Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 21:18

L'Humanité, 7 février 2020

Carnet 

Jean-Marc Nayet est décédé à l'âge de 75 ans.

Né dans le Pas-de-Calais, il rejoindra Air France et militera à la CGT. Résident à Champigny-sur-Marne depuis les années 1960, il est l'époux de l'ancienne élue communiste de Champigny et présidente du Réseau du musée de la Résistance nationale, Lucienne Nayet. Adhérent du PCF pendant une dizaine d'années à partir de 1968, il restera un compagnon de route, fidèle lecteur et abonné de L'Humanité. Il anime un atelier photo et mène une action de solidarité avec les camps de réfugiés palestiniens. Le couple s'est installé à Locquénolé, près de Morlaix, il y a quinze ans. Ses obsèques auront lieu à l'espace funéraire de Saint-Thégonnec (Finistère) ce samedi 8 février à 17 heures. L'Humanité présente ses condoléances à sa famille et à ses proches.  

LOCQUÉNOLÉ.
Nous avons la tristesse de vous faire part du décès de
M. Jean-Marc NAYET

survenu à l'âge de 75 ans.
De la part de
son épouse, Lucienne ;
ses enfants,
Florence et Nacer,
Delphine et Christian,
Natacha et Sylvain,
Patrick et Delphine ;
ses petits-enfants,
Annouk, Maël, Maï-Lan, Margaud, Aurélien, Léo, Nathan ;
toute la famille
et ses amis.
Un hommage lui sera rendu samedi 8 février, à 17 h, au crématorium de Saint-Thégonnec.
Ne recevant pas de condoléances, la famille remercie toutes les personnes qui prendront part à sa peine.
Ni fleurs ni couronnes. Des dons pour l'association Morlaix-Wavel pourront être remis le jour de la cérémonie.
Jean-Marc repose à l'espace funéraire de Taulé.
Cet avis tient lieu de faire-part et de remerciements.
PF Gouriou, Taulé

Le Télégramme

Photo Le Télégramme

Photo Le Télégramme

Décès de notre ami Jean-Marc Nayet le mardi 4 février 2020 - Salut l'artiste!

La cérémonie d'hommage de Jean-Marc Nayet aura lieu à l'espace funéraire de Saint Thégonnec samedi 8 février à 17h.

La famille demande ni fleurs ni couronnes mais des dons par chèque à "L'association pour un jumelage Morlaix-Wavel" - un camp palestinien du Liban - pour ceux qui le souhaitent. 

Né en 1944 dans la région de Béthune dans le Pas-de-Calais, Jean-Marc s'est retrouvé quasi immédiatement orphelin, son père ayant été tué avant sa naissance dans un bombardement et sa mère étant décédée deux mois après sa naissance. Il a été élevé par la sœur de sa mère avec ses deux filles. Puis il a intégré à l'adolescence l'école technique aéronautique d'Air France à Vilgenis. Il terminera sa carrière comme il aimait à le dire comme "cadre CGT d'Air France". Jean-Marc Nayet a vécu en région parisienne, à Champigny depuis les années 60, tout en étant fidèle à sa bande d'amis de jeunesse du Pas-de-Calais,  dont Daniel Roussel, le père de Fabien Roussel, journaliste à L'Humanité et correspondant au Vietnam, comme à sa promotion de Vilgenis. C'est à Champigny-sur-Marne qu'il rencontre Lucienne Nayet, qui y a été élue du PCF pendant 5 mandats, adjointe à la Culture, à la Jeunesse, à la Communication, à l'Initiative Publique, et que démarre leur vie commune en 1982, avec deux enfants chacun déjà qui ont formé ensemble une vraie famille. Lucienne est militante de la mémoire, présidente du Réseau du Musée de la Résistance Nationale depuis 10 ans, militante communiste. Jean-Marc a été adhérent du PCF pendant une dizaine d'années à partir de 1968 avant de rester sympathisant indépendant, fidèle lecteur et abonné de L'Humanité, répondant régulièrement aux demandes de souscription. A Champigny, les dernières années, Jean-Marc anime un atelier et des cours de photo dans un centre culturel. La photo, c'était pour lui "être un œil pour un lien social et culturel" selon les mots de Lucienne.  Jean-Marc et Lucienne se sont installés à Locquénolé dans le pays de Morlaix, il y a 15 ans. Jean-Marc Nayet participe à un voyage fondateur avec Pierre Santini et Marie-Paule Kerebel au Liban et dans le camp de réfugiés palestinien de Wavel avec l'espoir de développer au sortir de ce voyage un jumelage entre notre ville et sa région et Wavel. Depuis des années, il anime l'association de jumelage Morlaix-Wavel, vend de la vaisselle et de la céramique, des produits artisanaux au profit des Palestiniens. Il s'est déplacé plusieurs fois en Palestine et au Liban. Passionné d'Irlande, il y séjournait pour de la pêche au brochet et profiter de sa beauté et de sa quiétude quelques semaines tous les ans. C'était un formidable passeur, qui mettait ses talents artistiques au service de collaboration avec d'autres artistes, musiciens, plasticiens, peintres, de causes humaines et du peuple palestinien. 

Décès de notre ami Jean-Marc Nayet le mardi 4 février 2020 - Salut l'artiste!

Voici quelques-uns des très nombreux messages d'hommage et de peine lus sur internet pour Jean-Marc et Lucienne:

"Salut l'artiste!

C'est le cœur noué et sous le choc que nous avons appris le décès brutal mardi matin, 4 février, de notre copain Jean-Marc Nayet.

Compagnon de luttes et de rêve d'une autre société, animateur de l'association pour un jumelage Morlaix - Wavel (ce camp de réfugiés palestinien au nord du Liban où Jean-Marc avait été à plusieurs reprises, ainsi qu'en Palestine), un homme sensible, vif, drôle et cultivé que nous avons appris à connaître et à aimer aux côtés de notre amie et camarade Lucienne Nayet.

Chienne de vie qui fait disparaître nos plus grands témoins, un photographe de talent, un homme curieux, pince-sans-rire, adepte de l'humour noir, amoureux des mots et des images.

Ses expositions faisaient date: enfants palestiniens du Liban et de Palestine, poilus de Guy Denning à La Feuillée, bals populaires et fanfares, monuments aux morts, installations de Pierre Chanteau sur les côtes du Finistère (l’œil de Pythéas), commémorations et champs de bataille dans la grande guerre, collaborations fructueuses et multiples avec d'autres artistes (plasticiens, peintres, photographes, musiciens, poètes...).

Cet enfant de Béthune né en 1944, orphelin très jeune, ancien d'Air France, était un ami très cher de Fabien Roussel et de son père, un amoureux des artistes, de l'Irlande où il se rendait tous les ans pour pêcher. Récemment, nous avions passé un magnifique week-end ensemble avec Lucienne et les camarades du PCF Finistère en Touraine, à Saint-Pierre-des-Corps, Tours, Langeais, à l'invitation de nos camarades d'Indre-et-Loire. Nous avions eu plaisir à retrouver Fabien Roussel qui inaugurait la nouvelle fédé PCF de Tours et à participer à une cérémonie en souvenir de la tragédie du train de Langeais, un des derniers trains de déportés français parti de Rennes en août 1944, avec un discours de Lucienne Nayet, présidente du réseau du Musée de la Résistance Nationale de Champigny-sur-Marne.  

C'était un habitué de nos manifs dont il était un des photographes amateurs, de la fête du premier mai du PCF, la fête du viaduc, où ses photos ont été exposées a plusieurs reprises, et où il tenait le stand de Morlaix-Wavel comme à Traon Nevez à Plouézoc'h, ce fut aussi le photographe de plusieurs de nos campagnes électorales du PCF et du Front de Gauche ces dernières années, des mardis de l'éducation populaire et de plusieurs initiatives du PCF dont il était un ancien adhérent et un compagnon de route indépendant, un grand lecteur et ami de "L'Humanité".

Tu vas nous manquer terriblement Jean-Marc".  

Ismaël Dupont"

***

Jean-Marc nous a quittés

Rien ne laissait présager la disparition soudaine et brutale de notre ami Jean-Marc Nayet à la suite d'une crise cardiaque .
Car il était l'illustration même de la vie . D'une vie pleine dans tous les sens du terme .

Au-delà des différentes facettes de sa riche personnalité et de ses engagements dans le domaine culturel en particulier, je retiens son soutien indéfectible à la cause du peuple palestinien . Un soutien déterminé et lucide porteur de sa colère de voir l'inaction de notre pays et l'impunité d'Israel dans son action continue pour rendre de plus en plus difficile le développement d'un état palestinien économiquement viable . Toujours soucieux de ne pas en rester aux mots Jean- Marc était la cheville ouvrière du comité de jumelage Morlaix -Wavel .

L'autre dimension que je retiens c'est sa participation constante à toutes les luttes pour un monde meilleur débarrassé de toute exploitation et de toute aliénation .Ancien adhérent du PCF , il en était resté très proche , lucide et exigeant toujours fidèle à ses valeurs . Son arrivée avec Lucienne , avec leur riche expérience a été d'un grand apport dans le développement , l'enrichissement et l'évolution de notre réflexion .
Lucienne va , je n'en doute pas , continuer ses combats et nous serons à ses côtés comme face à cette épreuve qui la frappe si brutalement et si cruellement .

Alain DAVID

***

 

"Un sourire, une détermination.. Que dire de notre ami Jean Marc qui vient de nous quitter subitement. Au revoir l’ami et merci pour ta passion.

Glenn Le Saoût"

***

"C'était toujours un plaisir de croiser Jean Marc et son Leïca sur le marché ou dans des fêtes, qu'elles soient militantes ou non. Chacun de nous a des souvenirs à partager avec Jean Marc et sa femme Lucienne. Jean Marc était un homme engagé, mais engagé de la meilleure des façons qui soient : un engagement au service de l'humain. Un engagement qui force le respect. C'était un des ces communistes qui ont toujours su où était leur camps et qui ont su le défendre en gardant un esprit lucide face à un monde bien trouble, mais aussi plein des rêves et des espoirs de ceux qui se battent pour un avenir meilleur.
Salut Jean Marc. Et même si tu ne croyais pas trop en lui, quand tu te retrouveras devant l'autre Charlot, là haut, montre lui ton pin's de Lenine et n'hésite surtout pas à lui dire qu'on n'attend rien de lui pour construire une humanité meilleure et plus éclairée !" 

Rodolphe Thirard

***

"Quand un ami de cette qualité s’en va c’est comme si une part de nous-même avec nos engagements intellectuels et humanitaires respectifs s’en trouvait émiettée. 
Toutes mes amitiés sincères à Lucienne

Elyane Guiho, responsable d'Amnesty International dans le pays de Morlaix "

***

Lors du voyage des 108 élus en Palestine , j'ai partagé la même chambre pendant notre séjour.  J'ai découvert un breton d'adoption, resté fidèle à sa Nord.... un militant de la Paix, un artiste sachant prendre le bon cliché au bon moment. Je salue la mémoire de Jean Marc et adresse mes très sincères condoléances à son épouse, sa famille et ces camarades.

Claude Delevacq

***

Liberté, égalité, fraternité, 3 mots qui (pour moi) résument bien toute une vie d'engagement permanent. Toujours à l'écoute, c'était vraiment un vrai bonheur de converser avec toi, un grand vide et un exemple pour tous. Salut l'ami. 

Juan José Puil

***

"De tout cœur avec Lucienne . Jean-Marc aura marqué nos mémoires".

Jean-Paul Vermot

***

Nous perdons avec le départ de Jean-Marc un ami, non seulement du peuple palestinien mais de l’humanité toute entière, quelqu’un de précieux avec qui nous partagions tant de combats et de colères… Toute notre amitié et notre soutien à Lucienne.

François Rippe, président de l'AFPS pays de Morlaix

***

Je suis très chagriné par cette nouvelle ...Je ne connaissais pas Jean-Marc à Morlaix , mais à l'occasion de réunions ANACR à Châteaulin plusieurs fois dans l'année...Un homme chaleureux et très cultivé.

Jean-Claude Cariou (ANACR)

Décès de notre ami Jean-Marc Nayet le mardi 4 février 2020 - Salut l'artiste!
Décès de notre ami Jean-Marc Nayet le mardi 4 février 2020 - Salut l'artiste!
C'était au Liban. Jean-Marc toujours avec l'objectif devant lui. Nous avions participé à la commémoration de Sabra et Chatila puis j'avais accompagné Jean-Marc au camp de Wavel jumelé avec Morlaix. Jean-Marc s'inquiétait pour Lucienne qui venait de se faire opérer. Etaient là Pierre Barbancey, Patrick Le Hyaric, et Fernand Tuil lui aussi disparu. Quelle tristesse. - Yvonnne Rainero

C'était au Liban. Jean-Marc toujours avec l'objectif devant lui. Nous avions participé à la commémoration de Sabra et Chatila puis j'avais accompagné Jean-Marc au camp de Wavel jumelé avec Morlaix. Jean-Marc s'inquiétait pour Lucienne qui venait de se faire opérer. Etaient là Pierre Barbancey, Patrick Le Hyaric, et Fernand Tuil lui aussi disparu. Quelle tristesse. - Yvonnne Rainero

Encore au Liban en septembre 2010, près de la frontière avec Israël, les ruines de la prison de Khiam où des Libanais et des Palestiniens ont été emprisonnés sans jugement dans des minuscules cellules et torturés par l'armée israélienne qui occupait le Sud Liban et ses collabos phalangistes. Et Jean-Marc toujours avec son appareil photo pour témoigner ! - Yvonne et Piero Rainero

Encore au Liban en septembre 2010, près de la frontière avec Israël, les ruines de la prison de Khiam où des Libanais et des Palestiniens ont été emprisonnés sans jugement dans des minuscules cellules et torturés par l'armée israélienne qui occupait le Sud Liban et ses collabos phalangistes. Et Jean-Marc toujours avec son appareil photo pour témoigner ! - Yvonne et Piero Rainero

Partager cet article
Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 21:14

Une rencontre aura lieu avec Thomas Portes le Samedi 8 Février à 10H30 autour d’un café au local de section du PCF. 5 Rue Henri Moreau, 29200 Brest.

Thomas Portes occupe actuellement le poste de chef de cabinet du maire (PCF) de Champigny (Val-de-Marne), il est responsable national du PCF en charge du collectif des cheminots, syndicaliste CGT et auteur de « Au coeur de la haine ».

C’est au printemps 2018 que Thomas Portes s’est vu assigné en justice par Génération Identitaire suite à un tweet où il réagissait et l’opération anti migrants du col de l’Echelle. Cette assignation n’était pas un hasard, mais le fruit d’une démarche réfléchie et assumée visant pour Génération Identitaire, à se mettre en scène sous les feux des médias, en envoyant au tribunal et tentant de criminaliser une nouvelle fois les migrants et ceux qui leur portent assistance. Dans le cas de Thomas c’est également le syndicaliste cheminot qui est dans le viseur. « Ce n’est pas moi mais eux qui devraient être poursuivie pour appel à la haine ! » écrit-il fort justement quand il évoque son futur procès.

Programme du Forum Social :

https://www.facebook.com/ForumSocialBrestois/

 Samedi 8 Février, venue de Thomas Portes dans le cadre du Forum Social Brestois.
Partager cet article
Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 20:50
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez
Mieux vivre en vivre - L'atelier participatif de Morlaix Ensemble le 6 février à l'auberge de jeunesse - Photos Jean-Luc Le Calvez

Atelier participatif de "Morlaix Ensemble" - "Mieux vivre en ville" - hier, 6 février, à l'Auberge de Jeunesse, introduit par Yvon Laurans et David Guyomar. Des discussions sur nos propositions phares en termes de santé-solidarité, animation et culture, transports et stationnements, vie des quartiers et liens entre les quartiers et beaucoup d'enrichissement collectif à travers nos échanges pour chacun et pour le projet de la gauche à Morlaix.

Photos Jean-Luc Le Calvez, jeudi 6 février 2020

Partager cet article
Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 20:40
Morlaix Ensemble au contact des morlaisiens ce samedi 8 octobre sur le marché de morlaix, à Kérozar et la Boissière

"La liste Morlaix Ensemble sera de nouveau au contact de la population, ce samedi 8 février, « afin d’échanger et écouter, avec sa tête de liste Jean-Paul Vermot ». Elle sera sur le marché hebdomadaire en matinée puis, à 14 h, à Kérozar (carrefour des rue Roc’h Glas et Pierre-Corle), et enfin, à partir de 15 h 30, à La Boissière, devant le foyer des jeunes travailleurs (avenue de Würselen)".

Le Télégramme, 7 février 2020

https://www.facebook.com/morlaixensemblebzh/

 

Partager cet article
Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 20:38
 APPEL UNITAIRE: Le plan Trump-Netanyahu doit être rejeté partout, et par toutes et tous !

 

APPEL UNITAIRE: Le plan Trump-Netanyahu doit être rejeté partout, et par toutes et tous !

 

La France qui est historiquement partisane d'une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens doit condamner le «deal» concocté entre Trump et Netanyahu contraire au droit international.

Ce n'est pas un «plan de paix» que Donald Trump et Benjamin Netanyahu ont dévoilé le 28 janvier!

Ce «plan» entérine l'annexion définitive des territoires palestiniens occupés et la création de «réserves» sans continuité territoriale ni souveraineté pour le peuple palestinien. Au mépris du droit international, du respect des droits humains universels, des résolutions de l'ONU et des droits fondamentaux des Palestiniens dont ceux des réfugiés, ce plan est aussi inacceptable au plan mondial, d’autant plus qu’il remet en cause le statut international et multiconfessionnel de la ville de Jérusalem.

Le peuple palestinien objet de tant d’atteintes à ses droits fondamentaux devrait ainsi accepter que son destin soit scellé sans sa participation!

Ce plan ouvre la voie à des guerres dont les répercussions internationales seront gravissimes. Ce plan ne doit pas voir le jour.

Attachés au droit et aux principes fondateurs de la Charte des Nations unies, nous exhortons la présidence française et son ministre des Affaires étrangères à condamner publiquement et très fermement ce «deal» Trump-Netanyahu en rappelant qu'aucune paix n'est possible si le droit international et les résolutions de l’ONU ne sont pas respectés, et si l’une des parties prenantes n’est pas pleinement associée aux négociations.

Ce «deal» dangereux est contraire aux positions historiques de notre pays. Les prises de positions de la France sur ce sujet devraient être soumises, quoi qu'il en soit, à un vote au Parlement pour définir le mandat des représentants français dans les instances internationales.

La reconnaissance de l’État de Palestine, dans ses frontières de 1967 et avec Jérusalem-Est comme capitale, aux côtés de l'Etat d'Israël qui doit être celui de tous ses citoyens, reste le seul chemin véritable permettant au peuple palestinien d’exercer son droit à l’autodétermination. C'est dans cette voie que les autorités françaises doivent continuer d'agir au sein du Conseil de sécurité de l'ONU et, au niveau européen, pour que l'Union européenne s'exprime et agisse en ce sens.

Nous appelons toutes les forces démocratiques, militants de la paix, de la fraternité et des droits humains de notre pays à se mobiliser et à s'allier pour que la France porte avec détermination la voix d'une paix juste et durable entre Israéliens et Palestiniens.

Nous convions toutes les forces disponibles à prendre désormais, et dans les jours et semaines à venir, toutes les initiatives pertinentes pour empêcher la mise en œuvre du plan Trump-Netanyahu.

Nous demandons solennellement au ministre Jean-Yves Le Drian de recevoir au plus tôt une délégation des signataires de cet appel au sujet de la position officielle exprimée par le Quai d'Orsay et des initiatives de paix à prendre désormais dans les jours et semaines qui viennent pour empêcher la mise en œuvre du projet dévastateur Trump-Netanyahu.

Premiers signataires:

•    Association France Palestine Solidarité (AFPS)
•    Association pour le jumelage entre les camps palestiniens et les villes françaises (AJPF)
•    Confédération Générale du Travail (CGT)
•    Ensemble !
•    Fédération Syndicale Unitaire (FSU )
•    Gauche Démocratique & Sociale (GDS)
•    Génération.s
•    Groupe parlementaire de la France Insoumise
•    Ligue des Droits de l’Homme (LDH)
•    Mouvement Jeunes Communistes de France (MJCF)
•    Mouvement de la Paix
•    Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples (MRAP)
•    Parti Communiste Français (PCF)
•    République & Socialisme
•    Solidaires
•    Une Autre Voix Juive (UAVJ)
•    Union Nationale des Etudiants de France (UNEF)

Pour être signataire de cet appel à titre personnel ou collectif,
merci d'envoyer un mail à collectif-palestine@pcf.fr

Partager cet article
Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 20:29
Irlande. Le Sinn Féin pourrait faire une percée (Thomas Lemahieu, L'Humanité, 6 février 2020)
Irlande. Le Sinn Féin pourrait faire une percée
Jeudi, 6 Février, 2020

À deux jours des élections législatives, la formation républicaine anti-austérité devance, dans les sondages, les partis traditionnels de droite. Du jamais-vu à Dublin…

 

À l’avant-veille des élections législatives anticipées en Irlande, samedi, Mary Lou McDonald a gagné sa place à la table des grands, et perdu son nom de famille… Mardi soir, la dirigeante du Sinn Féin, à la tête duquel elle a succédé à Gerry Adams il y a deux ans, a fini par être invitée au principal débat télévisé de la campagne avec les représentants des deux partis faux frères du conservatisme irlandais, le premier ministre sortant, Leo Varadkar (Fine Gael), et Micheal Martin (Fianna Fail), l’un des architectes, avec ses alliés du Parti travailliste et, bien sûr, la troïka, du plan d’austérité qui a ravagé le pays lors de la crise dite « des dettes publiques » à partir de 2008. Avec 25 % des intentions de vote (contre 14 % lors des dernières législatives en 2016), son parti, qui vient de reprendre sa place au pouvoir dans la coalition incontournable avec les unionistes du DUP en Irlande du Nord, est désormais en tête des sondages au sud de l’île, devant le Fianna Fail (23 %) et le Fine Gael (20 %). Alors que les Verts sont attendus à 8 %, les travaillistes et les sociaux-démocrates gravitent autour de 4-5 % chacun, tout comme l’extrême gauche (PBP et Solidarity).

Panique au sein des élites

Lors de cette campagne, « Mary Lou », comme l’appellent donc ses partisans, incarne l’aspiration au « changement », très puissante dans la population. En convoquant ces élections, le néolibéral Leo Varadkar avait fait le pari que le Brexit, officiellement engagé depuis le 31 janvier, pèserait très lourd dans les choix des électeurs, mais après des années d’austérité, l’exigence de nouvelles réponses aux urgences sociales – l’accès au logement, les services publics, la crise dans le secteur hospitalier, la protection sociale et les retraites – s’avère bien plus forte. « L’establishment politique du Fine Gael ou du Fianna Fail trouvera toutes les bonnes raisons du monde afin de justifier les allègements fiscaux pour les grandes multinationales, lance la présidente du Sinn Féin, elle-même candidate dans la circonscription de Dublin-Centre. Et il trouvera toutes les bonnes raisons du monde pour ne tenir aucun compte des salariés et des citoyens de cet État. »

Selon Focus, une association qui lutte contre ce fléau, près de 4 000 enfants vivent sans domicile fixe en Irlande. « Nous avons besoin d’urgence que le prochain gouvernement en fasse une priorité et leur assure un futur », lance sa porte-parole, Rosemary Hennigan. Face à leur incurie depuis des années, les partis de droite cherchent à faire diversion en avançant des statistiques tronquées sur les SDF en Irlande du Nord, là où le Sinn Féin exerce déjà le pouvoir. La principale formation de gauche en Irlande, désormais en position de prendre le pouvoir, promet une « baisse » et un « gel des loyers » sur les trois prochaines années. Même distinction radicale sur les pensions où les deux partis de droite veulent allonger encore l’âge de départ à la retraite, au-delà de 67 ans : « Leo Varadkar, qui bénéficiera de plusieurs régimes de retraite, explique aux gens ordinaires qui ont travaillé dur toute leur vie qu’ils ne pourront pas prendre leur retraite à l’âge de 65 ans, c’est extraordinaire », persifle Mary Lou McDonald.

Devant cette forte poussée dans les sondages, la panique gagne au sein des élites qui réactivent leur plan le plus grossier pour contrer le Sinn Féin, dirigé par une femme installée à Dublin et sans aucun lien avec le passé des « Troubles » en Irlande du Nord. Depuis que le parti républicain anti-austérité fait la course en tête dans les sondages, les médias dominants multiplient les « témoignages chocs » pour renvoyer l’ex-branche politique de l’Armée républicaine irlandaise (IRA) à la clandestinité. Mary Lou McDonald a, par exemple, été sommée par ses adversaires de pousser à la démission son camarade Conor Murphy, le ministre des Finances en Irlande du Nord, coupable de mansuétude, selon eux, à l’égard des partisans de l’IRA. Une grosse ficelle à l’effet, cette fois, très incertain… 

Thomas Lemahieu

Partager cet article
Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 20:27
Allemagne. Putsch droite-ultradroite contre Die Linke en Thuringe
Vendredi, 7 Février, 2020

Le cordon sanitaire contre les néonationalistes (AfD) a sauté à Erfurt. Soutenu par la CDU, un dirigeant libéral, Thomas Kemmerich, évince par la grâce de l’AfD le ministre-président de gauche avant d’être contraint à la démission.

 

Une bombe a explosé mercredi soir au beau milieu de l’arène politique allemande. Un certain Thomas Kemmerich, dirigeant local du parti libéral, venait de se faire élire ministre-président en Thuringe avec les voix rassemblées de la CDU (droite) et de l’AfD (extrême droite) contre le ministre-président sortant, Bodo Ramelow (Die Linke). Pour la première fois dans l’histoire politique du pays depuis la guerre, le chef d’un exécutif régional était élu par la grâce des néonationalistes. Une odeur exécrable émanant de la République de Weimar s’est aussitôt diffusée dans tous les interstices de la République fédérale.

Bodo Ramelow et Die Linke avaient été les grands vainqueurs de l’élection régionale d’octobre (voir notre édition du 28 octobre 2019), recueillant quelque 31 % des suffrages (+ 2,8 %). Cependant, l’AfD était arrivée en seconde position (23,4 %). La coalition de gauche sortante n’était plus majoritaire compte tenu des scores trop faibles des partenaires de Die Linke (seulement 8,2 % pour le SPD et 5,2 % pour les Verts). À droite, la CDU (21,75 %) et le FDP de Kemmerich, entré d’un souffle dans le Parlement avec tout juste 5 % des voix, ne pouvaient espérer constituer une majorité qu’avec le soutien tacite ou explicite des quelque 22 députés de l’AfD. Si la tentation de s’allier à l’extrême droite est ouvertement exprimée depuis longtemps dans certains milieux, le lancement d’une véritable coalition tenait toujours du tabou pour les directions nationales de la CDU comme du FDP.

En Thuringe la voie à un scrutin anticipé est ouvert

Cette situation avait donné la possibilité à Bodo Ramelow de continuer depuis l’automne à gérer le Land avec une coalition minoritaire. Cet état de fait aurait dû être prolongé officiellement mercredi avec sa réélection au poste de ministre-président. C’était sans compter sur la rupture du cordon sanitaire effiloché. Une digue, et non des moindres, vient d’être franchie. En Thuringe, le dirigeant de l’AfD, Björn Höcke, s’applique en effet à rétablir, avec la plus grande ostentation, le nationalisme allemand jusque dans sa version « IIIe Reich » quand il dénonce, par exemple, « la honte » qu’aurait constituée l’érection d’un monument à l’Holocauste juif au cœur de Berlin. Le personnage est si nauséeux qu’un tribunal allemand auprès duquel il avait imprudemment plaidé la diffamation a estimé qu’il pouvait être publiquement qualifié de « fasciste ».

Parodiant les libéraux, partenaires d’Emmanuel Macron au sein du Parlement européen, Die Linke a fait circuler jeudi avec beaucoup d’échos sur les réseaux sociaux une affiche-slogan aux couleurs jaunes du parti lançant : « Plutôt gouverner avec les fascistes que de ne pas gouverner. » Mais la capacité du nouveau ministre-président à gérer effectivement la Thuringe a tourné rapidement court. Les offres faites aux Verts et au SPD pour qu’ils se rallient à une très grande coalition gouvernementale avec les deux formations de droite n’ont pas pu aboutir. Compte tenu du tollé et des multiples manifestations provoquées par les conditions d’accès au pouvoir du dirigeant libéral. La seule issue, c’est l’organisation « le plus vite possible » de nouvelles élections, plaidait le coprésident de Die Linke, Bernd Riexinger, rejoint sur ce point par Angela Merkel. Sous pression, Kemmerich annonçait dans l’après-midi de jeudi qu’il jetait l’éponge, ouvrant effectivement la voie à un scrutin anticipé.

L’affaire promet de secouer pour longtemps le spectre politique. La grande coalition en sort ébranlée. La nouvelle direction du SPD évoque « un coup monté » et exige des explications. Au FDP, les pitoyables circonvolutions initiales de Christian Lindner, le chef du parti, ont alimenté le trouble. Il a dit rejeter une alliance avec l’AfD mais s’estimer impuissant face à « ceux qui se prononcent pour notre candidat dans un vote secret ».

Au sein de la CDU, la présidente, Annegret Kramp-Karrenbauer, toujours plus contestée dans la course à la succession de Merkel, se voit reprochée d’avoir « perdu le contrôle ». Les tiraillements avec les courants nationalistes menacent de redoubler. Et si la chancelière a souligné jeudi que la manœuvre droite-ultradroite était « impardonnable », des pointures du groupe CDU au Bundestag n’ont pas hésité à se féliciter bruyamment d’une « victoire de la raison » et des valeurs conservatrices.

Bruno Odent
Allemagne. Putsch droite-ultradroite contre Die Linke en Thuringe (Bruno Odent, L'Humanité, 7 février 2020)
Partager cet article
Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 20:25
La Palestine a le droit à la vie !

Le mardi 28 janvier 2020, à la Maison-Blanche, Donald Trump, aux côtés du Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, présentait son «plan du siècle». Comme le disait Leïla Shahid dans l’Humanité du 29 janvier 2020, le monde assistait «à une mascarade rarement vue dans la politique internationale».

Avec la plus grande arrogance, le président des États-Unis, au mépris du droit international, entérine la politique de faits accomplis poursuivie par Israël en Cisjordanie et à Jérusalem-Est. À aucun moment n’a été évoqué un État palestinien. En proposant l’annexion des colonies illégales, d’une partie de la vallée du Jourdain, de Jérusalem-Est, il ne reste aux Palestiniens que des «bantoustans» sans aucune continuité territoriale et sans souveraineté.

Le gouvernement d'Emmanuel Macron a cru bon de «saluer les efforts du président américain Donald Trump et étudiera avec attention [ce] plan de paix». Une nouvelle fois, la France manifeste son allégeance à Washington. De leur côté, les pays du Golfe font preuve de leur abandon de la cause du peuple palestinien.

« L’accord Trump-Netanyahu est une menace pour l’avenir des deux nations. »

Depuis le 1er février, ce plan est condamné par les Nations unies, qui rappellent que seules les résolutions de l’ONU peuvent être la base d’une solution politique, et par les ministres des Affaires étrangères de la Ligue arabe, qui ont indiqué qu’elle «rejetait l’accord du siècle américano-israélien étant donné qu’il ne respecte pas les droits fondamentaux et les aspirations du peuple palestinien». D’autres voix s’élèvent: celles des chrétiens des pays arabes ainsi que celle de la Confédération internationale de syndicats.

En Israël, le 1er février, les populations juives et arabes ont manifesté ensemble en dénonçant: «L’accord Trump-Netanyahu est une menace pour l’avenir des deux nations. Il s’agit d'un accord unilatéral qui n’apportera pas la paix, la justice ou le règlement des conflits, mais qui propagera davantage la violence. Le plan donne au gouvernement [israélien] le feu vert pour annexer la Cisjordanie, pour se rendre aux diktats des colons extrémistes et pour refuser la citoyenneté de centaines de milliers de citoyens arabes israéliens…»

Si cet accord devait se concrétiser, nous entrerions dans une période de tous les dangers, celui pour les Palestiniens d’être définitivement dépossédés de leur terre, celui d’un monde où la force prime sur le droit.
Pour les militant·e·s du Parti communiste français, devant de tels dangers, notre engagement ne doit pas faiblir et nous devons continuer à exiger de notre gouvernement la reconnaissance de l’État de Palestine – que le Parlement français a votée – dans des frontières sûres et reconnues, celles de 1967 avec Jérusalem-Est comme capitale et également la reconnaissance du droit au retour des réfugiés, droit inaliénable, conformément à la résolution 194.

Nathalie L’Hopitault
membre du Collectif pour une Paix juste et durable
entre Palestiniens et Israéliens du PCF

Partager cet article
Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 17:00
Photo Jean-Marc Nayet - Archives Ouest-France

Photo Jean-Marc Nayet - Archives Ouest-France

Morlaix. Décès du photographe Jean-Marc Nayet

Bien connu des Morlaisiens, le photographe et homme d’engagement Jean-Marc Nayet, s’est éteint brutalement lundi, en son domicile de Locquénolé à l’âge de 75 ans.

Originaire de Béthune, cet ancien employé d’Air France, amoureux de la Bretagne, mais aussi de la photo et de la pêche en Irlande, s’était installé avec sa femme Lucienne, dans le petit bourg de Locquénolé, au début des années 1990.

Homme de combat, compagnon de route du Parti communiste français, Jean-Marc Nayet était depuis toujours engagé dans de nombreuses causes sociales et humanitaires, utilisant son talent de photographe amateur pour couvrir et mettre en image les diverses manifestations de la vie locale, qu’elles soient politiques ou culturelles.

C’est dans ce cadre qu’il prendra part dans les années 2000, à un voyage en Palestine organisé à l’occasion du jumelage Morlaix-Wavel, un camp de réfugiés palestiniens au nord du Liban. Les photos qu’il en rapportera seront exposées par la suite dans des fêtes et dans des expositions, notamment à Traoñ Nevez, en Plouezoc’h. Mais au-delà de l’action politique, Jean-Marc Nayet était reconnu par tous comme un homme d’une grande gentillesse et comme un artiste d’une extrême sensibilité, ouvert à tous et présent dans beaucoup d’associations.

Son univers photographique s’étendait de la Bretagne à l’Irlande dont il était amoureux et où il passait une partie de l’année. Après une exposition sur les poilus à la Feuillée, il fut, avec Philippe Grincourt, un des deux photographes qui ont couvert le projet « Oeil Mosaïque » de l’artiste Pierre Chanteau.

Une cérémonie d’hommage à Jean-Marc Nayet aura lieu à l’espace funéraire de Saint-Thégonnec, samedi 8 février, à 17 h.

Partager cet article
Repost0
7 février 2020 5 07 /02 /février /2020 16:17
Jean Marc Nayet, ici à son domicile le 4 novembre dernier, lors de la préparation de l’exposition de photos de Poilus.

Jean Marc Nayet, ici à son domicile le 4 novembre dernier, lors de la préparation de l’exposition de photos de Poilus.

Jean-Marc Nayet est décédé à son domicile mardi 4 février à l’âge de 75 ans. Originaire de Béthune (Pas-de-Calais), il s’est installé, avec son épouse Lucienne, à Locquénolé en 2005, après une carrière à Air France. Adhérent du PCF, il réside alors à Champigny-sur-Marne, où Lucienne préside le Réseau du Musée de la Résistance Nationale. Depuis 2005, Jean-Marc Nayet est la cheville ouvrière du jumelage Morlaix - Wavel, du nom du camp de réfugiés palestiniens au nord du Liban, où il s'est rendu à plusieurs reprises, ainsi qu'en Palestine, en tant que photographe amateur engagé.

Photographie et engagement

Le 11 novembre dernier, les photographies de Jean-Marc Nayet, une quarantaine de photos de Poilus de La Feuillée, avaient investi les cimaises de la salle du Préau à Locquénolé. Avec son voisin photographe Philippe Grincourt, il a aussi photographié les yeux en mosaïque réalisés par l'artiste Pierre Chanteau et scellés sur les cales, jetées ou digues du littoral finistérien. 

Un dernier hommage sera rendu à l'espace funéraire de Saint-Thégonnec, samedi 8 février à 17h.

en complément
Émotions après le décès de Jean-Marc Nayet

L’annonce de la disparition brutale du photographe Jean-Marc Nayet de Locquénolé a provoqué une vague de réactions empreintes d’émotion, notamment sur les réseaux sociaux. Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère, parti politique auquel était attaché Jean-Marc Nayet, a notamment salué, dans un communiqué, « le cœur noué » un « compagnon de luttes et de rêve d’une autre société, animateur de l’association pour un jumelage Morlaix-Wavel (camp de réfugiés palestinien au nord du Liban où Jean-Marc Nayet avait été à plusieurs reprises), un homme sensible, vif, drôle et cultivé ».

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011