Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 juillet 2022 1 18 /07 /juillet /2022 05:53
Jean-Jacques Rousseau, notre contemporain - par Jean-Paul Jouary, L'Humanité, 12 juillet 2022
Jean-Jacques Rousseau, notre contemporain

Le philosophe, auteur du Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes et du Contrat social, est né le 28 juin 1712. Son œuvre peut nous aider aujourd’hui à penser la démocratie.

Publié le Mardi 12 Juillet 2022 - L'Humanité
 

Trois-cent-dix ans après sa naissance, Jean-Jacques Rousseau continue de nous parler d’une façon étrangement actuelle. Pas seulement parce qu’il a définitivement démontré dans son Discours sur l’origine et les fondements de l’inégalité parmi les hommes que les inégalités sociales n’ont rien de « naturel », qu’elle n’ont donc rien d’une fatalité, que les dépasser relève du politique et que le peuple peut en faire son affaire, ce qui, plus encore qu’à son époque, concerne aujourd’hui toutes les sociétés. Pas seulement non plus parce qu’il critique déjà un système qui n’existe pas encore et que revendiquent la plupart des révolutionnaires de son temps : celui qui consiste à se donner des « gouvernants », même de façon démocratique, en leur transférant tout pouvoir entre deux élections, ce qui les institue comme des « dirigeants » qui prétendent tout décider sans que le peuple n’ait plus son mot à dire. Non, ce qui rend Rousseau extraordinairement actuel, c’est la façon qu’il a de concevoir un système politique dans lequel il est possible de conserver toute sa liberté, tout en obéissant aux lois instituées collectivement. C’est d’ailleurs entièrement l’objet du Contrat social, qui demeure à mes yeux le livre de philosophie politique le plus éclairant qui soit.

Penser la liberté du peuple

Bien sûr, il n’ignore pas que, pour qu’un peuple s’autogouverne en permanence sans instance de gouvernement, il faudrait un « peuple de dieux » qui n’existera jamais. Il constate aussi qu’aucun peuple ne pourra collectivement s’entendre sur ce qui est le plus juste pour lui : les habitudes acquises dans les systèmes corrompus, l’inclination nécessaire à faire prédominer ses intérêts particuliers, mais aussi l’impossibilité d’acquérir tous ensemble une culture, des concepts, des modes de raisonnement propres à bâtir un ensemble de lois « parfaites », tout cela rend utopique une démocratie parfaite. Cela d’ailleurs nourrit son pessimisme, sa conviction désespérée que jamais la « volonté de tous » (celle qui s’exprime concrètement dans les votes, les opinions qui existent réellement dans le peuple) ne coïncidera avec la « volonté générale » (ce que voudrait rationnellement le peuple s’il avait la connaissance absolue de ses intérêts communs). Il ne rêve pas le peuple, mais tient tout de même à penser sa liberté, en grand philosophe.

Critique de la représentation

La condition essentielle pour y parvenir, c’est de modifier la conception du « contrat » alors théorisée par des philosophes comme Hobbes, Grotius, Locke, et par l’essentiel de nos contemporains : celle qui le conçoit comme une sorte d’échange entre la liberté que le peuple transfère au pouvoir d’État, et l’ordre et la sécurité que celui-ci doit assurer en retour. Au terme de ce transfert de souveraineté, le peuple a aliéné toute liberté citoyenne. Rousseau lui oppose un contrat que le peuple passe avec lui-même (définition de la direction à prendre), et la nomination de ceux à qui incombera la tâche de l’appliquer, de gouverner (tenir le gouvernail, ce qui sur un bateau ne donne pas le droit de décider de la direction). Et, bien entendu, les gouvernants pourront donc être révoqués s’ils s’écartent de la direction qui a été fixée par les citoyens. Ainsi, en obéissant aux lois, le peuple s’obéit à lui-même et n’aliène donc pas sa liberté. Cela en dit long sur les sophistes qui aujourd’hui voient dans Rousseau l’ancêtre du totalitarisme, les mêmes qui voient dans tout adversaire de la monarchie présidentielle libérale un dangereux antirépublicain. Ce qui sous-tend cette pensée démocratique de Rousseau, et qu’il développe largement dans le Contrat social, c’est sa critique de l’idée même de « représentation ». Nul ne peut représenter le peuple au sens de s’arroger le droit de décider à sa place. Le peuple ne peut être représenté, répète-t-il, et le prétendre revient à lui ôter toute liberté.

Qui ne voit que cette affirmation alors théorique s’incarne dans la crise profonde de ce que nous appelons la « démocratie représentative » et qui, parce que le peuple est sans cesse trompé, dominé, réprimé, le conduit à s’abstenir ou à être tenté, par déception, de voter pour des adversaires de la démocratie ? En France et ailleurs. Cette crise profonde et menaçante découle d’un sentiment de dépossession, d’impuissance, qui provoque à la fois la désertion des urnes et l’explosion de colères, de haines, ou bien de vastes mouvements populaires pour de nouvelles conquêtes sociales et démocratiques.

C’est dans cette pluralité de possibles que nous vivons et agissons, et c’est tout l’intérêt de Jean-Jacques Rousseau de nous parler encore en termes neufs. La mise sous tutelle du peuple n’est pas une fatalité, même si, comme l’a bien vu Rousseau, elle se nourrit des traditions et habitudes de pensée, de la propagande des « maîtres » aussi. Lire Rousseau, ce n’est pas lire un auteur du passé, mais un philosophe d’avenir. 

Membre de l’association Rousseau à Montmorency et auteur de Vivre et penser dans l’incertitude (Flammarion, 2021).
Partager cet article
Repost0
18 juillet 2022 1 18 /07 /juillet /2022 05:43

Un groupe d’associations et de collectifs de santé interpelle la Première ministre et menace pour la première fois de porter plainte pour carence fautive de l’Etat, tant la situation de l’hôpital public est dégradée. Les signataires appellent notamment à la fixation de ratios minimum soignants-soignés dans tous les services.

 

Le 22 juin, les maires de France s’alarmaient des fermetures de services hospitaliers car partout en France l’accès à l’hôpital public se réduit, alors que les conditions de travail des agents hospitaliers deviennent plus dures, accélérant leur fuite et donc augmentant les fermetures de lits par pénurie de personnel. En mars dernier, le Sénat relevait : «Vétusté des équipements, charge de travail excessive, manque de temps médical et soignant auprès des patients qui sont autant de facteurs à l’origine d’un profond sentiment de perte de sens qui provoque des départs de personnels en cours de carrière.» La situation est maintenant si dégradée que des préjudices directs sont avérés pour les patients, mais aussi pour les agents hospitaliers : perte de sens, épuisement professionnel, fuite des titulaires et perte d’attractivité pour les professionnels nouvellement diplômés. La «mission flash» du nouveau ministre n’a eu pour objet que les services d’urgence ignorant la dégradation de l’intégralité du système hospitalier.

Des droits qui ne sont plus garantis

D’après le code de la santé publique, il est de la responsabilité du gouvernement (article L 1411-1) de mener une politique de santé garantissant le droit fondamental à la protection de la santé au bénéfice de toute personne. Cette politique doit garantir le droit du patient et des soignants à la santé, le droit au respect de la dignité de la personne malade, le droit de recevoir les traitements les plus appropriés et de bénéficier des thérapeutiques garantissant la meilleure sécurité sanitaire, le principe de continuité du service public hospitalier. Force est de constater que ces droits ne sont plus garantis.

Ainsi la littérature scientifique en matière de nombre de «patients par soignant» est unanime : plus il y a d’infirmières, moins il y a de patients par soignant, plus la chance de survie des patients est accrue. La présidente de la Haute Autorité de santé (HAS) le confirmait lors de son audition au Sénat «il existe un lien établi – par une littérature de très bon niveau – entre le niveau de personnes d’un établissement ou d’un service et la qualité des soins». En d’autres termes, l’objectif du droit à la santé et l’obligation de bénéficier des soins les plus appropriés ne sont remplis qu’à la condition que des ratios de sécurité et de qualité soient respectés.

Pourtant, en dépit de la littérature et de nombreuses alertes, l’Etat n’a jamais défini de ratios soignants-soignés hors domaines très restreints (dialyse, soins intensifs, néonatologie et réanimation). La sénatrice Catherine Deroche signalait au cours de la commission d’enquête sénatoriale, le 29 mars 2022, qu’aucun véritable suivi du ministère de la Santé n’est effectué en matière de pilotage de la politique hospitalière, sur des questions aussi importantes que les ressources humaines et les capacités d’hospitalisation.

Par ailleurs, comme le souligne le rapport du Sénat, la politique qu’a menée l’Etat en matière de financement hospitalier a «mis les établissements en difficulté». Dès lors, le principal poste de dépenses des hôpitaux, celui des dépenses de personnels, a été soumis à une gestion dégradant les conditions de travail et les investissements n’ont souvent pu être opérés que grâce à l’endettement.

Des effectifs inadéquats, la pénibilité accrue au travail, le manque de soignants, l’absence de ratios de sécurité définis, la fermeture de nombreux services d’urgence et de services d’hospitalisation, partiellement ou complètement, un financement décorrélé des besoins, une construction annuelle du budget des hôpitaux ne tenant pas compte des besoins documentés et des tendanciels avérés, des investissements hospitaliers non financés, l’absence de dialogue avec les élus territoriaux, représentants des usagers, représentants des personnels médicaux ou paramédicaux, signent les défaillances des politiques de santé dont l’Etat est responsable. Le comportement fautif de l’Etat et les préjudices causés à l’hôpital, aux patients et aux soignants sont avérés et perdurent.

C’est pourquoi les associations et collectifs que nous représentons enjoignent, par l’intermédiaire de leurs avocats maîtres Macouillard et Melin, la Première ministre à :

- Mettre sans délai un terme à l’ensemble des carences qui continuent d’engager la responsabilité de l’Etat ;

- Prendre des décisions réglementaires en urgence afin de définir des ratios d’effectif «patients par soignant» suffisants au regard des études internationales en la matière ;

- Renforcer significativement le nombre d’infirmiers et d’aides-soignants et en définissant des seuils critiques ajustés sur les activités des établissements ;

- Mettre en place un mécanisme d’alerte lorsque les seuils critiques susvisés sont atteints.

En l’absence de réponse et de réparations des préjudices causés, les associations et collectifs signataires porteront plainte pour carence fautive contre l’Etat.

Signataires : Marc De Kerdanet Pour Aide aux jeunes diabètiques (AJD), Stéphanie Fugain Pour l’Association Laurette-Fugain, Laure Dorey Pour l’Association maladies, foie, enfants (Amfe), Marie Citrini et Stéphane Dauger Pour le Collectif Inter-Hôpitaux (CIH), Pierre Schwob Pour le Collectif Inter-Urgences, Michèle Leflon Pour la Coordination nationale des comités de défense des hôpitaux et maternités de proximité, Maîtres Macouillard et Melin Du cabinet Topaloff.

 

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2022 7 17 /07 /juillet /2022 20:08
Mairie de Morlaix, 17 juillet 2022 - Emouvante cérémonie en mémoire des victimes des persécutions antisémites de l'état français sous l'occupation et d'hommage aux Justes de France (photos Jean-Luc Le Calvez)
Discours de Marie-Noëlle Postic qui a travaillé sur les persécutions dont ont été victimes les Juifs du Finistère pendant l'occupation et qui a reconstruit leur histoire dans deux livres formidables - Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Discours de Marie-Noëlle Postic qui a travaillé sur les persécutions dont ont été victimes les Juifs du Finistère pendant l'occupation et qui a reconstruit leur histoire dans deux livres formidables - Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 16 juin 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 16 juin 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 16 juin 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 16 juin 2022, photo JL Le Calvez

Discours d'Yvon Laurans - Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Discours d'Yvon Laurans - Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez -- réception en mairie

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez -- réception en mairie

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez -- réception en mairie

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez -- réception en mairie

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez -- réception en mairie

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez -- réception en mairie

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez -- réception en mairie

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez -- réception en mairie

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez - réception en mairie

Cérémonie à la mémoire des crimes racistes et antisémites de l'Etat français, Morlaix, 17 juillet 2022, photo JL Le Calvez - réception en mairie

Photos de Jean-Luc Le Calvez, merci à lui!
 
Ce dimanche 17 juillet au matin nous commémorions à Morlaix la journée d'hommage et de mémoire pour les Justes et les juifs, tsiganes, homosexuels victimes des crimes contre l'Humanité dont s'est rendu complice l'état français pendant l'occupation nazie.
 
C'était le jour du 80e anniversaire de la terrible rafle du Vel d'hiver des 16 et 17 juillet 1942.
 
13 152 personnes dont 4 115 enfants ont été arrêtés ce jour-là, par la police française, sur ordre du gouvernement de Pétain et Laval, dans le cadre de la collaboration avec l'occupant nazi et sa politique de déportation et d'extermination des juifs.
 
La plupart ont péri dans des conditions épouvantables.
 
Marie-Noëlle Postic, sociologue et historienne qui a restitué l'histoire des juifs du Finistère pendant la seconde guerre mondiale, Yvon Laurans, adjoint au sport, aux relations internationales et aux cérémonies patriotiques, Jean-Paul Vermot, maire de Morlaix, ont rendu des hommages aux victimes juives de la barbarie antisémite nazie et du régime de Vichy, et aux Justes qui ont tenté de les sauver.
 
Plusieurs élu.e.s, des invités des comités et associations de mémoire de la seconde guerre mondiale, des gendarmes, anciens combattants, familles des victimes des rafles et persécutions antisémites. Notre camarade Lucienne Nayet aussi, enfant cachée à la naissance dont le père est mort à Auschwitz.
 
Nous avons rendu un hommage particulier très émouvant, devant la plaque d'hommage à Esther Levy et David Sellinger inaugurée en 2018, aux deux morlaisiens de confession juive déportés et assassinés en déportation en présence de la famille d'Esther Levy: Esther Levy, arrêtée à son domicile rue Gambetta, en octobre 1943, déportée en janvier 1944, et David Sellinger.
 
Leur histoire a été relatée dans deux livres passionnants (Sur les traces d'une famille juive morlaisienne, Les juifs du Finistère sous l'occupation) par la sociologue et historienne Marie-Noëlle Postic. La famille Le Quéré, des protestants de Tremel, juifs parmi les Nations, a permis de sauver les autres membres de la famille Levy. 
 
Alors que l'actualité politique française et internationale nous montre que "le ventre est encore fécond d'où a surgi la bête immonde", comme l'écrivait le dramaturge antifasciste allemand, Bertold Brecht, il est important de combattre résolument le racisme, l'antisémitisme, la xénophobie sous toutes leurs formes, et de se souvenir qu'ils conduisent au pire.
 
En mairie de Morlaix, Jean-Paul Vermot a rendu un hommage appuyé à Marie-Noëlle Postic et à son travail de recherche historique avant de lui offrir le dernier livre de Christian Bougeard sur Tanguy Prigent chez Skol Vreizh au nom de la ville de Morlaix.
 
lire aussi:
Partager cet article
Repost0
17 juillet 2022 7 17 /07 /juillet /2022 07:33
Un superbe roman à lire: Zoli - du romancier irlandais Colum Mc Cann
 Zoli, de Colum Mc Cann (2006, Belfond):
 
Ses parents et sa famille ont été décimés par les milices fascistes de Slovaquie dans les années 30, et les Nazis ont continué le travail contre sa communauté, pendant que certains tziganes survivants rejoignaient les partisans communistes dans les montagnes.
Poétesse rom à la voix de feu, Zoli fascine ceux qui l'approchent mais reste insaisissable.
Élevée sur les routes par son grand-père, qui a bravé l'interdit tzigane en lui apprenant à lire et à écrire, Zoli découvre très jeune le pouvoir des mots.
Mais coucher sur le papier l'histoire de sa communauté, c'est livrer aux "gadze" une partie de l'âme tzigane.
A la fin de la guerre, Zoli devient l'idole de deux intellectuels communistes qui voient dans sa poésie et son charme sauvage des diamants bruts. Adulée par le régime communiste avant de devenir paria, bannie par les siens pour avoir transgressé les règles, Zoli paiera sa liberté au prix fort...
Superbe roman d'amour, plongée dans l'histoire et la culture des Roms de Slovaquie, parabole sur l'exil, éloge de la différence, Zoli est le voyage sans retour dans l'Europe des années trente à nos jours, d'une femme à la volonté impitoyable, et, à travers elle, un hymne aux «errants du monde» que l'on veut à toute force sangler à la terre.
Colum Mc Cann, né en 1965 à Dublin, a également écrit un autre roman d'une ambition magnifique, Apeirogon (2020, Belfond) plongée dans le conflit israélo-palestinien à travers l'histoire d'amitié de deux pères, l'un israélien, l'autre palestinien, qui ont perdu leurs filles tuées par "l'ennemi", et qui redonnent un sens à leur vie à travers une volonté de paix et de compréhension réciproque.  Ce roman qui fait mesurer le quotidien et la brutalité de la colonisation a été préparé par plusieurs années d'immersion de l'auteur en Israël-Palestine et est inspiré d'une histoire vraie.
Partager cet article
Repost0
17 juillet 2022 7 17 /07 /juillet /2022 07:33

 

 

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2022 7 17 /07 /juillet /2022 05:54

 

Effet sans doute du surmenage lié à la révision du bac, deux éminents historiens, Olivier Dard et Fabrice Grenard, respectivement professeur à la Sorbonne et directeur à la Fondation de la Résistance, ont été pris la main sur une antisèche suspecte en répondant à Jean-Pierre Gratien, au cours de l’émission de LCP DébatDoc du 21 juin. Ils ont ainsi affirmé le fait que les députés communistes n’avaient pas voté contre les accords de Munich, en octobre 1938. « Tout le monde a été quasiment munichois, en dehors de trois ou quatre députés qui votaient contre », a expliqué Fabrice Grenard. « Non, ils ne votaient pas contre, bien sûr ! » s’est exclamé pour sa part Olivier Dard. Pas de chance, les 73 députés communistes, le 4 octobre 1938, ont bel et bien voté contre lesdits accords. L’information de l’antisèche avait sans doute été mal recopiée. Verdict de l’oral : recalés.

Partager cet article
Repost0
17 juillet 2022 7 17 /07 /juillet /2022 05:40

 

Hier, la première ministre a prononcé le même discours à deux reprises devant les députés dans l’après-midi, puis devant le Sénat dans la soirée. Aujourd’hui, quelques mesures devraient être annoncées à l’issue du Conseil des ministres. Mais on sait déjà qu’elles ne seront pas de nature à inverser le recul du pouvoir d’achat sur l’ensemble de l’année 2022, tel que l’analyse une récente note de conjoncture de l’INSEE.

Le 24 juin, douze jours avant le discours prononcé hier par Élisabeth Borne devant les parlementaires, l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) publiait une note de conjoncture de 69 pages intitulée « Guerre et Prix ». Elle évoquait plus d’incertitudes que de certitudes sur l’évolution de l’économie du pays d’ici la fin de l’année en cours. Elle multipliait aussi les précautions de langage, comme en témoignent ces extraits :

« Fortement soutenu par des mesures budgétaires, le pouvoir d’achat des ménages se redresserait au second semestre 2022, mais baisserait tout de même en moyenne annuelle en 2022 (…) En prenant en compte l’évolution des prix à la consommation, le pouvoir d’achat du revenu brut disponible (RBD) des ménages se redresserait nettement au second semestre, mais baisserait sur l’ensemble de l’année 2022 (-0,6 % de prévu, soit -1 % par unité de consommation ».

Dans le paragraphe suivant de la page 4, l’INSEE indiquait que durant le second semestre 2022, « le contexte d’inflation très élevée et d’incertitude continuerait de peser sur les décisions d’achat des ménages et de favoriser l’épargne de précaution. Les ménages lisseraient par ailleurs l’effet sur leur consommation des fluctuations trimestrielles de leur pouvoir d’achat. Au total, avec une consommation progressant modérément au second semestre, le taux d’épargne resterait en 2022 à 16,3 %, assez nettement supérieur donc à son niveau d’avant a crise sanitaire (15 % en 2019) ». Les chiffres étaient précis, mais l’INSEE ne disait pas quel pourcentage sur la totalité des ménages aurait les moyens d’avoir une épargne de précaution dans les prochains mois.

Des perturbations à prévoir dans les entreprises

Évoquant les conséquences de la guerre en Ukraine cette note de conjoncture indiquait, qu’en mai 2022, « la part des entreprises de l’industrie manufacturière qui se disent limitées dans leur production par des difficultés d’approvisionnement reste globalement à son niveau très élevé du mois précédent à près de 45 %. Dans l’industrie du bâtiment, la part des entreprises concernées se replie, à 36 % après 40 % en avril, tout en restant à un niveau très supérieur à sa moyenne de longue période (…) Au sein de l’industrie manufacturière, en mai 2022, la part des entreprises affectées par les difficultés d’approvisionnement en lien avec la guerre en Ukraine varie selon les branches, entre 30 % environ et près de 40 % dans la fabrication de biens d’équipement ».

En page 15, la note de conjoncture indiquait que pour la France « les échanges d’énergie ont évolué de façon contrastée, les importations accélérant fortement et les exportations se repliant ». Signalons que cette note est parue quelques jours avant la publication par le Journal du Dimanche de la tribune signée par les PDG de TotalEnergies, EDF et Engie, suite aux sanctions économiques européennes prises contre la Russie et les mesures de rétorsion décidée par Vladimir Poutine.

Ces trois patrons, dont les entreprises font toujours beaucoup de publicité pour tenter de gagner des parts de marché les unes contre les autres, étaient en service commandé sur demande du chef de l’État et du gouvernement. Ils donnaient le conseil suivant aux consommateurs que nous sommes : « la meilleure énergie est celle que nous ne consommons pas. Nous devons, collectivement, agir sur la demande en énergie en réduisant notre consommation pour nous redonner des marges de manœuvre. Nous en aurons besoin pour gérer les futurs points de consommation et pour amortir les aléas techniques ou chocs géopolitiques que nous pourrions devoir affronter ». Un message à contre-courant de leurs stratégies patronales bien connues !

Vers 7 % d’inflation sur 12 mois en septembre

S’agissant enfin des futures hausses de prix, la note de conjoncture intitulée « Guerre et Prix », prévoit que l’inflation sur douze mois atteindra « un peu moins de 7 % en septembre, avant de se stabiliser globalement entre 6,5 % et 7 % en fin d’année (…) La hausse de l’inflation jusqu’en septembre résulterait majoritairement de celles des produits hors énergie. Ce serait notamment le cas des produits alimentaires et manufacturés, en lien avec les hausses marquées des prix de production agricoles (+31 % sur un an en avril) et industriels (+13 % pour l’industrie hors énergie). Le profil de l’inflation dans les produits manufacturés serait, en outre, marqué par le calendrier des soldes d’été, qui avaient exceptionnellement été décalés d’une semaine en 2021 du fait des mesures sanitaires. Les prix des services accéléreraient également dans le sillage des hausses récentes des prix des carburants et en lien avec les revalorisations successives du SMIC ».

En page 25, la note de l’INSEE montrait que tous les ménages ne subissent pas le même niveau d’inflation. Ainsi, « les ménages ouvriers et employés dépensent davantage en proportion de leur revenu pour le logement mais moins que les cadres en hébergement restauration. Les habitants des zones rurales ont quant à eux davantage de dépenses de carburants et d’énergie du logement ».

Des mesures concernant le pouvoir d’achat des ménages doivent être annoncées ce jeudi suite à un nouveau Conseil des ministres. Mais on sait déjà qu’elles ne couvriront pas la hausse des prix que subissent les actifs comme les retraités depuis le début de l’année.

 

Partager cet article
Repost0
16 juillet 2022 6 16 /07 /juillet /2022 08:56
PCF Pays Bigouden - Le retour de la Fête du Travailleur de la Mer au port de Lesconil le 23 juillet à 19h: demandez le programme!
Partager cet article
Repost0
16 juillet 2022 6 16 /07 /juillet /2022 08:42
Elisabeth Hauptmann

Elisabeth Hauptmann

Bertholt Brecht

Bertholt Brecht

Charlotte Lenya, interprète célèbre d'Alabama Song en 1930.

Charlotte Lenya, interprète célèbre d'Alabama Song en 1930.

Jim Morrison chantant Alabama Song avec The Doors

Jim Morrison chantant Alabama Song avec The Doors

L'étonnante histoire d'une chanson "mythique" du rock...
"Alabama song", une chanson à boire d'un des États les plus conservateurs et racistes des États-Unis? Malgré les apparences, vous n'y êtes pas du tout... Cette poésie est berlinoise!
Et provient du génie d'artistes que les Nazis considéreront comme décadents, des communistes.
Cette superbe chanson que beaucoup ont découverte dans l'interprétation de Jim Morrison et des Doors, qui ont adapté les paroles et la musique, mais qui a aussi fait l'objet d'une belle interprétation de David Bowie dans sa version originale, a été écrite au départ en anglais par Elisabeth Hauptmann en collaboration avec Bertholt Brecht, le grand écrivain et dramaturge communiste allemand. Elisabeth et Bertholt reviendront à Berlin-Est après leur exil pendant la période nazie et y finiront leur vie, Elisabeth en 1973, Bertholt Brecht en 1956.
 
Cette chanson a été mise en musique par Kurt Weill pour le jeu musical de l'opéra de Brecht et Kurt Weill "Grandeur et décadence de la ville de Mahagonny" et c'est l'autrichienne Lotte Lenya (Charlotte Lenya), compagne de Kurt Weill, qui en fera le succès que l'on sait en l'interprétant en 1930, dans une version plus féministe que celle de Jim Morrison: "Whisky Bar, Moon over Alabama".
 
Les paroles de la chanson dans l'interprétation de Jim Morrison:
 
"Well, show me the way
To the next whisky bar
Oh, don't ask why
Oh, don't ask why
Show me the way
To the next whisky bar
Oh, don't ask why
Oh, don't ask why
For if we don't find
The next whisky bar
I tell you we must die
I tell you we must die
I tell you, I tell you
I tell you we must die
Oh, moon of Alabama
We now must say goodbye
We've lost our good old mama
And must have whisky, oh, you know why
Oh, moon of Alabama
We now must say goodbye
We've lost our good old mama
And must have whisky, oh, you know why
Well, show me the way
To the next little girl
Oh, don't ask why
Oh, don't ask why
Show me the way
To the next little girl
Oh, don't ask why
Oh, don't ask why
For if we don't find
The next little girl
I tell you we must die
I tell you we must die
I tell you, I tell you
I tell you we must die
Oh, moon of Alabama
We now must say goodbye
We've lost our good old mama
And must have whisky, oh, you know why"
Partager cet article
Repost0
16 juillet 2022 6 16 /07 /juillet /2022 07:58
Un roman à lire: Amours au temps du communisme - par Bessa Myftiu (Fayard, 2010)
Amours au temps du communisme - par Bessa Myftiu (Fayard, 2010)
 
Un roman plein de grâce, d'humour, de malice et de profondeur qui  rappelle l'ambiance des livres de Kundera.
 
Anila, Diana, et Monda, trois femmes se racontent leurs histoires et se découvrent pendant une nuit d'attente à l'aéroport de Rome liée à une grève avant de prendre l'avion qui les ramènera en Albanie et à Tirana.
 
Trois chapitres où les histoires s'emboîtent comme des poupées russes, avec une narration truculente et pleine de surprises, habitée par la nostalgie, et s'appellent les unes les autres comme dans les contes des mille et une nuits.
Histoires d'amours torrides, passionnées et contrariées sur fond de traditions d'honneur albanaises et de régime communiste stalinien en fin de course...
 
L'amour passionné d'Anila pour deux étudiants réfugiés kossovars, frères de sang, entre Tirana et Shkodra, deux étudiants qui vivront chacun à leur manière la guerre civile yougoslave, l'amour de Diana pour le beau albanais d'origine grecque, Thanass qui se coince la verge dans la fermeture éclair de son pantalon, l'amour fou de Monda pour son cousin, autant de matrices d'histoires à rebondissements évoquant souvent les drames et romances shakespeariennes où les interdits sociaux et les choix malheureux des personnages contrarient les aspirations personnelles et les sentiments.
 
Ce texte habité par la mélancolie et le rire, à la fois réaliste, lyrique et burlesque, exalte la vie, l'amour, plus fort que la mort, et est surtout une ode au désir et à la liberté.
 
Le tragique de l'existence est la toile de fond de ce roman qui exalte la fureur de vivre.
 
On y découvre avec intérêt aussi l'Albanie des dernières années de la dictature communiste, avec la paranoïa du régime et de la société, sa mise au ban des descendants de bourgeois, des groupes sociaux suspects, des étrangers, son contrôle politique, mêlés au poids de l'Islam et à l'oppression persistante des anciennes coutumes tribales et claniques. S'y esquisse aussi le chaos dans lequel la chute du régime a plongé le pays dans les années 90.
 
Bessa Myftiu, née à Tirana, est une romancière, poète, conteuse, essayiste, traductrice, scénariste, actrice, journaliste.
 
Fille de l'écrivain dissident Mehmet Myftiu, elle s'est s'établie à Genève en 1992 et a écrit en langue française:
 
-Des amis perdus, poèmes en deux langues, Éditions Marin Barleti [archive], Tirana
- Ma légende, roman, préface d'Ismail Kadaré, L'Harmattan, Paris
- Nietzsche et Dostoïevski : éducateurs!, Éditions Ovadia
- Confessions des lieux disparus, préface d'Amélie Nothomb, Éditions de l'Aube, sorti en 2008 en livre de poche
2010 : Amours au temps du communisme, Fayard, Paris
- Vers l'impossible, Éditions Ovadia, Nice
2017 : Dix-sept ans de mensonge
2018 : La dame de compagnie, Encre fraîche
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011