Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 février 2024 3 21 /02 /février /2024 20:47
Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Photo Daniel Laporte - Hommage à Missak et Mélinée Manouchian Morlaix 21 février 2024

Hommage à Missak et Mélinée Manouchian et aux combattants de la Résistance des FTP MOI et du parti communiste et des jeunesses communistes à Morlaix place Rol Tanguy à la gare de Morlaix à l'occasion de l'entrée de Missak et Melinee Manouchian au Panthéon, qui accueille pour la première fois des ouvriers et des personnalités communistes en son sein.

Un moment d'une grande intensité avec Roger Heré chantant l'affiche rouge avec sa voix magnifique, Patricia Paulus lisant la lettre à Mélinee, les discours de Marc Corbel pour la CGT, de Daniel Ravasio pour la section PCF pays de Morlaix, de Taran Marec pour les jeunesses communistes du Finistère, et celui d'Ismaël Dupont sur l'histoire du groupe Manouchian et des FTP Moi pour le PCF Finistère.

Merci à tous les participants à ce bel hommage, notamment nos camarades du PCF Carhaix Huelgoat et des Jeunesses communistes et à Pierre-Yvon Boisnard et Daniel Laporte pour leur reportage photo.

Une cinquante de personnes était présente à cet hommage qui s'est terminé en déposant une gerbe et des fleurs en l'honneur de Missak et Mélinée Manouchian et en chantant la Marseillaise et l'Internationale.

 


Morlaix le PCF rend hommage à Missak et Mélinée Manouchian mercredi 21 février 2024 - photos Pierre-Yvon Boisnard
https://youtu.be/KgC7zzFEK0k

« Vous aviez vos portraits sur les murs de nos villes

Noirs de barbe et de nuit hirsutes menaçants

L'affiche qui semblait une tache de sang

Parce qu'à prononcer vos noms sont difficiles

Y cherchait un effet de peur sur les passants »

 

Sur l’AFFICHE ROUGE de la Propagande Nazie, au-dessus des images d’attentats, d’un corps criblé de balles, de déraillements, et d’armes censées identifier les résistants à des criminels, les visages et les noms de dix camarades arrêtés à la mi-novembre 1943.

 

Dix sur vingt-trois du groupe Manouchian qui furent condamnés à mort, dont 21 exécutés avec Missak, leur commandant militaire, le 21 février 1944, au Mont Valérien, il y a 80 ans, jour pour jour.

 

A l’affiche en haut, de gauche à droite:

 

Szlama Grzywacz : 35 ans, juif polonais, de Wolomin, communiste depuis 1925, qui logeait chez les Krasucki avant guerre, de la même ville que la famille de Henri Krasucki.

 

Thomas Elek : 20 ans, juif hongrois, né à Budapest, dans une famille d'intellectuels communistes qui émigre en France en 1930. Il quitte le lycée Louis Le Grand pour s’engager dans la Résistance en 1941.

 

Wolf Wajsbrot: 19 ans, juif polonais né à Krasnik. Apprenti mécanicien engagé dans les FTP-MOI en 1942.

 

Robert Witchitz, 20 ans, né dans le département du Nord, d’une famille juive polonaise. Le jeune homme milite à la Jeunesse communiste et travaille comme ajusteur.

 

Moska ou Maurice Fingercweig dit "Marius". Né à Varsovie en 1923. Ouvrier tapissier, militant de la Jeunesse communiste, il s'engage dans le 2e détachement juif des FTP-MOI et prend part à des actions armées.

 

Son père et ses deux frères sont morts en déportation.

 

Plus bas :

 

Joseph Boczov: 38 ans. Juif hongrois, c’est un chimiste, spécialiste des explosifs. Communiste depuis longue date, ancien des Brigades Internationales, il devient chef du détachement FTP-MOI, qui se spécialise dans le déraillement de trains transportant des troupes et du matériel de guerre allemands.

 

A sa droite :

 

Spartaco Fontano, 22 ans, fils d’antifascistes italiens réfugiés en France après sa naissance. Il interrompt ses études à l’École des arts et métiers en 1942 pour rejoindre les FTP.

 

A son père, sa mère, sa sœur, il écrit : « Ma mort n’est pas un cas extraordinaire, il faut qu’elle n’étonne personne et que personne ne me plaigne, car il en meurt tellement sur les fronts et dans les bombardements qu’il n’est pas étonnant - que moi, un soldat, je tombe aussi. »

 

 

Célestino Alfonso, 28 ans, menuisier, espagnol, responsable des Jeunesses Communistes à Ivry, Combattant et commissaire politique dans les Brigades Internationales où il a dû croiser notre Henri Tanguy, devenu Rol-Tanguy suite à la mort de son copain Rol pendant la Guerre d’Espagne.

 

« La mort n’éblouit pas les yeux des partisans », le vers des Strophes pour ce souvenir d’Aragon, poème chanson sous le nom de l’Affiche Rouge avec Léo Ferré, s’applique si bien à sa dernière lettre de condamné à mort, écrite le 21 février 1944 à ses parents, ses frères et sœurs, sa femme et son fils :

 

« Je ne suis qu'un soldat qui meurt pour la France.

Je vous demande beaucoup de courage comme j'en ai moi-même: ma main ne tremble pas, je sais pourquoi je meurs et j'en suis très fier.

Ma vie a été un peu courte, mais j'espère que la vôtre sera plus longue.

Je ne regrette pas mon passé, si je pouvais revivre, je serais encore le premier. »

 

et Marcel Rajman, 21 ans, juif polonais, ouvrier du textile, tricoteur, jeune communiste engagé dans la Résistance depuis le début de l’occupation dans les « Bataillons de la Jeunesse » sous la direction d’Albert Ouzoulias, qui écrit ses paroles étranges et pleines d’euphorie à sa mère dans sa dernière lettre, lui l’auteur de « 13 attentats » de la Résistance (mettons des guillemets), et de l’exécution du Patron SS du STO Julius Ritter :

 

« Excuse-moi de ne pas t’écrire plus longuement, mais nous sommes tous tellement joyeux que cela m’est impossible quand je pense à la peine que tu ressens. Je ne puis te dire qu’une chose, c’est que je t’aime plus que tout au monde et que j’aurais voulu vivre rien que pour toi. Je t’aime, je t’embrasse, mais les mots ne peuvent dépeindre ce que je ressens. »

 

Sa maman sera gazée à Auschwitz.

 

Et enfin

 

Missak MANOUCHIAN, arménien, qui signe sa dernière lettre à Mélinée, son orpheline bien aimée, une lettre signée « Manouchian, Michel ».

 

Missak le poète, l’animateur d’une revue culturelle et politique arménienne, Zangou, l’ouvrier, l’amoureux, le militant communiste infatigable depuis 1934, le rescapé du Génocide arménien, qui a grandi dans des orphelinats, en Syrie et au Liban, avant d’arriver en France, à Marseille, à 18 ans, comme son amour, Mélinée Soukémian, née à Constantinople (Istanbul) et ayant été éduquée dans des orphelinats à Smyrne, et à Thessalonique et Corinthe en Grèce, après le massacre de ses parents dans le Génocide de 1915, qui coûta la vie à 1,200 000 Arméniens au moins.

 

Avec eux, et ils ne figurent pas sur l’Affiche Rouge, furent arrêtés, jugés, et  moururent:

 

Roger Rouxel, ouvrier tourneur, 18 ans, réfractaire du STO

 

Georges Cloarec, 21 ans, d’origine bretonne, mais né en Eure-et-Loir, ouvrier agricole, refractaire du STO

 

Rino della Negra, 21 ans, footballeur talentueux du Red Star né dans le Pas-de-Calais et d’origine italienne

 

Jonas Geduldig, juif polonais, ancien des Brigades Internationales, 25 ans

 

Emeric Glasz, juif hongrois, mécanicien, 22 ans

 

Léon Goldberg, juif polonais, 20 ans

 

Stanislas Kubacki, bûcheron communiste polonais, ancien des Brigades Internationales, 36 ans

 

Cesare Luccarini, italien, 22 ans

 

Antonio Salvadori, ouvrier du bâtiment, 23 ans

 

Amadeo Ussiglio, terrassier carreleur, 32 ans

 

Willy Schapino, juif polonais, 33 ans

 

Arpene Tavitian, arménien soviétique, 49 ans, l’aîné du groupe.

 

Et la belle Olga Bancic seule femme du groupe Manouchian des 23, même si les femmes étaient très nombreuses dans la FTP MOI, dont beaucoup d’autrichiennes, de polonaises, de tchèques, de hongroises, de roumaines germanophones, qui faisaient du renseignements et un travail de propagande auprès des troupes d’occupation.

 

Elle fait partie du groupe des 23 de Manouchian, mais n’a pas fusillée le 21 février 1944 contrairement à ses camarades mais est décapitée le jour de son trente-deuxième anniversaire, le 10 mai 1944 en Allemagne, à Stuttgart, après avoir été affreusement torturée.

 

Olga Bancic est une juive roumaine née en 1912 en Bessarabie, alors province russe, ouvrière et communiste depuis ses 16 ans, qui fut arrêtée et maltraitée par la dictature fasciste en Roumanie avant d’arriver en France et de reprendre le combat avec la MOI, le PCF, et la Résistance.

 

Sous le pseudonyme de « Pierrette », elle était chargée de l’assemblage des bombes et des explosifs, de leur transport et de l'acheminement des armes avant et après les opérations. Elle a ainsi participé indirectement à une centaine d'attaques contre des allemands et des collaborateurs.

 

A sa fille Dolorès, appelée ainsi en hommage à la passionaria Dolores Ibarruri, elle écrit :

 

« Je meurs avec la conscience tranquille et avec toute la conviction que demain tu auras une vie et un avenir plus heureux que ta mère. Tu n’auras plus à souffrir. Sois fière de ta mère, mon petit amour. J’ai toujours ton image devant moi. »

 

On ne peut pas ne pas citer non plus Joseph Epstein, communiste juif polonais, "Colonel Gilles, arrêté avec Missak Manouchian à la sortie de la gare d’Evry Petit-Bourg le mardi 16 novembre 1943. C’était le grand chef politique des FTP-MOI.

 

Le 16 novembre 1943, 68 partisans FTP-MOI sont arrêtés par la police française, ses brigades spéciales et renseignements généraux, qui les traquaient depuis des mois.

 

En tout, en quatre rafles l’année 1943, 200 résistants de la FTP MOI auront été arrêtés en région parisienne entre mars et début décembre. L’organisation combattante qui organisait des attentats à Paris est très affaiblie et la lutte armée dans la capitale ne reprendra vraiment qu’au moment de l’insurrection.

 

Cette histoire vient de loin :

 

Les résistants d’origine étrangère engagés dans les FTP MOI pour beaucoup fuient des pays où ils ont été persécuté par le racisme, l’antisémitisme, le fascisme, et lui ont parfois mener la guerre aussi, une guerre qu’ils reprennent en France. Avant d’être des patriotes français, ce sont des antifascistes, des communistes, des militants internationalistes, des révolutionnaires. Leur combat est politique au sens plein.

 

Manouchian meurt sans « haine en lui contre le peuple allemand » comme il l’écrit dans sa lettre à Mélinée parce qu’il est anti-nazi et pas anti-allemand. Il est pour l’union des travailleurs et des peuples dans un objectif de révolution et d’émancipation sociale et humaine. Voir des nationalistes d’extrême-droite héritiers de la collaboration s’associer à l’hommage national à Missak et Mélinée Manouchian, deux militants qui ont sacrifié leur vie à combattre ces idées racistes et xénophobes, et autoritaires, est un scandale !

 

Beaucoup des militants FTP-MOI ont milité dans un PCF et une JC alors que les militants communistes étaient traqués, arrêtés, après la Pacte Germano-Soviétique, avant même l’installation de Vichy, puis après la débâcle, les communistes étant la cible privilégiée de Vichy avec les Juifs et les Franc-maçons. Cela a été le cas du jeune Guy Môquet, livré ensuite aux allemands comme « otage » subversif et interné politique et fusillé à Châteaubriant le 22 octobre 41.

 

La MOI - Main d’œuvre Immigrée - est une des structures créée par le PCF dans les années 1920 (d'abord sous le nom de Main d’œuvre étrangère) pour organiser par groupe de langues les ouvriers immigrés appelés en nombre pour la reconstruction de la France après la première guerre mondiale.

 

La MOI dépendait directement de la direction centrale du PCF et visait à faire progresser son influence dans le prolétariat d'origine étrangère afin de favoriser les objectifs révolutionnaires et d'émancipation.

 

Dans la clandestinité, la MOI joue un rôle important dans la participation des immigrés et étrangers - juifs persécutés et entrés dans la clandestinité et la résistance, anciens des Brigades internationales, arméniens, exilés antinazis allemands et autrichiens, prisonniers de guerre soviétiques - à la Résistance.

 

La MOI a également édité en France une presse en langue étrangère et de nombreuses publications communautaires et antiracistes.

 

A partir de l’été 1941, sur la base d’une Organisation Spéciale et d’un entraînement militaire déjà donnés à des Jeunesses Communistes clandestins, le Parti communiste s’engage dans la lutte armée contre l’occupant nazi et ses collaborateurs à Paris et dans tout le pays. Le signal de ce déclenchement de la lutte armée contre l’occupant est donné sur le sol de France par Pierre Georges, Colonel Fabien, quand il tue l’officier de marine Allemand Moser à la station Barbès-Rochechouart en août 1941 pour venger à la fois les crimes abominables de l’armée nazie en Union Soviétique et l’exécution de ses camarades de la jeunesse communiste, Henri Gautherot et Samuel Tyszelmann, fusillés le 19 août 1941 par les Allemands suite à la manifestation patriotique du 11 août 1941.

 

Auparavant les communistes, et singulièrement les communistes juifs de la FTP MOI avaient dénoncé les rafles dites du billet vert des juifs étrangers d’Ile-de-France en mai 1941 – plus de 4000 juifs étrangers raflés et qui iront presque tous en déportation à Auschwitz quelques mois plus tard.

 

Et beaucoup de jeunes ouvriers juifs, notamment originaires d’Europe centrale et de l’est, ont à ce moment rejoint la rejoint la Résistance communiste.

 

Et parmi les 522 otages fusillés d'août 1941 à juin 1942 par les Allemands, 124 étaient juifs, soit 20%, et la plupart étaient communistes. Parmi ces résistants juifs MOI figuraient notamment le père du chanteur Jean-Jacques Goldman, Albert Goldman.

 

Les MOI comptent environ 300 militants d’origine juive étrangère, mais aussi de nombreux italiens, espagnols, polonais, et arméniens, etc.

 

Ce sont ces résistants d’origine étrangère organisés dans l’action directe contre l’occupant et ses collaborateurs par le Parti Communiste qui sont honorés par la Nation avec l’entrée de Missak et Mélinée Manouchian au Panthéon, Mélinée décédée en 1989 à qui l’on doit la publication des œuvres poétiques de Missak Manouchian qui était une grande âme « ivre de liberté » et d’amour en même temps qu’un grand Résistant, le premier honoré d’une entrée au Panthéon parmi d’autres résistants communistes qui auraient pu y prétendre aussi :

 

Marie-Claude Vaillant Couturier, Martha Desrumaux, Danielle Casanova, Rol-Tanguy, Henri et Cécile, Guy Môquet, Croizat, Marcel Paul, etc. Cela viendra peut-être un jour. Il ne faut désespérer.

 

En tout cas c’est un oubli et une injustice réparés, celui infligés au combat des communistes pour le progrès humain et social en France, se traduisant par de grandes conquêtes sociales (La Sécurité Sociale et les retraites par répartition, les congés payés, la limitation du temps de travail, les services publics, EDF, le statut de la fonction publique), un héritage que tente de détruire et d’effacer le président Macron et l’idéologie néo-libérale qu’il sert, comme celui de la tradition d’accueil de notre pays, et du droit d’asile, battu en brèche par la récente loi immigration.

 

C’est ce qui rend cet hommage à Missak et Mélinée Manouchian si important, au moment où la peste brune, le racisme et la guerre reviennent dans le monde, en Europe, et où l’extrême-droite est banalisée et plus forte que jamais en France.

 

« Je suis sûr que le peuple français et tous les combattants de la Liberté sauront honorer notre mémoire dignement ». écrivait Manouchian dans sa dernière lettre. Soyons dignes de lui et de son sacrifice !

 

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF Finistère.

Partager cet article
Repost0
21 février 2024 3 21 /02 /février /2024 07:07
Ouest-France
À Morlaix, un hommage à Missak et Mélinée Manouchian, le 21 février, pour leur entrée au Panthéon

Publié le

Missak et Mélinée Manouchian, deux résistants du groupe Manouchian, durant la Seconde Guerre mondiale, entreront au Panthéon, le 21 février 2024. Un hommage est prévu à Morlaix (Finistère).

Le panthéon à Paris.

Le panthéon à Paris. | DANIEL FOURAY / ARCHIVES OUEST FRANCE

Le Parti communiste français (PCF) appelle au rassemblement à Morlaix (Finistère), mercredi 21 février 2024, à 17 h, sur l’esplanade de la gare, pour un dépôt de gerbes, devant la plaque Rol Tanguy.

Un « héros de la Résistance »

Ce jour-là, Missak et Mélinée Manouchian entreront au Panthéon. Missak Manouchian, « héros de la Résistance », écrit le PCF, a été chef militaire des Francs-tireurs et partisans de la main-d’œuvre immigrée (FTP-MOI) de la région parisienne. Il a été fusillé en 1944, le 21 février. Mélinée Manouchian, son épouse, a été résistante des FTP-MOI. Elle est décédée en 1989.

Lire aussi : Comment va se dérouler l’entrée au Panthéon de Missak Manouchian, prévue le 21 février ?

Missak Manouchian, qui est né en Turquie, est « le premier résistant étranger à accéder au Temple des grandes figures de la République que représente le Panthéon », indique le PCF. Il précise : « Le groupe Manouchian était membre de la FTP-MOI, une organisation créée par le Parti communiste français. Ils étaient italiens, hongrois, polonais, arméniens, espagnols… ».

Le Parti relie cet événement à l’actualité et conclut : « Ne laissons pas la place à celles et ceux qui voudraient nous vendre le mythe de l’intégration à la française mais qui, sous la dictée de la droite extrême, n’ont pas hésité à adopter le projet de loi Asile et immigration. »

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/a-morlaix-un-hommage-a-missak-et-melinee-manouchian-le-21-fevrier-pour-leur-entree-au-pantheon-94fa1644-cd85-11ee-ae65-ae2b32b20025

Diaporama Le Homard Enchaîné : Hommage à Rol Tanguy Morlaix le 12 juin 2019

Partager cet article
Repost0
21 février 2024 3 21 /02 /février /2024 07:07

 

 

Partager cet article
Repost0
21 février 2024 3 21 /02 /février /2024 06:56
20 février 2024 - Une très belle soirée des Mardis de l'éducation populaire avec Maryvonne Moal sur les Tsiganes et leur persécution pendant la seconde guerre mondiale
20 février 2024 - Une très belle soirée des Mardis de l'éducation populaire avec Maryvonne Moal sur les Tsiganes et leur persécution pendant la seconde guerre mondiale
20 février 2024 - Une très belle soirée des Mardis de l'éducation populaire avec Maryvonne Moal sur les Tsiganes et leur persécution pendant la seconde guerre mondiale
20 février 2024 - Une très belle soirée des Mardis de l'éducation populaire avec Maryvonne Moal sur les Tsiganes et leur persécution pendant la seconde guerre mondiale
20 février 2024 - Une très belle soirée des Mardis de l'éducation populaire avec Maryvonne Moal sur les Tsiganes et leur persécution pendant la seconde guerre mondiale
20 février 2024 - Une très belle soirée des Mardis de l'éducation populaire avec Maryvonne Moal sur les Tsiganes et leur persécution pendant la seconde guerre mondiale
20 février 2024 - Une très belle soirée des Mardis de l'éducation populaire avec Maryvonne Moal sur les Tsiganes et leur persécution pendant la seconde guerre mondiale
20 février 2024 - Une très belle soirée des Mardis de l'éducation populaire avec Maryvonne Moal sur les Tsiganes et leur persécution pendant la seconde guerre mondiale
20 février 2024 - Une très belle soirée des Mardis de l'éducation populaire avec Maryvonne Moal sur les Tsiganes et leur persécution pendant la seconde guerre mondiale

Un mardi de l'éducation populaire de haut vol avec Maryvonne Moal au local du PCF Morlaix ce mardi 20 février sur les Tsiganes, Gens du Voyages, Citoyens français itinérants, Nomades, Manouches et autres forains et marchands itinérants en Finistère, leur culture, leur mode de vie et leurs traditions, leur histoire, leur fichage sous la 3e république, leur internement et leur persécution pendant l'Occupation, sur décision de l'Occupant nazi inspiré par un racisme échevelé mais avec un internement assuré par la police et la gendarmerie françaises, et l'évolution des rapports avec les gens du voyage jusqu'à une politique de reconnaissance (de l'internement et de la déportation, des persécutions de la seconde guerre mondiale) et de prise en compte croissance des besoins particuliers de la communauté, perturbée par des préjugés et une méfiance persistante.

Un grand merci à Maryvonne Moal, autrice du premier livre sur les Tsiganes finisteriens, pour sa conférence passionnante et aussi un grand merci à la quarantaine de personnes présentes, dont des voyageurs, et plusieurs qui connaissaient très bien le sujet par leurs expériences et leur métier où leurs fonctions.

C'était un très bel échange qui a permis d'approfondir notre compréhension et nos connaissances.

 Les Tsiganes et la Seconde Guerre mondiale, Maryvonne Moal, éditions Tirésias, avec une préface de Christian Bougeard18,00 €

Les Tsiganes et la Seconde Guerre mondiale, Maryvonne Moal, éditions Tirésias, avec une préface de Christian Bougeard18,00 €

Les Bohémiens, Gitans, Roms, Sintis, Manouches… circulaient librement en Europe, aimés des rois et des populations. Ils étaient attendus à la cour, dans les villes, dans les villages. Ils apportaient le rêve, la musique, la danse, la magie… La fête s’installait pour quelques jours, ils intriguaient autant qu’ils fascinaient. Leur mode de vie nomade, différent, libre, entraînait parfois des craintes chez les riverains, ils jouissaient malgré tout d’une vision tolérante. Au fil du temps, ces individus incontrôlables, étaient-ils devenus dérangeants, suspects ? Étaient-ils considérés comme des espions ou des voleurs ? Voulait-on éliminer leur mode de vie nomade? Peu à peu, ils vont ressentir une forme de discrimination… Dès la fin du XIXe siècle, ils vont être stigmatisés comme Nomades, faire l’objet d’expulsions. Au XXe siècle l’État français va les contrôler en mettant en place un système de fichage.

Ils deviennent indésirables. Ils vont se sentir persécutés, rejetés, stigmatisés, on parlera de « race abjecte ». Ils vont avoir le sentiment d’être victimes de racisme.
En 1940, les Nomades « Tsiganes » vont être internés sur le territoire français dans des « camps d’internement pour Nomades ». Après leur libération, en juin 1946, ils vont retrouver la liberté tout en conservant le régime nomade Cet abandon ne signifiera pas le retour au droit commun des Français dits « gens du voyage », car une volonté politique d’éradication de leur mode de vie nomade les poursuivra longtemps.

Maryvonne Moal, née le 1e mai 1948 à Paris 14e, ingénieur-conseil à la retraite. Pendant la Seconde Guerre mondiale une partie de sa famille a été massacrée, son père survit à l’enfer concentrationnaire nazi. Les droits humains et le bien-être de l’espèce humaine sont au cœur de ses combats. Membre depuis sa création de l’Association des Amis de la Fondation pour la Mémoire de la Déportation elle est Présidente depuis 2014 de la délégation du Finistère. Elle travaille avec les enseignants du département du Finistère à la préparation du Concours National de la Résistance et de la Déportation. Elle intervient dans les établissements scolaires, à la demande des enseignants pour raconter aux élèves des parcours de résistants et de déportés. Elle est membre du jury de ce concours. À la demande des collectivités locales, associations historiques ou culturelles, elle organise et anime des conférences et des forums sur l’histoire de la Résistance et de la Déportation. Membre de l’Amicale nationale des Déportés et familles de disparus de Natzweiler-Struthof et de ses kommandos, Membre de l’association des descendants des médaillés de la Résistance française.

Partager cet article
Repost0
21 février 2024 3 21 /02 /février /2024 06:47
Missak et Mélinée Manouchian rentrent au Panthéon (Ouest-France, 21 février 2024)
Missak et Mélinée Manouchian rentrent au Panthéon (Ouest-France, 21 février 2024)
Partager cet article
Repost0
21 février 2024 3 21 /02 /février /2024 06:15
   Vendredi 23 Février (18 h – local PCF Pays de Morlaix) : réunion du Comité des Jours Heureux pour lancer notre campagne des élections européennes dans le Pays de Morlaix avec la liste de Léon Deffontaines

Soyons – y nombreux.

 

Vendredi 23 Février (18 h – local PCF Pays de Morlaix) : réunion du Comité des Jours Heureux pour lancer notre campagne des élections européennes.

La liste conduite par Léon Deffontaines comporte 50 % de candidatures d’ouverture, à l’image des dix premières places ou quatre personnalités communistes seront aux côtés de responsables d’autres formations politiques et de militants du monde du travail engagés dans des combats syndicaux.

Elle rassemble ainsi des candidatures de trois autres formations politiques : la Gauche républicaine et socialiste (GRS) avec la candidature d’Emmanuel Maurel, député européen sortant, en 3e position ou encore celle de Sophie Camard, Maire du premier arrondissement de Marseille, en 20e position ; l’Engagement, parti fondé par Arnaud Montebourg, avec Samia Jaber en 6e position ; Les radicaux de gauche (LRDG) avec Isabelle Amaglio-Terisse en 10e position. Murielle Ressiguier, ancienne députée insoumise de l’Hérault est également présente sur la liste.

Après le grand mouvement sur les retraites qui a remis la question sociale au premier plan en France, alors que les luttes pour gagner les augmentations de salaires se multiplient, cette liste rassemble également de nombreuses candidatures issues du monde du travail et des luttes sociales, telle Sigrid Gérardin, syndicaliste enseignante, en 2e position, Fabien Gache, ex-délégué central de Renault en 7e position sur la liste, Marylène Faure du secteur de l’énergie en 12e position ou encore Manon Ovion, figure syndicale de la lutte dans l’entreprise Vertbaudet, et bien d’autres secteurs professionnels.

Parmi les candidatures communistes, André Chassaigne, Président du groupe GDR à l'Assemblée nationale et député reconnu pour son combat pour les agriculteurs, sera en 5e position, accompagné sur la liste de plusieurs dirigeant·es et élu·es du PCF. Hélène Bidard, militante féministe et adjointe à la Maire de Paris en charge de l’égalité femme-homme, de la jeunesse et de l’éducation populaire, Fatima Khallouk, militante des droits des personnes en situation de handicap et adjointe au Maire d’Alfortville en charge de la jeunesse et plusieurs parlementaires dont Cécile Cukierman, Présidente du groupe CRCE – Kanaky au Sénat et Fabien Roussel, en dernière position sur la liste.

Dans le Finistère, c'est notre camarade Taran Marec, élu à Brest, 25 ans, secrétaire départemental du Mouvement des Jeunesses Communistes qui sera candidat sur la liste de Léon Deffontaines avec quatre autres candidats bretons.

Ce rassemblement de citoyens et citoyennes engagés, de républicains, d’acteurs du mouvement social, de quatre partis de gauche a vocation à s’élargir à tous ceux et celles qui à gauche partagent notre ambition pour reprendre la main sur l’avenir de la France et de l’Europe.

Une réunion du Comité des Jours Heureux (Comité créé à l’occasion des élections présidentielles pour soutenir la candidature de Fabien ROUSSEL) est convoquée le vendredi 23 Février 2024 (18 h – local PCF Pays de Morlaix).

 

Il s’agira pour la liste de rassemblement soutenue par les communistes et la section de Morlaix du PCF de lancer la campagne des Élections Européennes sur le Pays de Morlaix dans un cadre unitaire.

Partager cet article
Repost0
19 février 2024 1 19 /02 /février /2024 14:45
20 février 2024 - Mardi de l'éducation populaire du PCF Morlaix sur les Tsiganes avec Maryvonne Moal, présidente de la fondation pour la mémoire de la déportation du Finistère
Partager cet article
Repost0
19 février 2024 1 19 /02 /février /2024 08:05
À Morlaix, 130 personnes en soutien aux enfants de Palestine victimes des combats

Sarah HUMBERT. Publié le

Samedi 17 février 2024, une mobilisation était organisée à Morlaix (Finistère), en soutien aux enfants palestiniens. Pour l’occasion, une mise en scène particulière avait été organisée, au square Daumesnil. Environ 130 personnes ont défilé dans les rues de la cité du Viaduc.

Samedi 17 février 2024, une mobilisation était organisée à Morlaix (Finistère), en soutien aux enfants palestiniens. Pour l’occasion, une mise en scène particulière avait été organisée, au square Daumesnil. Environ 130 personnes ont défilé dans les rues de la cité du Viaduc.

Samedi 17 février 2024, une mobilisation était organisée à Morlaix (Finistère), en soutien aux enfants palestiniens. Pour l’occasion, une mise en scène particulière avait été organisée, au square Daumesnil. Environ 130 personnes ont défilé dans les rues de la cité du Viaduc. | OUEST-FRANCE

Environ 130 personnes se sont réunies à Morlaix (Finistère), samedi 17 février 2024, pour une mobilisation en soutien à Gaza, et plus particulièrement, aux enfants victimes des combats en Palestine.

Environ 130 personnes ont défilé dans les rues de Morlaix, en soutien à Gaza et pour demander un cessez-le-feu. | OUEST-FRANCE

Une mise en scène particulière pour cette mobilisation

Le rendez-vous était donné square Daumesnil, symboliquement, près d’une aire de jeux. Les manifestants avaient prévu une mise en scène particulière, avec des jouets et des vêtements pour enfants. Un lit, maculé de rouge, avait été placé au milieu.

Environ 130 personnes se sont mobilisées, à Morlaix (Finistère), en soutien à Gaza et aux enfants victimes du conflit, en Palestine. | OUEST-FRANCE

François Rippe, président de l’AFPS (association France Palestine solidarité), a souligné « la situation dramatique des enfants dans la bande de Gaza. […] L’Unicef a publié un rapport épouvantable à ce sujet », pointe-t-il. Il parle de « 11 500 enfants tués en 4,5 mois. […] L’ONU, elle, indique que 10 000 enfants auraient perdu leurs deux parents dans le conflit. Aucune excuse ne pourra jamais justifier cette horreur. Le monde voit ce qui se passe, et le monde est choqué », appuie-t-il.

Comme lors des précédentes mobilisations, les manifestants ont demandé un cessez-le-feu immédiat. Le cortège s’est ensuite dirigé vers le centre-ville de Morlaix, place des Otages.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/a-morlaix-130-personnes-en-soutien-aux-enfants-victimes-des-combats-en-palestine-c8a8ec68-cda8-11ee-ae65-ae2b32b20025

Diaporama : Enfants de Gaza, c'est l'humanité qu'on assassine Solidarité Palestine Morlaix samedi 17 février 2024

Diaporama de Pierre-Yvon Boisnard

Partager cet article
Repost0
18 février 2024 7 18 /02 /février /2024 10:42
Vente de l'Humanité magazine et distribution du flyer pour annoncer nos mardis de l'éducation populaire du 20 février et du 26 mars sur le marché de Morlaix ce samedi 17 février 2024
Vente de l'Humanité magazine et distribution du flyer pour annoncer nos mardis de l'éducation populaire du 20 février et du 26 mars sur le marché de Morlaix ce samedi 17 février 2024
Vente de l'Humanité magazine et distribution du flyer pour annoncer nos mardis de l'éducation populaire du 20 février et du 26 mars sur le marché de Morlaix ce samedi 17 février 2024
Vente de l'Humanité magazine et distribution du flyer pour annoncer nos mardis de l'éducation populaire du 20 février et du 26 mars sur le marché de Morlaix ce samedi 17 février 2024

Comme chaque semaine depuis octobre 2023, nous avons procédé à la vente militante de L'Humanité Magazine ce samedi. Ils ont tous été vendus (6). Et nous avons en avons profité pour distribuer le flyer pour nos conférences d'éducation populaire du PCF pays de Morlaix ouvertes à tous des mois de février et de mars ce samedi matin sur le marché de Morlaix, et pour annoncer notre initiative pour commémorer les FTP-MOI, Missak et Mélinée Manouchian à 17h le mercredi 21 février à la gare, place Rol Tanguy, à l'occasion de leur panthéonisation.

Photos Pierre-Yvon Boisnard, samedi 17 février 2024

Partager cet article
Repost0
17 février 2024 6 17 /02 /février /2024 08:20
Anatole tombé - Spiritisme juif arabe avec instruments - C'est le samedi 17 février à Pont Menou (La Dérive, 20h30) et le dimanche 18 février au Bar des Deux Rivières à Morlaix

La Colline Compagnie

Joëlle Marelli, traductrice de l'anglais et de l'hébreu (Amira Hass, Judith Butler, Joseph A. Massad, Ella Shohat, Joan Scott) poète, comédienne, intellectuelle engagée, vivant entre Montreuil et la région de Morlaix, présentera avec des musiciens de talent (violoncelle, guitare électrique), son nouveau spectacle "Anatole tombé" qui interroge les identités multiples et une autre histoire du judaïsme: 

à La Dérive à Pont Menou le samedi 17 février, 20h30

au Bar associatif des Deux Rivières place de la Madeleine à Morlaix le dimanche 18 février à 18h

Un spectacle que "Le Chiffon Rouge" vous recommande!

Anatole tombé - Spiritisme juif arabe avec instruments - C'est le samedi 17 février à Pont Menou (La Dérive, 20h30) et le dimanche 18 février au Bar des Deux Rivières à Morlaix
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011