Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 06:21
Sa parole est d'or, André Chassaigne décrypte la modernité de Macron dans L'Humanité Dimanche: "C'est moderne une politique au bulldozer?"

L'Humanité-Dimanche, 24 mai: Le président du groupe Front de Gauche à l'Assemblée ces 5 dernières années, le député du Puy-de-Dôme André Chassaigne, décrypte les dangers du projet Macron et de sa prétendue modernité. 

 

Emmanuel Macron et le gouvernement tiennent un discours comme les tenants de la "modernité", rejouant en quelque sorte la querelle des Anciens et des Modernes. Quelle analyse faites-vous de ce discours? 

André Chassaigne: Ce type de discours revient régulièrement dans l'histoire politique de notre pays. Dans le passé, je pense à des Tapie, Servan-Schreiber... C'est cette idée de faire avaliser un programme conservateur sous l'apparence de la nouveauté et du progrès. L'essentiel est de ne pas se laisser attraper par ce marketing. Sur cette question du progrès, je pense à une citation de George Orwell: "Quand on me présente un progrès, je me demande d'abord s'il nous rend plus ou moins humains". Au-delà du vernis, le critère d'appréciation d'une politique réellement progressiste est de savoir si les mesures prises visent au premier rang le progrès humain et la satisfaction des besoins sociaux. Or, cela s'est beaucoup amplifié, de façon systématique, ces dernières années: on dissimule derrière le mot de progrès un projet global de soumission de l'humain à l'économie.

Et quand on s'y oppose, on est rapidement traité d'"archaïque". C'est habituel. Mais il y a une nouveauté: le rassemblement des libéraux autour de Macron, la volonté de casser le clivage droite-gauche. Que répondez-vous à ces procès en archaïsme. 

André Chassaigne: Est-ce ringard et archaïque de mettre l'humain au premier plan? Il y a en effet une volonté de casser le clivage droite-gauche, et ce gouvernement est un recyclage des libéraux de différentes sensibilités sous les parures du renouveau. Sous cet artifice, il y a la volonté d'occulter les sujets de fond. C'est une mise en scène afin de cacher le fait qu'Emmanuel Macron s'inscrit dans la stricte continuité des politiques menées ces quinze dernières années, et notamment celles de François Hollande, dont il était un des principaux artisans. 

Et un nouveau clivage apparaît où les libéraux renvoient dos à dos ce qu'ils nomment les "extrêmes"?

André Chassaigne: Avec François Hollande, on a eu un libéralisme honteux. On a désormais un libéralisme décomplexé. Les élites économiques et technocratiques, qui sont à l'origine du renoncement du quinquennat Hollande, sont désormais pleinement aux manettes. Elles donnent l'apparence de la modernité pour aller plus loin dans le travail de casse de notre modèle social initié pendant toute la précédente législature. C'est ce que l'on disait d'ailleurs: quand on fait sauter les digues, le déferlement arrive tôt ou tard. 

A quels exemples pensez-vous quand vous dites que cette politique sera tout sauf moderne? 

André Chassaigne: C'est moderne de limiter la démocratie, d'utiliser tous les leviers de l'autoritarisme sous couvert de "modernité"? Je ne pense pas seulement aux ordonnances qui font écho aux usages répétés du 49-3, mais aussi à des réformes annoncées pour confisquer le pouvoir des parlementaires. 

Vous faites allusion à cette réforme qui prévoit notamment de restreindre le pouvoir législatif des députés, avec une mesure technique mais très importante: l'impossibilité de représenter en séance publique un amendement rejeté en commission... 

André Chassaigne: Oui, exactement. C'est énorme ce qui est annoncé. Dans l'Hémicycle, en séance publique, votent la totalité des députés, en commission votent seulement les membres de la commission. Cela reviendrait à interdire à certains députés de légiférer. De plus, en séance publique, grâce aux amendements, on peut interroger, pousser les ministres à s'expliquer. Ne plus pouvoir le faire serait gravissime. 

C'est une modernité qui cache mal son autoritarisme? 

André Chassaigne: Quand Macron avait lancé son mouvement, j'avais parlé de tractopelle pour détruire notre modèle social. En fait, c'est un bulldozer. C'est moderne une politique au bulldozer?

Pour déconstruire ce discours, il faut s'intéresser au contenu politique. Quelle analyse en faites-vous?  

André Chassaigne: Il suffit de mettre son programme sur la table. La loi El Khomri était une mise en bouche. Faciliter encore les licenciements, limiter les indemnités prud'homales en cas de licenciement abusif, l'ubérisation de la société au nom de la "libération de l'activité" sans oublier la réforme de l'assurance-chômage dont l'objectif est d'attaquer les contre-pouvoirs que peuvent représenter les représentants de salariés: c'est la modernité que dépeint le film de Ken Loach "Moi, Daniel Blake" (film qui narre le quotidien et les difficultés d'un Britannique de 59 ans souffrant de graves problèmes cardiaques et d'une mère célibataire de deux enfants maltraités par l'assurance-chômage anglaise - NDLR). Le message est clair: il s'agit d'accélérer l'adaptation de notre société à la compétition entre toutes et tous. 

La vision macroniste du rôle du Parlement et de sa majorité est révélatrice?     

André Chassaigne: Les députés macronistes seront soumis. Et il maquille cela, notamment, en employant le mot de "société civile". Pourquoi on opposerait la "société civile" au reste des citoyens? Tout cela est une opération de prestidigitation. 

Il est donc primordial d'avoir à l'Assemblée des députés véritablement progressistes. Quel doit être leur rôle dans l'Hémicycle et auprès des citoyens? 

André Chassaigne: Premièrement, être plus que jamais des "avocats du peuple", des "porte-voix des sans-voix", qui défendent ceux qui seront laissés sur le bord du chemin par le projet Macron. Ces députés seront des lanceurs d'alerte auprès du peuple: quand on décortique un texte de loi, on montre à quel point les conséquences peuvent être négatives. Ces députés seront des lanceurs d'alerte auprès du peuple: quand on décortique un texte de loi, on montre à quel point les conséquences peuvent être négatives. Deuxièmement, il faudra des députés qui portent des perspectives, ce que peut être une société de progrès humain. Nous devons être liés au mouvement social, car quand les luttes se développent, on est plus à même de porter nos propositions. Notre rôle n'est pas de se limiter à la seule radicalité du verbe, mais de travailler à une reconstruction de la gauche de combat, de rechercher des convergences avec d'autres, notamment au sein de l'Hémicycle, dans le respect des sensibilités de chacun. Les députés communistes auront un rôle moteur à jouer!

Entretien réalisé par Benjamin König 

 

 

 

 

 

Sa parole est d'or, André Chassaigne décrypte la modernité de Macron dans L'Humanité Dimanche: "C'est moderne une politique au bulldozer?"
Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans POLITIQUE NATIONALE
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 06:18

Des dizaines de migrants morts dans un nouveau drame en Méditerranée

LORENZO CLÉMENT AVEC AFP
MERCREDI, 24 MAI, 2017
HUMANITE.FR
Photo twitter @cpcatrambone
 

Plusieurs dizaines de migrants sont morts noyés mercredi, dont beaucoup de très jeunes enfants, après être tombés d'une embarcation surchargée au large de la Libye où la tension monte entre humanitaires et garde-côtes libyens.

Les garde-côtes italiens, qui coordonnent les secours dans cette zone, ont parlé en fin de matinée d'au moins 20 cadavres tandis que Chris Catrambone, fondateur de l'ONG maltaise Moas présent sur les lieux, a fait état en début d'après-midi de 31 cadavres. "La plupart de très jeunes enfants", a-t-il twitté en publiant des photos de dizaines de migrants appelant à l'aide dans l'eau et de sacs mortuaires blancs entassés sur le pont à défaut de morgue.
Les migrants se trouvaient sur une embarcation en bois avec des centaines de personnes à bord, à environ 20 milles nautiques au large de Zouara (100 km à l'ouest de Tripoli). Alors que les équipes du Phoenix, affrété par le Moas, avaient commencé leur intervention et la distribution des gilets de sauvetage, une grande partie de ceux qui se trouvaient sur le pont sont tombés à l'eau, peut-être sous l'effet d'une vague. "Ce n'est pas une scène d'un film d'horreur, c'est une tragédie réelle qui se déroule aujourd'hui aux portes de l'Europe", a commenté M. Catrambone, qui se trouvait à bord du Phoenix. Avec l'aide d'un navire des garde-côtes italiens et de plusieurs navires commerciaux, les secouristes tentaient de récupérer le maximum de personnes. Un avion militaire a largué des canots de survie et un hélicoptère survolait la zone pour tenter de repérer survivants et cadavres.
Pour ajouter à la tension, les secouristes ont aussi dû forcer les verrous qui maintenaient prisonniers les centaines de migrants entassés dans la soute de l'embarcation bleue. En Italie, des migrants arrivés lundi après avoir été secourus au large de la Libye ont raconté avoir découvert vendredi un canot dégonflé avec quatre survivants qui ont fait état de plus de 150 disparus. Ces deux drames viennent s'ajouter à ceux qui ont déjà fait cette année au moins 1.254 morts ou disparus en Méditerranée centrale, selon un bilan de l'Organisation internationale pour les migrations (OIM), tandis que l'Italie a vu débarquer plus de 50.000 migrants.
Au total, une quinzaine d'opérations de secours étaient en cours mercredi au large de la Libye, ont précisé les garde-côtes italiens sans pouvoir donner d'estimation du nombre de migrants concernés dans l'immédiat. Mardi, ils avaient coordonné le secours d'environ 1.500 migrants qui ont pris la direction de l'Italie, tandis que leurs homologues libyens en avaient intercepté plus de 350 autres, dont une dizaine de Libyens, qui ont été reconduits en Libye. Mais l'ONG allemande Jugend Rettet a vivement dénoncé l'intervention des garde-côtes libyens, que l'Union européenne est en train de former et équiper pour tenter de limiter le flux de migrants.
Selon un communiqué de l'ONG, une vedette et plusieurs canots des garde-côtes libyens ont ramené de force deux embarcations, allant jusqu'à tirer en l'air et prendre les migrants en joue, alors que ses équipes étaient en train de leur porter secours dans les eaux internationales. Il y a deux semaines, l'ONG allemande Sea-Watch avait dénoncé une intervention similaire des garde-côtes libyens pour récupérer dans les eaux internationales une grosse barque en bois avec 450 migrants à bord. Pour les défenseurs des droits de l'homme, le Haut commissariat de l'ONU aux réfugiés ou encore le gouvernement allemand, les migrants ne doivent pas être reconduits en Libye où ils subissent extorsions, violences, viols, tortures et meurtres.
Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 06:03
Migrant menacé d'expulsion: un comité de soutien pour Jamal (Le Télégramme Morlaix, 25 mai 2017)

Hébergé au centre d'accueil et d'orientation (CAO) de Pleyber-Christ, un jeune migrant de 21 ans, Jamal, est menacé d'expulsion. Un comité de soutien a été lancé. 

Originaire du Soudan, Jamal avait sept ans quand il a fui son pays. C'était en 2003, lorsque la guerre du Darfour a éclaté. Lorsqu'il a vu sa famille se faire massacrer. Il s'est alors réfugié au Tchad. Il y a un an, il est arrivé en Italie. Puis, en août, il est entré en France. Depuis novembre, le jeune homme de 21 ans est hébergé au centre d'accueil et d'orientation de Pleyber-Christ, qui accueille temporairement les migrants pour les aider dans leur demande d'asile.

 

Sauf qu'aujourd'hui, le Soudanais est menacé d'expulsion et de renvoi vers l'Italie, comme cela a déjà été le cas, le 3 mai, pour un autre Soudanais, passé par le CAO de Pleyber.

« Ses empreintes prises de force en Italie »


La procédure Dublin impose, en effet, à chaque migrant de déposer sa demande d'asile dans le premier pays européen où il est entré. Cela se sait à partir du fichier d'empreintes. « Jamal ne parle pas beaucoup de ce qu'il a vécu, mais on sait qu'arrivé en Italie, il a refusé de donner ses empreintes. Elles lui ont été prises de force », raconte Paulette Gentet, bénévole au CAO de Pleyber-Christ. « Plusieurs réfugiés ont pu déposer leur demande d'asile. D'autres, avec un dossier pourtant identique, comme c'est le cas pour Jamal, ont essuyé un refus. C'est une atteinte au principe républicain de l'égalité des droits », s'indigne Jacques Normand, président de la Ligue des droits de l'Homme du pays de Morlaix, qui a lancé un comité de soutien au jeune migrant.


Ayant vécu pendant 13 ans au Tchad, ancienne colonie française, Jamal a souvent entendu parler français. « J'aime cette langue et la France est le pays des droits de l'Homme », répond le jeune homme quand on lui demande pourquoi il a choisi notre pays. Claudie Laurent, bénévole au CAO de Brest et professeure de français, se rappelle que « dès qu'il est arrivé, il a tout de suite pris des cours de français. Il veut parler notre langue ».

 

Deux pétitions


Aujourd'hui, le CAO de Pleyber-Christ lutte pour que Jamal puisse déposer une demande d'asile. Le Soudanais est actuellement assigné à résidence et a eu un rendez-vous, à Quimper, pour une notification de renvoi vers l'Italie. Le centre pleybérien a déposé un recours, hier après-midi. Il y a trois jours, une pétition intitulée « Non au renvoi en Italie de Jamal » a été lancée. Une seconde, « Monsieur le préfet, vous pouvez " dédubliner " ! », à destination du préfet du Finistère, circule dans le département et compte 240 soutiens. 

À noter Un rassemblement est prévu le 3 juin, à 11 h, à Quimper, place de la Résistance, en soutien aux actions engagées.

 

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans LA VIE LOCALE
commenter cet article
25 mai 2017 4 25 /05 /mai /2017 05:59
Face au libéralisme en marche, fédérons le peuple de gauche (André Chassaigne, tribune dans Témoignage Chrétien)

Face au libéralisme en marche, fédérons le peuple de gauche

Le quinquennat qui s’engage sous la présidence d’Emmanuel Macron est lourd de menaces pour les conquêtes sociales et les droits des salariés. Face à un président de la République déterminé à appliquer un programme rétrograde sous l’apparence de la nouveauté, nous devons prendre la mesure des défis qui nous attendent.

 Son programme s’inscrit dans l’exacte continuité de la politique conduite ces quinze dernières années. Il ne se fixe aucun objectif ambitieux ni en matière de croissance, ni en matière d’emploi, ni en matière d’écologie, mais il veut en revanche accentuer la remise en cause du droit du travail et des acquis sociaux.

 Derrière l’annonce de mesures justifiées par le « bon sens » et le « progrès », se cache en réalité un programme avec une cohérence idéologique. Il débutera son mandat en poursuivant par ordonnances la réforme du Code du travail. Sur la forme, le recours aux ordonnances fait écho aux usages réitérés du 49-3 lors de la précédente mandature. Emmanuel Macron privera ainsi la représentation nationale d’un débat digne de ce nom, illustrant son manque de considération pour le Parlement. Sur le fond, il promet de faciliter les licenciements, de plafonner les indemnités prud’homales, de promouvoir le travail dominical, d’institutionnaliser la précarité par l’ubérisation du marché du travail… Il veut encore réformer l’assurance chômage, en privant les salariés de tout pouvoir de décision en matière de couverture chômage, réduire également de 20 milliards d’euros supplémentaires l’imposition des entreprises, laisser la liberté aux entreprises d’augmenter la durée du travail.

 Le nouveau président ambitionne par ailleurs de diminuer de moitié l’impôt sur la fortune au bénéfice des actionnaires, de réduire l’autonomie des collectivités locales en leur imposant 10 milliards d’euros d’économies supplémentaires, de grever de 60 milliards d’euros les dépenses publiques au détriment de la Sécurité sociale et des services publics. Ses préconisations rejoignent celles de Bruxelles et passent sous silence les enjeux essentiels de la répartition des richesses, du renforcement des mécanismes de solidarité, de l’augmentation des revenus et des minima sociaux, de l’élaboration d’une véritable stratégie industrielle, de la conduite d’une politique énergétique et environnementale ambitieuse…

 Ce projet individualiste dessine une société qui laisse sur le bord du chemin les personnes et les familles les plus fragiles. C’est la raison pour laquelle il doit mobiliser contre lui toutes celles et ceux qui aspirent à la construction d’une société plus juste, plus solidaire, plus fraternelle. Cette mobilisation ne peut être que guidée par des valeurs de respect et d’espérance, sans alimenter la haine et le ressentiment.

 Il est ainsi plus que jamais nécessaire de faire converger dans leur diversité les projets d’émancipation sociale. À l’Assemblée nationale, il faudra que les forces de progrès soient en nombre suffisant pour oeuvrer à la reconstruction de la gauche en créant des passerelles, en élaborant des stratégies communes, dans le respect de l’identité de chacun. Nous ne pouvons nous permettre de ruiner à coups de querelles intestines et de batailles d’ego l’espérance de ceux qui aspirent à voir la gauche relever la tête et à se battre, pied à pied, contre ceux qui tentent d’imposer à la France la voie d’un libéralisme forcené. L’invective et les slogans ne font pas un programme politique.

 Le débat sur le projet de loi Travail en 2016 nous a déjà permis de tracer les contours d’une autre gauche, décidée à retrouver le chemin du progrès social et assumant l’héritage des luttes sociales, qui, du repos dominical aux 35 heures en passant par les congés payés, du salaire minimum au droit à la retraite en passant par la Sécurité sociale, ont permis de forger ce modèle social et républicain qui est aujourd’hui le patrimoine commun de millions de nos concitoyens.

 Faire reculer les dogmes libéraux et le pouvoir de l’argent sera demain au coeur des combats de la gauche. Pour bâtir une majorité et mettre en échec le programme porté par La République En Marche !, il nous faut fédérer le peuple de gauche, dialoguer et unir nos forces. C’est la tâche difficile mais exaltante qui attend les communistes et leurs alliés tout au long de cette campagne législative et qui les attendra demain dans l’hémicycle !

 

Tribune publiée dans La lettre hebdo de Témoignage chrétien du 18 mai 2017.

 

 

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans POLITIQUE NATIONALE
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 21:15
Ismaël Dupont et Muriel Grimardias

Ismaël Dupont et Muriel Grimardias

Elle se présente aux législatives aux côtés d’Ismaël Dupont, dans la 4e circonscription du Finistère. Une des priorités est la défense des services publics.

Muriel Grimardias est la suppléante d’Ismaël Dupont pour le parti communiste aux législatives. « J’habite à Lanmeur et je suis comptable retraitée, » raconte la sexagénaire. La Lanmeurienne a déjà participé à une campagne, lors des cantonales de 2011. « J’étais alors suppléante de Jérémy Lainé dans le canton de Lanmeur, explique Muriel Grimardias. Je suis aussi bénévole dans une association, à Plestin-les-Grèves. »

Son engagement ? « Défendre le social et les droits du travail. » Les deux priorités du PCF dans la circonscription de Morlaix sont « la défense des services publics et le droit à l’autonomie des personnes âgées ». Le parti compte 130 adhérents dans le pays de Moraux et 140 personnes font partie du comité de soutien. « Muriel Grimardias et Ismaël Dupont ne cherchent pas à faire une carrière politique mais s’engagent pour se mettre au service de la population pour que tout le monde puisse vivre dignement, ils sont présents dans les luttes locales », a commenté l’un de leur soutien. Le comité comprend aussi des élus, des anciens élus, des syndicalistes, des militants associatifs ou encore des artistes.

La campagne s’avère plus compliquée sans union de la gauche sociale : « A dix jours du dépôt de candidature, la France insoumise a refusé l’alliance. Le risque c’est de transformer l’or en plomb, a regretté Ismaël Dupont, le candidat. Le PC a soutenu Jean-Luc Mélenchon par des parrainages et en distribuant des tracts. Il a ouvert un espoir de résistance, on se demande quel est réellement son projet, une nouvelle force hégémonique ou agir dans l’intérêt de la population ? »

 

La liste des soutiens publics

Jean-Louis Abgrall salarié dans la santé militant PCF et CGT Roscoff

Bernard Abraham retraité Plouigneau

Catherine André retraitée adhérente PCF Morlaix

Patrick Asselbourg adjoint au maire à Plourin-les-Morlaix

Manu Audigou agent territorial Morlaix-Communauté syndicaliste CGT adhérent PCF

Marie-Laure Audigou adhérente PCF Morlaix

Mariano Bahno médecin à la retraite

Serge Bazin retraité militant PCF

Patrick Béguivin militant PCF Plouigneau

Christiane Bercot employée de mairie dans les écoles retraitée

Annie Bergot Le Calvez retraitée des Finances Publiques militante PCF- Front de Gauche ancienne élue de Morlaix

Odette Berric retraitée de la Poste Saint-Jean-du-Doigt

Jean-Pierre Beuzit cuisinier militant PCF Morlaix

Sylvie Bevout Le Coz citoyenne Plougoulm

Cécile Blanchet infirmière Guimaec

Marie Pierre Blois artisan peintre décorateur Plouigneau

Sylvie Bothorel enseignante Locquirec

Christophe Boudrot Infirmier secrétaire CGT hôpital de Morlaix Plouigneau

Jules Bouedec retraité adhérent PCF Lanmeur ancien élu

André Bouget, élu communiste à Lanmeur

Zelinda Bouget serveuse en restaurant Lanmeur

François Bourven syndicaliste CGT à la SNCF Plougonven

Guillaume Bourven adhérent PCF Plougonven

Michèle Bourven retraitée syndiquée CGT et adhérente PCF Morlaix

Michel Buriens Plouigneau

Jean-Luc Capelle salarié Finances Publiques, syndicaliste, non encarté

Jean-René Carn retraité de la fonction publique hospitalière

Martine Carn infirmière retraitée ancienne adjointe à Plougonven et conseillère communautaire Plougonven

Jean-Yves Caroff retraité Plougasnou

Rolande Caroff infirmière retraitée Plougasnou

Nadine Chatelain salariée Pôle Emploi syndicaliste CGT Saint-Martin des Champs

Raymonde Coat Morlaix

Kristell Coïc assistante maternelle Morlaix

Daniel Corbel ancien élu à Morlaix

Marc Corbel agent territorial Morlaix Communauté syndicaliste CGT Lanmeur adhérent PCF

Marie-Louise Corre aide-soignante à l’hôpital de Morlaix

Paul Dagorn retraité de l’enseignement Morlaix

Jean-Yves Daniel électricien en retraite Lanmeur

Alain David retraité de l’enseignement ancien adjoint au maire PCF de Morlaix

Jean-Claude David retraité conseiller municipal Plourin les Morlaix

Monique David retraitée militante syndicale

Christian Delannee retraité économiste de la construction Morlaix

Liliane Derout retraitée Lanmeur

Michel Derrien enseignant à la retraite ancien élu de Morlaix

Jean-Philippe Deunf travailleur agricole Lanmeur

Michel Dizes Primel-Tregastel retraité fonction publique

Mireille Dizes éducatrice retraitée

Monique Doré retraitée Lannéanou

Jean Dréan militant CGT et PCF Plouigneau

Anne-Marie Dubois syndicaliste adhérente PCF Saint-Pol de Léon

Jean-Louis Eliès Cléder

Marie-France Faujour, retraitée de la Manu, syndicaliste, Penzé

Guy Figuier, enseignant, Locquirec

Camille Glidic Le Calvez éducatrice spécialisée Ile-de-Batz

Mado Glidic agricultrice île de Batz

Yvonne Goulm retraitée de l’enseignement Morlaix

Jean-Victor Gruat Plougasnou fonctionnaire international ancien maire de Brennilis

Annie Guivarch retraitée du secteur santé Pleyber-Christ

Jacques Guivarch, artisan marbrier retraité Pleyber-Christ

Stephane Hébréard graphiste Morlaix

Joël Hélary conseiller prud’homme Plourin les Morlaix

Florence Héré fonctionnaire Plouigneau

Roger Héré conseiller municipal PCF-Front de Gauche à Plouigneau

Pol Huellou artiste musicien militant CGT Plougasnou

Elise Kerebel éducatrice spécialisée Genêts d’Or Morlaix

Christelle Kerboriou AMP aux Genêts d’Or Plougonven

Pascal Kerboriou ancien adjoint au maire de Plougonven élu au CAPL CGT du Centre Hospitalier Pays de Morlaix

Jean-Yves Kervoillard, retraité SNCF, Plouégat-Moysan

Nicole Kervoillard, retraitée, Plouégat-Moysan

Jean-Rolland Labrousse syndicaliste retraité Air France Carantec

Mariette Labrousse syndicaliste retraitée Air France Carantec

Elisabeth Lainé horticultrice Lanmeur

Jean-Yves Lainé horticulteur Lanmeur ancien 1er adjoint

Jeremy Lainé élu à Guimaëc militant PCF Guimaëc

Jean-Jacques Labous retraité Cgt ul St Pol de Léon

Yvette Le Bars retraitée de l’enseignement militante PCF Roscoff

Marceline Le Bihan UL CGT Saint-Pol de Léon

Amélie Le Calvez prof de français FLE Lanneanou

Jean-Luc Le Calvez retraité de la Manufacture de Tabac militant PCF Front de Gauche ancien élu de Morlaix

Jean Le Corre Roscoff

Serge Le Doyen, pompier retraité, Plouégat-Moysan

Georges Le Duff retraité militant PCF Lanmeur

Suzanne Le Duff enseignante retraitée Lanmeur

Léon Le Gall retraité agriculteur Saint Jean du Doigt

Jean-Claude Le Fer cheminot retraitégérant de maison d’hôte PCF Plouigneau

Gabriel Le Gall Artisan Ebéniste à la retraite adhérent PCF conseiller municipal de 2001 à 2014 Roscoff

Yvan Le Gall syndicaliste CGT agent municipal Morlaix

Marie-Hélène Le Guen syndicaliste retraitée de la La Poste adhérente PCF Morlaix

Christiane Le Jeune retraitée adhérente PCF Plougonven

Eliane Lejeune Morlaix

Yvon Le Jeune retraité militant PCF Plougonven

Fanch Le Marrec artiste chanteur Plougasnou

Paul Le Moal retraité de la fonction publique hospitalière Plouézoc’h

Yvette Le Moal retraitée de la fonction publique hospitalière Plouézoc’h

Michel Lespagnol retraité de France Télécom adhérent PCF Morlaix

Anne L’Hénaff retraitée militante associative

Robert Le Sech retraité de la fonction publique hospitalière

Anne-Claire Le Vaillant architecte féministe CNDF/FDFA Morlaix

Vinko Markov biologiste adhérent PCF Morlaix

Jean-Pierre Menez retraité Plouigneau

Gisèle Moal ancienne adjointe PCF à Plourin-les-Morlaix

Marie-Claude Moal retraitée de la fonction publique hospitalière

Denise Montuelle Plougasnou militante associative Morlaix

Eliane MORVAN active F A T P U l C G T St POL

Jean-Marc Nayet retraité de l’aéronautique Locquénolé

Lucienne Nayet retraitée, ancienne élue, militante pour la mémoire de la Résistance et la Déportation ainsi que l’appel à la citoyenneté face à l’histoire Locquénolé

André Nuiaouet retraité des PTT Morlaix

Jean-Yvon Ollivier retraité militant syndical et associatif Saint-Martin des Champs

Dominique Ollivier engagement associatif Saint Martin des Champs

Marie-Noëlle Plassart Morlaix

Nicolas Plassart 24 ans Ingénieur en Génie Civil Morlaix

Sharon Pollitt assistante administrative Plounéour Ménez

Françoise Porcher retraitée enseignement Saint-Martin des Champs

Amandine Postic commerçante Morlaix

Jean-Claude Postic retraité militant PCF Lanmeur

Jeannine Postollec employée de mairie dans les écoles retraitée Morlaix

Myriam Plusquellec, infirmière à l’hôpital Lannéanou

Michel Prigent retraité militant PCF Plouigneau

Marie-Claude Prigent retraitée de la métallurgie syndicaliste Saint-Martin des Champs

Yvette Prigent retraitée adhérente PCF Plouigneau

Jean-Paul Primet, retraité de l’enseignement, militant PCF - Roscoff

Serge Puil militant PCF, militant syndical Morlaix

Daniel Ravasio retraité militant syndical secrétaire de section PCF pays de Morlaix Saint Thégonnec

Pierre Saint Jalme cuisinier adhérent PCF Morlaix

Jean-Yves Salaün retraité Roscoff

Françoise Salaün retraitée Roscoff

René Saout syndicaliste Carantec

Amélie Salzenstein Plougonven

Paskal Scattolin Salarié Hop Morlaix

Valérie Scattolin 51 ans syndicaliste à Hop élue Front de Gauche à Morlaix.

Mikaël Seillé Pleyber-Christ

Serge Senant retraité logistique camion Plougasnou

William Serrano travailleur de l’Etat Plounéour Ménez

Pierre Siohan chercheur indépendant Plougoulm

Jannine Sorholus, syndicaliste, militante associative

Guy Tandé retraité hospitalier syndicaliste Saint-Martin des Champs

Julia Thatje enseignante documentaliste Morlaix

Michel Tudo Deler 63 ans retraité SNCF CGT Cheminots Setion PCF Canton de Lanmeur

Jean-Noël URIEN Retraité F A T P UL C G T St POL

Jean-François Vérant Plougasnou

Muriel Grimardias, candidate communiste dans la 4ème circonscription du Finistère (Anaïg Dantec, Ouest-France, 24 mai 2017)
Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans LA VIE LOCALE
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 21:14
Parti communiste. Muriel Grimardias suppléante d'Ismaël Dupont (Sophie Prévost, Le Télégramme, 24 mai 2017)

Muriel Grimardias, 62 ans, de Lanmeur, est la suppléante d'Ismaël Dupont, candidat du Parti communiste français et du Front de gauche pour les législatives sur la 4e circonscription. Comptable à la retraite, elle est très investie comme bénévole dans le milieu associatif local.

C'est sa seconde candidature comme suppléante pour le PC, après les cantonales de 2011, sur l'ancien canton de Lanmeur. 

« En nous choisissant, les électeurs éliront un député vraiment à gauche pour défendre les services publics et l'hôpital, l'emploi, le droit à l'autonomie des personnes âgées, une agriculture rémunératrice ou encore la jeunesse. Il faudra des députés communistes à l'Assemblée Nationale pour faire contrepoids à la politique ultralibérale d'Emmanuel Macron », insiste le duo.

Le comité de soutien des deux candidats PCF-Front de gauche comprend 140 personnes, dont des militants syndicaux, des retraités, des artisans, des enseignants ou des personnels soignants. « Nous ne sommes pas des candidats éphémérides, poursuivent les candidats.

Nous sommes présents au quotidien dans les luttes et représentons une gauche de progrès social». 

Pratique Courriel : dupont.ismael@yahoo.fr

Sur Facebook : ismaëldupont

Tél. 06.20.90.10.52

 

Un député vraiment à gauche pour la circonscription de Morlaix - Comité de soutien à la candidature d'Ismaël Dupont et Muriel Grimardias - Législatives 2017: L'Humain au coeur !


 

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans LA VIE LOCALE
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 21:12
Censure du service public: France 3 Bretagne exclut du débat des législatives les candidats PCF Front de Gauche

Ce week-end avait lieu un débat des législatives sur la circonscription de Morlaix où étaient invités: 

- Maël de Calan (Les Républicains)

- Sandrine Le Feur (En Marche)

- Corinne Nicole (Oui la Bretagne)

- Gwenegan Bui (PS)

- Julien Kerguillec (France Insoumise)

En tant que candidat PCF-Front de Gauche aux élections législatives de 2017, qui suis arrivé en 3me position aux dernières législatives de 2012 dans la circonscription de Morlaix avec le Front de Gauche, et qui ai réalisé en tant que tête de liste 15,6% aux dernières municipales à Morlaix en 2014 et près de 10% aux départementales de 2015, je m'insurge contre cette mise à l'écart dont j'ai été victime, et avec moi les centaines de citoyens, syndicalistes, militants associatifs, sympathisants et militants communistes et Front de Gauche qui se reconnaissent dans ma candidature et celle de Muriel Grimardias et qui apprécient mes engagements en tant qu'élu du Front de gauche à Morlaix et Morlaix-Communauté?  

Sur quel sondage local se base cette mise à l'écart? Il n'y en a pas... 

Quelle légitimité supérieure ont Sandrine Le Feur, inconnue en politique, qui vit son premier engagement, Corinne Nicole, qui avec son suppléant n'habite pas la circonscription et déserte un débat soi-disant squatté par des "jacobins" selon le mot d'ordre de Christian Troadec, son leader régionaliste, Julien Kerguillec, qui, s'il soutenait la candidature de Mélenchon avec France Insoumise, tout comme moi avec le PCF et le Front de Gauche, n'est presque pas intervenu politiquement sur des dossiers locaux depuis 7 ans et a beaucoup moins d'expérience politique que moi? Je suis le seul candidat présent dans une communauté d'agglo de la circonscription avec Maël de Calan, et par ailleurs secrétaire départemental du PCF, qui compte des centaines d'adhérents en Finistère (650 exactement, à jour de cotisation). Et "Oui la Bretagne", et "En marche", mouvements construits autour de personnalités à prétention providentielle, combien de militants?   

France 3 déciderait-il de l'ordre d'arrivée des candidats pour les électeurs? 

Il faut savoir que les candidats soutenus par le PCF et le Front de Gauche dans d'autres circonscriptions de Bretagne n'ont pas non plus eu voix au chapitre et se sont aussi plaint à France 3 de ce traitement peu respectueux des missions du service public.  

Je paie une redevance pour le service public de l'audiovisuel, nos milliers d'adhérents bretons du Parti Communiste aussi. J'aurais aimé une plus grande équité de notre chaîne d'information régionale que par ailleurs j'apprécie. 

Pour autant je n'appellerai pas au boycott de France 3 ou de quelque média. 

Faisons-nous respecter, mais respectons aussi la diversité.  

Ismaël Dupont, candidat PCF-Front de Gauche aux élections législatives.    

"L'humain au coeur"

24 mai 2017 

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans LA VIE LOCALE
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 20:48
L'été n'est pas fait pour casser le code du travail: contre la politique de Macron, écrivons de nouvelles pages du Maitron
Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans POLITIQUE NATIONALE
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 20:15
28 janvier, présentation des candidats communistes à Paris

28 janvier, présentation des candidats communistes à Paris

Intervention d'Ismaël Dupont pour Tébéo, la chaîne du Télégramme, le lundi 22 mai (un spot d'1 minute 30 qui sera diffusé du 2 au 9 juin dans le cadre de la campagne officielle, chaque candidat ayant le même temps)
Intervention d'Ismaël Dupont pour Tébéo, la chaîne du Télégramme, le lundi 22 mai (un spot d'1 minute 30 qui sera diffusé du 2 au 9 juin dans le cadre de la campagne officielle, chaque candidat ayant le même temps)

Ismaël Dupont, militant communiste, élu du Front de Gauche à Morlaix-Communauté et à Morlaix, présent depuis huit ans dans toutes les luttes pour les salariés, les services publics, l'écologie, les droits humains.

Je me présente avec Muriel Grimardias, bénévole dans une association de solidarité avec les précaires, pour donner un député vraiment de gauche à la circonscription afin de résister à la politique de Macron.

Une politique lourde de dangers au service du Medef et de la finance.

Les jeux ne sont pas faits, c'est au Parlement que se votera la politique mise en œuvre. D'où la nécessité d'avoir des élus sur lesquels vous pouvez compter à l'Assemblée.

Électeurs de gauche, vous aurez besoin d'un élu sérieux et combatif, qui ne lâche rien pour combattre leurs politiques libérales et inégalitaires.

Je porte les valeurs de la gauche de progrès, qui veut remettre les intérêts populaires et l'égalité au centre des choix politiques. Notre mot d'ordre est l'Humain au cœur.

Mes priorités sont de me battre pour des services publics de santé de qualité sur le territoire.

Lutter contre la casse de l'hôpital public sous l'effet des politiques d'austérité, des objectifs de rentabilité et de privatisation. Construire le projet de deux ou trois centres de santé sur le territoire, afin de lutter contre la désertification médicale et d'assurer une médecine accessible à tous. 

Je souhaite aussi m'engager pour les personnes âgées et leur droit à l'autonomie, afin de proposer des solutions solidaires, dans le cadre d'un nouveau service public à construire, financé par la Sécurité Sociale et un plan d'investissement ambitieux, pour nos aînés.

Il manque trop de places et de personnels dans les maisons de retraite (2000 dans le Finistère, alors que notre département est vieillissant). Trop de maisons de retraite ne sont pas à la portée des petites pensions des personnes âgées. Beaucoup est à construire dans l'accès à la mobilité, à l'éducation continue et à la culture, au lien social et à la santé des personnes âgées. Il faut soutenir davantage les associations d'aide à domicile et qui luttent pour le bien-être des personnes âgées.

Le 22 mai 2017

Intervention d'Ismaël Dupont pour Tébéo, la chaîne du Télégramme, le lundi 22 mai (un spot d'1 minute 30 qui sera diffusé du 2 au 9 juin dans le cadre de la campagne officielle, chaque candidat ayant le même temps)
Intervention d'Ismaël Dupont pour Tébéo, la chaîne du Télégramme, le lundi 22 mai (un spot d'1 minute 30 qui sera diffusé du 2 au 9 juin dans le cadre de la campagne officielle, chaque candidat ayant le même temps)
Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans LA VIE LOCALE
commenter cet article
24 mai 2017 3 24 /05 /mai /2017 12:43
Ce mercredi 24 mai: réunion publique des candidats aux législatives  PCF-Front de Gauche "L'humain au coeur", Ismaël Dupont et Muriel Grimardias, à Sizun (18h30 -salle de Saint Ildut)

PCF/Front de Gauche . L’humain d’abord

Campagne électorale des législatives

Ismael DUPONT et Muriel GRIMARDIAS , candidats dans la 4ème circonscription du Finistère , animeront une rencontre publique avec la population du canton le Mercredi 24 MAI à Sizun (salle Saint - Ildut à 18h30) 

 

La prochaine réunion publique aura lieu 

Espace Coatanlem à Plouigneau.

Le mardi 30 mai à 18h30 

Ils y présenteront leur programme et seront à l’écoute de toutes les questions, de tous les avis et de toutes les propositions. 

Ce mercredi 24 mai: réunion publique des candidats aux législatives  PCF-Front de Gauche "L'humain au coeur", Ismaël Dupont et Muriel Grimardias, à Sizun (18h30 -salle de Saint Ildut)
Ce mercredi 24 mai: réunion publique des candidats aux législatives  PCF-Front de Gauche "L'humain au coeur", Ismaël Dupont et Muriel Grimardias, à Sizun (18h30 -salle de Saint Ildut)
Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans LA VIE LOCALE
commenter cet article

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste et du Front de Gauche. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011