Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 05:53
Onfray falsifie l'histoire: les communistes n'auraient parait-il commencé à résister qu'après l'invasion de l'URSS: Léon Landini, ancien résistant FTP-MOI, remet les pendules à l'heure

Récemment Michel Onfray a donné dans la contre-vérité historique en minimisant l'apport des communistes au commencement de la Résistance.

Léon Landini est un Résistant qui a gardé une énergie exemplaire, et il continue à ...résister au présent, comme disait Lucie Aubrac : on l'a vu aux journées du plateau des Glières (Haute Savoie).

Monsieur,

C’est avec retard que nous avons pris connaissance de votre émission, dans laquelle vous permettez au sieur Onfray, de vomir son anticommunisme, mettant en cause les FTP-MOI (Franc-Tireur et Partisans de la Main d’Œuvre Immigrée) et en offensant les communistes que nous sommes.

Cet individu, affirme que les communistes français (dont les FTP-MOI étaient un des bras armé) ne sont entrés en Résistance qu’après l’attaque allemande contre l’Union Soviétique et que pendant deux ans ils ont collaboré avec les nazis et qu’ils étaient anti-juifs.

Et cette crapule ose ajouter : « Nous leur accorderons tout de même le bénéfice du doute sur les horreurs de la Shoah. En avaient-ils connaissance ? Les idolâtres les plus fanatisés vous diront que non …. ».

Oser prétendre, comme il l’a dit, que peu ou prou nous aurions participé à la Shoah, relève de la diffamation. Il est intolérable que vous rendiez ces vilénies publiques et cela ne vous honore pas de permettre à cet histrion de se donner en spectacle dans votre émission.

Pendant la guerre, même les collaborateurs les plus pourris n’ont jamais accusé les communistes et les FTP-MOI d’être anti-juifs, bien au contraire, ils nous désignaient sous l’appellation de judéo-communistes.

D’après Onfray, ceux qui nieraient ses fausses révélations ne seraient que « des idolâtres les plus fanatisés ». En ce qui nous concerne, nous anciens FTP-MOI faisons partie de « ces fanatisés là » qu’il ait donc le courage de venir raconter ces saloperies dans une de nos réunions et il pourra constater à loisir que des vieillards fanatisés de 90 ans seront encore capables de lui faire avaler ces insanités.

Il convient de rappeler, que les combattants FTP-MOI des bataillons Carmagnole-Liberté (unité que des historiens désignent aujourd’hui comme « Le fer de lance de la Résistance armée française») ont été créés à l’initiative du Parti Communiste.

Les premiers engagés dans ces unités étaient des anciens des Brigades Internationales en Espagne et la majorité des dirigeants de la M.O.I. ainsi qu’une partie de ses combattants étaient d’origine juive, comme le prouve le nom des fusillés de l’Affiche Rouge.

Dans les cinq premiers créateurs de Carmagnole, il y avait, trois anciens des Brigades Internationales, mais tous les cinq étaient d’origine juive. Nous accuser de porter une part de responsabilité dans la Shoah, c’est nous accuser d’avoir participé à la déportation de nos propres familles, car à la libération combien d’entre nous se sont retrouvés tout seuls, leurs familles ayant totalement disparu dans les fours crématoires d’Auschwitz

Ces affirmations sont innommables et tous les mots orduriers figurant sur les dictionnaires sont encore faibles pour dire ce que nous pensons de votre hôte parasite.

Afin que vous sachiez, afin que vous connaissiez les falsifications historiques et les vilénies que vous avez permis de rendre publiques à l’odieux Onfray, nous allons vous démontrer par des preuves incontestables, que les communistes sont entrés les premiers en Résistance contre les nazis. Oui ! Nous disons bien les premiers ! Et ci-dessous nous allons vous le démontrer.

Voici quelques unes des prises de position et d’opérations militaires effectuées bien avant l’attaque avant l’attaque contre l’Union Soviétique.

Commençons par le début.

Dès 1936 beaucoup de communistes Français à l’appel de leur Parti, s’engagèrent comme volontaires dans les Brigades Internationales afin de porter secours au peuple espagnol agressé par le général Franco, qui s’était insurgé contre son propre gouvernement.

Ce général renégat, était aidé dans ses combats contre la République espagnole, par les nazis et les fascistes italiens venus lui prêter main forte.

Bien des années après, le gouvernement français reconnaissait que ceux qui s’étaient engagés et battus dans les Brigades Internationales, n’avaient pas seulement combattu pour défendre la République espagnole, mais qu’ils avaient également été les premiers à prendre les armes pour la défense de la liberté de notre pays.

En reconnaissance des services rendus à leur Patrie, le gouvernement Français leur a attribué la Carte de Combattant.

Le 6 Juin 1940 : Le Parti Communiste Français, charge le philosophe Georges Politzer (qui sera fusillé par les nazis) de remettre au ministre Anatole de Monzie un texte en cinq points rédigé par Benoît Frachon.

Le dernier point est ainsi libellé : « Il faut armer le peuple et faire de Paris une citadelle inexpugnable ». Il s’agit en fait du premier appel à la Résistance ouverte alors que la France n’a pas encore été envahie. On retrouve l’esprit et parfois la lettre de ce texte dans les tracts clandestins qui seront plus tard diffusés par les militants communistes. (Il en existe des exemplaires au Musée de la Résistance Nationale à Champigny).

Le 16 juin 1940 Les communistes brestois constituent leur premier dépôt d’armes au Bouguen, provenant d’armes abandonnées par l’armée anglaise.

Le 17 juin 1940 : Charles Tillon, Responsable National du PCF et futur commandant en chef de tous les Francs-Tireurs et Partisans (FTP) était chargé par la direction du PCF, de réorganiser le Parti Communiste dans le Sud-ouest après les nombreuses arrestations, opérées dans les rangs de PCF.

Il lance, un véritable appel à la résistance contre le fascisme hitlérien. Voici quelques phrases de cet appel : « Mais le peuple français ne veut pas d’esclavage, de la misère et du fascisme …. Nous sommes pour un gouvernement, rétablissant la légalité du Parti Communiste, luttant contre le fascisme hitlérien. Nous sommes le nombre nous seront la force. Peuple des usines, des champs, des magasins et des bureaux, commerçants, artisans et intellectuels, soldats, marins et aviateurs encore sous les armes, unissez vous dans l’action ».

Il s’agit bien là du premier véritable appel à la résistance contre le fascisme hitlérien lancé après l’occupation de notre pays. Il est utile d’ajouter que des milliers de tracts reproduisant cet appel, furent distribués dans les rues de Bordeaux par des militants communistes.

En Juillet 1940 : A Nantes une famille d’instituteurs communistes nommée Leroy, à saboté une centrale électrique et participé à une distribution de tracts appelant à la Résistance.

Le 10 juillet 1940 : L’appel de Maurice Thorez et de Jacques Duclos qui déclare : « Un peuple comme le notre ne sera jamais un peuple d’esclaves ».

En août 1940 : « Dans le Nord, les communistes, Eusebio Ferrari, les frères Martel, les frères Camphin, Debarge et quelques autres incendient plusieurs véhicules de l’armée d’occupation et font sauter un train allemand ».

Le 29 septembre 1940 Le commissaire central du département, adresse un rapport au préfet de l’Aube : « Activité du Parti communiste, j’ai l’honneur de vous signaler que le Parti Communiste aurait organisé le ramassage sur tout le territoire des armes abandonnées par l’armée française pour en constituer des dépôts clandestins ».

Le 5 octobre 1940 Un rapport de Vichy fait état : «Que le communisme est devenu le symbole de l’indépendance nationale par contraste avec la résignation générale.

Octobre 1940 Le SS Sturmbahfuhrer Karl Bomelburg, chef de la Gestapo à Paris, signale à ses supérieurs le danger important auquel l’occupant est confronté : « Quoiqu’interdit le Parti Communiste est le seul des anciens Partis qui déploie encore une forte activité ».

Le 30 octobre 1940 : L’O.S. (l’Organisation Spéciale du Parti communiste) qui combattait déjà depuis quelques temps contre les occupants, a été officiellement homologuée « Unité Combattante le 30 octobre 1940 » par le ministère des Armées Françaises. Ces groupes spéciaux, constitués par le PCF en 1939, pour la protection des militants communistes recherchés par la police de Vichy, étaient des hommes aguerris, beaucoup avaient servi dans les Brigades Internationales en Espagne. Parmi les premiers animateurs de l’O.S. se distingueront des hommes qui paieront de leur vie la gloire des premières opérations militaires contre l’occupant. La liste des survivants artisans de l’O.S. est moins longue que celle des morts. Tous fusillés en 1941 et 1942.

Novembre 1940 : « Julien Hapiot, dirigeant communiste dans le Nord et Georges Capel incendient un parc automobile Allemand ».

Le 4 décembre 1940 : « Roger Landini, dirigeant des jeunesses communistes dans le Var, avec ses camarades a fait dérailler en gare de triage de Fréjus-Plage, un train chargé de produits alimentaires destinés à Allemagne ».

Le même mois : Eusebio Ferrari et Félicien Joly font sauter un train allemand et dynamitent la génératrice et la station de Bénory-Cumichy

Le 11 décembre 1940 Au sud-est de Dijon, les groupes de l’O.S. dirigés par Jean Mahon, Chalon et Grillot, font dérailler un train de marchandise, partant pour l’Allemagne.

Le 10 mars 1941, un groupe de l’O.S. abat trois soldats allemands au port de commerce de Brest.

Le 30 avril 1941 un sous officier allemand est abattu à Lambersart dans le Nord par le groupe de l’O.S. d’Eusebio Ferrari.

Le premier mai 1941 les groupes de l’O.S. sont dissouts et remplacé ce même jour par les FTPF et les FTP-MOI, qui eux ont officiellement été homologués « Unité Combattante » à partir de ce premier mai 1941, par le ministère des armées.

Début mai 1941 A nouveau le groupe d’Eusebio Ferrari abat des soldats hitlériens à Lambersart.

Toujours en mai 1941 les FTP détruisent un parc à voitures allemand à Saint-Die dans les Vosges.

Fin mai début juin 1941 Déclenchement de la grande drève des mineurs.
Grève organisée par les communistes : Auguste Lecœur, Michel Brûlé, Julien Hapiot, Charles Debarge.
Dans le Pas-de-Calais cette grève rassemble 100 000 mineurs et prive les nazis d’une importante quantité de charbon.

Le 26 mai 1941 Dans un numéro illégal de L’HUMANITE on peut lire : « Abat l’antisémitisme ! ».

Et ce ne sont là que quelques unes des multiples actions menées par les communistes. Ces quelques exemples démontrent que les communistes, contrairement à ce qu’affirme Onfray n’ont pas attendu l’attaque contre l’Union Soviétique pour prendre les armes contre les nazis et les fascistes.

Au sujet de la scandaleuse calomnie à l’encontre de Guy Môquet, voici quelques documents prouvant le contraire de ce qu’à écrit Onfray :

Le 30 mars 1939, sous le titre : « La dernière chance de la paix », Maurice Thorez, Secrétaire général du Parti Communiste Français écrit dans « l’Humanité » : « Le fascisme c’est la guerre. La marche des événements depuis quelques années confirme absolument cette vérité première …. Que faire devant la menace ? Sinon unir, sinon unir tous les peuples de bonne volonté et en premier lieu la France, l’Angleterre, l’Union soviétique et par delà l’océan les Etats-Unis d’Amérique ? ». Ces phrases furent déterminantes dans l’attitude à avoir pour tous les communistes, Il fallait s’unir et combattre le fascisme.

Guy Môquet.

Son père député communiste fut arrêté en octobre 1939. Cette arrestation est un évènement marquant qui renforce l’ardeur militante de Guy.

Avec l’occupation de Paris et l’instauration du gouvernement de Vichy, Guy déploie une grande activité pour coller des « papillons » et distribuer des tracts qui reflètent la ligne politique de son Parti. La ligne étant celle qu’avait définie par Maurice Thorez et Jacques Duclos, il fallait se battre contre le nazisme et le fascisme et ses vils serviteurs du gouvernement de Vichy

Les diffamations du répugnant Onfray prouvent que Guy Môquet et ses camarades ne pouvaient qu’avoir appliquer les directives de la direction de leur Parti et prétendre autre chose comme il le fait, relève de la salissure volontaire d’une des figures les plus emblématiques de la résistance française.

Notre lettre aura eu entre autre comme tâche de vous démontrer qu’Onfray n’est qu’un vulgaire falsificateur et que par ses calomnies il porte atteinte à tout le monde de la Résistance. Vous devriez à l’avenir choisir un peu mieux les personnes que vous présentez car nous sommes contraints de penser que vous partagez leurs avis en les présentant avec tant d’égards.

Conclusion : Onfray n’est qu’un salopard*. Cela n’est pas une insulte mais une constatation.

*Salopard, la définition de ce mot donnée par le dictionnaire Larousse est la suivante : « Salopard – Individu sans scrupule qui agit envers autrui d’une façon ignoble ».

Léon Landini

Président de l’Amicale des Anciens FTP-MOI des Bataillons Carmagnole-Liberté

membre du Comité d’Honneur du Musée de la Résistance Nationale de Champigny.

Officier de la Légion d’Honneur – Médaille de la Résistance – Grand Mutilé de Guerre (suite aux tortures endurées pendant son internement)

Léon Landini, une des protagonistes du beau film documentaire "Les jours heureux", ancien héros de la résistance communiste

Léon Landini, une des protagonistes du beau film documentaire "Les jours heureux", ancien héros de la résistance communiste

Partager cet article
Repost0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 05:30
loi travail 500 personnes rassemblées à Brest (photo Ouest-France)

loi travail 500 personnes rassemblées à Brest (photo Ouest-France)

Partager cet article
Repost0
3 juin 2016 5 03 /06 /juin /2016 05:30

Les débats portaient sur le texte proposé comme base commune, adopté le 5 mai par 51% des adhérents communistes s'étant exprimés, 60% des adhérents communistes finistériens: "Le temps du commun" .

Pour découvrir le projet de base commune "Le Temps du Commun" - le texte complet de la base commune , son résumé ou cliquer sur les liens ci-dessous pour une découverte partie par partie avec la présentation par le rédacteur, le texte complet et une version courte pour prendre connaissance rapidement des principaux points de chaque partie.

Compte rendu du Congrès Départemental du PCF Finistère : le 28 mai 2016 à Berrien (9h-17h30)

Bureau du Congrès élu par les militants présents du CD (3 abstentions, 8 pour) : Jacqueline Héré, Martine Le Nozerh, Jean-Paul Cam, Erwan Rivoalan, Jean-Louis Pascal, Jean-Pierre Demaimay, Ismaël Dupont

48 délégués titulaires représentant les sections de Audierne-Cap Sizun, Brest, Carhaix, Châteaulin, Concarneau, Douarnenez, Fouesnant, Huelgoat, Le Relecq Kerhuon, Morlaix, Pays Bigouden, Quimper, Quimperlé.

+ 7-8 de suppléants et observateurs.

A – Partie Projet : Le Temps du Commun

1/ 1er Amendement de la Fédération du Finistère sur la partie I – Le Temps du Commun

Présenté par la section de Morlaix - adopté par le Congrès Départemental du Finistère 27 voix pour, 13 abstention, 8 contre

Dans l'introduction au Temps du Commun (de la page 3 à la page 8), il convient d'ajouter à l'endroit approprié ces deux passages du Texte Alternatif n°3, si possible à la suite l'un de l'autre :

« Le socialisme, un projet pour la France

Nous appelons à un effort de construction idéologique considérable, s'appuyant sur la théorie marxiste, pour penser une société nouvelle qui mette fin à l'exploitation, aux inégalités et injustices, au pillage des ressources naturelles de la planète et à la guerre. Cette société, nous la nommons le socialisme.


° Puis dans le corps du texte (p.73 dans la revue « En partage ») :

« Nous devons être porteurs d'un projet de socialisme du 21ème siècle, réduisant, par de larges nationalisations des grands moyens de production et d’échange, le pouvoir de la bourgeoisie, recherchant des coopérations internationales libérées de la domination des règles des marchés, rompant radicalement avec les règles de la concurrence et de la spécialisation, pour imposer la planification en réponse aux besoins, le pouvoir des travailleurs dans une république sociale. Nous nommons donc sans complexe notre projet de société comme une société socialiste. Nous défendons clairement et simplement l’idée d’un plan conduit par un État démocratisé de haut en bas, possédant les moyens de le mettre en œuvre, avec des services publics élargis facteur d’égalité, des cadres réglementaires et fiscaux plus contraignants pour tourner l’effort des entreprises vers les objectifs de la société, s’appuyant sur la mobilisation du mouvement populaire pour une nouvelle démocratie, de la cité à l’entreprise ».

2/ 2ème Amendement de la Fédération du Finistère sur la Partie I – Le Temps du Commun

Présenté par la section de Morlaix – adopté à l'unanimité :

Page 10 après ligne 15 :

Le droit du travail doit être renforcé tant au niveau national qu'international. Il nous faut pousser à la création de nouveaux droits du travail en étant actif notamment au sein de l'OIT. L'extension du droit du travail au niveau international étant un frein à la mise en concurrence des travailleurs des différents pays. Encore faut-il contraindre les États à en appliquer les règles.

3/ 3ème amendement de la Fédération du Finistère sur la Partie I – Le Temps du Commun

Présenté par la section de Brest, 45 votes pour, 1 abstention

Page 10 – ligne 15 :

Dans ce cadre, la question de la juste rémunération des gens, que leur activité soit dans le cadre de l' « économie productive » ou du développement d'activités non marchandes utiles au développement de la société, est une nécessité.

4/ 4ème amendement de la Fédération du Finistère sur la Partie I – Le Temps du Commun

Présenté par la section de Morlaix : 42 pour, 3 abstentions

Page 11 – ligne 1 :

Rajouter après 32h : sans retomber dans le piège de l'aménagement du temps de travail, sans réduction de salaires.

5/ 5ème amendement de la Fédération du Finistère sur la Partie I – Le Temps du Commun

Présenté par la section de Morlaix : 26 pour, 16 contre, 3 abstentions

Page 14 – ligne 36 :

Rajouter :

Il faut redéfinir le rôle de l'état, tout ce qui est d'utilité publique doit être sorti du privé et géré par l'état en lien avec les populations (énergie, transport, santé, éducation, alimentation, police, justice, armée, développement territorial, recherches, etc.). La part du privé doit être définie clairement et contrôlée afin qu'elle ne mette pas en péril la nécessité du service public, par des objectifs qu'elle pourrait avoir sur le retour du capitalisme (refus des Partenariats Publics Privés, …).

6/ Demandes d'enrichissement du texte de la fédération du Finstère sur la partie I – Le Temps du Commun

Présenté par la section de Quimper – adopté à l'unanimité

deux observations allant dans le sens d'une enrichissement de la base commune sur 2 aspects:

1) la santé et la protection sociale

Les enjeux relatifs à la santé et à la protection sociale devraient avoir plus de place dans "le temps du commun" pour au moins 2 raisons :

  • ils ont une place centrale dans l'affrontement actuel entre, pour dire vite, le capital et le travail, comme on le voit avec la question des baisses de cotisations des entreprises

  • ils sont constitutifs de la "société du bien vivre et du bien commun que nous proposons"

Elle sont aussi transversales pour un certain nombre de thèmes : démocratie, services publics...

Or ces questions, si elles sont abordées dans le préambule du "temps du commun" sont à peine effleurées par la suite

Il faudrait par exemple un paragraphe spécifique dans la partie 2 "une société du bien vivre et du bien commun" (p14 à 19) sur les pouvoirs à reconquérir dans ce domaine et nos propositions

2) une société pour tous les âges

C'est encore lié à la protection sociale mais il me semble que cette idée (voir le dernier n° de notre revue Plein Temps") devrait figurer à part entière dans note pacte républicain et mérite aussi un paragraphe spécifique dans la partie 3 "révolutionner la République..." (pages 19 à 24) à l'égal de l'égalité femmes-hommes et du racisme par exemple
La sécurisation des parcours de vie ne concerne pas que la jeunesse et doit s'étendre jusqu'à la fin de vie.

Cela soulève aussi la question du maintien de la vie sociale, de l'accès à la culture...

7/ 7ème amendement de la Fédération du Finistère sur la Partie I – Le Temps du Commun

Présenté par la section de Morlaix : 21 pour, 4 contre, 21 abstentions

P 19 – ligne 19

Il faut demander une réforme globale de l'impôt dans le sens d'une baisse de la TVA, d'une plus grande progressivité et importance relative de l'impôt sur le revenus (augmenter le nombre de tranches, augmenter l'impôt des tranches supérieures), d'une réappropriation de l'impôt sur les entreprises via une taxation des réimportations ou directement des entreprises qui travaillent et font produire à l'étranger actuellement pour bénéficier d'une fiscalité et d'un « coût du travail » moins élevés.

***

8/ Vœux et observations de la section de Morlaix ayant suscité un débat contradictoire, mais pas fait l'objet de vote ni d'adoption par conséquent par le Congrès Départemental :

Le congrès départemental a largement débattu de question comme l'Europe, les marges de manœuvre du gouvernement grec et de Syrisa, l'euro, la laïcité, la critique des religions, l'inféodation des médias aux puissances d'argent et au libéralisme et des moyens de lutter contre, sans que se dégagent des consensus sur les premiers sujets.

Ces débats ont été amenés par le Compte-Rendu de la Conférence de section de la section de Morlaix mis au dossier comme tous les compte-rendus de Conférence de section et comme tous les amendements portés par les sections.

« Le temps du Commun (pages 19 à 28) : Révolutionner la république (I – 3) – Une France engagée pour la Paix dans le Monde (I – 4)

Dans cette partie là, pas de perspectives réelles non plus sur les contours de la société qu'on veut pour notre pays. De quelle Europe on veut ? Comment on la construit ?

On fait des constats qui sont souvent très justes mais on ne crée pas la perspective, on ne la donne pas. Il faut aller au-delà des simples constats et des valeurs : il faut être beaucoup plus précis. Là on manque de vision sur l'avenir. Se projeter sur les 20 années à venir en étant pas que sur des vœux pieux, mais en prenant en compte le monde tel qu'il est, avec ses affrontements réels (de classes, d'intérêts économiques et nationaux).

Par exemple :

° Quelle Europe peut-on construire, reconstruire qui respecte les souverainetés populaires et permette de développer des droits sociaux et humains, à l'inverse de ce qui se passez aujourd'hui ? Ne faut-il pas à la fois pour des raisons de fond et des raisons politiques avoir un discours encore beaucoup plus tranché et critique sur l'Europe, l'euro et sa gouvernance (que certains voient comme des outils de paupérisation et de spéculation), dire que l'on est prêt à sortir des Traités européens existant et que la condition de possibilité d'une politique progressiste en France passe par une rupture avec cette Europe là ? Ce qui n'empêche pas de trouver des convergences avec toutes les résistances au libéralisme et aux politiques capitalistes en Europe. La thématique de l'Europe sociale, de l'harmonisation future par le haut des normes sociales par un renforcement de l'intégration politique de l'Europe ne paraît plus crédible.

° Sur le droit à l'information : comment lutter contre la concentration capitaliste dans les médias, faire en sorte que 5 ou 6 milliardaires ne possèdent pas 80 % des relais d'opinion ? Relancer et réactualiser la loi du CNR de lutte contre les confiscations des médias par les intérêts capitalistes. En même temps, ne pas non plus fermer les yeux sur le fait qu'actuellement, les médias publics ne permettent pas un véritable pluralisme des points de vue permettant au citoyen de se faire son opinion en accédant à toutes les pensées. C'est l'hégémonie du libéralisme qui s'y applique aussi. Le manque de pluralisme de la présentation de l'offre politique dans les médias est encore accentué par le changement des règles prévalant en matière « d'équité du temps de parole » pour les présidentielles.

° Sur la laïcité, on est beaucoup trop général, on esquive les questions concrètes qui font débat aujourd'hui, de manière légitime (le voile à l'école ou à l'université, le menu unique, le financement des lieux de culte, des écoles privées, pour ne prendre que quelques exemples) et on fait comme si les limites d'une laïcité respectueuse des différences culturelles dans le cadre d'un pays tolérant étaient faciles à définir. Sur l'égalité homme-femme et les luttes contre les discriminations de tout genre, on ne souligne pas assez l'influence pernicieuse très souvent des religions et de leurs systèmes de valeurs rétrogrades. Notre texte, qui ménage la chèvre et le chou, et se veut consensuel, ne donne pas suffisamment d'outil de jugement concret pour les communistes confrontés à ces débats qui montent dans la société, instrumentalisés par la droite et l'extrême-droite, comme par les intégrismes religieux. La religion peut clairement être une source de préjugés sur l'inégalité homme-femme, il n'y a pas que les facteurs spatiaux, sociaux...

Certains ont à l'inverse mis en garde contre le fait que notre texte de Congrès, qui doit présenter des principes et des orientations générales, des éléments théoriques et d'analyse, deviennent un catalogue programmatique.

Certains ont dit qu'il fallait se méfier des formules raccourci telles que « sortir de cette Europe », « combattre cette Europe » : on est communiste et partisan de l'idéal européen, il faut combattre avec les Européens progressistes, comme on le fait au sein du Parti de la Gauche Européenne, pour une autre Europe. Il faut construire un contre-projet européen.

La laïcité, intransigeante ou ouverte, permissive ou récupérée par des approches islamophobes, et la critique des religions et de leurs systèmes de valeurs jugés régressifs, ont aussi suscité un débat nourri. La nécessité d'avoir une approche progressiste de la laïcité a été affirmée par certains, mais sur son contenu, il y a discussion. Le retour des intégrismes et fondamentalismes religieuses est perçu comme un symptôme de la crise et de l'abandon économique de pans entiers de la société, de sorte qu'au lieu de se focaliser sur l'effet, il faut s'attaquer à la cause, les inégalités sociales et le système qui les produit.

B. Partie Stratégie : 2017, une autre voie pour l'avenir de la France.

1) 1er amendement de la Fédération du Finistère sur la Partie II– 2017, une autre voie pour l'avenir de la France

Présenté par la section de Morlaix, adopté par 27 voix pour, 16 contre, 2 absentions

Amendement exprimant un rejet ou du moins un constat d'échec de la stratégie d'ouverture aux Primaires de gauche et la nécessité de construire dès à présent une autre stratégie tenant compte de ce qu'est la nature et la crise de la social-démocratie aujourd'hui.

Amendement : Suppression du paragraphe de la page 35 entre les lignes 39 et 51

2) Vœu porté par la Fédération du Finistère sur la Partie II– 2017, une autre voie pour l'avenir de la France

Vœu présenté d'abord par la section du Pays Bigouden et qui a été proposé pour être pris à son compte par le Congrès Départemental du Finistère : 23 voix pour, 18 contre, 5 abstentions, 2 refus de vote

L'Humain d'abord

Dans le processus de co-élaboration citoyenne des propositions à porter, le texte du Congrès doit se réapproprier « L'humain d'abord », seul texte unitaire énonçant dans la dernière période en France une politique de gauche, mettre en débat sa réactualisation, qui peut être importante et variée, proposer de le confronter à ce que proposerons les citoyens eux-mêmes, et viser clairement un programme de fortes transformations sociales mobilisatrices (qui seul peut être crédible face à la crise) à la fois pour la France et aussi face aux enjeux européens.

3) 2 ème amendement de la Fédération du Finistère sur la Partie II– 2017, une autre voie pour l'avenir de la France

Amendement porté par la section de Douarnenez, adopté par 34 voix pour, 2 contre, 7 abstentions

Page 36 – lignes 10 à 50/ Page 37 lignes 1 à 8

Rédaction :

La rédaction des quatre parties de ce qui devrait constituer le « socle » d'entrée dans une éventuelle primaire citoyenne se présente sous forme de questions. Nous ne contestons pas que nous devions être ouverts et laisser aux citoyens, et autres forces intéressées par la démarche, la possibilité de répondre autrement aux questions que nous.

1. Cependant afin d'éviter toute ambiguïté faudrait-il border tout ça en indiquant aussi là ce que nous refusons (les actuelles politiques libérales)

2. Rien n'empêche d'indiquer aussi de façon courte et percutante les mesures d'urgence que nous pouvons avancer (32h, augmentation des salaires, arrêt TAFTA, retour sur inversion du calendrier électoral présidentielles-législatives, proportionnelle, retour à un strict rôle garant des institutions pour le président de la République...).

4/ 3 ème amendement de la Fédération du Finistère sur la Partie II– 2017, une autre voie pour l'avenir de la France

Amendement porté par la section de Douarnenez : adopté par 41 voix pour, 3 contre, 2 abstentions

Page 38 – ligne 1 à 11

Motivation :

Des camarades n'ont pas accepté ce qui leur est apparu comme un forcing de la direction nationale après les élections régionales (déclaration un peu rapide sur la « mort » du Front de Gauche, heureusement recadrée depuis) et sur l'engagement vers des primaires de gauche.

Cela a motivé des votes différents début mai.

Nous demandons :

Renforcer le texte par un engagement à consulter les communistes à toutes les étapes et définition à cette fin d'un calendrier et de modalités précis :

1. Quand constate t-on ou pas la possibilité de continuer à explorer la voie « primaire » ?

2. Processus de consultation des communistes si cette possibilité se réalise

3. Quels contenus précis les communistes peuvent avancer (en dehors de celui indiqué dans l'amendement précédent, le n°2 sur cette partie) ?

4. Quel éventuel candidat communiste ou soutenu par le PCF pourra les défendre ?

5. En cas d'échec du processus, décision ou pas de présenter un candidat communiste.

5/ 4ème amendement de la Fédération du Finistère sur la Partie II– 2017, une autre voie pour l'avenir de la France

Amendement porté par la section de Brest, adopté à l'unanimité

Ligne 22-23 de la page 35

Préparer les législatives à la même hauteur que l'on porte la question des Présidentielles

6/ Observations sur le débat sur cette partie

Un amendement a été rejeté nettement « Présenter dès à présent un candidat communiste pour les élections présidentielles» : 4 pour, 37 contre, 5 abstentions

L'amendement n°1, le vœu, le 2e et 3e amendement, ainsi que les compte-rendus des Conférences de section ont fait l'objet de débats intenses, et si une majorité c'est dessiné pour l'amendement n°1 et le vœu il n'y a pas eu de consensus.

En revanche, remontaient des compte rendus de sections des constats partagés : un processus d'ouverture aux primaires clivant, décidé sans débat en amont dans le parti, un manque de consensus sur le sujet. Un texte de base commune déjà daté. La nécessité de le réécrire et de défendre aux présidentielles et aux législatives un programme de rupture avec la politique actuelle qui ouvre des perspectives aux gens. Définir maintenant un calendrier précis.

La question du périmètre d'une éventuelle – hypothétique primaire a aussi été débattue : primaire de toute la gauche, primaire sans le PS, de la gauche de la gauche, primaires avec des dissidents et frondeurs du PS ?

La question de l'analyse des réussites et échecs du Front de Gauche depuis 2009, de la nécessité de prendre la mesure de nos responsabilités dans cet échec relatif et en tout cas dans cette crise actuelle du Front de Gauche, sans tout imputer à Mélenchon et au PG, a aussi été mise en débat. Craintes chez certains d'un retropédalage vers une stratégie de gauche plurielle alors même que le PS, et plus largement la social-démocratie en Europe, tombent dans le discrédit et qu'il y a la place pour naître autre chose, pour faire grandir une gauche d'alternative qui cherche à transformer le système.

En même temps, certains font remarquer que la gauche peut être durablement marginalisée si elle n'est pas présente au second tour des présidentielles, si la droite dure et l'extrême-droite seulement se disputent et se partagent le pouvoir, perspective catastrophique et évitable. Que le rôle du Parti Communiste est de faire ce pari optimiste du ressaisissement des forces de gauche, de l'unité de la gauche sur une autre politique que celle portée par le gouvernement, est de sauver l'idée de gauche contre les néo-libéraux et les « démocrates » à l'américaine qui veulent sa peau.

Voici le nouveau Conseil Départemental du PCF Finistère:

VOICI LE NOUVEAU CONSEIL DÉPARTEMENTAL DU PCF FINISTÈRE ÉLU POUR 3
ANS:


La liste, comportant la proposition d'Ismaël Dupont comme secrétaire départemental, a été élue avec 40 voix Pour, 6 bulletins nuls.


Ismaël Dupont - section de Morlaix
Anne-Marie Alayse - section de Brest
Sylvain Araldi - section de Concarneau
Christian Beaumanoir -section de Crozon
Claude Bellec - section de Brest
Alain Bescou - section du Cap Sizun
Véronique Blanchet - section du Pays Bigouden
Daniel Boudin - section de Châteaulin
René Briand - section de Quimper
Jean-Paul Cam - section de Brest
Martine Carn- section de Morlaix
Jeannine Daniel - section de Scaër
Jean-Pierre Demaimay - section de Douarnenez
Catherine Flageul - section de Brest
Dominique Gontier -section de Moëlan
Isabelle Gonçalves - section de Douarnenez
Marie-France Goussé - section de Concarneau
Jean-Pierre Guyon - section de Concarneau
Bruno Guigourèse - section de Brest
Jacqueline Héré - section de Brest
Roger Héré - section de Morlaix
Daniel Jouan - section de Fouesnant
Christine Kerdreux - section de Quimper
Etienne Le Bellec - section du Pays Bigouden
Martine Le Nozerh - section du Pays Bigouden
André Le Roux - section du Pays Bigouden
Yacine Méliani - section de Quimper
Jean-Louis Pascal - section de Concarneau
Xavier ¨Perchec - section de Fouesnant
Jean-Claude Perrot - section de Quimper
Serge Puil - section de Morlaix
Erwan Rivoalan - section de Brest
Yvonne Rainero - section de Quimper
Gérard Rousseau - section du Cap Sizun
Ronan Tanguy - section du Relecq Kerhuon
Pierre-Yves Thomas - section de Carhaix

Les délégués de la Fédération du Finistère au Congrès National du 2 au 5 juin 2016 sont:

- Claude Bellec: qui conduit la délégation
- Jacqueline Héré
- Eric Guellec
- Maxime Paul
- Yvonne Rainero
- Yacine Meliani Baguet
- Ismaël Dupont

Congrès départemental du PCF Finistère à Berrien le 28 mai: compte rendu des débats sur le texte de la base commune, et des amendements votés
Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 16:00
photo France 3

photo France 3

Saint-Malo : onze enfants blessés après l'évacuation musclée du collège Surcouf
http://france3-regions.francetvinfo.fr/bretagne/ille-et-vilaine/saint-malo/saint-malo-des-parents-d-eleves-occupent-le-college-robert-surcouf-1012531.html

Saint-Malo. L'évacuation du collège par la force était-elle justifiée?
http://www.ouest-france.fr/bretagne/saint-malo-35400/saint-malo-surcouf-lintervention-de-la-police-fait-debat-4270318

Article sur le site internet de France 3

Action musclée de la police ce jeudi matin au collège Robert Surcouf de Saint-Malo. Sans sommation, les forces de l'ordre sont intervenues pour faire évacuer l'entrée de l'établissement, occupée par des parents, élèves et enseignants depuis tôt ce matin.

L'entrée bloquée par des chaînes

En colère, déçus, écoeurés... Les parents d'élèves du collège ne digèrent pas en effet la décision du Conseil départemental de fermer l'établissement à la rentrée 2017. Ce jeudi matin, ils ont donc bloqué les grilles du collège avec des chaînes, empêchant la tenue des cours. Une centaines de personnes, élèves, parents et enseignants s'est ainsi
retrouvée devant l'entrée dans une ambiance bon enfant.

Onze élèves blessés


C'est en milieu de matinée que la police, présente, est intervenue sans sommation, fonçant sur le regroupement et bousculant violemment les enfants et les adultes, dans la pagaille et la bousculade, onze enfants ont été blessés. Des élèves qui ont été pris en charge par les pompiers, arrivés sur les lieux, trois de ces collégiens ont été transférés à l'hôpital. Toutes les personnes présentes ont été très choquées. Le principal a demandé une cellule psychologique à l'Education nationale

Le conseil départemental 35 a annoncé mardi 31 mai la fermeture du collège Surcouf à Saint-Malo à la rentrée 2017. Cette décision brutale n'est pas acceptable d'autant qu'il s'agit d'un collège en réseau d'éducation prioritaire dans le quartier populaire de la Découverte. Après
Montaigne à Vannes, Kérichen à Brest et le collège de Commana, c'est la 4ème décision de
fermeture d'un collège public dans l'académie cette année.
Ce matin, les parents d'élèves ont décidé de bloquer l'entrée du collège pour protester contre
cette décision. Les forces de l'ordre sont intervenues pour permettre l'accès du collège. Cette
intervention n'a pas été sans violence : des élèves ont été blessés. Les pompiers se sont
d'ailleurs rendus sur place.
Le SNES-FSU Bretagne condamne cette violence qui a touché des collégiens et des parents d'élèves.

Il tiendra cet après-midi à 16h30 devant le collège Surcouf une conférence de
presse en présence des parents d'élèves et des personnels de l'établissement.
Le CTA, comité technique académique présidé par le Recteur, devait se tenir aujourd'hui à
14h30 au rectorat. Les représentants des personnels FSU boycotteront cette instance de
concertation dans l'attente d'éclaircissement sur les évènements de ce matin au collège Surcouf.
Ils continuent de contester cette nouvelle fermeture d'un collège à St Malo qui renforcerait
le déséquilibre entre les deux réseaux au profit du réseau privé confessionnel. Ils demandent
le maintien de tous les collèges publics sur Saint-Malo.
Le SNES-FSU apporte son soutien aux parents d'élèves, aux personnels et à toutes les forces
laïques engagés pour le service public d'éducation à Saint-Malo.

Gwénaël Le Paih
Secrétaire Général du SNES-FSU Bretagne

Les personnels choqués par l’attitude du Recteur Terret
Après l’intervention de la police ce matin qui a fait plusieurs blessés parmi les élèves au
collège Surcouf de Saint-Malo, le Recteur ouvrait cet après-midi une instance de
concertation avec les représentants des personnels au niveau académique.
Ces représentants avaient fait savoir qu’ils ne pourraient pas siéger sur l’ordre du jour prévu
mais qu’ils souhaitaient avoir des informations sur les événements survenus au collège
Surcouf.
Le Recteur a refusé tout dialogue et n’a pas eu un mot pour les parents ni pour les collégiens
blessés ce matin.
Le SNES dénonce cette attitude qui rompt avec les pratiques du dialogue social dans
l’académie de Rennes. Les représentants des personnels, choqués par les violences
commises contre des parents et des collégiens, ne peuvent accepter que le Recteur fasse le
choix de l’autoritarisme plutôt que celui de la discussion.
Le Recteur Terret devra, à un moment ou à un autre, s’expliquer sur les événements et sur
son attitude. La FSU assure les parents et les personnels de son soutien, et rappelle qu'elle
demande le maintien de tous les collèges publics à Saint-Malo.

Gwénaël Le Paih
Secrétaire Général du SNES-FSU
Bretagne

Intervention policière contre des parents et des élèves protestant contre la fermeture annoncée du collège Surcouf à St Malo: communiqué du SNES Bretagne
Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 15:54
L’Union des syndicats régionaux de l’agroalimentaire répond à la FDSEA 29 et les JA 29

L’Union des syndicats régionaux de l’agroalimentaire répond à la FDSEA 29 et les JA 29

Beulin-Gattaz-Hollande-Valls: même combat. Jeunes Agriculteurs et FNSEA soutiennent la loi travail: communiqué de la CGT agro-alimentaire
Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 15:41


COLLECTIF DES RETRAITéS

DES UNIONS LOCALES CGT
DE SAINT-POL-DE-LEON ET DE MORLA
IX

L'activité sociale de cette période est toujours abondante, notamment
contre la loi "Travail". Les retraités "prennent leur part" dans les manifestations.
Mais, par ailleurs, ils ont des revendications plus spécifiques.


Dans ce cadre, nous vous proposons de participer au rassemblement,
organisé le jeudi 9 juin 2016, à 10h30, PLACE DE LA MAIRIE DE MORLAIX.

En ouvrant la pièce jointe, vous pourrez prendre connaissance du contenu précis de cette initiative.

Le collectif des retraités.

Collectifs des retraités CGT du pays de Morlaix et Saint Pol de Léon: rassemblement le 9 juin à 10h30 devant la mairie de Morlaix
Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 15:38

POPULARITE - Ni les chiffres rassurants de la croissance, ni les deux mois consécutifs de baisse du chômage n'ont empêché l'effondrement du couple exécutif. Plombées par la crise sociale et la pénurie d'essence provoquée par le blocage des dépôts et des raffineries, les cotes de popularité de François Hollande et de Manuel Valls accusent une plongée vertigineuse.

Dans la vague du mois de juin du baromètre YouGov réalisé pour Le HuffPost et Itélé, le président de la République perd 5 points et chute à 11% d'opinions favorables. Un record toutes catégories depuis la création de ce baromètre en novembre 2012. Le précédent record d'impopularité du chef de l'Etat avait été établi en novembre 2014. Alors à mi-mandat, François Hollande avait vu son indice de satisfaction s'établir à 12%.

L'enquête de l'institut YouGov a été réalisée entre les 25 et 26 mai dernier, soit en plein milieu de la pénurie d'essence qui a frappé le pays. Frappé de plein fouet par la gestion chaotique de la contestation contre la loi Travail, François Hollande perd des points dans toutes les franges de l'opinion, y compris dans son propre camp. Seuls 36% des sympathisants socialistes et écologistes (-4 points) portent aujourd’hui un jugement favorable sur l'action du président.

Autre enseignement de cette enquête d'opinion, Manuel Valls est désormais aussi impopulaire que ne l'était son prédécesseur Jean-Marc Ayrault lorsqu'il a dû quitter Matignon. Il dégringole de 8 points au mois de juin et voit sa cote de popularité atteindre son plancher record de 14%. Apprécié pour son autorité et longtemps personnalité politique préférée des Français, le premier ministre paye au prix fort le bras de fer engagé avec la CGT qui lui fait perdre des points chez la plupart des électeurs, hormis, et c'est significatif, chez Les Républicains.

"Ça ne va pas mieux"... pour tout le monde

Ces résultats sont un désaveu cinglant au "ça va mieux" lancé par le président de la République reconquérir les faveurs de l'opinion. Signe que les quelques éclaircies constatées sur le front de l'emploi sont loin de convaincre les Français, 75% (+5 points) d'entre eux estiment que l'économie française est aujourd'hui en mauvais état. Ironie du sort, l'une des rares propositions sur lesquelles l'exécutif progresse (+4 points à 34%) est: " Le gouvernement est prêt à prendre des décisions impopulaires si elles sont bonnes pour le pays".

Sans surprise, l'effondrement de l'image du couple exécutif entraîne avec elle celle du gouvernement dans son ensemble. Seules 10% des personnes interrogées (-5 points, un autre record) portent un jugement favorable sur l'action de l'exécutif.

Plus étonnant, la crise sociale éclabousse l'ensemble du personnel politique et n'épargne pas le premier parti d'opposition Les Républicains qui recule sur la quasi-totalité des items. Preuve de l'incertitude qui saisit le pays, à la question "Si demain avaient lieu des élections, préféreriez-vous voir élu un gouvernement de gauche ou de droite?", 27% répondent un gouvernement de gauche (-2 points), 34% un gouvernement de droite (-2 points) tandis que les indécis en gagnent 3 (39%).

Dans notre palmarès des personnalités du mois de juin, la plupart des responsables politiques accusent un net repli.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 15:36

Une prof à Macron : « On aimerait que tu fermes ta gueule » http://rue89.nouvelobs.com/2016/05/31/prof-a-macron-aimerait-fermes-gueule-264203

Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 14:50

COMMUNIQUÉ GROUPE CRC - SÉNAT

La droite sénatoriale d’accord avec la philosophie de la loi El Khomri

jeudi 2 juin 2016

Contrairement à ce que le gouvernement avait annoncé, la commission des affaires sociales a adopté l’article 2 du projet de loi visant à « Instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs ».

La majorité sénatoriale de droite partage la philosophie du projet d’inversion de la hiérarchie des normes proposé par le gouvernement socialiste.

En réalité, les modifications apportées en commission reviennent à la version initiale du projet de loi, démontrant une nouvelle fois la connivence politique en matière de casse du droit du travail. La remise en cause des 35 heures effectuée par la droite s’appuie sur l’abaissement du paiement des heures supplémentaires proposé par le projet de loi lui-même.

Finalement, la droite dit tout haut ce que le gouvernement n’assume pas de faire dans son projet de loi, c’est-à-dire imposer le moins-disant social pour les travailleuses et les travailleurs dans notre pays. Nous refusons de participer à cette comédie de désaccords de façade quand sur l’essentiel la philosophie est partagée.

L’ensemble des élus du groupe Communiste républicain et citoyen, avec l’apport des personnes mobilisées contre la loi travail, ont l’intention de mener la bataille parlementaire contre cette loi inique et de porter dans l’hémicycle la voix de celles et ceux qui portent un projet de code du travail du XXIe siècle qui protège et donne davantage de droits d’interventions aux salariés.

Le dossier législatif

DOMINIQUE WATRIN - sénateur communiste du pas-de-Calais

"Il y a une logique commune entre le gouvernement actuel et la droite, entre le Medef et Bruxelles"

jeudi 2 juin 2016

La commission des Affaires sociales du Sénat a adopté, le 1er juin, l’article 2 du projet de loi travail sur l’inversion de la hiérarchie des normes.

"Il y a ici une logique commune entre le gouvernement actuel et la droite, entre le Medef et Bruxelles" explique Dominique Watrin, sénateur du Pas de Calais.

"La droite est si contente du texte qu’elle propose même de supprimer des dispositions votées sous Sarkozy. Mais ce n’est pas tout. Avec une telle courte échelle à toutes les surenchères possibles, elle s’engouffre pour dépasser le texte initial".

La majorité du Sénat propose ainsi de déclencher le seuil des heures supplémentaires à partir de 39heures sans accord collectif. En cas d’activité accrue, elle souhaite autoriser les 46 heures par semaine pendant 16 semaines.

Elle veut aussi renforcer les pouvoirs unilatéraux des patrons sur la fixation des forfaits heures et jours.

"La droite est entrain d’écrire de façon législative son programme de 2017" analyse Dominique Watrin.

L’Humanité du 2 juin 2016

Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 13:10

Intermittents : Solidarité totale avec la mobilisation exemplaire des travailleurs du spectacle (Pierre Laurent)

Le Medef vient de refuser sèchement de valider l'accord de branche du 28 avril concernant le régime des intermittents du spectacle. Il l'a fait avec la complicité des confédérations Cfdt, Cftc, Cgc qui ont réalisé ce tour de force de déjuger leurs propres fédérations du spectacle, signataires de cet accord.
Je condamne avec force ces comportements antisociaux et antidémocratiques. Pierre Gattaz qui n'hésite pas à traiter de voyou les syndicalistes en lutte contre la loi travail ferait bien de ce point de vue de balayer devant sa porte.
Je réaffirme ma solidarité totale avec la mobilisation exemplaire des travailleurs du spectacle à l'origine de l'espoir suscité par l'accord équitable, solidaire et unanimement conclu par tous les syndicats, employeurs et employés, de la profession.
L’État est devant ses responsabilités : il peut et doit agréer l'accord par décret pour application dès le 1e juillet sans se substituer à la nécessaire solidarité interprofessionnelle. C'est l'existence même du régime des intermittents du spectacle et l'avenir de la culture qui sont en jeu.

Intermittents du spectacle: solidarité totale avec la mobilisation exemplaire des travailleurs du spectacle (Pierre Laurent)
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011