Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 13:25

 

En cette année 2020, la pandémie du coronavirus a perturbé les marchés agricoles, réduit les ventes et fait chuter les cours. Parallèlement, la sécheresse qui dure en France depuis le printemps a réduit les rendements céréaliers et fourragers, ce qui augmente le prix de revient de chaque litre de lait comme de chaque kilo de viande. Mais, comme l’offre mondiale de produits alimentaires dépasse en volume la demande solvable, les prix demeurent anormalement bas au départ de la ferme pour les céréales, le lait et la viande. Voilà ce qu’il conviendrait de corriger dans le cadre de la réforme de la Politique agricole commune (PAC) à venir si on veut tirer les leçons de la pandémie en cours et agir aussi pour réduire le bilan carbone de l’agriculture dans l’Union européenne.

Nous évoquions hier, le contenu du communiqué publié par le ministre de l’Agriculture, suite à la rencontre de Coblence le 1 er septembre avec ses collègues des autres pays membres de l’Union européenne. Julien Denormandie exprimait notamment le souci de voir se développer en Europe la culture des protéines végétales comme le soja, ce qui suppose un soutien plus prononcé en faveur de ces cultures au niveau communautaire. Cela permettrait aussi de réduire le bilan carbone de l’agriculture en réduisant, au fil des ans les importations de graines et de tourteaux de soja dont l’Europe importe chaque année 34 millions de tonnes pour nourrir le bétail, tandis que le blé français est de plus en plus difficile à exporter vers les pays tiers en raison d’un taux de protéines inférieur à ceux des blés de Russie et d’Ukraine. Au-delà des aliments du bétail, l’Europe agricole peut et doit aussi produire plus de protéines végétales pour la consommation humaine en augmentant les superficies consacrées aux légumes secs de la lentille, le pois chiche et les haricots secs.

 

L’agriculture des Pays Bas leader mondial en émissions de CO2

Quand on regarde comment évoluent les exportations de produits agricoles en Europe, on découvre que les Pays Bas ont dégagé en 2019 un excédent agricole de 13,7 milliards d’euros contre seulement 4,2 milliards pour la France, laquelle n’arrive qu’au cinquième rang. Sur une superficie 11 fois plus faible que la France, les Pays Bas produisent beaucoup de lait de viandes bovines, porcines et de volailles, de légumes de serre. Pour nourrir les élevages, cela passe par des importations massives de céréales et de tourteaux. À ce titre les Pays Bas sont la nation européenne qui, indirectement, participe le plus à la déforestation de l’Amazonie. Dès lors, c’est aussi le pays européen dont le bilan carbone est le plus élevé pour chaque litre de lait et chaque kilo de viande produits sur son sol.

Tous pays confondus, l’Union européenne aurait dégagé un excédent agricole de 33,7 milliards d’euros en 2019, contre 28 milliards en 2018. Mais cet excédent provient surtout des exportations de produits laitiers et de viande porcine, ce qui renvoie aux importations d’aliments du bétail, à commencer par les tourteaux de soja. La Chine est la principale destination des viandes porcines européennes et elles se sont beaucoup accrues depuis deux ans car la peste porcine africaine a fait reculer considérablement la production chinoise.

 

Un prix du lait en forte baisse depuis la fin des quotas

Nous voyons aussi qu’il ne suffit pas d’exporter beaucoup de produits agricoles vers des pays lointains pour permettre aux producteurs de dégager un revenu décent de leur travail. Quand ils vendent du lait de vache, les éleveurs doivent se contenter du prix que leur propose l’entreprise de collecte. Selon l’analyse de Benoît Rouyer, de l’Interprofession laitière, publiée dans « La France Agricole » de cette semaine, « au mois de juin, le prix de base du lait de vache conventionnel s’élève à 322 € les 1 000 litres, soit 10 € de moins sur un an ». Mais c’est surtout 50 € de moins qu’en 2013, avant dernière année de la régulation de la production européenne que permettaient les quotas par pays. Ils avaient été mis en place en 1984 et ont été supprimés en 2015 par les pays membres de l’Union sur proposition de la Commission dans le but déclaré d’accroître les exportations vers les pays tiers.

Dans le secteur des bovins allaitants, la France détient le plus gros troupeau d’Europe avec quelque 3,8 millions de mères dans des races prestigieuses comme la charolaise, la limousine, la blonde d’Aquitaine, la salers et l’Aubrac. Mais les éleveurs souffrent comme jamais. Le prix du kilo vif des broutards vendus au moment du sevrage aux alentours de 8 à 9 mois pour être engraissé en Italie ou ailleurs était de 3,20 € le 31 août à Cholet contre 3,42 € un an plus tôt. En production laitière comme en production de viande bovine, la sécheresse qui dure depuis la fin de printemps dans les zones d’élevage dans la majeure partie du pays, et plus encore dans le grand Massif Central, augmente sensiblement et durablement les coûts de production.

Dans ce domaine, la situation ne devrait pas s’améliorer. Si la filière laitière européenne, tous produits et tous pays confondus ont dégagé et excédent de 22 milliards d’euros, suivi par la filière porcine avec 10 milliards, il apparaît que ce n’est pas le cas pour la filière bovine et celle de la volaille. En volailles justement la chute des ventes de foie gras et des magrets de canard suite à la fermeture prolongée suivie d’une reprise incertaine dans les restaurants s’est traduite par un recul de 20,8 % des mises en place de canards gras dans les élevages français pour les quatre premiers mois de l’année.

 

Le pire peut arriver avec la réforme de la PAC

Avec la mondialisation des échanges, les prix agricoles peuvent doubler en quelques semaines en cas de risque de pénurie au regard de la demande solvable en volume. Mais il suffit que l’offre mondiale dépasse la demande de quelques points en blé, le maïs, le soja, viande bovine ou porcine pour que les prix de vente ne couvrent pas les coûts de production. C’est ce qui se passe en ce moment pour le blé tandis que les perspectives de récolte pour le maïs donnent actuellement la même indication. Voilà aussi pourquoi la prochaine réforme d la Politique agricole commune (PAC) devrait être fondée sur la recherche d’une production européenne plus autonome. Ce qui, dans un pays comme la France, doit se traduire par moins de blé en superficie et davantage de protéines végétales. Ce qui suppose aussi des aides européennes mieux ciblées pour atteindre cet objectif.

Mais quand on voit les contradictions entre « Le pacte de vert pour l’Europe » et « la stratégie « De la ferme à a table » les deux textes publiés par la Commission, on peut craindre le pire dans ce domaine. D’autant plus que le premier texte est porté par le néerlandais Frans Timmermans, premier vice-président de la Commission !

Gérard Le Puill

Partager cet article

Repost0
7 septembre 2020 1 07 /09 /septembre /2020 13:21

 

Le premier ministre a eu beau assurer que le plan de relance est « d’abord destiné au climat et à la biodiversité », son volet dédié à la transition écologique déçoit, voire inquiète.

Trente milliards d’euros sur deux ans, soit près du double des investissements usuellement consacrés par la France à l’écologie : le volet verdissement du plan présenté ce jeudi avait tout pour séduire. Il échoue cependant à convaincre et encore plus à satisfaire, tant par le flou de son contenu et le creux de ses garanties que par le contexte général dans lequel il s’inscrit. Décryptage en trois points.

 

Un chèque en blanc aux industriels

Conditionner les soutiens accordés aux entreprises à des contraintes environnementales concrètes : c’était le point phare sur lequel le gouvernement était attendu. Ciblée singulièrement, la baisse des impôts de production accordée par le plan de relance à l’industrie, pour un montant total de 20 milliards d’euros sur deux ans. Beaucoup revendiquaient qu’en contrepartie soient établies des obligations fermes, par exemple en matière de réduction de gaz à effet de serre à court terme, compatibles avec la réduction de 40 % des émissions de CO2 d’ici dix ans. Ni Jean Castex, ni Barbara Pompili, ministre de la Transition écologique, n’ont effleuré le sujet. Le hiatus n’est pas neuf. Voté fin juillet et prévoyant de mobiliser 43,5 milliards d’euros en faveur des secteurs sinistrés, « le troisième projet de loi de finances rectificative(PLF3) ne conditionne ces aides qu’à de très faibles engagements écologiques », rappelle Nicolas Berghmans, chercheur à l’Iddri (Institut du développement durable et des relations internationales). « Ils se résument à des mesures de reporting », poursuit le chercheur, soit l’obligation faite aux plus grosses entreprises de publier leur stratégie climatique sans aucune contrainte de mise en œuvre.

 

Une transition en faux-semblant

Les 30 milliards d’euros dédiés au verdissement ne font pas tout : il reste les autres 70 milliards prévus par le plan de relance, dont le ciblage reste flou. « Pas un euro de plus ne devrait aller à des secteurs nocifs pour l’environnement », insiste Samuel Leré, de la Fondation Nicolas-Hulot, qu’il s’agisse d’infrastructures routières ou autres. Or, sur ce point non plus, le plan gouvernemental ne dit ni ne garantit rien. Cette omission inquiète d’autant plus que l’actualité ne va pas en démontrant la bonne volonté de l’État en matière de désinvestissement des secteurs polluant. Ce 2 septembre encore, le Monde révélait que la banque BPI France s’apprête à soutenir Total pour un projet gazier dans l’Arctique russe, alors même que le plan de relance abonde celle-ci de 2,5 milliards d’euros pour en faire celle « du climat ».

Les investissements prévus dans le cadre du volet vert eux-mêmes ne récoltent pas tous d’éloges. Hydrogène vert ou agriculture de précision : beaucoup ciblent des technologies contestées. « Investir dans de fausses solutions au nom du “verdissement”, comme le nucléaire, l’avion vert ou les SUV électriques, relève de l’anachronisme », résume Clément Sénéchal, de Greenpeace.

 

Une enveloppe gonflée mais encore bien légère

Quinze milliards d’euros par an : le chiffre a beau être le plus gros que la France ait jamais aligné pour la transition, il laisse sur leur faim beaucoup d’environnementalistes. « Certes, il correspond aux besoins estimés pour engager l’économie sur la voie de la neutralité carbone, reprend Samuel Leré, encore faut-il qu’il soit reconduit au-delà des deux prochaines années, comme le préconisent ceux qui l’ont calculé. » Ramenée secteur par secteur, l’enveloppe sonne creux. Si le développement de l’hydrogène vert devrait bénéficier à lui seul de 9 milliards d’euros, la rénovation thermique des bâtiments, pourtant admise comme cruciale, n’en récoltera que 7 milliards, le ferroviaire à peine 6 milliards (lire précédemment), l’économie circulaire 2 milliards. L’agriculture, elle, ne bénéficiera, aide alimentaire comprise, que de 1,2 milliard d’euros.

 

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 05:44

Du 27 au 30 août, plus de 40 cadres du Mouvement jeunes communistes de France se sont retrouvés à Paris, au siège du PCF, pour un stage de formation afin de préparer la rentrée militante de l’organisation. Venus de toute la France, les stagiaires ont pu pendant ces 4 jours se former sur les enjeux de cette rentrée particulière tout en échangeant et travaillant sur les gestes d’organisations à développer pour construire une organisation toujours plus efficace et proche de la jeunesse.

 

 

La théorie marxiste au service de l’action

Deux modules de formations étaient consacrés à la théorie marxiste durant le stage. Fidèles à la maxime “sans théorie révolutionnaire, pas de mouvement révolutionnaire” de Lénine, les jeunes communistes ont pu suivre un premier temps consacré à la philosophie marxiste et la question de la dialectique. Au-delà de l’apport théorique, il s’agissait de voir comment celle-ci permet au cadre de penser et de comprendre le monde pour agir efficacement. Aussi, et dans le contexte d’une crise économique sans précédent, la formation sur l’analyse marxiste des crises est venue apporter aux dirigeantes et dirigeants du mouvement des éléments de compréhension de celle que nous traversons.

 

Des formations pratiques pour agir efficacement

L’ambition de former des cadres à tous les échelons du mouvement passe aussi par la transmission de gestes militants et de réflexions autour du rôle concret et des tâches à effectuer des dirigeantes et dirigeants.

Après un temps introductif consacré aux missions des cadres au sein du MJCF, différentes formations pratiques se sont succédé : organiser et mener une réunion, développer une activité de vie financière, communiquer sur ses actions… Autant d’élément essentiel à la vie d’une organisation communiste sur lesquels les stagiaires ont pu se former.

Être responsable au MJCF, c’est aussi offrir aux camarades des cadres de militantismes sûrs et inclusifs, permettant à chacune et chacun de trouver sa place dans l’organisation. C’est pour répondre à cet enjeu central qu’un temps autour de la manière de construire une organisation pour toutes et tous a été organisé.

Le troisième jour de stage, une dizaine de stagiaires supplémentaires ont rejoint la place du Colonel-Fabien pour deux jours consacrés à la préparation des campagnes nationales du mouvement. Alors que celles-ci ont été renouvelées lors de l’assemblée nationale des animatrices et animateurs du mouvement en juin dernier, l’enjeu était de former les cadres tant d’un point de vue de la théorie que des pratiques militantes.

 

Campagne pour la libération de Marwan Barghouti

Dans le cadre de leur campagne internationale en solidarité avec le peuple palestinien, les jeunes communistes ont choisi d’axer leur militantisme autour de la figure de Marwan Barghouti, député et prisonnier politique. À travers cette figure, c’est la cause de l’ensemble des prisonniers politiques palestiniens qu’entend faire connaître le MJCF. Les stagiaires ont donc suivi une formation sur l’enjeu politique de la libération du “Nelson Mandela palestinien”, mais aussi sur la manière dont cette campagne sera menée dans toute la France : signatures de pétition, journées d’action, calendrier, etc.

 

Campagne pour la satisfaction des besoins et aspirations des jeunes

Lutte pour l’accès à toutes et tous à l’éducation, combat pour l’emploi des jeunes… La période que nous traversons rend extrêmement urgents les axes de la seconde campagne du MJCF. Avec des milliers d’élèves mis en difficulté par le confinement et des inégalités qui ont explosé, les jeunes communistes comptent bien faire entendre leur voix pour revendiquer la liberté des jeunes à choisir librement leur avenir. Aussi, alors que 750 000 jeunes font leur entrée sur un marché du travail plus saturé que jamais, le MJCF mènera campagne pour gagner le droit au travail pour toutes et tous. Afin de préparer ces combats, les stagiaires ont pu suivre différents modules de formation autour des enjeux politiques de ceux-ci, ainsi que sur la manière de les mener.

Au-delà de toutes ces heures de formation, les stagiaires ont pu s’enrichir mutuellement lors de moments fraternels dont seuls les communistes ont le secret ! Des temps importants pour échanger, débattre et partager ses expériences militantes.

Après la conclusion du stage par un discours offensif de leur secrétaire général Léon Deffontaines, les stagiaires ont pu retourner dans leurs fédérations, plus motivés que jamais pour affronter une année riche en combats… et en victoires !

 

Léo Garcia, coordinateur national du MJCF   en charge de la formation.

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 05:41

 

Nommé quatrième ministre de l’Agriculture en trois ans au début de cet été après les passages successifs de Jacques Mézard, Stéphane Travert et Didier Guillaume à ce poste, Julien Denormandie  était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur RMC et BFMTV ce lundi matin  à 8H30. Mais les questions du journaliste, habitué à polémiquer sur des sujets souvent secondaires, ont fait de sorte que les questions essentielles qui préoccupent le monde paysan n’ont pas pu être abordées lors de cet entretien.

Jean-Jacques Bourdin avait ses priorités ce lundi matin au moment d’interroger le ministre de l’Agriculture. Il voulait d’abord savoir si on allait bientôt pouvoir arrêter le ou les coupables des mutilations, voire de mise à mort, des chevaux, des poneys   et des ânes dans les prés. Le ministre a fait état de l’enquête en cours, laquelle avance, sans pouvoir en dire plus à ce stade. Bourdin l’a ensuite questionné sur l’interdiction de la chasse à la glu, voire à la tourterelle. Julien Denormandie a surtout évoqué les dégâts causés sur les cultures par les sangliers, trop peu chassés en France, ces dernières années.

Sans citer leurs noms, le troisième sujet mis en exergue par Jean-Jacques Bourdin avait trait à la pétition lancée le 2 juillet par le milliardaire Xavier Niel, avec Marc Simoncini et Jacques Antoine Granjon, afin de pouvoir consulter les Français par référendum pour interdire dans notre seul pays « l’élevage en cage, stalle ou boxe» des volailles des truies et des veaux. Le ministre a tenu à dire que c’était plus compliqué à faire qu’à dire, dans la mesure où les autres pays qui commercent avec la France ne prendraient pas une décision identique, ce qui lesterait les éleveurs français d’un handicap de compétitivité. Il a fait la même réponse à propos des dérogations qui vont être rétablies prochainement par une loi concernant l’usage des néonicotinoïdes sur les graines de betterave à sucre. A propos des abeilles sensibles à ce pesticide, il a précisé au passage que la betterave ne fleurit pas entre le semis au printemps et la récolte en automne. Ce n’est donc pas sur les feuilles de betteraves que les abeilles vont butiner à la belle saison, ce que trop peu de gens semblent savoir aujourd’hui.

En toute fin d’émission Jean-Jacques Bourdin a vaguement évoqué le revenu paysan, ce qui a conduit le ministre à reconnaître que la loi Egalim, votée en octobre 2018 par la majorité parlementaire, n’apportait jusqu’à présent que « des améliorations insuffisantes dans la plupart des cas » concernant le revenu des paysans. Il a aussi évoqué la situation des abattoirs en France dont beaucoup ne dégagent que de faibles marges, sans toutefois préciser qu’ils subissent en permanence la pression des enseignes de la grande distribution. Il reste que, du fait notamment des questions posées par le journaliste, cet entretien n’a pas permis d’éclairer les auditeurs et les téléspectateurs sur les difficultés que rencontrent aujourd’hui les hommes et les femmes qui travaillent dur pour nourrir leurs concitoyens.    

Des prix en baisse face à des coûts de production en hausse

Quand on observe l’évolution des prix agricoles au départ de la ferme durant ces derniers mois, un constat s’impose : ils sont en baisse d’une façon générale et cette baisse est parfois sensible. La fin de l’été et le début de l’automne sont les moments de l’année où intervient le sevrage et la vente des jeunes bovins des races à viande dont beaucoup sont exportés vivants en Italie, en Espagne et même de l’autre côté de la Méditerranée pour y être engraissés. Le 25 août dernier, à Moulins-Engilbert le broutard charolais ne cotait que 2,43€ le kilo vif contre 2,60€ l’an dernier à la même époque et  2,68€ il y a deux ans. Le prix moyen des 1.000 litres de lait de vache n’a été que de 338€ en moyenne depuis le début de cette année, alors qu’il était de 370€ en 2013 et 2014, juste avant la dérégulation des marchés provoquée par la décision européenne de supprimer à partir de 2015 les quotas de production par pays. Mis en place en 1984 après une crise de surproduction, les quotas avaient régulé la production laitière pendant 31 ans et permis aux producteurs de vivre décemment de leur métier. Le prix actuel de 338€ ne couvre pas toujours les coûts de production en cet été marqué par la sécheresse et le manque d’herbe dans les prairies.

Du côté des grandes cultures les choses ne vont pas mieux. En raison d’une fin d’automne 2019 trop pluvieuse et d’un printemps 2020 trop sec dans la plupart des régions, les rendements de blé tendre ont chuté de 25% en moyenne cette année par rapport à l’an dernier. Mais le prix de la tonne de blé rendue au port de Rouen pour l’exportation n’était que de 181€ le 25 août dernier contre 205€ deux ans plus tôt. A 175€ la tonne, le prix du maïs grain est presque aussi élevé que celui du blé. Mais c’est parce que les rendements vont être faible en raison du manque de pluie en France, mais aussi aux Etats Unis premier producteur mondial de maïs.

Difficultés aussi pour les légumes, les fruits et le vin

La sécheresse a également fait chuter les rendements dans les légumes qui se vendent sur les marchés ou qui sont transformés en conserves. Les petits pois cultivés pour les conserveries qui couvrent un millier d’hectares en France ont vu leur rendement chuter de 30% cette année en début de récolte du fait d’une succession de phénomènes climatiques comme la sécheresse, les vents desséchants, les orages de grêle, les attaques des pucerons. Dans les vergers, les tonnages de pommes produites cette année seront en recul de 9% par rapport à l’an dernier, selon les estimations d’Agreste, le service statistique du ministère de l’Agriculture. Dans la variété «golden», la chute des rendements  atteindrait même 19%.

Alors que les vendanges ont déjà commencé avec des difficultés pour les recrutements de saisonniers et des coûts plus élevés imposés par les règles sanitaires, la situation financière des vignerons indépendants comme celle des viticulteurs qui livrent les caves coopératives en raisin s’est sensiblement dégradée cette année en raison de la fermeture prolongée des bars et des restaurants ainsi que des nombreux salons où les vignerons vendent une bonne partie des vins qu’ils produisent. On imagine aussi que la sécheresse et les coups de chaleur auront diminué les rendements cette année dans certaines zones viticoles.

Incertitudes concernant l’agriculture dans le « Plan de relance ».

Un récent communiqué de presse de la FNSEA débutait par le constat suivant : « Avec près de 80 départements impactés par le manque d’eau et subissant des restrictions d’usage, mais surtout des pertes agricoles similaires à 2016 dans la plupart des régions, la sécheresse aura marqué l’été 2020 dans un contexte économique déjà très affecté par la crise de la Covid-19. Facteur aggravant, la canicule de la seconde moitié du mois de juillet a accentué l‘assèchement des sols superficiels et provoqué des dommages irréversibles aux cultures ».

En toute fin d’entretien avec Julien Denormandie fut évoquée par Jean-Jacques Bourdin la part des financements revenant à l’agriculture dans le plan de relance. Le ministre a préféré ne rien dévoiler à ce sujet. Il a toutefois évoqué la nécessité de produire davantage de protéines végétales en France et en Europe afin de moins dépendre du Brésil. On peut aussi penser qu’un plan qui se veut économique et écologique en même temps devrait se pencher sur la gestion de l’eau. Dans un pays où l’alternance des inondations et des sécheresses est de plus en plus fréquente, la gestion de l’eau par la régulation du débit des rivières et des fleuves permettrait aussi de mieux assurer notre souveraineté alimentaire dans les prochaines décennies. C’est sans toute plus important que le référendum réclamé par le milliardaire Xavier Niel et ses acolytes.

 

Partager cet article

Repost0
6 septembre 2020 7 06 /09 /septembre /2020 05:36

 

Christophe Prudhomme est médecin au Samu 93.

La question du port du masque et de son obligation continue a être le chiffon rouge agité par le gouvernement, accompagné de la menace d’un reconfinement généralisé. La stratégie du pouvoir depuis le début de la crise est erratique. Tout d’abord des mensonges pour cacher la pénurie, puis un débat ubuesque sur les lieux où s’applique l’obligation, utilisé pour échapper au vrai problème qui est la difficulté à se faire tester, pour arriver à une décision autoritaire et infantilisante de la généralisation de l’obligation, y compris dans la rue. Heureusement, nous avons échappé à l’aberration du masque pour les cyclistes et les joggeurs !

Si le nombre de personnes testées positives augmente fortement depuis deux semaines, il n’en va pas de même du nombre de malades. Cela ne veut pas dire qu’il ne faut pas rester vigilants car nous en apprenons tous les jours avec cette épidémie et toutes les hypothèses, y compris les plus alarmistes, doivent être envisagées. Mais cela ne veut pas dire qu’il est nécessaire d’affoler la population et surtout de l’infantiliser, avec la menace de sanctions vis-à-vis de mesures qui n’apparaissent pas convaincantes au niveau de leur priorité pour lutter contre l’infection. En effet, aucune étude sérieuse n’a montré la réalité des contagions en milieu ouvert hormis quand la distanciation n’était pas respectée. La mesure essentielle est donc bien de respecter avant tout les distances et de porter le masque quand cela n’est pas possible. D’ailleurs, alors qu’aucune dérogation ne semble possible dans la rue, la ministre du Travail vient elle-même d’annoncer que des aménagements au cas pas cas seraient possibles en entreprise. Quelle logique, alors que nous constatons qu’un bon nombre de foyers, donc de lieux de contamination, sont justement situés en milieu professionnel !

Il serait bien plus utile pour obtenir une adhésion de la population aux mesures proposées en expliquant plutôt que qu’en imposant. Seule la conviction de la justesse des contraintes mises en place permettra d’obtenir une attitude adaptée et d’éviter les oppositions virulentes de groupes de personnes, souvent instrumentalisés par des organisations politiques dangereuses justement pour les libertés qu’elles disent défendre.

Face à une épidémie, il faut bien entendu prendre des mesures pour en limiter son extension, tout en restant humble, car c’est plus souvent son évolution naturelle plus que les mesures barrières qui aboutissent à son extinction. Aujourd’hui la stratégie doit être mutifactorielle : bien entendu le masque mais avec ses limites, surtout les tests et l’isolement le plus rapide des personnes contaminantes et surtout une capacité du système de santé à pouvoir répondre aux besoins, tant en ville qu’à l’hôpital. Or c’est sur cette dernière question que le bât blesse et que les moyens ne sont toujours pas à disposition. Car il s’agit bien d’éviter que le gens tombent malades, mais surtout d’être en capacité de les soigner quand il le sont. Or l’ampleur de la crise dans notre pays a été uniquement liée aux difficultés de nos hôpitaux à accueillir un afflux de patients, assez brutal dans le temps mais somme toute limité en nombre, car ils étaient exsangues du fait des politiques de restrictions budgétaires imposées depuis plus de 20 ans.

 

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 06:43
Liban: Emmanuel Macron multiplie les ingérences pour assurer la pérennité d'un système corrompu et criminel - Analyses de Pascal Torre, Pierre Barbancey et interview Hanna Gharib, secrétaire du parti communiste libanais,

Liban: Emmanuel Macron multiplie les ingérences pour assurer la pérennité d'un système criminel

 

Dans la continuité du style post-colonial de sa première visite, Emmanuel Macron s'est de nouveau rendu au Liban. Alors que le pays s'enfonce dans la faillite, provoquée par une crise profonde et multidimensionnelle, la classe dirigeante s'efforce de survivre voire d'en sortir renforcée.

Depuis plusieurs mois, le Liban est confronté à une paralysie économique et financière aggravée par la pandémie de Covid-19. L'effondrement de la livre, la destruction de l'appareil productif et des infrastructures résultent de la corruption, de la gabegie de dirigeants politiques prédateurs et sectaires. L'explosion dévastatrice du port de Beyrouth qui a détruit une partie de la capitale témoigne de cette incurie. Partout la pauvreté extrême s'accroît tandis que les couches moyennes sont laminées. Pour contrecarrer la colère sociale qui ne cesse de s'exprimer, le système en place joue des rivalités confessionnelles, intensifie les dérives autoritaires de l’État et la répression des manifestations.

S'appuyant sur la détresse de la population et son désir de changement profond, E. Macron qui cherche à retrouver une influence au Moyen-Orient, multiplie les ingérences. Il a appelé de ses vœux la constitution d'un gouvernement d'"unité nationale" afin d'entreprendre les réformes austéritaires exigées par les institutions financières internationales dont le FMI. En dépit de ses proclamations pour bousculer l'appareil politique, E. Macron tente de consolider un système criminel que le peuple libanais rejette massivement. Tous les partis politiques libanais liés au pouvoir ne s'y sont pas trompés et ont répondu à cet appel en nommant comme premier ministre Mustapha Abid. Cette personnalité, issue du sérail, a la confiance des milieux financiers pour conduire quelques réformes permettant de débloquer les fonds internationaux dont les dirigeants actuels ont besoin pour gagner du temps et survivre sans toucher au système. Des milliers de manifestants ont dénoncé cette collusion entre Paris et la classe dirigeante.

Les organisations non confessionnelles et démocratiques, dont le Parti communiste libanais, s'efforcent aujourd'hui de transformer en force politique cette contestation en élaborant une plateforme alternative. La création d'un État laïc, civil et démocratique en constitue la pierre angulaire avec le développement d'une économie productive. Ces choix sont aussi une condition impérative pour mettre un terme aux ingérence turques et iraniennes qui ne manquent pas de s'exprimer.

Dans ce combat, le peuple libanais peut compter sur la solidarité sans faille du Parti communiste français.


Pascal TORRE
responsable adjoint du secteur international du PCF
chargé du Maghreb et du Moyen-Orient

Liban. Macron sauve les partis confessionnels

Mardi 1 Septembre 2020 - L'Humanité

Quelques heures avant l’arrivée du président français à Beyrouth, un nouveau premier ministre a été nommé, actant ainsi la stratégie régionale de Paris. Décryptage.

 

Les tenants du pouvoir confessionnel au Liban ont eu chaud. Sur la sellette depuis le 17 octobre, avec un mouvement sans précédent réclamant la chute de ce régime communautaire, et plus encore depuis l’explosion meurtrière du 4 août, ils ne savaient plus vraiment comment s’en sortir. À tel point qu’aucun dirigeant de ces six grands partis n’avait osé mettre le nez dehors et se rendre sur les lieux du drame, au milieu d’une population meurtrie et en colère. Leur avenir ne tenait qu’à un fil. Soudain, comme par magie, eux jusque-là divisés en deux camps, mouvement du 8 mai d’un côté, mouvement du 14 mai de l’autre, se sont entendus en une journée pour nommer un premier ministre. Et ce juste quelques heures avant l’arrivée à Beyrouth d’Emmanuel Macron.

Mustapha Adib devient donc chef du gouvernement libanais. « L’heure est à l’action », a-t-il déclaré, s’engageant à constituer rapidement une équipe formée d’experts et de personnes compétentes qui mènerait « immédiatement des réformes ». Aucune surprise à attendre puisque ces réformes auront « comme point de départ un accord avec le Fonds monétaire international », a-t-il dit. Pas très étonnant.  Comme la nomination de cet homme, jusque-là ambassadeur en Allemagne, mais auparavant chef de cabinet du premier ministre Najib Mikati, un milliardaire de Tripoli (ville qui possède l’un des plus hauts taux de pauvreté au Liban), accusé par un procureur d’être impliqué dans des magouilles financières. C’est dire qu’en réalité, il vient du sérail.

La stratégie française se met donc en place avec la tentative de Paris de devenir l’élément clé de résolution des problèmes. L’ambassadeur de France au Liban était auparavant en poste en Iran. Emmanuel Macron se rend dès mercredi en Irak, où, selon nos informations, il devrait discuter avec le premier ministre irakien, Moustafa al-Kazimi, des relations économiques entre la France et l’Irak, et des tensions avec la Turquie. On prête au président français l’intention de proposer la tenue d’une conférence internationale consacrée à l’Irak. La France se positionnerait ainsi en médiateur entre Téhéran et Washington, deux acteurs largement présents en Irak. D’où cet investissement hors du commun au Liban, chacun des partis confessionnels ayant un pied (voire plus) dans la problématique régionale. Qui avec l’Iran, qui avec l’Arabie saoudite, qui avec les États-Unis. Et tous, en parole, avec la France (bien que celle-ci manœuvre pour que le secteur de l’énergie ne se retrouve pas dans les mains des proches du président Aoun), l’ombre de la Syrie planant comme il se doit, alors qu’Israël, ennemi déclaré du Hezbollah libanais, renforce et normalise à marche forcée ses relations avec un certain nombre de pays arabes.

Les contestataires libanais du 17 octobre (lire notre édition du 30 août) dénoncent les manœuvres en cours et ne se font aucune illusion. « C’est un compromis pour maintenir le régime, mais c’est un gouvernement qui ne répondra pas aux revendications du 17 octobre », dénonce Tarek Ammar, de Beirut Madinati. Cerise sur le gâteau, le président (chiite, comme le veut la Constitution) du Parlement, Nabih Berri, en poste depuis… 1992, appelle maintenant à « changer le système confessionnel (…) source de tous les maux » ! En rendant visite à la diva libanaise Fayrouz, dès son arrivée, hier soir, Emmanuel Macron pouvait effectivement avoir une attitude lyrique.

Photo Hanna Gharib, secrétaire général du Parti communiste libanais, L'Humanité, 30 août 2020

Photo Hanna Gharib, secrétaire général du Parti communiste libanais, L'Humanité, 30 août 2020

Hanna Gharib : « Il faut créer un État civil, laïque et démocratique »

Dimanche 30 Août 2020 - L'Humanité

Hanna Gharib, l’un des rares partis libanais non confessionnels, le parti communiste s’engage avec toutes les forces disponibles pour en finir avec ce système politique. Entretien avec Hanna Gharib, Secrétaire général du Parti communiste libanais. Envoyé spécial.

Quelle est la situation, quatre semaines après l’explosion ?

Hanna Gharib Pendant ces six années, il y a eu quatre gouvernements différents et deux parlements. Personne n’a accordé d’importance au transfert de ces substances chimiques du port de Beyrouth vers une zone non peuplée. Cette classe politique a tué les gens et a fait exploser le pays. Ils n’ont arrêté que des fonctionnaires, au lieu de s’en prendre aux vrais responsables. Personne ne veut assumer la responsabilité. Pourtant, il s’agit bien de corruption.

Le 8 août, une grande manifestation s’est déroulée. Nous étions avec ceux qui demandaient la fin du régime confessionnel, d’en finir avec l’élite au pouvoir, et qui se sont trouvés face aux forces de sécurité. Mais nous étions également avec ceux qui s’insurgeaient contre les interventions extérieures, comme l’ingérence du président français, Emmanuel Macron. Avec le soutien des États-Unis, celui-ci a proposé la formation d’un gouvernement d’union nationale. Ces trente dernières années, la France a soutenu tous les gouvernements libanais, pas seulement politiquement, mais également financièrement. Autant d’argent qui a fini dans les poches de ceux qui gouvernent.

Pourquoi Emmanuel Macron se rend-il au Liban ce lundi ?

Hanna Gharib Macron cherche à ce que la France retrouve une position forte au Moyen-Orient. Parce qu’il sait que bien d’autres forces internationales interviennent dans la région. Il faut évoquer le rôle des Américains, mais aussi des Iraniens. Maintenant, il y a la Turquie, qui s’agite beaucoup au Liban.

Avec les forces de la révolution du 17 octobre, nous lui préparons un bel accueil pour lui dire que nous sommes contre ses plans pour le Liban, que nous sommes contre un gouvernement d’union nationale qui permettrait aux mêmes de rester en place. Et, comme lorsqu’il est venu, le 6 août, nous exigerons de nouveau la libération du militant communiste Georges Ibrahim Abdallah, emprisonné en France depuis trente-six ans et qui est libérable depuis 1999.

Quelles sont les propositions, notamment de la part des forces issues ou qui ont participé aux manifestations du 17 octobre ?

Hanna Gharib Nous proposons d’abord la création d’un gouvernement qui permette d’aller vers une nouvelle ère. Celui-ci devrait être constitué de personnalités non membres de ces partis confessionnels au pouvoir et hors de l’élite politique. Un gouvernement qui puisse avoir des prérogatives législatives pour une période limitée. Qu’une nouvelle loi électorale soit édictée qui ne tienne plus compte des confessions et que le Liban soit considéré comme une seule circonscription dans le cadre d’un scrutin à la proportionnelle. Il convient également d’avoir un organe judiciaire réellement indépendant. Il faut que les juges puissent arrêter les véritables responsables. Et que, au lieu d’un État confessionnel, soit créé un État civil, laïque et démocratique. De plus, il faut réfléchir à la mise en place d’une économie productive et non plus basée sur les importations, ce qui permettrait de créer des emplois. L’émigration augmente, tout comme le chômage et le nombre de cas de Covid-19, mais le pouvoir d’achat diminue.

Ces questions avancent-elles parmi les forces du changement ? Qui discute ?

Hanna Gharib Depuis le début du mouvement du 17 octobre, nous avons fait des propositions autour de la construction d’un nouvel État, civil, laïque, démocratique. Il s’agit pour chacun de se positionner : qui est contre un État confessionnel et qui est pour ? Qui est pour un État de la justice sociale et qui est contre ? Qui considère Israël comme ennemi et qui ne le considère pas ?

Nous avons rencontré beaucoup d’obstacles, mais il y a des avancées. Nous avons ainsi pu organiser une « réunion du changement » avec cinq partis non confessionnels et des personnalités spécialisées en sociologie, en économie, d’anciens ministres, des journalistes… Il y a aussi une union de plusieurs forces, rassemblant notamment une cinquantaine de groupes de jeunes qui organisent des actions dans la rue auxquelles nous participons. Nous accordons aussi une place particulière aux questions sociales et donc aux relations avec les syndicats. Notre but est d’aider à ce que toutes ces forces, disparates mais ayant le même but, se regroupent.

Enfin, avec Charbel Nahas du mouvement Citoyennes et citoyens pour le changement, et le député nassérien Oussama Saad, nous travaillons à la mise en place d’une force porteuse d’un programme alternatif, qui serait celui du gouvernement non confessionnel et doté de pouvoirs législatifs que nous voulons mettre en place. Il nous faut maintenant être plus précis sur les organisations et les personnalités qui en feraient partie, afin d’en faire l’annonce publique. Ce qui serait une grande avancée pour le mouvement révolutionnaire, puisque cette proposition serait face à celle des partis confessionnels qui essaient de se mettre d’accord rapidement pour garder le pouvoir.

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 06:28
Les Israéliens veulent expulser Salah Hamouri (L'Humanité, Pierre Barbancey, 4 septembre 2020)

Les Israéliens veulent expulser Salah Hamouri

Vendredi 4 Septembre 2020
Le ministre israélien de l’Intérieur veut annuler le titre de résident permanent de l’avocat franco-palestinien. Il est pourtant né Jérusalem où il a toujours vécu. Une mesure politique qui, si elle était appliquée, le contraindrait à quitter sa terre natale. Il est décidé, avec ses soutiens, à ne pas se laisser faire.
 

Les autorités israéliennes, une fois de plus, harcèlent Salah Hamouri. L’avocat franco-palestinien a été convoqué le 3 septembre au centre d’interrogatoire de Moskobiyeh, à Jérusalem. Là, une lettre signée du ministre de l’Intérieur, Aryé Deri, lui a été remise. Le ministre de Netanyahou y fait part de sa décision de retirer purement et simplement la carte de résidence permanente de Salah Hamouri, seul papier officiel lui permettant de vivre, chez lui, à Jérusalem.

Il invoque pour cela, ce que les Israéliens appellent la Loi sur l’Entrée (Law of Entry). Celle-ci, édictée en 1952 visait les personnes de nationalités étrangères désireuses d’obtenir un permis de résidence en Israël. Après l’occupation de Jérusalem-est en 1967 et l’annexion de ce territoire, les autorités israéliennes ont décidé d’appliquer cette loi aux Palestiniens vivant dans la partie orientale de la ville, en leur « offrant » le même statut que des étrangers, à savoir acquérir le statut de résident permanent ! Un statut qui, de plus, n’est pas automatiquement transmissible à ses enfants ou au conjoint non-résident et peut être annulé à la discrétion du Ministère de l’Intérieur. Cerise sur le gâteau, les Palestiniens ayant le statut de résidents permanents peuvent demander la nationalité israélienne. Ce que pratiquement aucun ne fait. D’abord parce que ce serait reconnaître l’occupation et partager l’idée que Jérusalem-est appartiendrait à Israël. Ensuite, acquérir cette nationalité oblige à faire serment d’allégeance à Israël, la puissance occupante. Depuis 1995, de nombreuses révocations du statut de résident ont eu lieu sous plusieurs prétextes, notamment en arguant que la résidence principale était faussement Jérusalem ou qu’ils étaient absents depuis trop longtemps. La construction du mur a également placé de nombreuses familles en dehors des nouvelles délimitations de Jérusalem qui se sont retrouvées arbitrairement en Cisjordanie. D’autres annulations ont eu lieu pour non-respect de «l’obligation minimale de loyauté envers l’État d’Israël ».

Le ministre israélien estime que Salah Hamouri utilise sa position de résident d’Israël pour agir contre cet État. Il évoque sa condamnation à sept ans de prison mais s’appuie aussi sur la détention administrative d’un an (en 2018-2019) alors qu’aucun procès n’a eu lieu et que les dossiers étant secrets, nul ne sait officiellement pourquoi celui qui est maintenant un avocat des droits de l’homme a été enfermé. On pourra également remarquer que ce ministre, Aryé Deri, né en 1959 à Marrakech, au Maroc donc, dénie à Salah Hamouri, né en 1985 à Jérusalem, en Palestine donc, de vivre sur la terre où il a vu le jour !

Autant dire que si cette mesure est appliquée, que le statut permanent de résident est annulé, Salah Hamouri sera obligé de quitter la Palestine. En effet, selon les accords d’Oslo, les Palestiniens de Jérusalem ne dépendent pas de l’Autorité palestinienne mais d’Israël. En clair, ils ne sont pas reconnus comme Palestiniens. Toute installation ailleurs qu’à Jérusalem où de quiconque n’est pas israélien, y compris à Ramallah, nécessite donc l’obtention d’un visa de la part d’Israël. Qui peut donc refuser. C’est déjà le cas pour l’épouse de Salah Hamouri qui ne peut plus se rendre ni en Israël ni dans les territoires palestiniens en vertu d’une décision discriminatoire.

Comme le fait remarquer l’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW) dans un article publié sur son site en 2017 : « Les révocations du statut de résident forcent souvent les habitants palestiniens de Jérusalem-Est – qui sont pourtant en théorie protégés par les obligations incombant à toute puissance occupante dans le cadre de la Quatrième Convention de Genève – à quitter le territoire dans lequel ils habitent. Cela constitue des transferts forcés quand elles provoquent un déplacement vers d’autres parties des Territoires Palestiniens Occupés et des déportations quand le déplacement se produit vers l’extérieur du pays. La Convention autorise de telles mesures uniquement à titre temporaire en cas d’« impérieuses raisons militaires » (art. 49). »

Israël, qui avait de nouveau arrêté Salah Hamouri le 30 juin alors qu’il se trouvait dans un centre médical pour y effectuer un test de Coronavirus, avait été contrainte de le relâcher sous la pression internationale, témoignant d’un dossier vide de preuves. La solution trouvée est maintenant d’empêcher Salah Hamouri de rester. Sans sa carte de résident permanent, il n’a plus comme pièce d’identité que son passeport français. Et voilà une nouvelle fois la « Loi sur l’Entrée » qui s’appliquerait à un homme qui est né là et y a toujours vécu ! Il a trente jours pour contrer cette mesure politique.

Communiqué du PCF:

A nouveau, Salah Hamouri subit les pressions du gouvernement israélien

Cette fois, il a reçu une lettre où le ministre de l'Intérieur, Arié Deri, du parti ultra orthodoxe Shass, lui notifie sa décision de lui retirer la carte de résidence permanente à Jérusalem.

L'obtention de cette carte est pour les Palestiniens de Jérusalem le seul moyen de pouvoir y vivre et y travailler; la lui retirer, c'est condamner Salah à l'expulsion vers la France alors qu'il est né à Jérusalem et qu'il y a construit sa vie.

Tous les prétextes sont bons pour vider Jérusalem-Est de ses habitants palestiniens et ces pratiques permettent au gouvernement israélien de continuer à coloniser cette partie de la ville en violation totale du droit international.

Le gouvernement français doit intervenir pour soutenir Salah Hamouri et exiger des autorités israéliennes que cessent toutes les intimidations et les pressions qui s'exercent sur lui.

La diplomatie française doit aussi arrêter de suivre aveuglement la stratégie Trump-Netanyaou en refusant leur plan unilatéral et en soutenant les Palestiniens pour la reconnaissance de leur droits conformément au droit international.

 

Parti communiste français
Paris, le 3 septembre 2020

Salah Hamouri en visite à Morlaix (photo Le Télégramme)

Salah Hamouri en visite à Morlaix (photo Le Télégramme)

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 05:35

 

On les appelle les « rois de l’or gris ». Ce sont ces multimillionnaires qui, profitant de la défaillance de l’État en matière de maisons de retraite, ont multiplié les Ehpad privés dans les années 80/90. Ils s’appellent Yves Journel (Fabien Roussel en a fait état dans son intervention à Dunkerque), Dominique Pellé ou Jean-François Gobertier. Leur fortune personnelle s’élève respectivement à 750, 600 et 350 millions d’euros. La crise ? Vous avez dit la crise ? Un concept que ces gens semblent ignorer. Le dernier nommé, Gobertier, est connu pour collectionner les Harley, les voitures de luxe, les restaurants, les hôtels. C’est vrai qu’il accumule aussi les enquêtes préliminaires pour corruption, abus de biens sociaux et blanchiment. Remarquez : un roi de l’or gris, qui spécule sur les têtes blanches et soupçonné de blanchiment, on va dire qu’il y a là une certaine logique. 

Gérard Streiff

 

 

 

Partager cet article

Repost0
5 septembre 2020 6 05 /09 /septembre /2020 05:31

 

Mesure phare du plan de relance, la baisse des impôts aux entreprises devrait atteindre 20 milliards d’euros sur deux ans.

Un plan de relance des profits. Sauf surprises peu probables, c’est ce que le gouvernement présentera ce jeudi. Sous couvert de retrouver le niveau de PIB d’avant le confinement, les mesures chiffrées à 100 milliards d’euros, dont la plupart sont déjà connues, donnent surtout satisfaction aux revendications patronales. Comme il l’a annoncé lors de l’université d’été du Medef le 27 août dernier, le premier ministre, Jean Castex, devrait confirmer une baisse des impôts des entreprises de 20 milliards d’euros sur deux ans qui s’ajoutera à la baisse du taux d’imposition sur les sociétés déjà inscrite dans la loi de finances. Ce nouveau cadeau devrait prendre la forme d’une diminution de la contribution sur la valeur ajoutée des entreprises (CVAE). Cet impôt porte sur les richesses créées. Les entreprises ne s’en acquittent donc pas « avant même d’avoir commencé à produire », comme le prétend de manière éhontée le ministre de l’Économie, Bruno Le Maire. La mesure est censée profiter aux PME, mais les donneurs d’ordres auront tôt fait d’en récupérer l’essentiel en imposant une baisse des prix à leurs fournisseurs. À terme, cette baisse fragilisera un peu plus le financement des collectivités locales, à laquelle la CVAE contribue. Le plan de relance comprend également 6,5 milliards d’euros de mesures déjà annoncées d’allégement du « prix du travail » sous forme de prime de 4 000 euros pour l’embauche des jeunes de moins de 25 ans et de suppression des cotisations jusqu’à 2,5 fois le Smic.

Quelques 5 milliards d’euros iront à la SNCF

Les aides ciblant les entreprises véritablement en difficulté sont le parent pauvre du dispositif. Seuls 3 milliards d’euros devraient être mobilisés pour renforcer leurs fonds propres. De la même manière, « la priorité » gouvernementale à la relocalisation des productions ne serait dotée que d’un fonds de 1 milliard d’euros.

Côté demande, le plan de relance devrait comprendre une enveloppe de « 4 à 5 milliards d’euros », selon la ministre déléguée au Logement, Emmanuelle Wargon, affectée à la rénovation thermique des écoles et des Ehpad mais aussi des logements et sans condition de ressources. 5 milliards d’euros iront à la SNCF. Le plan de relance devait intégrer aussi les 6 milliards d’euros promis au système hospitalier lors du Ségur de la santé. Quant aux plus modestes, une aide de 1 000 euros pour l’achat de produits de première nécessité est évoquée. La lutte contre les licenciements n’est en revanche pas à l’ordre du jour. Aucune mesure n’est prévue pour empêcher les entreprises de réduire les effectifs pour restaurer leurs marges.

 

Partager cet article

Repost0
4 septembre 2020 5 04 /09 /septembre /2020 05:46

 

Le plan de relance, présenté ce jour par le Premier ministre, confirme le choix du Président et du gouvernement de relancer les profits plutôt que de répondre aux défis des crises sanitaire, économique et écologique.

Les grands gagnants du « jour d’après » sont le capital, les actionnaires des grands groupes, les fonds de pension, les banques qui continueront d’agir contre l’emploi et la transition écologique pour que tout continue comme avant… en pire ! Alors que notre pays compte plus de 6 millions de privé·e·s d’emploi, l’annonce de création de 160 000 emplois en 2021 apparaît d’autant plus faible que la logique du plan gouvernemental ne peut en rien la garantir.

Après les milliards d’argent public versés à de grands groupes qui licencient, la baisse des impôts dits de production coûtera 20 milliards aux Français·es sans aucune garantie sur l’emploi privé, les jeunes ne reçoivent d’autre promesse que celle d’emplois précaires, aucune création de postes ou de mise en formation significative n’est prévue dans les services publics essentiels que sont la santé, l’éducation et la culture est le parent pauvre du plan. Quant aux PME, TPE, artisans, ils sont condamnés à subir les stratégies mortifères des grands groupes.

En matière de transition écologique, le gouvernement avait déjà envoyé le pire signal avec la levée de l’interdiction des néonicotinoïdes qui provoquera des dégâts irréparables. Les annonces du plan de relance en matière de transports, d’énergie, de rénovation thermique sont en contradiction avec le soutien du gouvernement à la baisse du soi-disant « coût du travail » dans les grandes entreprises publiques et privées de ces secteurs : à la SNCF, à General Electric, chez Air France, les suppressions d’emplois se poursuivent.

A l’inverse de ce plan, les communistes proposent aux Français·es de construire « le système d’après » !

L’heure est à une révolution sociale et écologique de la production et au développement des services publics. Pour cela, il faut sécuriser, non les profits, mais sécuriser l'emploi, au lieu de conforter le chômage, développer la formation et les compétences au lieu de favoriser le capital financier, en engageant la marche vers un système donnant le droit et la liberté à chacun et chacune d’alterner entre période d’emploi et période de formation avec des droits et des revenus garantis.

Cette sécurité de l’emploi et de la formation, mettons-la en œuvre toute de suite pour les jeunes de notre pays, à commencer par les plus de 700 000 jeunes arrivant sur le marché du travail. Garantissons à chaque jeune une sécurité professionnelle dès la sortie de ses études, avec un emploi, un salaire ou une formation professionnelle, et cela pour toute la durée de sa vie. C’est la proposition des communistes en cette rentrée : pas un seul jeune au chômage ! Priorité à la jeunesse !

Le PCF lancera lors de son conseil national du 5 septembre une campagne nationale pour l’emploi. Il appelle à participer massivement à la journée d’action interprofessionnelle du 17 septembre et organisera, le 10 octobre, des rassemblements dans tout le pays pour une alternative au plan de relance gouvernemental. Dans le cadre de cette campagne nationale, le PCF appelle à la création de comités locaux pour l’emploi réunissant salarié·e·s, acteurs économiques et sociaux, syndicats, associations, habitant·e·s et élu·e·s : pour demander des comptes sur l’utilisation de l’argent des banques, des grands groupes, et l'argent public ; et pour porter des objectifs précis, chiffrés, de créations d’emplois, de formation pour les jeunes et pour tous les travailleurs tout au long de la vie, de développement des services publics, de productions utiles sur le plan social et écologique. Ces comités pourraient préfigurer de nouvelles institutions locales, des conférences permanentes pour l’emploi, la formation et la transformation écologique des productions.

C’est à ces objectifs que la société tout entière doit exiger que soit consacré l’argent qui coule à flot aujourd’hui sur le capital, à commencer par les milliers de milliards d’euros que la BCE déverse en ce moment sur les banques et sur les marchés financiers.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011