Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 janvier 2021 7 17 /01 /janvier /2021 08:09
Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Jeunes communistes de Brest

Photo Jeunes communistes de Brest

Photo de Taran Marec

Photo de Taran Marec

Photo Enzo de Gregorio

Photo Enzo de Gregorio

Photo Enzo de Gregorio

Photo Enzo de Gregorio

Photo Enzo de Gregorio

Photo Enzo de Gregorio

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Photo Enzo de Gregorio - Brest, 16 janvier 2021- Marche des Libertés

Fichage, surveillance généralisée de la population, violences policières... Malgré la pluie, les jeunes communistes du Pays de Brest étaient une nouvelle fois mobilisé·es pour défendre nos libertés et exiger l'abandon de l'ensemble de ces textes liberticides ! ✊
#StopLoiSecuriteGlobale #ActeVI

Page des Jeunes communistes de Brest

Loi sécurité : « »Nous voulons des gardiens de la paix, pas des forces de l’ordre, c’est toute la différence »

La fédération du Finistère du PCF appelle à participer ce samedi 16 janvier à 15 h à la marche des libertés pour le retrait de la loi dite de « sécurité globale » à Brest Place de la Liberté

Devant le juge la parole de l’autorité publique a toujours plus de valeur que celle des citoyens. Cela a pu engendrer des formes d’impunité et des abus. Cette situation ne date pas des gilets jaunes même si elle a pu se dégrader depuis. Or la loi dite de « sécurité globale » limite considérablement le contrôle des forces de l’ordre par les médias et les citoyens. Sous couvert de leur protection il deviendrait impossible de les filmer. Les abus ne seront que facilités. Ces forces de l’ordre qui pourraient porter leurs armes y compris après leur service.

En serons-nous rassurés ? Le transfert des pouvoir régaliens à une police municipale voire privée, l’utilisation des drones de surveillance ubiquitaires, surfant sur l’émotion événements effroyables mais néanmoins tout à fait ponctuels, nous emmènent vers de graves dérives autoritaires.

Le problème est en fait mal posé. La police, absolument nécessaire, a elle aussi, besoin de moyens. Mais ni des moyens de guerre ni de mutilation.

Nous avons besoin d’une police de proximité présente et visible, avec des moyens humains renforcés, formés au service des citoyens pour la sécurité de toutes et tous dans le respect de notre belle devise : liberté, égalité, fraternité !

Loi sécurité : « »Nous voulons des gardiens de la paix, pas des forces de l’ordre, c’est toute la différence »

La fédération du Finistère du PCF appellait à participer ce samedi 16 janvier à 15 h à la marche des libertés pour le retrait de la loi dite de « sécurité globale » à Brest Place de la Liberté

Devant le juge la parole de l’autorité publique a toujours plus de valeur que celle des citoyens. Cela a pu engendrer des formes d’impunité et des abus. Cette situation ne date pas des gilets jaunes même si elle a pu se dégrader depuis. Or la loi dite de « sécurité globale » limite considérablement le contrôle des forces de l’ordre par les médias et les citoyens. Sous couvert de leur protection il deviendrait impossible de les filmer. Les abus ne seront que facilités. Ces forces de l’ordre qui pourraient porter leurs armes y compris après leur service.

En serons-nous rassurés ? Le transfert des pouvoir régaliens à une police municipale voire privée, l’utilisation des drones de surveillance ubiquitaires, surfant sur l’émotion événements effroyables mais néanmoins tout à fait ponctuels, nous emmènent vers de graves dérives autoritaires.

Le problème est en fait mal posé. La police, absolument nécessaire, a elle aussi, besoin de moyens. Mais ni des moyens de guerre ni de mutilation.

Nous avons besoin d’une police de proximité présente et visible, avec des moyens humains renforcés, formés au service des citoyens pour la sécurité de toutes et tous dans le respect de notre belle devise : liberté, égalité, fraternité !

Marche des libertés. Des dizaines de rassemblements partout en France pour « maintenir la pression »

Samedi 16 Janvier 2021 - L'Humanité

La mobilisation contre la proposition de loi sécurité globale continue : la trêve des confiseurs n’a pas eu raison de la détermination des manifestants qui étaient plusieurs milliers à Paris. Tous s’inquiètent de la dérive autoritaire d’un pouvoir qui multiplie les lois liberticides.

 

Fait devenu trop rare depuis quelques mois, voire années : samedi, une manifestation parisienne a pu atteindre, sans heurts, son point d’arrivée. En l’occurrence, la place de la Bastille pour une nouvelle «marche des libertés» partie de la place Félix Eboué (12e arrondissement). Sous une météo capricieuse, les bonnets, capuches et autres chapkas s’ajoutent aux masques sur les têtes de manifestants, dont certains retombent en enfance. Ici et là, des batailles de boules de neige s’improvisent, témoignant d’une ambiance festive, voire fêtarde puisque des enceintes crachent de la musique techno face à des teufeurs ravis de pouvoir danser sans être réprimés. Au total, ils sont plusieurs milliers à avoir répondu présents à l’appel de la coordination #StopLoiSécuritéGlobale, qui regroupe notamment syndicats de journalistes et associations de défense des libertés. Un rendez-vous suivi dans toute la France où des dizaines de rassemblements ont eu lieu, de Lille à Marseille en passant par Toulouse ou Nancy. Avec le même mot d’ordre partout : «maintenir la pression» sur un exécutif très offensif sur les libertés individuelles et collectives.

Proposition de loi sécurité globale, décrets autorisant le fichage pour des opinions politiques, projet de loi «séparatismes», contournement systématique du Parlement, prorogation de l’état d’urgence sanitaire : les coups de boutoir se multiplient, forçant les citoyens à réagir. Un contexte qui inquiète Emmanuel Poupard, premier secrétaire général du SNJ, bien emmitouflé dans sa parka et son écharpe: «Le gouvernement veut mettre la population et les journalistes au pas, et donc cadenasser la société pour limiter l’expression publique. Si on empêche les gens de contester, on n’est plus dans une démocratie. Il y a une atteinte générale aux libertés publiques en organisant une surveillance généralisée de la population. » Le journaliste David Dufresne sait que le combat sera long. « La proposition de loi sécurité globale ne sera discutée qu’en mars au Sénat mais continuer à manifester est une façon de garder les esprits aiguisés et de rester à l’affût face à un gouvernement très actif », explique le réalisateur du documentaire Un pays qui se tient sage.

«La France n’est pas capable d’appliquer sa propre devise»

Le principal point d’achoppement reste le fameux article 24 qui vise à empêcher les citoyens et les journalistes de filmer les policiers et les gendarmes pour contrôler leur action. Une disposition liberticide que les parlementaires macronistes ont promis de réécrire. Derrière une banderole demandant «Vérité et justice pour Gaye Camara», un homme noir de 26 ans tué lors d’une intervention policière il y a trois ans, Landry s’énerve que la Macronie veuille l’empêcher d’exercer son droit de vigie. «La répression policière s’abat dans nos quartiers depuis des années, explique-t-il. La vidéo est un moyen de faire pression, et parfois il ne suffit pas comme on l’a vu avec l’affaire Cédric Chouviat. Les policiers sont protégés et la France n’est pas capable d’appliquer sa propre devise : quand on commet un meurtre, nous, on va en prison. » Le jeune homme, visiblement ému, observe impuissant «une partie de la classe politique» discriminer les quartiers populaires «sans prendre la peine de connaître» ceux qui y habitent. «Mais quand on gagne une coupe du monde, là, ils sont contents», ironise-t-il.

Au moment où Landry termine sa phrase, la foule s’élance pour son parcours de 2,5 kilomètres sous la grisaille de janvier. Sur les côtés, en nombre, les CRS coulissent pour encadrer les manifestants, les empêchant parfois de quitter le rassemblement ou même de marcher sur les trottoirs plutôt qu’au milieu de la rue. Certains fonctionnaires ne portent pas non plus leur matricule d’identification, alors même que la loi les y oblige. Malgré l’impressionnant dispositif, le cortège reste bon enfant. « Bonne année ! Allez, soyez gentils cette fois », lance même une gilet jaune aux policiers qui ne décrochent pas un sourire. Quelques minutes plus tard, à l’angle de l’avenue Daumesnil et de la rue Montgallet, un cordon de CRS bloque la foule sans raison apparente. «La moitié de la manif et les camions sont bloqués illégalement par le préfet Lallement», tweete Arié Alimi, avocat et membre de la Ligue des droits de l’Homme. Sur Twitter toujours, le ministre de l’Intérieur félicite ses troupes qui ont «empêché la tenue d’une rave party à proximité de la manifestation». Il s’agissait seulement de quelques jeunes derrière un camion sono. Rien à voir, donc, avec la rave party du 31 décembre dernier à Lieuron (Ille-et-Vilaine).

«J’ai une trouille pas possible»

«C’est la technique classique du préfet Lallement soutenu par Macron : un dispositif policier absolument disproportionné. Tout pousse pour qu’il y ait des violences et des blessés. Nous prônons la désescalade plutôt que l’affrontement permanent », appelle la députée FI Mathilde Panot. Fort heureusement, aucun affrontement n’est à déplorer dans la capitale, bien que quelques échauffourées aient émaillé le rassemblement nantais et qu’à Lille, les policiers ont répliqué avec du gaz lacrymogène aux quelques boules de neige lancées par des participants.

Peu importe si la répression policière est devenue la norme, le gilet jaune Jean-Louis, ingénieur à la retraite, estime qu’il est de son « devoir de descendre dans la rue ». « Je suis plus qu’inquiet pour les libertés publiques : j’ai une trouille pas possible, confie-t-il. Quand on a perdu une liberté, on ne la retrouve plus jamais. » C’est pour éviter une nouvelle dérive autoritaire que ce moustachu, prêt à aller « jusqu’au bout », sera présent lors du prochain rassemblement prévu le 30 janvier. D’ici là, la coordination du mouvement sera reçue par les députés LaREM pour échanger sur la proposition de loi. Un rendez-vous qu’ils demandent depuis le 8 novembre.

Partager cet article

Repost0
13 décembre 2020 7 13 /12 /décembre /2020 08:49
Nouveau rassemblement unitaire contre la loi sécurité globale à Morlaix ce 12 décembre: 350 personnes mobilisées environ
Nouveau rassemblement unitaire contre la loi sécurité globale à Morlaix ce 12 décembre: 350 personnes mobilisées environ
Nouveau rassemblement unitaire contre la loi sécurité globale à Morlaix ce 12 décembre: 350 personnes mobilisées environ
Nouveau rassemblement unitaire contre la loi sécurité globale à Morlaix ce 12 décembre: 350 personnes mobilisées environ
Nouveau rassemblement unitaire contre la loi sécurité globale à Morlaix ce 12 décembre: 350 personnes mobilisées environ
Nouveau rassemblement unitaire contre la loi sécurité globale à Morlaix ce 12 décembre: 350 personnes mobilisées environ
Nouveau rassemblement unitaire contre la loi sécurité globale à Morlaix ce 12 décembre: 350 personnes mobilisées environ
Nouveau rassemblement unitaire contre la loi sécurité globale à Morlaix ce 12 décembre: 350 personnes mobilisées environ
Nouveau rassemblement unitaire contre la loi sécurité globale à Morlaix ce 12 décembre: 350 personnes mobilisées environ
Nouveau rassemblement unitaire contre la loi sécurité globale à Morlaix ce 12 décembre: 350 personnes mobilisées environ
Nouveau rassemblement unitaire contre la loi sécurité globale à Morlaix ce 12 décembre: 350 personnes mobilisées environ
Nouveau rassemblement unitaire contre la loi sécurité globale à Morlaix ce 12 décembre: 350 personnes mobilisées environ

Il y a eu à peu près 350 personnes au rassemblement contre le projet de loi sécurité globale à Morlaix hier après-midi, de 15h à 16h30, après les 500 à 600 personnes mobilisés il y a deux semaines au même endroit. Daniel Ravasio, secrétaire de la section PCF pays de Morlaix, a lu le texte commun approuvé par 22 organisations pour le retrait du texte liberticide de Macron et de son gouvernement et l'appel commun à ce rassemblement. On reste mobilisés contre cette loi et les logiques et dérives qui la sous-tendent.

Pas moins de 22 associations et organisations signataires appellaient à se rassembler ce 12 décembre à 15h à Morlaix, pour exiger le retrait de la loi liberticide sécurité globale: Ligue Des droits l’Homme, Association France Palestine Solidarité, ATTAC 29, Pays de Morlaix Solidarité Migrants, Mouvement de la Paix, Collectif Citoyen, Morlaix Alternative Citoyenne, AC, CGT, FO, FSU, SUD-Solidaires, EELV, Ensemble29, Gauche Indépendantiste, Génération.S, La France Insoumise, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste, Jeunes Communistes, Parti Socialiste, Union Démocratique Bretonne 29.

Photos Ismaël Dupont et Mariane Gauthier Destable

 

Ouest-France MORLAIX

Morlaix. 250 personnes mobilisées contre la loi Sécurité Globale, ce samedi

Près de 250 personnes se sont rassemblées, ce samedi 12 décembre 2020, sur la place des Otages, à Morlaix (Finistère). Ils souhaitent le retrait du projet de loi Sécurité globale.

Près de 250 personnes ont manifesté à Morlaix, ce samedi, contre le projet de loi de Sécurité globale. | OUEST-FRANCE

« Le gouvernement dit que l’article 24 va être modifié. Mais il y en a d’autres qui posent problème. On demande le retrait total du projet de loi Sécurité globale », martèle Daniel Ravasio, secrétaire de section du PCF local, ce samedi 12 décembre 2020.

Il a ensuite lu, devant 250 personnes rassemblées sur la place des Otages, à Morlaix (Finistère), un texte unitaire signé par un ensemble de partis, syndicats et associations de sensibilité de gauche.

Dans la foule, on croisait notamment des élus comme Jean-Paul Vermot, le maire ou encore son premier adjoint, Ismaël Dupont.

Pas de défilé pour ne pas gêner les commerçants

Plus tôt, vers 14 h, quatre membres du collectif Phœnix de Morlaix, composé en partie d’anciens Gilets jaunes, ont accroché une banderole en faveur de la paix et contre les violences devant la sous-préfecture. Ils ont rejoint ensuite la manifestation sur la place des Otages.

« Nous voulons dire non à ces politiques », conclut Daniel Ravasio. Il n’y a pas eu de défilés pour éviter de bloquer le centre-ville « pour les commerçants ».

La mobilisation s’est poursuivie notamment avec des cercles de chants militants.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-250-personnes-mobilisees-contre-la-loi-securite-globale-ce-samedi-7083700

Partager cet article

Repost0
12 décembre 2020 6 12 /12 /décembre /2020 08:21
Manif du 28 novembre contre la loi Sécurité Globale à Morlaix qui avait rassemblé 600 personnes

Manif du 28 novembre contre la loi Sécurité Globale à Morlaix qui avait rassemblé 600 personnes

Morlaix - samedi 12 décembre - Nouveau grand rassemblement contre la loi Sécurité Globale à 15h à l'appel du 22 organisations
[ MONTROULEZ / MORLAIX ] Samedi 12 décembre à 15h.
Pas moins de 22 associations et organisations signataires appellent à se rassembler pour exiger le retrait de la loi liberticide sécurité globale: Ligue Des droits l’Homme, Association France Palestine Solidarité, ATTAC29, Pays de Morlaix Solidarité Migrants, Mouvement de la Paix, Collectif Citoyen, Morlaix Alternative Citoyenne, AC, CGT, FO, FSU, SUD-Solidaires, EELV, Ensemble29, Gauche Indépendantiste, Génération.S, La France Insoumise, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Communiste, Jeunes Communistes, Parti Socialiste, Union Démocratique Bretonne 29.

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2020 7 29 /11 /novembre /2020 13:12
Brest et Quimper: très grosses mobilisations contre la loi Sécurité Globale samedi 28 novembre et jeudi 26 novembre
🔴 BREST, 28 novembre: Manifestation contre la loi dite de Sécurité Globale🔴
A Brest, nous étions 5 000 à manifester dans les rues (contre 1500 la semaine précédente). Des jeunes, des familles, des moins jeunes, des syndiqués, des non syndiqués, des membres de partis politiques ou non. Pour dire non à la loi dite de sécurité globale.
Le tout, dans une ambiance bonne enfant, la fanfare a animé notre manifestation, de jeunes militants ont dansé.
Aujourd'hui, cela n'était qu'un début, nous ne demandons pas la lune, nous demandons le retrait de la loi dite de sécurité globale.
Gérald Darmanin, aujourd'hui comme la semaine dernière, vous avez mis la France dans la rue, alors Monsieur le ministre, il n'est pas trop tard pour faire marche arrière.
Retirez votre projet de loi !
Enzo de Gregorio, militant du MJCF et du PCF
1000 manifestants à Quimper le 26 novembre

1000 manifestants à Quimper le 26 novembre

1000 manifestants à Quimper le 26 novembre
Belle mobilisation citoyenne ce soir malgré le confinement au pied de la cathédrale de Quimper et devant la mairie contre la loi "d'insécurité globale" de Macron, Darmanin et LREM, pour défendre le droit de manifester et d'informer. Plus d'un millier de manifestants à l'appel de la LDH dont le président Dominique Brunel prit la parole, et d'un très large arc démocratique dont le PCF. Des citoyens de tous âges attachés aux valeurs républicaines venus avec drapeaux, pancartes. Présence des journalistes et de leur syndicat SNJ. A la fin du rassemblement il fut demandé aux manifestants de lever leur smartphone comme une arme démocratique et de prendre des photos pour montrer qu'ils ne se laisseront pas priver de ce droit élémentaire.
Les libertés ne se laisseront pas confiner!
Yvonne Rainero, secrétaire de section PCF Quimper

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2020 7 29 /11 /novembre /2020 10:00
Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Jean-Luc Le Calvez: Daniel Ravasio, Corentin Derrien, le plus jeune élu du Finistère, à Saint Thégonnec-Loc-Eguiner, adhérent au MJCF et au PCF, étudiant à Sciences-Po Rennes, et Walden Gauthier, lycéen, militant du MJCF

Photo Jean-Luc Le Calvez: Daniel Ravasio, Corentin Derrien, le plus jeune élu du Finistère, à Saint Thégonnec-Loc-Eguiner, adhérent au MJCF et au PCF, étudiant à Sciences-Po Rennes, et Walden Gauthier, lycéen, militant du MJCF

Walden, Jean-Luc et Lucienne

Walden, Jean-Luc et Lucienne

Discours de Glenn Le Saoût pour la coordination de partis politiques appelant au rassemblement contre la loi Sécuité Globale

Discours de Glenn Le Saoût pour la coordination de partis politiques appelant au rassemblement contre la loi Sécuité Globale

Ismaël Dupont (Photo Jean-Luc Le Calvez)

Ismaël Dupont (Photo Jean-Luc Le Calvez)

Morlaix, 28 novembre - Red is back, photos des militants communistes dans la manif contre la loi Sécurité Globale
Pierre-Yves Thomas, élu communiste à Carhaix (photo Jean-Luc Le Calvez)

Pierre-Yves Thomas, élu communiste à Carhaix (photo Jean-Luc Le Calvez)

Jean-François Vérant, militant communiste à Plougasnou (photo Jean-Luc Le Calvez)

Jean-François Vérant, militant communiste à Plougasnou (photo Jean-Luc Le Calvez)

Photo Jean-Luc Le Calvez

Photo Jean-Luc Le Calvez

Florence Héré et ses camarades de la CGT - Photo Jean-Luc Le Calvez

Florence Héré et ses camarades de la CGT - Photo Jean-Luc Le Calvez

Photo Jean-Luc Le Calvez

Photo Jean-Luc Le Calvez

Photo Daniel Laporte

Photo Daniel Laporte

Photo Daniel Laporte

Photo Daniel Laporte

Photo Jean-Luc Le Calvez avec Patrick Gambache et notre ami Patrick Le Goas (FO) - Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Jean-Luc Le Calvez avec Patrick Gambache et notre ami Patrick Le Goas (FO) - Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Jean-Victor Gruat, 28 11 2020

Photo Jean-Victor Gruat, 28 11 2020

Glenn Le Saoût - Photo Daniel Laporte

Glenn Le Saoût - Photo Daniel Laporte

Glenn Le Saoût - Photo Daniel Laporte

Glenn Le Saoût - Photo Daniel Laporte

Red is back!

Les militants communistes étaient près de 80 dans la manif morlaisienne contre la loi sécurité globale hier a Morlaix, parmi les 600 manifestants, avec une forte présence de la jeunesse communiste avec Glenn, Corentin, Enzo, Walden.

Des camarades des sections de Lanmeur, Carhaix-Huelgoat, Roscoff étaient présents, mais aussi des camarades de Meudon, de Meurthe-et-Moselle, et une grande partie des 90 adhérents de la section de Morlaix.

Photos de Jean-Luc Le Calvez, Daniel Laporte, Pierre-Yvon Boisnard, Walden Gauthier, Jean-Victor Gruat 

 

Photo Walden Gauthier, discours de Glenn Le Saoût, 28 novembre 2020

Photo Walden Gauthier, discours de Glenn Le Saoût, 28 novembre 2020

Photo Walden Gauthier, Corentin Derrien, 28 novembre 2020

Photo Walden Gauthier, Corentin Derrien, 28 novembre 2020

Marie-Françoise Madec Jacob, photo Jean-Luc Le Calvez

Marie-Françoise Madec Jacob, photo Jean-Luc Le Calvez

André et Patricia Paulus, Patick Gambache, Joël Helary, Roger Héré, photo Jean-Luc Le Calvez, 28 novembre 2020

André et Patricia Paulus, Patick Gambache, Joël Helary, Roger Héré, photo Jean-Luc Le Calvez, 28 novembre 2020

Photo Jean-Luc Le Calvez, 28 novembre 2020

Photo Jean-Luc Le Calvez, 28 novembre 2020

Photo Walden Gauthier

Photo Walden Gauthier

COMMUNIQUÉ DU MJCF Pays de Morlaix🔴
➡️Ce samedi 28 novembre 2020, la Jeunesse Communiste du Pays de Morlaix a appelé au rassemblement, Place des Otages, indignée par l’évolution de la loi de Sécurité Globale.
Cette loi permettrait l’élargissement des droits d’exploitation des images prises par des particuliers à d’autres services que ceux de l’Etat. Elle rendrait également possible la captation, l’enregistrement et la diffusion d’images, notamment pour organiser la surveillance par drone lors des manifestations.
À cette oppression sur les mobilisations sociales vient s’ajouter une restriction de la liberté de la presse et du droit de s’informer. En effet, si les autorités publiques, police et gendarmerie, et des autorités privées, SNCF et RATP, peuvent plus facilement capter des images des particuliers, l’inverse sera interdit.
➡️Le secrétaire de la section du Pays de Morlaix, Glenn Le Saout, a pris la parole à 15H pour exprimer notre rejet de cette loi :
"Tout ceci est fait pour nous dissuader de nous révolter contre l’ordre des puissants, contre l’ordre des capitalistes.
Ce dont la LREM et la bourgeoisie ont peur, c’est d’un vaste mouvement social pour la défense des services publics de santé et de l’éducation, d’un mouvement pour construire une démocratie véritable bousculant les vieilles institutions de la 5eme république.
C’est important pour construire un monde plus juste, un monde de bienveillance et non de surveillance, une société basée sur la fraternité et la sororité, la satisfaction des besoins réelles de chacun et non de la course au profit et bien sur un monde de liberté."
➡️Le MJCF demande le retrait immédiat de la loi « sécurité globale » et de la « loi de programmation de la recherche » afin de garantir le respect des droits démocratiques que sont le droit de manifester et la liberté de la presse.
(Photos Walden Gauthier)

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2020 7 29 /11 /novembre /2020 09:59
Photo Jean-Victor Gruat - Morlaix - Manif contre la Loi Sécurité Globale, 28 novembre 2020

Photo Jean-Victor Gruat - Morlaix - Manif contre la Loi Sécurité Globale, 28 novembre 2020

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Morlaix - Manif contre la Loi Sécurité Globale, 28 novembre 2020

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Morlaix - Manif contre la Loi Sécurité Globale, 28 novembre 2020

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Morlaix - Manif contre la Loi Sécurité Globale, 28 novembre 2020

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Morlaix - Manif contre la Loi Sécurité Globale, 28 novembre 2020

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Morlaix - Manif contre la Loi Sécurité Globale, 28 novembre 2020

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Morlaix - Manif contre la Loi Sécurité Globale, 28 novembre 2020

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo Pierre-Yvon Boisnard, Fabris Cadou lit un texte commun à deux voix avec Glenn Le Saoût

Photo Pierre-Yvon Boisnard, Fabris Cadou lit un texte commun à deux voix avec Glenn Le Saoût

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Discours de Glenn Le Saoût pour les organisations politiques appelant au rassemblement, 28.11.2020

Photo Pierre-Yvon Boisnard - Discours de Glenn Le Saoût pour les organisations politiques appelant au rassemblement, 28.11.2020

Photo Pierre-Yvon Boisnard- Discours de Glenn Le Saoût, 28.11.2020

Photo Pierre-Yvon Boisnard- Discours de Glenn Le Saoût, 28.11.2020

Comme dans toute la France et en Bretagne (4500 manifestants à Rennes, 1000 à Quimper, 500 à Saint-Malo) une très forte mobilisation à Morlaix contre la loi sécurité globale et la banalisation des violences policières tolérées et encouragées par le gouvernement.  Cela faisait un moment qu'on avait pas vu autant de monde à manifester dans la coté du Viaduc.

La deuxième des deux manifestations organisées ce samedi, à Morlaix, contre le projet de loi sur la « Sécurité globale », a attiré 600 personnes. Une très belle mobilisation pour ce rassemblement initié par un communiqué et un appel au rassemblement commun d'une quinzaine d'organisations: 

Communiqué commun - Morlaix, 26 novembre
Rassemblement contre la Loi Sécurité globale samedi 28 novembre à 15h Place des Otages
La discussion sur la loi dite « sécurité globale » a commencé en première lecture à l’Assemblée nationale ce mardi 17 novembre. Nous dénonçons une loi attentatoire aux libertés publiques.
Nous dénonçons également l’atteinte portée à la liberté de la presse et au droit à l’information. En effet, si les autorités publiques, police et gendarmerie, et des autorités privées, SNCF, peuvent plus facilement capter des images des particuliers, l’inverse sera interdit. Cette loi condamne « le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un agent de la police nationale ou de la gendarmerie nationale autre que son numéro d’identification individuel ».
Toutes ces mesures sont l’expression d’une dérive autoritaire du Gouvernement. Non seulement elles ne protégeront personne, mais en plus, elles créeront les conditions d’une répression accrue des mobilisations sociales : restriction du droit de manifester, surveillance et répression des manifestants, impunité des policiers violents, restriction de la liberté de la presse et du droit d’information.
Ainsi,
les Jeunes Communistes, Le Parti Communiste, La Gauche Indépendantiste, Génération.s, Europe Écologie les Verts, UDB, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Socialiste, Force Ouvrière, SUD Solidaires,  FSU, CGT, Association France Palestine Solidarité, Ligue des Droits de l'Homme, etc.
appellent l'ensemble des Morlaisiens et des habitants de la région sensibilisés à cette question démocratique majeure à se réunir
le Samedi 28 Novembre, place des Otages à Morlaix, 15H
Pour s'opposer à cette loi liberticide dite "Sécurité Globale"
 
Elisabeth Racapé, Véronica Gomez, et une autre militante de la LDH ont commencé par présenter l'argumentaire de la LDH et des associations de défense des droits de l'homme et des libertés contre ce texte liberticide instaurant une limitation drastique de la possibilité de se protéger et de contrôler les violences policières, dans un contexte de renforcement de l'autoritarisme. 
Puis Antoine Gauchard de la FSU a exprimé le point de vue des organisations syndicales vent debout contre ce texte qui vise à renforcer la répression contre les mouvements sociaux. 
Puis ce furent au tour de Glenn Le Saoût (MJCF et PCF) et de Fabris Cadou (Gauche Indépendantiste Bretonne) d'exprimer un texte commun des organisations politiques justifiant notre mobilisation contre cette loi Sécurité globale par laquelle Macron franchirait un nouveau palier anti-démocratique:
 
Texte lu par Glenn Le Saoût et Fabris Cadou:

" La discussion sur la loi dite « sécurité globale » a commencé en première lecture à l’Assemblée nationale ce mardi 17 novembre.

Cette loi est attentatoire aux libertés publiques.

Nous dénonçons l’atteinte portée à la liberté de la presse et au droit à l’information. En effet, si les autorités publiques, police et gendarmerie, des autorités privées, et de la SNCF, peuvent plus facilement capter des images des particuliers, l’inverse sera interdit.

Cette loi condamne « le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un agent de la police nationale ou de la gendarmerie nationale autre que son numéro d’identification individuel ».

Toutes ces mesures sont l’expression d’une dérive autoritaire du Gouvernement. Non seulement elles ne protégeront personne, mais en plus, elles créeront les conditions d’une répression accrue des mobilisations sociales : restriction du droit de manifester, surveillance et répression des manifestants, impunité des policiers violents, restriction de la liberté de la presse et du droit d’information.

Plus avant dans la révolution de la culture policière, la police nationale et les polices municipales devront participer au « continuum de sécurité », en impliquant les sociétés privées de sécurité à des activités de sécurité publique. Elles seront satisfaites de voir confier à des sociétés privées l’utilisation de drones contrôlant des manifestations de rue ou portant atteinte à l’intimité des citoyens.

En additionnant les 30 000 policiers municipaux aux 150 000 fonctionnaires de la police nationale et aux 170 000 employés des sociétés privées de sécurité, l’Etat pourrait disposer d’environ 350 000 membres des forces de maintien de l’ordre et de sécurité intérieure, sans compter les 99 000 militaires de la gendarmerie nationale.

Grâce à la loi « sécurité globale », l’Etat pourrait avoir à sa disposition répressive, au quotidien, pas loin d’un demi-million d’agents du maintien de l’ordre et de la sécurité intérieure, soit un potentiel ratio d’environ un fonctionnaire des forces intérieures pour 150 habitants (contre un pour 281 en 2018), la France devenant le premier pays sécuritaire de l’Union européenne.

Par ailleurs, Plusieurs centaines de migrants, en errance depuis l’évacuation d’un important camp d’exilés la semaine dernière, ont monté, lundi 23 novembre, un nouveau campement dans le centre de Paris, que les forces de l’ordre ont aussitôt démantelé sans ménagement. Une chasse à la misère à coup de matraques dans la capitale, ou, pour répondre à une urgence sociale, des policiers ont été déployés en masse. Sous des tirs de gaz lacrymogène et de grenades de désencerclement, avec un usage intensif de ces derniers, des centaines de migrant.e.s ainsi que différents soutiens et même des élu.e.s ont été violemment dispersés dans les rues alentour.

Darmanin fait maintenant mine de s’interroger sur la violence utilisée par la police hier, évoquant des images « choquantes »… Quelle hypocrisie alors que lui et le gouvernement auquel il appartient refusent d’apporter le moindre début de réponse, en dépit des différentes manifestations réussies ces derniers mois à l’initiative de la Marche des solidarités. Leur seule politique est de repousser hors de la capitale les migrants, qu’importe les risques sanitaires et la très grande précarité à laquelle ils et elles sont livrés… Quelle hypocrisie, en outre, de la part de celui qui veut précisément empêcher de diffuser les images de violences policières !

Cet énième épisode de violence policière ne fait que suivre une logique dictée par un gouvernement aux aboies prêt à tout pour museler les révoltes des lycéens ou précédemment des gilets jaunes. Tout ceci la veille au soir du vote solennel à l’assemblée de la loi « Sécurité Globale » apparaît comme le triste symbole des dérives autoritaires de ce gouvernement.

Mercredi 25 Novembre, un producteur de musique s'est fait littéralement tabasser par trois policiers. Pendant de longues minutes, il a subi coups et insultes racistes. Un tel acharnement est indigne d'une police républicaine. Si l’article 24 était en application, il aurait été interdit de filmer cette agression. Elle n’aurait pas été connue et vue. Ce citoyen n’aurait pas pu se défendre.

Le refus du gouvernement de se mobiliser contre les violences d'une minorité d'agents porte atteinte à l'ensemble des forces de l'ordre.

Le pays des droits de l'Homme serait-il en passe de devenir le pays de la répression et de la violence ?

D’ailleurs des inquiétudes, des oppositions se développent.

Trois rapporteurs spéciaux de l'Onu ont clairement indiqué, dans leur rapport du 12 novembre, craindre que « l'adoption et l'application de cette proposition de loi puissent entraîner des atteintes importantes aux droits de l'homme et aux libertés fondamentales ». La défenseure des droits comme la Commission Européenne s’inquiètent.

Nous, organisations politiques de gauche, Les Jeunes Communistes, Le Parti Communiste Français, La Gauche Indépendantiste, Génération.s, Europe Ecologie les Verts, Le Nouveau Parti Anti Capitaliste, Ensemble, L'Union Démocratique Bretonne et le Parti Socialiste, appelons le Parlement à refuser en bloc cette loi indigne.

Les syndicats SUD, CGT, FSU, FO, et les associations AFPS et LDH sont aussi aussi signataires de cet appel commun pour le retrait de la loi Sécurité Globale.

Tout ceci est fait pour nous dissuader de nous révolter contre l’ordre des puissants, contre l’ordre des capitalistes.

Ce dont la LREM et la bourgeoisie ont peur, c’est d’un vaste mouvement social pour la défense des services publics de santé et de l’éducation, d’un mouvement pour construire une démocratie véritable bousculant les vieilles institutions de la 5eme république.

C’est important pour construire un monde plus juste, un monde de bienveillance et non de surveillance, une société basée sur la fraternité et la sororité, la satisfaction des besoins réelles de chacun et non de la course au profit et bien sur un monde de liberté."

Afin d'occasionner le minimum de déconvenues à nos commerçants venant tout juste de rouvrir, nous ne défilerons pas. Nous leur apportons notre soutien le plus total en cette période de crise. "

Le combat continue pour le retrait de cette loi anti-démocratique!!!

 

 
 

Partager cet article

Repost0
27 novembre 2020 5 27 /11 /novembre /2020 19:32
Rassemblement contre la Loi Sécurité globale samedi 28 novembre à 15h Place des Otages - Communiqué commun
MONTROULEZ / MORLAIX
🔴 Pour s'opposer à cette loi liberticide dite "Sécurité Globale". 🔴 ✊
Communiqué commun de : Jeunes Communistes, Le Parti Communiste, La Gauche Indépendantiste, Génération.s, Europe Écologie les Verts, Union démocratique bretonne, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Socialiste, Force Ouvrière, FSU, CGT, SUD, Association France Palestine Solidarité, Ligue des droits de l'homme, etc.
Samedi 28 Novembre, place des Otages à Morlaix, 15H.
 
Communiqué commun - Morlaix, 26 novembre
Rassemblement contre la Loi Sécurité globale samedi 28 novembre à 15h Place des Otages
 
La discussion sur la loi dite « sécurité globale » a commencé en première lecture à l’Assemblée nationale ce mardi 17 novembre. Nous dénonçons une loi attentatoire aux libertés publiques. 
 
Nous dénonçons également l’atteinte portée à la liberté de la presse et au droit à l’information. En effet, si les autorités publiques, police et gendarmerie, et des autorités privées, SNCF, peuvent plus facilement capter des images des particuliers, l’inverse sera interdit. Cette loi condamne « le fait de diffuser, par quelque moyen que ce soit et quel qu’en soit le support, dans le but qu’il soit porté atteinte à son intégrité physique ou psychique, l’image du visage ou tout autre élément d’identification d’un agent de la police nationale ou de la gendarmerie nationale autre que son numéro d’identification individuel ». 
 
Toutes ces mesures sont l’expression d’une dérive autoritaire du Gouvernement. Non seulement elles ne protégeront personne, mais en plus, elles créeront les conditions d’une répression accrue des mobilisations sociales : restriction du droit de manifester, surveillance et répression des manifestants, impunité des policiers violents, restriction de la liberté de la presse et du droit d’information. 
 
Ainsi,
 
les Jeunes Communistes, Le Parti Communiste, La Gauche Indépendantiste, Génération.s, Europe Écologie les Verts, UDB, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Socialiste, Force Ouvrière, SUD Solidaires,  FSU, CGT, Association France Palestine Solidarité, Ligue des Droits de l'Homme, etc.
 
appellent l'ensemble des Morlaisiens et des habitants de la région sensibilisés à cette question démocratique majeure à se réunir
 
le Samedi 28 Novembre, place des Otages à Morlaix, 15H
 
Pour s'opposer à cette loi liberticide dite "Sécurité Globale"

Ouest-France

Morlaix. Rassemblement contre la loi « Sécurité globale » ce samedi

Pour dénoncer « une dérive autoritaire du gouvernement », plusieurs partis et associations appellent au rassemblement à 15 h, place des Otages à Morlaix (Finistère).

Ce samedi 28 novembre, plusieurs partis et associations appellent à un rassemblement contre la loi « Sécurité globale » à Morlaix (Finistère), à 15 h, place des Otages. Ils dénoncent notamment « l’atteinte portée à la liberté de la presse et au droit à l’information : si les autorités publiques, police et gendarmerie, et des autorités privées, SNCF, peuvent plus facilement capter des images des particuliers, l’inverse sera interdit », rappellent-ils.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-rassemblement-contre-la-loi-securite-globale-ce-samedi-7064813

Partager cet article

Repost0
26 novembre 2020 4 26 /11 /novembre /2020 19:12
Rassemblement à Plougonven - le Triskell à Guervenan - avec les oubliés du Segur ce 26 novembre
Rassemblement à Plougonven - le Triskell à Guervenan - avec les oubliés du Segur ce 26 novembre
Rassemblement à Plougonven - le Triskell à Guervenan - avec les oubliés du Segur ce 26 novembre
Rassemblement à Plougonven - le Triskell à Guervenan - avec les oubliés du Segur ce 26 novembre
Nous étions présents à Plougonven, devant le Triskell sur le centre hospitalier de Guervenan, pour soutenir le personnel du foyer d'accueil médicalisé de Plougonven, du Services soins a domicile SSIAD, et du CSAPA afin de dénoncer la discrimination dont sont victimes ces personnels médicaux par rapport aux primes du Ségur de la santé. Il y est urgent de rendre justice a ces personnels de l'hôpital du pays de Morlaix.
Le comité de défense de l'hôpital était la ainsi que plusieurs élus de gauche, des élus et militants communistes.
La CGT et Sud appellaient à la mobilisation ce judi 26 novembre de 16h30 à 17h30 devant le Triskel à Plougonven.
Qu'on fasse entendre la voix des oubliés du Ségur ! Les agents du Triskel, du CSAPA et du SSIAD doivent obtenir leurs augmentations comme le reste des salariés du CHPM ainsi que tous les salariés du secteur du médico-social qu'ils soient public ou privés.

Partager cet article

Repost0
23 octobre 2020 5 23 /10 /octobre /2020 07:53
Hommage à Samuel Paty à Morlaix - Mercredi 21 octobre - Photo Cathérine Tréanton -  600 personnes rassemblées dans l'émotion pour saluer le professeur assassiné et réaffirmer nos valeurs républicaines

Hommage à Samuel Paty à Morlaix - Mercredi 21 octobre - Photo Cathérine Tréanton - 600 personnes rassemblées dans l'émotion pour saluer le professeur assassiné et réaffirmer nos valeurs républicaines

Hommage à Samuel Paty à Morlaix - Mercredi 21 octobre - Photo Cathérine Tréanton - 600 personnes rassemblées dans l'émotion pour saluer le professeur assassiné et réaffirmer nos valeurs républicaines

Hommage à Samuel Paty à Morlaix - Mercredi 21 octobre - Photo Cathérine Tréanton - 600 personnes rassemblées dans l'émotion pour saluer le professeur assassiné et réaffirmer nos valeurs républicaines

A Morlaix, de longues minutes d'applaudissement unanime à Samuel Paty, un grand moment d'émotion et d'expression collective après l'hommage de Jean-Paul Vermot, maire et président de la communauté d'agglomération rappelant l'importance de la liberté d'expression, de la laïcité, de l'enseignement à l'esprit critique, et la nécessaire affirmation de ce qui doit nous unir, les valeurs de la République - Liberté, égalité, fraternité, laïcité- Jean-Paul Vermot, puis une Marseillaise chantée par des centaines de personnes.

2000 personnes se sont rassemblées à Brest ce 21 octobre pour Samuel Paty - Plus de 2000 personnes rassemblées hier Place de la Liberté pour rendre hommage à Samuel Paty et réaffirmer les valeurs et les principes qui fondent notre République sociale, laïque et démocratique. Face à cet acte ignoble, la République doit effectivement se tenir unie et ferme. Nous appelons à la cohésion autour du corps enseignant, et plus largement, autour de la mission d’émancipation qu’incarnent et portent quotidiennement l’école et l’ensemble des acteurs éducatifs pour faire de nos enfants, demain, des citoyens libres et éclairés, capables de penser par eux-mêmes. (Groupe des élus communistes)

2000 personnes se sont rassemblées à Brest ce 21 octobre pour Samuel Paty - Plus de 2000 personnes rassemblées hier Place de la Liberté pour rendre hommage à Samuel Paty et réaffirmer les valeurs et les principes qui fondent notre République sociale, laïque et démocratique. Face à cet acte ignoble, la République doit effectivement se tenir unie et ferme. Nous appelons à la cohésion autour du corps enseignant, et plus largement, autour de la mission d’émancipation qu’incarnent et portent quotidiennement l’école et l’ensemble des acteurs éducatifs pour faire de nos enfants, demain, des citoyens libres et éclairés, capables de penser par eux-mêmes. (Groupe des élus communistes)

1500 personnes rassemblées à Quimper le 21 octobre pour Samuel Paty - Photo Francçoise Pencalet

1500 personnes rassemblées à Quimper le 21 octobre pour Samuel Paty - Photo Francçoise Pencalet

Partager cet article

Repost0
20 octobre 2020 2 20 /10 /octobre /2020 13:34
Le Télégramme, dimanche 18 octobre

Le Télégramme, dimanche 18 octobre

Ouest-France, dimanche 18 octobre

Ouest-France, dimanche 18 octobre

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011

Articles Récents