Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 avril 2024 3 17 /04 /avril /2024 06:42
13-14 avril: les militants du PCF Morlaix sur les marchés de Morlaix le samedi et de Saint-Martin-des-Champs le dimanche pour annoncer la fête du Viaduc
13-14 avril: les militants du PCF Morlaix sur les marchés de Morlaix le samedi et de Saint-Martin-des-Champs le dimanche pour annoncer la fête du Viaduc
13-14 avril: les militants du PCF Morlaix sur les marchés de Morlaix le samedi et de Saint-Martin-des-Champs le dimanche pour annoncer la fête du Viaduc
13-14 avril: les militants du PCF Morlaix sur les marchés de Morlaix le samedi et de Saint-Martin-des-Champs le dimanche pour annoncer la fête du Viaduc
13-14 avril: les militants du PCF Morlaix sur les marchés de Morlaix le samedi et de Saint-Martin-des-Champs le dimanche pour annoncer la fête du Viaduc
13-14 avril: les militants du PCF Morlaix sur les marchés de Morlaix le samedi et de Saint-Martin-des-Champs le dimanche pour annoncer la fête du Viaduc
13-14 avril: les militants du PCF Morlaix sur les marchés de Morlaix le samedi et de Saint-Martin-des-Champs le dimanche pour annoncer la fête du Viaduc

Quelques photos de nos actions militantes du week-end.

Distribution du programme de la fête du Viaduc de la section du parti communiste du pays de Morlaix à Ploujean (salle socio-culturelle, 12h-18h, avec des concerts d'Erik Marchand, Mona Jaouen et de Patricia Paulus) dans 2 semaines et demi, le mercredi 1er mai, et vente de L'Humanite Magazine avec Daniel Ravasio, Patrick Gambache, et Ismaël Dupont sur le marché de Morlaix ce samedi 13 avril.

Et dimanche 14 avril, distribution, de nouveau sous un grand soleil au marché devant la mairie de Saint-Martin-des-Champs, du programme de la fête du 1er mai du parti communiste à Ploujean avec Colette Loiseau, Patrick Beguivin, Pascal Pouillet, Serge Bazin et Michel Lespagnol, et Ismaël Dupont

Partager cet article
Repost0
17 avril 2024 3 17 /04 /avril /2024 05:30

 

1. On répète en boucle qu’il faut absolument tailler dans nos dépenses publiques pour rembourser « la » dette publique.

Mais c’est la hausse des taux d’intérêt par la BCE qui vient de mettre à mal les finances publiques, pas la dette. Avec cette hausse des taux jusqu’à 4 %, la charge d’intérêt de la dette s’est accrue d’un coup de 18 Md€ en 2023. Elle est supérieure à 50 Md€ pour 2023 contre 33 Md€ en 2022. C’est autant qu’un second budget de l’enseignement scolaire (écoles + lycées !)… versé aux marchés financiers, c’est-à-dire à BlackRock, BNPParibas, Crédit Agricole Asset management, et avec notre argent.

2. On prétend qu’il faut dépenser moins pour aller mieux. Que la priorité doit être donnée au remboursement de la dette.

Donc on sabre dans les services publics. Mais ils sont déjà à l’os ! Nos hôpitaux sont exsangues, les médecins de ville se raréfient, la santé est de moins en moins bien remboursée. Dans l’éducation, les élèves, les profs et les parents sont révoltés. C’est tout l’avenir de notre pays qui est menacé. C’est comme si on nous disait : « Il faut se couper un bras pour être plus léger ». Or le sang va couler, les plaies sont terribles. Et il va nous manquer un bras et on ne prépare pas l’avenir !

3. Il faut au contraire se développer avec des avances massives, pour « avaler » la dette

C’est toujours comme cela qu’on a fait. Notamment après 1944-1945, pour financer les jours heureux, la sécurité sociale, la reconstruction de la France, l’expansion des services publics (santé, enseignement, recherche…), et progressivement durant les années 1950 on a « avalé » la dette et on s’est développés.

« Avaler la dette », cela veut dire : diminuer son poids dans le PIB, parce que le PIB augmente et parce que les taux sont à 0 %, et progressivement résorber les déficits. Mais ne pas faire de la résorption des déficits un préalable. Cela reviendrait à se tuer en prétendant qu’on pourra vivre demain ! En réalité, c’est faire le lit du fascisme.

Plutôt que de parler de « dette », qui porte un jugement moral, il faut parler « d’avances ». Donc : à quelles conditions (quel coût, notamment) ? Pour faire quoi ?

Le préalable, c’est de développer efficacement l’emploi et la formation, particulièrement dans les services publics. Ce sont des dépenses aujourd’hui, mais pour créer davantage de richesses dans l’avenir, car c’est le travail humain qui crée les richesses d’où sont ensuite tirés des revenus, des cotisations sociales, des impôts, et finalement de l’épargne. C’est pour amorcer cet enchaînement vertueux qu’on a besoin d’avances.

4. Pour cela, il faut :

Dépenser plus (les besoins sont immenses), donc on a besoin d’avances, d’avances pour se développer. Le pôle public bancaire français existant (CDC, la poste) peut les faire. La Banque centrale européenne (BCE) doit les refinancer à 0 %. Mais, au-delà, nous proposons de créer un Fonds européen pour les services publics, alimenté par la création monétaire de la BCE.

- Avances massives à 0 %, par création monétaire, si elles développent l’emploi, les services publics, les investissements des entreprises porteurs d’emploi et d’écologie. C’est possible immédiatement. C’est la priorité.

Dépenser autrement : pour développer les services publics et pour une nouvelle industrialisation 

- En donnant la prééminence à l’emploi et à la formation, pas au capital : pré-recrutements dans la santé (hôpital), l’éducation, les transports, etc.

- Réorienter les 200 Mds d’aides publiques aux entreprises : 1. en leur mettant d’autres critères que les critères actuels qui sont de pratiquer de bas salaires (c’est le cas de toutes les exonérations de cotisations sociales, dont l’ex-CICE) ; 2. en mettant de la démocratie, un droit de suivi et d’alerte sur les aides aux entreprises, par les salariés, les citoyens et leurs représentants, pas de la bureaucratie.

Sur cette base, on pourra engager un changement de la fiscalité, pour un impôt plus progressif sur les ménages ; faire contribuer le capital et la finance ; pour pénaliser, par un taux d’imposition sur les bénéfices, modulé à la hausse pour les entreprises qui utilisent leurs bénéfices pour servir des dividendes et spéculer, modulé à la baisse pour celles qui développent suffisamment l’emploi et les salaires, base de développement de la réponse aux besoins de la société et de recettes fiscales étendues, saines et pérennes.

On peut aussi compléter les avances par l’épargne des Français, abondant le Fonds et souscrivant à des titres de dette non négociables sur le marché, en tout cas pour la partie disponible de cette épargne.

5. La droite, l’extrême droite et E. Macron proposent le remède des années 1930 !

- en 1935 déflation française contre les services publics (par Pierre Laval, alors socialiste indépendant, qui impose -10 % de dépenses publique) ;

- en 1930-32, déflation allemande (Heinrich Brüning, -10 % sur les salaires des fonctionnaires).

Les deux ont amené la montée des fascistes et, en Allemagne, les fascistes au pouvoir.

Pourtant Macroniens, droite et extrême droite font assaut de surenchère pour baisser les dépenses.

B. Le Maire, G. Attal et E. Macron imposent un plan d’austérité de 10 Md€ et veulent durcir l’austérité de 20 Md€ encore en 2025 ! Tandis que l’ancien dirigeant socialiste P. Moscovici réclame 50 Md€ d’austérité ! F.-X. Bellamy et la droite dénoncent « l’excès de dépense publique », tout en faisant mine de pleurer sur l’absence de soignants ou sur le recul de l’école.

Mais aussi M. Le Pen écrit dans Les Échos : « La dette est le principal péril pour notre souveraineté ». Elle y propose de baisser les dépenses, et tout particulièrement de taper sur les étrangers (-16 Mds, prétend-elle) ; baisser les dépenses sociales et allocations chômage (les salariés menacés n’ont qu’à bien se tenir) ; ne pas financer les dépenses «de fonctionnement» des services publics par des avances. C’est-à-dire réserver les avances aux seules dépenses en capital (dépenses d’investissement) !! Pas d’avances pour des pré-recrutements et des embauches à l’école ou à l’hôpital !!

Et le très Macronien ministre du Budget, Th. Cazenave, lui répond en insistant à quel point lui et Macron dépenseront moins ! Leur logique est folle ! Elle nous mène dans le mur. D’autant qu’ils veulent dépenser plus... pour la guerre.

F. Bayrou prétend se dissocier de cela en disant « ne pas casser la croissance brutalement ». « ON a besoin de reconstruire, reconstruire, cela se fait par la croissance »… tout en persistant à dire qu’il faut baisser les dépenses. « Oui, il faut dépenser moins », dit-il ! Contradiction totale et tartufferie.

Pour nous le principal péril pour notre souveraineté, c’est la finance ! Il faut la faire reculer, s’y attaquer.

6. Un axe commence à se faire jour sur l’idée : « Il faut dépenser plus, ne pas casser la croissance ».

Cet axe s’entend en France, c’est intéressant ! De la part d’économistes comme de responsables politiques.

Mais à partir de cette idée, certains (tels R. Glucksmann ou F. Bayrou) poussent les feux d’une Europe fédérale dans les mains des marchés financiers en réclamant un emprunt européen… sur les marchés financiers ! C’est un remède empoisonné, aussi nocif que le mal qu’il prétend combattre.

7. Nous proposons de créer un Fonds européen pour les services publics, alimenté par une création monétaire de la BCE à 0 %, pour les dépenses des États SI elles vont au développement des services publics et - surtout - de leur emploi.

Ce serait une sorte de nouveau « quoiqu’il en coûte ». Mais d’un tout autre type que celui expérimenté durant la pandémie : il sera efficace car ayant pour critère le développement et pour pilotage la démocratie, la souveraineté populaire, avec des critères précis.

C’est possible dès à présent avec les Traités existants (l’article 123.2 autorise le financement direct des États par une institution financière publique… ce serait ce Fonds) ! Donc, si les dirigeants actuels ne veulent pas le mettre en place, c’est qu’ils ne veulent pas, et non qu’ils ne pourraient pas ! La question est politique !

Nous appelons les usagers du système de soin et les soignants ; les usagers des services publics, les parents d’élèves et les jeunes ; les citoyennes et citoyens soucieux d’écologie, voulant un développement du Fret ferroviaire ; les usagers et acteurs de tous les services publics ; les jeunes en quête d’avenir et d’emploi, à l’exiger avec nous !

Nous le portons et le porterons dans la campagne des européennes avec Léon Deffontaines et la gauche unie rassemblée sur la liste qu’il conduit.

8. Pourquoi au niveau européen ?

- Parce que dans le monde de mastodontes financiers, et face au dollar, c’est l’UE qui a la surface et la force suffisante pour faire ces avances. Nous pouvons mettre nos forces en commun... Mais pour le social ! Pas pour le capital. Pour de nouveaux jours heureux, pas pour la guerre.

- Parce que tous les peuples d’Europe et de l’UE souffrent au même titre. Même les Allemands : il manque 100 000 soignants à l’hôpital en Allemagne et 14 000 enseignants, expliquent nos camarades et amis de Die Linke. Les Grecs, les Français, les Irlandais, les Italiens… ne sont plus seuls !

9. C’est pourquoi nous portons cette proposition en commun avec le PGE (parti de la gauche européenne).

Avec nos camarades allemands (Die Linke), espagnols (PCE-Izquierda Unida), autrichiens du PCA, italiens de Rifondazzione Communista, irlandais du Sinn Fein, grecs de Syriza et de Nouvelle gauche, hongrois du Parti du travail, tchèques de Levitse, etc.

Nous nous battrons pour cela au Parlement européen. Nous pouvons obtenir des majorités - en commençant par la santé ou par le fret ferroviaire - pour sortir ainsi du piège mortel de la déflation et de la souffrance sociale sans fin !

Nous sommes ouverts à toutes celles et tous ceux qui veulent aller avec nous dans ce sens. Nous ne mettons pas d’exclusive (on l’a vu sur le CETA au Sénat), au contraire : qui veut venir soutenir et porter cette proposition ?

Ni suivre les marchés et les dogmes dominants en faisant des aménagements mineurs et courir vers le fédéralisme, comme les sociaux-libéraux,

Ni annoncer qu’on va renverser la table ou alimenter le souverainisme, mettre les traités comme préalable à tout changement substantiel… et finalement ne rien changer.

Telle est notre conception politique pour réorienter profondément l’Union européenne, qui sinon entraîne tous les peuples de l’UE dans le mur !

 

Partager cet article
Repost0
16 avril 2024 2 16 /04 /avril /2024 13:31

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2024 1 15 /04 /avril /2024 11:48
Brest, 15 avril, 18h, Maison des Syndicats: Réunion publique Européennes: "Energie, climat: on a un plan" avec Taran Marec et Amar Bellal
Partager cet article
Repost0
15 avril 2024 1 15 /04 /avril /2024 11:46
Carantec - 14 avril 2024 - Pique-nique de solidarité avec Alhassane Kaba et réalisation de mandalas géants pour la régularisation de Alhassane
Carantec - 14 avril 2024 - Pique-nique de solidarité avec Alhassane Kaba et réalisation de mandalas géants pour la régularisation de Alhassane
Carantec - 14 avril 2024 - Pique-nique de solidarité avec Alhassane Kaba et réalisation de mandalas géants pour la régularisation de Alhassane
Carantec - 14 avril 2024 - Pique-nique de solidarité avec Alhassane Kaba et réalisation de mandalas géants pour la régularisation de Alhassane
Carantec - 14 avril 2024 - Pique-nique de solidarité avec Alhassane Kaba et réalisation de mandalas géants pour la régularisation de Alhassane
Carantec - 14 avril 2024 - Pique-nique de solidarité avec Alhassane Kaba et réalisation de mandalas géants pour la régularisation de Alhassane
Carantec - 14 avril 2024 - Pique-nique de solidarité avec Alhassane Kaba et réalisation de mandalas géants pour la régularisation de Alhassane
Carantec - 14 avril 2024 - Pique-nique de solidarité avec Alhassane Kaba et réalisation de mandalas géants pour la régularisation de Alhassane
Carantec - 14 avril 2024 - Pique-nique de solidarité avec Alhassane Kaba et réalisation de mandalas géants pour la régularisation de Alhassane
Carantec - 14 avril 2024 - Pique-nique de solidarité avec Alhassane Kaba et réalisation de mandalas géants pour la régularisation de Alhassane
Carantec - 14 avril 2024 - Pique-nique de solidarité avec Alhassane Kaba et réalisation de mandalas géants pour la régularisation de Alhassane
Carantec - 14 avril 2024 - Pique-nique de solidarité avec Alhassane Kaba et réalisation de mandalas géants pour la régularisation de Alhassane
Très beaux moments avec Alhassane à la plage de Roc'h Glaz à Carantec avec près de 150 personnes qui ont pique-niqué à la plage pour un rassemblement solidaire avec Alhassane Kaba, 21 ans, arrivé en France en 2018, ancien mineur isolé scolarisé à Plounéour-Menez et à Morlaix, et ont réalisé des mandalas géants pour demander sa régularisation et un titre de séjour qui lui permette de poursuivre sereinement sa vie amoureuse et amicale et sa formation professionnelle et son intégration déjà exemplaires en France et dans le pays de Morlaix. Plus de 32 500 personnes ont signé la pétition pour sa régularisation.
Avec Gaëlle Zaneguy, nous avons témoigné pour notre part en tant que conseillers départementaux du canton de Morlaix de notre solidarité pleine et entière à Alhassane. Que nous avons exprimé aussi lors du rassemblement de Pleyber-Christ et par un courrier au préfet du Finistère.
La maire de Carantec Nicole Segalen Hamon était également présente, avec de nombreux jeunes, amis et connaissances d'Alhassane, des citoyens solidaires.
Partager cet article
Repost0
15 avril 2024 1 15 /04 /avril /2024 05:42

 

 

Partager cet article
Repost0
14 avril 2024 7 14 /04 /avril /2024 17:36
Jeudi 11 avril la section PCF du pays de Quimper recevait Gérard Streiff aux Halles St François dans le cycle des conférences de Quimper Rouge
Jeudi 11 avril la section PCF du pays de Quimper recevait Gérard Streiff aux Halles St François dans le cycle des conférences de Quimper Rouge
Jeudi 11 avril la section PCF du pays de Quimper recevait Gérard Streiff aux Halles St François dans le cycle des conférences de Quimper Rouge
Jeudi 11 avril la section PCF du pays de Quimper recevait Gérard Streiff aux Halles St François dans le cycle des conférences de Quimper Rouge
Jeudi 11 avril la section PCF du pays de Quimper recevait Gérard Streiff aux Halles St François dans le cycle des conférences de Quimper Rouge
Jeudi 11 avril la section PCF du pays de Quimper recevait Gérard Streiff aux Halles St François dans le cycle des conférences de Quimper Rouge
Jeudi 11 avril la section PCF du pays de Quimper recevait Gérard Streiff aux Halles St François dans le cycle des conférences de Quimper Rouge - Prezegennou Kemper Ruz - pour évoquer Missak et Mélinée Manouchian, un couple en résistance, auxquels il vient de consacrer son dernier livre.
Assistance attentive et curieuse - 35 personnes - et participative, nombreuses questions à notre ami Gérard Streiff qui a dédicacé 14 livres, signe de l'intérêt de son auditoire.
A noter la présence de plusieurs élus de Quimper et de Mme Chambeiron dont le mari Robert Chambeiron a été un des fondateurs du Conseil National de la Résistance
Une belle soirée historique mais aussi dans l'actualité car les valeurs de progrès social et humain du CNR et de la Résistance sont mises à mal aujourd'hui.
La ville de Quimper vient de décider le 1er février à l'unanimité de son conseil municipal de donner les noms accolés de Missak et Mélinée Manouchian à l'un de ses rond-points, c'était une très ancienne demande des élus communistes de Quimper.
Elle a aussi acquis la belle exposition du Musée National de la Résistance de Champigny qui a déjà été présentée à la maison des services publics et va circuler.
Yvonne Rainero
Partager cet article
Repost0
14 avril 2024 7 14 /04 /avril /2024 07:12
Mandala géant et pique-nique de soutien à Alhassane à Carantec ce dimanche 14 avril à 13h
Partager cet article
Repost0
11 avril 2024 4 11 /04 /avril /2024 05:33
Mardi de l'éducation populaire: une conférence très stimulante d'Olivier Verdun sur la Laïcité ce 9 avril 2024
Mardi de l'éducation populaire: une conférence très stimulante d'Olivier Verdun sur la Laïcité ce 9 avril 2024
Mardi de l'éducation populaire: une conférence très stimulante d'Olivier Verdun sur la Laïcité ce 9 avril 2024
Mardi de l'éducation populaire: une conférence très stimulante d'Olivier Verdun sur la Laïcité ce 9 avril 2024

Très belle édition des Mardis de l'Éducation Populaire ce soir avec Olivier Verdun, professeur de philosophie, sur la laïcité, sa portée, son actualité en France, ses fondements.

+35 participants ce mardi 9 avril et un bon débat après une conférence extrêmement stimulante au local du PCF Morlaix.

Le mardi 23 avril, à 18h, pour notre prochain mardi de l'éducation populaire, nous accueillerons Gérard Streiff pour nous parler de Missak et Mélinée Manouchian et du groupe de résistance communiste FTP MOI d'après son dernier livre: "Missak et Mélinée Manouchian: un couple en résistance".

Partager cet article
Repost0
11 avril 2024 4 11 /04 /avril /2024 05:31
Gaza : des Palestiniens prisonniers « menottés puis amputés », dénonce un médecin israélien (Pierre Barbancey, L'Humanité, 7 avril 2024)
Gaza : des Palestiniens prisonniers « menottés puis amputés », dénonce un médecin israélien
 
Un médecin israélien travaillant dans l’hôpital de campagne d’une base militaire dénonce dans une lettre à sa hiérarchie les traitements subis par des hommes capturés à Gaza, les membres liés, forcés de « déféquer dans des couches », révèle Haaretz.
 
L'Humanité, 7 avril 2024, Pierre Barbancey
 
Le menottage constant entraîne de graves blessures, nécessitant parfois des opérations chirurgicales répétées.
« Cette semaine, deux prisonniers ont été amputés des jambes en raison de blessures occasionnées par les menottes, ce qui est malheureusement un événement de routine. » L’accusation est terrible. Elle provient d’une lettre obtenue par le quotidien israélien Haaretz et publiée le 4 avril.
Elle a été expédiée au procureur général d’Israël et aux ministres de la Défense et de la Santé par un médecin affecté dans un hôpital de campagne pour Palestiniens détenus à la base militaire israélienne de Sde Teiman, entre Gaza et Beersheva, dans le désert du Néguev.
Toujours selon le médecin, « les détenus sont nourris à la paille, défèquent dans des couches et sont maintenus (dans) des contraintes constantes, ce qui viole l’éthique médicale et la loi ». Il ajoute que les conditions de détention sont telles (les prisonniers ont les quatre membres menottés en permanence) qu’elles provoquent « des complications et parfois même la mort du patient ».
Un menottage constant qui « nécessite des interventions chirurgicales répétées »
Ceux capturés par Israël à Gaza depuis le 7 octobre ont été définis comme des « combattants illégaux », une classification permettant de les détenir dans des conditions différentes de celles des autres populations carcérales, pourtant déjà maltraitées. Cet hôpital de campagne a été créé après que les hôpitaux civils israéliens ont refusé d’admettre des détenus de Gaza ou des suspects qualifiés de terroristes, selon un rapport de l’organisation Médecins pour les droits de l’homme-Israël publié en février.
Alors que le praticien indique que, « dans ces conditions, dans la pratique, même les patients jeunes et en bonne santé perdent du poids après une semaine ou deux d’hospitalisation » et déplore l’absence de fournitures médicales régulières. Plus de la moitié des patients de cet établissement y sont en raison de blessures causées par leur menottage constant pendant leur détention en Israël, et qui « nécessitent des interventions chirurgicales répétées ».
Outre ce médecin, Haaretz cite trois autres sources qui affirment qu’« au début de la guerre un détenu blessé parce qu’il avait été attaché avec des menottes en plastique pendant une période prolongée avait été amputé d’une main ». Un porte-parole de l’armée israélienne a affirmé que l’incident avait fait l’objet d’une investigation, « mais comme aucune infraction pénale n’a été trouvée il a été décidé de ne pas ouvrir d’enquête de la police militaire », révèle le quotidien. Un témoignage israélien sur de mauvais traitements qui corrobore ceux des prisonniers palestiniens libérés et publiés dans l’Humanité, le 16 février dernier.
Le rapport de Médecins pour les droits de l’homme-Israël sur Sde Teiman, qui documente les « manquements éthiques » dans l’hôpital de campagne, souligne également que « les forces de sécurité (y) exigent que toutes les personnes détenues restent menottées et les yeux bandés en tout temps, y compris pendant les traitements médicaux ».
L’ONG s’inquiète également des différents articles dans les médias israéliens qui « indiquent que les résidents de Gaza détenus dans ce centre militaire endurent des conditions difficiles, sont retenus les mains derrière le dos et parfois liés à une clôture pendant de longues périodes, s’étendant sur des jours entiers et consécutifs. Ces circonstances entraînent des préjudices physiques et psychologiques importants ».
Alors que le ministère israélien de la Santé a déclaré que « le traitement médical fourni à Sde Teiman est conforme aux règles et aux traités internationaux auxquels Israël est engagé », le médecin, lui, affirme que les détenus ne reçoivent pas de soins appropriés : « Aucun patient transféré à l’hôpital n’y est resté plus de quelques heures ». Quand ils sont transférés…
« Cela nous rend tous – les équipes médicales et vous, responsables des ministères de la Santé et de la Défense – complices de la violation de la loi israélienne, et peut-être pire pour moi en tant que médecin, de la violation de mon engagement fondamental envers les patients », s’insurge ce docteur.
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011