat, la prime transport doublera en 2022 et 2023. Les salariés utilisant leur voiture pour venir travailler pourront bénéficier de 400 euros. Mais, pour l’instant, Alison Tollet n’en a pas entendu parler à son travail, où l’accord collectif ne semble pas encore avoir été signé.

Matériels scolaires et équipements : des dépenses pas épargnées

Poste de dépenses crucial en cette période de rentrée, les fournitures scolaires affichent elles aussi un renchérissement manifeste. Prévue dès le mois de juin, cette hausse des prix – en grande partie due à l’augmentation des coûts du papier – a bien eu lieu. En un an, le prix de la pâte à papier a bondi de 70 %, de quoi impacter la facture des parents. Dès le mois de juillet, l’Insee constatait un bond de 10,9 % des prix sur ce type de produit, quand les fournitures non composées de papier enregistraient de leur côté une hausse de 4,2 %. Dans son baromètre annuel publié mi-août, l’association Familles de France estimait qu’une rentrée scolaire en 6e aura coûté, cette année, en moyenne 4,25 % plus cher qu’en 2021, soit 208,12 euros de plus. « Le coût augmente dans tous les circuits de distribution physique tels que les hypermarchés, supermarchés et magasins spécialisés », souligne l’association. Elle remarque en outre « une hausse de 4,34 % dans le secteur des articles de sport pour atteindre 55,19 euros ». Si l’Insee n’a pas constaté de hausse significative sur les prix de l’habillement ou de l’équipement informatique, l’ameublement, lui, affichait une augmentation de 7,9 %, le gros électroménager, de 4,7 %, et les petits appareils électroménagers, de 6,4 % en juillet, de quoi peser notamment sur le budget des étudiants. Face à ces hausses, la majoration de 4 % de l’allocation de rentrée scolaire versée par la CAF et la prime de rentrée accordée par l’État aux 8 millions de bénéficiaires des minima sociaux auront aidé à faire passer temporairement la pilule. « Mais nous sommes inquiets pour l’avenir, surtout à cause des prix de l’énergie », pointe Chantal Huet, présidente de Familles de France.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011