Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 11:06
Auschwitz

Auschwitz

Communiqué UAVJ 

 

Le monde a observé le 27 janvier une journée de mémoire du génocide  associée à l'anniversaire de la libération du camp d’Auschwitz. 
 

Une Autre Voix Juive considère que cette mémoire est un impératif démocratique universel.

Le génocide, pratiqué  contre les Juifs, mais aussi contre les Tsiganes, les Roms et d’autres populations  par le régime nazi, fait partie des pires souvenirs de l'humanité, et les leçons doivent être apprises par l'humanité toute entière.
 

Nous savons que ce n'a pas été  le cas. D’autres génocides ont été pratiqués depuis; l’un au Cambodge contre le peuple Khmer et l’autre, avec la complicité de la France, contre les Tutsis au Rwanda. On a parlé récemment d'un génocice en préparation au Burundi. Il y a eu un  massacre ethnique à Srbrenitsa.  Les idéologies racistes, antisémites, de haine des musulmans, d'exaltation de la suprématie blanche ont eu, avec l'arrivée de Trump à la tête du plus puissant Etat du monde, un encouragement dangereux. Peuples, prenons garde!

Autant la mémoire du génocide est un impératif démocratique, autant l'affirmation du droit des peuples à disposer de l'Etat de leur choix s'impose à tous les démocrates. Une Autre Voix Juive appelle à soutenir   partout dans le monde  l'universalité des droits de l'Homme et des Peuples. Jamais les souffrances que le génocide a infligées aux Juifs ne devraient être invoquées pour justifier la négation des droits imprescriptibles du peuple palestinien.
 C'est ce que la direction israélienne alliée à l'extrême droite raciste, appuyée de par le monde par des organisations juives irresponsables, tente de faire, en retournant la mémoire du génocide contre elle-même.

Une Autre Voix Juive à combattu ces inacceptables instrumentalisations depuis sa création. Ensemble, nous entretenons la mémoire du génocide, nous luttons et nous lutterons contre tout génocide, et nous appelons à la pleine réalisation des droits nationaux de tous les peuples, en particulier du peuple palestinien.

 

Paris, le 30/01/2017

Partager cet article
Repost0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 10:28
Le centre islamique et la mosquée qui ont été attaqués

Le centre islamique et la mosquée qui ont été attaqués

 

Le Front National et Marine Le Pen n'appellent pas au meurtre des musulmans dans les pays occidentaux mais certaines idées, certains discours clairement xénophobes et islamophobes propagent une haine qui chez des esprits dérangés peuvent faire des ravages...

Selon le journal de référence canadien, le jeune homme s'est radicalisé politiquement après la visite de la présidente du FN à Québec.

INTERNATIONAL - Le suspect de l'effroyable attentat contre une mosquée de Québec s'appelle Alexandre Bissonnette. Âgé de 27 ans, il est étudiant en Sciences politiques à l'université Laval, non loin du lieu de culte qu'il a ciblé.

 

Ses motivations interrogent. La presse (dont l'AFP) parle "d'idées nationalistes" et de contenus pro-Trump partagés sur ses réseaux sociaux. Mais selon le journal de référence canadien The Globe and Mail -distribué à deux millions d'exemplaires, le plus gros tirage du pays- le jeune homme s'est intéressé aux mouvances d'extrême droite au moment de la visite de Marine Le Pen à Québec, au mois de mars 2016.

"C'était une personne qui publiait fréquemment des commentaires extrêmes sur les réseaux sociaux, dénigrant les réfugiés et le féminisme. Il ne s'agissait pas d'une haine aveugle, mais plutôt de cette nouvelle tendance identitaire, conservatrice et nationaliste, plus intolérante qu'haineuse", a expliqué au quotidien François Deschamps, administrateur d'une page Facebook de soutien aux réfugiés, qui a immédiatement reconnu sa photo de profil relayée dans la presse.

 

"C'est avec douleur et colère que nous apprenons l'identité du terroriste Alexandre Bissonnette, malheureusement connu de plusieurs militants à Québec pour ses prises de positions identitaires, pro-Le Pen et anti-féministes à l'université Laval et sur les réseaux sociaux", peut-on d'ailleurs lire sur la page "Bienvenue aux réfugié.es".

Sur son compte Facebook, Alexandre Bissonnette avait "liké" la page de la présidente du Front national, notent nos confrères du Huffington Post Québec.

"Je l'avais rejeté comme xénophobe. (...) Il était fasciné par un mouvement nationaliste proche du racisme", a confié au Globe and Mail l'un des camarades de fac, qui décrit des idées politiques "à droite, pro-Israël, anti-immigration".

Pour l'heure, le réel mobile qui a poussé le jeune homme à s'en prendre à une mosquée reste à éclaircir. Pour autant, ces éléments offrent un premier éclairage sur les possibles raisons de son passage à l'acte. 

Il se serait "radicalisé" politiquement à la suite de cet événement.

Romain Herreros, 31 janvier 2017 - Huffington Post

Partager cet article
Repost0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 10:22
GAUCHE
Pierre Laurent, la tête à une grande alliance
Par Rachid Laïreche  

Le patron du PCF soutient toujours Mélenchon mais, après la victoire de Benoît Hamon, n'abandonne pas l'idée d'un nouveau contrat majoritaire à gauche.

Un échange «plus facile». Lundi soir, Jean-Luc Mélenchon s’est entretenu par téléphone avec Pierre Laurent. La chose paraît banale : ils étaient dans le même bateau en 2012. Mais non. Car, ces derniers mois, les relations étaient tendues. Des désaccords, des tacles à distance. Le tout alors que le PCF soutient la candidature de Mélenchon. Une relation bizarre. Pierre Laurent a souvent fait le premier pas. Pour preuve, le chef des communistes s’est installé au premier rang lors des vœux du candidat de «la France Insoumise». La semaine d’après, Mélenchon ne s’est pas présenté aux vœux du PCF. La place du Colonel-Fabien n’a pas apprécié.

Sauf que cette semaine, un événement a bousculé la donne : la victoire de Benoît Hamon à la primaire à gauche. Jean-Luc Mélenchon, qui a toujours été loin devant les socialistes dans les différentes enquêtes d’opinion (qui restent fragiles), a vu le député des Yvelines le doubler. Du coup, le candidat, qui reste courtois avec Benoît Hamon, revoit ses plans. Il reprend contact avec ses alliés d’hier. Mélenchon était persuadé d’affronter François Hollande, voire Manuel Valls. Pas un candidat qui place l’écologie (comme lui) et la VIe République (comme lui) au cœur de son programme.

«Une grande alliance n’est pas impossible»
 

Au milieu de ça, le PCF se place. Pierre Laurent a toujours expliqué à son monde deux choses : la victoire de la gauche gouvernementale n’est pas certaine à la primaire et le rassemblement de la gauche est possible. Mardi, il a convoqué la presse afin de se positionner dans le jeu. Il veut «travailler à un nouveau contrat majoritaire qui tourne la page de ce quinquennat désastreux» et il soutient «toujours» la candidature de Jean-Luc Mélenchon.

Ça veut dire quoi, concrètement ? Pierre Laurent ne demande pas à Jean-Luc Mélenchon ou à Benoît Hamon de se retirer. Non, il sait que c’est impossible «aujourd’hui». Mais de «discuter», «comparer les programmes». Et de faire le point dans quelques semaines. Olivier Dartigolles, le porte-parole du PCF : «Personne ne connaît la suite, la situation reste incertaine. La gauche peut encore accéder au second tour. Il faut garder le contact avec toutes les parties et éviter de s’invectiver car une grande alliance n’est pas impossible.» Hier, la primaire organisée par le PS faisait rire une partie de la gauche. Aujourd’hui, elle apporte un nouveau souffle.

Rachid Laïreche

Partager cet article
Repost0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 09:51
Partager cet article
Repost0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 09:17
L'HUMANITE et l'HUMANITE DIMANCHE : QUELQUES DESSINS
L'HUMANITE et l'HUMANITE DIMANCHE : QUELQUES DESSINS
L'HUMANITE et l'HUMANITE DIMANCHE : QUELQUES DESSINS
L'HUMANITE et l'HUMANITE DIMANCHE : QUELQUES DESSINS
L'HUMANITE et l'HUMANITE DIMANCHE : QUELQUES DESSINS
L'HUMANITE et l'HUMANITE DIMANCHE : QUELQUES DESSINS
Partager cet article
Repost0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 06:52
Une soixantaine d'agents de la ville de Morlaix ont manifesté hier, mardi 31 janvier, en mairie pour protester contre la sanction infligée à un collègue dans le cadre d'un différend avec un supérieur hiérarchique et pour remettre en cause plus globalement la gestion des personnels à la ville de Morlaix

Ils sont descendus après s'être réunis spontanément à 9h30 le matin dans les locaux des services techniques, scandalisés par la sanction infligée à un collègue des services techniques dans le cadre d'un conflit avec un responsable hiérarchique traînant depuis longtemps alors que les torts étaient au moins partagés et que plusieurs agents s'en plaignaient. 

Ils remettent plus largement en cause la gestion des ressources humaines à la ville de Morlaix, le manque de cohérence dans les décisions, la gestion de l'argent public (les voitures de fonction pour les uns, les garages à moto à usage personnel que l'on construit à la va-vite pour les chefs, les gros salaires pour des cadres dont la qualité du travail pose question, le deux poids deux mesures au niveau de l'écoute du maire et du DGS: la parole des employés "de base" sans qui tout s'écroule étant peu entendue), le management.

60 agents des services techniques ont débrayé hier en fin de matinée, garant leurs voitures de service devant la mairie, et montrant au maire et à la Directrice Générale des Services qu'ils pouvaient aussi faire bloc, être solidaires là où d'autres préféreraient diviser pour mieux régner, et se mettre en colère pour soutenir un camarade injustement sanctionné et dire que la coupe était pleine. 

Devant la mobilisation, la DGS a fixé un nouveau rendez-vous aux organisations syndicales jeudi prochain. Un préavis de grève illimité a été posé par les organisations syndicales qui étaient associées et unies dans cette mobilisation. 

Il est temps vraiment de mettre un peu d'ordre au niveau des donneurs d'ordre et d'apaiser les relations professionnelles en ville de Morlaix car, aussi bien au niveau de l'administration générale -  où la valse des postes et des responsables a été très importante ces derniers mois, comme les mises au placard, où certains recrutements posent plus que des questions - que des services techniques ou du musée, c'est le mal-être des personnels de la ville qui domine! 

Pas sûr que le discours et les pratiques sarkozystes ou fillonnistes de la maire de Morlaix (on ne sait plus trop bien, mais au fond, cela revient à peu près au même.. et les fonctionnaires territoriaux ont du souci à se faire) permettent d'améliorer les relations sociales et le sentiment d'efficacité et de reconnaissance dans le travail des personnels. 

Pour ma part, en tant qu'élu d'opposition, je me suis rendu hier soir aux services techniques à Kernéguès pour comprendre ce qui s'était passé et discuter avec des agents grévistes de la situation, de ses suites, et plus largement de ce qui cloche dans la gestion des personnels de la ville. 

Plus largement, je suis et nous sommes, élus d'opposition, en contact régulier avec les syndicats - CGT, SUD, CFDT - pour suivre la situation des agents de la ville et les problèmes, sachant que nous n'avons plus d'élu d'opposition au CTP. Nous avons aussi l'occasion de rencontrer des agents de la ville en souffrance et en colère hors cadre syndical, percevant ainsi une forme de dégradation de l'ambiance à la ville au niveau des personnels, particulièrement au niveau de l'administration générale.  

La virulence des dernières publications de l'intersyndicale, de la CGT, de Sud sur la gestion des personnels et les écarts ou carences de certains cadres témoignent de problèmes criants au niveau de la direction et des directions des agents de la ville qui interpellent au premier chef la responsabilité politique du maire et renvoient aussi à des erreurs de décision.   

Ismaël Dupont, conseiller municipal d'opposition Front de Gauche 

Membre de la commission Education-Culture et de la Commission Finances à la ville de Morlaix.   

  

  

Le Télégramme, 1er février 2017

Le Télégramme, 1er février 2017

Partager cet article
Repost0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 06:47

Comme si Guerlesquin n'avait pas assez de difficultés à gérer...

Dans l'éducation comme dans la santé, les logiques froidement comptables et d'austérité prévalent, au détriment des enfants, des futurs adultes et citoyens! 

Des classes de 30, avec les difficultés scolaires et comportementales de certains gamins, l'hétérogénéité grandissante des élèves, ce n'est pas la même chose à gérer que des classes de 20, pour faire progresser tout le monde!   

Le Télégramme, lundi 30 janvier 2017

Le Télégramme, lundi 30 janvier 2017

Partager cet article
Repost0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 06:32
en dehors des classes, les rased interviennent auprès des élèves en difficulté, seuls ou en petits groupes

en dehors des classes, les rased interviennent auprès des élèves en difficulté, seuls ou en petits groupes

Éducation. La grande inquiétude des Rased
ADRIEN ROUCHALEOU
VENDREDI, 27 JANVIER, 2017
L'HUMANITÉ

Un projet de circulaire du ministère fait craindre aux professionnelsde l’aide aux élèves en difficulté un bouleversement de leurs missions au détriment des enfants et des enseignants.

Rescapés de justesse des années Sarkozy qui ont failli les voir disparaître, les Rased (réseaux d’aides spécialisées aux élèves en difficulté) ont à peine eu le temps de se redéployer durant ce quinquennat finissant qu’ils voient déjà une nouvelle menace s’abattre sur eux. « Sarkozy nous a enlevé des postes. Hollande fait pire : il nous prive de notre métier », s’alarme l’une de leurs organisations professionnelles, la Fédération nationale des associations de rééducateurs de l’éducation nationale (Fnaren).

Les Rased constituent l’une des spécificités les plus précieuses de l’éducation nationale. Ils sont une véritable bouée de secours pour des élèves en difficulté, et pour leurs enseignants, en maternelle et en primaire. Il ne s’agit pas d’un simple soutien scolaire, mais d’un travail bien plus profond et personnalisé afin de permettre à tous les élèves de trouver leur place au sein de l’institution scolaire et de les mettre ou les remettre en situation d’apprentissage.

Plébiscités par les enseignants, maltraités par l’éducation nationale

Pour cela, les Rased peuvent s’appuyer sur trois spécialités. D’abord les aides purement pédagogiques, conduites par les « maîtres  E », pour les élèves ayant les capacités cognitives mais qui ont des difficultés dans la compréhension et l’apprentissage. Il s’agit alors principalement de leur donner des méthodes de travail. Vient ensuite le volet « rééducation », qui s’adresse aux élèves ayant des difficultés à s’inscrire dans le cadre scolaire. Il faut alors mener un travail en profondeur sur le comportement et surtout travailler à développer « l’envie d’apprendre ». C’est la mission du « maître  G ». Enfin, les psychologues scolaires assurent le suivi des élèves, en lien avec leur entourage.

Plébiscités par les enseignants, les Rased ne sont pourtant pas toujours bien traités par l’éducation nationale. Sous la présidence de Nicolas Sarkozy, des centaines d’entre eux ont été affectés dans des classes, dans un rôle de professeurs des écoles « ordinaires » pour pallier les suppressions de postes. Aujourd’hui, c’est une réforme de leur formation qui attise les inquiétudes.

« Nous deviendrions de simples prescripteurs »

Une circulaire « relative à la formation professionnelle spécialisée et au certificat d’aptitude professionnelle aux pratiques de l’éducation inclusive » est en projet rue de Grenelle. Son but : uniformiser la formation spécialisée de ces enseignants avec la mise en place d’une certification unique – le Cappei – en lieu et place de celles distinctes existant aujourd’hui dans le primaire et dans le secondaire. Concrètement, les Rased seront là, avant tout, pour conseiller les professeurs et non plus dans un rapport direct avec l’élève. « Nous deviendrions alors de simples prescripteurs de soins, comme un médecin signant des ordonnances, s’inquiète Isabelle Guillard, présidente de la Fnaren. Or, nous pratiquons un métier essentiellement tourné vers l’intervention auprès des enfants, en dehors de la classe, avec pour but de les amener à une posture d’élèves. »

La pédagogue, qui exerce à Bordeaux, a aussi relevé le risque d’un dangereux glissement : « La formation s’orienterait sur la découverte de “troubles” des enfants. Or, parler de troubles, médicaliser alors qu’il s’agit souvent de problèmes de concentration ou d’estime de soi, cela nous inquiète au plus haut point. » La Fédération nationale des associations de maîtres E (Fname) partage l’inquiétude : « Les missions des enseignements adaptés sont réorientées au profit de missions tournées exclusivement vers l’inclusion et le handicap, au détriment des élèves en grande difficulté scolaire. » Comme le souligne Isabelle Guillard, la difficulté scolaire ordinaire, même importante, ne veut pas forcément dire handicap : « Elle est même inhérente à l’apprentissage. Apprendre, c’est difficile ! »

Ces craintes sont d’autant plus prégnantes que, dans le projet du gouvernement, la formation semble, elle, réduite. Alors que les professionnels demandent qu’elle soit relevée à 750 heures, elle passerait de 400 heures aujourd’hui à 300 heures. Et l’élément principal d’évaluation que constituait la rédaction d’un mémoire professionnel disparaîtrait. Dans certains départements défavorisés, un autre aspect inquiète : le nombre de Rased toujours insuffisant (lire encadré). En Seine-Saint-Denis, une centaine de postes manquent toujours pour revenir au niveau de 2008.

La Seine-Saint-Denis réclame d’urgence des postes

Dans les départements aux difficultés particulièrement criantes, le manque de postes de Rased en constitue une de premier plan. C’est le cas en Seine-Saint-Denis. « Les actes de violence ont augmenté dans les écoles élémentaires (...), comment ne pas faire le lien avec l’impossible prévention, dont les maîtres G sont pourtant capables quand ils sont suffisamment nombreux, notamment en maternelle ? »s’interroge Rachel Scheider, secrétaire départementale du SNUipp sur le site spécialisé le Café pédagogique. Pourla rentrée 2017, l’académie crée 30 postes, quand la syndicaliste estime qu’il en faut au moins 100.

Partager cet article
Repost0
1 février 2017 3 01 /02 /février /2017 06:27

 

Ian BROSSAT

Responsable national logement au PCF

 

La Fondation Abbé-Pierre dévoile ce mardi les conclusions de son rapport sur le logement en France, portant un regard sévère les promesses non tenues du gouvernement. Premier poste de dépense des familles, première préoccupation des Français après l'emploi, le logement est le grand oublié de la campagne présidentielle.

 

 

Et pourtant : des plus démunis jusqu'aux classes moyennes désormais – et c'est un fait nouveau une majorité de Français souffre de la folie des prix du logement. Notre pays compte aujourd'hui 143 000 SDF, deux fois plus qu'il y a 10 ans. C'est l'équivalent de la population d'une ville comme Angers, Clermont-Ferrand ou Brest. Les sans-abris représentent, ensemble, la vingtième plus grande ville de France. Voilà l'autre visage de la cinquième puissance économique du monde.

 

Surtout, la crise du logement se propage : la classe moyenne décroche violement en France en raison du coût du logement, l'un des plus hauts d'Europe (26,4 %) comme l'a relevé Eurostat en novembre dernier. Six millions de Français dépensent plus de 35% de leurs revenus pour se loger chaque mois. Consacrer plus d'un tiers de son salaire, c'est travailler plus d'un tiers de la semaine pour payer son loyer : du lundi 9 heures jusqu'au mercredi 14 heures. C'est surtout se serrer la ceinture et se priver d'autres dépenses indispensables. De soins chez le dentiste, d'un peu de vacances, d'une sortie avec les enfants, parfois de fruits et légumes sains.

 

Dans cette campagne présidentielle, nous voulons mettre le logement le cœur des débats parce que la baisse du coût du logement est le levier pour augmenter le pouvoir d'achat des Français.

 

Il n'y a pas de fatalité. La crise du logement peut être enrayée, d'autres pays européens y sont arrivés, à condition de volonté politique. Pour cela, il faut tenir tête et tenir bon, appliquer la loi de réquisitions des logements vides, construire des centres d'hébergement pour SDF, partout y compris dans les quartiers les plus riches de France comme dans le 16e arrondissement de Paris.

 

Nous proposons également de construire 200 000 logements publics chaque année, pendant 5 ans, en priorité dans les zones tendues. Nous proposons un élargissement et un renforcement de l'encadrement des loyers ainsi qu'une augmentation des taxes sur les logements vacants et les résidences secondaires dans les régions en déficit de logements. Nous souhaitons, enfin, une hausse des aides à la pierre pour soutenir la construction.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2017 2 31 /01 /janvier /2017 19:12

La victoire nette de Benoît Hamon, partisan du non au Traité Constitutionnel Européen en 2005, opposant ces dernières années au cap politique de Hollande et porteur d'un projet de Sixième République, aux Primaires du Parti Socialiste et de ses alliés est une bonne nouvelle pour le pays, le signe d'un rejet exprimé clairement par une partie du peuple de gauche de la politique de Manuel Valls et de François Hollande.

Ce qui a été refusé par les électeurs de la Primaire, qui ne sont pas tous, loin s'en faut, des électeurs fidèles ou réguliers du PS, c'est la poursuite et l'intensification des politiques économiques libérales, des cadeaux aux grandes entreprises, l'austérité pour les services publics et les collectivités, la casse du droit du travail, le 49-3, l'autoritarisme présidentiel assumé, la criminalisation des mouvements sociaux et du combat syndical, la loi Macron et la déchéance de nationalité, les discours stigmatisants vis-à-vis des Roms ou de la diversité culturelle.  

Ce qui a été privilégié, c'est un discours de gauche décomplexé, engagé indéniablement sur la question écologique, démocratique, de la lutte contre les discriminations.  

Le succès de Benoît Hamon est d'autant plus significatif que 177 députés et la plupart des ministres et dirigeants nationaux et régionaux du PS soutenaient Valls, le candidat du social-libéralisme autoritaire, dont le projet était et reste encore de liquider tout ce qui restait d'héritage social et émancipateur au Parti Socialiste pour en faire une machine électorale centriste et libérale calquée sur le Parti Démocrate aux Etats-Unis, le SPD de Schröder ou le New Labour de Tony Blair.

Aujourd'hui, nous le savons, beaucoup des principaux responsables de la faillite de l'expérience du PS au pouvoir pendant cinq ans sont prêts à sauter le pas et à soutenir la candidature de Macron, bouclant ainsi la boucle de leur éloignement vis-à-vis des idéaux fondateurs de la gauche.  

La base de l'électorat du PS et de gauche n'a pas voulu de ce dernier "bond en avant" dans la destruction de ce qu'a pu représenter le socialisme, elle n'a pas voulu donner les clefs du Parti et de la bataille des Présidentielles à un premier ministre brutal et caricatural représentant l'aile droite du PS qui n'avait fait que 5,6% aux Primaires du PS en 2011 mais dont les préconisations politiques ont servi de boussole pendant le quinquennat Hollande.  

Le Parti Communiste est engagé dans le soutien à la candidature de Jean-Luc Mélenchon qui a aujourd'hui comme en 2012 un projet de rupture claire avec le libéralisme et l'austérité et que nous croyons le plus capable d'accéder au second tour de la présidentielle en empêchant le scénario mortifère d'un affrontement entre la droite extrême et l'extrême-droite, ou encore l'OPA en marche de l'entreprise Emmanuel Macron, candidat pseudo-moderne et auto-proclamé qui porte les intérêts du capitalisme financier.  

Mais le plus dur reste à faire, et la dispersion des candidatures et des voix à gauche conduira à l'échec.

Pour empêcher la catastrophe démocratique et sociale d'une victoire du Front National ou de la droite dure, Benoît Hamon, Jean-Luc Mélenchon et Yannick Jadot doivent ouvrir un dialogue avec l'ensemble des forces citoyennes, sociales et politiques de la gauche de progrès social et écologique et se rassembler car des forces et des potentialités véritables existent dans ce pays pour construire une majorité de gauche capable de construire une politique au service du renouveau démocratique, de l'écologie, des services publics, de l'égalité des droits, d'un autre partage des richesses et de la justice fiscale.

Les électeurs doivent maintenant s'emparer du débat et affirmer l'exigence d'une réponse unitaire, à l'opposé des logiques d'egos et d'hommes providentiels favorisées par les Institutions, des gauches de progrès face à la menace de l'extrême-droite et aux défis des injustices et urgences sociales.   

Ismaël Dupont, candidat PCF-Front de Gauche

"Rassembler à gauche pour l'Humain d'abord"

aux élections législatives dans la circonscription de Morlaix.     

      

 

   

Défaite nette et sans bavure de Valls aux Primaires du PS, une bonne nouvelle!  - Déclaration d'Ismaël Dupont
Le Télégramme Morlaix - 31 janvier 2017

Le Télégramme Morlaix - 31 janvier 2017

Ouest-France Morlaix, 31 janvier 2017

Ouest-France Morlaix, 31 janvier 2017

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011