Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 07:28

 

 

Le conseil municipal de Morlaix s’est réuni, ce vendredi 10 mai. Au programme : la validation du compte administratif 2018, sorte de photographie des comptes de la Ville. De nombreux autres sujets ont également été évoqués, tels que la plateforme culturelle du 9, rue de Paris, la voie d’Accès au Port et les subventions.

Quel est l’état des finances de Morlaix à la fin de l’exercice 2018 ? C’est ce autour de quoi ont pu débattre les élus, ce vendredi 10 mai, à l’occasion du conseil municipal. Le compte administratif 2018 a été détaillé par Alain Tigréat, adjoint aux finances. Il fait apparaître, pour l’an passé, un niveau de dépenses de fonctionnement de 21 243 001 €. Les dépenses réelles sont en baisse de 1,7 % par rapport à 2017. « Ce qui prouve qu’on arrive à tenir la limite fixée par l’État de +1,2 %, alors que nous n’y étions pas tenus », explique Agnès Le Brun, maire. Les subventions aux associations ont augmenté de 3,8 %. Et le remboursement de la dette continue de baisser, d’autant plus que l’emprunt toxique de la commune a été soldé en 2017. Enfin, les dépenses d’investissement ont été de 5 998 085 €.

Les dotations de l’État en hausse

Côté recettes, elles s’élèvent à 30 823 669 €. Les recettes de fonctionnement sont en baisse de 0,5 %, ce qui s’explique par le fait qu’il n’y a pas eu de cession de bâtiment cette année. On note une augmentation des produits liés aux services proposés par la Ville tels que la piscine ou l’état civil (+ 0,6 %, soit 16 000 € de plus). Le produit des impôts a, lui, augmenté de 0,2 %, bien que la Ville ait baissé le taux sur le foncier bâti. Pour rappel : depuis 2016, les transactions immobilières ont augmenté de 42 %. Enfin, après quatre années de baisse, les dotations de l’État sont de nouveau à la hausse, de 0,5 %. Pour rappel, entre 2014 et 2018, la participation de la ville au redressement des finances publiques est de 1 250 000 € au total.

Quatre millions d’euros d’excédent

Ce budget permet de dégager un excédent de fonctionnement de 4 millions d’€. « Et cela va être nécessaire pour les investissements à venir », précise le maire. Un niveau qui permet aussi à la ville de limiter le recours à l’emprunt pour ses projets. Le montant de l’encours de la dette est de 11 484 921 €, sur 14 emprunts différents. Ce qui fait 737,10 €/habitant. Une situation saine qui fait que Morlaix est classée AA par les banques.

Ressources humaines, investissements et théâtre

L’opposition, par la voix de Claire Thomas (PS), s’est interrogée sur les baisses de dépenses de fonctionnement et sur la gestion des ressources humaines, se demandant s’il y avait « une politique RH ». Ismaël Dupont (PCF) a également dit « ne pas se féliciter de la baisse des charges de personnel ». Ce à quoi Agnès Le Brun a répondu que, dans les recrutements, « on essaie de faciliter le cursus des agents de la collectivité. Il y a eu aussi une augmentation des frais de formation ». « Nous avons tenu le budget sans dégrader ni l’effectif ni le service », a précisé Alain Tigréat.

Ismaël Dupont a, lui, noté, le taux de réalisation - faible - de 55,8 % des investissements annoncés dans le budget primitif. « Ceci s’explique par les retards pris dans les travaux du musée. Liés à la décision de la Ville et des architectes de retravailler la copie. Il n’y a pas eu d’aléas », précise Agnès Le Brun.

Un 18,9/20 à Morlaix !

Le Théâtre - avec sa subvention de 632 000 € - a alimenté le débat. L’opposition reposant la question d’un éventuel transfert de cet équipement à Morlaix communauté. Hors de question pour Agnès Le Brun : « Dans ce cas, il faudrait avoir le même raisonnement pour les complexes sportifs de Kervéguen et Aurégan. Je crois qu’il y a une petite fixation sur le théâtre. Mais il est morlaisien ! ».

« On a l’impression, à vous entendre, que ce que vous décrivez est terrible. Mais le compte administratif est objectivement très bon ! ». La maire de la ville de donner la note octroyée par l’indicateur de pilotage comptable (de la Direction générale des finances) : 18,9/20 !

En complément

+

La séance en bref

Plateforme culturelle du 9, rue de Paris. Les maîtres d’œuvre pour le projet de plateforme culturelle du 9, rue de Paris, aussi appelé « Tiers lieu » ont estimé le montant des travaux à 1 411 200 €. L’enveloppe prévisionnelle affectée s’élevait à 900 000 €. Mais les études ont mis en évidence le caractère non pérenne de la charpente et donc de la toiture et du système de chauffage. L’ensemble doit être repris, ce qui explique le surcoût.

Voie d’Accès au Port. L’axe reliant la gare à l’auberge de jeunesse va bénéficier d’importants travaux. Le coût prévisionnel définitif des travaux s’élève à 1 498 421, 28 €.

Navette scolaire vers Jean-Jaurès. La navette scolaire vers Jean-Jaurès va se poursuivre (45 enfants matin et soir). La convention est prolongée entre la Ville et Morlaix communauté. Cette dernière versera une subvention dégressive dans les trois ans à venir. À terme, le service sera totalement pris en charge par Morlaix.

Minibus de l’OMS. À la suite de la dissolution de l’OMS, la Ville a repris ses activités. Et reprend également les deux minibus qui étaient loués aux associations pour les déplacements. La Ville les a acquis pour 23 141, 07 €. Les tarifs de locations sont de 0,15 € le kilomètre (contre 0,25 auparavant) avec une caution de 1 000 €.

Conteneurs enterrés en ville. De nouveaux conteneurs enterrés vont être installés : un supplémentaire place de Viarmes, trois place des Otages, deux points de deux conteneurs place Cornic et deux points de trois conteneurs place De-Gaulle. La Ville va faire une demande de subvention à Morlaix communauté.

Vitraux de l’église Saint-Martin. Les vitraux de l’église Saint-Martin doivent être rénovés et protégés depuis l’extérieur. Le montant des travaux s’élève à 18 240 €. Morlaix en paiera la moitié, l’autre étant assurée par Saint-Martin-des-Champs.

Nouvelle rue à Troudousten. Dans le quartier de Troudousten, la rue qui desservira les trois immeubles et cinq maisons actuellement en construction s’appellera la rue de Troudousten.

Une nouvelle agence locale pour Finistère Habitat. Rue Michel-Bakounine, un terrain actuellement vide va être vendu par la Ville à Finistère Habitat. Le bailleur social va y faire construire sa nouvelle agence locale : avec un bâtiment avec un étage pour l’agence et soit un semi-collectif et individuels de 12 à 16 logements ou un collectif de deux niveaux de 16 à 18 logements, avec jardins partagés et parkings.

Subventions pour les façades (fonds d’intervention pour l’habitat). 8 334, 42 € ont été attribués au total pour des chantiers sur les façades des 6, rue Longue, 2, rue Longue, 79, rue Ange-de-Guernisac et 13, rue du Mur.

+

Les subventions aux associations

Vie associative. Petit tour de France cycliste : 1 200 € ; Courses pédestres Saint-Pol - Morlaix : 5 000 € ; Tournoi de Pâques du Sporting-club Morlaix : 2 000 € ; Yacht-club de Morlaix : 2 500 € ; Union cycliste du Pays de Morlaix : 1 100 €; Armor Aéro Passion : 1 500 € ; Amis de la Fondation pour la mémoire de la déportation : 200 € ; Scouts et guides de France : 300 € ; Club des pêcheurs à la mouche : 100 € ; Les Mécaniques anciennes de la baie de Morlaix : 100 € ; Resam : 2 500 € ; Comité de jumelage Pays de Morlaix-Würselen : 100 € ; Comité de jumelage Morlaix - Truro : 500 € ; SNSM (station de Primel) : 250 € ; Prévention routière : 300 €.

Enseignement. Div Yezh Montroulez : 400 €.

Action sociale. Jardins familiaux de la région de Morlaix : 600 €; Anciens combattants Morlaix et Ploujean : 250 € ; Comité d’entente des associations patriotiques Morlaix : 150 € ; Amicale des marins anciens combattants Morlaix : 150 € ; Fnaca : 250 € ; Union locale des syndicats CGT : 370 € ; Union locale des syndicats CFDT : 370 € ; Acat : 100 € ; Les jardins de Park Laouen : 300 € ; Comité de la Maison du Peuple : 7 000 € ; Unafam : 150 € ; Association Queffleuth et Bélizal Centre hospitalier de Morlaix : 50 € ; Association Soins Palliatifs Présence Écoute : 100 € ; Alcool Assistance 29 : 100 € ; Adapei : 250 € ; Secours catholique : 1 500 € ; Secours populaire français : 1 500 € ; Asad : 800 € ; Saint-Vincent-de-Paul : 450 € ; Addeski : 800 € ; Cresus : 500 € ; Comité national des chômeurs solidaires : 1 000 € ; Coallia : 35 000 €.

Enfance, jeunesse. Morlaix animation jeunesse : 9 000 €.

Associations culturelles. Ad Lib : 2 000 € ; Au hasard des oiseaux : 250 € ; Bagad Bro Montroulez : 1 500 € ; Korollerien Montroulez : 1 500 € ; Cie Mawguerite : 200 € ; Les Originales : 700 € ; Son ar Mein : 1 000 € ; Tango Sumo : 2 000 € ; Théâtre de la Corniche : 7 000 € ; AADI : 1 500 € ; Bab’s Orchestra : 1 500 € ; La Baie des Livres : 1 500 € ; Dont’acte : 500 € ; KLT : 3 200 € ; Le Patio : 9 000 €.

Associations sportives. Académie morlaisienne de billard : 228 € ; Aïki dojo Sankaku : 678 € ; AS Vétérans morlaisiens : 342 € ; Badminton-club du pays de Morlaix : 494 € ; Boxing-club morlaisien : 502 € ; Club athlétique morlaisien : 1 940 € ; Club d’escalade morlaisien : 6 232 € ; Club nautique morlaisien : 3 919 € ; Escrime-club morlaisien : 1 154 € ; FSGT - AS Corpo : 598 € ; Morlaix - Plougonven handball : 7 802 € ; Morlaix - Saint-Martin Basket : 7 245 € ; Morlaix - Saint-Martin Tennis de Table : 1 508 € ; Morlaix - Saint-Pol Gym : 7 315 € ; Morlaix triathlon : 490 € ; Oxydroller : 816 € ; Rugby-club du pays de Morlaix : 2 911 € ; Sakura Judo ; 1 598 € ; Sporting-club morlaisien : 6 180 € ; Taï-Chi-Chuan : 158 € ; Tennis-club morlaisien : 1 014 € ; UCPM : 1 978 € ; Union sportive morlaisienne : 548 € ; Danseurs du Roc : 5 000 € ; MJC : 100 € ; Handiclub léonard : 250 €.

Assos sportives scolaires. Château : 835 € ; Mendès-France : 406 € ; Saint-Joseph : 514 € ; Saint-Augustin : 649 € ; Notre-Dame-du-Mur : 181 € ; Suscinio : 369 € ; Tristan-Corbière : 704 €.

https://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/conseil-municipal-des-comptes-et-des-projets-10-05-2019-12280543.php

Partager cet article
Repost0
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 06:51
Ces syndicalistes finistériens qui soutiennent publiquement la liste du PCF et de Ian Brossat aux élections européennes

Parmi les 200 militants syndicaux du comité de soutien finistérien (565 soutiens en tout à ce jour) à la liste "L'Europe des gens contre l'Europe de l'argent" conduite par Ian Brossat, voici quelques-unes des personnalités emblématiques par leur engagement syndical dans différents milieux professionnels de syndicalistes qui soutiennent la candidature de Ian Brossat et la liste du PCF aux élections européennes du 26 mai dans notre département du Finistère.

Ces syndicalistes, majoritairement CGT, peuvent aussi militer dans d'autres syndicats: FSU, FO, UNSA,...  La liste est incomplète.  

 

Allain Sandrine agent des finances publiques syndicaliste Quimper

André Gabriel Cheminot syndicaliste - Quimper

Asselbourg Patrick retraité militant syndical FO AFPA - Plourin les Morlaix

Beaumanoir Christian retraité cheminot militant CGT, fédération CGT des cheminots, USR retraités CGT du Finistère - Lanvéoc 

Boillon Ludovic salarié intérimaire santé syndicaliste CGT - Cast

Boudrot Christophe syndicaliste hôpital public de Morlaix -  Plouigneau

Canqueteau Gilles  Conseiller fédéral à la protection sociale, pour la Fédération Mines Energie Cgt. Président de la CAMIEG, Caisse Nationale d'Assurance Maladie des industries électriques et gazières

Carduner Christian Retraité militant CGT PTT ancien secrétaire Départemental CGT  du secteur des activités postales et des télécommunications du Finistère-Sud et secrétaire régional activités postales et communication Bretagne - Scaër

Carquet Philippe ouvrier de l'Etat Arsenal de Brest militant CGT -Gouesnou

Capelle Jean-Luc retraité des finances publiques syndicaliste - St Thégonnec-Loc Eguiner

Clery Jean-Marc enseignant syndicaliste Briec

Coignard Emile militant syndical France Télécom

Corbel Marc Agent territorial responsable CGT agents de Morlaix Communauté Lanmeur

Creach Stephane Ouvrier d'Etat Naval Group Militant syndical Brest 

Duigou Norbert salarié de la Sécu militant syndical ex conseiller municipal de Bannalec

Duot Louis métallurgiste militant syndical - Quimper

Faujour Marie-France CGT responsable CGT Seita Morlaix - Taulé

FOUCHER Yann, professeur d'école bilingue, secrétaire départemental FSU - Quimper

Guéguen Françoise Conseillère à l'emploi Adhérente au PCF Brest syndiquée à la CGT

Guéguen Paul  ancien secrétaire de la CGT PTT

Gueranger Monique – taxi – syndicaliste  - Guilvinec

Guigourese Bruno militant syndical Naval Groupe - Brest

Hamon-Bourles Julie, syndicaliste fonction publique hospitalière - Plouigneau.

Hélary Joël, militant syndical retraité, ancien juge prud'hommes agro-alimentaire - Plourin lès Morlaix

Héré Roger retraité Finances Publique, syndicaliste  CGT - Plouigneau

Kerboriou Pascal syndicaliste hôpital public de Morlaix - Plougonven  

Kerdraon Jacques syndicaliste CGT du Bâtiment - Brest

Labous Jean-Jacques Retraité manipulateur radio  ancien secrétaire de l'union locale cgt st pol de Leon Plouzévédé

Laporte Daniel retraité Orange-France Télecom syndicaliste - Carhaix

Laporte Fanch retraité militant syndical CGT - Carhaix

Le Berre Marie postière en pré-retraite militante syndicale - Châteaulin

Le Brigant Jean-Luc syndicaliste de la construction -  Brest

Le Corre Alain postier syndicaliste - Fouesnant

Le Gall Yvan agent territorial syndicaliste -  Morlaix

Le Goff Michel salarié dans l'industrie agro-alimentaire délégué national CGT Bigard - Bannalec 

Le Guen Marie-Hélène retraitée La Poste Militante syndicale CGT Retraités

Le Saint Sophie conseillère commerciale Orange syndicaliste - Quimper

Le Sann Olivier salarié agro-alimentaire Johnnies CGT Plougoulm

L'Helgoualc'h Yves marin syndicaliste - Concarneau

Morvan Eliane factrice militante syndicale - Saint-Pol-de-Léon

Ollivier Jean-Yvon retraité militant syndical  CGT Cheminots et CGT Retraités - Saint-Martin des Champs

Paugam Jacques syndicaliste - Penmarc'h

Pellennec Eric agent communal militant syndical mutualiste et associatif - Brest

Peron Paulette Retraitée Syndicaliste Santé UL CGT St Pol de Léon - Plouénan 

Perrot Jean-Claude Retraité de la Poste Militant de la CGT Quimper

Phelep Gilbert responsable syndical CGT Cheminots - Rosporden 

Phelepp Patricia  CGT Finances Publiques - Brest 

Pibouleau Michel agent communal militant associatif et syndical - Brest

Ravasio Daniel Retraité Education Nationale, ancien secrétaire départemental du SNES- FSU Saint Thégonnec Loc-Eguiner

Rivoalan Erwan bibliothécaire et syndicaliste  CGT Brest

Salaün Remi Ancien technicien préparateur coque navires à Dcns. Militant syndical

Scattolin Valérie déléguée syndicale Hop! Morlaix

Séverac Marceline syndicaliste de la santé Douarnenez 

Sinquin Gilbert cheminot retraité CGT Châteaulin

Sinquin Ronan militant syndical CGT de la Poste, Quimper

Tanguy Ronan ancien responsable syndical CGT du CMB au Relecq-Kerhuon, Plouarzel

Theng Mikaël Chaudronnier-Soudeur Syndiqué CGT Métallurgie Quimper

Trimaille Thierry membre du bureau de la CGT Educ'action 29 Pont L'Abbé

Veschetti Linda prof d'EPS militante syndicale Carhaix

Ces syndicalistes finistériens qui soutiennent publiquement la liste du PCF et de Ian Brossat aux élections européennes
Partager cet article
Repost0
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 05:43

Le 5 avril, au local du PCF Morlaix, une magnifique et mémorable rencontre d'éducation populaire avec Maryam Madjidi, prix Goncourt du premier roman pour "Marx et la poupée" qui ouvrait un cycle de 4 rencontres-débat avec l'écrivaine d'origine iranienne, militante pour le droit d'asile, candidate sur la liste de Ian Brossat et du PCF aux Européennes. Merci à Mikaël et Caro de l'équipe communication du PCF Finistère pour la captation vidéo.

Maryam Madjidi, prix Goncourt du Premier Roman et prix étonnants voyageurs en 2017 pour Marx et la poupée, candidate sur la liste de Ian Brossat, ce vendredi 5 avril au local du PCF Morlaix: un grand moment de partage humain, politique et littéraire devant 56 personnes! (photos Jean-Luc Le Calvez et Ismaël Dupont)

Samedi 6 avril: photos de la rencontre de Maryam Madjidi, auteur de Marx et la poupée, à Dialogues Morlaix (photos Pierre-Yvon Boisnard et Ismaël Dupont)

50 personnes à La Petite Librairie à Brest pour une rencontre autour de Marx et la poupée et de son auteur, Maryam Madjidi

 

Partager cet article
Repost0
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 05:27
Christelle Dumont est soutenue par Christian Peltais, élu alréen, et Michel le Scouarnec, ancien sénateur. (Photo Véronique Le Bagousse, Le Télégramme)

Christelle Dumont est soutenue par Christian Peltais, élu alréen, et Michel le Scouarnec, ancien sénateur. (Photo Véronique Le Bagousse, Le Télégramme)

Déjà impliquée localement comme syndicaliste à la CGT, Christelle Dumont, 54 ans, divorcée et mère de deux enfants, vient de rejoindre le Parti communiste français et se présente sur sa liste aux élections européennes. Placée à 58e position, cette aide soignante, engagée depuis 2012, habite Belle-Ile. Originaire du Jura, elle est tombée amoureuse de la Bretagne, il y a 25 ans, et s’est installée sur l’île.

Connue pour ses convictions, qu’elle n’a pas hésité à défendre à travers une grève de la faim pour le maintien d’un service de blanchisserie de l’hôpital Lanco à Belle-Ile, l’an passé, elle soutient actuellement la grève reconductible depuis le 24 avril, pour la défense de douze postes d’aides soignants qui devraient être supprimés, le 3 juin prochain, avec le déménagement dans le nouvel hôpital. Aujourd’hui, elle souhaite avant tout défendre les territoires, les services publics, le social et les finances publiques. Pour ce faire, son combat s’articule autour de la lutte contre l’évasion fiscale « qui représente 1 000 milliards d’euros au niveau européen » et la mise en place de l’harmonisation d’un Smic européen.

Réunion publique pour le pays d’Auray, le 14 mai, à la salle municipale Hélène-Branche, au pôle du Penher, à Auray. Accueil à 19 h 30. Intervention de Philippe Jumeau secrétaire départemental du Parti communiste.
 
Partager cet article
Repost0
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 05:07
Pour nos hôpitaux de proximité et une vraie politique de l'aide à l'autonomie pour les personnes âgées, votons communiste et Ian Brossat: A coeur ouvert édition Bretagne, mai 2019 - avec une interview de notre ami Jean Dréan
Pour nos hôpitaux de proximité et une vraie politique de l'aide à l'autonomie pour les personnes âgées, votons communiste et Ian Brossat: A coeur ouvert édition Bretagne, mai 2019 - avec une interview de notre ami Jean Dréan
Pour nos hôpitaux de proximité et une vraie politique de l'aide à l'autonomie pour les personnes âgées, votons communiste et Ian Brossat: A coeur ouvert édition Bretagne, mai 2019 - avec une interview de notre ami Jean Dréan
Pour nos hôpitaux de proximité et une vraie politique de l'aide à l'autonomie pour les personnes âgées, votons communiste et Ian Brossat: A coeur ouvert édition Bretagne, mai 2019 - avec une interview de notre ami Jean Dréan

Ce journal de l'atelier citoyen régional santé du PCF sera diffusé à 20 000 exemplaires juste avant les Européennes partout en Bretagne.  Pour plus d'informations:

http://croizat-pcf.blogspot.com/

Pour nos hôpitaux de proximité et une vraie politique de l'aide à l'autonomie pour les personnes âgées, votons communiste et Ian Brossat: A coeur ouvert édition Bretagne, mai 2019 - avec une interview de notre ami Jean Dréan
Pour nos hôpitaux de proximité et une vraie politique de l'aide à l'autonomie pour les personnes âgées, votons communiste et Ian Brossat: A coeur ouvert édition Bretagne, mai 2019 - avec une interview de notre ami Jean Dréan
Pour nos hôpitaux de proximité et une vraie politique de l'aide à l'autonomie pour les personnes âgées, votons communiste et Ian Brossat: A coeur ouvert édition Bretagne, mai 2019 - avec une interview de notre ami Jean Dréan
Pour nos hôpitaux de proximité et une vraie politique de l'aide à l'autonomie pour les personnes âgées, votons communiste et Ian Brossat: A coeur ouvert édition Bretagne, mai 2019 - avec une interview de notre ami Jean Dréan
Partager cet article
Repost0
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 05:00
Marie-Hélène Bourlard, première ouvrière à rentrer au Parlement depuis 30 ans, écrabouille les patrons, les libéraux et les fachos dans un jeu vidéo
La guerre des jeux vidéos : La patronne de l'ENA vs l'ouvrière du textile

Le PCF répond à LREM.

Quand Nathalie Loiseau, tête de liste LREM aux élections européennes, s'en prend à la gauche, le PCF avec Marie-Hélène Bourlard s'attaque aux véritables dangers qui détruisent l'Europe : les fachos, les financiers, les lobbyistes.

2 jeux vidéos, 2 projets politiques, 2 visions de l'Europe : la patronne de l'ENA versus l'ouvrière du textile du nord !

Venez donc combattre dans trois niveaux différents les fachos, les financiers, puis les lobbyistes, pour incarner avec Marie Hélène la lutte des classes ! Pensez à bien récupérer tous les votes afin de faire entrer Marie-Hélène Bourlard au parlement européen. Elle serait la première ouvrière depuis plus de 40 ans à siéger au parlement.

Jeu disponible ici

ou en utilisant le lien suivant : http://www.uneouvriereauparlement.fr/

Marie-Hélène Bourlard, première ouvrière à rentrer au Parlement depuis 30 ans, écrabouille les patrons, les libéraux et les fachos dans un jeu vidéo
Partager cet article
Repost0
11 mai 2019 6 11 /05 /mai /2019 04:59
Un cargo saoudien qui devait charger des armes au Havre renonce à sa cargaison (Thomas Cantaloube, Médiapart, 10 mai 2019)
Un cargo saoudien qui devait charger des armes au Havre renonce à sa cargaison
Par

Les projecteurs braqués par plusieurs ONG sur une livraison d’armes françaises pouvant servir potentiellement à la guerre au Yémen empêchent l’accostage du navire dans le port du Havre. Le gouvernement, lui, assume d’honorer ses contrats.

 

A l’aune des enjeux dramatiques de la guerre au Yémen et de ses dizaines de milliers de morts civiles, c’est une victoire presque anecdotique qu’ont remportée les ONG qui se battent contre les ventes d’armes face aux gouvernements des pays exportateurs de matériel militaire susceptible de servir dans ce conflit meurtrier. Mais c’est une petite victoire quand même.

En braquant les projecteurs sur le parcours d’un navire chargé de convoyer des armes européennes de leurs fabricants vers leur destinataire, l’armée saoudienne, des ONG françaises et belges ont mis en lumière l’hypocrisie et les mensonges de leurs gouvernements respectifs. Et en France, le navire n’a pas accosté comme prévu pour prendre son chargement.

Petit récapitulatif des événements. Vendredi 3 mai 2019, un navire battant pavillon de l’Arabie saoudite, le Bahri Yanbu, accoste dans le port belge d’Anvers. L’ONG flamande Vredesactie s’en inquiète immédiatement, car ses enquêtes ont déjà montré que les navires de la compagnie maritime saoudienne Bahri chargaient régulièrement des cargaisons d’armes à Anvers, au Havre, ou à Santander en Espagne.

Néanmoins, malgré la diligence de plusieurs organisations belges qui tentent d'empêcher « l'exportation de matériel qui ferait l'objet de licences dont la validité serait suspendue » en raison de la guerre au Yémen, les armes sont quand même chargées à bord du cargo durant le week-end. Les autorités belges, d’abord embarrassées, finiront par l’admettre mardi 7 mai. « L'envoi présent à bord du navire Bahri Yanbu a été effectué sous le couvert d'une licence valable qui n'a pas été suspendue », confirme l’administrateur général des douanes et accises aux avocats qui avaient déposé un recours contre cette livraison.

Après avoir repris sa route, le Bahri Yanbu est attendu au Havre. Les ONG françaises prennent le relais pour, à leur tour, essayer d’éviter tout transfert à son bord. D’autant que, selon le média d’investigation Disclose, qui a révélé sur Mediapart une note des renseignements militaires confirmant l’emploi d’armes françaises dans la guerre au Yémen, ce sont huit canons Caesar qui s’apprêtent à être transbordés.

Mardi 7 mai, lors des questions au gouvernement, la secrétaire d'État auprès de la ministre des armées Geneviève Darrieussecq balaie ces suspicions en répondant au député communiste qui l’avait interrogée : « Vous savez que le Havre est un grand port français et qu’il n’est pas étonnant qu’un cargo saoudien s’y arrête. » Cette non-réponse condescendante provoque le départ de l’hémicycle des élus communistes et insoumis.

Dès le lendemain, la ministre des armées Florence Parly confirme pourtant qu’« il y aura chargement d’armes en fonction et en application d’un contrat commercial » au port du Havre. Le gouvernement français est embarrassé et le Bahri Yanbu n’accoste pas au Havre comme prévu selon son plan de navigation. Il s’ancre au large et attend. Deux ONG, l’Aser (Action sécurité éthique républicaines) et l’Acat (Action des chrétiens pour l’abolition de la torture) déposent des référés d’urgence pour empêcher la livraison.

Jeudi 9 mai, le président de la République, en déplacement en Roumanie, est contraint de justifier l’attitude de la France qui ne cesse de répéter sa préoccupation face à la guerre au Yémen, tout en armant le principal belligérant. « L’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis sont des alliés de la France. Et ce sont des alliés dans la lutte contre le terrorisme. Nous l’assumons totalement. » Et Emmanuel Macron ajoute : « Il y a un comité qui gère ces exports, sous l’autorité du premier ministre, dans lequel les choses ont été durcies ces dernières années, et où nous demandons la garantie que ces armes ne puissent pas être utilisées contre des civils. Elle a été obtenue. »

En livrant cette réponse, le chef de l’État effectue un triple saut périlleux. Premièrement, en dépit de l’argumentaire saoudien et de l’amalgame macronien, la guerre au Yémen n’a rien à voir avec la lutte contre le terrorisme, et les canons Caesar semblent d’une utilité plus que douteuse pour traquer les cellules de l’État islamique ou d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA). Deuxièmement, comme le demandent les ONG, « si de telles garanties existent, quelles sont-elles ? Et qu’on nous les montre ! ».

Comme l’ont déjà démontré Mediapart et Disclose, des armes françaises sont bel et bien employées contre des civils au Yémen : des frégates servant à appliquer un embargo qui contribue au risque de famine au Yémen, des instruments de guidage de missiles, des chars Leclerc et des canons Caesar. Notons que pour avoir révélé la note du Renseignement militaire qui met à mal la version officielle du gouvernement, trois journalistes seront entendus mardi 14 mai par la DGSI dans le cadre d’une plainte déposée par la ministre des armées.

Troisièmement, enfin, la réponse du président français (et de ses ministres) ne tient pas la route sur le plan du droit. Le Traité international sur le commerce des armes, dont la France est signataire et qui est entré en vigueur en 2014, stipule dans son article 6 qu’« aucun État partie ne doit autoriser le transfert d’armes classiques […] s’il a connaissance, au moment où l’autorisation est demandée, que ces armes ou ces biens pourraient servir à commettre un génocide, des crimes contre l’humanité, des violations graves des conventions de Genève de 1949, des attaques dirigées contre des civils ou des biens de caractère civil et protégés comme tels ».

En langage courant, comme l’explique Benoît Muracciole, le président d’Aser, « le traité se réfère à la potentialité d’usage, c’est-à-dire à la possibilité que les armes vendues soient utilisées. Il n’y a pas besoin d’avoir de preuve : le simple risque que les armements soient employés contre des civils suffit pour être en infraction au traité ».

 

Par ailleurs, comme ne cessent de le marteler les ONG, les licences autorisant les exportations d’armes sont à tout moment révocables dès lors que la destination d’usage des armes change. Le gouvernement ne peut donc pas s’abriter, comme le fait régulièrement Florence Parly, derrière l’exécution de contrats signés des années auparavant.

Pendant ce temps-là, le Bahri Yanbu est resté au large du Havre, la capitainerie justifiant cette attente de manière assez peu crédible par un manque de place dans le port. Puis, vendredi 10 mai, alors que le référé d’urgence des ONG était rejeté, le navire saoudien a remis les moteurs… vers sa prochaine destination, Santander en Espagne. Sans faire escale au Havre, donc sans prendre livraison de sa cargaison.

C’est ainsi une petite victoire qu’ont obtenue les ONG. En utilisant de manière efficace la politique du « name and shame » (« dénoncer et humilier »), mais aussi les recours juridiques. Si le tribunal administratif a jugé qu’il y avait « absence de danger imminent » constitué par la livraison d’armes au Havre, il n’en a pas moins reconnu « l’atteinte à la vie que constituerait le transfert de ce matériel de guerre ».

Par ailleurs, le référé plus général pour s’opposer aux ventes d’armes susceptibles d’être utilisées au Yémen qui a été déposé par l’Aser devant le tribunal de Paris n’a pas encore été jugé.

À l’heure où ces lignes sont écrites, vendredi 10 mai au soir, ni l’Élysée ni le ministère de la défense n’ont souhaité commenter le départ du Bahri Yanbu. On peut néanmoins penser que face à la polémique créée par ce transfert devenu soudainement très public, le gouvernement français a jugé bon de renoncer à son exécution. Jusqu’à quand ? Bernadette Forhan, présidente de l’Acat, s'est néanmoins réjouie : « L’annonce de ce chargement a soulevé un mouvement de protestation de citoyens, d’ONG et de certains parlementaires. Par cette action et cette mobilisation, nous démontrons que la société civile française peut constituer un réel contre-pouvoir face à des intérêts internationaux qui mettent à mal les droits fondamentaux de millions de personnes. »

Les Saoudiens, de leur côté, vont recevoir au moins les armes belges et, qui sait ?, peut-être une livraison espagnole, puisque le port de Santander a déjà servi pour expédier des bombes de précision à Riyad.

Partager cet article
Repost0
10 mai 2019 5 10 /05 /mai /2019 05:38
Morlaix vu du ciel - photo Valérie Scattolin

Morlaix vu du ciel - photo Valérie Scattolin

Ordre du jour du Conseil Municipal de Morlaix du 10 mai à 18h30:

- Vote du compte de gestion 2018

- Vote du compte administratif 2018

- Fixation des tarifs de la taxe local sur la publicité extérieure applicable en 2020

- Rapport annuel 2018 - dotation de solidarité urbaine et de cohésion sociale (DSUCS)

- Acquisition de deux minibus suite à la dissolution de l'Office municipal des Sports

- Plateforme culturelle de la rue de Paris: avant-projet définitif, coût des travaux, signature des marchés

- Travaux d'aménagement de la voie d'accès au port

- Travaux de remplacement de l'étanchéité des toitures terrasses inaccessibles de l'école Jean Jaurès

- Fourniture du gaz naturel à la ville de Morlaix, groupement de commande

- Prolongement de la convention avec Morlaix Communauté pour la gestion de la navette scolaire vers l'école Jean Jaurès

- Convention de délégation de l'organisation du transport scolaire entre Morlaix-Communauté et Morlaix

- Convention d'objectifs et de moyens entre la ville de Morlaix et l'association ORPAM

- La Récré - aide aux familles pour l'année 2019

- La Récré - subvention exceptionnelle pour 2019

- Attribution de subvention aux associations sportives

- Mise à disposition de matériels municipaux aux associations - signature de convention

- Approbation des tarifs 2019 pour la mise à disposition de minibus suite à la dissolution de l'Office Municipal des Sports

- Renouvellement du contrat d'objectif entre la CAF du Finistère et la Ville de Morlaix pour la Ferme des enfants, l'accueil du mercredi, le service ALSH "périscolaire"

- Demande de subventions pour des conteneurs enterrés en centre-ville

- Convention pour le financement et la réalisation d'une étude d'aménagement des abords du lycée Tristan Corbière

- Convention avec le SDEEF pour l'aménagement de la rue de Brest

- Plan local d'urbanisme intercommunal de Morlaix Communauté tenant lieu de Programme Local de l'Habitat

- Bilan des acquisitions et cessions immobilières

- Dénomination de voie - quartier Troudousten

- Vente de terrain à Finistère Habitant - rue Michel Bakounine

- Fonds d'intervention pour l'habitat - subventions

- Fonds de modernisation des enseignes et façades commerciales - subventions

- Tableau des emplois agents de la ville de Morlaix

- Rémunération des agents pendant les élections

Voir vidéo du dernier conseil municipal de Morlaix le 4 février dernier:

Partager cet article
Repost0
9 mai 2019 4 09 /05 /mai /2019 17:43
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez
Manif pour la fonction publique à Morlaix ce jeudi 9 mai: 500 personnes ont manifesté - Photos Jean-Luc Le Calvez

9 mai à Morlaix: manif pour la fonction publique et la défense des services publics contre la politique de Macron. Les belles photos de notre ami Jean-Luc Le Calvez: 500 personnes à Morlaix ce jeudi 9 mai au matin!!!

Partager cet article
Repost0
8 mai 2019 3 08 /05 /mai /2019 17:59
Vincent Cespedes, philosophe engagé avec les Gilets Jaunes : Face à la guerre anti-sociale, on ne peut rester neutre
Vincent Cespedes : « Face à la guerre antisociale, on ne peut rester neutre »
Jeudi, 9 Mai, 2019

Avec l’ambition d’une « gauche décomplexée », le philosophe, souvent invité sur les plateaux, appelle à voter pour Ian Brossat. Entretien.

Pourquoi avoir décidé de soutenir la liste conduite par Ian Brossat ?

Vincent Cespedes Je suis assez impliqué dans le mouvement des gilets jaunes et j’ai l’impression pour la première fois – je n’ai jamais voté PCF – qu’on a, avec cette liste, une cohérence pour traduire cette contestation légitime sur un terrain politique. Auparavant, j’ai déjà exprimé une préférence personnelle, comme pour Benoît Hamon à la présidentielle, mais là, j’ai envie d’inciter les gens à voter. D’abord, parce qu’on n’y voyait pas clair à gauche et les gilets jaunes nous ont permis de voir ce que les partis mettent sur la table. Pour le PCF, ce sont des propositions honnêtes par rapport à leurs valeurs, ils ne vendent pas leur âme pour être raccord avec cette mobilisation. La seconde raison, c’est de combattre la montée des extrêmes sans tomber dans le piège d’un souverainisme ou d’un populisme de gauche.

Quelles propositions de cette liste ont fait écho à votre soutien aux gilets jaunes ?

Vincent Cespedes Clause de non-régression sociale, Smic européen, renforcement de la lutte contre l’évasion fiscale… c’est vraiment très gilets jaunes, pour le coup. Une guerre antisociale est menée par le président, une sorte de bulldozer de velours déconnecté des réalités sociales. Howard Zinn, professeur en sciences politiques de Boston, disait à ses élèves : « On ne peut pas rester neutre dans un train en marche. » Les événements vont dans une direction tellement désastreuse que rester neutre, c’est accepter l’état de fait. On a eu la droite décomplexée, je crois qu’il est temps, et les gilets jaunes doivent nous y aider, que la gauche soit décomplexée. Et j’ai l’impression que favoriser l’avancée de cette liste permet d’assumer ces valeurs, humanistes et de tolérance.

Il s’agit aussi de s’opposer à l’extrême droite ?

Vincent Cespedes Le Rassemblement national est extrêmement efficace dans sa nouvelle façon de communiquer, avec des formules à la Big Brother comme le « vivre en France », dont le sous-entendu est non pas la diversité et l’accueil, mais l’exclusion. Face à cette prose extrêmement hypnotisante et confusionniste, les candidats de la liste PCF ont le courage de la diversité. C’est de cela que nous avons besoin, montrer que la diversité de la France est sa force et arrêter avec la propagande anti-réfugiés. Ces candidats affichent clairement leur soutien aux réfugiés, avec vraiment l’idée de travailler à une dédiabolisation de l’autre.

Vincent Cespedes

Philosophe

Entretien réalisé par J. H.
Partager cet article
Repost0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans ACTUALITE NATIONALE DU PCF POLITIQUE NATIONALE

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011