Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 07:25
J'augmenterai les impôts sur les multinationales et je rétablirai l'ISF - Fabien Roussel, interview du Télégramme, 30 mars 2022
Partager cet article
Repost0
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 07:10
Comité des jours heureux - Pays de Morlaix, comme nous, appelez à voter pour Fabien Roussel et engagez-vous dans la campagne présidentielle!

Pour rejoindre ce comité de soutien à Fabien Roussel dans le Pays de Morlaix et le comité d'animation de la campagne, comité des Jours Heureux du pays de Morlaix:

comite.jh.morlaix@gmail.com/ daniel.ravasio@orange.fr/ dupont.ismael@yahoo.fr

Ils appellent publiquement à voter Fabien Roussel sur le pays de Morlaix et s'engagent dans le comité des jours heureux du pays de Morlaix:

168 personnes à ce jour sur le pays de Morlaix. 

Philippe ADOUARD - Morlaix

Patrick ASSELBOURG – Plourin les Morlaix

Manu AUDIGOU – Morlaix

Marie Laure AUDIGOU – Morlaix

Philippe AUZILLAUD - Morlaix

Mariano BAHNO - Plouézoc-h

Françoise BAGNIS - Saint-Pol-de-Léon

Roland BAGNIS – Saint-Pol-de-Léon

Serge BAZIN – St Martin des Champs

Patrick BEGUIVIN – Plouigneau

Annie BERGOT LE CALVEZ – Morlaix

Odette BERRIC - Saint-Jean-du-Doigt

Jean-Pierre BEUZIT - Morlaix

Cécile BLANCHET - Guimaëc

Zelinda BOUGET - Lanmeur

Christophe BOUDROT - Plouigneau

Jules BOUEDEC – Lanmeur

François BOURVEN - Plougonven

Guillaume BOURVEN – Morlaix

Michelle BOURVEN – Morlaix

Nicolas BREUILLE - Saint Vougay

Maëla BURLOT - Morlaix

Maryvonne CARADEC - Saint-Martin-des-Champs

Martine CARN – Plougonven

Jean-Yves CAROFF - Plougasnou

Rolande CAROFF - Plougasnou

René CHEVER - Plounéour-Menez

Marc CORBEL - Lanmeur

Marie-Louise CORRE - Morlaix

Ahmed COULOMBALY, de Plourin-les-Morlaix

Marie-Christine COZ - Plourin les Morlaix

Fabienne CYRIAQUE - Plougonven

Paul DAGORN – Morlaix

Maëlvin DANIEL -  Morlaix

Guy DAROL - Plouigneau

Monique DAVID – Morlaix

Eugène DAVILLERS – Morlaix

Enzo DE GREGORIO – Carantec

Christian DELANNEE - Morlaix

Liliane DEROUT - Lanmeur

Corentin DERRIEN – Saint Thégonnec Loc Eguiner

Jean-Philippe DEUNF- Lanmeur

Michel DIZES - Plougasnou

Jean DREAN - Plouigneau et Quimper

Anne-Marie DUBOIS - Saint-Pol-de-Léon

Christophe DUCOURANT - Morlaix

Aloys DUPONT - Morlaix

Ismaël DUPONT – Morlaix

Ihia EL YAAKOUBI - Pleyber-Christ

Marie-France FAUJOUR - Penzé (Taulé)

Edith FER - Morlaix

Jean-Claude FER - Plouigneau

Camille GLIDIC - Île de Batz

Michele GAMBACHE – Morlaix

Patrick GAMBACHE – Morlaix

Mariane GAUTHIER – Plouigneau

Walden GAUTHIER – Plouigneau

Mattéo GESTIN - Brennilis

Gilles GRALL – Plounéour Menez

Muriel GRIMARDIAS - Lanmeur

Jean-Victor GRUAT - Plougasnou

Claudine GUEGUEN - Morlaix

Alain GUELOU - Plouigneau

Josiane GUELOU - Plouigneau

Maha HASSAN - Morlaix

Joël HELARY - Plourin-les-Morlaix

Roger HERE – Plouigneau

Mireille HERVY - Santec

Yvon HUET –

Charles JAOUEN - Saint-Jean-du-Doigt

Mona JAOUEN – Plounéour Menez

Joël JEAN - Plouigneau

Daniel JEGOU - Morlaix

Christelle KERBORIOU - Plougonven

Pascal KERBORIOU - Plougonven

Elise KEREBEL - Morlaix

Jean-Jacques LABOUS- Plouzévédé

Jean Roland LABROUSSE – Carantec

Mariette LABROUSSE – Carantec

Elisabeth LAINE - Lanmeur

Jean-Yves LAINE - Lanmeur

Jérémy LAINE – Guimaëc

Frédéric L’AMINOT – Morlaix

Enora LAMY - section PCF Morlaix

Mattéo LAMY - section PCF Morlaix

Andréa LAURO – Morlaix

Marie-Annick LE BAIL - Morlaix

Marie-Jo LE BIHAN - Saint-Martin-des-Champs

Amélie LE CALVEZ - Sizun

Jean-Luc LE CALVEZ – Morlaix

Natacha LE CLAIR - Plestin-les-Grèves

Jean LE CORRE - Roscoff

Serge LE DOYEN – Plouegat Moysan

Georges LE DUFF – Lanmeur

Suzanne LE DUFF – Lanmeur

Josette LEFUR – Plougonven

Marie-Pierre LE GAC - Plougonven

Gabriel LE GALL - Roscoff

Léon LE GALL - Saint-Jean-du-Doigt

Yvan LE GALL – Morlaix

Annie LE GOARIGUER - retraitée - Plougonven

André LE GOC - Morlaix

Marie-Hélène LE GUEN – Morlaix

Remy LE HUIDOUX - Plestin-les-Grèves

Yvon LEJEUNE – Plourin les Morlaix

Christiane LE JEUNE – Plourin les Morlaix

Henri LE LANN - Pleyber-Christ

François LE MEUR - Morlaix

Marie-Lou LE PAGE - Morlaix

Olivier LE SANN - Plougoulm

Robert LE SECH - Saint-Martin-des-Champs

Anne L'HENAFF - Lanmeur

Gisèle LINTANF - Saint-Martin-des-Champs

Michel LESPAGNOL – Morlaix

Arwenn MADEC TROADEC - Sizun

Marie-Françoise MADEC – Morlaix

Vinko MARKOV – Morlaix

Jean-Pierre MENEZ - Plouigneau

Noëlle MENEZ - Plouigneau

Serge MERCIER - Roscoff

Jean-Luc MESSAGER - Plounéour-Menez

Gisèle MOAL – Plourin-les-Morlaix

Marie-Claude MOAL - Saint-Martin-des-Champs

Mireille MONFORT - Plougasnou

Denise MONTUELLE - Primel Trégastel, Plougasnou

Roger MORVAN - Saint-Martin-des-Champs

Lucienne NAYET – Locquénolé

Dominique NOGUERES –

André NUIAOUET – Morlaix

Jean-Yvon OLLIVIER – Saint Martin des Champs

Dominique OLLIVIER – Saint Martin des Champs

André PAULUS - La Feuillée/ Morlaix

Patricia PAULUS - La Feuillée/ Morlaix

Paulette PERON - Plouénan

Marianne PERROT - Guimaëc

Françoise PILATTE - Morlaix

François PLASSART - Morlaix

Marie-Noëlle PLASSART - Morlaix

Pascal POUILLET – Locquénolé

Jean Claude POSTIC – Plouegat Guerrand

Michel PRIGENT – Plouigneau

Serge PUIL -Morlaix

Jan RAFFAELY – Sizun

Daniel RAVASIO – Saint Thégonnec Loc Eguiner

Daniel RIOU – Morlaix

Philippe ROPARS - Morlaix

Françoise SALAUN - Roscoff

Jean-Yves SALAUN - Roscoff

Katell SALAZAR - Morlaix

Lucie SALAZAR-MARTIN - Morlaix

Amélie SALZENSTEIN – Plougonven

Loeiza SCATTOLIN - Morlaix

Pascal SCATTOLIN - Morlaix

Valérie SCATOLLIN – Morlaix

Mikael SEILLE – Pleyber-Christ

Janine SORHOLUS - Morlaix

Guy TANDE - Saint-Martin-des-Champs

Julia THATJE - Morlaix

Georges THIBERT - Sibiril

Pierre TRAON - Plougonven

Michel TUDO DELER – Lanmeur

Jean François VERANT – Plougasnou

Jean-Louis WEBER - Santec

Comité des jours heureux - Pays de Morlaix, comme nous, appelez à voter pour Fabien Roussel et engagez-vous dans la campagne présidentielle!
Partager cet article
Repost0
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 07:00
Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Pierre-Yvon Boisnard

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Pierre-Yvon Boisnard

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Pierre-Yvon Boisnard

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Pierre-Yvon Boisnard

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Pierre-Yvon Boisnard

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Pierre-Yvon Boisnard

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Ismaël Dupont

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Ismaël Dupont

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Ismaël Dupont

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Ismaël Dupont

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Ismaël Dupont

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Ismaël Dupont

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Ismaël Dupont

Marché de Morlaix - 2 avril, Photo Ismaël Dupont

Une campagne menée tambour battant par les militants du Parti communiste et ceux du Comité des Jours Heureux (168 personnes) sur le pays de Morlaix. Collages plusieurs fois par jour, marché de Morlaix le 2 avril, Apéroussel le samedi 2 avril au midi, marché de Saint-Martin-des-Champs le dimanche 3 avril, et 20 000 tracts qui seront distribués dans la région de Morlaix toute la semaine prochaine, dont le point d'orgue sera la réunion publique pour les Présidentielles en Mairie de Morlaix le mardi 5 avril à 18h.

Venez nombreux!!!

Marché de Morlaix - 2 avril, le comité des Jours Heureux de Morlaix et les militants communistes à la rencontre des habitants pour Fabien Roussel
Partager cet article
Repost0
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 06:47
Maha Hassan porte la voix des Femmes d'Alep - Le Télégramme, Sophie Guillerm, 31 mars 2022
Nos prochaines rencontres autour de Femmes d'Alep:
 
- samedi 9 avril, Maha Hassan est invitée d'un festival culturel sur les droits des femmes dans le cadre d'une journée sur les femmes migrantes et réfugiées à Port-de-Bouc près de Marseille, Bibliothèque Boris Vian, à 17h
- samedi 16 avril, 16h: Invitation de Maha Hassan et Ismaël Dupont à l'Institut Kurde de Paris
- vendredi 22 avril, 19h, salle des fêtes de Saint-Cadou à Sizun
- samedi 23 avril, à 17h, rencontre à la librairie Les Déferlantes, place des Viarmes à Morlaix
- jeudi 5 mai, rencontre-présentation du livre à la librairie Livres in Room à Saint-Pol-de-Léon à 18h30
- samedi 7 mai, FNAC de Morlaix, de 15h à 18h, Zone commerciale St Fiacre à Plourin-les-Morlaix
- Vendredi 13 mai, conférence-débat à Saint-Brieuc, 18h, à l'invitation des Belles Rouges 22, Salle 16 rue Courteline
- Samedi 4 juin à Avranches, 16h - Librairie D'un livre à l'autre
- samedi 11 juin à Toulouse, rencontre à l'invitation du festival féministe Sœurcières (organisé par Osez le féminisme!) en librairie à Toulouse.
 
Partager cet article
Repost0
3 avril 2022 7 03 /04 /avril /2022 06:00
Les élus communistes de Morlaix s'engagent pour la libération de Salah Hamouri

Les élus communistes du Pays de Morlaix pour la libération de Salah Hamouri. Roger Héré, 1e adjoint de Plouigneau, vice-président de Morlaix communauté et Ismaël Dupont, 1e adjoint à Morlaix, conseiller départemental du Finistère (PCF) réclament eux aussi la libération de Salah Hamouri.

Depuis le 7 mars Salah Hamouri est en détention administrative à Ofer en Cisjordanie. Et les autorités françaises quémandent toujours à Israël « les raisons » de cette incarcération ! Elle ne savent pas 3 semaines après mais elles se taisent ! Qui peut admettre ? Qui ?

Depuis le 7 mars Salah Hamouri est en détention administrative à Ofer en Cisjordanie. Et les autorités françaises quémandent toujours à Israël « les raisons » de cette incarcération ! Elle ne savent pas 3 semaines après mais elles se taisent ! Qui peut admettre ? Qui ?

Partager cet article
Repost0
1 avril 2022 5 01 /04 /avril /2022 17:42

 

Avec la forte hausse des prix de l’énergie et ses conséquences immédiates sur les conditions de vie des Français, quelques fissures sont venues lézarder le terrible « story telling » présidentiel mené par les relais médiatiques du capitalisme français. Ces petites brèches salutaires ont permis de remettre dans le débat public (pendant un instant) la problématique centrale de nos usages de l’énergie et l’indispensable révolution climatique à opérer. Certains ont ainsi subitement redécouvert le contenu réel de notre « assiette » énergétique nationale : notre dépendance aux énergies fossiles, pétrole et gaz, qui représentaient en France en 2018 plus de 67 % de notre consommationd’énergie finale ! L’activisme climatique de façade de certains s’en est même trouvé assez bouleversé. Cachez tout ce pétrole et ce gaz que l’on ne saurait voir…

Ouvrir les bons débats, porter une politique énergie-climat globale et cohérente

Quand une porte est entrouverte, il faut savoir y mettre le pied. Poser les bonnes questions. Partir des réalités scientifiques et techniques d’aujourd’hui. Des trajectoires de consommation les plus probables[1]. Pour tenter de tracer un chemin énergétique qui réponde à nos objectifs climatiques, tout en assurant également les impératifs d’accès à l’énergie pour tous et de justice sociale, avec des prix contenus. Le candidat communiste Fabien Roussel porte ce discours de cohérence et de clarté dont nous avons tant besoin : dénonçant l’inacceptable racket sur le budget des ménages, résultat direct de la libéralisation des marchés du gaz et de l’électricité opérée depuis 25 ans au seul profit de groupes privés ; portant (seul) des propositions sans ambiguïté sur le besoin de décarboner tous nos usages de l’énergie, à partir d’une électrification avec une base pilotable associant le nucléaire et nos capacités hydrauliques, tout en favorisant un développement et une intégration maîtrisée des renouvelables non-pilotables ; soutenant (seul) la nécessité de (re)construction d’un service public unifié de l’énergie, depuis ses filières industrielles de production très en amont, jusqu’à la distribution aux usagers particuliers et professionnels en aval ; soutenant dans le même temps l’exigence indépassable de maîtrise de nos consommations d’énergie avec les grands plans d’investissement publics qui s’imposent, en faveur des transports peu polluants (relance du ferroviaire, plan vélo, gratuité des transports publics urbains…) et de la rénovation thermique à grande échelle des logements et bâtiments. C’est un programme « de raison » énergétique et climatique. Une raison qui semble malheureusement bien loin d’être partagée par tous…

Ne pas effacer l’historique…

Vous l’aurez aussi sans doute remarqué, dès que les prix flambent, les pompiers-pyromanes sont de retour. Le Ministre de l’Economie et des Finances Bruno Le Maire en tête – et tous ceux qui défendaient hier sans retenue la mise en concurrence et la casse du service public de l’énergie – se muent soudain en défenseurs de la régulation et du retour des tarifs règlementés ! Le candidat Fabien Roussel a bien raison de rappeler régulièrement ce que certains tentent systématiquement de mettre sous le tapis poussiéreux du temps politique : nous touchons les conséquences de 30 années de libéralisation des marchés du gaz et de l’électricité. Bientôt 30 années précisément depuis le référendum de 1992 sur le traité de Maastricht, cet acte fondateur du déchaînement idéologique néolibéral européen, dont les communistes étaient bien les seuls à l’époque à gauche à dénoncer les risques majeurs et les dérives auxquelles nous faisons face aujourd’hui.

Car, depuis le traité de Maastricht, ce sont « 3 paquets énergie » (+ 1 paquet climat-énergie) successifs de droit européen de la concurrence qui ont conduit à un système aberrant, qui ne permet ni de répondre aux besoins essentiels de nos concitoyens à des prix stables et raisonnables, ni de relever le défi climatique avec des productions décarbonées et des politiques publiques efficaces pour maîtriser la demande d’énergie. Ce système européen est devenu un « machine à faire flamber les prix » pour soutenir artificiellement les profits d’« opérateurs » privés, souvent uniquement commerciaux et sans capacités réelles de production.

Cette aberration se mue aujourd’hui en impuissance climatique. Car tandis que les contraintes et les pressions sur la disponibilité des ressources fossiles se sont accrues (et vont continuer de croître), le contresens énergétique néolibéral conduit à des abandons industriels en cascade et/ou à des arbitrages énergétiques particulièrement dangereux[2], dont le seul but est de satisfaire aux appétits des banques d’affaires et des grands groupes pétroliers et gaziers, désormais en quête d’une meilleure part de rente électrique. La prétendue « concurrence réelle et équitable au bénéfice des consommateurs », si chère à Jean Tirole, s’est muée en simple système affairiste, dont l’explosion des profits de Total ou d’Engie en France, ou les derniers résultats du « tournant énergétique » allemand[3] sont des exemples factuels. On pourrait se demander comment un secteur aussi stratégique et essentiel à la vie ne fait (plus) pas l’objet d’une politique publique européenne et nationale de long terme… si la domination du capital ne conduisait à la cécité sur notre horizon climatique.

Reconquérir la maîtrise sociale et publique de la production jusqu’à la distribution de l’énergie

La première urgence politique, c’est donc de savoir si l’on dit stop ou encore. Les résultats de la dernière COP 26 en témoignent : de l’aveu même de nombreux participants institutionnels, des dizaines d’heures de discussions ont été consacrées aux outils de marché carbone et aux « compensations carbone » entre Etats. Il faudrait être aveugle pour ne pas voir que, COP après COP, l’approfondissement des outils de marché est le sujet qui préempte désormais quasiment tout l’espace des négociations. Ce serait être tout aussi aveugle que de ne pas faire le constat du caractère exponentiel des ressources intellectuelles mobilisées par le capital dans ses stratégies d’intégration et de digestion des enjeux environnementaux et climatiques afin de ne pas remettre en cause ses logiques de rentabilité et de profit. Sans mauvais jeu de mots, le travail visible de ce que certains aiment à appeler les « lobbyistes » lors des conférences des parties n’est que la partie extrêmement limitée de l’iceberg des travaux des agents au service du capitalisme mondialisé consacrés aux marchés carbone, à la finance carbone, aux échanges de carbone… Un monumental  travail de sape de l’embryon de droit international climatique, pourtant encore sans contraintes réelles. En quelque sorte, plus les avancées scientifiques et travaux du GIEC ciblent avec justesse le cœur du problème, c’est-à-dire la question de nos consommations d’énergies fossiles, plus le capital cherche à botter en touche avec la création d’outils de marché sans efficacité. Car pointer les exigences profondes de transformation de nos modes de production, de contenu de nos productions, d’utilité sociale de nos productions, c’est directement toucher aux logiques capitalistes elles-mêmes. Les communistes seraient-ils donc de si piètres écologistes lorsqu’ils affirment que la première des urgences consiste à extirper le secteur de l’énergie et les enjeux climatiques du bourbier dans lequel les forces économiques dominantes  entendent nous enfermer un peu plus chaque jour ? Je ne le crois pas.

Mais pour cela, il ne faut pas entrer dans le débat présidentiel sur l’énergie et le climat seulement par le petit bout de la lorgnette de telle ou telle aide, de telle ou telle mesure sectorielle ou de telle ou telle technologie miracle. Il faut reposer le débat stratégique et structurel du secteur énergétique et de sa maîtrise sociale et publique pour le siècle qui vient. Qui le fera ? Ceux qui à droite n’ont qu’en tête la poursuite de l’ouverture des marchés de l’énergie et le transfert de rentes toujours plus importantes vers les grands groupes ? Ceux qui, désormais à gauche, s’accommodent ou défendent ouvertement la croissance de l’utilisation du gaz dans le mix électrique pour compenser l’intermittence des renouvelables non-pilotables, au seul profit des géants pétroliers et gaziers qui sont bien contents de trouver sur ce terrain de nouveaux alliés pour contribuer à faire flamber les prix de vente et leurs marges ?

La mesure du défi climatique et de ses conséquences pour nos sociétés doit conduire le plus grand nombre à faire sienne dans cette campagne présidentielle l’idée que l’énergie est une chose trop importante pour être laissée plus longtemps aux arbitrages et au pilotage du capitalisme financier. Les communistes ont sur ce point encore un peu d’expérience. Mesure-t-on ce qu’a été, et ce qu’a permis, le tournant énergétique de 1946, avec Marcel Paul, ministre communiste de la production industrielle, qui arrache les secteurs électrique et gazier des mains du capital au profit des usagers et de notre industrie avec la nationalisation du secteur et la création d’EDF-GDF ? Pour répondre à l’immense défi climatique et énergétique de ce début de siècle, c’est au moins le même niveau d’exigence politique et sociale que ce qui a été fait après la guerre pour permettre le redressement du pays et rendre accessible à tous l’énergie qui s’impose. Et effectivement, sur l’échiquier politique actuel, il n’y a que le candidat Fabien Roussel qui l’affirme sans ambiguïté en appelant très clairement à la maîtrise publique et sociale de l’ensemble de la chaîne énergétique : depuis les moyens de production jusqu’à la distribution.   

[1] Les études prospectives sur ces trajectoires font l’objet d’un intense travail scientifique et d’expertise, dont les conclusions retenues dans le débat public sont souvent déformées par rapport à la complexité et aux préventions méthodologiques initiales de leurs auteurs. Les 6 principaux scénarios travaillés par RTE dans son travail de prospective en sont un exemple frappant avec ses différentes hypothèses et variables techniques, économiques et de consommation. Le « possible » est tout à fait dépendant des hypothèses de consommation d’énergie que l’on retient, donc des trajectoires de baisse de la demande d’énergie (et donc des politiques et moyens publics permettant cette baisse) et de la décarbonation des principaux usages de l’énergie que l’on retrouve dans les secteurs clés des transports, des bâtiments et de l’industrie.

 [2] Cf. Le fiasco de General Electric – Alstom en France.

[3] Ce n’est pas seulement la capacité réelle à limiter ses émissions de CO2 au regard des montants d’investissements engagés depuis une vingtaine d’années qui doivent nous interroger sur la politique énergétique allemande, mais aussi l’exceptionnelle mise à contribution des ménages allemands par un prix élevé du KWh pour subventionner le maintien des prix de l’électricité aux entreprises, ainsi que la situation de dépendance sans précédent à laquelle elle conduit vis-à-vis des marchés et des approvisionnements gaziers.

 

Partager cet article
Repost0
31 mars 2022 4 31 /03 /mars /2022 05:54
Partager cet article
Repost0
29 mars 2022 2 29 /03 /mars /2022 06:24
Dégradation du service public postal - Une délégation du PCF Finistère rencontre les représentants de l'Etat en la personne de la sous-préfète de Châteaulin ce jeudi 24 avril

Une délégation du PCF Finistère a rencontré pour la deuxième fois en un mois les services de l'État, cette fois-ci en étant reçu par la sous-préfète de Châteaulin, sur la dégradation du service public de proximité, avec Bernard Jasserand et Ronan Sinquin, élus communistes a Quimper, et Enzo De Gregorio, responsable du MJCF 29. C'était hier à Châteaulin. Et c'est un article du Ouest-France.

 

Rencontre de Mme la sous-préfète Claire MAYNADIER pour faire suite à notre interpellation du Préfet du Finistère le 2 mars dernier.

Arrêt immédiat du démantèlement du réseau des bureaux de poste dans le Finistère.

Remettre de l’Humain dans un véritable service public postal de proximité.

Présents ;  Ronan SINQUIN, Conseiller municipal de Quimper, Enzo DE GREGORIO, responsable de la JC 29 et de Bernard JASSERAND, Maire-adjoint de Quinper.

Après avoir donné lecture de la motion du PCF 29 (pièce jointe), nous avons rappelé l’argent public perçu chaque année par la Poste au titre de l’obligation de service public, 674 Millions d’€ (500 Millions pour le service postal universel et 174 millions pour la mission d’aménagement du territoire). Nous avons exigé que ces fonds soient conditionnés au bon déploiement du service public postal sur le territoire. Par ailleurs, le groupe la Poste à perçu pendant des années des millions d’€ au titre du CICE tout en supprimant 7 à 10 000 emplois par an, il poursuit aujourd’hui ce véritable plan social. C’est à ce prix que La Poste affiche un bénéfice pour l’année 2021 de 1,2 Milliards € !

Puis nous avons alerté la sous-préfète sur la véritable hémorragie qui s’annonce dans le département où 38 bureaux de poste sont directement menacés (Sources syndicales)

Secteur sud : Huelgoat, Briec, Pleybin, Le Guilvinec, Plounéour-Lanvern, Cloars-Carnoët, Scaër, Concarneau le Rouz, Nevez, Pont-Aven, Plogonnec, Plozévet, Plouhinec, Pont-Croix, Douarnenez Tréboul, Loctudy, Penmarch, Quimper Kerfeuteun, Quimper Kermoysan, Bannalec, Coray, Camaret / Mer, Telgruc.

Secteur Nord : Guilers, Brest Kérinou, Plougerneau, Le Conquet, Ploudalmézeau, Daoulas, Pleyber Christ, Roscff, Carantec, Plouescat, Plougasnou, Guerlesquin, Lanmeur, Plabennec, Gouesnou,

Si on note une réelle baisse du courrier ordinaire, d’autres missions permettraient de relancer l’activité notamment celle de la lutte contre le fracture numérique,…Nous avons aussi insisté sur le rôle économique de la Poste qui contribue à la collecte des fonds en faveur du logement social avec le livret A (352,5 Milliards d’€). La Poste est essentielle pour le « bien vivre ensemble », sa présence dans les quartiers avec celle d’autres services publics participe au bien être des habitants.

De nombreux sujets ont été abordés, Morlaix, Quimper, le littoral,… Le rapport de Mme Claire HEDON, défenseure des droits,…

Après une écoute attentive et sérieuse la sous-préfète s’est engagée à transmettre nos éléments au Préfet et à la commission CDPPT du Finistère.

À M. PHILIPPE MAHÉ, PRÉFET DU FINISTÈRE , REPRÉSENTANT DU GOUVERNEMENT

STOP À LA DÉGRADATION DU SERVICE PUBLIC POSTAL DE PROXIMITÉ

DANS NOS TERRITOIRES !

Fermetures annoncées ou en cours de bureaux de poste, réductions des horaires d'ouverture, fermetures inopinées à répétition et sans préavis, diminution du nombre de bureaux de plein exercice, passage en force vers des agences postales communales, qui répercutent les coûts sur les mairies, ou des points relais, avec moins de services pour l’usager, et perte de conseil et de confidentialité, provoquent à juste titre émotion et colère dans notre département car le service public postal de proximité est essentiel pour l'accès aux droits, pour l'égalité, pour le lien social, déjà mis à mal par la pandémie, pour la solidarité intergénérationnelle.

La Poste est aussi bien souvent la banque des milieux populaires, au cœur des quartiers et des bourgs, c’était un lieu de conseil, de vie sociale, de service : la course à la rentabilité, l’abandon des bureaux de poste jugés non rentables est une perte sèche pour le lien social et républicain.

Selon les syndicats, ce sont 38 bureaux de poste du département qui sont en cours de suppression ou menacés dans un proche avenir.

Sur le Finistère Sud, si on avait il y a 15 ans environ 130 bureaux et agences postales, aujourd'hui on ne compte plus qu'une trentaine de bureaux  et seulement une dizaine avec plusieurs agents sur un même site ; on y comptabilise à ce jour environ 15 à 20 facteurs-guichetiers, plus d'une soixantaine d' Agences Postales Communales et plus d'une quinzaine de Relais Poste Commerçant.

La disparition d’un bureau de poste ici, la réduction des plages d’ouverture ailleurs, signifie plus de difficultés pour tous les habitants, en zone rurale ou urbaine, une perte de droits pour ceux qui ont le plus besoin du service public en raison de la précarité de leurs ressources, de l’isolement, de l’âge, du handicap, de la maladie.

C’est l’aggravation de la fracture numérique et le recul de l’égalité.

C’est un handicap supplémentaire pour des territoires déjà fragilisés par le poids des difficultés sociales, ou par le vieillissement de leur population, un pas de plus vers une mort lente.

C’est une charge financière pour les communes obligées de suppléer aux défaillances de la Poste.

Pourtant la Poste a des obligations de service public, en tant que prestataire du service postal universel, et par le Contrat de présence postale territoriale dont elle est signataire. Elle reçoit une aide financière annuelle de l’État pour cela, jusqu’à 674 millions d’euros en 2021, 500 millions pour le service postal universel et 174 millions pour la mission d’aménagement du territoire.

Le Groupe La Poste vient même de se déclarer « entreprise à mission » et d’inscrire dans ses statuts l’engagement de contribuer au développement et à la cohésion des territoires, celui d’œuvrer pour l’inclusion sociale et la transition écologique !

Comment concilier de telles affirmations avec les réductions d’ouverture et la disparition programmée d’un bureau comme celui de Kermoysan à Quimper, classé quartier prioritaire de la politique de la ville ; avec la fermeture du bureau de Guilers, zone urbaine en pleine expansion ; avec la désorganisation permanente des bureaux de poste du Cap Sizun, très menacés, dans un territoire excentré, socialement et démographiquement fragile. Avec la fermeture du bureau de Roscoff, ou celle du bureau de Tréboul à Douarnenez, transformé en agence postale communale, comme ceux de Plozévet, de Plogonnec...Avec l’amputation des horaires d’ouverture dans plusieurs communes du pays de Morlaix, ou dans le quartier de Kerfeunteun à Quimper.

Nous pourrions énumérer tous les bureaux supprimés cette année ou menacés de l’être, ou affaiblis dans leur fonctionnement, chaque cas contredit les engagements de la Poste.

Et que dire de la démarche écologique de la Poste quand elle supprime les bureaux de proximité générant ainsi toujours plus de déplacements ?

On peut faire la même observation pour le courrier.

L’impact désastreux des "réorganisations" de ces 2 dernières années avec la diminution du nombre de tournées et leur allongement, le manque de personnel, se fait sentir pour les usagers qui reçoivent un service dégradé et toujours plus coûteux, et pour les salariés précarisés et en souffrance.

"Récupérer" une lettre recommandée quand on était absent au moment du passage du facteur se transforme parfois en jeu de piste.

La distribution de la presse aux abonnés, indispensable à notre démocratie, est aussi affectée.

La Poste argumente sur la baisse de fréquentation des bureaux, mais elle l’organise avec des fermetures épisodiques sans préavis, des horaires inadaptés aux besoins de la population.

Quant à la diminution du courrier, si elle repose sur une évolution réelle, elle est fortement accélérée par l’explosion des tarifs postaux, plus 68 % depuis 2017 pour la lettre prioritaire !

En réalité au cœur du problème, il y a la stratégie de financiarisation de la Poste, sa course à la rentabilité au détriment du service public. La politique de l’État, actionnaire à hauteur de 34 %, est en cause qui sacrifie les activités les moins rentables de la Poste, au détriment de ses missions d’intérêt général, de service public, d’aménagement du territoire.

Nous interpellons le Président de la République et le Gouvernement sur l’extrême gravité de la situation.

Dans l’immédiat nous demandons l’arrêt de toutes les restructurations et des suppressions d’emplois .

Comme nous l’avons déjà fait en luttant avec les salariés et les usagers ces dernières années, en refusant les restructurations accomplies au détriment du service public, nous réaffirmons notre détermination à agir pour un véritable service public postal de proximité, accessible à tous, avec des personnels sécurisés dans leur emploi et en nombre suffisant, des bureaux de poste de plein exercice irriguant notre territoire, avec un accueil physique, répondant aux attentes des habitants.

 

La fédération du Finistère du PCF et les 50 élu-e-s communistes du Finistère, directement confrontés aux besoins et aux aspirations de la population.

Avec les camarades du PCF Finistère et Quimper, nous avions remis le 2 mars une lettre argumentaire au préfet pour la défense des bureaux de poste et du service postal de proximité et nous avons rencontre la presse pour alerter sur ces enjeux fondamentaux pour le quotidien des citoyens et l'aménagement du territoire comme l'accès aux services de tous! La force du collectif nécessaire pour sauver plus de 38 bureaux de poste menacés dans le département en raison de la politique financière du groupe et de ses principaux actionnaires!

Dégradation du service public postal - Une délégation du PCF Finistère rencontre les représentants de l'Etat en la personne de la sous-préfète de Châteaulin ce jeudi 24 avril
Partager cet article
Repost0
29 mars 2022 2 29 /03 /mars /2022 05:34
Partager cet article
Repost0
29 mars 2022 2 29 /03 /mars /2022 05:30
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011