Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2017 2 21 /11 /novembre /2017 06:00
Appel à la solidarité de la CGT avec les postiers en lutte et en grève à Carhaix et Briec notamment

APPEL A LA SOLIDARITE

Les postiers de Carhaix engagés depuis le 2 novembre dernier dans un conflit unitaire portant sur l’emploi et les conditions de travail, cherchent une issue à leur grève.
Malgré des négociations qui ont connu quelques avancées, malgré l’élargissement du mouvement à Crozon et à Briec (à noter les 8 jours de grève pour les facteurs de ce bureau), malgré un rassemblement réussi devant la Direction Ouest Bretagne à Vannes le 16 novembre, malgré les provocations de cette même direction pour pourrir la nature du conflit, l’esprit de responsabilité et la dignité des factrices et facteurs leur permet de tenir encore aujourd’hui dans l’unité la plus forte, puisqu’ils sont 100% de grévistes parmi les titulaires.
Le soutien sans faille de la population, des commerçants et des élus a connu un point d’orgue ce samedi 18 novembre à l’occasion d’un rassemblement de 200 personnes devant le Bureau de Poste de Carhaix.
La CGT engagée dès le début aux côtés des postiers en lutte, n’a eu de cesse d’exiger du contenu aux négociations jusqu’au plus haut niveau de l’entreprise.
Le syndicat départemental CGT-Fapt du Finistère-sud a déjà initié une démarche de solidarité en interne auprès des organisations de la CGT.

La CGT appelle publiquement à la solidarité la plus large concernant les postiers de Carhaix encore engagés dans la lutte, et leurs collègues de Briec notamment, qui se sont joints à leur mouvement pour un service public postal de qualité dans le Finistère-sud.

Il est d’ores et déjà possible de contribuer concrètement en adressant vos chèques à :
CGT-Fapt 29 sud - 5 allée Samuel Piriou 29000 QUIMPER
A l’ordre de : CGT-Fapt -Solidarité grève La Poste 29

NB : Cette initiative est organisée en lien avec les grévistes et leurs représentants.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 20:00

CENTRE HOSPITALIER : TOUS MOBILISES !

Depuis des années les personnels hospitaliers se battent contre les désastreuses conséquences des politiques d’austérité menées par les ministres Bachelot et Touraine sous Sarkozy et Hollande. Politiques que le gouvernement de Macron veut encore aggraver.

Ces actions se sont déroulées face à une direction et un conseil de surveillance la plupart du temps sourds aux revendications et aux propositions des personnels. Les syndicats notent d’ailleurs que, depuis l’arrivée de la nouvelle directrice, une cinquantaine d’équivalents-temps pleins ont été supprimés.

Après les mouvements de cet été la décision de fermer au 1er décembre l’unité de soins intensifs en cardiologie est la goutte qui fait déborder le vase. C’est l’ensemble du service public de santé du Pays de Morlaix qui est gravement menacé avec les répercussions que l’on imagine sur la qualité de prise en charge des malades, les conséquences sur le personnel et le fonctionnement futur des autres services.

En réalité c’est l’avenir de l’hôpital qui est en cause.

Depuis longtemps les personnels et leurs syndicats se battent. Le comité de défense aussi. Les militants communistes ne cessent de tirer la sonnette d’alarme. Aux élus de jouer pleinement leur rôle autrement que par des mots.

Mais l’importance de l’enjeu exige que la défense de l’avenir de l’hôpital public en Pays de Morlaix devienne l’affaire de toute la population car c’est elle qui est concernée au premier chef.
L’occasion lui en est donnée en soutenant et en participant au rassemblement organisé par les hospitaliers le 2 décembre.
C’EST DE L’AVENIR DE NOTRE REGION QU’IL S’AGIT ! TOUS MOBILISES
!

Alain David

Rassemblement pour l'hôpital de Morlaix au printemps 2017

Rassemblement pour l'hôpital de Morlaix au printemps 2017

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 12:26
Carhaix: communiqués des organisations CGT et SUD de la Poste et des facteurs en grève

Communiqué de presse de la CGT: 

 

La CGT FAPT du Finistère Sud tient à réagir suite aux événements qui se sont passés aujourd’hui à Carhaix.

Notre syndicat tient tout d'abord à assurer qu'aucun facteur gréviste présent sur Carhaix  n'est à mettre en cause dans les faits inadmissibles commis.

 

Depuis le 2 novembre, les facteurs revendiquent de façon pacifique et respectueuse. Tous les jours, ils mettent un point d'honneur à rencontrer la Direction afin de sortir de ce conflit.

 

Pour en revenir aux faits de ce jour, depuis le début du conflit, La Poste laisse délibérément la porte du local recevant le courrier ouverte. La poste a pourtant l'obligation de sécuriser tous les objets qu'elle distribue. De plus, elle fait appel à des cadres de tout le territoire pour effectuer les tournées des grévistes, ce qui déjà en soit est une provocation.

Aujourd'hui, cette porte était de nouveau ouverte, ce qui a permis aux manifestants de s'introduire dans le centre courrier pour interpeller la direction sur la dégradation du service public postal.

Mais les faits qui ont suivis sont d'autant plus graves.

Suite au départ des manifestants du centre courrier, qui ont rejoint les quelques facteurs grévistes restés à Carhaix (une grande partie étaient à Vannes pour manifester devant la Direction Service Courrier Colis) 2 cadres supérieurs ont voulu passer en force en voiture pour effectuer la distribution, à travers la foule de manifestants. Voyant qu'ils n'y parvenaient pas, un des 2 est sorti de la voiture exaspéré et s'en est pris à un usager. Il y a eu échange de coups sous les yeux de la population et des facteurs grévistes.

 

Ces faits sont inacceptables mais étaient inévitables. Notre fédération a interpellé la Direction Nationale le 15 novembre, afin d’éviter que de tels débordements puissent arrivés, dénonçant déjà que la Direction Service Courrier Colis de Vannes devait prendre ses responsabilités.

Notre syndicat départemental dénonce la façon dont la Poste traite son personnel à tout niveau, y compris les cadres qui actuellement doivent faire le métier de facteur avec un quota d'heures supplémentaires important, mais tout en devant faire le travail pour lequel La Poste les rémunère.

Pour la CGT-FAPT du Finistère Sud, depuis le début du conflit, la Direction de Vannes a la volonté de laisser pourrir le conflit de Carhaix, utilisant même désormais la provocation, laissant le directeur d'établissement local porté seul la responsabilité de ce conflit.

 

Notre syndicat tient à rappeler que nous soutenons le mouvement des facteurs, qui en temps que professionnels du terrain doivent être entendus. Nous mettrons tout en œuvre pour que les négociations se passent dans les meilleures conditions, sans répondre aux provocations. C'est également l'état d'esprit des facteurs de Carhaix qui restent ouverts à la discussion dans un total respect. Les facteurs sont attachés à leur métier et ils souhaitent mener leurs missions de service public dans de bonnes conditions.

 

la CGT 

 

Grève des factrices et des facteurs de Carhaix

 

Pourrissement, provocations et violence patronale

 

de la part de La Poste, soutien de la population. 

 

Depuis le jeudi 2 novembre, les 20 factrices et facteurs titulaires de Carhaix (Finistère) sont en grève reconductible à l’appel de Sud et de la CGT. En cause, la dégradation de leurs conditions de travail et de la qualité du service public rendu aux usager·es, forte- ment mises à mal depuis la dernière réorganisation en novembre et qui a vu 2 tournées supprimées.

A chaque réorganisation, La Poste arguant de la baisse du trafic courrier en profite pour supprimer des tournées et des emplois. C'est aller un peu vite en besogne et oublier la hausse du nombre de boites aux lettres à desservir, la hausse voire l'explosion de certains trafics colis (comme les paquets internationaux), la hausse du volume de publicités non-adressées, les doubles présentations systématiques des colis et recommandés, ou encore la mise en place des nouveaux services... Résultat : des tournées à rallonge qui ne sont même plus réalisables dans les temps impartis, des conditions de travail déplorables qui n'engendrent que stress et épuisement, une qualité de service en berne. C'est pourquoi, les factrices et facteurs de Carhaix, soutenu·es par un collectif d'usager·es ont décidé de dire stop et exigent que soit réinjectée une position de travail dans l'organisation.

Comme à son habitude, La Poste laisse pourrir la situation au plus grand mépris des usager·es en se renvoyant la balle entre la direction de l'établissement et la direction terri- toriale de Vannes. Pire, elle enfreint même la légalité en employant des intérimaires sur des positions de grévistes. Elle a fait également venir du Finistère, du Morbihan et des Côtes-d’Armor une cinquantaine de cadres pour briser la grève. Au 12e jour de grève, jeudi 17 novembre, un de ces encadrants a même franchi la ligne rouge en n'hésitant pas à frapper physiquement le mari d'une gréviste, après avoir avoir tenté le forcing en voiture contre un rassemblement de soutien aux grévistes. Un autre a même poussé la provocation jusqu'à aller voir plus tard les grévistes en les traitant de "bande d'alcooliques". Un autre encore leur a adressé un doigt d’honneur en bonne et due forme. Subtil ! Enfin, comble de la mesquinerie et de l'imbécilité, le direction a même osé cou- per le câble électrique qui servait à alimenter la cafetière du piquet de grève.

La fédération Sud PTT exige que la direction de La Poste ouvre enfin de réelles négociations sur la base des revendications des grévistes.
Nous demandons que des sanctions exemplaires soient prises contre ce cadre auteur de violences, et qu'il soit déjà immédiatement placé en retrait de service.

Paris le 17 novembre 2017

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 12:09
Photo Maxime Cochard

Photo Maxime Cochard

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

Compte rendu de l'Assemblée des animateurs de section du PCF à Paris le 18 novembre 2017

par Ismaël Dupont - 19 novembre 2017 

Le Parti communiste tiendra son Congrès extraordinaire du 24 au 26 novembre 2018, pour y "repenser" son "action" et ses "ambitions". La résolution actant ce Congrès a été adoptée par 72,8% des voix de l'Assemblée nationale du parti, réunissant à Paris, à la Cité des Sciences et de l'Industrie de la Villette, près de 900 animateurs de sections locales du PCF, à l'issue d'une période de deux mois de consultation à laquelle ont participé 13.000 militants (sur 56 000 à jour de cotisation) pour ce qui est du questionnaire individuel, et des milliers pour ce qui est des Assemblées de cellule, de sections, des AG départementales. 85 compte rendus de débats sur les enjeux du congrès et le questionnaire aux adhérents sont remontés au niveau national, dont 5 du Finistère. 

La synthèse des réponses libres au questionnaire et des compte rendus de débat a été faite par Guillaume Roubaud Quashié et reprend semble t-il très fidèlement et sans filtre ce qui remontaient des AG de communistes, un rapport de 10 pages qui me semble beaucoup plus utile et opérant que la synthèse du sondage auprès des adhérents leur demandant de hiérarchiser des priorités qui sont toutes parties prenantes de notre projet. 

Je cite des extraits du rapport de synthèse de la consultation qui correspondent tout à fait à des débats et des remontées que nous avons fait à Morlaix et dans le Finistère: 

"Le lien entre la prise et l'exercice du pouvoir et le projet du parti est très souvent évoqué, bien plus que son programme. Quelle est notre base idéologique, quelles sont les valeurs que nous promouvons? La nécessité de mieux définir ce que peut être le marxisme au 21e siècle et la perspective révolutionnaire sont souvent interrogées, tout comme la manière de lutter contre l'idéologie libérale dominante afin de reprendre pied dans le débat". "Une remarque vient fréquemment: "la France en commun" - un titre jugé trop flou par beaucoup - ne serait pas un projet mais un programme qui traduirait un affaiblissement de nos valeurs fondamentales (identité communiste, marxisme, lutte des classes...), programme qui n'est pas toujours jugé en phase avec la société actuelle. Aussi, nombreux sont celles et ceux qui appellent de leurs voeux un retour aux fondamentaux: l'écriture d'un manifeste du Parti communiste du 21e siècle, de base marxiste, qui montre l'actualité de la lutte des classes, un projet révolutionnaire de notre temps, un projet émancipateur et non d'inspiration réformiste comme l'estiment quelques-uns qui souhaitent un renforcement de la conscience de classe et une place plus importante de la lutte capital-travail dans notre visée". "Alors que beaucoup jugent que la France en commun, plus qu'un projet est un programme, celui-ci est souvent qualifié de flou, peu concret, et manquant d'identifiants forts pour le Parti communiste". "La notion de "monde des communs" n'est pas toujours comprise, certains la qualifiant peu ou prou de fourre-tout, de novlangue... Le commentaire qui revient parmi les plus fréquents est lié à l'identité du PCF qui devrait redevenir le parti des classes populaires, le parti de la lutte des classes en œuvrant pour le dépassement du capitalisme, en mettant l'opposition capital-travail au coeur de nos propositions, comme l'appropriation collective des moyens de production. Ces aspects considérés comme fondamentaux ne seraient plus au centre dans le projet, le programme du Parti, cela appellerait un besoin de formation des militant-e-s..." Sur la question de la prise de pouvoir, beaucoup de camarades insistent sur la nécessité de "nous inscrire dans une stratégie de long terme". "La question d'un éventuel changement de nom revient de manière récurrente. La quasi-totalité estiment qu'il serait inutile, inefficace, voire dangereux d'en changer. Cela ne modifierait rien sur le fond mais pourrait, au contraire, se traduire par un abandon de valeurs, d'idéologie et de références à des combats victorieux. Certains estiment que ce serait une capitulation." (...)

"En matière d'image, beaucoup souhaitent que soient mises en avant les propositions qui nous distinguent des autres partis de gauche. Certains estiment que ce changement d'image ne peut se faire sans réaffirmer notre identité communiste et révolutionnaire, ni sans s'appuyer sur des fondamentaux comme le marxisme, la lutte des classes. Enfin, on retrouve une volonté de redonner du souffle, de la dynamique, de l'espoir et de l'utopie au Parti, et de s'appuyer sur une forte volonté de faire ensemble chez nos militant.e.s".            

Pour le Finistère, 12 représentants des sections étaient présents: Ismaël, Glenn, Jean-Luc, Ronan, Jean-Louis, Hamidou, Isabelle, Yvonne, Jean-Paul, Paul, Maxime, Jean-Pierre. 

Nous nous sommes partagés le matin dans des ruches des 8 personnes à la suite de discours de Pierre Laurent pour discuter de la proposition de feuille de route sur le Congrès et des enjeux du congrès. 1h15 d'échange très fraternel avec à ma table et celle de Glenn, Ian Brossat, adjoint PCF au logement à Paris, Anne Sabourin, déléguée du PGE, responsable du secteur Europe du Parti Communiste, des camarades de l'Allier, de Marseille, de Montreuil. 

A une heure, retour en amphi pour la séance plénière après un pique-nique: prise de parole de Patrick Le Hyaric, directeur de l'Humanité, sur la situation des prisonniers politiques palestiniens, le durcissement de l'apartheid, de la politique coloniale en Israël, l'interdiction de territoire des élus de la République Française en Israël, puis de Patrice Bessac, président de l'ANECR, sur la situation des collectivités prises à la gorge par les mesures d'austérité et de caporalisation du président Macron, avec un appel à la révolte des maires et élus locaux. 

Puis, avec Pierre Laurent, le nouveau sénateur communiste de Seine St Denis, 33 ans, Fabien Gay, Elsa Faucillon, jeune députée de Seine St Denis, Isabelle de Almeida, présidente du CN, à la tribune, trois heures de débat se sont ensuite enchaînés avant le vote de la résolution contenant la feuille de route que les communistes s'engagent à mettre en oeuvre d'ici le Congrès en novembre 2018.     

Dans les débats, auxquels ont participé 40 adhérents (aucun breton, ma demande d'intervention et celle de Maxime Paul n'ayant pu être validée, faute de temps, 36 demandes d'interventions n'ont ainsi pas pu déboucher), sont beaucoup revenus: 

- La nécessité de reconstruire une visée communiste en dessinant nettement les contours d'une société post-capitaliste, en ayant un projet de conquête du pouvoir sur le capital qui tienne compte des données politiques et sociales actuelles, en réécrivant un Manifeste du Parti Communiste du XXIe siècle

- Le débat sur le bilan des orientations stratégiques et des démarches de rassemblement depuis 2000  

- Le débat sur la date du congrès: juin ou novembre

- La nécessité de relancer le travail de réflexion et d'action sur le combat féministe, le combat anti-raciste (avec des débats internes compliqués à prendre en charge)

- Tenir notre place dans les solidarités concrètes

- Continuer à se battre pour un accueil digne des migrants

- Continuer à construire une pensée écologique pour faire face aux défis anthropologiques du 21 e siècle. 

- Mettre la culture et l'éducation populaire au centre de notre projet

- Avoir des propositions qui mettent au centre l'enjeu de la jeunesse: revenu d'autonomie pour les jeunes, Université et formation... 

- Améliorer l'efficacité de notre organisation, la seule à posséder ce potentiel militant, sa visibilité nationale, sa capacité à mettre en oeuvre les décisions nationales

- Mieux utiliser l'outil numérique pour notre communication et l'animation de notre débat et de notre démocratie interne  

Bref compte rendu par Ismaël Dupont, 19 novembre 2017 

Les représentants finistériens ont adopté la feuille de route à l'unanimité, qui a reçu finalement 72,8% des voix des 900 délégués présents. 

Feuille de route pour un Congrès Extraordinaire du Parti Communiste

adoptée par l'Assemblée Nationale des animatrices et animateurs de section

La Villette - Paris - 18 novembre 2018 

 

Une assemblée des animateurs de section du Parti Communiste qui lance le Congrès de novembre 2018 sur les rails d'un Parti Communiste à l'offensive et conquérant
Une assemblée des animateurs de section du Parti Communiste qui lance le Congrès de novembre 2018 sur les rails d'un Parti Communiste à l'offensive et conquérant
photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Anita Kervadec

photo Anita Kervadec

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Jean-Luc Le Calvez

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

photo Ismaël Dupont

Patrice Bessac à la tribune, président de l'ANECR, maire de Montreuil

Patrice Bessac à la tribune, président de l'ANECR, maire de Montreuil

Une assemblée des animateurs de section du Parti Communiste qui lance le Congrès de novembre 2018 sur les rails d'un Parti Communiste à l'offensive et conquérant
Une assemblée des animateurs de section du Parti Communiste qui lance le Congrès de novembre 2018 sur les rails d'un Parti Communiste à l'offensive et conquérant
Une assemblée des animateurs de section du Parti Communiste qui lance le Congrès de novembre 2018 sur les rails d'un Parti Communiste à l'offensive et conquérant
Une assemblée des animateurs de section du Parti Communiste qui lance le Congrès de novembre 2018 sur les rails d'un Parti Communiste à l'offensive et conquérant
photo Anne Sabourin

photo Anne Sabourin

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 11:38
Le mois documentaire de la MJC: "Dans leurs yeux" de Séverine Vermesch le mardi 21 novembre à La Salamandre, "Maman Colonelle" de Dieudo Hamadi le jeudi 30 novembre à la MJC
Dans le cadre du mois du Documentaire, la MJC vous propose:
 

"Dans leurs yeux" de Séverine Vermersch mardi 21 novembre à 20h30 à la Salamandre, rue Eugène Pottier.
Quelle passion secrète relie les hommes à l'océan qui à la fois les tue et les nourrit ? Ce film tente d'y répondre à partir des films amateurs exclusivement réalisés par les marins eux-mêmes.Nous embarquons dans leurs récits et leurs regards, dans un voyage autour du monde.
Soirée en partenariat avec le cinéma La Salamandre.
5.5€ tarif unique.


"Maman colonelle" de Dieudo Hamadi jeudi 30 novembre à 20h30 à la MJC.
La colonelle Honorine travaille au sain de la police congolaise où elle est chargée de la protection et de la lutte contre les violences sexuelles. Mutée à Kisingani, elle se retrouve face à de nouveaux enjeux. Portrait d'une femme d'un courage et d'une ténacité hors du commun qui lutte pour que justice soit faite en RDC.
Entrée prix libre

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 10:25
Comité de défense de l’hôpital public en Pays de Morlaix: appel au rassemblement le samedi 2 décembre devant la mairie de Morlaix pour dénoncer la suppression des services à l'hôpital

La direction de l’hôpital de Morlaix vient de confirmer cet après-midi l’annonce faite hier aux personnels de la fermeture de l’unité de soins intensifs de cardiologie de l’hôpital de Morlaix à compter du 1er décembre prochain, en raison du manque de médecins.

 

Cette décision inadmissible est grave de dangers pour l’ensemble du service public de santé du bassin de Morlaix.

 

En premier lieu pour les usagers du service de cardiologie, lesquels sont prié d’aller voir ailleurs pour se soigner et pour les personnels de cette unité, la décision affectant 9 postes équivalent-temps plein d’infirmières et 8,4 postes d’ aides-soignants.

 

Plus largement, cette situation inadmissible s’avère extrêmement grave et préoccupante pour l’hôpital public de Morlaix lui-même qui, par effet de dominos, menace d’autres activités, et qui de ce fait s’en trouverait considérablement fragilisé.

 

Cela intervient alors que les fermetures provisoires de différents services se poursuivent dans le même temps.  En effet, après la fermeture de 55 lits durant cet été, il est envisagé cette fois de fermer pendant 13 jours, à compter du 21 décembre, le service de l’UPEC (admission de premières hospitalisations en psychiatrie).

 

Le comité de défense de l’hôpital public de Morlaix considère qu’une telle situation serait parfaitement intolérable.

 

C’est pourquoi il agira, de concert avec les personnels et appelle dès ce jour les usagers et la population toute entière à participer au rassemblement qui est prévu le samedi 2 décembre devant la mairie de Morlaix.

Dès lundi le comité interviendra en ce sens auprès de la députée, Mme Le Feur dans le cadre de la rencontre déjà programmée avec elle.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 10:08
Distribution des communistes morlaisiens à l'hôpital

Distribution des communistes morlaisiens à l'hôpital

Macron ne lésine pas :

Mort programmée de la Sécurité Sociale

 

Après son vote à l’Assemblée nationale, le Projet de Loi de Financement de la Sécurité sociale (PLFSS) passe au Sénat depuis le 13 Novembre.

 

Le Parti Communiste Français considère, comme bien d’entre vous, que ce PLFSS 2018 n’est pas seulement dans la continuité des précédents, mais représente un vrai changement de projet de société imposé à notre pays.

Au-delà de l’augmentation de la CSG de 1,7 point, ponctionnant au prix fort les salarié-e-s et les retraité-e-s, de celle du forfait hospitalier pour toutes et tous, de la saignée de 4,2 Milliards dans le budget maladie de la Sécurité Sociale qui s’ajoute à celles des années précédentes… c’est la Sécurité sociale, ses valeurs de 1945, la cotisation sociale, la participation de la richesse produite par les travailleurs-ses à leur protection sociale, qui sont remis en cause !

 

C’EN EST TROP !!!!

 

Après SARKOZY et HOLLANDE, MACRON veut non seulement nous imposer cette même politique d’austérité budgétaire qui aggrave, chaque fois un peu plus, la situation de la population comme celle des personnels, mais mettre un terme à la Sécurité sociale.

Rationnement des soins, économies sur l’hôpital, virage ambulatoire sans réponse publique comme les centres de santé, … Le gouvernement veut « expérimenter » dans ces 5 prochaines années le système des USA, et aboutir au ZERO POUR CENT SECU, en faveur du secteur privé.

C’est l’accès à la santé et à la qualité des soins pour toutes et tous dans la proximité que l’on remet en cause. C’est sa privatisation et sa financiarisation que MACRON nous impose.

 

Alors que nous exigeons d’aller vers le 100% Sécu, vers de nouvelles modalités de financement de la sécu pour répondre aux besoins en augmentation, le Gouvernement et sa majorité, appuyés par la Droite et son extrême, suppriment l’Impôt sur la Fortune (ISF), rembourse 13 milliards de taxe sur les dividendes, augmente les cadeaux aux patrons avec le CICE (Crédit d'Impôt pour la Compétitivité et l'Emploi)...

 

Le démantèlement  de la SÉCU a de graves conséquences, ceci dès maintenant:

  • Les déserts médicaux, les urgences saturées.
  • L’augmentation incessante des restes à charge, comme le forfait hospitalier ou les dépassements d’honoraires
  • Les tarifs des complémentaires en telle hausse que 25 à 30 % de la population renonce à se soigner.
  • Les hôpitaux qui manquent dramatiquement de moyens matériels et humains mettant en danger la santé des patient-e-s
  • Le manque de moyens matériel et humain des EHPAD (Etablissement d’hébergement pour Personnes Agées Dépendantes) provoque une maltraitance des personnes en perte d’autonomie et des personnels.

 

Nous ne pouvons pas laisser passer ce changement profond d’orientation de la politique sociale de notre pays, sans réagir.

Nous proposons notamment de :

  1. Supprimer la taxe sur les salaires dans les hôpitaux,Récupérer les 20 milliards de fraude aux cotisations patronales,Appliquer l’égalité salariale Femme/Homme,
  2. Stopper les exonérations de cotisations sociales ...
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 09:54
Fête de l'Huma Bretagne à Lanester les 25 et 26 novembre , J-6 : le programme des débats actualisé
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 09:26
Migrants/ coopération UE-Libye: "La France a le devoir de réparer l'outrage fait aux migrant-e-s et à la conscience humaine" (PCF)

Migrants / coopération UE-Libye « La France a devoir de réparer l'outrage fait aux migrant-e-s et à la conscience humaine »

 

C'est à un véritable réquisitoire que s'est livré le Haut Commissaire de l'ONU aux droits de l''homme, Zeid Ra'ad Al Hussein à l'encontre de l'UE et des conditions de détention des migrants en Libye. "La communauté internationale ne peut continuer à fermer les yeux sur les horreurs inimaginables endurées par les migrants en Libye et prétendre que la situation ne peut être réglée qu'en améliorant les conditions de détention. La politique de l'UE consistant à aider les gardes côtes libyens à intercepter et renvoyer les migrants est inhumaine".

Dans ce communiqué publié mardi 14 novembre le Haut commissaire souligne que "la souffrance des migrants est un outrage à la conscience de l'humanité".

Se trouvent donc une fois encore confirmées les exactions menées contre les migrant-e-s depuis des années en Libye et dénoncées par de nombreux témoignages diplomatiques, d’observateurs et d'ONG. Cette réalité largement reconnue n'a pas empêché l'UE et plusieurs Etats en bordure de la Méditerranée, dont la France, d'adopter en juillet un accord avec des autorités libyennes.

 

Les observateurs de l'ONU présents en Libye du 1er au 6 novembre ont constaté une dégradation rapide de la situation. Des milliers – 20 000 recensés – de femmes, d'hommes et d'enfants émaciés et traumatisés par les violences subies, empilés les uns sur les autres, enfermés dans des hangars, subissant les violences des gardiens munis de bâtons électriques… Les femmes sont violées par les trafiquants mais aussi par les gardiens des centres officiels de détention.

 

Cet appel de l'ONU intervient au moment où le groupe de contact des 13 pays européens concernés, dont la France, et africains, dont la Libye, a décidé "d'améliorer les conditions de vie des migrants." Cet engagement pris à plusieurs reprises n'a jamais été respecté.

 

L'Union européenne par sa politique migratoire d'externalisation confie ainsi à la Libye en plein chaos, après l'intervention militaire française, la responsabilité de bloquer à tout prix les migrant-e-s voulant fuir violence et pauvreté pour se retrouver en Libye dans un véritable enfer financé par l'UE et les Etats voisins.

 

C'est une  véritable honte pour tous ces pays et pour l'UE. Il faut mettre rapidement un terme à cette tragédie.

La solution est connue: c'est d'organiser l'ouverture de voies légales et sécurisées permettant aux migrant-e-s de rejoindre l'Europe pour faire valoir leurs droits à la protection et d'espérer se construire une vie meilleure .

 

Ces révélations parviennent au moment ou le gouvernement français annonce une série de nouvelles mesures répressives, sous forme de lois, pour réduire encore plus l'accueil de migrants en France, malgré le faible nombre déjà parvenus, et de multiplier les expulsions…

Le gouvernement doit d'abord s'expliquer sur la situation en Libye étant données les responsabilités qui sont les siennes dans ce drame, et dire quelles mesures il compte prendre pour y mettre un terme.

 

Pour sa part, le Parti communiste français poursuivra son combat, avec ses dirigeants, ses élus, ses militants pour faire respecter les droits des migrants et pour que la France et l'UE remplissent leurs devoirs d'accueil, de solidarité, d'hospitalité et de protection à leur égard.

 

le PCF, 17 novembre 2017 

Migrants/ coopération UE-Libye: "La France a le devoir de réparer l'outrage fait aux migrant-e-s et à la conscience humaine" (PCF)
Partager cet article
Repost0
19 novembre 2017 7 19 /11 /novembre /2017 07:00
Mobilisation à l'hôpital de Morlaix le 12 janvier 2017

Mobilisation à l'hôpital de Morlaix le 12 janvier 2017

PCF Morlaix : L’Hôpital de Morlaix, victime des politiques menées en matière de santé.

La décision de la direction de l’hôpital de Morlaix de fermer de l’unité de soins intensifs de cardiologie de l’hôpital de Morlaix à compter du 1er décembre prochain, en raison de la pénurie de médecins est grave et intolérable.

Outre les personnels du service et les usagers, cette décision aura sans nul doute des répercussions sur tous les autres services de l'hôpital.

Cette décision montre à l'évidence les effets catastrophiques des politiques menées en matière de santé. Cela augure mal de l'avenir si le projet de loi de financement de la sécurité sociale pour 2018, qui prévoit des réductions de moyens supplémentaires de 1,2 milliards pour l'hôpital public venait à être entériné.

Le PCF porte un tout autre projet pour la santé, la sécurité sociale, les hôpitaux : un système de protection sociale juste, solidaire et pérenne qui prend ses racines dans les conquêtes du Conseil national de la Résistance, sous l’impulsion d’Ambroise Croizat. C’est le sens des propositions défendues par les élu-es communistes au parlement.

Le PCF se bat à tous les niveaux de responsabilité qui sont les siens contre ces mesures, soutiendra et participera activement aux initiatives qui seront décidées par les personnels et leurs syndicats hospitaliers.

 

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011