Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 août 2020 2 04 /08 /août /2020 12:42
Triste nouvelle : notre camarade Yvette, épouse de Michel PRIGENT, est décédée.
Michel et Yvette étaient, sont des militants d'une grande générosité.
Elle va nous manquer.

Ses obsèques se sont déroulés le jeudi 30 juillet.

 
 

Roger HERE, son camarade Ignacien et 1er adjoint de la nouvelle municipalité de Plouigneau, a lu, à cette occasion un texte hommage à Yvette PRIGENT

 

 

 

Yvette,

 

Il me revient le difficile privilège de t’adresser ces quelques mots d’adieu.

 

Avec toi, notre amie, notre camarade, c’est une figure Ignacienne qui s’efface, mais non sans laisser les traces d’une vie active et passionnée…

 

Une mémoire vivante aussi qui disparaît, car rien de ce qui a fait la vie de la commune de Plouigneau et du Trégor finistérien ne t’échappait, et en particulier  quand il s’agissait de questions  politiques.

 

Beaucoup t’ont connue à Plouigneau depuis des lustres, et pensent tout naturellement que tu es Ignacienne de naissance, pure souche,...Eh bien pas du tout !

 

D’autres pensent que tu es née à Plouégat Moysan… Eh bien pas davantage non plus !

 

Non, car comme bon nombre de bretonnes et bretons tu es née à Paris, le 17 octobre 1937, dans le 15ème...un quartier qui n’est plus aujourd’hui celui de prolétaires, tu dois bien l’admettre.

 

Car ton papa avait un emploi chez Renault, à Billancourt, ceci explique cela !

 

Cependant, en raison de problèmes de santé, les médecins conseillent à ton papa un retour en Bretagne. Et te voilà arrivée à Plouégat (Moysan bien sûr).

 

C’est là que grandit le petit « garçon manqué » que tu étais, selon l’expression populaire de l’époque, sportive et dégourdie, ne ratant aucune occasion de grimper aux arbres, paraît-il. C’est donc à Plouégat Moysan que la petite Yvette Derrien a grandi.

 

Prof de gym ! tu voulais devenir prof de gym ! Mais une angine mal soignée est venue contrarier tes projets. Tu me l’a redit plusieurs fois ces dernières années, et la dernière fois que tu me l’as rappelé c’était il y a quelques semaines seulement. Un événement marquant pour toi, car cette maladie, les médecins te l’ont confirmé, fut la source de tes ennuis cardiaques qui ne te quitteront plus  tout le reste de ton existence jusqu’à son achèvement mardi dernier.

 

Adieu donc le rêve de prof de gym, adieu aussi la perspective de rentrer dans les PTT qui te fut refusée pour ces raisons de santé.

 

Tu te résous donc à monter à Paris, ta ville de naissance, pour chercher du travail.

 

Et tu es embauchée à l’imprimerie « Archer contact » à Montreuil en 1957. Tu avais 20 ans !

 

C’est au cours de cette même année 1957, à 20 ans que tu adhères aussi au Parti Communiste Français auquel ta fidélité sera sans interruption et sans faille aucune (63 ans de parti, rien que ça!).

 

Il faut dire que tu as été élevée dans une famille coco. Le papa l’était bien sûr, mais bien d’autres aussi, dont par exemple le tonton Roger (Roger Geffroy) qui a d’abord été un résistant, agent de liaison FTP, au maquis de Saint Laurent, puis un fidèle compagnon d’armes (au sens politique s’entend) de Jacques Duclos.  Michel m’a même  dit que tu as participé à certaines des ces campagnes politiques. Evidemment, avec de tels formateurs, c’est sûr, ton engagement ce sera du solide !

 

Nous voici maintenant en 1960 ; et un événement très important survient dans ta vie : la naissance de ton fils Eric.

 

Tu travailles toujours à Montreuil, mais les circonstances de la vie, un divorce en 1965, font que tu reviens à nouveau vivre à Plouégat (Moysan bien sûr).

 

Après quelques boulots, tu participes à la création de Négobeurreoeuf en 1967 à Plouigneau (Négo comme négoce, beurre comme beurre et œuf comme œuf, tout simplement (nul besoin de décrire plus amplement  l’activité) où tu occupes un emploi de secrétaire.

 

C’est durant ces années qu’un jour, à un bal chez Brignou à Plouigneau à Pen ar C’hra (entrée du bourg)  tu fais la connaissance d’un ouvrier boulanger qui travaille à Morlaix, rampe Saint Nicolas. Un militant aussi, un syndiqué à la CGT !  Un gars sympa, gentil, serviable, pétri de qualités et bonne pâte aussi...normal après tout pour un boulanger ! Le gars se prénomme Michel. Tu vas l’épouser en 1970 et prendre son nom : Prigent ! Et désormais on t’appellera : Yvette Prigent !

 

Vous vous installez route nationale à Plouigneau, en location dans un appartement, et peu après Michel adopte Eric comme son propre enfant.

 

Votre vie sera commune désormais, et même fusionnelle.

 

En 1972 vous construisez une maison lotissement Coat an Lem à Plouigneau (Kerjean actuellement)

 

Unis dans la vie, vous l’êtes aussi dans les activités professionnelles (Michel a changé de métier et est devenu lui aussi salarié de Négobeurreoeuf comme chauffeur laitier) et unis aussi dans la vie militante qui va rythmer vous jours, vos semaines, vos années.

 

Un engagement sans compter, même après 1974, année où opérée une première fois du coeur tu dois cesser ton activité professionnelle et te trouves placée en invalidité.

 

Beaucoup de campagnes militantes tous les deux ensemble, avec de nombreux camarades communistes et sympathisants qui ne manquaient pas dans le secteur. Tous gardent en mémoire par exemple la campagne menée avec René Le Nagard, conseiller général communiste du canton de Plouigneau, contre les troupes de droite du notable Tilly de Guerlesquin, bataille épique paraît-il aux dires de plusieurs.

Que d’anecdotes de ces actions où tu te trouvais toujours au centre poussant sans relâche à la mobilisation.

 

Ces activités se poursuivent encore lorsque Michel se met à son compte en 1983 comme transporteur routier et que vous déménagez définitivement au 23 rue de la libération. Le hangar servira aussi à stocker le matériel pour les fêtes de l’Huma  à La Courneuve, mais aussi pour la fête de l’Huma Bretagne à Lanester. Il en a vu passer des cocos de tous les coins du Finistère et de Bretagne ce hangar-là !

 

Et pas seulement le hangar car la maison accueillait aussi les réunions des communistes de la localité et de la section, dans lesquelles tu étais toujours présente et active.

 

Tout était rouge dans la maison, du sol au plafond et de l’étage à la cave, ...les bouteilles aussi parfois à la fin des réunions...et même les joues des participants quand ils sortaient. Mais de cela il y a prescription aujourd’hui.

 

En 1990 ce fut la naissance de ta chère petite fille Manon, qui malgré son handicap, adorait venir passer des vacances chez sa mamie et son papi, tous les deux chéris. Elle adorait s’installer à l’avant du camion où elle trônait fièrement, position où elle pouvait dominer les automobilistes et les passants, tout comme plus tard dans le camping-car.

 

Avec ce camping-car , une fois que Michel eût pris sa retraite en 2004, vous avez sillonné les routes de France, les mêmes que Michel fréquentait en tant que transporteur, mais en visitant les régions cette fois, ce qui n’était pas du tout la même chose. Et invariablement dans votre périple il y avait une étape à la fête de l’Huma.

Ce furent de belles années. Des habitudes bien ancrées qui ne cesseront que lorsque tu seras devenue trop fatiguée, mais ça ne fait pas si longtemps.

A ce propos, Ismaël Dupont, secrétaire de la fédération du Finistère du PCF qui regrette de ne pas pouvoir être présent aujourd’hui, car il est éloigné de la région depuis une semaine, m’a chargé de l’associer, ainsi que toute la fédération du Finistère du PCF,  à l’hommage à Yvette. Il m’indique ainsi, je le cite « Yvette était avec Michel un pilier du stand du Finistère à la fête de l’Huma Bretagne et de La Courneuve. Yvette était une militante communiste très expérimentée, convaincue et généreuse. A leur contact on avait accès à tout un vécu militant. La force de leur amour leur a permis d’affronter des épreuves de vie très dures, comme la mort d’Eric. Yvette va beaucoup nous manquer. Nous pensons très fort à toi Michel, et serons à tes côtés pour que tu gardes la force et le goût de vivre. »

 

Ta santé déjà fragilisée par les multiples conséquences de tes problèmes cardiaques, fut encore plus altérée lorsque tu perdis ton fils Eric en août 2014. Ce fut un choc terrible.

 

Quatre ans plus tard c’est ton frère Martial qui s’en allait.

 

Ainsi donc les épreuves ne t’auront pas épargnée. Mais jusqu’au bout tu auras été une lutteuse, physiquement mais aussi intellectuellement.

 

Et en cette année 2020, un événement est venu secouer la commune de Plouigneau. La liste #ChangeonsPlouigneau est venue mettre fin à la main mise de la droite sur la commune depuis 40 ans. La gauche à Plouigneau et des communistes au conseil municipal ! Enfin ! As-tu dit !

 

Mais tu n’auras pas, hélas, connu très longtemps cette situation car tu t’en es allée tout juste deux mois après l’installation du nouveau conseil municipal.

 

Mais tu peux partir avec la satisfaction du devoir accompli. Car aujourd’hui c’est une vaillante camarade qui nous quitte, et dont le souvenir restera pour longtemps très vivace dans nos mémoires et dans nos coeurs.

 

Alors, au nom de tous, de toutes celles et tous ceux qui t’ont aimée, avec qui tu as lutté, combattu, partagé tes idées et tes convictions, je t’adresse, chère Yvette, ce salut respectueux, sincère et fraternel.

 

Adieu notre chère amie, adieu chère camarade.

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost0
4 août 2020 2 04 /08 /août /2020 08:50

 

L'éditorial de L'Humanité Dimanche du 30 juillet au 5 août 2020.

La raison voudrait non seulement qu’on mette définitivement au placard la contre-réforme des retraites mais aussi qu’on revienne à la retraite à 60 ans pour permettre aux centaines de milliers de jeunes en âge de travailler de remplacer celles et ceux qui auraient droit à une retraite bien méritée. De même, une réelle diminution du temps de travail hebdomadaire permettrait de créer des centaines de milliers d’emplois. Les crédits publics qui viennent en aide aux grandes sociétés devraient être conditionnés à cette nécessité : faire de la place aux jeunes. Ce n’est pas le choix du pouvoir qui, derrière son projet « un jeune, une solution », utilise la pandémie pour accentuer encore le reformatage du droit du travail tout en faisant bénéficier les entreprises d’un nouveau cadeau royal.

Le premier ministre ne s’en est pas caché, promettant « un dispositif exceptionnel de réduction des coûts du travail ». De fait, le pouvoir utilise la situation pour exonérer les employeurs de cotisations sociales pour toute embauche temporaire d’un jeune jusqu’à la valeur de deux Smic. Cela fait plus de quatre décennies que ces recettes sont appliquées. Résultat : le chômage, la précarité, les inégalités augmentent à la vitesse d’un cheval au galop et les actionnaires se régalent. En vérité, le pouvoir et ses soutiens veulent profiter de l’angoisse et de la peur qu’engendre la crise sanitaire pour faire des jeunes des appendices corvéables de la machine et des pions du grand patronat. Pas un jour ne passe sans que celui-ci ne réclame la réduction de la dépense publique. Voici pourtant que, dans le plan gouvernemental, l’État prendra en charge la valeur des cotisations ainsi perdues pour les caisses de protection sociale. Autrement dit, ceux qui n’ont pas de mots assez durs contre l’emploi public inventent le financement public de l’emploi privé !

Le grand patronat va utiliser ce dispositif comme un effet d’aubaine pour toucher des subventions publiques et accentuer la concurrence en vue de diminuer les rémunérations du travail. La jeunesse devient ainsi le nouveau terrain d’expérimentation du remodelage capitaliste par la mise en concurrence exacerbée entre travailleurs expérimentés et jeunes entrant dans les entreprises. Cette division sera d’autant plus accentuée que la contre-réforme scélérate de l’assurance-chômage empêche chaque jeune qui n’a pas travaillé continûment durant six mois d’être indemnisé.

Le conditionnement à une activité durant deux ans devrait être levé pour qu’un jeune puisse bénéficier du revenu de solidarité active. Une distinction devrait être faite entre l’aide aux petites entreprises et aux artisans et celles aux grandes sociétés bénéficiant déjà d’avantages fiscaux sans contrepartie. Ajoutons qu’avec la Banque publique d’investissement, il serait possible de se donner des moyens pour aider les entreprises qui s’engagent dans des initiatives d’embauches durables et de formations correctement rémunérées.

Au-delà, l’accès au travail des jeunes devrait s’inscrire dans un véritable plan sur plusieurs années tirant les leçons d’une crise sanitaire qui n’en finit pas. Celle-ci pose des défis potentiellement riches en millions d’emplois. La reconquête industrielle et agricole et le déploiement d’une économie de la mer en lien avec une alimentation de qualité adossés à une stratégie de transition environnementale réclament autant de formations que de travail. De grands projets sont nécessaires pour développer les transports publics en ville comme à la campagne, pour consolider la SNCF et l’aider à impulser le fret ferroviaire, pour rénover et construire des logements à prix abordables, aider collectivités locales et associations à monter des projets urbains soucieux de l’environnement, pour une restauration scolaire de qualité, ou une agriculture urbaine riche en emplois et formations. L’avenir ne passe pas par la flexibilité et la précarité du travail mais par une sécurité de vie dont celle du travail et des formations, incluant une garantie de rémunération.

Patrick Le Hyaric, Directeur de l'Humanité

 

 

Partager cet article

Repost0
4 août 2020 2 04 /08 /août /2020 08:47

 

106ème  anniversaire de sa mort

Café du Croissant, Paris – 31 juillet 2020

Allocution de Patrick le Hyaric, directeur de l’Humanité

Mesdames, Messieurs les élus,

Chers amis,

Chers camarades,

Merci à chacune et chacun d’avoir répondu à cette invitation à nous réunir pour ce moment d’hommage et de recueillement en la mémoire de Jean Jaurès, homme de combat, homme de lumière et de paix assassiné ici même, il y a 106 ans, par une incarnation du nationalisme et de l’obscurantisme.

Jaurès attablé ici même et assassiné d’une balle tandis que les puissances continentales peaufinaient, dans le secret des chancelleries, les plans du carnage fondateur de ce siècle de fer et de sang dont Jaurès pressentait, bien seul en France avec quelques camarades socialistes, le cruel avènement.

Une fois l’horrible besogne accomplie, il n’y avait pour le gouvernement qu’à attendre quelques heures pour faire sonner clairons et trompettes et envoyer toute une génération mourir au champ d’honneur. Ce qui advint et valut à cette élite bourgeoise et militaire, coupable et corrompue, l’éternel déshonneur.

Se souvenir de Jaurès, c’est essayer de comprendre, encore et toujours, comment l’impensable fut possible, comment des peuples pétris de culture et de progrès technique, embarqués dans la grande aventure moderne, purent se prêter à un tel massacre. Comment la raison qui prétendait guider les pas des grandes nations put abdiquer si facilement pour laisser place à une épreuve dépassant alors tout entendement.

Le jour de son assassinat, Jaurès publiait dans l’Humanité un éditorial intitulé « Sang-froid nécessaire ». Ce fut sa dernière trace écrite.

Alors que le tourbillon de la haine alimenté par le poison nationaliste faisait tourner la tête des millions de Français et d’européens, le député et journaliste en appelait au « sang-froid ». Quelle incroyable sagesse, alors que nul autre n’avait autant conscience que lui du gouffre qui menaçait d’avaler la civilisation européenne !

« De grâce, écrivait-il, qu’on garde partout la lucidité de l’esprit et la fermeté de la raison. »

« Pour résister à l’épreuve, il faut aux hommes des nerfs d’acier ou plutôt il leur faut une raison ferme, claire et calme. C’est à l’intelligence du peuple, c’est à sa pensée que nous devons aujourd’hui faire appel si nous voulons qu’il puisse rester maître de soi, refouler les paniques, dominer les énervements .»

C’est une grande constante chez Jaurès que de vouloir, en toute occasion, laisser la raison, l’analyse, l’intelligence présider à l’action. Toujours dans ce dernier éditorial, il résumait cette ambition par le jumelage de l’« héroïsme de la patience et l’héroïsme de l’action ».

Ce refus de se laisser étourdir par « le venin de la polémique » était déjà inscrit dans l’éditorial fondateur de l’Humanité, rédigé en 1904.

C’est une leçon, un fil conducteur que nous nous attachons à tisser dans un monde où l’obscurantisme et la vaine polémique s’entretiennent l’un l’autre.

Dans un monde dominé par les pulsions morbides d’un capitalisme mondialisé qui fait de l’argent la fin et le commencement de toute chose, une valeur et un but en soi.

Dans un monde arrimé à la course au profit généré par des marchés financiers, complètement disjoints de l’économie réelle, de la production, des besoins humains et du respect de la nature. Un monde où l’individualisme asséchant et la compétition brutale règnent en maitre et écrasent les aspirations individuelles comme collectives.

Un monde, enfin, où l’invective tient lieu de morale, l’opinion de vérité, le raccourci de pensée, et l’hallali de procès.

Oui le capitalisme dans sa phase actuelle enfante des monstres obscurs qui peuplent les palais présidentiels à travers le monde des Etats-Unis à l’Europe, de la Turquie au Brésil. Et toute la perversité du moment tient aux faux choix imposés aux peuples de choisir entre cette peste et un prétendu moindre mal qui n’a pour seule fonction que de sauver le système.

D’autres monstres naissent là où les êtres humains n’ont d’autre horizon que la guerre et la pauvreté, n‘opposant à la misère que l’archaïsme religieux et ses dogmes imposés par la violence. D‘autres, enfin, infiltrent les consciences en propageant sur les réseaux sociaux ou les chaines d’information continue, ces médias aux mains des puissances numériques et financières, la haine de l’autre.

Chers amis,

Jaurès eut l’idée de baptiser son journal, avant que son ami Lucien Herr ne lui propose heureusement pour titre l’Humanité, « Lumière ». « Lumière » car il voulait indiquer la filiation de son entreprise éditoriale avec la longue tradition philosophique et politique par la force de laquelle s’écroula le monde d’ombres de l’Ancien Régime et qui combattit ses survivances après la grande Révolution pour fonder, contre les préjugés et sur l’universelle raison, la liberté, l’égalité et la fraternité des hommes et des femmes qui composent notre humanité, quel que soient leurs nations, leurs origines ou leurs couleurs de peau.

Cette tradition sur laquelle vint se greffer le socialisme puis le communisme, espérances universelles qui prolongeaient le combat pour une humanité réconciliée en l’inscrivant dans le mouvement réel, celui d’un antagonisme fondamental instauré par le mode de production et de développement capitaliste.

C’est encore cette volonté de forger l’action collective sur la raison qui présida aux débats sur la loi de séparation des Eglises et de l’Etat et aux combats pour  une éducation universelle et laïque. «  La République, écrivait-il en 1906, est le seul gouvernement qui convienne à la dignité de l’homme, car elle seule met en jeu la raison et la responsabilité de tous ».

De cet héritage, nous sommes toujours comptables. Le faire fructifier aujourd’hui est l’une des conditions pour redonner à la politique, c’est à dire à la possibilité même d’une action collective, sa grandeur et ses potentialités. C’est faire échouer l’éclatement des sociétés aussi bien que leur unité guerrière, versants d’une même pièce frappée du sceau de puissances d’argent. C’est donner à la classe des travailleuses et des travailleurs la possibilité de fonder une société enfin débarrassée des dominations et des illusions qui les emprisonnent et les divisent.

Oui, temps obscurantistes quand un nationalisme purulent essaime sous toutes les latitudes, prospère sur les injustices, les dépossessions, la négation de la démocratie et de la souveraineté populaire instruits par la mondialisation capitaliste. Temps obscurantistes quand ce nationalisme prétend s’affirmer comme alternative, parfois maquillé en « souverainisme », cette version rabougrie et frelatée de la souveraineté.

Aux esprits tentés par la propagande chauvine, Jaurès écrivait en 1898 : « Lorsque des échauffés ou des charlatans crient : “ La patrie au-dessus de tout ”, nous sommes d’accord avec eux s’ils veulent dire qu’elle doit être au-dessus de toutes nos convenances particulières, de toutes nos paresses, de tous nos égoïsmes. Mais s’ils veulent dire qu’elle est au-dessus du droit humain, de la personne humaine, nous disons : Non !

Non, elle n’est pas au-dessus de la discussion. Elle n’est pas au-dessus de la conscience. Elle n’est pas au-dessus de l’homme. Le jour où elle se tournerait contre les droits de l’homme, contre la liberté et la dignité de l’être humain, elle perdrait ses titres. Ceux qui veulent faire d’elle je ne sais quelle monstrueuse idole qui a droit au sacrifice même de l’innocent, travaillent à la perdre. »

C’est à cette conception de la nation que nous en tenons toujours. Une nation qui ne se définit pas seulement par ses frontières, pas seulement par son histoire, encore moins par le sang de celles et ceux qui le peuplent, mais avant tout par les principes universels qu’elle édicte et proclame, par l’égalité et la souveraineté qu’elle garantit au peuple qui la compose, et la liberté qu’elle entend laisser aux  peuples qui l’entourent.

Quelle honte d’en appeler à la nation française pour refuser l’accueil des réfugiés qui fuient guerre et misère jusqu’à risquer leurs vies dans les eaux de notre mer commune ou dans les cols de nos montagnes.

Quelle bêtise d’en appeler à la nation pour défendre je ne sais quelles racines religieuses, je ne sais quel antique terroir opposé aux rivages inconnus.

Quel contresens d’invoquer ses mannes pour refuser l’égalité à celles et ceux qui n’ont pas la couleur de peau ou la religion de ses ancêtres.

Quel sinistre détournement, encore, que de vider le 14 juillet de toute sa signification révolutionnaire pour en faire la fête du prince et de son armée.

« On sait ce que signifie pour eux le patriotisme et la patrie : réaction sociale au dedans, violence hypocrite au dehors » prévenait Jaurès.

On comprend aisément ce qui effrayait et continue d’effrayer les classes possédantes et qu’elles ont parfaitement saisi : oui, la nation française porte dans ses fondements mêmes le dépassement du capitalisme. Jaurès l’avait bien saisi qui, toute, sa vie, travaillât à faire éclore ce qu’il nommait indistinctement socialisme ou communisme dans le sillage des conquêtes révolutionnaires et républicaines, empruntant à Marx et Engels le concept si fécond d’ « évolution révolutionnaire ».

« Les grands ouvriers de révolution et de démocratie qui travaillèrent et combattirent il y a plus d’un siècle ne nous sont pas comptables d’une œuvre qui ne pouvait s’accomplir que par plusieurs générations. Ils ont donné à la France et au monde un si prodigieux élan vers la liberté que, malgré la réaction et les éclipses, le droit nouveau a pris définitivement possession de l’histoire » écrivait-il en 1904.

Et en portant le dépassement du capitalisme, la nation porte son propre dépassement: «  [La patrie] n’est pas le but ; elle n’est pas la fin suprême. Elle est un moyen de liberté et de justice. Le but, c’est l’affranchissement de tous les individus humains. Le but, c’est l’individu » précisait Jaurès.

Oui, la nation française dans ses fondements révolutionnaires porte en elle le progrès social et démocratique, comme l’internationalisme. Les citoyens qui la composent supportent d’autant moins que le capital financiarisé impose sa mainmise sur son destin comme sur celui du monde.

Une mainmise que la crise sanitaire aura révélée dans toute sa crudité et cruauté. L’épreuve que nous traversons est de celles qui poussent autant à la réflexion qu’à l’action. Car c’est toute la construction des sociétés en classes antagonistes que la crise sanitaire et les mesures de confinement auront révélé.  C’est toute l’absurdité d’un mode de production arrimé à la recherche du profit à tout prix et qui écrase autant les hommes que la nature qui nous a sautés aux yeux.

Comment accepter qu’un système économique ne puisse fonctionner qu’au prix excessivement élevé d’une démultiplication de marchandises qui, pour bon nombre d’entre elles, ne répondent à aucun besoin social et n’ont d’autre fonction que de gonfler le profit des entreprises fondé sur la surexploitation des êtres humains et de la nature.

Comment se satisfaire  qu’un brusque coup d’arrêt de cette machine infernale ait pour conséquence de faire basculer dans la misère des millions de travailleurs, que le sort de l’immense majorité soit lié aux impératifs d’un système dirigé par une infime minorité ?

La crise sanitaire aura, malgré les drames et les morts, montré une chose fondamentale : toute l’importance des protections collectives et des conquêtes du salariat par la classe ouvrière et ses organisations syndicales et politiques, et grâce auxquelles nous avons évité de bien plus grands drames : assurance publique contre le chômage, sécurité sociale, contrat de travail et protections sociales : voilà l’antidote, voilà le vaccin contre le virus capitaliste !

C’est bien dans la coopération, la solidarité, la mise en commun et le droit social que se situe la République et non dans ces rappels à l’ordre, ces violences policières qui frappent les classes populaires et les mouvements sociaux, cette précarité, cette concurrence.

La pandémie aura tout autant montré la terrible inversion instituée par le capital : à l’inverse de la promesse bourgeoise de 1789 selon laquelle « Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune », la crise nous a montré que les travailleurs les plus essentiels au fonctionnement de la société, celles et ceux qui furent appelés en première ligne et au sacrifice pour soigner, éduquer, assurer la production et l’acheminement de nos biens et services sont les plus mal considérés et rémunérés. Et dans bon nombre de ces métiers, c’est sans étonnement que les femmes et les travailleurs immigrés ou enfants d’immigrés sont les plus représentés et par conséquent les plus exploités.

Alors que la crise redouble d‘intensité à la faveur de la crise sanitaire, l’Humain doit pouvoir gagner la souveraineté sur son travail. « Tout individu humain a droit à l’entière croissance. Il a donc le droit d’exiger de l’humanité tout ce qui peut seconder son effort. Il a le droit de travailler, de produire, de créer, sans qu’aucune catégorie d’hommes soumette son travail à une usure et à un joug » écrivait Jean Jaurès en 1901. Il ajoutait, quatre ans plus tard : « La société d’aujourd’hui, qui met le travail d’un côté, le capital de l’autre, enfante le désordre et l’agitation. Elle ne trouvera son équilibre que dans la souveraineté du travail organisé ».

Souveraineté du travail organisé, voilà ce que nous devons collectivement gagner contre la jungle libérale, le détricotage des protections collectives et l’affaiblissement du salariat.

Nous refusons l’infâme projet de mise en concurrences des jeunes avec les travailleurs. Nous refusons la casse de l’assurance chômage comme nous refusons la destruction du système solidaire de retraites par répartition. Toutes ces entreprises ne visent qu’à renforcer les privilèges de la grande propriété et des actionnaires, faisant stagner la République dans sa préhistoire.

Quand la plupart des titres de presse s’évertue toujours à couvrir non pas le travail mais le capital, à raconter par le menu les mouvements capitalistiques, les destinées de puissants, les fusions et les acquisitions ou la valse des actionnaires, le journal que Jean Jaurès nous lègue continue de sonder les réalités du travail, « par le bas », à éclairer le quotidien des travailleuses et des travailleurs manuels et intellectuels, celui des créateurs , leurs luttes comme leur savoir-faire, l’aliénation qu’il subissent comme l’émancipation qu’ils conquièrent.

Les importants mouvements en cours à travers le monde, appellent l’égalité réelle, le respect de chacune et de chacun, une véritable sécurité humaine dans un monde harmonieux, une sécurité du vivant, une sécurité de vie émancipée. Bref une société et un monde qui doivent se préparer au post-capitalisme.

Chers amis, ce que Jaurès appelait socialisme, coopératisme ou communisme  n’est autre que la réalisation de la promesse révolutionnaire et républicaine, l’extension des droits politiques au champ économique et la prolongation de l’universalisme humaniste par sa mise en question permanente.  Prenons garde à ne devoir, à nouveau, nous attacher à rétablir les droits politiques alors que l’abstention culmine de scrutins en scrutins et que les discriminations entravent l’exercice de la citoyenneté.

Cet horizon, chers amis, n’est atteignable que par l’organisation politique des producteurs. Elle n’est possible qu’en remplaçant la guerre économique  par la coopération, qu’en conjurant le spectre des guerres militaires que l’incroyable prolifération des armes sur l’ensemble du globe rendrait insoutenables.

Travail souverain, paix, coopération, nature préservée, continuation et perfection de l’idée républicaine, tels sont les enjeux et les combats que l’Humanité, son journal, notre journal, continue, fidèle à sa mémoire, de mettre à la disposition de ses lecteurs chaque jour et chaque semaine. De toutes les œuvres et réalisations de Jean Jaurès, l’Humanité reste la seule vivante et palpable chaque jour. Et comme sa pensée et son action, ce journal ne demande qu’à être investi par vos espoirs et vos combats.

Chers amis,

Cette année aura été pour l’Humanité une année difficile. Comme tous les journaux nous avons pâti des mesures de confinements, à peine sortis du tribunal de commerce et alors que nous avions élaboré un plan de continuation sérieux et solide.

Et nous avons relevé ce défi grâce au dévouement des équipes de l’Humanité, grâce à l’engagement de nombreuses lectrices et lecteurs et d’amis qui ont apporté leurs idées, leurs énergies, leur soutien financier. D’autres encore qui ont monté des actions pour faire découvrir nos journaux et réaliser des abonnements.

C’est désormais notre fête, cet évènement monumental que nous offrons à des dizaines de milliers de participants chaque année, qui subit les contrecoups de cette épreuve collective.

L’interdiction qui nous est faite de tenir des concerts et des rassemblements de plus de 5000 personnes nous a conduits, la mort dans l’âme, à imaginer une fête de l’Humanité autrement.

Nous savons combien ce grand moment culturel, politique, fraternel et festif est important, crucial même, pour des dizaines de milliers de citoyens à la recherche d’une alternative, gourmands de débats, pressés chaque année de se retrouver au cœur de ce rassemblement à nul autre pareil.

C’est ce besoin de se retrouver, de réfléchir et de débattre qui nous a conduits à tenir malgré tout la fête. Mais autrement, à travers une dizaine de lieux de la région parisienne qui accueilleront dans les limites imposées par les normes sanitaires débats, initiatives et moments artistiques, relayés par une plateforme numérique dédiée et à disposition de chacune et chacun.

Une fête autrement placée sous le signe de la résistance et de la contre-proposition alors que la crise sanitaire est l’occasion pour le grand patronat et ses fondés de pouvoir au gouvernement d’accélérer la destruction du modèle social hérité des luttes ouvrières et de la République sociale.

Cette fête est avant toute chose un outil à disposition du mouvement social, du mouvement culturel et de la pensée. Il est de notre responsabilité de la tenir, d’offrir ce lieu d’expression et de mobilisation au moment où le capital redouble de violence contre le monde du travail. Au moment où la jeunesse qui, chaque année, peuple ses allées devient la variable d’ajustement de ce que les capitalistes appellent le « marché de l’emploi » phagocyté par le pouvoir actionnarial, et fait l’objet d’un odieux chantage et d’une détestable mise en concurrence avec l’ensemble des salariés.

Elle sera, à la rentrée, le lieu de l’égalité réelle, pour que la République soit en toute chose fidèle à sa promesse d’émancipation. Elle sera la chambre d’écho du puissant mouvement contre le racisme et pour l’égalité, la liberté et la dignité des femmes. La figure de Gisèle Halimi, immense militante du droit des femmes et figure décisive de leur libération et de la lutte anticoloniale qui vient de nous quittés, y sera célébrée.

Elle sera le lieu du procès de la double exploitation des humains et de la nature, des solutions urgentes pour conjurer le péril climatique qui menace à si brève échéance notre commune humanité.

Oui, la fête de l’Humanité sera cette année encore et malgré tout, le lieu de convergence des espoirs, des idées, des actions pour construire l’émancipation. Nous vous invitons dès maintenant à acheter et diffuser le bon de soutien que nous allons éditer en partenariat avec le Secours Populaire français qui nous fait l’honneur de s’associer à nous pour cette édition spéciale et auquel nous reversons 5€ en soutien à leurs actions de solidarité envers les enfants.

Nous vous donnons rendez-vous les 11, 12, 13 septembre. Car comme l’indique notre fête cette année, « notre Humanité est plus forte que tout ! »

Je vous remercie de votre attention.

 

Partager cet article

Repost0
4 août 2020 2 04 /08 /août /2020 05:34

L'avocate, infatigable militante féministe et anticoloniale, est morte à l'âge de 93 ans. Retour en images sur une vie de combats.

Partager cet article

Repost0
3 août 2020 1 03 /08 /août /2020 07:01

 

Usage de la force excessif, détentions arbitraires, tortures, mauvais traitements... Publié le 22 juin 2018, le rapport du Haut-Commissariat aux droits de l’Homme de l’Organisation des Nations unies (HCDH) cloue, une fois de plus, le Venezuela au pilori. Devant le Conseil des droits de l’Homme (CoDH), le haut-commissaire en fonction, le prince jordanien Zeid Ra’ad Al Hussein, membre de la dynastie hachémite, ancien ambassadeur de son pays aux Etats-Unis (2007-2010), appelle à la création d’une commission d’enquête internationale et demande un « engagement accru » de la Cour pénale internationale (CPI) contre la répression menée par les autorités de l’Etat depuis 2014 – année de la première vague de violence insurrectionnelle (les « guarimbas » ) déclenchée par l’opposition. Si Caracas proteste devant une position aussi déséquilibrée, nul ne s’étonne vraiment d’un tel parti-pris.

Même s’il critique ouvertement Donald Trump (et les « populismes »), Zeid Ra’ad Al Hussein a, s’agissant de l’Amérique latine, des réflexes très proches de ceux du Département d’Etat américain. Ainsi, quatre jours après avoir torpillé Caracas, va-t-il saluer, le 26 juin, les cinq candidats de la prochaine élection présidentielle en Colombie – parmi lesquels les « uribistes » [1] Germán Vargas Lleras et Iván Duque (le futur élu). Par écrit, tous ont pris l’engagement de respecter, protéger et garantir les droits humains. « Nous pensons que c’est la première fois, où que ce soit, que chaque candidat à la présidence a signé un engagement formel, sans équivoque, pour défendre les droits de l’Homme, déclare sans rire Zeid Ra’ad Al Hussein, feignant d’ignorer à quelle mouvance politique appartiennent Vargas Lleras et Duque ; cela vient comme une bouffée d’air frais dans un monde où tant de dirigeants politiques ont minimisé, ou bafoué activement, leurs obligations de respecter le droit international des droits de l’homme. »

Trois ans après l’élection de Duque, on a un aperçu de l’ineptie du propos et, avec tout le respect qui lui est dû, des limites de certaines déclarations péremptoires émanant du prestigieux HCDH : le 8 juillet dernier, plus d’une centaines d’organisations sociales et communautaires colombiennes, appuyées par Mgr Darío Monsalve, archevêque de Cali, ont dénoncé la « vengeance génocidaire » du gouvernement Duque contre les Accords de paix de 2016 et les secteurs qui les appuient [2]. Cent huit de leur dirigeants et militants ont été assassinés en 2019, 101 de janvier à mai 2020, auxquels il convient d’ajouter, depuis la fin du conflit armé, 219 ex-combattants, démobilisés, des Forces armées révolutionnaires de Colombie (FARC).

Tout ayant une fin, le mandat de ce très pertinent « prince des droits humains » se termine. Pour le remplacer à compter du 10 septembre 2018, le secrétaire général de l’ONU António Guterres nomme l’ancienne présidente chilienne Michelle Bachelet. Théoriquement aux antipodes de l’ « Altesse royale », elle est la fille d’un général de l’armée de l’air – Alberto Bachelet – mort en prison (mars 1974) des suites des mauvais traitements et tortures infligés par les séides du général Augusto Pinochet après le coup d’Etat militaire du 11 septembre 1973. Que lui reprochait la dictature ? Durant la présidence de Salvador Allende, le général Bachelet avait été nommé à la tête du Bureau de distribution des produits alimentaires – l’équivalent des Comités locaux d’approvisionnement et production (CLAP) actuellement mis en place au Venezuela pour réduire les pénuries qui accablent les secteurs populaires du fait de la « guerre économique » (que subissait lui aussi le Chili) [3].

Elle-même incarcérée pendant deux années avant de s’exiler, Michelle Bachelet, après son retour, fera une belle carrière au sein du Parti socialiste du Chili, ministre de la Santé puis de la Défense dans les gouvernements du centriste Ricardo Lagos (2000-2006). Présidente de 2006 à 2010, puis de 2014 à 2018, dans le cadre de coalitions réunissant le centre droit et le centre gauche – la Concertation démocratique, puis la Nouvelle majorité –, elle a, à chaque fois, rendu le pouvoir à la droite, du fait d’une politique sociale timorée. Mais, entourée de chefs d’Etat fort impliqués dans l’émancipation politique et sociale de l’Amérique latine – Hugo Chávez puis Nicolás Maduro, Fidel et Raúl Castro, Lula da Silva suivi de Dilma Rousseff, Néstor puis Cristina Kirchner, Manuel Zelaya, Rafael Correa, Evo Morales, Fernando Lugo, Tabaré Vásquez et José « Pepe » Mujica, Daniel Ortega, Salvador Sánchez Céren, etc. – elle suivra gentiment le mouvement. En 2014, lors de la séquence des « guarimbas », elle n’hésite pas à dénoncer la tentative de coup d’Etat de l’opposition vénézuélienne, emmenée par les mêmes leaders que ceux d’aujourd’hui, contre Maduro.

Le Venezuela baigne toujours, et en permanence, sous la pression de la conspiration. Le 4 août 2018, un mois avant l’arrivée de Bachelet à l’ONU, une tentative d’assassinat de Maduro a échoué de peu. Le 19 janvier 2019, à l’instigation de Washington, le député Juan Guaido s’est autoproclamé président. Le 30 avril, accompagné d’une poignée de militaires, il a tenté un coup d’Etat. Etranglant économiquement le pays, l’administration Trump multiplie les mesures coercitives unilatérales – dites « sanctions ».


Jamais entendu parler de ce genre de choses... Le 5 juillet 2019, après une visite de trois jours au Venezuela, à l’invitation du pouvoir, la nouvelle Haute-commissaire divulgue un premier rapport dévastateur sur… la « répression de la dissidence pacifique » ! Elle y dénonce entre autres 5 287 morts imputables aux Forces de sécurité en 2018, supposément pour « résistance à l’autorité ». Il n’est alors guère difficile de prouver que, au mieux naïvement, au pire en complice, elle participe à une campagne de désinformation globalement intitulée « Crimes contre l’Humanité au Venezuela ».

C’est en effet la période pendant laquelle les grandes multinationales des droits humains jouent des coudes pour demeurer en tête du hit-parade des contempteurs de Caracas. Quand Amnesty International dénonce (14 mai) « au moins 8 000 exécutions extrajudiciaires commises par les forces de sécurité entre 2015 et 2017 », Human Right Watch (HRW), le 18 septembre, en dénombre 18 000 depuis 2016… Les médias s’emballent. Pour mieux conformer les faits au mythe, chacun donne un coup de pouce à la réalité. Et, paresse ou duplicité, personne ne note l’ampleur de la manipulation. Qu’on examine les « rapports » d’Amnesty ou de HRW, on se rend compte que leurs accusations spectaculaires sont totalement invérifiables et invérifiées. Quant au rapport lu par dame Bachelet, qui s’en inspire et leur fait écho, il mentionne : « L’information analysée par le CDH indique que beaucoup de ces morts violentes pourraient constituer des exécutions extrajudiciaires ». Conditionnel à tous les étages, imprécisions et approximations partout [4].

La nomination l’ex-présidente chilienne à la tête du Haut-commissariat n’avait pas que des adeptes. Bien que s’étant retiré du Haut Conseil des droits de l’Homme en juin 2018 en suspendant son financement, Washington, en maître du Monde ayant toujours un pied dans la porte, avait un autre favori. La capitale étatsunienne a donc clairement averti la Chilienne qu’elle devait « éviter les erreurs du passé ». Comprendre : notamment vis-à-vis d’Israël, trop durement traité, mais aussi de Cuba, du Venezuela et du Nicaragua, insuffisamment châtiés. Des gouvernements avec lesquels, fut-il noté ici et là sur un ton sournoisement désapprobateur, elle a entretenu une certaine proximité.

Influencée dans sa conduite par le réseau de relations dans lequel elle se situe [5], Mme Bachelet est donc passée du Palais de la Moneda (à Santiago) au Palais Wilson (à Genève) en laissant délibérément quelques fondamentaux de côté.

Dans son rapport de la 40e session, elle a certes mentionné que le sombre panorama vénézuélien sera aggravé par « les sanctions imposées depuis les Etats-Unis », mais s’est empressée d’ajouter le grand classique des adversaires, ennemis (ou même observateurs de la Révolution bolivarienne désireux de ne pas « se mouiller ») : « La crise économique et sociale généralisée et dévastatrice » a commencé « avant la mise en place de ces sanctions ». Exactement ce que prétendait l’internationale conservatrice lorsqu’elle parlait de l’Unité populaire d’Allende, faisant passer au second plan l’ordre donné par Richard Nixon au Mike Pompeo de l’époque (un certain Henry Kissinger) : « Faites crier l’économie chilienne ! »

S’il en est un qui, un demi-siècle plus tard, fait à nouveau crier les Chiliens, c’est le président Sebastián Piñera. Le pays connaît sa plus grande mobilisation sociale depuis la fin de la dictature du général Pinochet en 1989. Les manifestations succèdent aux manifestations. Un formidable déploiement de policiers, de militaires et de « carabineros » leur répond. Bilan (à ce moment) : 22 morts, 2 200 blessés (dont 230 mutilations oculaires), 6 300 détenus. Courageusement, Mme Bachelet monte au créneau : le 16 novembre, devant les médias, elle exige du gouvernement du… Venezuela qu’il respecte les manifestations « pacifiques » qui doivent avoir lieu ce même jour à l’appel de Juan Guaido.

Le 18 novembre, questionnée par une journaliste, lors d’un forum organisé à Cambridge, elle se déclare très préoccupée par la situation de son pays. Néanmoins, ajoute-t-elle, « je dois être neutre, objective et impartiale en tant que Haute-commissaire ». Son objectif, précise-t-elle, n’est pas « de définir des responsabilités », le Chili étant un pays « régi par l’Etat de droit », ce qui implique d’attendre ce que déterminera son système judiciaire. « Nous ne sommes pas un Tribunal », conclura-t-elle prudemment [6]… A l’évidence, il s’agit de ne pas désespérer La Moneda.

Lorsque, à la mi-décembre, les enquêteurs du CoDH envoyés à Santiago par la haute-secrétaire remettent leur rapport, ils dénoncent en termes sévères les forces de sécurité chiliennes pour leur recours à un usage disproportionné et excessif de la force. Toutefois, ils précisent qu’ils n’ont pu établir « avec certitude » que la mort de onze personnes, des agents de l’Etat étant impliqués « dans quatre cas au moins » … Quatre cas ! Le moins qu’on puisse dire est qu’ils n’en font pas « des kilos » (le bilan définitif s’établissant à 26 morts, on se demande par qui vingt-deux d’entre eux ont été tués). Dans un souci d’objectivité digne d’éloge, les mêmes fonctionnaires de l’ONU mentionnent d’ailleurs la destruction d’infrastructures publiques et privées due à cette violente explosion sociale et évoquentles témoignages de policiers blessés pendant les manifestations (2 705 d’après le ministère de l’Intérieur chilien). Ce qu’on ne leur reprochera pas ici. Mais qui a de quoi laisser rêveur à Caracas ou Managua (que le CoDH, aligné sur Washington, poursuit également de son courroux) … A l’image de Jorge Valero, l’ambassadeur du Venezuela aux Nations unies, les deux capitales dénoncent régulièrement « des informations provenant de sources de faible crédibilité » sans que, en ce qui les concerne, ne soient jamais prises en compte les informations ou réfutations fournies par les autorités.

Remord tardif (ou passager) ? Le 8 août 2019, Mme Bachelet se dit profondément préoccupée par les « conséquences potentiellement graves » des dernières sanctions américaines sur les droits humains du peuple vénézuélien [7]. Sans réellement, les remettre en cause : « Les sanctions sont extrêmement larges et ne contiennent pas suffisamment de mesures pour atténuer leur impact sur les couches les plus vulnérables de la population. » D’ailleurs, ces dernières sanctions ne s’appliquent techniquement pas aux « transactions liées à la fourniture d’articles tels que des denrées alimentaires, des vêtements et des médicaments destinés à être utilisés pour soulager des souffrances humaines », mais, « elles risquent encore d’aggraver considérablement la crise pour des millions de Vénézuéliens ordinaires ». Un coup à droite, un coup à gauche, la balle au centre : en principe, tout le monde est content…

Le 24 mars 2020, la même cheffe des droits de l’Homme de l’ONU demande la suspension des sanctions économiques contre des pays comme le Venezuela, Cuba, la Corée-du-Nord, la Birmanie et le Zimbabwe, de telles « mesures unilatérales et coercitives » portant atteinte aux droits humains et à l’accès aux médicaments et au matériel médical nécessaires pour affronter la pandémie de Coronavirus. Néanmoins, une fois de plus, pour éviter de fâcher les puissances impériales et sous-impériales, elle nuance aussitôt son propos. Dès le 29 avril, elle reproche à Caracas son « manque de transparence » dans… la gestion de la pandémie du Covid-19.
 
C’est pittoresque, mais surtout terriblement déplacé. Alors que les lanceurs de slogans prophétisent l’apocalypse au Venezuela, ce pays gère la catastrophe sanitaire avec efficacité. A ce moment, le nombre des défunts n’a pas dépassé la dizaine. Pour ne mentionner qu’un des éléments de la stratégie mise en œuvre, plus de 1 500 médecins cubains parcourent les zones populaires du seul Etat de Miranda – celui de la capitale Caracas – pour repérer, tester, et diriger les malades du Covid vers les centres de soins. L’Organisation panaméricaine de la santé (OPS) a accès en permanence aux résultats des diagnostics.
Dépistage de masse, confinement généralisé... Alors que la nébuleuse politico-médiatique utilise tous les clichés disponibles pour prévoir (et pour certains souhaiter) le pire à la République bolivarienne, où la progression rapide de l’épidémie «  menacerait le reste de l’Amérique latine [8] », c’est (sans parler des Etats-Unis) au Brésil, au Chili, en Equateur, au Pérou, en Colombie que (malheureusement) l’Apocalypse s’abat (menaçant le Venezuela !). A tel point que, début mai, la coordination du Système des Nations Unies présente sur place demande au gouvernement de Maduro l’autorisation d’étudier sa stratégie de lutte contre la pandémie, pour la transposer dans d’autres pays. A tel point qu’une autre agence de l’ONU, l’Organisation pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), salue également la politique du gouvernement bolivarien [9].
Cachez ces éloges incongrus : selon Mme Bachelet, le gouvernement de Maduro, outre son opacité, profiterait de la situation d’urgence pour violer les droits humains.

Tous les trois, quatre ou six mois, de rapport « intermédiaire » en rapport « actualisé », les mises en cause de Caracas fusent à jet continu [10]. Pour ne citer qu’elle, car intimement liée à Washington dans la déstabilisation du Venezuela, la Colombie n’a pas droit à un tel privilège. Un rapport de 62 pages le 12 juin 2019 pour dénoncer douze (12 ! on croit rêver) exécutions extrajudiciaires ; une mise en cause beaucoup plus sérieuse en février 2020, qui fâche très fort le pouvoir pour sa sévérité. Mais c’est tout. Et ce, bien que Bogotá interdise désormais l’entrée sur son territoire du rapporteur du CoDH, Michel Forst, qui a fait un travail remarquable sur la non mise en œuvre des Accords de paix. L’Union européenne, en ce qui la concerne, ne croit pas spécialement utile d’interpeler (sans parler de « sanctionner ») le gouvernement Duque (en termes financiers comme politiques, la consolidation de la paix est pourtant l’épine dorsale de la coopération de l’UE avec Bogotá).


Sur le Venezuela, nouveau document « actualisé » – A/HRC/44/20 – lors de la 44e session du Conseil des droits de l’Homme, le 2 juillet 2020. Sans contextualiser outre mesure, évoquant cette fois en six lignes les « sanctions » (sans nommer les Etats-Unis), la Haute-commissaire déplore que « les personnes, au Venezuela, continuent à subir de graves violations de leurs droits économiques et sociaux en raison des bas salaires, du prix élevé des aliments, de la persistante carence des services publics, comme l’électricité ou l’eau, le manque de combustible et l’accès précaire aux services de santé. » On comprendra que ce sujet à lui seul exigerait d’autres développements. Disons très (très-très) succinctement que…

D’un côté, 6 millions de familles bénéficient des produits à prix subventionnés garantis par le gouvernement, malgré les énormes difficultés provoquées par le blocus économique et financier. Car, de l’autre côté, le Département du Trésor étatsunien vient de sanctionner une dizaine de compagnies maritimes pour avoir offert leurs services à l’industrie pétrolière du « dictateur Maduro » [11] ; fait pression sur les firmes, les armateurs, les compagnies d’assurance, les autorités portuaires du monde entier, les poussant à se détourner de toute transaction avec le pays « paria ». Depuis 2017, de nombreuses institutions financières ont procédé à la fermeture de comptes vénézuéliens, craignant les représailles de Washington pour « blanchiment d’argent ». L’entreprise mexicaine Libre Abordo annonce sa faillite, obligée par les Etats-Unis à interrompre son activité – l’échange de denrées alimentaires et autres produits de base contre du pétrole vénézuélien. Des milliards de dollars d’actifs que Caracas possède à l’extérieur (Etats-Unis, Colombie, Europe) sont purement et simplement mis à sac par les gangs de Trump et Guaido. Depuis le 22 juin, la justice britannique examine à qui, de Maduro ou Guaido, elle va rendre plus d’un milliard de dollars d’or stocké dans les coffres de la Banque d’Angleterre et appartenant au Venezuela. Le pouvoir légitime le réclame depuis 2018 (c’est-à-dire bien avant l’invention du « président fantoche ») – et aujourd’hui plus que jamais pour « raisons humanitaires » [12]...

Tout cela, Mme Bachelet devrait le savoir puisque, fin avril, le gouvernement bolivarien a demandé à l’ONU de servir d’intermédiaire et d’administrer ces fonds, destinés à la lutte contre le Covid-19, à travers le Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD). A moins, bien sûr, qu’entre New York et Genève les communications ne fonctionnent plus.

Armes, braquages, racket, meurtres, drogue, affrontements... Sur ce pays objectivement en guerre, confronté à une nébuleuse de bandes organisées, liées ou non avec le narco-paramilitarisme colombien, lui-même très présent et actif dans les Etats frontaliers (Táchira, Zulia), le rapport de la CoDH dénonce : entre le 1er janvier et le 31 mai 2020, 1324 personnes ont été tuées dans le cadre d’opérations de sécurité, dont 432 par les Forces d’action spéciales (FAES).

Pas de langue de bois. Dans le contexte d’extrême violence auquel il est soumis et de la décomposition qui en découle, le Venezuela n’échappe pas à un certain nombre de dérapages et « bavures ». Le 10 juillet dernier, un groupe d’intellectuels et militants vénézuéliens et étrangers, à l’engagement et à la trajectoire incontestables, ont eux-mêmes attiré l’attention du président Maduro, du procureur général Tarek William Saab et des membres du Tribunal suprême de justice (TSJ) sur des excès commis par les FAES. Soucieux de ne pas donner prise aux « manipulations politiques » et au « maccarthisme infantile », ils se sont abstenus d’utiliser et les rapports du Bureau de Mme Bachelet et les chiffres de la fondation Monitor de Víctimas, l’une des sources (avec, entre autres, les officines d’opposition Provea ou Foro Penal) du grand bazar des droits humains. Sur la base de chiffres gouvernementaux – 362 morts – et au nom de la Révolution, ils ont réclamé un contrôle accru de cette unité [13].


Pour autant, un tel constat n’implique pas que toute victime des forces de l’ordre soit le résultat d’un « assassinat ». A moins, bien entendu, de le prouver, sur la base d’enquêtes rigoureuses et documentées, ce qui n’est absolument pas le cas – et a donné lieu à la manipulation majuscule de 2019 sur les « 18 000 exécutions extrajudiciaires » (raison pour laquelle, sans doute, la différence abyssale des chiffres sautant aux yeux (pour peu qu’ils soient ouverts), Mme Bachelet se voit obligée de mentionner, en s’en félicitant, « la diminution du nombre des homicides »).

Cent-dix personnes dont soixante-trois membres des Forces armées, s’inquiète publiquement la Haute-commissaire Bachelet, sont « poursuivies pénalement pour des délits comme la trahison, le rébellion, l’incitation publique ( ?), la conspiration, la tentative d’assassinat (du président), le terrorisme et le financement d’activités terroristes ». S’agit-il là d’abus ? Mme Bachelet est dans son rôle quand elle rappelle leur droit à un juste procès. Pour le reste, nul n’ignore que les Etats-Unis et le clan Guaido ont lancé moult appels à un Pinochet de circonstance et aux Forces armées pour qu’ils se retournent contre le président Maduro, et que quelques militaires, s’exposant à une répression légitime, ont obtempéré. Nul n’oublie qu’en mai, dans le cadre de l’ « opération Gedeón », plusieurs dizaines de déserteurs ont tenté de pénétrer le territoire, depuis la Colombie, pour renverser le chef de l’Etat. Secret de polichinelle : un contrat a même été signé le 16 octobre 2019 entre Guaido et une compagnie mercenaire américaine – Silvercorp USA – pour « capturer / arrêter / éliminer Nicolás Maduro » [14]. Est-ce à dire que le Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU défend mordicus des opposants qui bafouent les lois en vigueur, le droit international public et privé, les libertés, pour y substituer, y compris à travers l’assassinat, la loi du plus fort et du plus violent ?

En poursuivant la même logique jusqu’à ses conséquences ultimes, on posera une autre question : si, en 1973, le président Allende avait détecté et neutralisé la conspiration du général Pinochet, fait arrêter les officiers félons et leurs complices civils, eut-il fallu, au nom des droits de l’Homme, condamner leur incarcération ? Hurler à l’existence de « prisonniers politiques » ? Réclamer leur libération ? Le maniement de tels concepts exige des précautions. Car, ce faisant, Allende aurait sauvé sa vie, évité le coup d’Etat et ses dizaines de milliers de victimes (assassinées, torturées et/ou exilées), la mort du général Alberto Bachelet et… les deux ans d’incarcération de la jeune Michelle, la fille de ce dernier.

Des cas de tortures existent au Venezuela – dont témoigne la mort du capitaine de corvette Rafael Acosta Arévalo, mort des mauvais traitements subis, en juin 2019 –, pas plus excusables en « République bolivarienne » qu’ailleurs. Mais là encore, la rigueur s’impose : « allégations de torture », comme le mentionne Mme Bachelet, sans s’encombrer de détails, n’équivaut ni à « tortures avérées », ni à pratique généralisée, ni à politique d’Etat. Qu’on le prenne en français, en anglais ou en espagnol, le mot « allégation » signifie « affirmation, assertion, avec ou sans preuve, éventuellement mal fondée, voire mensongère ». Ce qui prend tout son sens lorsqu’on connaît le rôle et l’influence d’ONG locales dites de défense des droits humains agissant en porte-paroles de l’opposition radicale et financées de l’étranger (Etats-Unis et Union européenne) [15].

Tout aussi abusive est la mise en avant d’ « allégations » (encore !) de « disparitions forcées ». En certaines occasions, essentiellement quand il s’agit de crimes relevant de la déstabilisation ou de la tentative armée de coup d’Etat, les individus arrêtés, civils ou militaires, sont placés « au secret », sans contact avec leur famille ou leur avocat, sans possibilité d’appels téléphoniques, pour une durée pouvant aller de trois jours à un mois, une quarantaine de jours dans le pire des cas. En droit, dans un pays en paix (ou même victime d’agression), la méthode peut être contestée. Mais elle n’a évidemment rien à voir avec la pratique apparue en Amérique latine dans les années 1960. Produit de la guerre sale, puis de l’Opération Condor dans tout le Cône sud, elle a affecté de l’ordre de 90 000 personnes en une vingtaine d’années. Les opposants politiques sont alors enlevés par des forces militaires ou paramilitaires, enfermés dans des centres clandestins, torturés, puis assassinés. Les tortionnaires ne laissant aucune trace de leur exécution, le sort des victimes demeure à jamais inconnu.
La « disparition » est évidemment différente de la détention légale (ou moins légale) accompagnée de mise au secret, « car dans ce dernier cas, si les autorités gardent la victime détenue, parfois sans vouloir en informer l’endroit, elles reconnaissent toutefois la retenir [16] » Et, au Venezuela d’aujourd’hui, ne la maintiennent à l’isolement qu’un temps limité.

Dans l’énoncé de son rapport, Mme Bachelet ne mentionne bien entendu aucun nom ou liste de « disparu(s) » – et pour cause. Mais, dans le cadre de la « guerre psychologique », l’évocation de ce crime aberrant atteint son but. Reprise par une communauté de zélotes médiatiques prêts à tout pour diaboliser le Venezuela, elle conditionne la conscience collective qui, en toute bonne foi, va voir dans ce pays l’équivalent du « nuit et brouillard » argentin. Sachant que, d’après l’article 5 de la Convention internationale pour la protection de toutes les personnes contre les disparitions forcés, « la pratique généralisée ou systématique de la disparition forcée constitue un crime contre l’Humanité, tel qu’il est défini dans le droit international applicable, et entraîne les conséquences prévues par ce droit ». Voilà donc l’ « opinion publique internationale » sommée de considérer la comparution de Maduro devant la CPI comme allant de soi.

Lorsque, toujours le 2 juillet 2020, la Haute-commissaire critique la nomination d’un nouveau Conseil national électoral (CNE), « sans le consensus de toutes les forces politiques », elle omet de préciser que, pour qu’existe un tel consensus, encore faudrait-il que la droite radicale ne s’oppose pas à toute issue pacifique de la crise et ne se place pas délibérément hors-jeu. Elle oublie tout autant que, dans la perspective des élections législatives de décembre prochain, cette désignation du CNE par le Tribunal suprême de justice (TSJ) est le produit d’un accord passé entre l’opposition de droite modérée et le chavisme – majoritaires, ensemble, à l’Assemblée, où ils ont mis en minorité, début janvier 2020, les « ultras » de Juan Guaido. Bref, comme l’ont fait l’extrême droite, la bourgeoisie et la Démocratie chrétienne chiliennes en 1973, Mme Bachelet apporte ostensiblement son soutien au camp « putschiste » promu par les Etats-Unis.

Changeons de perspective, maintenant. Mort de George Floyd, ce quadragénaire noir asphyxié lors de son interpellation, le 25 mai, au « pays de la liberté ». Au nom du HCDH, Mme Bachelet exprime sa réprobation : « Les voix appelant à la fin des meurtres d’Afro-américains non armés doivent être entendues. Les voix appelant à la fin des violences policières doivent être entendues. Et les voix appelant à la fin du racisme endémique et structurel qui ravage la société américaine doivent être entendues [17]. » Mais, en même temps… « Comme je l’ai déjà dit, la violence, le pillage et la destruction de biens et de quartiers ne résoudront pas le problème de la brutalité policière et de la discrimination enracinée. Je réitère mes appels aux manifestants pour qu’ils expriment pacifiquement leurs demandes de justice (…)  ». De cette dernière remarque, il résulte que, sur le territoire des Etats-Unis, la violence des protestataires doit être proscrite. Pourquoi pas une même exigence quand il s’agit d’émeutiers s’exprimant parfois à balles réelles, au Venezuela ou au Nicaragua ?

Dans le cadre d’une réunion d’urgence convoquée après la mort de Floyd et les manifestations monstres qui ont suivi, les pays africains ont présenté une résolution réclamant l’établissement d’une commission d’enquête internationale indépendante pour faire la lumière sur le « racisme systémique » aux Etats-Unis. Un peu excessif, non ? Discussions, négociations, édulcoration. Le 19 juin, devant le Conseil, Mme Bachelet dénoncera donc « le racisme systémique » et appellera à « faire amende honorable » pour des siècles d’oppression des populations noires, avec « des excuses officielles » et des « réparations » – mais le tout, très subtilement, sans mentionner les Etats-Unis.

 Surtout, ne pas laisser refroidir la soupe… A peine finissait-elle de lire son rapport sur le Venezuela, le 2 juillet, que Mme Bachelet en annonçait un nouveau pour le 15, avec, cette fois, en hors d’œuvre, le système judiciaire, et en plat principal, l’exploitation de l’Arc minier de l’Orenoque (AMO).
Aucune surprise, donc, à la date prévue [18]. Le Haut-commissariat exprime sa préoccupation pour l’ « absence d’indépendance judiciaire » au Venezuela et prétend que « les considérations politiques prévalent sur les déterminations légales », en prenant comme premier exemple les décisions adoptées contre l’Assemblée nationale, déclarée en « desacato » (outrage à l’autorité) et, de ce fait rejetée dans l’illégalité. Au risque de se répéter, on rappellera que cette mesure a été prise par le Tribunal suprême de justice (TSJ) à la fin 2015 au motif que l’Assemblée a fait prêter serment à trois députés d’opposition accusés de fraude électorale, ce qui lui a valu de voir annuler systématiquement toutes ses décisions. Ne pas prendre en compte ou simplement mentionner un tel fait rend d’emblée particulièrement douteuse la suite de l’argumentation, dont tout amène dès lors à penser qu’elle ne constituera qu’une addition de clichés.

L’Arc minier de l’Orenoque (AMO) ? Encore faut-il savoir de quoi il s’agit. Le 24 février 2016, reprenant un projet du président Hugo Chávez, Nicolás Maduro a fait de l’AMO, situé dans l’Etat de Bolivar, la partie amazonienne du Venezuela, une « zone de développement stratégique nationale » de 112 000 km2 afin d’y exploiter d’importants gisements rares et stratégiques –or, diamants, coltan, cuivre, argent – et de diversifier l’économie. Depuis, la mise en œuvre de cette politique provoque les virulentes critiques de « défenseurs de l’environnement » nationaux et étrangers et des « écolos » de la vingt-quatrième heure sur le thème battu et rebattu : « Maduro détruit la forêt, pille son or, pollue ses rivières et assassine ses Indiens [19]  » Deux ou trois détails passent incontestablement à l’as dans cette version particulièrement simpliste du sujet.

Surtout pour son or, la zone est exploitée depuis 1829 (Maduro n’était pas né). La décennie 1970 (Maduro n’a que 8 ans quand elle commence) voit Minerven (compagnie nationale), un certain nombre de multinationales et d’entreprises appartenant à la classe dominante se partager le gâteau. Dans leur sillage, une importante population déferle et se lance dans l’activité minière informelle, dite « pequeña minería ». Extractivisme sauvage, tout ce beau monde dévaste allègrement une partie conséquente de la « forêt vierge immaculée » censée exister aujourd’hui. Pille la Nation. L’or part en contrebande dans les pays voisins. La zone devient un Far-West infernal où prévaut la « loi du flingue ». Et personne n’y trouve à redire. Et aucune grande ONG des « droits-de-l’Homme-à-géométrie-variable » ne dit rien. Il faut attendre 2016 et le décret de Maduro pour que soit soudain dénoncé le « massacre de l’Amazonie ». Pourtant, pour la première fois dans l’Histoire vénézuélienne, des règles claires sont édictées : des 112 000 km2 dont il est question, seuls 5 %, dans 23 zone délimitées (3 400 km2), donneront lieu à une exploitation, qui plus est « contrôlée » [20]. Quatre axes « stratégiques » sous-tendent ce plan : apport à l’économie nationale, sécurité, mesures sociales et protection de l’environnement.

Le 15 juillet, c’est, au nom de Mme Bachelet que la Haute-commissaire adjointe Nada Al-Nashif fait part de l’inquiétude du HCDH quant à l’impact de l’activité extractive sur le mode de vie des peuples indigènes et sur les conséquences environnementales affectant leurs territoires. Certaines mines sont largement contrôlées par des groupes criminels qui exploitent, battent et même tuent les travailleurs, souligne le document de l’ONU, qui entend montrer comment ces gangs – connus localement sous le nom de « sindicatos » – exercent un contrôle sur un grand nombre d’opérations.

La belle découverte ! Comme si le phénomène était nouveau et inconnu… C’est précisément l’un des fléaux contre lequel, depuis 2016, en reprenant le contrôle du territoire, le pouvoir a entrepris de lutter.
Pour ne prendre en compte que la zone d’El Callao (important secteur minier et « municipio » le plus violent du pays), une guerre permanente oppose les autorités aux « pranes » (caïds) El Toto et Zacarías. A la tête de 300 hommes, El Toto est responsable de multiples crimes, dont l‘assassinat d’une dirigeante du parti d’opposition Primero Justicia, Rosaba Mara Valdez, à El Callao. Lors d’un affrontement, dans le secteur La Anza (El Perú), le lieutenant Jesús Manuel González Gómez a été tué le 26 mai 2020. Le même jour tombe dans le secteur Finlandia le fonctionnaire de la Direction générale du contre-renseignement militaire (DGCIM) Rafael José Blanco Molina. Quelques temps auparavant, l’ « empresario » Carlos Clarck a été abattu dans la mine Cuatro Esquinas par des criminels qui tentaient de le racketter. A peu près au même moment, Luis Enrique Alvarado Rodríguez, propriétaire d’un « molino » (installation de traitement de l’or) et un officier de la police de l’Etat de Bolivar, José Ricardo Ramírez, sont tués par balles du côté d’El Perú. Début avril, le lieutenant-colonel Ernesto Solís León, commandant du Bataillon 512 Fuerte Tarabay, et le sergent Gustavo Flores meurent assassinés dans une embuscade tendue par l’une des bandes qui cherchent à contrôler le métal précieux. Ce pour les seuls derniers mois.

« Près de 150 hommes et femmes seraient [encore et toujours le conditionnel] morts dans ou autour des mines entre mars 2016 et 2020, les forces de sécurité étant impliquées dans certains de ces incidents », mentionne le HCDH (ce qui devient, dans la revue espagnole d’ « information générale » Cambio16  : « Le rapport dénonce que 149 personnes ont été assassinées (…) ; les Forces de sécurité ont été impliquées dans la moitié des faits »)  ! Pour en revenir au HCDH, son constat ne mène pas bien loin sur le plan de la compréhension et des conséquences pratiques qu’il faudrait en tirer. D’autant que l’assertion qui suit, elle, ne sera pas reprise par grand-monde dans l’univers très sélectif des médias et des réseaux dits sociaux : « Malgré la présence considérable des forces de sécurité et des forces militaires dans la région, et les efforts entrepris pour lutter contre les activités criminelles, les autorités n’ont pas réussi à enquêter et à poursuivre les violations des droits de l’Homme, ainsi que les abus et les crimes liés à l’exploitation minière. »

Un échec relatif et réel qui ne fait pas pour autant de l’Etat le responsable de la situation ou un Etat scélérat. Il s’agit avant tout d’un Etat qui, dans des conditions « limites », doit se battre sur tous les fronts…

Sur un autre plan, assène le HCDH, « les autorités devraient prendre des mesures immédiates pour mettre fin à l’exploitation du travail et à l’exploitation sexuelle, au travail des enfants et à la traite des êtres humains (…).  » Et ainsi de suite, et « bla-bla-bla », ajouterons-nous, pour résumer le document.
En ce qui concerne la « traite des êtres humains », ce n‘est pas le gouvernement bolivarien qui organise le déferlement de milliers de Brésiliens, Colombiens, Guyanniens, Dominicains et autres étrangers sur son territoire. En Guyane française, qui connaît à un degré moindre la même situation avec les campements illégaux de « garimperos », souvent brésiliens ou surinamiens, dans la forêt, on appelle cela « immigration clandestine » (le phénomène et les actions de la Légion étrangère et de la Gendarmerie pour l’enrayer, n’ont, à notre connaissance, jamais fait l’objet d’un rapport de Conseil des droits de l‘Homme de l’ONU dénonçant Paris).
Deuxième point : les multinationales. De nationalité canadienne, chinoise, italienne, congolaise, angolaise, sud-africaine, etc., initialement prévues dans certains secteurs (surtout or et coltan), elles devaient intervenir dans le cadre d’entreprises « mixtes », l’Etat, propriétaire à 55 %, étant le garant du respect des règles salariales et environnementales. En tout état de cause, les fantasmes à leur égard sont désormais hors de propos. Du fait des sanctions et des menaces étatsuniennes, elles sont dans leur quasi totalité aux abonnés absents.

Depuis toujours abandonnée à son triste sort, la piétaille de la « pequeña minería » (de l’ordre de 250 000 hommes et femmes si l‘on compte l’entourage des marchands, prestataires de services, épouses, etc.) voit, depuis 2016, son activité régulée et encadrée. A l’initiative du gouvernement, elle est poussée à s’organiser en coopératives ou en entreprises dotées d’un statut juridique, s’associer à l’Etat, payer des impôts, s’engager à vendre son or à la Banque centrale du Venezuela (BCV) et respecter un certain nombre de règles, en matière de sécurité et de protection de l’environnement. En échange, elle devient légale et accède à un minimum de droits sociaux. Entre autres mesures, un effort est fait pour l’aider à remplacer le mercure – le cauchemar de la flore, de la faune, des cours d’eau et des êtres humains – par le cyanure, beaucoup moins contaminant. En attendant – mais il faudra des temps plus sereins ! – des technologies alternatives, plus écologiques, de substitution.
Dans le cadre des « alliances « passées avec les regroupements de mineurs, la Mission Píar (chargée d’animer ce secteur) œuvre à favoriser l’émergence de projets socio-productifs – pisciculture, agriculture, briqueteries, petites entreprises – ainsi qu’un accès à « la santé intégrale, sexuelle et reproductive ».
L’effort est gigantesque et ne peut donner lieu à des miracles. Surtout en une période où, crise économique oblige (aussi bien au Venezuela que chez ses voisins), des milliers de déshérités se précipitent sur ce qu’ils croient être un « Eldorado ». Il n’y en a pas moins là de nombreuses avancées, une complexité que l’on s’obstine à ne pas voir, à ne pas reconnaître, tant elle empêcherait de servir à la lettre l’orthodoxie anti-Maduro. Et, dans ce registre, Mme Bachelet, hélas, ne fait pas exception.

Le cœur du problème se trouve ailleurs que là où on le croit. A elle seule, la « pequeña minería » produit au grand minimum deux tonnes d’or par mois. Paradoxalement, en 2015, et alors que les mineurs ont l’obligation légale de lui vendre 60 % de leur production, la Banque centrale du Venezuela (BCV) n’en recevait pour toute l’année que 700 kilos – 500 kg en 2016. Le reste partait en contrebande vers le Brésil, la Colombie, le Guyana, Aruba et Curaçao, enrichissant et les mafias et les pays voisins. Cette nouvelle politique « gagnant-gagnant » du pouvoir a permis, d’avril 2017 à juillet 2018, que la BCV récupère le chiffre record de 17,6 tonnes en provenance de l’Arc minier (avec un objectif envisagé de 24 tonnes pour cette dernière année). Ce qui est sûr, c’est qu’à la clôture du 4ème trimestre 2018, le Venezuela a connu une augmentation de 200 % de ses exportations non-pétrolières par rapport à l’année précédente, en grande partie grâce aux ventes d’or, principalement à la Turquie et aux Emirats arabes unis.

Depuis, les chiffres sont maintenus secret. Et pour cause. Depuis le 1er novembre 2018, « à la lumière des actions du régime de Maduro et de personnes associées pour piller les richesses du Venezuela pour leurs propres objectifs corrompus, dégrader l’infrastructure et l’environnement du Venezuela par une mauvaise gestion économique et des pratiques minières et industrielles confiscatoires et catalyser une crise migratoire régionale en négligeant les besoins basiques du peuple vénézuélien », l’administration Trump autorise la confiscation des propriétés des opérateurs du secteur aurifère de ce pays sans que des accusations pénales ou civiles ne soient nécessaires et, à l’international, sanctionne quiconque commerce avec Caracas dans ce secteur d’activité. C’est donc clandestinement que, désormais, les échanges pétroliers étant également paralysés, ces transactions du type « or contre nourriture » doivent avoir lieu. Et, d’une certaine manière, contribuent à « sauver » le pays, évitant sa totale asphyxie économique. Ce qui, pour Washington et ses affidés, est absolument intolérable. Ce qui doit être empêché à tout prix. Ce qui donc, l’hypocrisie étant de rigueur, a amené le rapport de la Haute-commissaire à critiquer l’ « opacité » de la gestion de ce secteur d’activité.
Mélange de préjugés, de conjectures, d’ignorance et de partialité, cette dernière dénonciation du CoDH, comme les précédentes, et a été élaborée sans contacter le Gouvernement vénézuélien pour obtenir des informations ou, pour le moins, sa version des faits. Il a donc fait quelques heureux. Le jour même de sa communication (15 juillet), Mike Pompeo s’en félicitait : « L’ONU a trouvé davantage de preuves de violations des droits humains de la part du régime ; plus de 1 300 exécutions extrajudiciaires pour motif politique ont été enregistrées en 2020 [21] » (nous mettons quiconque au défi de trouver un quelconque élément alimentant cette « fake news » dans le document de l’organisme onusien).

Quand, en novembre 2018, le président Trump a signé le décret destiné à paralyser le secteur aurifère, le secrétaire adjoint du Trésor, Marshall Billingslea, déclara cyniquement : « Nous devrions manifester plus d’indignation face aux dommages infligés à l’environnement et aux populations indigènes. »

Reste l’opposition radicale. De la « tragédie » provoquée par Maduro dans l’Arc minier, elle fait ses choux gras. Elle a sauté bruyamment de joie devant le rapport produit par Mme Bachelet. Elle s’indigne. Elle communique. En appelle aux valeurs universelles (et à Trump, l’écolo « number one »). Jouant sur l’absence de mémoire des rois de l’illusion, elle occulte prudemment les déclarations de Julio Borges, président de l’Assemblée nationale en 2017-2018, actuellement en Colombie où il exerce la noble fonction de ministre des Affaires étrangères bidon du fantoche Guaido. En mai 2017, lors d’une « Latin American Downunder Conference » tenue en Australie, Borges assura les représentants des transnationales minières présents que, « une fois la démocratie restaurée, les portes seront ouvertes pour recevoir les investissements [22]  ». Faute de temps sans doute, il ne précisa sa pensée ni sur l’amélioration du sort des travailleurs, formels ou non, ni sur les programmes sociaux destinés à la population, ni sur un quelconque programme destiné à la sauvegarde de l’environnement.


Pour des raisons plus que légitimes, le thème de la préservation de la planète suscite préoccupation et débats. Il peut donc permettre, correctement instrumentalisé, de faire avaler les couleuvres les plus étonnantes. Pour nombre d’ONG, souvent en quête de financements, impossible d’ignorer ce nouveau filon. D’où la stratégie discrètement élaborée depuis dans certaines officines ostensiblement bardées de tous les labels démocratiques, mais ayant (sans le dire ouvertement) pris partie pour le clan Guaido : dans la dénonciation de la destruction de l’Amazonie, qui touche particulièrement l’opinion publique, il convient de mettre sur le même plan le Brésil de Jair Bolsonaro et le Venezuela de Maduro. L’équilibre parfait, comme au temps des dictatures latinas et du bloc communiste, susceptible d’emporter l’adhésion (dans tous les sens du mot). Aux médias ensuite de prendre le relai. Ce qui ne manquera pas.

Le 13 juillet, en pleine pandémie du Covid-19, Elliott Abrams, le « monsieur Venezuela » de l’administration Trump, a annoncé sans pudeur aucune qu’il allait financer une campagne médiatique internationale contre le Venezuela. « Dans ce nouveau monde, la radio est importante, a-t-il affirmé au cours d’une visioconférence sponsorisée par le Hudson Institute. Nous allons penser davantage à la radio. Nous devons nous assurer que ce que nous faisons atteint une large audience au Venezuela. » Les premiers indices du sérieux de l’affirmation n’ont pas tardé. Le 17 juillet, le président de la République du Guyana, David Granger, a révélé qu’il avait reçu des demandes de Washington pour autoriser la retransmission, depuis son pays, à travers les ondes moyennes (AM) et à destination du Venezuela voisin, des programmes de La Voix des Amériques – instrument de propagande de Washington émettant en plus de soixante langues, dans plus d’une centaine de pays, et très actif à l’époque, dans les campagnes qui ont précédé le renversement de Jacobo Arbenz au Guatemala (1954), la tentative d’invasion de la Baie des Cochons (1961), le coup d’Etat contre Juan Bosch en République dominicaine (1963) ainsi que l’intervention militaire US qui a suivi pour écraser la résistance (1965). Granger a refusé, estimant que ses relations avec Caracas sont déjà suffisamment compliquées (en raison d’un conflit territorial historique sur la région de l’Essequibo). Il en a immédiatement payé le prix. Sous le prétexte soudain d’un retard dans la déclaration définitive des résultats des élections de mars dernier, qui ont fait l’objet d’une série de recours en appel, Mike Pompeo a annoncé la suspension des visas d’un certain nombre de hauts fonctionnaires guyanais. Plus serviles que les plus serviles, les gouvernements du Canada et du Royaume Uni ont aussitôt menacé le Guyana de sanctions similaires.D’autres se montreront plus compréhensifs, sans qu’il soit besoin de coercition, et pas que sur les ondes électromagnétiques. En témoigne la première réaction du quotidien espagnol El País (20 juillet) : « La voracité minière asphyxie les peuples indigènes du sud du Venezuela », sous-titré « Les Nations unies dénoncent les abus contre les communautés » [23].

Avec ses schématisations sommaires du « bien » et du « mal », les rapports de la Haute-commissaire participent à une opération d’imprégnation de l’opinion publique. ONU, « droits humains », radios, télévision, presse écrite, appareils politiques, Groupe de Lima, Etats-Unis, Union européenne… Une norme s’impose avec d’autant plus de force que sa légitimité est réaffirmée par une pluralité de sources. Responsable Amérique latine de Human Right Watch (HRW), José Miguel Vivanco a très bien résumé l’enjeu, le 16 juillet, au lendemain de la publication du dernier rapport du CNDH. « Ces rapports ont une énorme importance. Par exemple, ils sont le support pour que des gouvernements qui n‘avaient pas une position si radicale contre le régime de Maduro, aujourd’hui le condamnent (…) L’un des objectifs que poursuivent ces photographies de l’état des droits humains au Venezuela est de générer un débat international. De servir comme argument pour les prochaines mesures qui peuvent être prises, dans le sens d’augmenter la pression sur le régime. D’orienter les discussions quand le régime se verra obligé à s’asseoir à une table et à négocier une transition démocratique [24] »
Supposé représentant du gouvernement de Guaido à l’ONU, où il a curieusement eu l’occasion de s’exprimer, fut-ce extra-officiellement, l’extrémiste Diego Arria (qui a de façon légitime occupé ce poste avant l’arrivée au pouvoir de Chávez) a révélé que Human Right Watch lui a demandé de diriger et organiser une campagne pour en faire exclure l’ambassadeur légitime de la République bolivarienne. Pour mémoire : très influent auprès du HCDH et des médias, HRW est financée entre autres par l’Open Society du banquier véreux George Soros (100 millions de dollars publiquement assumés depuis 2010), généreux bienfaiteur d’une multitude d’ONG œuvrant souterrainement en phase avec les objectifs du Département d’Etat américain.
Cela étant (et contrairement à ce que nous semblons suggérer !), toute l’opposition vénézuélienne n’est pas entièrement satisfaite des prestations de Mme Bachelet. C’est ainsi que, après celle du 15 juillet, le Foro Penal, organisation vénézuélienne très en cours auprès des ONG dominantes du monde de la défense des droits humains, s’est plainte de ce que la Haute-commissaire ne mentionnait pas « le non respect par le pouvoir vénézuélien des recommandations exprimées dans le rapport de 2019 » – dont « la libération des prisonniers politiques ». En conférence de presse, Alfredo Romero, avocat et président-directeur de l’organisation, a prétendu que les rapports successifs du HCDH sont le produit d’un « mandat » donné par le Foro Penal au Bureau de Mme Bachelet [25]. Curieuse formulation, qui mériterait explication, confirmation ou démenti. Est-il du ressort d’une ONG soi-disant indépendante mais financée par Freedom House – c’est-à-dire, en sous-main, par le Département d’Etat américain, l’USAID, l’Agence internationale du développement canadien, les ministères des Affaires étrangères allemand et norvégien, la Ford Foundation, Google, l’Open Society de Soros, etc. – de « donner mandat » au Haut-Commissariat des droits de l’homme de l’ONU pour quoi que ce soit ? Qui commande qui ? Qui mène le jeu ?

Cette mise en cause de l‘industrie des droits humains en général et de Michelle Bachelet en particulier apparaîtra à beaucoup injuste, sinon très incorrecte. D’autant que, le 22 juillet, ses services, s’appuyant sur des données de la Commission pour l’Amérique latine et les Caraïbes (Cepal) de l’ONU, ont reconnu l’ « impact » des mesures coercitives unilatérales de Washington sur l’économie vénézuélienne. Pour la première fois ont été évoqués le gel des comptes et biens vénézuéliens aux Etats-Unis, la paralysie de la compagnie pétrolière PDVSA, les mesures formelles et même l’application d’un « blocus » informel. Dont acte. Et merci la Cepal. Avec un bémol, concernant le cœur de notre sujet : ce communiqué n’a pas fait l’objet de l’habituelle mise en scène, avec Haute-commissaire, micro et caméras, médias alertés et mobilisés, tambours et trompettes, importantes répercussions. Que chacun guette l’éventuelle évocation de ce communiqué des « services » de Mme Bachelet dans les médias dominants…

Pour autant, et pour en revenir à notre point de départ, nous acceptons très humblement que nous jouons dans cette « pièce » le rôle du « méchant ». Car après tout… En tant que Haute-commissaire aux droits de l’Homme de l’ONU, les moyens d’investigation, de collecte d’informations et d’analyses de Mme Bachelet sont par définition sans commune mesure avec ceux dont, modestement, nous disposons. Et, de ce fait, sont infiniment plus crédibles que nos désagréables affirmations. Dans l’absolu, oui. Mais, qu’on en juge…

Le 27 juin dernier, un samedi, Mme Bachelet est abordée dans une rue de Genève par une compatriote d’origine Mapuche. Un thème sensible pour l’ex-présidente qui, en la matière, marche sur des œufs. Environ six cents milles Mapuche vivent au Chili, essentiellement dans les régions boisées et montagneuses d’Araucanía et de Bio-Bio, à environ 600 km au sud de Santiago. Comme toute minorité autochtone, les Mapuche ont été historiquement marginalisés et réprimés. A tel point que, en juin 2017, dans un discours prononcé au palais de La Moneda, Mme Bachelet a déclaré : « Je veux demander solennellement et humblement pardon au peuple Mapuche pour les erreurs et les horreurs commises ou tolérées par l’Etat dans nos relations avec eux et leurs communautés. » Beau et noble discours. Mais pas vraiment suivi d’effets. Les Mapuche n’étant pas les Indiens vénézuéliens de l’Arc minier de l’Orenoque, le gouvernement de Mme Bachelet invoquera la loi antiterroriste instaurée durant la dictature de Pinochet contre huit dirigeants mapuche au mois de septembre suivant, à partir d’un montage des services de renseignements. Et, sur ce sujet, sa gestion ne se distingue guère de celle des chefs d’Etat qui l’ont précédée.
Sous l’actuelle ère de l’ultra-libéral Piñera, la répression des autochtones s’est accentuée. Lorsque sa compatriote interpelle Mme Bachelet à Genève le 27 juin, un groupe de prisonniers mapuche, dont le « Machi » (autorité spirituelle) Celestino Cordova, incarcéré depuis sept ans, en sont au cinquante-quatrième jour d’une grève de la faim. Pourquoi la Haute-commissaire aux droits de l’Homme demeure-t-elle silencieuse, interroge la femme ? Pourquoi ne prend-elle pas position ? Suit une discussion très vive au cours de laquelle l’ex-présidente, très embarrassée, assure : « Je vais essayer de faire davantage, dès lundi, en arrivant au bureau. » Au cours de laquelle elle tente de justifier son silence : « Les Nations Unies me demandent de ne pas trop m’impliquer sur mon pays, le Chili ; ils me disent que le thème que je dois traiter c’est les droits humains dans le monde, pas uniquement ceux de mon pays. » Son interlocutrice s’enflamme : « Je vous demande une prise de parole. Ils sont en grève de la faim depuis soixante-quatorze jours. » La Haute-commissaire aux droits de l’homme de l’ONU répond : « Je ne le savais pas. » La Chilienne exprime sa stupéfaction. La HAUTE-COMMISSAIRE AUX DROITS DE L’HOMME DE L’ONU, qui connaît tout du Venezuela, se justifie : « Quand je peux, quand j’ai un peu de temps, je me mets à lire El Mercurio [quotidien chilien de droite, très impliqué dans la campagne contre Allende qui a précédé le coup d’Etat de Pinochet], et il ne dit rien de tout ça… je lis les journaux chiliens, je n’ai pas d’autre source d’information [26]… »
Mais alors… comment s’informe Mme Bachelet avant ses shows très médiatisés sur le Venezuela ? Qui, et dans le cadre de quels rapports de force, prépare réellement les dossiers qu’elle cautionne de son nom, au mépris de l’Histoire d’une génération de Chiliens ?


[1Partisans de l’ex-président d’extrême droite Álvaro Uribe (2002-2010).

[2https://www.cinep.org.co/Home2/component/k2/809-monsenor-dario-monsalve-un-artesano-de-la-paz.html

[3 Chile 1973. Los meses previos al golpe de Estado (§ « Abastecimiento y distribución »)

[4Lire : http://www.medelu.org/Venezuela-aux-sources-de-la-desinformation

[5Entre ses deux mandats présidentiels, Mme Bachelet a été à la tête de l’ONU Femmes, de 2010 à 2013.

[6https://www.diariolasamericas.com/america-latina/bachelet-acusa-las-fuerzas-seguridad-chilenas-no-seguir-los-protocolos-las-protestas-n4188181

[7https://news.un.org/fr/story/2019/08/1049341

[8 Courrier International, Paris, 27 mars 2020.

[9https://venezuelainfos.wordpress.com/2020/05/02/lonu-demande-au-venezuela-lautorisation-detudier-sa-strategie-de-suppression-de-la-pandemie-pour-la-reproduire-dans-dautres-pays/

[10Le CoDH siège à Genève trois fois par an, mais a un caractère quasi permanent car pouvant se réunir à n’importe quel moment sur décision de la majorité de ses membres.

[11Afranav Maritime Ltd, Adamant Maritime Ltd, Sanibel Shiptrade Ltd, Delos Voyager Shipping Ltd (Iles Marshall) ; Seacomber Ltd, Romina Maritime CO INC, Thenamaris Ships Management (Grèce) ; Alel Technologies LLC, Luzy Technologies LLC (Etats-Unis) ; Cosmo Recursos PTE Ltd (Singapour) ; Washington Trading Ltd (Royaume-Uni).

[12Sur les mesures coercitives unilatérales des Etats-Unis, lire : https://www.romainmigus.info/2019/01/chronologie-des-sanctions-economiques.html

[13www.aporrea.org/ddhh/a292661.html

[14http://www.medelu.org/Baie-des-Cochons-ou-Operation-Mangouste

[15Lire le chapitre « L’honneur perdu des défenseurs des droits humains », in Maurice Lemoine, Venezuela. Chronique d’une déstabilisation, Le Temps des Cerises, Montreuil, 2019.

[16http://www.irenees.net/bdf_fiche-analyse-604_en.html

[17https://news.un.org/fr/story/2020/06/1070082

[18https://news.un.org/fr/story/2020/07/1073071

[19« Nicolás Maduro et l’or sanglant du Venezuela », CNN en espagnol, 20 août 2019, ou encore« Forêt amazonienne au Venezuela : l’autre massacre », L’Express, Paris, 6 juillet 2020.

[20Pour une vision globale de l’Arc minier de l’Orenoque, lire notre reportage : http://www.medelu.org/L-Arc-minier-de-l-Orenoque-les

[21https://www.diariolasamericas.com/america-latina/pompeo-asegura-que-continuara-la-presion-maduro-luego-informe-derechos-humanos-n4203147

[22 La Radio del Sur, 17 mai 2017.

[23Sans entrer dans le détail d’un thème qui exigerait de longs développements, on notera que certaines communautés indigènes – 182 dans l’Etat de Bolivar, comportant près de 55 000 personnes – sont affectées par l’exploitation minière et s’y opposent radicalement. D’autres ont une attitude plus ambiguë. Certains Pemon, par exemple, ont une histoire minière ancestrale, utilisent le mercure, ont des liens avec les contrebandiers. Quand une faction d’entre eux a participé, sur la frontière brésilienne, aux opérations de déstabilisation de février 2019, ils ont été certes réprimés, mais surtout désavoués par le Conseil des Caciques du peuple Pemon.

[24https://www.americadigital.com/columnistas/que-efectos-tiene-el-segundo-informe-de-la-oficina-de-la-alta-comisionada-de-la-onu-para-los-ddhh-que-expone-las-violaciones-del-regimen-de-nicolas-maduro-en-el-panorama-internacional-lo-expl-89689

[25https://www.voanoticias.com/venezuela/reacciones-informe-onu-venezuela-hhrr

[26https://www.eldesconcierto.cl/2020/06/28/video-bachelet-vive-tenso-momento-en-suiza-mujer-la-encara-pidiendo-libertad-para-presos-mapuche/

 

Partager cet article

Repost0
3 août 2020 1 03 /08 /août /2020 06:57

 

MONSIEUR LE MINISTRE,

Alors que le Ségur de santé vient de s’achever, je tiens à attirer votre attention sur la situation de soignants qui n’ont pas été conviés à la table des négociations et qui souffrent de n’être ni entendus, ni considérés.

En effet, les sages-femmes manifestent un profond désarroi face au manque d’attention portée à leurs légitimes requêtes.

Après 5 années d’études, en dépit de leurs solides connaissances en obstétrique, gynécologie, orthopédie, pédiatrie, etc., malgré l’exercice de leur métier au plus près du public, elles ne disposent toujours pas du statut de personnel médical, quand bien même elles figurent parmi les professions médicales inscrites dans le Code de la Santé publique.

Depuis des années, les sages-femmes tentent de se faire entendre pour que leur métier soit reconnu statutairement et financièrement.

Alors qu’elles ont continué à exercer durant la phase aigüe de la crise sanitaire, dépourvues de masques puisqu’oubliées des décrets attribuant ce matériel de protection aux professionnels de santé, il serait grand temps de leur manifester la reconnaissance de la nation.

En outre, la question de la périnatalité, trop absente des débats, doit sans plus tarder être traitée. Les décrets de 1998 régissant les effectifs des maternités sont en effet déconnectés des réalités de terrain. Le nombre de sages-femmes est ainsi devenu trop insuffisant pour répondre à l’augmentation du nombre de naissances. D’où une constante dégradation de la prise en charge des futures mères et des conditions d’exercice des sages-femmes.

A l’heure où le Chef de l’Etat et le gouvernement affichent leur volonté de reconnaître le dévouement des soignants et de renforcer notre système de santé, il serait incompréhensible que le cri de détresse des sages-femmes ne soit pas entendu.

En ce sens, je vous appelle solennellement à recevoir, dans les plus brefs délais, les organisations représentatives de cette profession et à prendre en compte leurs propositions pour que ce métier soit mieux considéré et qu’il suscite de nouvelles vocations.

Vous remerciant par avance pour les prolongements que vous réserverez à la présente, je vous prie de recevoir, Monsieur le Ministre, l’assurance de ma haute considération.

Fabien Roussel,

Député du Nord.

 

Partager cet article

Repost0
3 août 2020 1 03 /08 /août /2020 05:17

Partager cet article

Repost0
2 août 2020 7 02 /08 /août /2020 06:56

 

Le gouvernement a annoncé ce lundi plusieurs mesures réglementaires issues des propositions de la convention citoyenne pour le climat.

« Le gouvernement passe de l’écologie de petits pas à l’écologie de petits riens. » C’est ainsi que Clément Sénéchal, porte-parole de Greenpeace, décrit les mesures réglementaires annoncées, hier, à la sortie du conseil de défense climatique qui s’est tenu à l’Élysée. Des décisions issues des 149 propositions de la convention citoyenne pour le climat, dont 146 avaient été retenues par Emmanuel Macron, et annoncées par la nouvelle ministre de l’Écologie, Barbara Pompili, la ministre déléguée aux Transports, Emmanuelle Wargon, et Bérangère Abba, pour sa première apparition en tant que secrétaire d’État à la Biodiversité après sa nomination, dimanche.

À l’ordre du jour de ce conseil : la maîtrise de la consommation de l’énergie, la lutte contre l’artificialisation des sols et la rénovation énergétique des bâtiments. Sur ce dernier point, aucune mesure suffisamment contraignante n’est jusqu’ici prévue, contrairement aux vœux de la convention citoyenne pour le climat, qui exprimait le besoin de rénover 20 millions de logements ces dix prochaines années.

« L’obligation de rénovation devait être la clé de voûte de cette politique environnementale, et elle est absente de ces mesures. À la place, Barbara Pompili ne fait que réitérer des propositions très peu significatives », observe Clément Sénéchal. En l’occurrence, l’introduction de la notion de « performance énergétique » dans ce qu’on appelle un « logement décent », à compter du 1er janvier 2023. C’est-à-dire qu’au-dessus d’un certain seuil de consommation d’énergie, un locataire pourra exiger de son propriétaire de réaliser des travaux d’isolation. Or, ce seuil a été fixé à 500 kW/h au m2 par an, ce qui « ne correspond même pas à l’étiquette G du diagnostic de performance énergétique », constate le député Matthieu Orphelin. En d’autres termes, les logements correspondant à la pire catégorie énergétique resteraient dans les clous. La mesure ne concernerait donc que 120 000 foyers maximum, « soit entre 1 et 2 % des logements se trouvant en précarité énergétique, et pour un décret qui ne sera pris qu’en 2023, donc après le quinquennat. La fin de la précarité énergétique était pourtant un engagement de campagne d’Emmanuel Macron… », déplore le porte-parole de Greenpeace.

Certaines mesures semblent toutefois aller dans le bon sens, comme l’interdiction des terrasses chauffées – mais seulement après l’hiver prochain pour épargner les restaurateurs, qui ont particulièrement souffert de la crise.

L’objectif annoncé du zéro artificialisation a également été réitéré, afin de limiter la bétonisation des sols. Au cœur de cette question, l’implantation de nouvelles zones commerciales, en périphérie des villes, qui grignotent des terres agricoles. Barbara Pompili demande ainsi aux préfectures de réexaminer ces autorisations, avant qu’un moratoire soit mis en place. Matthieu Orphelin déplore que ce moratoire sur la construction de nouvelles zones « n’intègre pas l’interdiction des nouveaux entrepôts Amazon, alors qu’un emploi créé chez Amazon détruit 2,2 emplois dans les petits commerces… ». La mise en œuvre et les conséquences de ce moratoire restent également floues, alors qu’il a déjà été évoqué des dérogations, comme le droit d’implanter des zones commerciales lorsqu’une région en est dépourvue.

Après ces premières mesures réglementaires, le gouvernement devrait ensuite présenter un projet de loi pour d’autres mesures, en janvier 2021, devant le Parlement. D’ici là, les élus locaux et les citoyens de la convention pour le climat seront consultés, dès mercredi, par Barbara Pompili.

Florent Le Du

 

Partager cet article

Repost0
2 août 2020 7 02 /08 /août /2020 06:54

 

Une mission doit faire le point après l’été sur l’impact environnemental de la nouvelle technologie. Le Shift Project, un groupe de réflexion qui œuvre à une économie libérée du carbone, s’est penché sur la surconsommation d’énergie que va demander cette technologie.


 

Hugues Ferreboeuf Directeur des activités numériques au Shift Project

 

Que consomme la 5G et quel sera son impact environnemental ?

Hugues Ferreboeuf Une station 5G consomme au moins deux fois plus d’énergie qu’une station 4G. Même en prenant en compte le fait que l’équipement se mette en veille entre des communications ou que la part de consommation « fixe » d’un équipement 5G soit plus faible que dans une station 4G. La 5G est certes plus efficace mais elle consomme plus.

L’impact environnemental va dépendre des modalités de déploiement. Le principe étant que, plus il y a d’équipements, plus il y a consommation d’énergie. En 2025, selon le cahier des charges de l’Arcep, l’Autorité de régulation des communications électroniques, 40 000 stations 5G devraient être déployées. Cela couvrira seulement 50 à 60 % du territoire. Et que veut-on faire ? Au gouvernement, des ministres disent vouloir la même couverture en 5 G qu’en 4G. La réponse à cette injonction politique, c’est 200 000 stations 5G sur le territoire.

 

Et que deviendra la 4G ?

Hugues Ferreboeuf Le réseau 5G ne va pas se substituer aux précédents, il va s’ajouter aux 4G, 3G et 2G. En France, il y a 80 000 stations 4G, sur des sites où sont aussi installées des antennes 3G et 2G, ce sont à chaque fois des équipements différents. Il serait logique qu’en planifiant le déploiement d’un nouveau réseau on prévoie le démantèlement des plus anciens. Or rien n’est prévu, ni prise de décision, ni calendrier. Nous ne pouvons pas continuer à rajouter des couches tous les dix ans sans poser la question de l’existant. Si aucun réseau n’est démantelé, nous estimons que, en 2025, les réseaux mobiles consommeront 40 % de plus qu’aujourd’hui. En 2030, si la 2G est démantelée et la 5G mise en œuvre, la consommation sera de l’ordre de 2 à 2,5 fois celle de 2019.

 

Qu’est-ce que l’effet rebond, qui va aussi influencer la consommation d’énergie ?

Hugues Ferreboeuf Il a été découvert au XIXe siècle, il n’est pas spécifique au numérique, mais y est quasi systématique. L’amélioration d’un processus technologique rend moins coûteuse en argent, temps ou énergie une ressource. Ce gain d’efficacité va être annulé par une utilisation accrue. Le trafic Internet croit ainsi de 20 à 30 % par an, et les réseaux mobiles de 50 à 100 %. C’est ce qui explique l’augmentation de la consommation d’énergie du numérique : 8 à 9 % par an depuis une dizaine d’années.

Le débat doit dépasser la seule 5G et interroger les usages et leur priorisation : streaming, jeux en ligne, télétravail ? Le questionnement a commencé à être posé pendant le confinement. Les premiers temps, la charge sur les réseaux a augmenté de 10 à 20 %. Il y a eu un risque de congestion du réseau. Les fournisseurs de contenu ont accepté de réduire leur service, limiter l’HD par exemple. La contrainte environnementale pose cette question de priorisation des usages. On pourrait envisager d’autres façons d’utiliser et d’organiser l’écosystème numérique qui n’aboutiraient pas à une telle inflation énergétique.

 

Faudra-t-il aussi changer d’équipement ?

Hugues Ferreboeuf Oui, l’immense majorité des smartphones ne sont pas compatibles avec la 5G. Tous les ans, 25 à 30 millions de smartphones sont vendus en France, un chiffre qui a tendance à stagner. La 5G va doper les ventes : on pourra compter 5 à 10 millions de terminaux supplémentaires. N’oublions pas que 99 % de l’empreinte carbone d’un smartphone sont émis lors de sa production et de son acheminement. L’immense majorité est fabriquée dans des pays où l’énergie est fortement carbonée.

 

Entretien réalisé par Pia de Quatrebarbes

 

Partager cet article

Repost0
1 août 2020 6 01 /08 /août /2020 13:22

Il y a 75 ans  –  Bombardements nucléaires sur Hiroshima et Nagasaki        

Pour la PAIX et le désarmement nucléaire

 

 

Rendez-vous le jeudi 6 août à partir  de 14h au sommet du Menez Hom

La caravane de la Paix

09h30 : Regroupement des voitures quai Quelen au FAOU

10h00 : Départ de la caravane

11h00 : Le FRET, jet de gerbes de fleurs dans la rade à la mémoire des innocents sacrifiés

12h00 : Crozon : jonction avec les jeûneurs de l’île longue

13h30 : Pique-nique à la chapelle Ste Marie du Menez-Hom

14h30 : Marche vers le sommet du Menez-Hom

75 ans : Vite en FINIR !

Le 6 Août 1945, la bombe atomique était larguée sur Hiroshima provoquant la mort quasi instantanée de plus de 100 000 civils

« …la civilisation mécanique vient de parvenir à son dernier degré de sauvagerie… »  écrit alors Albert Camus.

Continuer, 75 ans après, à justifier et à promouvoir l’existence de l’arme nucléaire est une aberration !

Voté à l’ONU en 2017 un traité d’interdiction des armes nucléaires est en cours de validation. Manque 10 signatures.

Arc boutée sur son dogme de la dissuasion nucléaire, la France officielle refuse de le signer. Et ceci en dépit de la dangerosité, et d’abord pour nous mêmes, de la possession d’une telle arme, des milliards dilapidés chaque année dans son entretien et de la volonté majoritaire (2/3 des français selon un sondage IFOP de 2018) de s’en séparer.

Il faut en finir avec ce déni de démocratie.

 Du haut du Menez Hom ce jeudi 6 août clamons haut et fort 

       « La France doit signer le traité d’interdiction  des armes nucléaires ! »

 

Déclaration du CIAN29  constitué à l’initiative du Mouvement de la Paix et de l’Université Européenne de la Paix, le Collectif29 pour l’interdiction des armes nucléaires regroupe une quinzaine d’associations et organisations syndicales et politiques.

 

 

Cian29, retour sur la 6 août au Menez Hom contre la prolifération des armes nucléaires .

Le cian29 initié par le mouvement de la paix et l‘université européenne de la paix regroupe une quinzaine d’associations et organisations syndicales et politiques du département dont la fédération 29 du PCF.

En 1945, les bombardements d‘HIROSHIMA et NAGASAKI ont fait la preuve de la barbarie de l’usage des bombes atomiques. Crimes contre l’Humanité qui ont fait plus de 300 000 victimes.

Il y a mieux à faire que de financer le gâchis des militarisations de nos territoires et d’en faire des cibles oh combien dangereuses

 

Prise de parole de Christian Collimard, animateur du Mouvement de la Paix dans le sud Finistère et du CIAN 29, lors du rassemblement d'août 2019

Ni en Presqu’île de Crozon

Ni en rade de Brest

Ni ailleurs…

PLUS UNE SEULE BOMBE NUCLÉAIRE

 

 

La France doit signer le traité d’interdiction des armes nucléaires voté le 7 juillet 2017 à l’ONU

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011