Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 septembre 2020 2 29 /09 /septembre /2020 18:54

Communiqué de la fédération du Parti communiste français du Finistère, 29 septembre 2020

 

Après les sénatoriales du 27 septembre...

Le PCF remercie les électrices et électeurs qui ont apporté leurs voix aux candidats de la liste En Finistère La Gauche.

Rassemblée dans sa diversité, sans attitude hégémonique, la gauche aurait fait élire trois sénateurs dans le Finistère dans le prolongement des bons résultats des listes d’union aux municipales.

Malheureusement, comme nous le craignions, la désunion a profité à la droite.

La liste d’union à gauche composée d’Isabelle MAZELIN (PCF), Philippe BROUDEUR (Les Radicaux de Gauche), Sylvaine VULPIANI (Génération.s), Catherine FLAGEUL (PCF), Bernard PINO (Nouvelle Donne) et Laurent LE TREUST (Génération.s) obtient 193 voix alors que la liste avec une tête de liste communiste recueillait 84 suffrages en 2014.

Ce score de 8.5% est le fruit de la volonté unitaire de l'ensemble des composantes de la liste et reflète la désapprobation de nombreux grands électeurs devant la stratégie du PS qui a préféré présenter un ancien ministre en troisième position plutôt qu’un partenaire de gauche, et qui aurait dû ouvrir plus largement sa liste à la diversité de la gauche.

Une nouvelle fois, la preuve est faite que la gauche doit s’unir pour gagner et que la préparation des départementales et régionales devra impérativement tenir compte de cette démonstration.

La recette du succès passe par la construction de programmes écologiques et sociaux portés par des candidats de la gauche rassemblée et respectueuse de toutes ses composantes. C’est dans cet état d'esprit que nous aborderons les prochaines échéances électorales.

Après les Sénatoriales dans le Finistère - Communiqué du PCF Finistère, 29 septembre 2020

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2020 1 28 /09 /septembre /2020 16:22
Non à la fermeture de la classe d’Hypokhâgne du lycée Kerichen à la rentrée 2021 ! - communiqué du PCF BREST et du PCF FINISTERE

Non à la fermeture de la classe d’Hypokhâgne du lycée Kerichen à la rentrée 2021 !

Réinventons l’école de l’équité des territoires et de la réussite pour toutes et tous !

Le recteur de l’Académie de Rennes a pris la décision de supprimer une des deux classes d’hypokhâgne du lycée de Kerichen à Brest (première année de CPGE littéraire) à la rentrée 2021.

Cette décision de l’Académie est dans la continuité de plusieurs logiques qui vont à l’encontre d’une Education Nationale de la réussite pour toutes et tous dans tous les territoires de notre République.

Ces logiques ont pour nom :

- la pénurie de moyens financiers pour les services publics, et l’Education Nationale. Le « coût constant » est invoqué par l’Etat pour délocaliser une classe de prépa en Finistère afin de l’implanter en Ille-et-Vilaine. Les fermetures de postes d’enseignants et personnels administratifs en Finistère en 2018/2019 étaient un signe avant-coureur des logiques de fermetures de classes du primaire aux classes prépa que subit notre département.

- les réformes de Parcoursup et des lycées qui, sous l’argument fallacieux de constituer des « pôles d’excellence », provoquent l’exclusion de nombreux élèves des filières qui les auraient intéressé.e.s, voire l’exclusion de nombreux jeunes des études supérieures. La réforme des lycées, en éclatant les emplois du temps des professeurs, induit des inégalités territoriales croissantes qui ne seraient mises en échec qu’à la condition de recrutements massifs de personnels.

- la métropolisation et les concurrences entre territoires, la métropole rennaise est confortée au détriment de la pointe bretonne. Cela se traduit par un déséquilibre budgétaire, que ce soit dans la carte des spécialités professorales ou le personnel administratif et territorial, dont pâtit particulièrement l’Ouest Bretagne.

Et pourtant l’argent existe pour contrer ces logiques de pénurie budgétaire et d’inégalités territoriales mises en œuvre par les politiques libérales appliquées dans notre pays depuis 30 ans et amplifiées depuis 3 ans par la présidence Macron.

Ces politiques inégalitaires, violentes et contraires à l’intérêt général peuvent être combattues et vaincues.

Les parlementaires communistes ont proposé ce mardi 22 septembre un plan de relance social, écologique et éducatif de 250 milliards d’euros. Une partie de cette manne financière sera dédiée à l’Éducation Nationale pour une école de la réussite pour toutes et tous dans tous les territoires de la République, du primaire aux lycées, des collèges aux universités, des classes prépa des grandes écoles à un soutien appuyé en faveur des « décrocheurs ».

Les communistes brestois.e.s, dans la foulée de leur fédération finistérienne qui a demandé en avril 2020 un moratoire sur les fermetures de classes envisagées dans notre département, s’associent aux professeurs, parents d’élèves, élèves, citoyen.ne.s et élu.e.s qui demandent l’annulation de la fermeture de la classe prépa lettre à Kerichen-La Pérouse à travers une pétition et participeront avec elles.eux à toutes formes d’action efficaces pour obtenir le retrait de ce projet inique de fermeture de classe.

Réinventons l’école de l’équité des territoires et de la réussite pour toutes et tous !

 
 
 

 

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2020 7 27 /09 /septembre /2020 19:11
Résultats des Sénatoriales dans le Finistère et en France: premiers enseignements
Résultats des Sénatoriales dans le Finistère et en France: premiers enseignements
 
 
Un grand merci aux électrices et électeurs de notre liste d'union de la gauche!
 
Dans le Finistère, la liste d'union de la gauche (PCF, Les Radicaux de Gauche, Géneration.s, Nouvelle Donne) conduite par Isabelle Mazelin (PCF) avec Philippe Broudeur (Les Radicaux de Gauche), Sylvaine Vulpiani (Génération.S), Bernard Pino (Nouvelle Donne), Catherine Flageul (PCF), Laurent Le Treust (Génération.S) obtient 193 voix contre 84 voix en 2014 pour la liste du Front de gauche conduite par une tête de liste PCF.
 
EELV/ l'UDB sont à 195 voix.
 
La liste centriste UDI de Canevet est en tête et fait élire deux sénateurs avec 639 voix, le PS obtient 632 voix et aura 1 sénateur, LR obtient 564 voix, le Rassemblement national 35 voix.
Ça nous fait un score de 8,5 % des voix des grands électeurs finistériens et grandes électrices.
 
2 sénateurs UDI-En Marche, 1 LR, 1 PS... Nous regrettons que la droite gagne un siège dans le Finistère. Les scores cumulés de la droite, des listes de Michel Canevet (UDI-LREM) et Philippe Paul (LR) sont plus élevés en 2020 qu'en 2014: 1203 voix en 2020 contre 1065 en 2014.
 
La droite avait sans doute un électorat socle un peu plus large, et majoritaire. Cela vient sans doute de ce que la reconquête par la gauche de villes comme Morlaix, Quimper, Plouigneau, etc. s'est aussi accompagné de consolidations des positions de la droite dans le Finistère, et de victoires à droite dans des villes moyennes comme Plouzané, Guipavas (en raison de division entre des listes de gauche).
 
Le PS a perdu 152 voix par rapport à 2014, et cela malgré l'appui appuyé à la liste de Jean-Luc Fichet, Nathalie Sarrabezolles, et Jean-Jacques Urvoas, du régionaliste de Carhaix Christian Troadec qui n'était pas candidat (en échange certainement de promesses pour les Régionales), contrairement à 2014 (où il avait fait 164 voix, et 7,4%).
 
Cela marque une forme de fort mécontentement des élus de gauche par rapport à la liste peu ouverte qu'il a constituée, "n'offrant" en autre et jusqu'au bout des discussions à la fin du mois d'août qu'une 4e place non éligible à un partenaire (et un seulement) et se réservant 5 places sur 6, dont une pour un ancien ministre de Hollande au rôle et au bilan justement décrié à gauche. La volonté de partir de la présidence du Conseil Départemental de Mme Sarrabezolles à quelques mois d'élections départementales s'annonçant très serrées a aussi été mal vécue par bon nombre d'élus proches des socialistes.
 
Le PS perd des voix avec cette liste là où à l'inverse EELV-UDB (+ 96 pour EELV, même si en 2014 l'UDB faisait une liste autonome et 38 voix), et surtout le PCF, avec ses alliés de Génération.S, Les Radicaux de Gauche, Nouvelle Donne, sur une démarche d'union, en gagnent de nombreuses (+ 109 par rapport entre 2014 et 2020 pour les têtes de liste PCF, même si le périmètre du rassemblement était beaucoup plus large en 2020).
 
Mais à l'arrivée, c'est toute la gauche qui perd à cette désunion. La gauche rassemblée dans sa diversité sans attitude hégémonique ou d'isolement aurait pu dans la dynamique des municipales dans le Finistère et de ses victoires faire élire 3 sénateurs. Une leçon à retenir pour l'avenir.
 

Félicitations à Isabelle Mazelin et à tous les candidats de la liste pour ce beau score. La gauche de transformation sociale dans le Finistère pèse près du tiers des voix socialistes dans une élection qui ne lui est pas favorable car elle vise certains élus du département seulement et quelques grands électeurs non élus. Il faudra que l’ensemble de la gauche en tire les conclusions pour les départementales et régionales.

La liste "En Finistère, la Gauche" a bénéficié du vote de nombreux élus, bien au-delà des élus et grands électeurs directement adhérents ou proches sympathisants du PCF, des Radicaux de Gauche, de Nouvelle Donne et de Génération.S: maires, conseillers départementaux, conseillers régionaux, et certaines fois même une majorité de conseils municipaux et/ou de groupes de gauche de communes du Finistère.  

 
Au plan national le groupe CRCE se renforce à l'issue des élections sénatoriales.Le renouvellement pour moitié du Sénat ce 27 septembre 2020 confirme l’ancrage des élu-e-s communistes et de leurs partenaires dans le territoire, déjà souligné par les récentes élections municipales.
Avec des gains dans les Bouches-du-Rhône et la Dordogne et la confirmation de ses positions dans les Côtes-d’Armor et en Seine-Maritime, le groupe CRCE accroît ses effectifs, et aura une assise plus large dans le pays, que ce soit dans les départements relevant du mode de scrutin majoritaire ou ceux régis par la proportionnelle. Les résultats sont améliorés par rapport à ceux de 2014 dans une nette majorité de départements.
 
Nous nous félicitons aussi de l'élection à l'Assemblée Nationale dans sa circonscription de la Réunion de Karine Lebon (PLR), une jeune institutrice, qui succède à Huguette Bello et viendra rejoindre le groupe communiste.

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2020 6 26 /09 /septembre /2020 11:26
Lundi 28 septembre sera la Journée Internationale pour le droit à l'avortement - la section de Brest du PCF et la commission féministe du PCF appellent à rejoindre le rassemblement à 18h à Brest, place de la liberté

Lundi 28 septembre sera la Journée Internationale pour le droit à l'avortement.
Chaque année, en France, entre 3000 et 5000 femmes sont contraintes de se rendre à l'étranger pour avorter.
Or, le droit à disposer de son corps est un droit fondamental, socle de l'égalité entre les femmes et les hommes.
Nous, femmes, sommes victimes du capitalisme qui ravage les services publics, et viole nos droits.
Pendant le confinement, pour répondre à la détresse de centaines de femmes, et en réponse à la demande des associations et des médecins, nos camarades au Sénat se sont battu.es pour l'allongement du délai d'accès à l'IVG de 12 à 14 semaines. Même temporaire et malgré la criante nécessité de le mettre en œuvre, les conservateurs ont rejeté cet amendement.
Au final, cette lutte acharnée n'aura permis que l'allongement du délai de 7 à 9 semaines pour les IVG médicamenteuses, mesure exceptionnelle pendant le confinement.
La lutte pour le droit à l'avortement n'est toujours pas gagnée.
Pour l'émancipation des femmes, des hommes et de tous les êtres humains, défendons ensemble ce droit fondamental !
A l'appel du planning familial de Brest, la section du PCF de Brest et la commission féministe PCF du Finistère vous invitent à rejoindre le rassemblement lundi 28 septembre à 18 h , place de la Liberté à Brest. Faisons du bruit !"

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2020 4 24 /09 /septembre /2020 19:42
Sénatoriales - En Finistère, la Gauche - Notre 4 pages avec nos orientations
Sénatoriales - En Finistère, la Gauche - Notre 4 pages avec nos orientations
Sénatoriales - En Finistère, la Gauche - Notre 4 pages avec nos orientations
Sénatoriales - En Finistère, la Gauche - Notre 4 pages avec nos orientations

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 07:23
3 adhésions au Parti communiste dans le Finistère le 17 septembre - Adhérer au PCF, le choix du partage et de l'Humain d'abord

Le mouvement social, l'indécence économique de la politique des grands patrons, des actionnaires, et des gouvernements, les licenciements et régressions sociales au prétexte et aggravés par le Covid, la croissance hallucinante des inégalités, portent plus que jamais l'exigence impérieuse d'une construction politique d'une autre société dans un cadre collectif où puissent s'engager ceux qui ne se résignent pas à l'inhumanité de la société capitaliste.  

3 adhésions dans les manifs finistériennes le même jour au PCF dans le Finistère. Une à Morlaix, Marie-Françoise, et deux à Brest, une étudiante de Lettres d'une vingtaine d'années, et un salarié de 37 ans, Eric.

Bienvenue à eux au Parti Communiste.

Dans le même temps Yvonne Rainero pour la section PCF de Quimper a pu remettre sa carte à Quimper à notre jeune adhérent de cet été Gaëtan Best 17 ans, il part à Lille où il entre à Sciences Po mais reviendra régulièrement à Quimper.

***

Extrait Article du Télégramme Télégramme, 18 septembre 2020

Gaëtan, Tyfenn et Chloé, tous les trois étudiants, ont rejoint la manifestation pour exprimer leur colère. Ils ne se résignent pas à devenir une génération sacrifiée. (Le Télégramme/Quentin Raillard)

Des jeunes, justement, ont répondu présents, comme Tyfenn Douillard, une étudiante : « C’est notre avenir qui est en jeu. Alors oui, nous sommes en colère ». À côté d’elle, Gaëtan Best, étudiant en sciences politiques, s’insurge contre le plan de relance : « Nous savons que la covid-19 est née de l’agriculture intensive, qui, en empiétant sur les surfaces naturelles, a transmis le virus de l’animal à l’homme. Pourtant les élites persistent à reproduire les erreurs du monde d’avant, plutôt que d’inventer un nouveau modèle », pointe le jeune homme.

Gaëtan, nouvel adhérent du PCF à Quimper, 17 ans, avec ses amies étudiantes dans la manif du 17 septembre (photo Le Télégramme Quimper)

Gaëtan, nouvel adhérent du PCF à Quimper, 17 ans, avec ses amies étudiantes dans la manif du 17 septembre (photo Le Télégramme Quimper)

3 adhésions au Parti communiste dans le Finistère le 17 septembre - Adhérer au PCF, le choix du partage et de l'Humain d'abord

Adhérer au PCF, le choix du partage et de l'Humain d'abord 

En 2019, 60 nouveaux adhérents ont rejoint le PCF dans le Finistère et une dizaine de jeunes ont rejoint la JC dans notre département parallèlement. Parce que les enjeux sociaux et politiques du moment sont cruciaux, nous voulons faire au moins aussi bien en 2020, année du centenaire du PCF.

Les enjeux sont énormes: on le voit avec la casse de l'hôpital public, les conséquences des ravages environnementaux sur la santé et la qualité de vie, la domination des logiques de privatisation et de rentabilité financière sur le secteur du médicament, l'aide sélective aux entreprises pour les gros du CAC 40, le niveau d'absence de planification des mesures de prévention et de protection sur la crise du coronavirus, l'incurie de l’État pour sauver nos vies, après qu'il soit passé en force pour les durcir considérablement avec la réforme des retraites, de l'assurance chômage, du droit du travail.

Combattre Macron et les forces capitalistes qu'il représente, opposer une alternative à la progression des idées de l'extrême-droite et au rejet de la politique, exigent un parti communiste fort, plus fort, actif, plus actif, en prise avec les attentes de la population.

Pour la deuxième année consécutive, selon la commission nationale des comptes de campagne et des comptes des partis politiques, le PCF est le deuxième parti de France en nombre d'adhérents cotisants.Nous nous en réjouissons même si cela traduit plus l'effondrement militant des autres partis qu'une progression du nôtre en terme de nombre d'adhérents. En tout cas, nous ne reculons pas trop. Nos militants sont fidèles et de nouveaux adhérents arrivent, de tous les horizons, les âges, les milieux, prêts à s'investir.

Dans le Finistère, nous comptons environ 850 adhérents, dont près de 600 à jour de cotisation, une vingtaine de sections, et sans doute au moins une quarantaine d'élus au sortir des prochaines municipales.

Nous avons un lien avec le monde syndical et le monde associatif, et nous essayons d'être présents au maximum de nos possibilités dans les luttes pour la défense des services publics, des salariés, des déshérités, tout en offrant des perspectives en terme de solutions de long terme pour construire des alternatives, en tenant aussi une ligne de rassemblement dans la diversité sur de la gauche sur des objectifs de progrès sociaux et démocratiques.

Notre parti va fêter ses cent ans à la fin de l'année, c'est un parti bien vivant et démocratique que beaucoup de jeunes rejoignent pour agir contre la domination capitaliste et patriarcale, contre le racisme et la xénophobie, pour le paix, parce que le communisme est la jeunesse du monde.

L'humain d'abord est inscrit dans notre culture politique à travers nos fêtes de la fraternité comme nos actions concrètes. Des initiatives rassembleuses et porteuses politiquement qui sont progressivement suspendues malheureusement pendant la crise du Covid-19.

Nous avons la culture du militantisme au quotidien et du débat et refusons aussi bien la politique opportuniste, les dérives présidentialistes de personnalisation et de délégation du pouvoir que les stratégies populistes qui cherchent à diviser plutôt qu'à rassembler le camp de ceux qui ont intérêt à un vrai changement de système pour combattre et dépasser le capitalisme.

Adhérer au PCF, c'est se rendre acteur pour changer la société. C'est convertir sa révolte et son refus en action collective, c'est rejoindre le camp des gens qui se mettent debout contre l'injustice !

C'est donner de la force aussi à nos parlementaires, qui dans les deux groupes à l'Assemblée et au Sénat, proposent des alternatives aux politiques néo-libérales, luttent contre elles d'arrache-pied, construire aussi des propositions concrètes, dans un très grand respect de la dignité de leur fonction et des citoyens, se faisant bien souvent les porte-voix des attentes des classes populaires, des organisations syndicales, des partisans de la paix et de la solidarité internationale, ce qui est aussi le cas de nos élus locaux.

 

 https://www.pcf.fr/mon_pcf_adhesion

Fédération du Parti communiste français du Finistère - 5 rue Henri Moreau - 29 200 BREST

federation@29.pcf.fr

pcf29.org

06 20 90 10 52

Partager cet article

Repost0
17 septembre 2020 4 17 /09 /septembre /2020 11:05
Rouge Finistère, spécial mobilisation du 17 septembre 2020: Agir pour l'emploi et le pouvoir d'achat
Rouge Finistère, spécial mobilisation du 17 septembre 2020: Agir pour l'emploi et le pouvoir d'achat

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2020 6 12 /09 /septembre /2020 06:24
Isabelle Mazelin, tête de liste de "En Finistère, la gauche" (PCF, Génération.s, Les Radicaux de Gauche, Nouvelle Donne) avec à ses côtés Philippe Broudeur, Sylvaine Vulpiani, Bernard Pino, Catherine Flageul, Laurent Le Treust

Isabelle Mazelin, tête de liste de "En Finistère, la gauche" (PCF, Génération.s, Les Radicaux de Gauche, Nouvelle Donne) avec à ses côtés Philippe Broudeur, Sylvaine Vulpiani, Bernard Pino, Catherine Flageul, Laurent Le Treust

Sénatoriales dans le Finistère. Communiqué du Parti communiste en réponse à l'article "Commentaire" paru les pages départementales du Ouest-France le 8 septembre dernier:
 
COMMUNIQUE de la Fédération PCF du Finistère
 
 
10 septembre 2020
 
Le PCF s'engage pour une gauche rassemblée sur des bases de respect réciproque et de projet
 
Avec de belles réussites, aux municipales de mars et juin dernier, le PCF a fait le choix d'aborder toutes les élections dans le Finistère dans une dynamique d'union sur des projets allant dans le sens des intérêts des habitants des communes, du social, de la démocratie locale et de l'écologie. Ce choix nous paraît le plus à même de servir les intérêts de la gauche, de l'alternative au libéralisme économique, et des catégories populaires. Nous souhaitons aussi l'union de la gauche aux Départementales et aux Régionales, cela nous paraît nécessaire pour garder des majorités de gauche dans le département du Finistère et à la Région Bretagne. C'est la voie du bon sens et de la raison pour la gauche.
C'est pourquoi nous avons été surpris que le PS présente une liste dès début juillet avec déjà cinq candidats socialistes positionnés sur 6, et une 4e place non éligible laissée à un partenaire. Drôle de manière d'envisager un rassemblement de la gauche.
Le PCF Finistère riche de ses 850 adhérents dont beaucoup de jeunes prend en compte la nécessité d'incarner une politique renouvelée et proche des gens pour faire reculer l'abstention et l’écœurement des citoyens, n'est pas disposé à jouer le rôle de faire-valoir.
Il est souhaite en revanche, aujourd'hui comme demain, travailler avec toutes les forces disponibles pour reconstruire une gauche rassemblée capable de tirer les leçons de ses erreurs et fautes passées.
Le choix qui a été fait de placer en 3ème position un ancien ministre plutôt que de proposer cette place à un partenaire, ne va pas dans le bon sens et ne contribue pas au nécessaire rassemblement face aux candidats de la droite.
Un accord n'a pas été possible avec les socialistes sur les Sénatoriales. Nous le regrettons.
Les communistes en ont pris acte et ont décidé démocratiquement de partir avec des partenaires avec qui des bases de dialogue constructif et de travail respectueux étaient posées: Génération.s, Les Radicaux de Gauche, Nouvelle Donne.
Notre tête de liste commune Isabelle Mazelin, une élue de terrain et une salariée, grâce à cette logique d'union de la gauche, a bel et bien la possibilité réelle d'être élue sénatrice.
Ce serait un atout pour le département et pour le Parlement d'avoir une sénatrice de plus pour porter la défense des travailleurs et des travailleuses, des services publics de proximité, du droit du travail, des collectivités locales et des élu-e-s locaux.
A l'heure actuelle, c'est la seule tête de liste femme dans le Finistère qui pourrait rejoindre rejoindre le seul groupe au Sénat présidé par une femme, Eliane Assassi: le groupe de rassemblement CRCE, communiste, républicain, citoyen, écologiste.
Tous les communistes finistériens, et bien au-delà de nombreux élus de gauche, sont unis derrière cette candidature et cette liste "En Finistère, la gauche" qui a ses chances car parmi les élus de gauche, nombreux sont ceux qui sont pour l'union, contre les logiques d'isolement et d'hégémonie, et qui souhaitent voir des sénateurs porter avec courage les valeurs de la gauche au Parlement.
 
Isabelle Mazelin, tête de liste de "En Finistère, la gauche", est candidate au côté de Philippe Broudeur, élu à Quimper, président des Radicaux de Gauche Finistère, de Sylvaine Vulpiani, Conseillère régionale Génération.s (Plouescat), de Bernard Pino, médecin aux Urgences (Pont L'Abbé), membre de Nouvelle Donne, de Catherine Flageul, militante du PCF, du Mouvement de la Paix et de la plateforme finistérienne pour le désarmement nucléaire, CIAN 29 (Rosnoën), de Laurent Le Treust, co-référent de Générations.S 29 (Quimper)
En Finistère, le PCF s'engage pour une gauche rassemblée sur des bases de respect réciproque et de projet - Sénatoriales du 27 septembre 2020

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2020 6 12 /09 /septembre /2020 05:46
Dessin de Eric Appéré (PCF Brest)

Dessin de Eric Appéré (PCF Brest)

Le PCF qui, comme la LDH, s'était adressé au préfet Lelarge à ce sujet (voir ci-dessous) se félicite d'avoir été entendu - en partie - par le nouveau préfet puisque les étrangers sont dorénavant accueillis tous les matins à la préfecture. Il était temps de sortir de cette situation indigne et inhumaine qui contraignait les demandeurs de premiers titres de séjour à de longues files d'attente à l'extérieur de la préfecture par tous les temps et pendant plusieurs heures avec des enfants.
 
Voici la lettre que nous notre camarade Yvonne Rainero, secétaire de section PCF à Quimper et élue à la ville de Quimper, avait adressée au précédent préfet :
 
Monsieur le Préfet,
Mardi 18 août, à Quimper, une nouvelle fois, plusieurs dizaines de personnes ont dû affronter dans des conditions indignes de longues heures d’attente devant la préfecture du Finistère dans l’espoir, souvent déçu, d’accéder enfin au service d’accueil des étrangers.
Étrangers, et nos frères pourtant, pour reprendre les mots d’Aragon.
Hommes, femmes, enfants, certains déjà présents très tôt le matin et par tous les temps, pour espérer se glisser dans cette petite fenêtre du mardi de 13h30 à 16h, sinon il faudra revenir le mardi suivant, et ainsi de suite... car ce service d’accueil ouvert avant le confinement matin et soir tous les jours ouvrables ne s’entrouvre plus depuis le 16 mars que 2h30 par semaine, le mardi après-midi.
Et que dire de la mise en danger en période de Covid 19 de ces personnes, à la santé souvent fragile en raison de ce qu’elles ont vécu et de la précarité de leur situation, qui se retrouvent pendant plusieurs heures côte à côte dans ces files d’attente.
N’êtes-vous pas, Monsieur le Préfet, au titre de vos fonctions jusqu’à la fin de ce mois d’août, en charge de la protection des populations de notre département, sans discriminations, contre tous les risques, notamment sanitaires ?
Risques de contamination que vous n’avez pas manqué d’opposer à plusieurs reprises aux organisateurs de manifestations, y compris s’agissant de soignants.
Nous vous demandons instamment, Monsieur le Préfet, de mettre fin à ces conditions insupportables imposées à des êtres humains et qui heurtent les valeurs d’accueil et de solidarité largement partagées par notre population.
Elles ne font pas honneur à la préfecture de notre département où pourtant à quelques pas de votre bureau est perpétué le souvenir de Jean Moulin, qui fut sous-préfet de Châteaulin et symbolise aujourd’hui la mémoire des valeurs de la Résistance.
Nous voulons aussi saisir cette occasion pour tirer la sonnette d’alarme sur la dégradation préoccupante des services de l’État et des services publics en général dont les moyens financiers et humains n’ont cessé d’être amputés par les gouvernements successifs et particulièrement ceux nommés par le président Macron.
La crise sanitaire a montré combien le service public est au cœur du lien social, qu’il est un facteur de solidarité, d’égalité, de progrès démocratique, de développement de nos territoires, de transition écologique.
Vous assurant de l’engagement sans faille des communistes de Quimper et du Finistère pour la défense et l’amélioration des services publics à la population, nous vous prions, Monsieur le Préfet, de bien vouloir agréer l’expression de notre considération distinguée.
 
Pour le Parti communiste français,
 
Yvonne Rainero,
secrétaire de la section du pays de Quimper du PCF, membre de sa direction départementale.

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 18:43
4 des 6 membres de la liste "En finistère, la gauche" (PCF, Les Radicaux de gauche, Génération.s, Nouvelle Donne, Place Publique) pour les Sénatoriales du 27 septembre 2020: Sylvaine Vulpiani (en 3e position, Génération.s), Isabelle Mazelin (en 1ère position, PCF), Laurent Le Treust (en 6e position, Génération.s), Philippe Broudeur (en 2e position, les Radicaux de Gauche) - photo Ouest-France

4 des 6 membres de la liste "En finistère, la gauche" (PCF, Les Radicaux de gauche, Génération.s, Nouvelle Donne, Place Publique) pour les Sénatoriales du 27 septembre 2020: Sylvaine Vulpiani (en 3e position, Génération.s), Isabelle Mazelin (en 1ère position, PCF), Laurent Le Treust (en 6e position, Génération.s), Philippe Broudeur (en 2e position, les Radicaux de Gauche) - photo Ouest-France

Une deuxième liste de gauche en vue des élections sénatoriales du 27 septembre a été déposée, ce lundi, en préfecture. « En Finistère, la gauche » est une liste d’union rassemblant des représentants de Génération. S, du PCF, des radicaux de gauche, de Nouvelle Donne et Place publique.

Lucile VANWEYDEVELDT. Publié le

Finistère. Élections sénatoriales : une liste « En Finistère, la gauche »

Isabelle Mazelin, élue communiste du Relecq-Kerhuon, est tête d’une liste qui rassemble le PCF, Génération.s, Les Radicaux de gauche, Place publique et Nouvelle donne. Elle a été déposée ce lundi 7 septembre 2020 à la préfecture du Finistère.

Une nouvelle liste vient d’être déposée en préfecture du Finistère, ce lundi 7 septembre 2020, pour les élections sénatoriales. Elle s’intitule « En Finistère, la gauche » et rassemble des membres du PCF, de Génération.s, des Radicaux de gauche, de Place publique et de Nouvelle donne.

La liste « En Finistère, la gauche »

C’est Isabelle Mazelin, 55 ans, élue au Relecq-Kerhuon, membre du PCF, qui est tête de liste. Deuxième position : Philippe Broudeur, 50 ans, élu municipal à Quimper, membre des Radicaux de gauche. Troisième position : Sylvaine Vulpiani, 56 ans, conseillère régionale, membre de Génération.s à Plouescat. Quatrième position : Bernard Pino, 64 ans, habitant de Pont-l’Abbé, membre de Nouvelle donne. Cinquième position : Catherine Flageul, 63 ans, habitante de Rosnoën, membre du PCF. Sixième position : Laurent Le Treust, 51 ans, habitant de Quimper, membre de Génération.s.

 

Le projet de cette liste : « Faire entendre la voix des élus confrontés à la casse des services publics notamment dans les communes rurales, déclare Isabelle Mazelin. Cette liste comprend de nouveaux élus engagés sur le terrain. C’est un atout. »

 

« Renouveau démocratique »

Cette liste d’union de la gauche, comme elle se nomme, n’a pas réussi à s’allier avec le Parti socialiste. Pourquoi ? « Le PS a annoncé ses trois premiers candidats sans concertation, ajoute Isabelle Mazelin. L’union n’a donc pas été possible. Mais notre but n’est pas de mettre des bâtons dans les roues du PS. Ce ne sont pas nos ennemis. Nous sommes juste attachés au renouveau démocratique. »

Autre but de la liste : permettre au Sénat de jouer son rôle de contre-pouvoir. « Grâce aux commissions d’enquête, il contrebalance la politique de l’Assemblée nationale, explique Sylvaine Vulpiani. C’est un rôle important. » Les membres de la liste s’engagent à rendre compte de l’action des élus durant leur mandat, s’ils sont élus. Enfin, « En Finistère, la gauche » se dit favorable à la transition écologique et à la mise en œuvre d’une politique sociale plus marquée.

Pendant la campagne, ses membres iront à la rencontre des grands électeurs avant le scrutin du 27 septembre 2020. Ces grands électeurs sont appelés à renouveler la moitié des membres de la chambre haute du Parlement.

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011