Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juin 2020 4 18 /06 /juin /2020 05:55
Hélène Fernandez a bien volontiers accepté un verre de kir pour ses 100 ans à l’occasion de la réception organisée en son honneur, en comité restreint, à l’hôtel de ville du Croisic (©L’Echo de la Presqu’île)

Hélène Fernandez a bien volontiers accepté un verre de kir pour ses 100 ans à l’occasion de la réception organisée en son honneur, en comité restreint, à l’hôtel de ville du Croisic (©L’Echo de la Presqu’île)

Le Croisic : à 100 ans, Hélène Fernandez, figure de la Résistance, conserve sa joie de vivre

Hélène Fernandez est une figure de la Résistance et de la lutte contre le fascisme. A 100 ans, elle vit toujours chez elle. Et garde une incroyable mémoire.

Hélène Fernandez a bien volontiers accepté un verre de kir pour ses 100 ans à l’occasion de la réception organisée en son honneur, en comité restreint, à l’hôtel de ville du Croisic (©L’Echo de la Presqu’île)

« Je suis très émue ». Hélène Fernandez a apprécié l’hommage que lui ont rendu la Ville du Croisic (Loire-Atlantique) et l’Union nationale des combattants mardi 2 juin 2020 à l’hôtel de ville pour son 100e anniversaire.

Malgré les années, elle a toujours l’œil qui pétille, une mémoire incroyable et vit toujours chez elle où elle continue de préparer elle-même ses repas.

La maire Michèle Quellard a salué sa « longévité exceptionnelle » et son courage durant la Seconde Guerre mondiale : « On devrait écouter davantage toutes ces personnes qui nous racontent cette époque ».

Aujourd’hui, sur les réseaux sociaux, la calomnie et la dénonciation perdurent, il faut prendre conscience que le danger est toujours là.

« Pas gênée par le confinement »

C’est dès l’âge de 15 ans qu’Hélène a commencé à lutter contre le fascisme, les inégalités, pour la justice, la fraternité aux côtés du Parti communiste français « dont elle est aujourd’hui l’une des plus anciennes adhérentes », souligne Françoise Cabon, secrétaire de la section Presqu’île guérandaise qui, pour sa part, est venue célébrer son centenaire mercredi 3 juin à son domicile « dans le respect des règles sanitaires ».

D’ailleurs, Hélène dit « ne pas avoir été gênée par le confinement » :

C’était plus facile pour moi que pour mes enfants et petits-enfants qui vivent en région parisienne…

Adhésion aux jeunesses communistes

C’est dans la capitale qu’elle est née le 2 juin 1920, près de la Porte des Lilas. Fille unique, elle grandit et aide ses parents en tant que cartonnière dans l’entreprise familiale « Établissement Henri Pagès – Cartonnages mécaniques ».

Profondément marquée par la répression des manifestants qui ripostent à la menace fasciste de 1934, Hélène adhère donc aux Jeunesses communistes l’année suivante. En 1936, elle rejoint les rangs de l’Union des jeunes filles de France (UJFF) dont elle deviendra la secrétaire.

Lire aussi : Manifs contre le racisme et les violences policières : « Mon cœur saigne » réagit un « simple flic » de La Baule

16 mois au camp des Tourelles

Avec la guerre et l’occupation, l’entreprise familiale périclite. Hélène trouve un emploi à la mairie du 2e arrondissement en assurant la distribution des tickets de rationnement.

Engagée dans la Résistance, elle fournit des cartes d’alimentation « aux illégaux ».

Au sein des Comités féminins populaires de la Résistance, créées par Danièle Casanova, elle aide à la rédaction et aux tirages des journaux et assure les liaisons avec la Résistance.

Elle est arrêtée en 1942. Après cinq jours et cinq nuits totalement privées de sommeil à la PJ, puis trois semaines « d’un traitement infâme » au dépôt, lieu de tortures (la Conciergerie), elle est transférée au camp des Tourelles, Porte des Lilas, le 22 septembre 1942.

Evasion le 23 janvier 1944

Les journées au camp sont longues et monotones. Elle seconde la chef de baraques puis devient l’infirmière du camp. Elle tricote des chaussons aux couleurs des drapeaux français et espagnol, sortis clandestinement du camp et vendus au profit des Francs-tireurs et partisans (FTP).

Elle apprend l’espagnol et entre en contact avec un pilote de chasse de l’aviation espagnole, Germain Fernandez-Dias, emprisonné lui aussi au camp des Tourelles.

Elle réussit à s’évader le 23 janvier 1944.  Elle retrouve Germain en banlieue parisienne et ils se marient en 1945. Ils auront quatre enfants : un fils (décédé en 1960) et trois filles et résident à Sainte-Geneviève-des-Bois (Essonne).

« Sa joie de vivre et ses convictions ne l’ont jamais quittée »

Au cours des années 80, durant 12 ans, Hélène est secrétaire de l’Unac (Union nationale des anciens combattants) et de Femmes Solidaires et collabore avec la mairie communiste.

Germain décède en mars 1988. Hélène vient alors vivre au Croisic en 1993 où elle continue jusqu’à aujourd’hui sa vie de militante au sein de la section Presqu’île guérandaise du PCF.

« Sa joie de vivre et ses convictions ne l’ont jamais quittée. Elle est un exemple pour tous. C’est un honneur de la connaître et de la côtoyer », souligne encore Françoise Cabon.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2020 4 18 /06 /juin /2020 05:31
Rassemblement à Audierne contre la venue de Marine Le Pen pour détourner l'héritage de la résistance et blanchir le passé collaborationniste de l'extrême-droite (photos PCF 29)
Rassemblement à Audierne contre la venue de Marine Le Pen pour détourner l'héritage de la résistance et blanchir le passé collaborationniste de l'extrême-droite (photos PCF 29)
Rassemblement à Audierne contre la venue de Marine Le Pen pour détourner l'héritage de la résistance et blanchir le passé collaborationniste de l'extrême-droite (photos PCF 29)
Rassemblement à Audierne contre la venue de Marine Le Pen pour détourner l'héritage de la résistance et blanchir le passé collaborationniste de l'extrême-droite (photos PCF 29)
Rassemblement à Audierne contre la venue de Marine Le Pen pour détourner l'héritage de la résistance et blanchir le passé collaborationniste de l'extrême-droite (photos PCF 29)
Rassemblement à Audierne contre la venue de Marine Le Pen pour détourner l'héritage de la résistance et blanchir le passé collaborationniste de l'extrême-droite (photos PCF 29)
Rassemblement à Audierne contre la venue de Marine Le Pen pour détourner l'héritage de la résistance et blanchir le passé collaborationniste de l'extrême-droite (photos PCF 29)
Rassemblement à Audierne contre la venue de Marine Le Pen pour détourner l'héritage de la résistance et blanchir le passé collaborationniste de l'extrême-droite (photos PCF 29)
Rassemblement à Audierne contre la venue de Marine Le Pen pour détourner l'héritage de la résistance et blanchir le passé collaborationniste de l'extrême-droite (photos PCF 29)
Rassemblement à Audierne contre la venue de Marine Le Pen pour détourner l'héritage de la résistance et blanchir le passé collaborationniste de l'extrême-droite (photos PCF 29)
Rassemblement à Audierne contre la venue de Marine Le Pen pour détourner l'héritage de la résistance et blanchir le passé collaborationniste de l'extrême-droite (photos PCF 29)
Rassemblement à Audierne contre la venue de Marine Le Pen pour détourner l'héritage de la résistance et blanchir le passé collaborationniste de l'extrême-droite (photos PCF 29)

""Une quarantaine d’îliens a formé une haie de « déshonneur ». La femme politique a finalement quitté l’île de Sein, repartant en canot pneumatique, avant 18 h. Elle sera restée moins de deux heures sur place", elle s'est dégonflée. " (Ouest-France)

 

Audierne, 17 juin, 18h 

Bien que Marine le Pen ait voulut nous prendre de court près de 200 personnes sont venues lui signifier qu’elle n’était pas la bienvenue dans le Cap Sizun

Le 17 juin 2020 - c'est le jour anniversaire de la supplique humiliante de Pétain pour cesser le combat contre les nazis, pas le jour anniversaire de l'appel à la Résistance du Général de Gaulle et du départ de tous les habitants de l'île de Sein.

Photos PCF 29

Partager cet article
Repost0
18 juin 2020 4 18 /06 /juin /2020 05:18
Rassemblement à Audierne le 17 juin pendant la conférence de presse de la dirigeante d'extrême-droite après qu'elle se soit fait chassée de l'île de Sein

Rassemblement à Audierne le 17 juin pendant la conférence de presse de la dirigeante d'extrême-droite après qu'elle se soit fait chassée de l'île de Sein

France Bleu:

"Plus vite elle partira, plus vite on sera heureux"
"Elle nous a pris de court, explique Roger, un habitant de l’île. Elle est arrivée en zodiak à 16 heures, on avait été prévenu que c’était elle à bord du bateau. Ils sont allés sur la route du monument pour déposer une gerbe. On l’a laissé faire son reuz."

Selon lui, Marine Le Pen a retrouvé sur place quelques proches. "La réunion était dans une maison, ajoute-t-il, et même le propriétaire ne savait pas qu’il avait loué au RN. Il est furieux ! Elle est là, elle est sur l’île mais on attend qu’elle reparte, complète Roger. Plus vite elle repart, mieux c’est ! On va la laisser foutre le camp vite fait, et plus vite elle partira, plus vite on sera heureux !"

 

COMMUNIQUE DE VISA 29

Le FN/RN, a malgré tout maintenu sa commémoration odieuse sur l’île de Sein. Grâce à la mobilisation des antifascistes, partis et syndicats progressistes, c’est avec un jour d’avance et en catimini, que Marine Le Pen et ses sbires s’y sont rendus pour déposer une gerbe sous les hués des sénant·es qui leur tournaient le dos.

A l’instar de Génération Identitaire, à la manifestation du 13 juin
contre le racisme et les violences policières, le FN/RN n’a rien trouvé de mieux que de débarquer en loucedé en Bretagne pour faire parler de lui. Sous couvert d’un pseudo repositionnement républicain le parti de la haine veut faire oublier son racisme et ses liens avec l’extrême droite néo-nazie.

Le FN/RN est passé en coup de vent, c’est pourquoi VISA 29 annule son appel à rassemblement du jeudi 18 juin à Audierne. Il y aura moins de haine en Bretagne demain et nous en dormirons bien mieux.

La dédiabolisation du FN/RN est un leurre. Nous continuerons le combat contre la peste brune. Le racisme n’aura jamais sa place en Bretagne. A l’avenir, pour faire ses coups médiatiques, le FN/RN n’aura d’autre choix que de venir confidentiellement.

 

Communiqué du bureau de l'ANACR 29 et du Pôle Jean Moulin

 

18 juin 1940 -18 juin 2020

 

Que venez-vous faire Madame Le Pen sur l’Île Compagnon de la Libération ?

 

Qui peut croire que vous veniez rendre hommage aux 128 Sénans qui ont répondu à l’Appel du Général de Gaulle et se sont embarqués pour rejoindre la France Libre ?

Qui peut croire que vous veniez rendre hommage aux femmes, aux anciens, aux enfants de l’Île de Sein, qui firent face à l’occupant durant quatre longues années ?

Vous ne réécrirez pas l’Histoire Madame Le Pen. Changer le nom de votre parti ne changera pas ses racine putrides, ses fondateurs, ancien de la division SS Charlemagne, ancien de la Milice, ancien de la Waffen SS…

Votre parti, quelque nom qu’il porte, est héritier de la collaboration avec l’occupant hitlérien, ses valeurs sont la haine et la division.

Votre parti, quelque nom qu’il porte, s’est de tout temps opposé au Général de Gaulle. Vichy l’a condamné à mort par contumace le 3 août 1940, l’OAS,

votre autre racine putride, a attenté plusieurs fois à sa vie.

Grâce au courage des Résistants du Finistère, de Bretagne, de France, eux qui ont rétabli la République, vous avez le droit de circuler librement.

Vous n’aurez pas à obtenir un Ausweiss pour circuler sur la côte, zone interdite pendant l’Occupation, vous n’aurez pas à obtenir de la GAST allemande l’autorisation de quitter la terre ferme pour l’Île de Sein, il y aura du gas-oil pour le moteur du bateau que vous avez loué, mais votre présence sera un outrage à notre terre de Résistance.

Le bureau de l’ANACR-29 et du Pôle Jean Moulin -réseau MRN

Partager cet article
Repost0
18 juin 2020 4 18 /06 /juin /2020 05:11
Jean-Paul Vermot

Jean-Paul Vermot

France 3 Bretagne!
Municipales à Morlaix. Jean Paul Vermot (Union de la Gauche), Agnès Le Brun (Divers Droite) : le débat du 2e tour

France 3 Bretagne s'engage pour le débat démocratique et ouvre 11 débats en Bretagne. Autour de Nathalie Rossignol ce jeudi 18 juin à 18h, Jean Paul Vermot et Agnès Le Brun pourront débattre de leurs grands projets pour la ville de Morlaix en vue du second tour des Municipales.  

Enjambée par son auguste viaduc, Morlaix a tout pour plaire : de jolies façades du XVème siècle, une rivière qui la relie à la mer et même un port de plaisance.

Pourtant, sa population s’étiole: 14 559 habitants, c’est un quart de moins qu’il y a 50 ans. Et 28 % d’entre eux ont plus de 60 ans. C’est peu dire que Morlaix souffre d’un manque de dynamisme. 

 

Le duel du 2e tour

C’est un classique duel droite-gauche qui va se jouer au deuxième tour, mais avec une variante de taille, par rapport aux deux dernières municipales : Agnès Le Brun (Divers droite), qui brigue un 3ème mandat, n’a pas viré en tête au premier tour. La maire divers droite a obtenu 35,9% de suffrages. Son rival de gauche, Jean Paul Vermot (Union de la gauche), l’a devancée d’un point, à 36,9%. 

"Nous sommes quand même dans ce qui était devenu une forme de fief, ici, de la droite. Revoir la gauche passer en tête est une véritable satisfaction".  Jean Paul Vermot

Agnès Le Brun estime qu’au regard du fort taux d'abstention, ce premier tour a peu de valeur :

"Notre électorat traditionnel ne s'est pas déplacé…et il a bien fait de ne pas se déplacer…il n'y aucune leçon politique à tirer". Agnès Le Brun

La troisième liste qualifiée pour le second tour, menée par Didier Allain, s’est retirée de la course. Issue d’une alliance entre écologistes et France Insoumise, elle avait obtenu 19,6% le 15 mars dernier. Sur le papier, cela constitue une belle réserve de voix pour Jean-Paul Vermot, qui tient là sa chance de récupérer cet ancien bastion de la gauche.

Morlaix : le débat  

Il n’y aura que deux listes pour le second tour des municipales à Morlaix (Finistère) : ce sera un duel entre Jean-Paul Vermot (Morlaix ensemble, PS, PC, Générations. s) et la maire sortante Agnès Le Brun (Vivons Morlaix !, divers droite).

Didier Allain, candidat arrivé en troisième position au scrutin de mars, avec 19,64 % des voix, a annoncé, mardi 2 juin, le retrait de sa liste Morlaix Alternative citoyenne (divers gauche). Le candidat ne donne cependant pas de consigne de vote pour le second tour.

Notre débat présenté par Nathalie Rossignol ce jeudi 18 juin à 18h.

***

Flashback sur le premier tour

Morlaix, ce bastion de gauche pendant près de 40 ans passé aux mains de la droite en 2008  reviendra-t-il sous le giron de la gauche ?

C’est l’enjeu dans la cité du viaduc pilotée depuis 2008 par Agnès le Brun, qui a claqué la porte des Républicains en mars 2019.

Face à elle au premier tour, un challenger bien connu: Jean-Paul Vermot, socialiste, déjà battu en 2014, cette fois à la tête d’une liste d’union de la gauche, union un peu moins large qu’espérée puisque une autre liste de gauche s’était constituée, autour d’EELV et de la FI.

Au soir du premier tour avec un taux d’abstention record de plus de 56%, c’est la liste de Jean Paul Vermot qui prend la tête, avec seulement 41 voix de plus que la maire sortante. 

En mars 2014, le conseiller départemental socialiste avait été battu de 241 voix par la conseillère régionale divers droite (48,18 % contre 51,82 %).

 

Résultats de Morlaix au 1er tour

Nombre d'habitants : 14 559 et 10 202 inscrits

  • Abstention : 56,32 %
  • 43,68 % de votants
  • 42,36 % d'exprimés
  • 4 456 votants
  • 4 322 exprimés
  1. Jean-Paul Vermot avec 1 595 voix : 36,90 %
  2. Agnès Le Brun avec 1 554 voix : 35,96 %
  3. Didier Allain avec 849 voix : 19,64 %
  4. Jean-Philippe Bapceres avec 324 voix : 7,50 %

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 09:50
Photo Ouest-France, édition internet - 13 juin 2020

Photo Ouest-France, édition internet - 13 juin 2020

https://www.ouest-france.fr/bretagne/quimper-29000/ile-de-sein-un-rassemblement-prevu-contre-la-venue-de-marine-le-pen-6868052?fbclid=IwAR3a2QNtXK8OvE5H2SeyUF-qYxXHsv5wsAQOh9RH0r1FZDBeDeTs251vT4Y

Ouest-France, édition numérique, 13 juin 2020 (édition papier, dimanche 14 juin 2020)

‌Le PCF appelle à se rassembler le matin du 18 juin 2020 à l’embarcadère d’Audierne (Finistère) pour empêcher la venue de Marine sur l’Île-de-Sein. Le maire de l’île, lui, envisage une cérémonie en soirée, après le départ du dernier bateau.

La présidente du Rassemblement National affiche toujours son intention, en dépit des nombreuses critiques, de se rendre à l’Île-de-Sein jeudi 18 juin 2020, pour commémorer les 80 ans de l’appel du général de Gaulle. L’annonce a fait vivement réagir et, si la relocalisation des commémorations majeures n’est pas encore officielle, le maire de Sein, Didier Fouquet, confirme que les représentants de l’État ont réfléchi « à un plan B et à un plan C ». Plusieurs voix évoquent la pointe de Pen-Hir, dans la Presqu’île de Crozon (Finistère), haut lieu de la Résistance, où se trouve une grande Croix de Lorraine en granit dédié aux Bretons français libres.

« Après seize heures,on est tranquilles »
« La plupart de la population de l’île ne souhaite pas la voir, est hostile à sa venue, et réfléchit à ce qui pourrait être fait pour l’empêcher de venir ici, explique le maire, Didier Fouquet. Nous, à notre niveau, on ne peut pas l’interdire. On ne va pas demander à la Penn ar Bed de la refuser à bord ou aux gendarmes, ce n’est pas possible », poursuit le maire. Il table tout de même sur une cérémonie, sans doute plus intimiste, sur l’île d’où presque tous les hommes en âge de combattre (128 hommes) sont partis rejoindre par la mer le Général de Gaulle dès juin 1940.

« Nous aurons certainement une petite cérémonie ici. Mais la situation est tellement problématique, regrette le maire qui s’interroge. Comment faire pour marquer le coup vis-à-vis de l’Île-de-Sein, pour ne pas que Marine Le Pen gagne, pour ne pas tout annuler. Ce n’est pas simple. J’espère que la décision répondra un peu aux attentes des îliens. De toute façon, nous, c’est sûr, on fêtera cet événement, peut-être le soir, après le départ de Mme Le Pen. Il n’est pas question non plus de se mélanger avec ses intentions. Au moins, passé seize heures (heure du départ de l’Enez Sun pour le continent, N.D.L.R), on est tranquilles, on peut faire ce qu’on veut ».

La décision quant au lieu définitif des commémorations officielles devrait être entérinée lundi.

Appels à manifester à l’embarcadère

La Fédération 29 du PCF a réagi à l’annonce de la venue de Marine Le Pen. « Les communistes appellent tous ceux qui ont au cœur l’héritage du Conseil national de la Résistance à s’unir et se mobiliser contre cette provocation. Ils seront notamment présents au rassemblement, à l’embarcadère d’Audierne, dès 8 h du matin, pour montrer à la présidente du Rassemblement national qu’elle n’est pas la bienvenue. »

Pour le PCF, le RN ne peut revendiquer l’héritage de l’homme de l’Appel du 18 juin. « Le parti dont elle est la dépositaire légale est né d’un antigaullisme primaire et viscéral, comptant parmi ses fondateurs des anciens de l’OAS et autres nostalgiques de l’Algérie française. Il est vrai que cette extrême droite est habituée aux détournements d’héritage. Le changement de nom du Front National ne fera pas oublier que celui-ci comptait parmi ses fondateurs Léon Gaultier qui fut secrétaire général à l’Information du gouvernement du maréchal Pétain, chroniqueur à Radio Vichy , et fut l’un des fondateurs de la Milice française. Il combattit sous l’uniforme allemand de la Waffen-SS avec le grade de Untersturmführer, il commanda une unité française sur le Front de l’Est durant l’été 1944. »

« La Bretagne, terre de résistance, ne permettra pas à la porte-parole de la haine de parader et de réviser l’histoire. La jeunesse qui manifeste massivement contre le racisme ne le permettra pas non plus. »

La Gauche indépendantiste bretonne se joint à l’appel du PCF pour bloquer l’embarcadère d’Audierne. « En plus de voler la mémoire des résistant-e-s sénan-e-s, le parti de Le Pen a été condamné à maintes reprises pour propos antisémites, racistes et négationnistes. Cette grossière tentative de réécriture de l’Histoire impose de rappeler l’idéologie raciste et xénophobe sur laquelle est basé le Rassemblement national. »
 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 09:49
Déclaration de la Fédération du Finistère du PCF pour la venue prévue de Marine Le Pen le 18 juin à Sein

Déclaration de la Fédération du Finistère du PCF pour la venue prévue de Marine Le Pen le 18 juin à Sein

Marine Le Pen, présidente du RN, sera présente sur l’Ile de Sein le 18 juin. La présidente du mouvement d’extrême droite revendique ainsi l’héritage de l’homme de l’appel du 18 juin.

La véritable héritière du maître du château de Saint-Cloud feint ainsi d’oublier que le parti dont elle est la dépositaire légale est précisément né d’un ­antigaullisme primaire et viscéral, comptant parmi ses fondateurs des anciens de l’OAS et autres nostalgiques de l’Algérie française.

Il est vrai que cette extrême droite est habituée aux détournements d’héritage. Le changement de nom du Front National ne fera pas oublier non plus que celui ci comptait parmi ses fondateurs Léon Gaultier qui fut secrétaire général à l’Information du gouvernement du maréchal Pétain , chroniqueur à "Radio Vichy", et fut l’un des fondateurs de la Milice française. Il combattit sous l’uniforme allemand de la Waffen-SS avec le grade de Untersturmführer, il commanda une unité française sur le Front de l’Est durant l’été 1944.

La Bretagne terre de résistance ne permettra pas à la porte-parole de la haine de parader et de réviser l’histoire. La jeunesse qui manifeste massivement contre le racisme ne le permettra pas non plus.

Les communistes appellent tous ceux qui ont au cœur l’héritage du Conseil National de la Résistance à s’unir et se mobiliser contre cette provocation. Ils seront notamment présents au rassemblement à l’embarcadère d’Audierne dès 8 h du matin pour montrer à la présidente du Rassemblement National qu’elle n’est pas la bienvenue.

Fédération du Finistère du Parti Communiste Français,

13 juin 2020

Partager cet article
Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 09:39
Partager cet article
Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 06:59
Le Télégramme, 16 juin - Municipales à Morlaix : la pandémie de Covid-19 a-t-elle fait évoluer les programmes des candidats ? - Les réponses de Jean-Paul Vermot pour Morlaix Ensemble

https://www.letelegramme.fr/…/municipales-a-morlaix-la-pand…

Retrouvez ci dessous le texte complet de la réponse de Jean-Paul Vermot pour Morlaix Ensemble (nombre de signes limité):

La situation inédite que nous traversons a mis des priorités tout en renforçant notre programme.
 

1- Défendre l’hôpital public
La crise a rappelé à tous l'importance de l'hôpital. Le Maire de Morlaix, Président du conseil de surveillance, défendra les personnels et moyens de l’hôpital.

2- L’attractivité commerciale
Un fonds d’urgence la soutiendra en accompagnant les opérations de relance des commerces. Contre la vacance, nous créerons une société publique immobilière qui achètera immeubles et murs commerciaux vides pour offrir des locations abordables. Les marchés de rénovation seront accessibles à nos entreprises pour relancer leur activité.
La gratuité des parkings sera poursuivie jusqu’à l’élaboration rapide d’une vraie politique du parking. La gestion actuelle décidée à la va-vite génère des voitures-ventouses qui perturbent l’accès aux commerces. Les mesures de soutien : exonération des droits de terrasse, accès à l’espace public, piétonisation temporaire... seront amplifiées.

3- Solidarité
Un fonds d’urgences sociales viendra en aide dans l’après-crise sanitaire à nos concitoyens vulnérables. Nous œuvrerons à trouver des solutions pour retrouver une vie quotidienne facilitée (garde d’enfants, vie associative, etc).

4- L’écologie : une évidence
Priorités sur l’alimentation, l’énergie en propre, la gestion de l’eau, les mobilités. Un adjoint à l’écologie sera garant de la transition énergétique et écologique de la ville.

5- Agir avec Morlaix communauté
La création d’une Agence de économie et de l’Emploi accompagnera entre autre l’accès au fonds COVID-résistance. Participant pleinement à une majorité intercommunale, nous développerons Morlaix au cœur et au service de son territoire.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 06:22
Morlaix, 16 juin - 20h-21h: très forte mobilisation pour les soignants de l'hôpital, des EHPAD et de la santé à l'initiative de la CFDT place des Otages
Morlaix, 16 juin - 20h-21h: très forte mobilisation pour les soignants de l'hôpital, des EHPAD et de la santé à l'initiative de la CFDT place des Otages
Morlaix, 16 juin - 20h-21h: très forte mobilisation pour les soignants de l'hôpital, des EHPAD et de la santé à l'initiative de la CFDT place des Otages
Morlaix, 16 juin - 20h-21h: très forte mobilisation pour les soignants de l'hôpital, des EHPAD et de la santé à l'initiative de la CFDT place des Otages

Beaucoup de monde et une ambiance chaleureuse et combative hier place des Otages, à 20h, le 16 juin, pour demander des moyens pour l'hôpital et la santé, rendre hommage aux soignants et aux usagers de l'hôpital, des EHPAD, malmenés pendant la crise du Covid.

Le rassemblement était prévu à l'initiative de la CFDT (après celui du midi à l'hôpital, plutôt à l'initiative de la CGT, de SUD). De nombreux citoyens, le comité de défense de l'hôpital de Morlaix, étaient présents aussi. Après le discours de Stephane Postollec pour la CFDT, le comité Covid-Entraide Morlaix, avec notamment Claude Bonnard, Mathieu Cirou, André Laurent, a lu de très beaux textes écrits par des citoyens pendant le confinement, texte d'hommage aux soignants, aux usagers des EHPAD et de l'hôpital, des textes vibrants qui pour certains étaient en forme d'appel à la solidarité et à construire un monde meilleur, centré sur la place de l'humain.

Partager cet article
Repost0
17 juin 2020 3 17 /06 /juin /2020 06:20
Christophe Boudrot, secrétaire de la CGT de l'Hôpital (et nouvel adjoint PCF à Plouigneau) au micro au côté de Pascal Kerboriou, militant de la CGT de l'hôpital, et ancien adjoint sympathisant PCF à Plougonven (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Christophe Boudrot, secrétaire de la CGT de l'Hôpital (et nouvel adjoint PCF à Plouigneau) au micro au côté de Pascal Kerboriou, militant de la CGT de l'hôpital, et ancien adjoint sympathisant PCF à Plougonven (photo Pierre-Yvon Boisnard)

Christophe Boudrot, au centre, secrétaire de la CGT de l'hôpital de Morlaix

Christophe Boudrot, au centre, secrétaire de la CGT de l'hôpital de Morlaix

Daniel Ravasio au premier plan - Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Daniel Ravasio au premier plan - Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Comité de défense de l'hôpital avec les copains et copines de la liste Morlaix Ensemble: Jérôme Plouzen, Annie Bergot Le Calvez, Laëtitia Tosser, Katell Le Reste Salazar- Photo Catherine Tréanton

Comité de défense de l'hôpital avec les copains et copines de la liste Morlaix Ensemble: Jérôme Plouzen, Annie Bergot Le Calvez, Laëtitia Tosser, Katell Le Reste Salazar- Photo Catherine Tréanton

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital - Serge Bazin

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital - Serge Bazin

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital - Serge Bazin et Jean-Claude Postic du PCF au premier plan

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital - Serge Bazin et Jean-Claude Postic du PCF au premier plan

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital - Glenn Le Saoût et Sylvaine Vulpiani, conseillère régionale de gauche (Génération.s)

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital - Glenn Le Saoût et Sylvaine Vulpiani, conseillère régionale de gauche (Génération.s)

Sylvaine Vulpiani, coseillère régionale Génération.s et Jean-Paul Vermot, conseiller départemental et tête de liste de la gauche à Morlaix - Photo Catherine Tréanton

Sylvaine Vulpiani, coseillère régionale Génération.s et Jean-Paul Vermot, conseiller départemental et tête de liste de la gauche à Morlaix - Photo Catherine Tréanton

Sylvaine Vulpiani et Hervé Gouédard, médecin pédiatre hospitalier, élu de gauche et candidat sur la liste Morlaix Ensemble - Photo Catherine Tréanton

Sylvaine Vulpiani et Hervé Gouédard, médecin pédiatre hospitalier, élu de gauche et candidat sur la liste Morlaix Ensemble - Photo Catherine Tréanton

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Photo Pierre-Yvon Boisnard - 16 juin 2020 - manif pour la défense de l'hôpital

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011