Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 07:17

La Fête de l’Humanité Bretagne a le plaisir de vous inviter au débat:  

 « Identité bretonne et langues de Bretagne, aujourd’hui et demain »

Samedi 3 Décembre 2016 à 17h45 à l’Agora de la Fête

 Avec Georges Cadiou Journaliste, Auteur de «La gauche et la revendication bretonne»

Erik Marchand Chanteur, Musicien, Fondateur du «Kreizh Breizh Akademi»

Vincent Roussel Vice-Président de Diwan

Modérateur : Ismaël Dupont, PCF, Secrétaire Départemental du Finistère

Fête de l'Humanité Bretagne: "Identité bretonne et langues de Bretagne, aujourd'hui et demain", débat du 3 décembre à 17h45 avec Georges Cadiou, journaliste et historien, Erik Marchand, musicien, Vincent Roussel, vice-président de Diwan
Partager cet article
Repost0
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 06:53
Ouest-France, 18 novembre 2016

Ouest-France, 18 novembre 2016

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2016 5 18 /11 /novembre /2016 06:44
Ouest-France, vendredi 18 novembre 2016

Ouest-France, vendredi 18 novembre 2016

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 13:43

 

Communiqué de la CGT

 

Élections TPE : les salariés méprisés,

la CNOV bafouée, les syndicats ignorés…

Le gouvernement se ridiculise !

 

La réunion de la commission nationale des opérations de vote (CNOV) convoquée, ce 16 novembre, n’aura été qu’une mauvaise farce !

Alors que cette instance avait la possibilité de prendre les dispositions pour permettre aux salariés des TPE de faire valoir leur droit d’expression à compter du 28 novembre 2016, comme le calendrier électoral le prévoyait, le gouvernement a préféré les prendre en otage d’une stratégie fort malavisée.

En effet, dès l’ouverture de la réunion et sans aucun débat, la presse annonçait le report des élections et les nouvelles dates.

Le ministère, au mépris de toute démocratie, bafouant le rôle de la CNOV, a pris une nouvelle décision unilatérale.

Pourtant, depuis des mois, la CGT et d’autres confédérations ont alerté le gouvernement et ses services, la Direction Générale du Travail (DGT), des risques occasionnés par la légèreté de leur contrôle sur les dépôts de listes.

Cette décision a entraîné la contestation des confédérations CGT, FO, CFE-CGC, CFTC et CFDT devant la justice, sans que la DGT n’anticipe et ne prenne les dispositions nécessaires à assurer le bon déroulement du scrutin !

Le ministère annonce donc que les élections se dérouleront du 30 décembre 2016 au 13 janvier 2017 ! Comment nous faire croire que l’expression la plus large des salariés est recherchée, dans le choix d’une telle période électorale ?

D’autant que le ministère a systématiquement pratiqué l’obstruction à toutes propositions constructives de la part de l’ensemble des confédérations, refusant même l’extension de la période de vote.

La CGT appelle l’ensemble des salariés des TPE à participer massivement aux élections et à voter pour les listes présentées par la CGT. C’est la meilleure réponse à apporter au gouvernement !

 

Montreuil, le 16 novembre 2016

Report des élections professionnelles dans les très petites entreprises: le gouvernement se ridiculise! (communiqué de la CGT)
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 13:37
Conseil communautaire du 14 novembre 2016: compte rendu personnel de Ismaël Dupont (et photos de Pierre-Yvon Boisnard)
Le collectif des "Utopistes en action" continue à demander la mise à disposition d'un collectif pour entreposer des vêtements et autres affaires pour les réfugiés et les friperies solidaires... Pour l'instant, aucun engagement ferme du côté de Jean-Luc Fichet et de la Communauté d'agglo

Le collectif des "Utopistes en action" continue à demander la mise à disposition d'un collectif pour entreposer des vêtements et autres affaires pour les réfugiés et les friperies solidaires... Pour l'instant, aucun engagement ferme du côté de Jean-Luc Fichet et de la Communauté d'agglo

Conseil communautaire du 14 novembre 2016: compte rendu personnel de Ismaël Dupont (et photos de Pierre-Yvon Boisnard)
Conseil communautaire du 14 novembre 2016: compte rendu personnel de Ismaël Dupont (et photos de Pierre-Yvon Boisnard)
Conseil communautaire du 14 novembre 2016: compte rendu personnel de Ismaël Dupont (et photos de Pierre-Yvon Boisnard)
Conseil communautaire du 14 novembre 2016: compte rendu personnel de Ismaël Dupont (et photos de Pierre-Yvon Boisnard)
Conseil communautaire du 14 novembre 2016: compte rendu personnel de Ismaël Dupont (et photos de Pierre-Yvon Boisnard)
Conseil communautaire du 14 novembre 2016: compte rendu personnel de Ismaël Dupont (et photos de Pierre-Yvon Boisnard)
Conseil communautaire du 14 novembre 2016: compte rendu personnel de Ismaël Dupont (et photos de Pierre-Yvon Boisnard)
Conseil communautaire du 14 novembre 2016: compte rendu personnel de Ismaël Dupont (et photos de Pierre-Yvon Boisnard)
Conseil communautaire du 14 novembre 2016: compte rendu personnel de Ismaël Dupont (et photos de Pierre-Yvon Boisnard)

Conseil de communauté électrique ce lundi 14 novembre, avec un président de Communauté qui a été très cassant et parfois à la limite de la correction avec les élus qui ont exprimé des désaccords, que cela soit Sarah Noll, et moi-même, à qui on a coupé la parole que je termine mon intervention contre l'augmentation des tarifs de bus (tickets et abonnements) plus rapidement et Sarah Noll, qui remettait en cause un manque d'ambition concrète derrière le plan Climat Energie, qui a été visée par des piques ad hominen fort peu courtoises.

Entre Jean-Luc Fichet et Agnès Le Brun, les rapports sont également à couteaux tirés et virent parfois à la bataille de chiffonniers… mais sans joie excessive.

***

Pour ma part, voici les interventions et votes importants que j'ai fait à ce Conseil Communautaire :

J'ai voté contre la modification du tableau des emplois et la création d'emplois au service eau et assainissement.

Je m'étais abstenu sur le transfert des compétences eaux et assainissement en 2017 à défaut de certitudes sur les conditions de bonne préparation de transfert et surtout sur les intentions de la Communauté d'agglomération en matière de volonté de construire une régie publique unifiée pour ces services.

Cette fois-ci, j'ai voté contre, comme les syndicats représentés au Comité Technique la semaine précédente, car la fiche d'impact pour les personnels (rémunération, grille indemnitaire, congés, acquis…) n'avait pas été transmise, alors que c'est une obligation légale du code des collectivités territoriales en cas de transfert des postes et qu'il y a une certaine inquiétude chez le personnel sur le maintien des acquis. Les déclarations orales rassurantes ne suffisent pas.

Agnès Le Brun et une partie de la droite morlaisienne se sont abstenus comme ils étaient contre un transfert d'activité pour l'eau et l'assainissement dès 2017, le jugeant précipité, Bernard Guilcher disant néanmoins que les vœux du SIVOM de Morlaix-St Martin des Champs avaient été globalement respectés.

 

Je me suis abstenu, seul avec Sarah Noll, sur la nouvelle gamme tarifaire pour Morlaix Communauté, trouvant que l'augmentation du ticket de bus, des carnets, et des abonnements. Était un bien mauvais moyen de développer l'usage des bus dans le pôle urbain. Voici en gros l'argumentation que j'ai développé :

«  Il y a plusieurs éléments dans la proposition de nouvelle tarification:

Des progrès indéniables :  le passage d'une tarification sociale subordonnée au statut et aux revenus à une tarification solidaire plus simple (et peut-être plus juste) subordonnée au quotient familial, et donc aux rapports entre les revenus globaux de la famille et le nombre de personnes dans la famille. Théoriquement, davantage d'habitants de Morlaix-Communauté devraient en bénéficier. La tarification solidaire devrait faciliter l'accès aux tarifs réduits, sur présentation d'un papier des allocations familiales avec le quotient familial, il n'y aura plus des bulletins de salaire, des justificatifs de domicile à produire qui faisaient que les démarches pouvaient être longues à aboutir et parfois compliquées.   En revanche la dégressivité du coût des abonnements en fonction du nombre d'enfants sera supprimée. 

Toutefois, 'à supposer qu'il y ait une offre avec une fréquence de bus et une rapidité acceptable, l'habitant de Plounéour Menez ou de Plourin serait peut-être d'accord de payer plus cher son ticket de bus (2€ - 2, 50€ par exemple) et qu'il était par contre moins logique de payer son ticket de bus 1€ ou maintenant 1€20 pour faire 1500 mètres en côte à Morlaix... Non pas qu'il faille en soi augmenter les tarifs du transport péri-urbain mais plutôt maintenir les tarifs du transport urbain et financer une augmentation qualitative et quantitative de l'offre de transport sur l'ensemble du territoire de Morlaix-Communauté. 

- La durée de validité du ticket serait augmentée à hauteur de 1h (aujourd'hui 30 mn), les carnets de ticket tarifs réduits seraient supprimées. 

- il y aura désormais des bus à circuler le dimanche (sur le pôle urbain Morlaix-St Martin) 

Mais la principale mesure et celle qui me semble la plus contestable dans cette nouvelle tarification des titres de transport concerne l'augmentation de 1 à 1,20€ du ticket unitaire et l'augmentation de 25€ à 28€ de l'abonnement mensuel au prix "normal", l'abonnement annuel augmentant dans les mêmes proportions. La justification annoncée est le souci d'équilibrer financièrement le surcoût pour la collectivité prévu du fait du passage à la tarification solidaire et de rester à un niveau d'équilibre du budget transport (6,5 millions) sans faire augmenter le versement depuis le budget général de Morlaix Communauté et en augmentant même les recettes tarifaires. Mais la recette tarifaire ne représente que 15 à 20 % du budget transport. Qu'est-ce qui est le plus important ? Faire des économies de bout de chandelle ou doper l'usage du transport en commun. Rentrer dans la question de la tarification par une voie étroite en privilégiant l'approche comptable au détriment d'une véritable politique pour doper la demande et l'usage des transports en commun, pour des raisons écologiques et de soutien au pouvoir d'achat, mais aussi de facilitation de la mobilité des citoyens, de qualité de vie (réduction du nombre de voitures circulant en ville). 

Par exemple, l'expérimentation de la gratuité des transports dans le pôle urbain, au moins certains jours, par exemple le samedi, semble avoir été exclue d'emblée alors que la proportion des recettes tarifaires dans le budget qu'il y a un vrai enjeu de mobilité, de fidélisation des usagers et de dynamisation du centre-ville de Morlaix. Certaines villes ont réalisé la gratuité des transports urbains, avec un effet tout à fait intéressant pour le développement de la circulation des citoyens en bus. C'est un débat compliqué où il y a du pour et du contre, mais cela aurait été bien de l'instruire en profondeur. Augmenter le prix de l'usage du bus, même si les tarifs ne risque pas d'avoir un effet très attractif pour augmenter l'usage de ce type de transport.Tout cela pour des recettes supplémentaires escomptées de l'ordre de 16 000€ annuel. Vraiment pas grand chose compte tenu du budget transport et de l'ampleur des enjeux. Cette nouvelle tarification me paraît donc témoigner d'un manque d'ambition sur le développement du transport en commun, comme le schéma de transport qui a été proposé au dernier Conseil de Communauté ».

Jean-Luc Fichet m'a donc interrompu dans ce propos, ce qu'il ne fait avec personne d'autre je crois, sous prétexte que j'étais trop long et que cela avait déjà été dit. Pouvoir discrétionnaire du président… En tout cas, je ne me suis pas laissé faire et j'ai conclu mon propos en lui disant que s'il voulait faire la conclusion à ma place, alors cela allait être en effet un peu trop long…

***

Je suis intervenu sur un avenant à la convention opérationnelle d'action foncière sur le pôle gare en poussant un coup de gueule par rapport à la politique de la SNCF et en demandant une action forte des élus du territoire pour la faire changer à matière de présence des agents au guichets et de desserte des trains.

«  Comme de nombreux autres usagers de la gare, comme les contribuables des collectivités de la région de Morlaix qui ont débloqué des millions d'euros pour l'aménagement du pôle gare, alors que la SNCF gardait la mainmise sur l'aménagement de la gare elle-même, je ne comprends pas que les guichets à la gare de Morlaix soient désormais fermés totalement le dimanche et subissent une réduction drastique des périodes de vente, avec, la plupart du temps, un seul agent dédié à la vente.

Les bornes de retrait automatiques, si elles permettent de supprimer des emplois (et la SNCF a supprimé au moins 1400 postes en 2016), ne remplacent pas les conseils et l'expertise d'un agent. Tout le monde n'a pas internet et n'est pas familiarisé avec les automates de vente ! Supprimer des affectations d'agents au guichet, c'est aussi augmenter les files d'attente.

De même, comment expliquer que le TGV partant de Paris à 6h56 (arrivée à Brest à 10h21) ne s'arrête pas à Morlaix ? Morlaix voit passer ce TGV matinal sans arrêt en gare. Le premier train arrivant à Morlaix en provenance de Paris n'arrive qu'à 11h05 dans la nouvelle grille horaire. L'augmentation de la rapidité du trajet Paris-Brest/ Brest-Paris ne doit pas se faire au détriment du pays de Morlaix qui a consacré des millions pour le financement de l'arrivée de la LGV et du développement du pôle gare. Il nous faut demander donc solennellement à la SNCF de revoir son plan de desserte des gares de manière à ce que notre ville et sa région ne soient pas sacrifiés et gardent une desserte TGV attractive et de rétablir pour les usagers des affectations d'agents au guichet le dimanche .

L'un après l'autre, Jean-Luc Fichet et Agnès Le Brun ont dit partagé mon exaspération et ma volonté que les élus du territoire interpellent la SNCF. 

Le vœu que j'ai préparé pour le conseil municipal du 17 novembre à Morlaix au nom de l'opposition devrait être voté par tout le Conseil Municipal et la demande a été faite en Conseil Communautaire que le vœu morlaisien soit envoyé aux autres communes de l'agglo pour faire l'objet d'un vote aussi dans leurs conseils municipaux, avant un dernier vote au Conseil Communautaire, des actes symboliques qui feront l'objet d'un envoi à la SNCF.

J'ai proposé à Jean-Luc Fichet de lire notre vœu que j'avais sous les yeux pour discussion et approbation immédiate mais il m'a répondu qu'il fallait avoir le temps d'en prendre connaissance et d'en avoir une version écrite distribuable.

Voeu présenté par l'opposition au Conseil Municipal de Morlaix le 17 novembre: en gare de Morlaix, la modernité, c'est aussi des trains et des agents!

 

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 10:27
Pétition du collectif national pour une paix juste et durable en Palestine et en Israël: suspendre l'accord d'association entre l'Union européenne et Israël

Nous relayons cette pétition initiée par le Collectif national pour une paix juste et durable en Palestine et en Israël dont le Parti communiste est membre.

La campagne sera lancée ce 16 novembre lors d'une conférence de presse du Collectif national pour que l’Union européenne cesse de cautionner, en appliquant un accord commercial privilégié, la violation du droit international que représente l’occupation de la Palestine par Israël, une campagne est lancée le 16 novembre auprès des citoyen-ne-s par de nombreuses associations et organisations réunies.

Le Collectif national pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens, qui regroupe 52 associations et organisations, et le Collectif « Trop c’est Trop » – avec le soutien de la Plateforme des ONG françaises pour la Palestine – propose notamment la signature d’un appel adressé aux institutions de l’Union européenne.
 
Suspendre l’Accord d’association entre l’Union européenne et Israël tant que durent les violations flagrantes du droit international serait conforme aux termes mêmes de cet accord (qui est conditionné par le respect des droits démocratiques) et au vote, en 2002, du Parlement européen qui a demandé cette suspension.
Compte tenu de l’importance économique et financière de cet accord, suspendre son application serait aussi un moyen efficace de pression pour amener à une paix juste, respectant les droits élémentaires de tou-te-s.
 
Cette campagne sera d’abord portée au sein de la société civile, en France. Elle bénéficie de l’appui de plusieurs parlementaires nationaux et européens et des encouragements de la Coordination européenne des comités et associations pour la Palestine (CECP) pour lui donner un écho à l’échelle de toute l’Europe.

Le Parti Communiste souhaite prendre toute sa place dans cette campagne et le collectif national Palestine du PCF a décidé d'en faire un axe majeur de la mobilisation et de la solidarité avec la Palestine.

Merci donc de bien vouloir la signer et de la populariser.

Pour signer le Lien vers la pétition "Suspension de l'Accord d’association Union européenne – État d’Israël ":  cnpjdpi.org/appel/?p=4

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 10:15
Contribution programmatique du PCF aux Assises du service public à Montreuil du 19 novembre

Contribution du PCF aux Assises du service public à Montreuil

 

Préambule

Les services publics méritent mieux que le traitement qui leur est actuellement infligé. En effet dans un moment de crise profonde où se développent précarité, insécurité, inégalité mais aussi dans un moment de révolte où monte l’exigence d’une culture de partage, de justice et de solidarité, la question des services publics resurgit au cœur des débats comme une réponse incontournable structurante d’une nouvelle société plus humaine et solidaire.

En effet, un développement tout à fait nouveau des services publics est crucial pour répondre aux aspirations des citoyens, sortir des politiques d’austérité, contrecarrer les tendances déflationnistes liées à l’utilisation de la révolution informationnelle au service de la rentabilité financière, et ouvrir une issue à la crise de civilisation dont les dimensions sociales, économiques, financières, politiques, morales deviennent incontrôlables.

Qu’il s’agisse d’environnement et de transition énergétique, de sécurité, de justice, de santé, de formation, de recherche, ou de tout ce qui concourt au développement des capacités humaines, la réalisation de ces objectifs exige un développement considérable de l’emploi public et de la formation des agents chargés des services publics, ainsi que des investissements matériels et de recherche qui doivent l’accompagner.

L’état actuel de l’économie européenne et mondiale démontre que ce n’est possible que par la conquête de nouveaux pouvoirs décentralisés des salariés et des citoyens pour arracher les gestions d’entreprises et les politiques publiques aux griffes des marchés financiers.

Mise en concurrence avec le privé, suppression des moyens nécessaires à leur bon fonctionnement, privatisations au profit de grands groupes privés, tout dans la politique menée actuellement, en accord avec le MEDEF, concourt à leur marchandisation et à priver le citoyen de la possibilité d'intervenir pour que le service public réponde aux besoins de la population.

Inversons la machine capitaliste qui, depuis des décennies, au nom d’une concurrence libre et non faussée, sur l’autel de la libéralisation a donné aux prédateurs financiers des pans entiers de nos services : offensive contre les entreprises de service public, contre les systèmes publics, contre les services de proximité avec la réforme territoriale et la RGPP (Révision générale des politiques publiques) laissant sur le carreau les hommes et la planète.

Cette politique de mise en cause du service public s'allie en effet avec les réformes territoriales en cours pour éloigner le citoyen du lieu de prise de décision et avec la privation de moyens d'intervention les collectivités territoriales démocratiquement élues. Comment empêcher la fermeture du bureau de poste du quartier, la fermeture des urgences de l'hôpital voisin ou de la classe de l'école communale, quand les décisions sont prises dans des instances reculées, selon des procédures illisibles et qu'on nous objecte systématiquement la limitation drastique de l'enveloppe budgétaire au nom d'une austérité imposée par la charge excessive des dépenses publiques ?

C'est pourquoi, le rassemblement citoyen initié par Convergence nationale des services publics pour s'informer, intervenir et se mobiliser est indispensable. C'est bien un rassemblement de toutes les organisations intéressées, syndicats, associations, partis politiques, élus et citoyens, qui est nécessaire pour avancer. Des luttes se développent sur tout le territoire pour la défense du service public. En 2015, 10 ans après la 1ère manifestation pour la défense des services publics organisé par Bernard Defaix, président de Convergences, est organisée une nouvelle manifestation par Convergences services publics à Guéret  avec la participation de syndicats (CGT, Solidaires et FSU), de partis politiques (PCF et Front de gauche, EELV et des élus) et d'associations (ATTAC, associations de défense des droits des femmes...). Cette manifestation nationale a regroupé en juin 2015, 7 500 personnes et a permis de populariser cette lutte des services publics au moment où les collectivités territoriales sont particulièrement touchées par la réforme territoriale et les coupes budgétaires et que la révision générale des politiques publiques  et les réformes de l'hôpital, l'enseignement et les plans concernant le rail affectent gravement les services publics. A l’heure actuelle, la bataille sur le nouveau contrat de présence postale territoriale donne lieu à un appel national contre la suppression des bureaux de poste lancé à la fête de l’humanité, non compensée par des maisons de services au public ou par le dépôt des colis déposés dans les supermarchés et les bureaux de tabac! Alors que la Poste empoche le CICE !

C'est pourquoi, des propositions pour les services publics du XXIème siècle, portées à la connaissance de la population et débattues avec elle, portées à la connaissance du plus haut niveau de l'Etat et des parlementaires, peuvent nous rassembler et nous permettre d'avancer et de gagner grâce à notre mobilisation.

Vous trouverez ci-après les propositions que le PCF met en débat aux assises.

 

 

1) Des services publics pour répondre aux besoins humains

Garantir l'égalité

Les services publics sont essentiels pour la réponse aux besoins humains. En assurant un égal accès de tous à la santé, au savoir, à la culture, aux transports... ils sont un facteur de réduction des inégalités. C'est pourquoi nous combattons toutes les politiques qui contredisent cet objectif, les politiques d'austérité ainsi que les directives sur les services et toutes les libéralisations entreprises.

Faire de la défense et du développement de la sécurité sociale une priorité

Nous proposons un plan de défense et de développement de la sécurité sociale avec :

- Une révision des modes de couverture et prestations prévus pour les ayants droits dans les quatre branches pour une meilleure protection sociale :

  • concernant la branche maladie: reconquérir progressivement la généralisation de la prise en charge à 100% pour tous les soins en commençant par la prise en charge immédiate à 80% pour tous et à 100% pour les jeunes de moins de 25 ans.

  • concernant la branche vieillesse: garantir le droit à la retraite à 60 ans à taux plein.

  • concernant la branche accident du travail: renforcer la médecine du travail en liaison avec les CHSCT, pour améliorer les conditions de travail de tous.

  • concernant la branche famille: étendre les prestations familiales par la création d'une allocation pour le premier enfant pour toutes les familles et la revalorisation des prestations pour le 2ème enfant pour réaffirmer le principe d'universalité.

- Le rétablissement de l'élection au suffrage universel des représentants des assurés sociaux dans les conseils d'administration des caisses de sécurité sociale.

- Le renforcement du financement de la sécurité sociale, notamment par la modulation du niveau des cotisations sociales patronales en fonction du développement de l'emploi, de la qualification et des salaires et l'extension des prélèvements sociaux à tous les revenus financiers au même niveau que les cotisations sur salaires.

 

Un plan de mobilisation pour la santé publique

L’égalité d’accès territorial de santé, suppose le maillage en centres de santé publics de chaque département. Nous défendons l’hôpital public, portons la nécessité d'une réforme de son financement et des maternités de proximité. Nous proposons l’élaboration d’une loi cadre de refondation d’une psychiatrie de secteur humaine et un grand service public du handicap et de la perte d’autonomie. Nous proposons notamment :

- L'abrogation des lois Bachelot et Touraine

- La suppression du numérus clausus et des quotas de formation

- Un moratoire sur les fermetures et démantèlement d'hôpitaux, la réforme du financement avec la suppression de la tarification à l’activité, la taxe sur les salaires, la TVA.

- Le développement de centres de santé de proximité

- La création d'un pôle public du médicament

- L'élaboration d'une loi cadre de refondation d'une psychiatrie humaine

 

Construire l'école de l'égalité

- Porter le budget de l’éducation nationale à 7% du PIB

- Pour enseigner des savoirs plus complexes à plus d’enfants, il faut du temps : droit à l’école dès 2 ans pour les familles qui le souhaitent ; allongement de la scolarité obligatoire de 3 à 18 ans ; rétablissement de la demi-journée d’école supprimée en primaire ;  allongement du temps scolaire pour que toute l’école puisse se faire à l’école

- Faire le bilan des réformes libérales engagées par les précédents gouvernements ; Sortir de l’impasse des rythmes scolaires en repensant les temps éducatifs et les parcours pédagogiques et en créant un service public national déconcentré du loisir éducatif ; instauration de mesures immédiates d’accompagnement des nouveaux programmes en primaire et au collège ; suppression de la réforme actuelle du collège et ouverture d’une concertation pour la démocratisation de la réussite au collège

- Des personnels formés, partout : revalorisation des salaires et des métiers de l’Éducation nationale ; plan pluriannuel de création de postes ; création d’un dispositif de pré-recrutement des enseignant-e-s sous statut de la fonction publique, relance de leur formation initiale et continue

- Rétablissement d’une carte scolaire contraignante et démocratiquement construite, sectorisation de l’enseignement privé, suppression de l’obligation faite aux collectivités locales de le subventionner et intégration progressive de l’enseignement privé sous contrat au service public d’éducation nationale, construction d’une carte nationale des formations publiques ; création d’un observatoire national paritaire des inégalités ;

- Création d’un observatoire national des programmes composé d’acteurs-trices de l’éducation, d’élu-e-s et de citoyen-ne-s et chargé de faire évoluer les programmes en fonction des retours du terrain et de l’objectif de réussite de toutes et tous ; une même ambition pour tous les enfants : ce sont les programmes qui définiront les contenus et les objectifs de l’enseignement pour tous ; introduction des cultures technologique et professionnelle dans les programmes scolaires dès le début de la scolarité obligatoire.

 

 

Le partage des savoirs au cœur de l'Enseignement supérieur et la Recherche

- Évaluation pluraliste des politiques libérales débouchant sur l’identification de besoins immédiats et sur l’élaboration démocratique d’une nouvelle loi visant à libérer l’ESR à toutes les échelles des logiques de concurrence et de marchandisation du savoir.

- Réorienter les crédits affectés au Crédit Impôt Recherche vers la recherche publique.

- Donner à l’enseignement supérieur les moyens de sa démocratisation, permettre à la recherche de répondre aux défis de l’avenir : doublement du budget public de l’ESR sur la législature, développement de l’emploi scientifique : plan pluriannuel de dé-précarisation et création de 6000 postes statutaires de la fonction publique par an, revalorisation des salaires et des carrières

- Démocratisation des conseils d'administrations des universités et des organismes de recherche ; création de nouvelles instances populaires consultatives sur les choix technologiques et scientifiques.

 

Un plan de mobilisation pour les transports :

- La création d'un pôle national des transports publics favorisant le développement des transports collectifs et leur accès par toutes et tous, du transport ferroviaire et fluvial et du transport maritime côtier

- L'abrogation des lois de libéralisation du rail, de la loi Macron, lancement d'un processus de désendettement du système ferroviaire, fin des mesures de défiscalisation et exonération favorisant le transport aérien par les entreprises bas-coût.

- Le renforcement de la tarification sociale jusqu'à la gratuité en zone urbaine et la création de parking relais pour les voitures

- Le doublement, la généralisation et la modulation du « versement transport » payé par les entreprises

- La nationalisation des autoroutes, un moratoire sur les privatisations des ports et aéroports.

- Un plan d'investissements dans les aménagements cyclables

 

Pour garantir l'égalité de nouveaux grands services publics doivent être constitués en transformant les politiques publiques dans des domaines clés. Quelques exemples non exhaustifs :

 

- L'emploi avec la création d'un service public de l'emploi permettant la mise en place d'une sécurité d'emploi et de formation pour éradiquer le chômage et la précarité en permettant à chacun-e d'alterner tout au long de sa vie périodes d'emploi et périodes de formations dans une continuité de droits et de revenus.

- La petite enfance avec la création d'un véritable service public de la petite enfance de la naissance à 5 ans avec possibilité d'entrer à la maternelle dès 2 ans pour les enfants dont les parents le souhaitent.

- L'autonomie avec la création d'un service public de l'autonomie pour les personnes âgées

- Le logement avec la création d'un service public national et décentralisé du logement, de l'habitat et de la ville (pôle public financier, pôle public de construction, agence nationale foncière, renforcement de la loi SRU et nouvelles politiques publiques).

- La culture avec la création d'un grand service public de l’art, de la culture et de l’éducation populaire.

 

Des services de proximité

 

L'égalité d'accès suppose un réseau de services publics de proximité implanté sans discrimination sur tout le territoire et avec des guichets et une présence humaine suffisante pour répondre aux demandes de la population pour accéder à ses droits et utiliser facilement les services publics. Cela veut dire la remise en cause de tous les plans de suppression de bureaux de postes, hôpitaux, écoles... L'accès internet peut venir compléter ce réseau mais pas l'amputer. Les maisons de services au public présentant un mode dégradé d'accès au service public ne peuvent pas constituer une réponse digne de ce nom. Nous proposons :

  • Un plan pluriannuel de développement des administrations publiques et services publics dans les territoires suburbains et ruraux et la création d'un fonds national de soutien aux territoires fragiles pour la réouverture des administrations et services fermés : hôpitaux, écoles, tribunaux, postes, trésoreries...

  • Un plan de formation et de création de postes sous statut et la titularisation des personnels précaires exerçant dans les services publics.

  • La reconnaissance explicite par la loi de la priorité de l'usage de logiciels libres par les administrations, les services publics.

  •  

Un développement humain durable :

Les services publics participent à la conscience planétaire pour une société du bien vivre et du bien commun. Ils sont indispensables à la réalisation d’un nouveau mode de développement humain durable qui permette de répondre aux besoins sociaux en préservant les ressources naturelles et en développant les capacités des êtres humains au lieu de les exploiter comme le fait le capital mondialisé. Nous proposons :

  • Une nouvelle industrialisation liée au développement des services publics: l'énergie avec les énergies renouvelables, l'automobile propre, les transports urbains et ferroviaires, la rénovation thermique des bâtiments, l'agriculture paysanne, l'aérospatiale, la navale, le numérique, la réparation, l'économie circulaire et les matières recyclées.

  • La création d'un pôle public de l'énergie afin de mettre la filière à l'abri des logiques financières et d'en améliorer la maîtrise publique et citoyenne, de faire progresser la part des énergies renouvelables dans le mix énergétique.

  • La création d'un service public national déconcentré de l'eau et des déchets pour accompagner les compétences des collectivités dans la création de régies démocratiques ou de sociétés coopératives d'intérêt collectif de l'eau et de la gestion des déchets.

  • Au niveau européen, l'abrogation des directives séparant la production des réseaux, l'autorisation des subventions croisées et des péréquations ; et la création de groupes publics européens prioritairement en matière d'énergie, de transport, de télécommunications, du recyclage et du traitement des déchets, du médical, de l'aérospatiale.

2) Des services publics gérés démocratiquement

La réappropriation sociale suppose, au-delà du transfert juridique de propriété au bénéfice de l’État ou d’une collectivité publique, une articulation étroite avec, d’une part, de nouveaux objectifs sociaux et écologiques, et, d’autre part, de nouveaux pouvoirs d’intervention des agents des services publics et de leurs usagers pour imposer de nouveaux critères économiques (création de valeur ajoutée dans les territoires), sociaux (salaires, emploi, formation), écologiques (économies d’énergie et de matières premières) dans la gestion des services publics et dans l'organisation du travail.

Cela implique de préserver et de renforcer le statut de la fonction publique pour protéger les agents des pressions politiques, économiques clientélistes et garantir au citoyen un égal traitement. Il est urgent d'accéder aux demandes des syndicats sur la carrière des agents et leur rémunération, le dégel du point d'indice et d'ouvrir des concours d'accès à la fonction publique avec une rémunération des diplômés pour préparer les concours.

Cette nouvelle gestion démocratique et ce statut renforcé permettront de mobiliser les moyens financiers nécessaires, à commencer par le crédit bancaire et la création monétaire des banques centrales, pour le développement des services publics ou encore de promouvoir à l'opposé des logiques de concurrence une réelle coopération entre collectivités territoriales pour un développement coordonné des services publics.

 

3) Des services publics ayant les moyens de leur fonctionnement

 

Le développement des services publics entre radicalement en contradiction avec les normes de réduction des dépenses publiques imposées par le « Pacte de stabilité et de croissance », le traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG) et l’ensemble des normes d’austérité budgétaire en vigueur dans la zone euro. Ces normes doivent être combattues au niveau national comme au niveau européen. Il faut stopper les mesures d'austérité qui frappent les budgets publics des collectivités locales qui représentent une coupe de 7 milliards d'euros en 2016 et 2017.

Au contraire, des services publics tout à fait nouveaux, dans leur ampleur et dans leur fonctionnement, seraient précisément ce dont nos économies ont besoin pour combattre les tendances déflationnistes qui les minent et pour les rendre plus efficaces. Investir pour recruter et former des enseignants, des infirmières, des agents chargés de combattre l’évasion fiscale… voilà des dépenses d’avenir qui contribueront à créer plus de richesses, et donc de recettes publiques, pendant des années, et qui doivent donc être financées par l’emprunt, avec des taux d’intérêt faibles, voire négatifs. C’est seulement ainsi que nos économies pourront être libérées du coût des dettes contractées sur les marchés financiers. À une condition : que les dépenses ainsi financées servent effectivement à créer des richesses, et que l’argent public ne soit pas gaspillé sous forme de CICE et autres cadeaux au patronat.

Le Parti communiste propose de créer progressivement, à partir de mobilisations convergentes autour de projets concrets, un rapport de forces permettant d’imposer dans les faits la mobilisation de la création monétaire pour le financement d’investissements publics démocratiquement sélectionnés. C’est pourquoi il propose :

- la création, à l’initiative de la France et d’autres gouvernements européens, d’un fonds de développement économique, social, écologique solidaire européen pour le développement des services publics (http://www.economie-politique.org/sites/default/files/note_fdese_04_0.pdf). Le financement de cette nouvelle institution par une partie des centaines de milliards d’euros que la BCE déverse sur les marchés et sur les banques est compatible avec l’article 123, paragraphe 2 du Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne.

Les projets ainsi financés seraient sélectionnés par des procédures démocratiques décentralisées, s’appuyant sur des fonds régionaux et des conférences régionales pour l’emploi et la formation, et sur un pôle financier public assurant un fonctionnement cohérent, en réseau, de banques nationalisées et d’institutions telles que la Caisse des dépôts, BPI-France et la Banque européenne d’investissement.

Comme exemples de projets qui pourraient être financés par le Fonds de développement des services publics, on peut citer :

  • la modernisation des services publics ferroviaires en Europe

  • un plan pour sortir les hôpitaux de la misère

  • un « plan recherche – éducation »

  • un « plan réfugiés » pour mettre en place les moyens de les accueillir dignement en Grèce et dans les autres pays hôtes

  • un plan de développement de l’administration fiscale en Grèce

  • etc.

La création de cette nouvelle institution signifierait un changement radical dans les politiques économiques en Europe et contribuerait à construire le rapport de forces politique nécessaire pour changer les traités et refonder de fond en comble la construction européenne.

Outre la bataille contre l'austérité, les règles budgétaires actuelles et pour le fonds de développement pour financer les services publics, la France doit agir pour que les règles de la concurrence ne s'appliquent pas dans les secteurs correspondant aux besoins humains élémentaires assurés par les services publics nationaux (logement, santé, transports) et encourager les coopérations européennes entre services publics.

- la création d’un pôle public bancaire autour de la Caisse des Dépôts et Consigna­tions, de la Banque Publique d’Investissement, de la Banque postale, des banques mutualistes avec la nationalisation de la BNP Paribas et de la société générale. L’ac­tion de ces différentes institutions aurait pour objet de peser sur l’orientation du cré­dit et de l’épargne dans l’ensemble du système financier. Elle tirerait sa cohérence d’une nouvelle mission au service de la sécurisation de l’emploi et de la création de richesses dans les territoires.

- la lutte contre la fraude et l'évasion fiscale et une grande réforme pour la justice fiscale basée sur une réforme de l'impôt sur le revenu et de l'impôt sur les sociétés pour les rendre plus progressifs, plus justes.

 

Conclusion

Ces quelques propositions visent à enrichir le débat des ateliers des assises et à nourrir le manifeste en cours de rédaction. Nous espérons qu'elles seront à utiles à penser et mettre en chantier à travers des fronts d'idées, d'actions, de luttes sociales, le service public du XXIe siècle pour lequel de très nombreuses forces syndicales, associatives, ou politiques comme la notre, peuvent agir de manière complémentaire avec tous les agents et usagers des services publics.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 08:29
Yassin Al-Haj Saleh, opposant communiste au régime de Bachar al-Assad

Yassin Al-Haj Saleh, opposant communiste au régime de Bachar al-Assad

"J'avais 10 ans quand Hafez el-Assad est arrivé au pouvoir, 20 quand il m'a jeté en prison et 35 quand j'en suis sorti. On peut dire que je connais le système de l'intérieur.... Mon livre est un acte de résistance basé sur la lutte des idées, du savoir, et non sur la compassion. Il y a beaucoup d'écrits sur la Syrie où l'émotion domine. J'ai essayé de m'en éloigner parce que je trouve le message plus fort ainsi. Je veux que les gens réfléchissent sur ce que signifie un régime qui emprisonne, torture et tue."

(interview de Yassin Al-Haj Saleh au Journal du Dimanche, 15 mai 2016)

Ces articles profonds et lumineux d'intelligence, de profondeur politique et de rigueur éthique, de Yassin al-Haj Saleh, né en 1961 à Raqqa, et qui passa seize ans dans les prisons syriennes où il a été jeté à vingt ans pour appartenance au Parti Communiste d'opposition, grande figure intellectuelle de l’opposition démocratique syrienne, n’ont jusqu’à présent jamais été regroupés en un seul volume, ni en arabe ni dans une autre langue.

Les éditions Actes Sud nous donnent enfin à lire l'analyse d'un grand intellectuel syrien progressiste sur le fonctionnement du régime de Bachar-al-Assad, les raisons de la révolution syrienne, la stratégie du régime pour se maintenir au pouvoir coûte que coûte en faisant la guerre à sa société et en confessionnalisant le conflit, le devenir de la guerre civile, théâtre d'ambitions et de manipulations internationales.   

Yassin al-Haj Saleh, c'est en quelque sorte Jean-Paul Sartre des articles politiques de Situations ... Un Jean-Paul Sartre écrivant dans une situation d'engagement mortel et de danger personnel au pays de la torture banalisée, du confessionnalisme organisé, des Chabiha et des largages d'armes chimiques et de barils d'explosifs sur les civils...

Ces huit articles sont précédés d’une introduction précisant le contexte de chacun d’eux et classés par ordre chronologique, ils couvrent l’histoire du soulèvement syrien depuis son déclenchement en mars 2011 et constituent l’analyse interne la plus fine de cet événement majeur dans l’histoire moderne du Proche-Orient.

C'est une analyse originale non seulement du régime né du coup d’État de 1970, à partir de ses slogans et de ses emblèmes, mais aussi des origines sociales et culturelles de l’extrême violence dont il a toujours fait preuve, ainsi que de la militarisation du soulèvement et de l’intrusion des djihadistes, qui, en se conjuguant, ont abouti à ce que l’auteur désigne comme le “nihilisme guerrier”. Le dernier texte, le plus dense, “Le sultan moderne”, fait la synthèse des dizaines d’articles et chroniques publiés par lui durant une dizaine d’années dans la presse sur la nature du régime des Assad, père et fils, alliant despotisme, communautarisme, clanisme en un “État sultanien” (par référence entre autres aux mamelouks) de type nouveau.

Ces articles de Yassin al-Haj Salah ont été traduits de l'arabe par Nadia Leïla Aïssoui, Farouk Mardam-Bey, et Ziad Majed. Ce dernier est aussi un grand intellectuel laïc et progressiste de la résistance syrienne  au régime fasciste et inhumain de Bachar-al-Assad. 

Le "Chiffon Rouge" a déjà publié deux des interventions de ce militant de gauche, Ziad Majed, qui avait été invité à l'Université d'été d'Ensemble (Front de Gauche). 

Alep: leur massacre, notre impuissance? - Ziad Majed et Renaud Girard sur France Culture

Infos Syrie Résistance: avec le peuple syrien, ni Bachar, ni Daech! : Quelques conséquences possibles de l’échec de l’accord russo-américain sur la Syrie, par Ziad Majed

En tout cas, en lisant ces articles puissants de Yassin Al-Haj Saleh, publiés sur 4 ans entre le début de l'année 2011 et novembre 2015, écrits dans quatre villes - Damas, Douma dans la Gouta, la "plaine fertile" de Damas, Raqqa, et Istambul- où Yassin Al-Haj Saleh a été obligé de s'exiler après l'enlèvement de sa femme, Samira al-Khalil, militante et ancienne détenue (de 1987 à 1991) du régime comme lui, par une organisation salafiste, on comprend la méprise et l'indécence de cette opinion, de plus en plus défendue, qui voudrait que le régime de Bachar-al-Assad soit un rempart contre l'islamisme obscurantiste et la domination américaine ou saoudienne sur cette partie du monde et un "moindre mal" car offrant des conditions de stabilité, de laïcité, sans commune mesure avec les bandes islamistes qui le combattent. 

Cette lecture héritée de la guerre froide et qui identifie le régime baassiste à ses origines socialistes premières et ses opposants à des tenants de l'impérialisme occidental ou à des islamistes réactionnaires est un pur produit idéologique et de propagande qui passe sous silence la nature intrinsèquement fasciste, inégalitaire, raciste, criminelle de ce régime corrompu à la base sociale très étroite, qui n'a dû sa survie qu'à son association aux visées impérialistes de l'Iran et de la Russie et au cynisme des Américains et de la communauté internationale qui ont complètement abandonné le peuple syrien.

Nous publierons prochainement des extraits significatifs de "La question syrienne", le recueil d'articles de sociologie politique engagée de Yasin Al-Haj Saleh.  

 

 

 

 

 

"La question syrienne" - Yassin Al-Haj Saleh - Actes Sud - Sindbad, Mai 2016 22€

"La question syrienne" - Yassin Al-Haj Saleh - Actes Sud - Sindbad, Mai 2016 22€

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2016 4 17 /11 /novembre /2016 08:27
opposition au Conseil Municipal: Valérie Scattolin (Front de Gauche), Ismaël Dupont (PCF- Front de Gauche), Jean-Philippe Bapcérès (Coopérative citoyenne), Hervé Gouédard (PS- Coopérative citoyenne), Jean-Pierre Cloarec (Coopérative citoyenne), Sarah Noll (Coopérative citoyenne), Elisabeth Binaisse (PS- Coopérative Citoyenne)... et il manque Jean-Paul Vermot sur la photo (PS, Coopérative Citoyenne)

opposition au Conseil Municipal: Valérie Scattolin (Front de Gauche), Ismaël Dupont (PCF- Front de Gauche), Jean-Philippe Bapcérès (Coopérative citoyenne), Hervé Gouédard (PS- Coopérative citoyenne), Jean-Pierre Cloarec (Coopérative citoyenne), Sarah Noll (Coopérative citoyenne), Elisabeth Binaisse (PS- Coopérative Citoyenne)... et il manque Jean-Paul Vermot sur la photo (PS, Coopérative Citoyenne)

Voici l'ordre du jour du prochain Conseil Municipal de Morlaix le jeudi 17 novembre: 

- adoption du rapport d'activité 2015 de Morlaix-Communauté

- débat d'orientation budgétaire 2017

- admission en non valeur et créances éteintes 

- autorisation de signature d'un emprunt bancaire auprès de la Banque Crédit mutuel de Bretagne-Arkéa

- attribution d'une subvention de 35 000€ à l'association conventionnée Coallia

- convention d'entretien avec le Conseil Départemental du Finistère pour la traversée nord-sud de la ville de Morlaix en vélo

- acquisitions de terrains au lieu dit Roch Glas

- Subventions au fond d'intervention pour l'habitat

- Subventions du fond de modernisation des enseignes et façades commerciales

- recrutement d'un apprenti au pôle environnement et espaces verts

- rémunération des agents recenseurs pour le recensement de la population morlaisienne  

 

Question orale déposée par l'opposition
Conseil municipal du 17 novembre
 
Accessibilité des lieux publics et maintien de la MJC et de la bibliothèque-médiathèque au centre-ville
 
La Loi sur l'accessibilité des lieux publics aux personnes handicapées impose la mise aux normes des bâtiments municipaux recevant du public. Face aux coûts qu'implique cette opération, il est probable que la relocalisation de certains équipements sera envisagée, notamment la MJC et les bibliothèques de centre ville. Un transfert de ces structures vers le futur « pôle gare » (ou vers un autre lieu) a ainsi pu être évoqué. 
 
L'impact qu'aurait une telle décision doit être sérieusement étudié. La MJC et les bibliothèques  drainent beaucoup  de monde et  sont des moteurs indispensables au dynamisme du centre-ville,  aussi bien économiquement (pour le petit commerce) que socialement (car ce sont des lieux de convivialité). Leur relocalisation à l'extérieur du centre-ville porterait un sérieux préjudice à l'équilibre urbain. 
 
Dans le contexte actuel de fragilité et de déclin du centre-ville, nous déplorons que le projet de réhabilitation du Musée n'ait pas pris en compte la possibilité de créer un pôle culturel Musée/Médiathèque/MJC dans l'enceinte des Jacobins.
 
Cette occasion ayant été manquée, nous tenons néanmoins à souligner l'importance du maintien au centre-ville de la bibliohèque-médiathèque et de la MJC. Nous vous suggérons d'explorer toutes les pistes possibles pour héberger ces structures en préservant la convivialité et le dynamisme du cœur de ville. Si leur maintien à leur emplacement actuel n'est pas possible, les locaux vacants de la rue de Paris ne peuvent-ils représenter une opportunité intéressante ?
 

Question orale déposée par Ismael Dupont, Valérie Scattolin, Jean-Philippe Bapceres, Sarah Noll, Jean-Pierre Cloarec, Elisabeth Binaisse, Hervé Gouedard et Jean-Paul Vermot

2 conseils municipaux plus tard, nous revenons une nouvelle fois sur notre demande de diffusion et de débat sur le bilan social du personnel de la Municipalité.

Après les débrayages d’une partie des agents, .des informations sur des tensions palpables au sein du personnel nous parviennent au coup par coup.

Comme nous l’avions souligné, l’opposition ne participe plus ni au Comité Technique, ni au CHSCT, instance de dialogue avec le personnel, et seules des informations de cas individuels nous parviennent.

Afin d’éclairer la situation, Allez-vous enfin programme la présentation en conseil municipal du bilan social afin d’ouvrir un dialogue éclairé sur l’état du personnel ?

 

Question orale déposée par les élus d'opposition: Jean-Philippe Bapcérès, Elisabeth Binaisse, Jean-Pierre Cloarec, Ismaël Dupont, Hervé Gouédard, Sarah Noll, Valérie Scattolin, Jean-Paul Vermot

Quelle attention économique pour le centre ville?

Lors du conseil municipal du 27/09, madame le Maire évoquait l'attractivité du centre-ville en mentionnant un taux de vacance commerciale très comparable à ceux de Pont l'abbé et de Quimper, respectivement 14 et 13,5%. Mais regarder les difficultés des autres ne devrait pas nous dispenser de réagir face aux nôtres. Selon le rapport de l'Inspection Générale des Finances sur « la revitalisation commerciale des centres-villes » (juillet 2016), lorsque le taux de vacance s'établit entre 10 et 15 %, « la vacance devient structurelle et marque un déclin de la commercialité ». Morlaix s'inscrit dans cette fourchette et, en novembre 2016, on compte 124 fonds de commerce vacants, désaffectés, en vente ou à louer, ce qui est à l'évidence préoccupant.

La plupart des caractéristiques citées par l'IGF comme étant associées à une forte vacance

commerciale sont présentes chez nous : taux de chômage élevé, taux de pauvreté élevé, taux de vacance des logements élevé, taux de la taxe foncière élevé, perte de population, surface commerciale en périphérie très supérieure à celle en centre-ville. S'agissant de ce denier point, la création prochaine de la galerie marchande au centre commercial Géant avec 15 enseignes, l'extension du centre Leclerc, la modernisation du centre Intermarché à Saint Martin, l'ouverture récente de plusieurs dépôts « drive », sont autant d'éléments qui vont encore aggraver le processus, et  on peut craindre un détournement massif de clientèle au profit de la périphérie.

D'autres aspects du problème sont à prendre en compte : certains propriétaires pratiquent des loyers dissuasifs et beaucoup ont supprimé l'accès extérieur à l'étage (réserves du magasin) ce qui conduit à une rentabilité axée essentiellement sur le bail commercial ; le parking est payant en ville, gratuit sur les zones marchandes périphériques ; l'offre est insuffisamment diversifiée en coeur de ville (banques, assurances, magasins de vêtements et de chaussures, salons de coiffure, bars et restaurants principalement).

Face à cette situation, il appartient aux élus de définir des lignes d'action. La compétence

économique relève de la communauté, mais laisser le centre dépérir sans rien faire n'est pas

acceptable, et la ville a clairement un rôle à jouer dans l'attractivité, en partenariat avec Morlaix communauté.

Quels sont les projets de la majorité municipale pour la revitalisation commerciale de notre ville ?

Conseil municipal du 27 septembre 2016 - vidéo Ville de Morlaix

Conseil Municipal du 17 octobre 2016 - vidéo Ville de Morlaix

Interventions d'Ismaël Dupont au dernier Conseil Municipal: 

 

- Sur la mise à disposition gratuite de la salle de Langolvas pour les meetings politiques liés aux Primaires et aux élections Présidentielles.  

Ordre du jour du Conseil Municipal de Morlaix le Jeudi 17 novembre à 18h30 - vidéos des conseils municipaux de septembre et octobre
Intervention sur le festival Multiples pour revoir à la hausse la subvention de la mairie afin de compenser les frais supplémentaires liée à "l'impossibilité" d'accéder à la mairie et à l'école du Poan Ben

Intervention sur le festival Multiples pour revoir à la hausse la subvention de la mairie afin de compenser les frais supplémentaires liée à "l'impossibilité" d'accéder à la mairie et à l'école du Poan Ben

Ordre du jour du Conseil Municipal de Morlaix le Jeudi 17 novembre à 18h30 - vidéos des conseils municipaux de septembre et octobre
Ordre du jour du Conseil Municipal de Morlaix le Jeudi 17 novembre à 18h30 - vidéos des conseils municipaux de septembre et octobre
Ordre du jour du Conseil Municipal de Morlaix le Jeudi 17 novembre à 18h30 - vidéos des conseils municipaux de septembre et octobre
Intervention sur Aiguillon - la rénovation des Jardins du Launay à Kerfraval et l'abandon du projet immobilier à Troudousten

Intervention sur Aiguillon - la rénovation des Jardins du Launay à Kerfraval et l'abandon du projet immobilier à Troudousten

Question orale de l'opposition lu par Ismaël Dupont: Réduire les occasions de vie collective, c'est donner raison aux fanatiques

Question orale de l'opposition lu par Ismaël Dupont: Réduire les occasions de vie collective, c'est donner raison aux fanatiques

Ordre du jour du Conseil Municipal de Morlaix le Jeudi 17 novembre à 18h30 - vidéos des conseils municipaux de septembre et octobre
Partager cet article
Repost0
16 novembre 2016 3 16 /11 /novembre /2016 13:12

On y est, Emmanuel Macron a présenté sa candidature, une de plus...

Tout dans sa démarche sonne faux, on se croirait dans une (mauvaise) série télévisée sur les Présidentielles où un candidat au sourire colgate venu de nulle part et sans autres idées que celles d'accrocher l'électorat avec les formules populistes et démagogiques les plus rebattues tout en servant les intérêts du monde financier, qui le lui rend bien déjà par anticipation, propagerait ses boniments selon un plan calculé avec des agences de communication et dans un plus parfait mépris de l'électeur et du peuple... Tout sonne faux, tout sonne creux! 

Ce type se prétend ni de droite, ni de gauche, candidat anti-système, parce qu'il sait que c'est un créneau porteur, candidat du pragmatisme et de l'audace contre les conformismes et les routines: ça nous rappelle quelque chose...

Il y a du Lecanuet, Chaban Delmas, du Giscard D'Estaing première manière en lui: comment habiller le vide d'un projet du point de vue des perspectives de progrès social par un verbiage et une communication modernistes...

Il y a chez lui aussi un projet de détruire le PS de l'extérieur quand Valls et Hollande se sont échinés à le détruire de l'intérieur.

L'homme de la banque Rotschild, malheureusement, dans les temps de désorientation politique qui sont les nôtres, et grâce à la bienveillance des médias au service des milliardaires et/ou de l'ordre établi néo-libéral, peut grappiller pas mal de voix, suffisamment en tout cas pour empêcher tout candidat de gauche d'accéder au second tour...

Ce guignol qui exprime bien ce que notre système capitaliste et post-démocratique produit en terme de crise de sens politique se rêve sans doute en troisième homme incontournable dans une recomposition et des projets de rapprochement entre la droite, le centre, le centre-gauche, en cas de rapprochement symétrique entre une partie de la droite et le FN après les élections présidentielles et législatives.    

Peu d'élèves lors de son annonce de candidature au lycée pro de Bobigny. 

Il est vrai qu'ils ne rêvent peut-être pas tous, ces BEP ou Bac Pro Mécanique ou Maintenance, de devenir millionnaires ou de réussir leur vie en s'achetant des costumes à plus de 1000 euros! 

Ismaël Dupont

 

Emmanuel Macron, le candidat de l'oligarchie (par Laurent Mauduit, Médiapart - 11 juillet 2016): habillé pour l'été, le chouchou de la finance!

Macron à l’épreuve des faits

Macron rattrapé par son bilan à Bercy (Médiapart, 13 septembre)

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011