Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 octobre 2021 4 21 /10 /octobre /2021 05:41
 
Déclin de l'industrie française, stop ou encore ?

 

La relation entre notre société et l’argent, l’argent et le travail, le modèle production et l’environnement doivent être profondément remis en question car nous n’acceptons pas les principes actuels guidés par un capital avide de profits. Oui, il faut mettre en œuvre un nouveau modèle de développement, rebâtir une industrie nouvelle, respectueuse des humains et de la planète, répondant à des critères de production sociaux et environnementaux. Cela permettra de créer de nouvelles richesses utiles à la nation et à notre indépendance économique. C’est localiser en France les sites de production et de recherche utiles au pays en conjuguant efficacité sociale et la réponse aux défis écologiques. C’est organiser de nouveaux rapports de coopération et de solidarité, dans le pays mais aussi à l’échelle de l’Europe et du monde.

La crise du Covid-19 a, par exemple, montré l’importance d’élaborer un plan de reconquête industrielle dans le domaine du matériel médical et du médicament avec un pôle public industriel et de recherche comprenant Sanofi et Thalès et assurant un service public du médicament.

L’intervention publique et sociale doit permettre, grâce à des prises de participation de l’État et à des nationalisations significatives, qui seront d’un nouveau type. Elle devra être accompagnée de l’intervention des travailleur·euse·s des entreprises concernées et des populations, afin que soient mis en œuvre de nouveaux critères de gestion, porteurs d’efficacité sociale, économique et écologique. Des instances de planification stratégique devront également être mises en place, aux niveaux des territoires, des régions, du pays. Une coordination européenne devra compléter ce nouveau dispositif.

Relocaliser les productions va également de pair avec le combat pour empêcher les restructurations destructrices de postes et les fermetures de sites, comme avec la recherche de nouveaux modes de coopération et de partage au plan international. Face aux menaces sur l’emploi, les travailleur·euse·s devront pouvoir opposer un droit de veto et des contre-projets disposant de financements. L’interdiction des licenciements boursiers, de même qu’un droit de préemption aux salarié·e·s souhaitant transformer leur entreprise en coopérative sont parmi les premières mesures à prendre.

 

Il est possible de proposer des idées : cliquer sur le lien ci-dessous.

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 06:23
Salah Hamouri, stop à l'acharnement!!! - MJCF
🔴Palestine🔴
Salah Hamouri, a été officiellement notifié de la décision de la ministre israélienne de l’Intérieur, de révoquer son statut de résident permanent à Jérusalem sur la base d’une « rupture de loyauté ».
Le MJCF apporte tout son soutien à Salah Hamouri, comme il le fait depuis 2011.
La France doit immédiatement se positionner pour la reconnaissance de l’Etat Palestinien sur les frontières de 1967, avec Jérusalem Est pour Capitale et cesse tout soutien économique et diplomatique avec l’Etat d’apartheid d’Israël.
Article de Pierre Barbancey dans l'Humanité

Article de Pierre Barbancey dans l'Humanité

Communiqué du Comité de soutien à Salah Hamouri
L’ordre d’expulsion de Salah Hamouri confirmé

Ce lundi 18 octobre, Salah Hamouri a été notifié du fait que le Ministre de la Justice et le procureur général d’Israël valident la demande de révocation de son titre de résident de Jérusalem. Cette révocation avait été demandée par Ayalet Shaked, ministre de l’Intérieur israélienne, le 30 juin 2021 et devait être examinée par ces deux autres autorités en vue de son application.

C’est donc une nouvelle étape franchie par Israël vers l’expulsion de Salah Hamouri de sa terre natale. Elle fait suite à une escalade de décisions arbitraires contre notre concitoyen : interrogatoires, interdiction d’entrée en Cisjordanie, expulsion de sa femme et son enfant, détention, restrictions de mouvements…

Depuis des années, Israël s’acharne sur ce défenseur des droits humains et la révocation de sa carte de résidence aurait pour conséquence pure et simple : l’exil.

Le 8 juillet 2021, le Ministère français des Affaires étrangères déclarait suite à la demande de révocation de l’ID par Ayalet Shaked : « Les services du ministère de l’Europe et des affaires étrangères à Paris, Jérusalem et Tel-Aviv, sont pleinement mobilisés pour que Salah Hamouri puisse faire valoir l’ensemble de ses droits et qu’il puisse mener une vie normale à Jérusalem, où il réside. La situation de Salah Hamouri est suivie attentivement et à haut niveau par les autorités françaises. »

Avec cette décision inique, après l’affaire Pegasus, et au-delà de Salah Hamouri, c’est la France qui prend une nouvelle claque de la part d’Israël, une claque d’autant plus dure et inadmissible qu’elle touche aux droits de l’Homme.

La politique diplomatique française actuelle se montre incapable de faire respecter le droit et de se faire respecter.

Nous ne nous résignons pas à cette situation. Nous appelons les autorités françaises à tirer toutes les conclusions de cette nouvelle décision et à en tirer toutes les conséquences. Nous appelons les citoyens et les citoyennes à se mobiliser dans leur diversité pour relever ce défi contre les droits de l’homme, pour manifester contre ce déni du droit d’un gouvernement israélien qui se croit - encouragé qu’il est - au dessus de tout.

Salah Hamouri, stop à l'acharnement!!! - MJCF
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 05:55
Fête de l'Humanité Bretagne - 27-28 novembre 2021 - Demandez le programme!
Fête de l'Humanité Bretagne - 27-28 novembre 2021 - Demandez le programme!
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 05:49

Mobilisés contre la vie chère, dans l’action pour des salaires et des pensions dignes !

Macron doit rendre leur argent aux familles et aux salarié.e.s.

J’appelle la population, les salarié.e.s, les familles à se mobiliser massivement partout dans le pays dès ce week-end, devant les préfectures et sous-préfectures pour exiger du Président Macron des réponses fortes, d’ampleur et durables face à la remise en cause scandaleuse et indigne de notre pouvoir d’achat.

Carburants, énergie, produits alimentaires, mutuelles, assurances… l’explosion des factures est devenue une réalité insupportable pour des millions de familles et de salarié.e.s.

Dans le même temps, les salaires et les pensions de retraite, les minima sociaux demeurent particulièrement faibles, alors qu’énormément d’argent public a été déversé depuis un an, pour une grande partie accaparé par les plus grandes entreprises, dont les profits explosent, et par une petite minorité de fortunés pour qui Macron n’a pas hésité à prendre des mesures radicales pour protéger et gonfler leur patrimoine financier.

La colère des Français est donc plus que légitime et ne peut attendre les élections pour obtenir des réponses.

Il faut agir tout de suite et imposer à Macron et à son gouvernement de baisser immédiatement et sensiblement les prix des carburants et de l’énergie et d’augmenter le SMIC, les salaires et les pensions.

Partout dans le pays, les communistes organiseront dès les prochains jours, des rassemblements devant les préfectures et sous-préfectures pour exiger des représentants de l’État dans les territoires des réponses à la hauteur d’une situation insupportable pour le plus grand nombre. Je serai moi-même devant la préfecture de Lille lundi 25 octobre à 10h.

Le 21 novembre, à Paris, Place Stalingrad, soyons des milliers à exiger la hausse de salaires, des pensions, la baisse des factures et la création des centaines de milliers d’emplois dont notre pays a besoin.

Fabien Roussel


Secrétaire national du PCF
Candidat à l’élection présidentielle

Mobilisés contre la vie chère, dans l’action pour des salaires et des pensions dignes ! - Mobilisons-nous le 21 novembre place Stalingrad à Paris avec le PCF et Fabien Roussel
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 05:41
Soutien à la mobilisation des AESH! - Elsa Faucillon, députée communiste des Hauts-de-Seine
SOUTIEN AUX ACCOMPAGNANTES #AESH MOBILISÉES
 
Ils étaient mobilisées hier pour un vrai statut, pour des salaires décents, pour pouvoir mieux accompagner les enfants en situation de handicap. On leur doit au moins ça, non ?!
La situation des élèves handicapés nous concerne tous, c’est une exigence d’égalité.
De 2004 à 2015, le nombre d’élèves scolarisés en situation de handicap est passé de 210 000 à 350 000, soit une augmentation de 66%.
Mais scolariser son enfant handicapé s’assimile souvent à un parcours du combattant.e. L’obtention de l’accord de la MDPH (Maison Départementale pour les Personnes Handicapées) ne permet pas automatiquement à l’enfant d’être suivi par une AESH (Accompagnant des élèves en situation de handicap). Pourtant, la loi de 2005 à ce sujet est claire : cela est un droit.
Mais l’effectivité de ce droit nécessite des moyens financiers et humains, une volonté politique forte.
Cela nécessite aussi de valoriser le métier à la hauteur de ce qu’il apporte à l’intérêt général. Et on est loin du compte ! Les contrats d’AESH sont précaires et très mal payés. Temps partiels imposés payés au Smic, un salaire de 700 euros par mois en moyenne, plusieurs CDD qui s’enchainent pour pouvoir prétendre à un CDI, l’incertitude du renouvellement, des heures souvent insuffisantes pour chaque enfant accompagné, … etc. : la liste des doléances est malheureusement très longue. Celles (ceux) qu’on appelle les « invisibles » de l’éducation nationale ne bénéficient même pas d’une formation spécifique sur le handicap.
J’apporte ainsi tout mon soutien aux AESH aujourd’hui mobilisés dans la rue pour leurs droits. Et on continuera !
 
Elsa Faucillon, députée communiste. 1ère circonscription des Hauts-de-Seine
🔴 SOUTIEN AUX AESH 🔴
Ce mardi 19 octobre, des milliers d'Accompagnant•es des élèves en situation de handicap (AESH) sont en grève. Je suis allé à leur rencontre dans leur manifestation à Paris.
Ces agent•es publics de terrain attendent de meilleurs salaires, un vrai statut, des conditions de travail correctes et bien sûr des recrutements à la hauteur des besoins.
Leur combat nous concerne toutes et tous : les personnels, les familles mais aussi l'ensemble de la société ! Garantir la scolarité des élèves en situation de handicap est le devoir d'une nation telle que la France.
Voilà pourquoi le Gouvernement doit entendre les justes revendications des AESH. Les Sénateurs Communistes Républicains Citoyens et Écologistes se tiendront à leurs côtés autant que nécessaire.
Pierre Laurent
Soutien à la mobilisation des AESH! - Elsa Faucillon, députée communiste des Hauts-de-Seine
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 05:38

 

Coopératives : quelle actualité, quelles possibilités pour demain ?

 

Les acteurs de l’ESS acteurs prônent le développement durable/soutenable, ils revendiquent l'économie comme moyen et non comme finalité (lucrativité limitée), la gestion des structures est autonome et indépendante, la notion de solidarité entre les individus (mais aussi entre les structures) est prédominante.

L’ESS privilégie la valeur d'usage sur la valeur marchande, à la fois dans ses buts – notamment au niveau des associations de solidarité –, le recours aux bénévoles, et la non lucrativité (ou lucrativité limitée). D’autre part, si les coopératives doivent mutualiser sous forme de fonds propres une partie de leurs bénéfices, elles mettent de plus l’accent sur la valeur travail. Enfin, l’ESS définit un mode de gestion démocratique dans les entreprises, les coopératives notamment, avec le fameux slogan issu des statuts : « une personne, une voix ». Les salariés coopérateurs ont ainsi le pouvoir d’intervenir dans la gestion et les objectifs de l'entreprise.

Évidemment, il s'agit là de possibles qui font l'objet d'une très forte lutte idéologique. Les forces libérales ont notamment introduit la possibilité pour certaines entreprises privées à but lucratif de s'afficher comme parties prenantes de l'ESS (agrément « ESUS »). Aujourd’hui, le gouvernement Macron, au travers de la notion d'entrepreneuriat social, de « french impact », cherche à faire disparaître les idées de démocratie et de non-lucrativité au profit de celle de « mission ». Les appels d'offres remplacent les subventions, qui permettaient pourtant à de nombreuses associations de solidarité de vivre. La valeur marchande et la compétition prennent le pas sur la valeur d'usage, et donc sur l’utilisé sociale. Les associations en viennent à se concurrencer et sont évaluées en fonction des critères marchands, adoptés par des bailleurs de fonds.

Les Coopératives d’activités et d’emploi (CAE) constituent une alternative à l’auto-entreprenariat pour mener son activité professionnelle en tant qu'entrepreneur, tout en bénéficiant de la protection sociale liée au salariat. Les Sociétés coopératives d’intérêt collectif (SCIC) permettent la production ou la fourniture de biens et de services d’intérêt collectif qui présentent un caractère d’utilité sociale. Dans les Sociétés coopératives ouvrières de production (SCOP), les salarié·e·s possèdent au minimum 51 % du capital. Leur régime juridique permet une répartition spécifique des bénéfices : le partage du profit est équitable. Nous connaissons l’exemple de la Scop-Ti, issue de la lutte des Fralibs. Mais il en existe beaucoup d'autres !

Faire connaître les valeurs de l’ESS, comprendre comment des structures s’en sont détournées, reconnaître à l’inverse la façon dont d’autres irriguent la société de ces valeurs, développer les structures coopératives, innover pour les améliorer voilà des objectifs que nous pouvons nous fixer.

 

Il est possible de proposer des idées : cliquer sur le lien ci-dessous.

 

Partager cet article
Repost0
20 octobre 2021 3 20 /10 /octobre /2021 05:00
Fabien Roussel invité de C'est à vous sur France 5 - Regardez la vidéo
Partager cet article
Repost0
19 octobre 2021 2 19 /10 /octobre /2021 05:36
Comment construire une École pour toutes et tous ?

 

 

Pendant la crise sanitaire, la reprise scolaire s’est faite dans des conditions déplorables : faible nombre d’élèves accueillis (15 %) dans des conditions ne permettant pas les apprentissages, protocole sanitaire inapplicable, élaboré par une entreprise privée et qui ne suit pas les recommandations du CHSCT. Les disparités territoriales sont énormes et l’enseignement privé profite de la situation pour attirer de nouvelles familles, accroissant ainsi les inégalités et affaiblissant le service public. Cette reprise met en place une responsabilité individuelle des choix et des actes en matière d’éducation. Loin de résoudre le problème des inégalités posé par l’école à distance, elle les accroît.

Notre école est en crise : l’interruption scolaire a mis en exergue et à amplifié les inégalités scolaires vécues depuis de longues années. Face à cette crise, Macron et son gouvernement proposent une réponse simple : en finir avec l’objectif d’égalité. Nous voulons au contraire construire un changement radical de politique, pour construire une école commune, pour toutes et tous : une école gratuite dans laquelle les enfants sont à égalité, faisant le pari que tous les jeunes sont capables d’atteindre un haut niveau de formation, de culture et de savoir, permettant à toutes et tous de maîtriser leur destin, individuel et collectif.

Cette période, qui a des conséquences sur l’ensemble de la société, dans tous les domaines, pose avec encore plus d’acuité la question centrale du rôle de l’école. Comment peut-elle donner aux citoyennes et aux citoyens de demain les moyens d’agir sur leur avenir, celui de leur pays, celui de la planète ? Cette réflexion ne peut être séparée de la lutte pour une société plus juste car cela seulement permettra, d’une part, aux apprentissages de ne plus être un enjeu de réussite et de survie personnelles et, d’autre part, la construction d’une société du XXIe siècle, au service de toutes et tous. L’heure est à un véritable plan d’urgence pour l’éducation.

 

Il est possible de proposer des idées : cliquer sur le lien ci-dessous.

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2021 1 18 /10 /octobre /2021 05:30
 
Énergie, logement, transports... Comment agir pour la planète 

 

Pour les communistes, le climat doit être considéré comme un bien commun, géré par la communauté humaine mondiale.

Les sociétés doivent réduire toutes les énergies carbonées (gaz, charbon, pétrole) et organiser des mix énergétiques composés de ressources les moins productrices de gaz à effet de serre. Nous prônons le développement d’une industrie respectueuse de l’environnement et de la préservation des ressources naturelles en liaison avec des services publics nationaux de l’environnement et de l’écologie qui doivent coopérer entre eux au plan mondial.

Nous proposons de développer un nouveau mode de production et de consommation. Cela implique de nouveaux pouvoirs des salarié·e·s, des élu·e·s et des populations dans les décisions stratégiques des entreprises, des critères de gestion alternatifs, l’instauration de nouveaux mécanismes de crédit bonifié, ou pénalisé, sur critères sociaux et environnementaux. Cela implique également la mise en place de nouveaux indicateurs, au-delà de ceux du PNB et du PIB, pour mesurer le bien-être humain ainsi que des éléments de mesure de l’état de la nature.

Pour réussir la transition écologique, plusieurs orientations radicales doivent être mises en œuvre.

Nous proposons : le refus des accords de libre-échange de type Ceta et Mercosur et l’adoption d'une loi favorisant les circuits courts ; la création d'un pôle public de l'énergie pour une gestion 100 % publique ; une politique de nouvelle industrialisation écologique ; la mise en place progressive d’une sécurité d’emploi ou de formation écologique ; la priorité aux transports écologiques ; des logements et bâtiments et un nouvel urbanisme plus écologiques ; la baisse de la TVA jusqu’à 0 % sur tous les biens et services vertueux pour le climat ; un nouveau modèle de production agricole conjuguant l’impératif écologique à la nécessité de nourrir l’humanité ; la protection de la biodiversité dont nos forêts.

Des mesures ambitieuses dans tous ces domaines peuvent être financées par la création d'un fonds écologique et social de 100 milliards d'euros, abondé par la création monétaire des banques, ainsi que l’État et les entreprises. Il fonctionnerait avec une gouvernance démocratique associant élu·e·s du peuple, représentant·e·s des travailleurs et associations.

 

Il est possible de proposer des idées : cliquer sur le lien ci-dessous.

 

 

Partager cet article
Repost0
18 octobre 2021 1 18 /10 /octobre /2021 05:23

Le grand retour des Vlog de Justin avec la journée de Fabien Roussel au salon d'élevage de Clermont Ferrand et la rencontre des jours heureux à Billom

Agriculture, Ruralité et alimentation au menu de la première rencontre des jours heureux à Billom, dans le Puy-de-Dôme

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011