Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 novembre 2020 7 15 /11 /novembre /2020 07:16

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2020 7 15 /11 /novembre /2020 05:58

Fabien Roussel invité de Europe 1 avec Sonia Mabrouk le 12 novembre 2020

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2020 7 15 /11 /novembre /2020 05:55

Débat avec les historiens Frédérick Genevée, Jacques Girault, Jean-Louis Robert. Animé par Guillaume Roubaud-Quashie

Partager cet article

Repost0
15 novembre 2020 7 15 /11 /novembre /2020 05:53

 

Lourd du symbole colonial, le franc CFA – le franc de la Communauté financière africaine – sera remplacé par l’eco. Mais ce changement de monnaie mettra-il réellement fin à la domination monétaire et coloniale de la France sur une partie importante du continent africain ?

*Ndongo Samba Sylla est économiste du développement sénégalais. Auteur avec Fanny Pigeaud de l’Arme invisible de la Françafrique. Une histoire du franc CFA.

DU DÉNI À LA RECONNAISSANCE ?

« Créé officiellement le 26 décembre 1945 par la France du général de Gaulle, le franc CFA était la dernière monnaie coloniale ayant cours », a souligné le journal le Monde à la suite de l’adoption, le 20 mai 2020, par le gouvernement français, du projet de loi relatif à la révision de l’accord de coopération monétaire entre la France et les huit pays de l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA).

Après des décennies de déni systématique, il est instructif de voir ce journal centriste reconnaître, enfin, que le franc CFA est une « monnaie coloniale » partagée par des pays formellement indépendants, depuis 1960 pour la plupart. Jusque-là, ce type de propos était tenu pour « extrémiste » par les médias français, et par le gouvernement français, qui a régulièrement affirmé que le franc CFA est une « monnaie africaine » et donc un « non-sujet » pour la France, comme le soutenait Emmanuel Macron en novembre 2017, à Ouagadougou. L’usage de l’imparfait dans la phrase précitée laisse penser, à tort, que la page du franc CFA a été définitivement tournée. En réalité, le déni du colonialisme monétaire et, plus généralement, des différentes facettes de l’impérialisme français en Afrique a été l’un des sports favoris de l’opinion publique hexagonale, à quelques exceptions près. Le franc CFA n’est pas encore mort. Et, il vaut la peine de le noter : ce n’est pas la « dernière monnaie coloniale ayant cours ». Le franc des colonies françaises du Pacifique (CFP), créé en même temps que le franc CFA et avec les mêmes principes de fonctionnement, est l’unité monétaire de trois ensembles territoriaux sous administration française. Sa dénomination originelle est demeurée inchangée.

LES NON-DITS D’UNE RÉFORME

Le projet de loi relatif au nouvel accord de coopération entre la France et les pays de l’UEMOA est la suite logique de la réforme du franc CFA annoncée à Abidjan, le 21 décembre 2019, par Emmanuel Macron, en compagnie de son homologue ivoirien, Alassane Ouattara. Pour le moment, celle-ci concerne uniquement le franc CFA utilisé en Afrique de l’Ouest, à l’exclusion du franc CFA utilisé par les six pays de la Communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC). Trois changements principaux sont à l’ordre du jour. Le premier est la fermeture du compte d’opérations, c’est-à-dire du compte courant ouvert au nom de la Banque centrale des États de l’Afrique de l’Ouest (BCEAO) dans les livres du Trésor français. En contrepartie de la « garantie de convertibilité » du gouvernement français – sa promesse virtuelle de prêter des euros à la BCEAO en cas d’épuisement de ses réserves de change –, la BCEAO était jusque-là tenue de déposer au moins 50 % de ses réserves de change sur ce compte. Cela ne devrait plus être le cas : la BCEAO aura, en théorie, la possibilité de placer ses avoirs extérieurs où bon lui semble. Cette concession de la part du gouvernement français est une manière de couper court aux nombreuses spéculations et critiques, parfois infondées, autour du compte d’opérations. Elle s’explique également par des raisons financières : depuis quelques années, le taux d’intérêt nominal que le Trésor français offre à la BCEAO est supérieur aux taux quasi nuls auxquels il peut s’endetter sur les marchés internationaux. Il est à préciser que cela n’est pas ni n’a jamais été une faveur faite aux pays africains ; tout au contraire, les taux d’intérêt réels – les taux nominaux ajustés de l’inflation – ont souvent été négatifs. En d’autres termes, c’est comme si les pays africains, jusque-là, payaient la France pour qu’elle leur garde leurs réserves de change !

Le deuxième changement concerne le retrait des représentants français des instances techniques de la BCEAO. Là, également, l’objectif du gouvernement français est de faire taire les critiques récurrentes sur ce point. Mais il est peu probable qu’il y parvienne. Car, en lieu et place des représentants français, le nouvel accord propose la « présence au Comité de politique monétaire de la BCEAO d’une personnalité indépendante et qualifiée nommée intuitu personae par le Conseil des ministres [de l’UEMOA], en concertation avec la France ».

Le dernier changement envisagé consiste à renommer le franc CFA : il devient « eco ». Le souci du gouvernement français et de ses alliés africains de faire oublier au plus vite un sigle honni a justifié cette décision controversée. Au départ, eco est le nom qui a été collectivement retenu par les quinze pays de la CEDEAO (Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest), dont les huit de l’UEMOA, pour leur projet de monnaie unique régionale qui remonte à 1983. Eco est d’ailleurs l’apocope d’ECOWAS (soit la traduction anglaise du sigle CEDEAO). Après de nombreux reports, l’eco de la CEDEAO était censé voir le jour en 2020. La feuille de route de la CEDEAO tablait sur un schéma, fort peu réaliste, d’intégration graduelle. Les pays qui rempliraient les critères de convergence – c’est-à-dire les critères d’entrée dans la future zone eco – devaient lancer l’eco en 2020. Apparemment, seul le Togo était dans ce cas. La question qui se pose maintenant est de savoir si les pays de la CEDEAO non membres de l’UEMOA, dont les anglophones, accepteront que ceux de l’UEMOA reprennent le nom eco sans autre forme de procès. En attendant, la rhétorique de la « fin » du franc CFA n’a aucune portée opérationnelle puisque l’eco fiduciaire – la circulation des billets de banque et pièces eco – devra attendre quelques années.

S’il est encore moins justifié de parler de « fin » du franc CFA en Afrique de l’Ouest, c’est parce que les mécanismes qui fondent ce dispositif monétaire colonial sont toujours en place. Une abolition du franc CFA aurait nécessité au moins, symboliquement, la fin de l’accord de coopération monétaire entre la France et les pays de l’UEMOA, c’est-à-dire l’abolition de tout lien formel de subordination monétaire de ces derniers vis-à-vis du Trésor français. Or cet accord a été renouvelé dans l’optique de rendre moins visible la domination monétaire française. La parité fixe avec l’euro, objet majeur de la critique des économistes, a ainsi été maintenue. De même, le Trésor français garde toujours un rôle de « garant », qu’il n’a jamais vraiment exercé, ainsi que le reconnaît, entre les lignes, le projet de loi.

L’esprit de la réforme du franc CFA est « tout changer pour que rien ne change ». C’est le principal enseignement que l’on peut tirer de l’audition de deux techniciens du Trésor français et de la Banque de France par la commission des finances de l’Assemblée nationale française, le 12 février 2020. De leur propre aveu, la réforme a pour objectif de sortir des « irritants politiques » sans affecter les « éléments essentiels »du système CFA, à savoir la parité fixe avec l’euro et la « garantie de convertibilité », une périphrase pour désigner un mécanisme de contrôle destiné à garantir les intérêts économiques français.

L'impérialisme monétaire s'étend sur plus de dix pays africains

L’AFROLIBÉRALISME COMME ALTERNATIVE ?

Avant l’annonce de décembre 2019, on pouvait identifier quatre positions sur la question de la réforme du franc CFA. La première est la perspective du « réformisme symbolique » : on se débarrasse des symboles gênants, mais on garde le cœur du système C’est la position du gouvernement français, c’est celle qui est reflétée dans le projet de loi.

La deuxième est la perspective de ce que l’on pourrait baptiser « réformisme adaptatif ». Elle consiste à sauvegarder le pré carré monétaire en l’adaptant à un contexte marqué par un déclin économique et géopolitique de la France. Les propositions comme celles visant à remplacer les représentants français par des Européens et à ancrer le franc CFA à un panier de monnaies (au lieu du seul euro) s’inscrivent dans cette optique. Mais elles tiennent plus du wishful thinking, d’une pensée magique. Le gouvernement français n’est pas prêt à céder volontairement son influence sur son pré carré et ne peut « octroyer » de garantie dans une monnaie tierce.

Tandis que ces deux premières positions émanent de l’intelligentsia françafricaine, la perspective dominante chez les panafricanistes est ce qu’on pourrait appeler celle de l’« abolitionnisme néolibéral ». De quoi s’agitil ? C’est un projet tout à fait paradoxal mais illustratif de la déshérence intellectuelle d’un panafricanisme contemporain noyé dans les eaux glacées de l’afrolibéralisme. Il consiste à dépasser le franc CFA, à mettre hors jeu la France viaune intégration monétaire d’essence néolibérale dans un cadre régional plus large. En effet, beaucoup d’intellectuels et de mouvements panafricanistes croient, à tort, que la monnaie unique CEDEAO, telle qu’elle a été envisagée jusque-là, est une alternative au franc CFA. Ils éludent le fait que la monnaie unique CEDEAO partage la même philosophie monétaire que le franc CFA, devenu euro CFA à partir de 1994, avec la transposition des critères de Maastricht aux pays de l’UEMOA et de la CEMAC. Or c’est un point que le gouvernement français et son allié ivoirien ont parfaitement compris : au jeu des critères de convergence, les pays de l’UEMOA pris collectivement pourront difficilement se faire battre par le reste des pays de la CEDEAO. La dernière position, qui est la nôtre, est celle de l’« abolitionnisme souverain ». Perspective minoritaire, elle met en avant le fait que les conditions politiques et économiques pour un partage mutuellement bénéfique d’une même monnaie ne sont pas remplies au sein de l’UEMOA, un ensemble qui n’a de justification que celle liée à l’histoire coloniale. Par conséquent, ces conditions seraient encore plus problématiques dans un cadre plus large, comme celui de la CEDEAO, où le commerce intracommunautaire est faible (environ 10 % du commerce total) et dont le PIB est dominé à près de deux tiers par le Nigeria, un des rares pays pétroliers de la zone.

Le franc CFA est une sorte de fossile vivant de la colonisation française

Pas plus que la monnaie coloniale aujourd’hui contestée, une monnaie sans souverain – l’euro tropicalisé que la CEDEAO entrevoit – ne peut être une réponse satisfaisante aux défis économiques de la région. Si les pays de la CEDEAO veulent une monnaie unique fonctionnelle et bénéfique pour tous, ils devraient d’abord travailler au plus vite à une union politique fédérale. Le mimétisme ne doit pas les pousser à mettre la charrue avant les bœufs comme les pays de la zone euro l’ont fait. Toutefois, au regard de la faible probabilité à court et moyen terme de l’avènement d’une union fédérale en Afrique de l’Ouest, un abolitionnisme souverain recommanderait plutôt la mise en place de monnaies nationales solidaires : chaque pays de la région doit avoir sa propre monnaie et les différentes monnaies nationales pourraient être rendues solidaires via un système de paiements régional, une unité de compte commune, la mise en place d’un fonds monétaire, la mise en commun d’une partie des réserves de change et l’adoption de politiques communes d’autosuffisance énergétique et alimentaire. Un tel système permet d’avoir tous les avantages attendus d’une monnaie unique sans les inconvénients notoires que la crise de la zone euro depuis 2008 et celle de long terme des pays CFA ont fait ressortir avec acuité.

L’impasse monétaire de l’Afrique de l’Ouest est, d’une certaine manière, l’expression de la contradiction à laquelle les pays francophones font face. D’un côté, leurs élites écartent toute idée d’une monnaie nationale : nombre de panafricanistes, prompts à critiquer leurs maîtres coloniaux, pensent paradoxalement comme eux que les pays de l’Afrique francophone ne sont pas capables, pour une raison ou une autre, de gérer avec succès une monnaie nationale; ce qui ne laisse que l’option d’une monnaie unique. Mais, d’un autre côté, ces pays peuvent difficilement sortir du statu quo monétaire colonial étant donné qu’ils n’ont montré aucune volonté de s’unir dans un cadre fédéral ni entre eux ni avec leurs voisins, un préalable à une intégration monétaire réussie. De ce point de vue, on pourra reconnaître une certaine cohérence politique à la position du gouvernement français. Pendant ce temps, la grande majorité des contempteurs africains de l’impérialisme occidental voient, hélas, dans les projets afro libéraux – monnaies uniques sans souverain, zone de libre-échange continentale, etc. – la réalisation des idéaux du panafricanisme originel. Espérons que la ratification du nouvel accord de coopération monétaire dans chacun des huit pays de l’UEMOA suscitera un débat clarificateur.

 

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 13:00
Vaccin Covid-19 : Pas de géant - par Méline Le Gourrierec, commission internationale du PCF

L’annonce par les laboratoires américains, le "géant" Pfizer, et leur partenaire allemand BioNTech de la mise au point d’un vaccin performant contre la covid-19 à « 90 % d'efficacité » a fait la une de l'actualité en ce début de semaine faisant renaître l’espoir fou d’une sortie proche de la crise pandémique et sanitaire.

Depuis le début de la pandémie, une course de vitesse internationale est engagée pour la recherche d'un traitement et d'un vaccin. La communauté scientifique est sur tous les continents mobilisée à plein pour élaborer et tester en un temps record le vaccin que tous les peuples attendent impatiemment.

Nombre de chercheurs ont souligné l'importance de renforcer la coopération internationale pour atteindre cet objectif tant qualitatif que de délai. C'est d'ailleurs ainsi qu'en temps ordinaire, par la mise en commun et la communication de leurs recherches et résultats, que la médecine et la science franchissent des pas de géant mais cette exigence de coopération s'en trouve redoublée en période de pandémie de Covid19 étant données les l'étendue de la crise sanitaire dans les pays développés et les répercussions sociales de la crise dans un contexte économique déjà sinistré. Malgré l'ostracisme dont elles ont fait l'objet de la part de chefs d’État de grandes puissances, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) et l'Organisation des Nations unies (ONU) n'ont eu de cesse d'appeler les États et gouvernements à inscrire résolument leur action médicale, sanitaire, scientifique dans un cadre commun et coopératif.

Pourtant, c'est bien, à cette heure, partout, la loi du marché et les logiques de compétition qui sont à l'œuvre – l'OMS recense 47 « candidats vaccins » en cours d'essais cliniques en cours –, quitte à laisser sur le banc de touche des centaines de millions d'êtres humains.

A la suite de l'annonce tonitruante de Pfizer, d'autres communiqués ont déferlé mettant en lumière les intérêts en jeu : les industries pharmaceutiques veulent toutes découvrir en premier ce « graal » qui leur apportera un maximum de profits, et aux États, un prestige au plan national et une assise au plan internationale.

Ce dont il s’agit, toutefois, c’est bien de santé publique. En un an, plus de 1,3 millions de femmes et d’hommes sont décédés de ce virus, plus de 34 millions ont survécu mais n'en sont pas sortis indemnes et il faudra encore attendre longtemps avant de bien connaître toutes les séquelles du coronavirus.

L’accès aux soins pour toutes et tous est un combat quotidien face à des systèmes de santé mal en point voire inexistants par endroit. La rentabilité et les intérêts économiques ont pris le dessus. Les soins et les médicaments atteignent, dans certains pays et selon les maladies, des prix exorbitants, excluant de fait des populations entières. Ce constat quotidien appelle des changements profonds, des ruptures de logique.

Nous ne sommes pas, les peuples ne sont pas, égaux face à la covid-19, ni même les individus. La pandémie et la crise sanitaire ont considérablement aggravé les inégalités déjà insupportables dans chaque pays et entre chaque région du monde.

Pour protéger les populations de chaque pays de la Covid19, il n'y a pas d'autres issues viables que de les protéger toutes, partout. L’enjeu est que nous soyons, que les peuples soient, égaux dans l’accès aux vaccins et aux traitements qui seront produits.

C'est là le cœur de la bataille politique du moment.

Il se trouve que la production du fameux vaccin Pfizer-BioNTech est coûteuse et que ses « conditions de conservation sont très contraignantes ». Autrement dit, une sélection par l'argent décidera de qui, où, sera vacciné-e. Or pour être efficace en cas de pandémie, une stratégie de vaccination mise en œuvre et coordonnée au niveau international est indispensable pour protéger les quelque 8 milliards d’êtres humains que nous sommes.

Tout bénéfice du vaccin doit d'abord être médical et humain.

C’est dans ce sens que l’Organisation mondiale de la santé (OMS) participe au mécanisme Covax qui doit « favoriser un accès et une distribution équitables des vaccins, […] pour protéger les populations de tous les pays ».

Et c'est pourquoi, le Parti communiste français s'est engagé dans la campagne européenne pour un vaccin gratuit donc accessible à tous (#Right2Cure).

Il y a l'urgence à laquelle il est indispensable de répondre : protéger les populations, protéger les emplois, protéger les écosystèmes ; et il y a le tournant à prendre : sortir la santé, la médecine et le médicament, la protection sociale du domaine marchand. Rien ne sera plus déterminant que les mobilisations sociales, populaires, pour, là aussi, franchir, ensemble, des pas de géant.

Méline Le Gourriérec,
membre de la commission International du PCF

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 11:48
Centenaire du PCF - Conférence de Adeline Blaszkiewicz-Maison, Fréderic Genevée, Jacques Girault sur le Congrès de Tours ce samedi 14 novembre

Le centenaire du PCF trouvera une traduction plus numérique que nous l'avions prévu.

A partir de ce samedi 14 novembre, nous vous donnerons rendez-vous tous les mardis et samedis à 18h pour des débats Facebook autour du centenaire du congrès de Tours. (Les vidéos seront ensuite disponibles sur la chaîne YouTube du parti.)

Ce samedi, c'est l'histoire du congrès de Tours qui est au programme. Avec Adeline Blaszkiewicz-Maison, doctorante à l'université Paris-1 Panthéon-Sorbonne, Frédérick Genevée, président du Musée de l'histoire vivante, Jacques Girault, professeur émérite à l'université Paris-XIII - Villetan

Mardi, ce sera Picasso et, au-delà, la relation du PCF et des artistes au milieu du XXe siècle.

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 09:07
Néonicotinoïdes : Pour Hubert Wulfranc , "cette loi est emblématique d'une politique qui donne la primeur à l'économie libérale par rapport au vivant."  Lu dans l'Humanité et sur la page Facebook des Députés Communistes le 12 novembre

Néonicotinoïdes : Pour Hubert Wulfranc , "cette loi est emblématique d'une politique qui donne la primeur à l'économie libérale par rapport au vivant." Lu dans l'Humanité et sur la page Facebook des Députés Communistes le 12 novembre

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 08:15
Massacres du 13 novembre 2015: il y 5 ans déjà, le massacre terroriste au Bataclan et à Paris, nous n'oublions pas...
Ni oubli ni pardon !
L'intégrisme religieux quel qu'il soit est source de haine, de division et de crime odieux ! Le projet islamiste djihadiste qui n'a rien à voir avec est un projet barbare, totalitaire et dément.
Il y a 5 ans, 130 hommes et femmes étaient tués.
130 vies fauchés, autant de familles endeuillées.
Tout cela pourquoi, parce qu'ils ou elles étaient journalistes, policiers, professeurs ? Non car ils assistaient à un match de foot, buvaient un verre en terrasse ou participaient à un concert.
5 ans après, notre pays reste endeuillé, reste marqué. Chacun de nous se souvient du lieu où il était à l'annonce de cette attaque, chacun de nous se souvient de ce tragique vendredi 13 novembre 2015.
Aujourd'hui, rendons hommage à ces 130 vies fauchés, aux 130 familles en deuils, à l'ensemble des victimes.
 
Enzo de Gregorio, militant du PCF Pays de Morlaix et du MJCF

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 08:08

 

L'Humanité - Vendredi 13, Samedi 14, Dimanche 15 novembre 2020

Entretien de Fabien Roussel avec Julia Hamlaoui

Face aux crises qui frappent le pays, le PCF entend se donner les moyens de concourir à la présidentielle, explique son secrétaire national, Fabien Roussel. Une décision à laquelle il se prépare mais qui n’est pas encore prise. 

ENTRETIEN.

 

Cinq ans se sont écoulés depuis les attentats du 13 novembre 2015. Alors que la France est frappée par une série d’attaques, quel sens doit prendre cette commémoration ?

FABIEN ROUSSEL Les attentats du Bataclan, ces six attaques au cœur de Paris, leurs 130 morts et 413 blessés ont marqué le pays, et le marqueront pendant longtemps. Se remémorer cette date, c’est remettre en perspective les dizaines d’attaques qui ont eu lieu depuis jusqu’à celles qui ont frappé le professeur Samuel Paty et les trois personnes tuées dans la basilique de Nice. La menace terroriste existe, il est impossible de la nier, et il faut s’y attaquer. Mais la menace est double. Elle vient à la fois de ceux qui défendent l’islamisme, un véritable projet politique que nous combattons, et de l’extrême droite, car les deux théorisent la guerre des civilisations, des religions. Face à cela, la République est le meilleur des antidotes.

 

La réponse du gouvernement est-elle à la hauteur des valeurs de la République qu’il met sans cesse en avant ?

FABIEN ROUSSEL La bonne réponse ne peut être que globale et surtout pas la surenchère guerrière qui est extrêmement dangereuse. Oui, il faut punir les djihadistes, leurs complices, renforcer la sécurité de nos concitoyens, mais cela ne suffira pas à faire reculer toutes les formes de fascisme qui se développent. D’autres leviers doivent être actionnés et les amalgames soigneusement évités. Nous, communistes, appelons à l’unité du peuple de France, à l’heure où tout est fait pour nous diviser et nous opposer. Pour cela, certains n’hésitent pas à user de vieilles ficelles, comme le montrent les accusations d’islamo-gauchisme. Ce sont les mêmes qu’utilisaient ceux qui, à une autre époque, voulaient faire alliance avec Hitler et traitaient les communistes de « judéo-bolcheviques ».

 

Vous préconisez d’« assécher le terreau du terrorisme ». Avec quelles mesures ?

FABIEN ROUSSEL Une citation de Jaurès est encore aujourd’hui d’une justesse incroyable : « La République doit être laïque et sociale mais restera laïque parce qu’elle aura su être sociale. » Aujourd’hui, tout le monde veut plus de République. Mais, plus que des discours, il faut des moyens exceptionnels, restaurer nos services publics, en créer de nouveaux, bref, un plan global pour que tous les citoyens jouissent des mêmes droits au logement, à la santé, à l’emploi, à la culture. C’est loin d’être le cas aujourd’hui. La République a reculé dans trop d’endroits. À commencer par l’école, malgré l’engagement des enseignants. À force de dégraisser le mammouth, il n’a plus que la peau sur les os, il faut lui redonner chair. Car c’est ici que l’on peut faire vivre ces valeurs en cultivant l’esprit critique, en partageant les connaissances, en ouvrant l’accès à la culture, au sport… Le vivre- ensemble commence par là. C’est pourquoi nous voulons au plus vite des états généraux.

En décembre, un projet de loi contre le « séparatisme islamisme » doit être présenté avec l’objectif de renforcer la laïcité. L’équilibre des dispositions actuelles doit-il être modifié ?

FABIEN ROUSSEL Depuis 115 ans, la loi de 1905 fait vivre la laïcité, la liberté de conscience de chacun, dans un équilibre fragile, difficile, et qui pourrait basculer. Nous sommes favorables au renforcement de la transparence sur le financement du culte, à de nouvelles mesures de lutte contre les appels à la haine ou encore à la scolarisation à l’école de tous les enfants dès 3 ans. En revanche, si l’État va plus loin et se mêle de l’organisation de certains cultes, cela pourrait dynamiter le principe d’égalité de traitement entre toutes les religions. De même, il serait inadmissible que ce texte fasse l’amalgame entre une religion et les attentats dont nous sommes victimes.

 

Vous évoquez une surenchère sécuritaire, qui prend place aussi sur le terrain de la laïcité. La droite, par exemple, voudrait faire interdire le voile pour les mères accompagnant des sorties scolaires. Comment réagissez-vous ?

FABIEN ROUSSEL La droite tente d’opérer une récupération politique, d’opposer nos concitoyens en fonction de leurs croyances, et de stigmatiser certaines religions, en surfant sur les thématiques de l’extrême droite. Dans ces cas-là, l’original est toujours préféré à la copie. Ce jeu est extrêmement dangereux. Nous appelons à défendre les fondements de la laïcité, qui impliquent aussi de respecter ceux qui croient. Il faut défendre bec et ongles le principe d’égalité entre femmes et hommes, et donc refuser toutes les discriminations dont les femmes sont victimes. Mais il faut s’en tenir au respect des règles républicaines en vigueur sur le port des signes religieux. Elles ne concernent pas les mamans qui ­accompagnent les sorties.

 

Sur le terrain sécuritaire, la majorité prépare une loi dite de « sécurité globale ». Qu’y oppose le PCF ?

FABIEN ROUSSEL Nous voulons faire vivre le droit à la sécurité et à la tranquillité pour tous nos concitoyens. Nous menons en ce moment même un important travail et nous présenterons nos propositions d’ici à la fin de l’année. Je peux affirmer qu’elles seront en décalage avec celles faites par la majorité et la droite, qui parlent la même langue, entre privatisation de la sécurité et atteinte à la liberté de la presse.

Ces mesures porteront sur les moyens, les missions, le lien entre polices nationale et municipale. Combien de commissariats fermés ces quinze dernières années ? Pourquoi autant d’inégalités ? Certaines villes comptent un policier pour 100 habitants, d’autres un pour 400. Cela va également de pair avec le renforcement des moyens accordés à la justice. Si les robes noires ont manifesté, c’est bien parce qu’on les a privées des ressources pour exercer leurs missions dans de bonnes conditions au nom de l’austérité.

 

La France est durement frappée par la crise sanitaire. Vous avez interpellé le premier ministre cette semaine à propos du confinement. Pourquoi estimez-vous que des mesures plus strictes sont indispensables ?

FABIEN ROUSSEL Les personnels soignants que je rencontre tirent tous la sonnette d’alarme, car les services de réanimation sont déjà saturés. La responsabilité du gouvernement est immense alors que le président de la République avait assuré le 14 juillet que nous serions prêts pour la deuxième vague. L’exécutif perd pied, se replie sur lui-même. Faute de démocratie, les mesures qu’il prend ne sont ni comprises ni admises. Cela nous coûte cher : 42 000 morts du Covid en France, contre 11 000 en Allemagne. Il a fait le choix d’un confinement libéral, doux avec les gros et dur pour les petits. Nous demandons un confinement plus juste, plus cohérent, plus lisible et qui freine vraiment la circulation du virus. Il faut le décider collectivement, y compris avec les syndicats pour déterminer les activités indispensables ou non. Malgré les démentis de la ministre du Travail, un tiers des clusters sont dans les entreprises. Et la mise en place d’une campagne de tests systématiques et d’isolement des personnes infectées est la seule véritable solution, comme le montrent les expériences menées en Asie notamment.

 

Comment parer aux conséquences sociales ?

FABIEN ROUSSEL Les ouvriers qui vont à l’usine prennent le risque d’attraper le virus. Mais si elle est à l’arrêt, ils perdent 16 % de salaire. À quand un accompagnement plus juste de la crise ? Tout le monde doit être indemnisé à 100 %, du salarié aux PME. Le gouvernement prétexte que cela coûterait trop cher. Mais il refuse de mettre à contribution le capital. Axa a distribué, en 2020, 1,7 milliard d’euros de dividendes et fait partie des assureurs qui ont refusé de prendre en charge les pertes d’exploitation. Amazon est peut-être l’entreprise qui va gagner le plus sur la crise. Les parlementaires PCF proposent d’imposer davantage les Gafa, banques et assurances pour alimenter un fonds d’indemnisation de nos PME, de nos commerçants, de nos artisans (lire notre entretien avec Éric Bocquet).

 

Votre conseil national a, la semaine dernière, lancé les travaux du 39e congrès du PCF. Alors qu’il célèbre ses 100 ans, à quels défis devra-t-il répondre lors de ce rendez-vous ?

FABIEN ROUSSEL Avec cette pandémie, nous traversons une crise de civilisation. Le retour à la normale annoncé en 2022 par Bruno Le Maire est un mensonge. Le virus accélère et décuple une crise profonde, économique, sociale, démocratique. Le congrès du Parti communiste devra en prendre la mesure et construire des réponses à la hauteur, en actualisant son projet et ses propositions, à l’aune de ces crises. Besoin d’investir dans les services publics, la transition écologique, la réindustrialisation, éradiquer le chômage et la pauvreté… cela passe inévitablement par une rupture avec le système économique actuel. C’est à ce niveau que notre 39e congrès doit placer son ambition.

 

La question des échéances de 2022, présidentielle et législatives, sera aussi à l’ordre du jour. Comment l’abordez-vous ? Le PCF aura-t-il une candidature ?

FABIEN ROUSSEL La victoire aux États-Unis de nombreux candidats du courant socialiste de Bernie Sanders, le Chili, la Bolivie… Ce sont des lueurs d’espoir dans un monde pourtant au bord du gouffre. Dans cette crise, nous voulons nous aussi porter un espoir pour le monde du travail et de la création avec un projet communiste pour la France. Nombreux sont ceux qui voudraient que le pouvoir change juste de mains en 2022. Nous, nous voulons que les travailleurs du pays reprennent la main sur leur avenir. La question de porter fortement cette ambition à la présidentielle et aux législatives est pleinement posée. Il faut donc s’y préparer, consulter, interroger nos élus pour recueillir les 500 signatures. C’est ce à quoi nous devons dès maintenant nous atteler pour pouvoir faire un choix.

 

Comment accueillez-vous la candidature de Jean-Luc Mélenchon ?

FABIEN ROUSSEL Elle n’est pas une surprise. Et ce ne sera pas une surprise non plus si nous décidons collectivement de présenter un candidat communiste. Nos concitoyens doivent avoir le choix. Est-ce que les travailleurs – les hommes et souvent les femmes en première ligne dans cette crise sanitaire méprisés par l’exécutif, les actionnaires et le Medef – seront représentés lors de ces élections ? Cette crise appelle des réponses fortes mais surtout construites avec le monde du travail. C’est notre objectif. Nous voulons proposer un changement de société en rupture avec les logiques financières de ces dernières années, pour mettre l’être humain et la planète au cœur de tous les choix.

 

Vous avez rencontré Jean-Louis Debré, qui doit remettre ce vendredi ses travaux sur la tenue des élections régionales et départementales initialement prévues en mars. La piste d’un report en juin serait privilégiée. Partagez-vous cette option ? Les discussions se poursuivent-elles à gauche ?

FABIEN ROUSSEL Au-delà de la date de l’élection, nous sommes attachés au fait de pouvoir mener campagne, de parler aux gens, de les réunir, de leur présenter un programme. Si on organise un vote, sans campagne, on risque un taux d’abstention très élevé. Donc si ce n’est pas possible, il ne peut y avoir d’élection. Mais si on doit vivre avec le virus, on doit pouvoir faire vivre la démocratie. Des solutions pour faire campagne, même par petits groupes, doivent être trouvées.

Quant aux discussions à gauche, nous les poursuivons avec l’ensemble des forces. Notre objectif est, dans les régions comme les départements, de créer les conditions d’obtenir un maximum de représentants du peuple pour défendre nos propositions et mettre en place des politiques de gauche. Pauvreté, difficultés des retraités, activités économiques, transports, climat, emplois… Avec leurs compétences, ces collectivités détiennent une partie de la réponse face à la crise. À condition de faire gagner la gauche et donc de nous rassembler puisque ce mode de scrutin nous le permet.

 

À la présidentielle, la dispersion des candidatures ne fait-elle pas courir le risque d’une élimination de la gauche ?

FABIEN ROUSSEL La dispersion des candidatures ne doit pas cacher et ne peut résumer le problème majeur : l’abstention de millions de nos concitoyens ou le dévoiement de leurs exigences dans des votes qui ne débouchent sur aucune avancée réelle pour y répondre. La question clé est celle d’unir les travailleurs dans un projet de société en rupture avec ce système économique, qui doit donc être une alternative à l’exploitation capitaliste et aux dominations. À l’heure de la crise de civilisation, plus que jamais le Parti communiste a un rôle à jouer pour ce rassemblement.

 

Fabien Roussel : « Une candidature communiste en 2022 ne serait pas une surprise » (L’HUMANITE - Vendredi 13 Novembre 2020 - Julia Hamlaoui)

Partager cet article

Repost0
14 novembre 2020 6 14 /11 /novembre /2020 07:00
Onfray. Négationniste - Carbone 14 - lu dans L'Humanité cette semaine

Celui qui s'acoquine avec l'extrême-droite nationaliste, xénophobe et souverainiste dans sa revue populiste si mal nommée "Front populaire", celui qui prétend démonter dans des vidéos, des livres conspirationnistes et des interviews la "légende d'un PCF résistant", alors que son évolution idéologique le conduirait tout droit dans les fourches caudines d'un neo-petainisme (la terre ne ment pas!!!?), vient encore une fois, il y a une semaine, invité dans une émission politique à la télé, de faire l'illustration de sa légèreté historique et politique et de son anticommunisme forcené en qualifiant les communistes d'habités par une tentation antisémite.

C'est insupportable et abject! C'est un contresens absolu sur toute l'histoire du mouvement communiste, fin de la période stalinienne exceptée en union soviétique où l'antisémitisme était il est vrai présent (même le stalinisme est une déviation monstrueuse du communisme).

 Si les ondes sont ouvertes à Michel Onfray, c'est que c'est un bon idiot utile du système, qui en profite d'ailleurs largement pour ses intérêts personnels.

Lire aussi:

MICHEL ONFRAY, DE LA DEROUTE A LA DERIVE... - Jean-Emmanuel Ducoin, L'Humanité

Michel Onfray ou l'enlisement de la pensée iconoclaste dans le poujadisme des néo-réactionnaires : "Ravi" - billet de Maurice Ulrich (L'Humanité, 15 novembre 2017)

Onfray falsifie l'histoire: les communistes n'auraient parait-il commencé à résister qu'après l'invasion de l'URSS: Léon Landini, ancien résistant FTP-MOI, remet les pendules à l'heure

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents