Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 20:27
Législatives. Hamon soutient l'adversaire communiste de Valls (Ouest-France, 23 mai 2017)

Benoît Hamon soutient Michel Nouaille, candidat PCF opposé à Manuel Valls dans la première circonscription de l'Essonne pour les législatives des 11 et 18 juin, a indiqué mardi l'entourage de l'ancien candidat PS à la présidentielle.

L'ancien Premier ministre Manuel Valls se présente sans étiquette, mais ni le PS, ni La République en Marche! ne lui ont opposé de candidats. 

Benoît Hamon soutient plusieurs autres candidats opposés à des candidats socialistes ou investis par le PS: la militante féministe Caroline De Haas (soutenue par EELV et le PCF) face à Myriam El Khomri, Philippe Rio (PCF) face à Malek Boutih, Salah Amokrane (EELV) face à Gérard Bapt, a ajouté cette source. 

Benoît Hamon soutient au total une dizaine de candidats, parmi lesquels Sylvette Fayet, candidate PCF contre l'ex-socialiste désormais En Marche! François Dumas, et un autre communiste, Aymeric Seassau, opposé à François de Rugy. « Il y a encore plusieurs demandes », a précisé son entourage.

Michel Nouaille se réjouit 

Michel Nouaille s'est « réjoui du soutien de Benoît Hamon qui vient renforcer le rassemblement autour de ma candidature »M. Nouaille, en tandem avec une ancienne socialiste, Mina Fayed, a affirmé avoir le soutien du PCF, d'Ensemble, d'EELV et des comités locaux de La France insoumise. « C'est une circonscription emblématique, où se présente l'acteur essentiel du renoncement et des dérives de ces dernières années », a-t-il fait valoir à propos de Manuel Valls. 

Après son échec cuisant à la présidentielle (6,3%), Benoît Hamon a annoncé le lancement d'un mouvement trans-partisan le 1er juillet. Selon son entourage, environ 12 000 personnes ont répondu présentes sur le site internet du mouvement. 

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans POLITIQUE NATIONALE
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 20:18
Manchester: " A chaque attaque, c'est l'humanité toute entière qui est visée" (PCF)

Manchester : "A chaque attaque, c'est l'humanité tout entière qui est frappée"

L'attentat suicide perpétré hier, 22 mai, à Manchester a fait, à cette heure, 22 morts -parmi lesquels des enfants- et une soixantaine de blessés de tous âges. Le Parti communiste français se tient aux côtés de la population de Manchester et celle de Grande-Bretagne précipitées dans le chagrin et la douleur.

Manchester vient s'ajouter à la trop longue liste des attaques de masse meurtrières qui s'étend de Bagdad à Paris, Nice, St Étienne-du-Rouvray, St Pétersbourg, en passant par Istanbul, Stockholm, Mogadiscio, Alexandrie et tous les jours en Afghanistan ou au Nigeria.

Chaque fois, c'est l'humanité tout entière qui est frappée et qui souffre.Il n'y a aucune fatalité à ce que ces violences se poursuivent. Unis et solidaires, les peuples du monde, les jeunesses du monde, peuvent faire reculer la haine et faire triompher la grande paix humaine.

Avec des millions de jeunes, de femmes et d'hommes, nous réaffirmons aux propagateurs de peur et de mort #VousNAurezPasNotreHaine. Avec des millions de jeunes, de femmes et d'hommes, nous continuerons de lutter pour que paix, justice, solidarité et démocratie riment sur tous les continents.

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans INTERNATIONAL
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 20:12
Olivier Dartigolles aux côtés des candidats communistes aux législatives en Ariège./ Photo DDM, Florent Raoul
Olivier Dartigolles aux côtés des candidats communistes aux législatives en Ariège./ Photo DDM, Florent Raoul

Le porte-parole national du PCF Olivier Dartigolles venu en Ariège, aujourd'hui, apporter son soutien aux candidats communistes aux législastives José Navarro (1ère) et Vincent Heredia (2 nde), a sévèrement critiqué l'attitude de Jean-Luc Mélenchon (France insoumise).

"Un candidat qui a frôlé les 20 % à la présidentielle ne devrait pas se comporter comme cela.  La manière dont Jean-Luc Mélenchon se comporte, lui et les dirigeants de la France insoumise depuis le soir du premier tour de l'élection présidentielle n’est pas responsable au regard des enjeux et de la situation politique dans le pays" a affirmé Olivier Dartigolles.

" Nous avons fait des propositions de très haut niveau nationalement. On pouvait gagner dans 60 circonscriptions, dont l’Ariège. Chaque sensibilité s’y serait retrouvée. Jean-Luc Mélenchon n’a jamais voulu réellement qu’on aboutisse. C’était une vraie fausse négociation pour lui. Ils se sont contentés de trouver une place pour Jean-Luc Mélenchon dans une circonscription en or plutôt que d’aller ferrailler directement face au FN ou dans une circonscription de droite et de trouver deux ou trois strapontins à l’Assemblée nationale à ses principaux porte-parole" a ajouté le porte-parole national du PCF.

Toujours selon Olivier dartigiolles, "il n'y aura pas de lune de miel avec Emmanuel Macron, pas d'état de grâce. Il y aura de la combativité. Il faut créer les conditions pour qu’Emmanuel Macron et son gouvernement de droite n’aient pas les mains libres. Il faut leur disputer la majorité parlementaire" a martelé Olivier Dartigolles qui espère voir l'élection d'une vingtaine de députés communistes.

Jean-Luc Mélenchon est arrivé en tête en Ariège au soir du premier tour de l'élection présidentielle avec 26,77% des voix. Localement, aucun accord politique n'est intervenu entre le PCF et la France insoumise. Pourtant, les candidats investis par la France insoumise sur la première circonscription de l'Ariège sont encartés au PCF.

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans POLITIQUE NATIONALE
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 08:39
"Macron Leaks": les secrets d'une levée de fonds hors norme (21 mai, Médiapart)

«Macron Leaks»: les secrets d'une levée de fonds hors norme

21 mai 2017 Par Antton Rouget, Mathilde Mathieu, Mathieu Magnaudeix et martine orange

Pour financer sa campagne, Emmanuel Macron a réussi à mobiliser près de 13 millions d’euros de dons en un temps record. Loin de l’image cultivée par En Marche! d’une campagne aussi spontanée que populaire, un puissant réseau de banquiers d’affaires a discrètement ouvert ses carnets d’adresses au nouveau président. Révélations.

Mail du 13 février 2017 : « Comme vous l’observez, notre start-up continue de tracer son sillon ! Alors que nous allons entrer dans le “dur” dans les prochains jours, nous avons plus que jamais besoin de soutien. » La start-up en question n’est pas une entreprise comme les autres. Et l’homme derrière son clavier n’a rien d’un banal VRP. Christian Dargnat n’est autre que l’ancien directeur général de BNP-Paribas Asset Management, branche du groupe bancaire chargée de la gestion d’actifs. « Marcheur » de la première heure, il a tout lâché en avril 2016 pour organiser « à titre bénévole » le financement de la campagne de son ami Emmanuel Macron. Dargnat, c'est l'homme du coffre-fort. Pendant des mois, il a multiplié les rendez-vous discrets, les dîners confidentiels et les mails de relance pour les riches donateurs, en plein accord avec l'actuel locataire de l'Élysée.

Ce courriel du 13 février est adressé au collectionneur américano-allemand Olivier Berggruen, une figure incontournable du marché mondial de l’art. Dès le lendemain, le riche New-Yorkais répond favorablement à la demande de Dargnat en promettant « de contribuer à 4 000 euros au mouvement et 4 000 euros au candidat ». Un virement est effectué deux jours plus tard : 8 000 euros en un message, voilà qui témoigne d’une redoutable efficacité.

À l’image de cet échange, l’exploitation des milliers de mails et documents issus des Macron Leaks (voir Boîte noire) – ainsi que d’autres documents récupérés au fil de la campagne par Mediapart – permet de comprendre comment la garde rapprochée d’Emmanuel Macron a explosé les compteurs de dons entre avril 2016 et avril 2017 pour permettre à l’ancien ministre de François Hollande d’accéder au pouvoir, un an à peine après la création de son propre mouvement. À l'extérieur, Dargnat et les membres de l'équipe Macron ont tout fait pour démentir l'image du candidat des affaires, préférant insister sur l'afflux de petits dons. En réalité, c'est bien une camarilla de banquiers d’affaires qui a pris en main cette levée de fonds hors norme, mobilisant tous azimuts ses réseaux et carnets d’adresses au service du combat de l'ovni politique Macron.

Cette stratégie s’est appuyée sur un raisonnement simple, résumé dans un court message de M. Dargnat en septembre 2016, alors que Macron vient juste de quitter le gouvernement : « Quand on sait que les dépenses de campagne présidentielle sont limitées à 22 millions d’euros et que nous pourrions contracter un prêt bancaire (à hauteur de 9 millions) remboursé si le candidat dépasse le seuil des 5 % aux élections, il nous reste donc à “trouver” 13 millions », expose l’ancien banquier. En clair, calcule-t-il, « si l’on arrondit à 10 millions le budget à trouver, il faut donc obtenir des dons de 1 333 personnes à 7500 € chacune [le plafond autorisé pour le financement d’une campagne – ndlr] ».

En réalité, c'est dès le printemps 2016 que les plus fidèles soutiens d’Emmanuel Macron se sont discrètement activés pour organiser de façon méthodique la mobilisation de riches contributeurs. Emmanuel Macron est encore à Bercy, mais il veut déjà tout faire pour se présenter à la présidentielle. Une véritable « task force » s’organise alors autour de Christian Dargnat, le président de l’association de financement d’En Marche! (AFCPEM). Dans cette petite équipe soudée, on trouve Emmanuel Miquel, capital-risqueur chez Ardia et trésorier de la même association, mais aussi deux de ses anciens camarades de HEC : Stanislas Guerini, directeur de l’expérience client chez Elis, délégué du mouvement à Paris et aujourd'hui candidat aux législatives dans la capitale ; et Cédric O, un jeune directeur d'usine du groupe Safran, ancien du cabinet de Moscovici à Bercy. Cédric O, garçon discret qui fuit les médias, a endossé le costume de mandataire financier de la campagne, dont il est un des couteaux suisses les plus efficaces.

Pendant des mois, ce petit groupe a manœuvré avec une seule idée en tête, quasi obsessionnelle : faire fructifier en un an des carnets d’adresses bien fournis, afin de fonder un club de « grands donateurs » aux profils globalement homogènes (urbains, CSP+, issus de grandes écoles). Nous sommes là loin, bien loin, d’un mouvement soutenu par une vague aussi populaire que spontanée, image que les communicants d’En Marche! ont savamment cultivée et propagée. Et pas très loin du « Premier Cercle » de riches donateurs ayant financé une partie de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, même si l'entourage de Macron s'en est toujours défendu au motif qu'En Marche! n'a jamais organisé de grand raout mélangeant tous les grands donateurs. Effectivement : les proches d'Emmanuel Macron ont été bien plus discrets.

Dans les mails de l'équipe d'Emmanuel Macron, on retrouve un document de travail, diffusé et amendé en comité restreint en avril 2016 : la notice pour la chasse méthodique aux millions de la campagne. En Marche! est alors un mouvement balbutiant, à peine créé. Le tout nouveau parti n’a enregistré qu’environ 400 000 euros de dons et promesses – à 95 % des grands donateurs à 7 500 euros. L'équipe veut passer à la vitesse supérieure en activant un impressionnant maillage des réseaux d’entrepreneurs, banquiers, avocats, lobbyistes et autres « influencers » susceptibles de dégainer un jour ou l’autre l’équivalent de 6,5 Smic pour aider le candidat Macron.

Ces généreux bienfaiteurs seront approchés les mois suivants à travers des dizaines de dîners organisés en France et à l’étranger, le plus souvent en présence du « chef », le surnom d’Emmanuel Macron. Ces sauteries, symboles du confinement et de l’endogamie d’une certaine élite, sont « très mal vu[e]s par certaines catégories de la population », convient En Marche! dans une note interne. Mais elles sont aussi tellement rentables, surtout quand le candidat se déplace. Mi-avril 2016, un seul déjeuner à Londres au domicile privé de la directrice financière d’un site de vente en ligne permet de réunir 281 250 euros, selon un document d’En Marche!. Deux semaines plus tard, à Paris, un cocktail dînatoire génère 78 000 euros en à peine une heure et demie. La cash machine est lancée.

Pour multiplier les rencontres, l’équipe « fundraising » (« collecte de fonds ») d’En Marche! a élargi son maillage par l’intermédiaire de rabatteurs, des sympathisants du mouvement – très bien intégrés dans les hautes sphères économiques – qui ouvrent leurs carnets d’adresses, accueillent des déjeuners, voire, parfois, organisent des événements « clés en main ». Ne reste alors au mouvement qu’à valider les listes d’invités et à organiser la venue du candidat. Détail financier non négligeable : les frais liés aux dîners effectués aux domiciles des donateurs sont des « dépenses privées non intégrées » aux comptes de campagne.

Le 1er juin 2016, le conseiller de dirigeants d'entreprise Édouard Tétreau, un temps protégé par l'ancien PDG d'Axa Claude Bébéar, accueille l’un des tout premiers grands cocktails parisiens. « Durée : 1 h 30, dont passage Emmanuel d’1 h 00 », note minutieusement l’équipe d’En Marche!. Tout est millimétré : « Salutations 15 min/speech 20 min/Q&A  [questions/réponses – ndlr] 20 min/sortie 5 min. » Les invités sont triés sur le volet : une trentaine de « quadra, hors CEO [PDG – ndlr] CAC40 ». Une semaine plus tard, Édouard Tétreau renouvelle l’expérience pour une nouvelle cible. Cette fois, 32 personnalités issues de « différents cercles (avocats, conseil, lobbying, édition, etc.) » sont concernées. Ne reste qu’à valider la liste d’invités. Mais « attention ! », alerte En Marche !, « un partner d’Image 7 », la boîte de la communicante Anne Méaux, qui conseille François Fillon, fait partie des convives potentiels.

Un autre « PP » (pour « poisson-pilote ») du mouvement, Hélène Chardoillet, directrice du développement d’une PME dans le domaine bancaire et « amie » d’Astrid Panosyan, une ancienne conseillère du cabinet Macron, s’active aussi en coulisses. Au mois de mai, elle alerte Emmanuel Miquel sur le positionnement politique du candidat. « Les personnes que je connais et que j’ai commencé à approcher (5 sur cette dernière semaine) sont de sensibilité politique centre droit et leur retour en substance est le suivant », écrit-elle au trésorier du mouvement : flou sur le programme de Macron, danger de voir sa candidature « phagocytée » par François Hollande, faiblesse de son bilan à Bercy… 

« Mon sentiment, développe Chardoillet, si nous restons sur l’objectif précis du fundraising, est que cette cible centre droit n’est pas, pas du tout mûre pour la donation. Positionnement, programme et démarcation de Hollande seront des éléments clés pour que cette cible évolue. » 
« Top de voir ces manifestations », se réjouit dans la foulée Emmanuel Miquel, dans un message en copie au reste de la direction d’En Marche!. Seul bémol : pour « aller dans le sens » de ce que « Christian [Dargnat – ndlr] évoquait de constituer une petite base de gens disponibles pour appeler des contacts », Miquel « pense qu’il faut être vigilant à ne pas trop diluer l’exercice de Fundraising. Il faut certes se démultiplier, mais le sujet FR [fundraising – ndlr] reste sensible ».

Des demandes d’audience auprès du ministre

Trois semaines plus tard, Christian Dargnat, encore lui, est à la manœuvre pour motiver ses troupes : « Si vous connaissez des gens désireux d’aider la cause [sic], n’hésitez pas à les orienter vers moi », encourage-t-il par mail. Un appel reçu cinq sur cinq. « Hello, une de mes amies me dit que son patron [d’une mutuelle – ndlr] souhaiterait participer à un de nos dîners. J’ai bien précisé que c’était réservé aux grands donateurs :) », écrit Cédric O. Retour de Dargnat, un mois plus tard : « J’ai déjeuné avec le DG et [la responsable des affaires publiques du groupe – ndlr] : excellents contacts et gros potentiels de networking. Merci encore. » 

Très investi, Cédric O préconise aussi de convier à un dîner du mois de juillet un patron qu’il connaît personnellement : « Je ne suis pas certain qu’il donnera, mais c’est un très gros driver pour d’autres (sur la thune et en termes de réseau). » Bonne pioche : ce quadra donnera plus tard 2 500 euros à la candidature. « Pas mal », note, impassible, le mandataire. 
« Nous organisons le 1er juillet un déjeuner autour d’E. Macron : si vous avez des gens prêts à contribuer à hauteur de 7,5 K€, envoyez à Emmanuel Miquel et moi-même les coordonnées de ces personnes », relance encore Dargnat à une dizaine de ses contacts.

Dans la liste : Frédéric Surry, directeur des investissements actions et obligations convertibles à la BNP, Denis Panel, DG d’une des filiales du groupe bancaire, et un ancien de la maison, David Pillet, ex-business manager ayant fondé en 2016 sa propre société de conseil. Deux mois plus tard, une nouvelle soirée fait saliver l'équipe : 23 chefs d'entreprise « qui peuvent bcp aider » ont déjà promis d’être là. L’un d’entre eux, patron d’une jeune société d’investissement, semble « très helpful ». Un autre – dans le classement Challenges des plus grandes fortunes de France en 2016 – est carrément « au taquet ». La récolte promet d’être grandiose.

L’équipe tient des tableaux précis de chacun des événements. Et Dargnat veille au grain : « Peux-tu m’envoyer la liste des invités (noms + adresses mails) de ton dîner afin que nous puissions suivre l’évolution des contributions et t’en rendre compte également ? », demande l’ancien banquier à l’organisateur d’un dîner. Les retours sont bons, mais il faut à tout prix garder le rythme. « Les amis, les deux prochaines semaines, nous n’avons pas de dîner FR, souffle Emmanuel Miquel le 20 juin. Nous nous proposons avec Christian de (re)mettre la pression sur ceux qui auraient déjà dû donner, afin de les relancer pour qu’ils donnent d’ici la fin de semaine. » 

Le trésorier soumet alors à son équipe une liste de sept noms, « soit un potentiel de 53K€ pour cette semaine ». Ismaël Emelien, le plus proche conseiller d’Emmanuel Macron – il est aujourd’hui son conseiller spécial à l’Élysée –, se propose d'en appeler quelques-uns. Mais pas l’avant-dernier nom de la liste, celui du directeur général d’une grande entreprise française de sites internet : « J’avais en revanche senti […] [qu’il n’était] pas très chaud pour payer, il aide beaucoup en termes de conseil. »

À l’autre bout de la chaîne, le « chef » supervise les opérations par l'entremise de son cabinet. « Sophie [pour Sophie Ferracci, cheffe de cabinet de Macron à Bercy – ndlr], peux-tu nous faire un point avec les prochaines dates ? Merci bcp », demande le 2 mai 2016 Julien Denormandie, un autre membre de la garde rapprochée d'Emmanuel Macron, son ancien dircab à Bercy.

À la même période, Dargnat sollicite Emmanuel Miquel et Cédric O pour qu’ils trouvent « des gens qui pourraient organiser des dîners » à l’occasion des déplacements à venir du ministre à « Orléans le 8 mai, La Rochelle le 9 mai, Toulouse le 19 mai, La Grande-Motte le 26 mai, Chalon-sur-Saône le 30 mai, Rennes le 20 juin, Annecy le 23 juin ». Très efficace à Paris, En Marche! veut désormais braconner en région.
 Le mouvement assure que ces dîners provinciaux ont été des fiascos.

Pas question, en revanche, qu’Emmanuel Macron s’investisse publiquement dans la collecte alors qu’il est encore à Bercy. « Tant qu’Emmanuel est ministre, je ne crois pas en sa volonté de vouloir signer les courriers [de remerciement aux donateurs de plus de 500 euros – ndlr] », prévient Julien Denormandie. Le « chef » se contente alors de textos. 
C’est que la frontière entre les fonctions est parfois ténue. Comme pour ce fondateur d’un fonds d’investissement, qui sollicite une audience auprès de Macron-ministre après avoir fait un don à Macron-candidat. Son message est directement transmis par Denormandie à Ferracci, sans que l’on sache si ce donateur a obtenu gain de cause : « Sophie, pour ta pochette “demande d’audience”. Merci beaucoup. »

Le 15 septembre, Emmanuel Miquel, prudent, rappelle aussi la nécessité de vérifier « l’absence éventuelle de conflits d’intérêts (incompatibles avec les fonctions passées d’EM) » et le « caractère recommandable [sicdu donateur ». Il transmet une liste comportant les noms et coordonnées de 62 contributeurs – principalement domiciliés à Paris et Londres – représentant 276 000 euros de dons. Cette fois, c'est Alexis Kohler qui se charge de répondre. L'ancien directeur de cabinet de Macron à Bercy a alors officiellement quitté la campagne pour travailler dans le privé, mais il reste très impliqué dans l'organisation : « Je regarde de plus près demain mais je n’en vois aucun susceptible de poser problème à première vue », répond-il. Depuis le 14 mai, Alexis Kohler est le nouveau secrétaire général de l'Élysée. C'est lui, l'homme sérieux à lunettes qui a annoncé mercredi 17 mai la liste du gouvernement d’Édouard Philippe.

Pour les donateurs étrangers, la prudence est de mise. « Vous êtes à l’aise avec les virements reçus ? », s’inquiète par exemple, le 2 février 2017, le mandataire Cédric O en découvrant les noms de plusieurs de ces donateurs étrangers sur un relevé de comptes. « Oui je les connais tous », répond Dargnat dans la minute.

La banque saisit aussi à plusieurs reprises l’équipe du candidat. « Je suis à même de vous les réclamer [des justificatifs pour des virements en provenance de l’étranger – ndlr] en fonction des demandes de notre service des affaires internationales », prévient la directrice adjointe de l’agence du Crédit agricole où est logé le compte de campagne. Mediapart a ainsi identifié plusieurs situations litigieuses – toutes résolues a posteriori, selon les documents consultés –, dues notamment à l’incompréhension par certains donateurs de la réglementation française (interdiction de contribuer pour une personne morale ou dépassement des seuils).

Le 21 mars, par exemple, le compte de l’AFCPEM reçoit un virement de 12 000 euros de la part d’un richissime donateur installé à Madagascar, Amin Hiridjee, très présent dans les secteurs de la finance, des télécoms, de l’immobilier et de l’énergie. « Nous sommes contraints de rembourser intégralement les dons qui dépassent les plafonds. Sur le compte de l’AFCPEM (financement candidat) le maximum autorisé est 4 600 € ; sur celui de l’AFEMA (financement mouvement), le max est 7 500 € », alerte Dargnat, avant de demander au frère du donateur – Hassanein Hiridjee, qu’il tutoie – s’il peut lui demander, « si cela n’est pas trop gênant », de faire « deux virements : un de 4 600 à l’ordre de l’AFCPEM et l’autre de 7 500 à l’ordre de l’AFEMA ». Pas de problème : « Je m’en occupe et te reviens », répond H. Hiridjee.

Plus problématique est le sujet traité, début janvier, lors d'une réunion réduite à cinq participants. Les fidèles d’Emmanuel Macron ouvrent la discussion sur un point « spécifique » : le cas du « financement d’une vingtaine de donateurs libanais »« Problème traité (identifié) », notent les participants dans leur compte-rendu. Sollicité par Mediapart pour en savoir plus quant à la nature du problème et sa résolution, En Marche!, rebaptisé depuis peu La République en marche, n'a pas retourné nos questions (voir la Boîte noire).

Dès sa création, le mouvement a su générer une « forte demande pour organiser des événements » à l’étranger, ainsi que le mouvement le notait en avril 2016. De fait, les expatriés dans les pôles urbains de Londres, Genève, San Francisco ou New York ont été très actifs dans la collecte de dons. Parfois, les investisseurs étrangers ont aussi directement pris attache avec l’équipe.

Tandis qu’Emmanuel Macron s’installait en tête des sondages, le dirigeant d’un important hedge fund à New York a par exemple sollicité fin mars 2017 Cédric O, par l’entremise d’une connaissance commune, pour qu’il organise une rencontre avec un membre du mouvement à Paris. O l’oriente alors vers Dargnat, qui accepte la mission : « Oui j’en fais 2 à 3 par jour [sic] des présentations de ce type… Cela me détend des négociations sur le prêt [En Marche! est alors en pleine négociation – tardive – d'un emprunt de 8 millions – ndlr]. » Rien ne prouve dans la comptabilité analysée par Mediapart que cet investisseur ait financé la candidature, mais l’épisode témoigne de l’attrait du mouvement à l’international.

Plus de 57 % des dons proviennent des dîners et réseaux

Très organisée, la dynamique de dons n’a cessé d’affoler les compteurs. Dans ses toutes premières projections, En Marche! prévoyait de récolter un total de 1,15 million d’euros par l’intermédiaire des campagnes de fundraising jusqu’en juillet 2016. S’il a tenu ce rythme de croisière (moyenne de 7 900 euros récoltés par jour) jusqu’au mois d’août, la cadence s’est considérablement accélérée dès le mois de septembre, au lendemain du départ d’Emmanuel Macron du gouvernement.

Au 31 décembre 2016, selon la comptabilité du mouvement, En Marche! avait récolté un peu plus de 5 millions d’euros de dons, bien au-dessus des 3,5 millions d’euros prévus dans son scénario central. Près de 70 % de cette somme – 3,482 millions – provenaient uniquement du travail de fundraising (dîners/réseaux) auprès de 669 donateurs (dont 400 à plus de 5 000 euros).


 

La communication du mouvement a évidemment cherché à rendre compte d’une tout autre réalité. En avril 2017, dans un échange sur les éléments de langage à utiliser face à la presse, alors que Macron est pressé par certains médias de faire la lumière sur l'origine de ses dons, Ismaël Emelien préconise d’insister sur les 35 000 donateurs à l’origine de la collecte totale de 10 millions d’euros et de communiquer sur le don médian de 50 euros. Il note par ailleurs que « 1/3 des dons » sont inférieurs ou égaux à 30 €, « 2/3 des dons » inférieurs ou égaux à 65 € et que les « dons supérieurs à 5 000 € » ne représentent que « 1,7 % du total des donateurs ». Ou l’art de faire dire aux chiffres ce que l’on veut. Car en réalité, la place des « grands » contributeurs est centrale. Dans ses projections financières pour le début d'année 2017 (de janvier à mai), En Marche! prévoyait notamment que les campagnes de fundraising lui rapporteraient 57,5 % des dons totaux du mouvement (contre 43,5 % pour le financement participatif).

Ce rythme soutenu n’a jamais entamé le dynamisme des argentiers de Macron. Après Paris, Genève, Londres ou New York, Dargnat a aussi intensément lorgné vers l’Afrique. Ainsi qu’en témoigne son message à l’égard du responsable d’une grande banque française sur le continent. « Comme évoqué, par votre intermédiaire et celui d’[…] et de quelques autres, ce serait exceptionnel de pouvoir organiser une levée de fonds sur le continent africain, et notamment en Côte d’Ivoire », lui écrit-il en juin 2016.

Sollicité par Mediapart, le banquier – qui confirme avoir rencontré Dargnat puis Macron – déclare avoir refusé de s’engager : « La question d’une levée n’a en réalité jamais fait l’objet d’une discussion, affirme-t-il. J’ai dit clairement que nos fonctions ne pouvaient pas nous permettre de nous mettre en avant de manière ostentatoire. J’ai dit que si une visite en Côte d’Ivoire s’organisait, je pourrais y participer au titre de citoyen franco-ivoirien mais c’est tout. Je n’aime pas le mélange des genres. »

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans POLITIQUE NATIONALE
commenter cet article
23 mai 2017 2 23 /05 /mai /2017 06:33
Législatives: conférence de presse de Pierre Laurent, 22 mai 2017

Pierre Laurent

secrétaire national du PCF

Conférence de presse/ Elections législatives

Paris – 22 mai 2017

 

Mesdames, messieurs,

Le 19 mai s'est donc clos officiellement le dépôt des candidatures aux élections législatives.

524 candidatures seront donc présentées ou soutenues par le PCF-Front de gauche en métropole, comprenant 452 candidatures à parité présentées par notre formation et 72 soutiens.

524 candidatures présentées pour porter la voix des électrices et des électeurs de gauche qui ne veulent pas laisser les mains libres à Emmanuel Macron, à son premier ministre Edouard Philippe, et à la droite, qui veulent pousser plus loin les logiques libérales des deux quinquennats précédents. 524 candidatures pour porter la voix des femmes et des hommes qui ont voté Jean-Luc Mélenchon, qui ont voté Benoît Hamon, qui ont voté Philippe Poutou ou Nathalie Arthaud, et qui veulent demain des députés communistes, Front de gauche, de gauche qui défendront le monde du travail, qui travailleront sans relâche à unir les forces populaires face aux forces coalisées du libéralisme, qui seront des remparts intraitables face au Front national.

Comme vous le savez, et malgré nos appels à l'unité de candidatures dans le maximum de circonscriptions, la direction nationale de France insoumise nous a opposé un refus de principe. Et cela, malgré le désir partagé dans de nombreuses circonscriptions par des membres des groupes d'appui locaux de FI et par les communistes d'aller ensemble à la bataille. Je le regrette profondément. C'est une faute au regard de l'objectif immédiat qui est le nôtre de constituer à l'Assemblée nationale la plus grande force possible face aux candidats du libéralisme, mais aussi au regard de l'avenir d'une gauche nouvelle qu'il convient désormais de réinventer en continuant à rassembler toutes les forces disponibles dans le respect de leur diversité. Nous continuerons de travailler sans relâche à la convergence d'action et de projet de ces forces.

 

Aujourd'hui, l'heure n'est pas à la polémique, mais à la mise en campagne de tous nos candidats. Les électrices et les électeurs qui nous questionnent ont juste droit à la vérité car elle comptera pour l'avenir. Ce qui s'est passé à Marseille ces jours ci est éloquent. Je veux saluer le geste politique de responsabilité qui a été celui des communistes des Bouches-du-Rhône après l'annonce de la candidature de Jean-Luc Mélenchon. Et je renouvelle leur appel: pourquoi la main tendue des communistes, qui visait à créer les conditions d'une large victoire dans toute la ville, le département et au-delà, n'a-t-elle pas été saisie ? Cela reste pour nous incompréhensible.

 

Je veux le redire une dernière fois : personne, en tout cas pas nous, ne cherchait à briser la cohérence créée dans l'élan de la campagne présidentielle, bien au contraire, mais chacun pouvait aussi en reconnaître, sans la considérer comme un obstacle, sa diversité. C'était le moindre des respect à l'égard des communistes après leur soutien présidentiel. Pour nous tous qui revendiquons une VIème République, la cohérence d'une élection présidentielle, ce ne peut pas être comme pour d'autres l'abdication temporaire de souveraineté des électeurs au profit d'un Président qui vous dit : vous avez voté, vous avez adopté mon programme, on se reparle dans cinq ans. Nous voulons une majorité agissante, intervenante, pleinement citoyenne. Nous voulons des députés pleinement responsables à tout moment devant le peuple qui les a élus. Le Parti communiste et ses élus ont toujours agi en ce sens, avec liberté d'initiative et esprit constructif.

Tout cela étant dit, l'heure est à la bataille, car de nombreuses victoires législatives restent à portée de mains. Des millions de nos concitoyens souhaitent et espèrent ces victoires. La campagne est donc lancée, et bien lancée. J'étais moi-même hier devant plus de sept cent personnes en Gironde entouré des dix candidats et de leurs suppléants que nous présentons dans ce département.

La liste nationale des candidats que nous présentons rassemble des femmes et des hommes issus du peuple et qui vivent et travaillent comme l'immense majorité de celui-ci. Cette liste comporte aussi, comme je l'ai dit, le soutien à 72 candidatures de personnalités engagées dans le mouvement social à des titres divers et d'autres venus de formations politiques telles que France insoumise, Ensemble, République et Socialisme, EELV ou des soutiens de Benoit Hamon.

Parmi ces personnalités, citons Clémentine Autain, François Ruffin, Zara Boudjemaï, Caroline de Haas, Monique Pinçon-Charlot, Marianne Journiac…

Malgré l'absence d'accord national, il n'y aura pas de concurrence avec FI dans 29 circonscriptions. Des communistes en mesure de l'emporter ne se verront pas opposer de candidatures FI dans 11 circonscriptions. Nous en en félicitons et je veux saluer les militants locaux de la FI qui ont permis ces choix. Pour notre part, nous soutenons des candidatures FI dans 18 circonscriptions, dont celle où se présente Jean-Luc Mélenchon. En revanche, je veux dire que nous regrettons très profondément le maintien de candidatures FI dans près d'une vingtaine de circonscriptions où se joue l'élection possible d'un ou d'une député(e) communiste, sans que FI n'ait en revanche une chance de l'emporter. J'invite les électrices et électeurs de Jean-Luc Mélenchon dans ces circonscriptions à réfléchir à cette situation pour éviter d'offrir par la dispersion de leurs voix au premier tour un député supplémentaire à En Marche, la droite ou le FN.

 

Tous ces éléments étant connus, je veux dire que nous maintenons des objectifs de conquête clairs :

- nous voulons contribuer à l'élection de plusieurs dizaines de députés de gauche (PCF-Front de gauche, France insoumise, et autres forces diverses) en métropole comme en outre-mer ... capables de s'unir demain face à Macron et à ses soutiens de droite. Et c'est possible.

Pour cela, le score de nos candidats au 1er tour sera partout un atout, car il sera un gage de rassemblement efficace au second tour.

- Dans ces objectifs de conquête, nous visons pour notre part la qualification au second tour de nos candidats dans plusieurs dizaines de circonscriptions. Et il est réaliste de dire que nous pouvons élire, grâce à une intense et conquérante campagne dans les jours à venir, plus du double de députés communistes et Front de gauche que dans l'Assemblée précédente, soit une vingtaine de députés. Cet objectif est à portée de main. J'invite les communistes à redoubler d'effrots pour y parvenir. Cela comptera beaucoup pour l'avenir.

En permettant ces victoires, nous ferons entrer réellement la voix du peuple à l'Assemblée nationale car je le rappelle nos candidates et candidats sont le vrai renouveau, celui qui ferait entrer le monde du travail dans l'hémicycle.

40 % de nos candidats ont moins de 50 ans, 20 % moins de 40 ans. 70 % n'ont jamais exercé de mandat électif.

38 % sont des employés, ouvriers ou techniciens, 14 % des cadres, 20 % des fonctionnaires, 25 % des retraités, d'autres encore sont artisans ou étudiants. Ce sont des candidatures à l'image de la France, pas celle des cabinets ministériels et des conseils d'administration. 40 % des nos candidats ont des responsabilités syndicales dans le cadre de leur activité professionnelle et connaissent parfaitement les conditions de vie des salariés de notre pays.

Ces candidats vont d'ailleurs sans attendre se mettre au service du combat qui s'annonce contre le recours aux ordonnances pour casser encore plus le Code du travail et finir le sale boulot de la loi El Khomri.

Pour cela, j'annonce que nous lançerons le 1er juin dans toute la France une campagne nationale avec ce slogan: «  l'été, ça n'est pas fait pour casser le code du Travail – Non aux ordonnances Macron ».

Le 1er juin, j'invite nos candidats et leurs soutiens à prendre dans toute la France des initiatives publiques, spectaculaires et médiatiques, pour crever le mur du silence autour de ce qui se prépare. Nous appellerons dans cette campagne à élire le maximum de députés qui s'engagent à refuser ces ordonnances et nous appellerons à préparer les conditions d'une bataille estivale d'ampleur pour mettre en échec le coup de force du gouvernement.

« L'été, çà n'est pas fait pour casser le code du Travail » , avec ce mot d'ordre, nous voulons mettre en débat un choix de société : ou l'asservissement au travail et à la précarité à vie, ou une vie digne faite d'un travail reconnu, correctement payé avec un bon salaire, permettant le droit au repos pour tous. Nous serons mobilisés partout, dans les urnes les 11 et 18 juin, mais aussi sur les places des villes, au milieu de nos cités et des nos quartiers, comme sur les plages et les aires de loisirs. Nous ne laisserons pourrir notre été. Nous mettrons en échec les ordonnances Macron.

Enfin, permettez moi un dernier mot devant vous, mesdames et messieurs les journalistes, en vous remerciant de votre présence.

Je veux alerter contre le déni démocratique qui se met en place et qui vise à priver d'accès aux média nos candidats, en reproduisant les temps de parole présidentiels sans tenir compte de la réalité et de la diversité des candidatures pour ces élections législatives. C'est l'extension sans limite du présidentialisme médiatique au mépris de toute règle démocratique pour ces nouvelles élections.

Ainsi, notre parti, qui dispose d'un groupe parlementaire et présente des candidats sur tout le territoire s'apprête à être quasiment interdit d'antenne. J'ai écrit au CSA pour alerter sur ce scandale et je vous demande, mesdames et messieurs les journalistes, de ne pas répondre aux injonctions qui vous demandent en haut lieu d'appliquer des règles de temps de parole contraires à tout respect de la pluralité démocratique. Les électeurs n'ont pas voté pour les élections législatives. Ils ont droit à une information pluraliste jusqu’à la clôture du scrutin, construite à partir de la réalité des forces en présence sur le terrain et non des pronostics sondagiers nationaux qui ne reflètent pas la réalité des circonscriptions. Je suis certain que vous serez sensibles avec moi au respect dû aux électrices et aux électeurs.

 

Législatives: conférence de presse de Pierre Laurent, 22 mai 2017
Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans POLITIQUE NATIONALE
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 19:39
Un des derniers tracts de campagne, pour ces trois prochaines semaines décisives. Réalisation graphique: Fréderic Scibor. Photos: Jean-Marc Nayet. Dessins: Nono

Un des derniers tracts de campagne, pour ces trois prochaines semaines décisives. Réalisation graphique: Fréderic Scibor. Photos: Jean-Marc Nayet. Dessins: Nono

Un des derniers tracts de campagne, pour ces trois prochaines semaines décisives. Réalisation graphique: Fréderic Scibor. Photos: Jean-Marc Nayet. Dessins: Nono

Un des derniers tracts de campagne, pour ces trois prochaines semaines décisives. Réalisation graphique: Fréderic Scibor. Photos: Jean-Marc Nayet. Dessins: Nono

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans LA VIE LOCALE
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 19:33
Un week-end de collage et de partage!
Un week-end de collage et de partage!

Une présence sur le marché de Saint-Martin des Champs ce matin, une matinée très agréable avec de bonnes discussions avec des gens de diverses opinions et sensibilités, mais aussi plusieurs sympathisants. Le bonheur de militer est dans le partage et l'échange humain et politique, y compris avec des personnes qui ne pensent pas exactement comme nous.

Heureusement que la vie et les hommes ne sont pas homogènes... 

Un week-end aussi de collage (sur les affichages légaux) avant le début de la campagne campagne officielle, ce lundi 22 mai à 0:00.

Suivez le panneau n°4, sur la circonscription n°4. Moi qui ait toujours vu le 44 en Bretagne, c'est un bon signe, non! 

Ismaël Dupont.  

 

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans LA VIE LOCALE
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 19:31
Un député vraiment à gauche pour la circonscription de Morlaix - Comité de soutien à la candidature d'Ismaël Dupont et Muriel Grimardias - Législatives 2017: L'Humain au coeur !
L'Humain au Coeur!  
 
Je vous encourage à faire partie du Comité de Soutien à ma candidature portée par le PCF, des sympathisants et adhérents du Front de Gauche, des syndicalistes, des militants associatifs, pour les Législatives dans la circonscription de Morlaix en écrivant à l'adresse mail suivante. 
dupont.ismael@yahoo.fr  
 
Ma suppléante est Muriel Grimardias, 62 ans, comptable retraitée, passée par l'hôpital de Morlaix, une école primaire du Trégor, militante du droit au logement des personnes en difficulté, bénévole d'association caritative, habitant à Lanmeur, qui a été candidate avec Jeremy Lainé aux élections cantonales à Lanmeur en 2011 (14%).  
 
Si nous proposons depuis le mois de septembre 2017 à France Insoumise et aux écologistes de se rassembler avec nous pour peser davantage sur cette élection et gagner et faire élire un député de la gauche de progrès et de combat, nous n'avons pour l'instant aucune réponse positive de leur part. Après les présidentielles, et un très bon résultat de notre candidat commun, Jean-Luc Mélenchon, qui nous impose d'être à la hauteur des promesses qu'il porte, nous avons à nouveau proposé une rencontre pour un rassemblement à France Insoumise, Julien Kerguillec et Diane Chevais, sur la base d'une fusion de nos candidatures dans le cadre d'un accord départemental visant à réussir les meilleurs résultats possibles dans le Finistère pour la gauche de transformation et à faire élire un ou des députés. 
On ne sait pas comment aboutira cette proposition. Il nous reste une semaine pour aboutir à cet accord souhaitable pour nos électeurs pour pour l'intérêt de la défense des idées portées dans le cadre de la campagne de Jean-Luc Mélenchon. De notre côté, nous serons toujours du côté de l'esprit de responsabilité pour être efficaces dans la lutte contre le libéralisme, la droite et l'extrême-droite. 
 
Nous continuons de toute façon notre campagne qui a commencé il y a quatre mois et nous avons quelques arguments à faire valoir avec une candidature d'alternative identifiée à une présence constante dans les luttes et à une expérience d'élu de terrain sérieux et constant dans ses engagements et de porte-parole du Front de gauche depuis 6 ans qui porte la voix de la gauche de combat sur de multiples fronts, et est porteuse du bilan des députés du Front de Gauche dans l'opposition de gauche à l'Assemblée Nationale.  
 
Si vous souhaitez faire partie du comité de soutien à ma candidature, votre nom sera associé à une liste d'appel à voter pour notre candidature.  
 
Roger Héré, élu d'opposition PCF-Front de Gauche à Plouigneau, préside le Comité de soutien à notre candidature pour les législatives.   
 
Ismaël Dupont, candidat PCF-Front de Gauche aux élections législatives du 11 et 18 juin 2017 
 
Si vous voulez faire partie du Comité de Soutien pour avoir une gauche de courage, de parole, et proche des gens à l'Assemblée, vous pouvez envoyer votre soutien à l'adresse mail suivante: dupont.ismael@yahoo.fr.

Premières personnes ayant apporté leur soutien public à la candidature d'Ismaël Dupont pour les élections législatives des 11 et 18 juin 2017 dans la circonscription de Morlaix: 

 

Comité de soutien à la candidature d'Ismaël Dupont et Muriel Grimardias 

Aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017

 

(140 soutiens individuels déclarés publiquement au 19 mai 2017)
 

Jean-Louis Abgrall salarié dans la santé militant PCF et CGT Roscoff

Bernard Abraham retraité Plouigneau

Catherine André retraitée adhérente PCF Morlaix

Patrick Asselbourg adjoint au maire à Plourin-les-Morlaix

Manu Audigou agent territorial Morlaix-Communauté syndicaliste CGT adhérent PCF 

Marie-Laure Audigou adhérente PCF Morlaix 

Mariano Bahno médecin à la retraite

Serge Bazin retraité militant PCF

Patrick Béguivin militant PCF Plouigneau

Christiane Bercot employée de mairie dans les écoles retraitée

Annie Bergot Le Calvez retraitée des Finances Publiques militante PCF- Front de Gauche ancienne élue de Morlaix

Odette Berric retraitée de la Poste Saint-Jean-du-Doigt

Jean-Pierre Beuzit cuisinier militant PCF Morlaix

Sylvie Bevout Le Coz citoyenne Plougoulm 

Cécile Blanchet infirmière Guimaec

Marie Pierre Blois artisan peintre décorateur Plouigneau

Sylvie Bothorel enseignante Locquirec

Christophe Boudrot Infirmier secrétaire CGT hôpital de Morlaix Plouigneau

Jules Bouedec retraité adhérent PCF Lanmeur ancien élu

André Bouget, élu communiste à Lanmeur

Zelinda Bouget serveuse en restaurant Lanmeur

François Bourven syndicaliste CGT à la SNCF Plougonven

Guillaume Bourven adhérent PCF Plougonven 

Michèle Bourven retraitée syndiquée CGT et adhérente PCF Morlaix 

Michel Buriens Plouigneau

Jean-Luc Capelle salarié Finances Publiques, syndicaliste, non encarté

Jean-René Carn retraité de la fonction publique hospitalière

Martine Carn infirmière retraitée ancienne adjointe à Plougonven et conseillère communautaire Plougonven

Jean-Yves Caroff retraité Plougasnou

Rolande Caroff infirmière retraitée Plougasnou

Nadine Chatelain salariée Pôle Emploi syndicaliste CGT Saint-Martin des Champs

Raymonde Coat Morlaix

Kristell Coïc assistante maternelle Morlaix

Daniel Corbel ancien élu à Morlaix

Marc Corbel agent territorial Morlaix Communauté syndicaliste CGT Lanmeur adhérent PCF 

 Marie-Louise Corre aide-soignante à l'hôpital de Morlaix

Paul Dagorn retraité de l'enseignement Morlaix

Jean-Yves Daniel électricien en retraite Lanmeur

Alain David retraité de l'enseignement ancien adjoint au maire PCF de Morlaix

Jean-Claude David retraité conseiller municipal Plourin les Morlaix

Monique David retraitée militante syndicale

Christian Delannee retraité économiste de la construction Morlaix

Liliane Derout retraitée Lanmeur

Michel Derrien enseignant à la retraite ancien élu de Morlaix 

Jean-Philippe Deunf travailleur agricole Lanmeur

Michel Dizes Primel-Tregastel retraité fonction publique

Mireille Dizes éducatrice retraitée

Monique Doré retraitée Lannéanou

Jean Dréan militant CGT et PCF Plouigneau 

Anne-Marie Dubois syndicaliste adhérente PCF Saint-Pol de Léon

Jean-Louis Eliès Cléder

Marie-France Faujour, retraitée de la Manu, syndicaliste, Penzé

Guy Figuier, enseignant, Locquirec

Camille Glidic Le Calvez éducatrice spécialisée Ile-de-Batz

Mado Glidic agricultrice île de Batz 

Yvonne Goulm retraitée de l'enseignement Morlaix  

Jean-Victor Gruat Plougasnou fonctionnaire international ancien maire de Brennilis

Annie Guivarch retraitée du secteur santé Pleyber-Christ

Jacques Guivarch, artisan marbrier retraité Pleyber-Christ

Stephane Hébréard graphiste Morlaix

Joël Hélary conseiller prud'homme Plourin les Morlaix

Florence Héré fonctionnaire Plouigneau

Roger Héré conseiller municipal PCF-Front de Gauche à Plouigneau

Pol Huellou artiste musicien militant CGT Plougasnou

Elise Kerebel éducatrice spécialisée Genêts d'Or Morlaix

Christelle Kerboriou AMP aux Genêts d'Or Plougonven 

Pascal Kerboriou ancien adjoint au maire de Plougonven élu au CAPL CGT du Centre Hospitalier Pays de Morlaix

Jean-Yves Kervoillard, retraité SNCF, Plouégat-Moysan

Nicole Kervoillard, retraitée, Plouégat-Moysan

Jean-Rolland Labrousse syndicaliste retraité Air France Carantec

Mariette Labrousse syndicaliste retraitée Air France Carantec

Elisabeth Lainé horticultrice Lanmeur

Jean-Yves Lainé horticulteur Lanmeur ancien 1er adjoint

Jeremy Lainé élu à Guimaëc militant PCF Guimaëc

Jean-Jacques Labous retraité Cgt ul St Pol de Léon

Yvette Le Bars retraitée de l'enseignement militante PCF Roscoff

Marceline Le Bihan UL CGT Saint-Pol de Léon

 Amélie Le Calvez prof de français FLE Lanneanou

Jean-Luc Le Calvez retraité de la Manufacture de Tabac militant PCF Front de Gauche ancien élu de Morlaix

Jean Le Corre Roscoff

Serge Le Doyen, pompier retraité, Plouégat-Moysan

Georges Le Duff retraité militant PCF Lanmeur

Suzanne Le Duff enseignante retraitée Lanmeur

Léon Le Gall retraité agriculteur Saint Jean du Doigt

Jean-Claude Le Fer cheminot retraité gérant de maison d'hôte PCF Plouigneau

Gabriel Le Gall Artisan Ebéniste à la retraite adhérent PCF conseiller municipal de 2001 à 2014 Roscoff

Yvan Le Gall syndicaliste CGT agent municipal Morlaix

Marie-Hélène Le Guen syndicaliste retraitée de la La Poste adhérente PCF Morlaix

Christiane Le Jeune retraitée adhérente PCF Plougonven

Eliane Lejeune Morlaix

Yvon Le Jeune retraité militant PCF Plougonven 

Fanch Le Marrec artiste chanteur Plougasnou

Paul Le Moal retraité de la fonction publique hospitalière Plouézoc'h

Yvette Le Moal retraitée de la fonction publique hospitalière Plouézoc'h

Michel Lespagnol retraité de France Télécom adhérent PCF Morlaix

Anne L'Hénaff retraitée militante associative

Robert Le Sech retraité de la fonction publique hospitalière

Anne-Claire Le Vaillant architecte féministe CNDF/FDFA Morlaix

Vinko Markov biologiste adhérent PCF Morlaix

Jean-Pierre Menez retraité Plouigneau

Gisèle Moal ancienne adjointe PCF à Plourin-les-Morlaix

Marie-Claude Moal retraitée de la fonction publique hospitalière

Denise Montuelle Plougasnou militante associative Morlaix

Eliane MORVAN active F A T P  U l  C G T  St POL  

Jean-Marc Nayet retraité de l'aéronautique Locquénolé

Lucienne Nayet retraitée, ancienne élue, militante pour la mémoire de la Résistance et la Déportation ainsi que lappel à la citoyenneté face à l’histoire Locquénolé

André Nuiaouet retraité des PTT Morlaix

Jean-Yvon Ollivier retraité militant syndical et associatif Saint-Martin des Champs

Dominique Ollivier engagement associatif Saint Martin des Champs

Marie-Noëlle Plassart Morlaix 

Nicolas Plassart  24 ans Ingénieur en Génie Civil Morlaix

Sharon Pollitt assistante administrative Plounéour Ménez

Françoise Porcher retraitée enseignement Saint-Martin des Champs

Amandine Postic commerçante Morlaix

Jean-Claude Postic retraité militant PCF Lanmeur

Jeannine Postollec employée de mairie dans les écoles retraitée Morlaix

Myriam Plusquellec, infirmière à l'hôpital Lannéanou

Michel Prigent retraité militant PCF Plouigneau

Marie-Claude Prigent retraitée de la métallurgie syndicaliste Saint-Martin des Champs

Yvette Prigent retraitée adhérente PCF Plouigneau 

Jean-Paul Primet, retraité de l'enseignement, militant PCF - Roscoff

Serge Puil militant PCF, militant syndical Morlaix

Daniel Ravasio retraité militant syndical secrétaire de section PCF pays de Morlaix Saint Thégonnec

Pierre Saint Jalme cuisinier adhérent PCF Morlaix

Jean-Yves Salaün retraité Roscoff

Françoise Salaün retraitée Roscoff

René Saout syndicaliste Carantec

Amélie Salzenstein Plougonven

Paskal Scattolin Salarié Hop Morlaix

Valérie Scattolin 51 ans syndicaliste à Hop élue Front de Gauche à Morlaix. 

Mikaël Seillé Pleyber-Christ

Serge Senant retraité logistique camion Plougasnou

William Serrano travailleur de l'Etat Plounéour Ménez

Pierre Siohan chercheur indépendant Plougoulm 

Jannine Sorholus, syndicaliste, militante associative

Guy Tandé retraité hospitalier syndicaliste Saint-Martin des Champs

Julia Thatje enseignante documentaliste Morlaix

Michel Tudo Deler 63 ans retraité SNCF CGT Cheminots Setion PCF Canton de Lanmeur

Jean-Noël URIEN Retraité F A T P  UL  C G T  St POL

Jean-François Vérant Plougasnou 


 

 

Nono- 16 mars 2017 - campagne législative d'Ismaël Dupont

Nono- 16 mars 2017 - campagne législative d'Ismaël Dupont

Un député vraiment à gauche pour la circonscription de Morlaix - Comité de soutien à la candidature d'Ismaël Dupont et Muriel Grimardias - Législatives 2017: L'Humain au coeur !
Un député vraiment à gauche pour la circonscription de Morlaix - Comité de soutien à la candidature d'Ismaël Dupont et Muriel Grimardias - Législatives 2017: L'Humain au coeur !
Un député vraiment à gauche pour la circonscription de Morlaix - Comité de soutien à la candidature d'Ismaël Dupont et Muriel Grimardias - Législatives 2017: L'Humain au coeur !
Un député vraiment à gauche pour la circonscription de Morlaix - Comité de soutien à la candidature d'Ismaël Dupont et Muriel Grimardias - Législatives 2017: L'Humain au coeur !
Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans LA VIE LOCALE
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 19:27
Affiche campagne législatives Ismaël Dupont - Muriel Grimardias

Affiche campagne législatives Ismaël Dupont - Muriel Grimardias

 

Le 1er tour des élections législatives c’est le dimanche 11 juin. 15 candidats se présentent sur l'élection législative dans la circonscription de Morlaix: 

 

Quatrième circonscription - candidats titulaires

BLOSSE Patricia - Lutte ouvriere

ROUSSEL Edith - Front national

NICOLE Corinne - Oui la Bretagne

LURET Virginie - Parti chrétien-démocrate

PRIGENT Christine - Europe écologie-Les Verts

LE GOFF Jean-Paul Yves - Rassemblement pour l'initiative citoyenne

KERGUILLEC Julien - La France insoumise

BUI Gwenegan - Parti socialiste

DUPONT Ismaël - Parti communiste francais- Front de Gauche 

LE SAUX Florian - Debout la France

CHORLAY Anne - Parti du vote blanc

DE CALAN Maël - Les Républicains

LE FEUR Sandrine - La République En Marche

BOUGOT Serge - Alliance écologiste indépendante

GRALL Virginie - Union populaire républicaine

Après le succès des réunions publiques de Roscoff le 13 mai (80 personnes) et de Lanmeur le 16 mai (50 personnes), plusieurs autres réunions publiques, distributions de tracts sont programmées pour nos candidats, Ismaël Dupont et Muriel Grimardias.

L'affichage sur les panneaux officiels de nos affiches commence le lundi 22 mai. Nous avons l'emplacement n°4, pour la 4ème circonscription. Les planètes sont donc bien alignées. 

Voici le calendrier actualisé.

Lundi 22 Mai (17 h 30 – Morlaix– local de la section) : Réunion du Comité de Campagne/ Conférence de presse du Comité de soutien à la candidature d'Ismaël Dupont et Muriel Grimardias. A 12h, le même jour, tournage d'un interview vidéo avec Tébéo au siège du Télégramme à Morlaix. 

 

Mercredi 24 Mai (18 h 30 – Sizun - salle St Ildut) : Réunion publique

Il s’agira d’une réunion publique animée par nos deux candidats, Ismaël DUPONT et Muriel GRIMARDIAS.

Une distribution de tracts est programmée le lundi 22 mai : 14 h – Mairie de Sizun.

 

Mardi 30 Mai (18 h 30 – Plouigneau – Espace Coatanlen) : Réunion publique

Il s’agira d’une réunion publique animée par nos deux candidats, Ismaël DUPONT et Muriel GRIMARDIAS.

 

Jeudi 1er juin (18 h 30 – Locquenolé – salle Kerbrat) : Réunion publique

Il s’agira d’une réunion publique animée par nos deux candidats, Ismaël DUPONT et Muriel GRIMARDIAS.
 

Vendredi 2 juin (18 h 30 – Cléder – salle du Hameau de Creac’h Oalec) : Réunion publique

Il s’agira d’une réunion publique animée par nos deux candidats, Ismaël DUPONT et Muriel GRIMARDIAS.
 

Mardi 6 juin (18 h 30 – Saint Pol de Léon – salle de la Voute Manoir de Keroulas) : Réunion publique

Il s’agira d’une réunion publique animée par nos deux candidats, Ismaël DUPONT et Muriel GRIMARDIAS.

 

Mercredi 7 juin (18 h 30 – Morlaix – salle de la Mairie) : Réunion publique

Cette date et le lieu sont encore à confirmer (on attend une réponse de la mairie de Morlaix).

Il s’agira d’une réunion publique animée par nos deux candidats, Ismaël DUPONT et Muriel GRIMARDIAS.

dessin de Nono pour la campagne d'Ismaël Dupont - mars 2017

dessin de Nono pour la campagne d'Ismaël Dupont - mars 2017

dessin de Nono pour la campagne d'Ismaël Dupont - mars 2017

dessin de Nono pour la campagne d'Ismaël Dupont - mars 2017

dessin de Nono pour la campagne d'Ismaël Dupont - mars 2017

dessin de Nono pour la campagne d'Ismaël Dupont - mars 2017

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans LA VIE LOCALE
commenter cet article
21 mai 2017 7 21 /05 /mai /2017 19:27
Législatives 11 et 18 juin 2017: Ismaël Dupont et Muriel Grimardias, L'Humain au coeur
Législatives 11 et 18 juin 2017: Ismaël Dupont et Muriel Grimardias, L'Humain au coeur

Madame, Monsieur, 

Le 11 et 18 juin, vous aurez l'occasion de vous donner un député vraiment à gauche pour la circonscription, prêt à porter une opposition claire et pugnace à la volonté d'Emmanuel Macron de continuer à détruire le droit du travail, les services publics, la sécurité sociale. 

Depuis des années, j'ai démontré ma disponibilité au service des citoyens et des salariés qui résistent et qui luttent dans le pays de Morlaix, au service des victimes des politiques d'austérité, libérales et inégalitaires. 

Mon engagement politique est ancien, bénévole, et nourri par mon goût des autres aussi bien que par une réflexion politique, nourrie par la connaissance de l'histoire, l'action militante de terrain, le partage, et des idéaux profondément enracinés par mon expérience de vie.  

En tant qu'élu d'opposition du Front de gauche depuis 2014 à Morlaix et Morlaix-Communauté, je m'engage avec détermination, force, et constance, sans démissionner face à la difficulté, pour honorer les mandats que m'ont donnés les citoyens, pour plus de démocratie, plus de préoccupation écologique, pour remettre en cause les politiques d'austérité et libérales, défendre les services publics, les associations sociales et culturelles.

Si vous m'élisez député, je ne vous décevrai pas, tout comme les députés du Front de Gauche conduits par André Chassaigne ont su incarner les cinq dernières années proximité, défense des intérêts populaires, propositions de progrès social et combativité, et vous aurez un député de résistance à la politique ultra-libérale dictée par le grand patronat et la finance des Macron, Philippe, Le Maire, et consorts.  

Ismaël Dupont  

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans LA VIE LOCALE
commenter cet article

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste et du Front de Gauche. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011