Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 19:42

A Monsieur Gwenegan Bui, président de la SABEMEN

Objet : Lettre d’intention de commande navire Britanny Ferries

Monsieur le Président,
Cela fait maintenant de longues années que l'outil industriel français subit un véritable dépeçage alors que les besoins sont immenses pour répondre aux défis du 21ème siècle.
Dans l'indispensable préservation des capacités nationales, dans une logique de développement et de modernisation des équipements et des infrastructures, la CGT récuse une pensée trop souvent véhiculée d'une opposition entre ce que certains nomment "la vieille industrie" et "la nouvelle."
L'industrie forme un tout qu'il convient de penser comme un élément structurant du tissu économique, social, environnemental et culturel au service des besoins des femmes et des hommes sur le territoire national et à l'international.
Cela demande, bien sûr, une vision dans le cadre des politiques publiques en termes de stratégie et de planification efficaces dans une logique de qualité capacitaire qui se croise avec les propres investissements des acteurs économiques des différentes branches ou filières.
Dans cette optique de cohérence et d’articulation des outils, des savoir-faire et des financements, la place de "la" navale est particulièrement centrale pour le pays à tous points de vue ; de la souveraineté économique, sociale, environnementale et de Défense Nationale.
Comment dès lors comprendre, que l'armateur breton "Britanny Ferries" vient de signer une lettre d'intention avec un chantier naval allemand pour la réalisation d'un navire propulsé au gaz naturel liquéfié (GNL) alors que la France possède la technique mais ne la déploie pas?
L’État français possède un tiers du capital des Chantiers de l'Atlantique qui serait à même de réaliser ce navire.
Pourquoi la société d'économie mixte (SABEMEN), que vous présidez et qui finance les projets du groupe Britanny Ferries, n'a pas entretenu de rapports avec les services de l’État, la direction de STX France, les collectivités territoriales, notamment les régions Bretagne, Normandie et Pays de la Loire qui, sur d'autres sujets, savent très bien travailler ensemble?
Qui pourrait admettre -alors que des entreprises comme STX France et Britanny Ferries bénéficient d'aides publiques- que le défi du savoir-faire industriel et de l'emploi associé ne soit pas une priorité à l'heure actuelle pour nos bassins d'emplois?
Le CESER de Bretagne a répondu à une saisine du Président de Région sur les conséquences que pourrait avoir le "Brexit" pour la Bretagne.
Dans son rapport, le CESER met l'accent sur le monde maritime dont celui du transport de
marchandises et de passagers et plus particulièrement avec un zoom sur la compagnie en question.
Cette attention, voire l'appel au soutien, est-il compatible avec la fuite de ce même groupe quand il s'agit de réaliser ses navires sur nos territoires?

C'est totalement incompréhensible sauf à cacher un modèle peu avouable.
Nous vous demandons de bien vouloir nous apporter les explications en votre possession sur ce dossier
et de revenir sur votre intention de confier la construction du navire au chantier allemand pour favoriser
un chantier sur le territoire national.
Nous resterons attentifs à la réponse que vous nous apporterez et prendrons toutes les décisions qui s’imposeront pour exiger la construction de ce navire et des futurs dans des chantiers nationaux.
Veuillez accepter, Monsieur le Président, l'expression de notre considération.

 

Thierry Gourlay, pour le comité régional de la CGT, 19 janvier 2017

Lettre de la CGT Bretagne à l'intention de Gwenegan Bui, président de la Sabemen Brittany Ferries, à propos de la commande d'un nouveau navire à propulsion par gaz liquéfié par la Brittany Ferries
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 17:08
Boeuf nomade au bar des deux rivières le vendredi le 27 janvier 2017
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 16:56
Le Conseil National du PCF valide la candidature d'Ismaël Dupont aux législatives dans la circonscription de Morlaix

Le Conseil National du PCF valide la candidature d’Ismaël DUPONT aux législatives

 

Le Conseil National du PCF s’est réuni le 14 janvier pour examiner les conditions de la campagne des élections présidentielle et législative. Deux élections intimement liées qui font l’objet d’une campagne unique.

Ce fut l’occasion de rappeler le rôle essentiel des parlementaires communistes et Front de Gauche dans la lutte contre la politique d’austérité antisociale imposée à notre peuple… et, quels que soient les résultats de la présidentielle, la nécessité d’avoir à l’Assemblée Nationale des députés sur lesquels le peuple pourra compter.

Une première liste de 253 candidatures de rassemblement a ainsi été ratifiée par le C.N. Pour la 4èmecirconscription du Finistère celle d’Ismaël DUPONT a été validée.

La direction nationale prenant ainsi en compte le choix des militants de la circonscription et reconnaissant la qualité du travail et de l’apport militant d’Ismaël tant au niveau départemental qu’au conseil municipal de Morlaix et à la communauté d’agglomération.

Les communistes sont d’ores et déjà en campagne avec les propositions contenues dans  la France en Commun.

 

 

Le Conseil National du PCF valide la candidature d'Ismaël Dupont aux législatives dans la circonscription de Morlaix
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 16:39

COMMUNIQUÉ DE PRESSE
FÉDÉRATION CGT DE LA SANTÉ
ET DE L’ACTION SOCIALE

Ces derniers jours, dans un contexte d’épidémie de grippe saisonnière, l’ensemble des hospitaliers ainsi que les médecins déploient leur énergie pour prendre en charge et soigner, avec un grand professionnalisme, tous celles et ceux qui se présentent dans les services d’urgence.
Ils effectuent leurs missions au quotidien dans des conditions particulièrement dégradées dues à des plans d’économie et un ONDAM qui ne répondent pas aux besoins de santé de la population et qui ont pour conséquence une pénurie de personnels hospitaliers, de médecins, de lits et parfois de matériel.
Ceci entraîne souvent de l’attente, des situations difficiles et des conditions de travail épuisantes.
Comment est-il possible qu’en 2017, les hôpitaux français soient débordés par une épidémie de grippe saisonnière ? C’est le produit d’une politique de réduction du financement de la Sécurité Sociale menée depuis plusieurs années par les gouvernements successifs qui entraîne fermetures de lits, réduction de l’offre de soins sur le territoire, suppressions de personnels, sans cesse dénoncées par la CGT.

Qu’a déclaré la ministre de la Santé le 21 décembre ?
« (…) J’ai adressé aujourd’hui un message à l’ensemble des hôpitaux pour qu’ils soient particulièrement vigilants et déclenchent, si nécessaire, leurs plans habituels de mobilisation. Toutes les mesures nécessaires sont prises pour accueillir à l’hôpital les patients ayant besoin d’être hospitalisés ».

Comment le gouvernement peut-il demander toujours plus au personnel hospitalier, avec la politique d’austérité qu’il mène en poursuivant la suppression de lits, sous prétexte de virage ambulatoire, en imposant les Groupements Hospitaliers de Territoire (GHT) pour favoriser la mutualisation et la fusion de services et ainsi permettre la suppression de 22 000 postes ?

La Fédération CGT de la Santé et de l’Action Sociale revendique une politique de santé répondant aux besoins des usagers par un financement pérenne des hôpitaux, afin que tous les moyens soient déployés pour permettre aux personnels d’accueillir et de prendre en charge dignement les patient-e-s. Cela passe par l’embauche de personnels et l’arrêt de toutes les fermetures de lits, de services et des instituts ou écoles de formation des professionnels.

Dans les suites de l’action du 8 novembre 2016 avec l’intersyndicale CGT/FO/SUD Santé et Action Sociale, les fédérations appellent à une journée de grève et de manifestation le 7 mars à Paris et en territoire dans le but d’interpeller les salarié-e-s, les usagers, les élu-e-s et la population à défendre une autre politique de santé et de protection sociale.

Montreuil, le 10 janvier 2017

Communiqué de Presse de la Fédération CGT de la santé et de l'action sociale: une désorganisation des hôpitaux suite à une épidémie de grippe qui en dit long sur les dégâts causés par la casse du service public hospitalier...
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 14:12
Défense des urgences de l'hôpital de Morlaix (communiqué de la CGT de l'hôpital de Morlaix)
Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 13:30
Ehpad près de Brest. La maison de retraite recule face au tollé (Ouest-France)

Charlotte HEYMELOT, Ouest-France

La maison de retraite a changé d’avis après le tollé provoqué par l’annonce d’une hausse mensuelle des tarifs de 480 €. L’augmentation concernera uniquement les nouveaux arrivants.

Intense soulagement pour les résidents de l’Ehpad (Établissement d'hébergement pour personnes âgées dépendantes) de Kerampir, à Bohars. L’augmentation massive des tarifs mensuels annoncée le 31 décembre a finalement été annulée.

Dans un communiqué publié mardi soir, l’UGECAM Bretagne-Pays de la Loire, gestionnaire de l’établissement, dit avoir « entendu les difficultés financières que pouvaient rencontrer certains résidents et elle souhaite que les personnes accueillies aujourd’hui au sein de l’EHPAD puissent continuer à séjourner en toute sérénité ».

La hausse de 31 %, soit environ 480 € par mois, ne concernera pas les 80 résidents actuels de l’Ehpad. Les nouveaux pensionnaires devront en revanche s’en acquitter.

Les familles pas au courant

Contactées après la diffusion du communiqué, plusieurs familles de résidents ont indiqué à Ouest-France ne pas avoir été informées de la bonne nouvelle par la direction de la maison de retraite.

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 07:54

Parti Communiste Français

Membre du Front de Gauche

Section de Morlaix

2 Petite Rue Callac 29600 MORLAIX – tel : 02 98 88 30 35

Mel : pcf-morlaix@wanadoo.fr                                                Blog : http://le-chiffon-rouge-pcf-morlaix.over-blog.com/                          

 

 

Je te rappelle, que le mercredi 18 janvier (18 h – local PCF Morlaix) se tiendra une Assemblée générale de Section du PCF pays de Morlaix. 

Ordre du jour: notre activité, les législatives, point financier. 

Le jeudi 26 janvier à 18h aura lieu l'assemblée pour organiser et  lancer la fête du Viaduc, le 1er mai 2017. 

 

 

AG du PCF Morlaix ce mercredi 18 janvier à 18h
Partager cet article
Repost0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 07:43
Sondage. Primaires du PS. Valls malmené, Hamon et Montebourg au coude à coude (Ouest-France, 18 janvier 2017)

Sondage. Hamon et Montebourg ont la cote, Valls recule
http://www.ouest-france.fr/elections/presidentielle/sondage-hamon-et-montebourg-ont-la-cote-valls-recule-4739134

Quel que soit le candidat qualifié face à lui, Manuel Valls ne semble pas en passe de remporter la primaire de la gauche selon une enquête BVA-Salesforce pour la Presse Régionale et Orange. Ce sondage montre également Benoit Hamon et Arnaud Montebourg au coude à coude au premier tour à quatre jours du scrutin. A quatre jours du scrutin, l'incertitude reste grande.

Manuel Valls continue de faire la course en tête dans les intentions de vote à la primaire de la gauche. Selon le sondage, il recueillerait 34 % des suffrages au premier tour. Pas suffisamment pourtant pour enclancher une dynamique porteuse jusqu’au second tour.

Au second tour de cette primaire à gauche, Manuel Valls s’inclinerait face à Benoît Hamon. Ce dernier, porté par 27 % d’intention de vote au premier tour l’emporterait finalement avec 52 % des suffrages contre 48 % à l’ex-Premier ministre. Manuel Valls s’inclinerait également face à Arnaud Montebourg (48 % - 52 %) si l’ancien ministre du Redressement productif arrivait à se hisser au second tour.

Quel que soit son adversaire au second tour, Manuel Valls semble être victime du report des voix. Les scores pressentis dans les besaces de Vincent Peillon (7 %), Sylvia Pinel (3 %), François de Rugy (2 %) et Jean-Luc Bennahmias (1 %).

Partager cet article
Repost0
18 janvier 2017 3 18 /01 /janvier /2017 07:32
Combien en ont rêvé... Une gifle pour Manuel Valls à son arrivée en Bretagne à Lamballe grâce à un jeune homme plein d'applomb

Une revanche pour les brutalisés du combat contre la loi travail, les victimes de la politique pro-riches de Manuel Valls (pauvres et salariés), les syndicalistes condamnés et criminalisés, les jeunes battus quand ils manifestent contre Notre-Dame-des-Landes ou le barrage de Sivens, les migrants et réfugiés traqués. Un acte situationniste finalement pas si violent que ça comparée à la violence d'Etat qu'incarne la politique de Manuel Valls, qui était accompagné de Jean-Yves Le Drian à Lamballe.    

Le Figaro - 18 janvier 2017

VIDÉO - L'ancien premier ministre a été agressé alors qu'il sortait de la mairie de Lamballe, aux côtés de Jean-Yves le Drian. Le jeune assaillant a été interpellé, et Manuel Valls a décidé de porter plainte.

Décidément, faire campagne sur le terrain s'annonce compliqué pour l'ancien premier ministre Manuel Valls. Il avait déjà été l'objet d'une attaque à la farine à la fin décembre, à Strasbourg. Un nouveau cap a été franchi ce mardi: l'ancien premier ministre a été agressé par un jeune homme qui l'a frappé au visage vers 16 heures, à la sortie de la mairie de Lamballe (Côtes d'Armor). L'assaillant a rapidement été maîtrisé par le service de sécurité et interpellé. Comme le rapporte France Bleu Armorique, le ministre de la Défense Jean-Yves le Drian, présent au moment des faits, a été un instant pris d'inquiétude. Mais c'était sans compter l'aplomb de Manuel Valls, qui a terminé sa visite sans sourciller.

En sortant de la mairie, Manuel Valls s'est prêté à un traditionnel serrage de mains. C'est alors qu'un jeune homme aux cheveux bouclés lui a tendu la main, une invitation qu'il a soudain transformée en gifle, tout en criant: «Ici, c'est la Bretagne». L'ancien premier ministre a tenté d'esquiver et le jeune homme n'a pu que le toucher légèrement au visage. Un membre du service de sécurité a aussitôt refoulé le jeune homme, le plaquant en quelques secondes au sol, en le renversant sur le grillage de chantier qui était situé derrière lui. Le ministre de la Défense et président de la région Bretagne, Jean-Yves Le Drian, qui accompagnait le candidat, a aussitôt demandé à Manuel Valls: «Ça va, Manuel?», avant de s'engouffrer avec lui dans leur voiture stationnée à quelques mètres de là.

Peu après, Manuel Valls, détendu, a réagi à l'incident devant la presse: «Je ne suis pas venu parler de moi. Il y a toujours des individus qui veulent empêcher la démocratie de s'exprimer», a-t-il dit. Et d'ajouter: «Il y a ceux qui contestent la démocratie et ceux qui l'incarnent comme les hommes politiques. La démocratie ne peut pas être la violence.» «Moi», a-t-il encore dit, «ce que je veux c'est convaincre les Français, qu'ils viennent voter, qu'ils se saisissent de leur destin (...) donc je vais au contact des Français, je n'ai pas peur.» Après réflexion, Valls a finalement décidé de porter plainte. «Il ne faut jamais oublier qu'un coup, un acte physique, c'est quelque chose de très violent. C'est le symbole. Si vous laissez passer un acte de violence, c'est une forme d'acceptation», explique-t-il en privé.

Jeune militant de la cause régionale bretonne

«On sait qu'on vient en Bretagne… Il y a les militants de Nuit Debout qui sont très présents. Ils étaient une dizaine. Il n'y a pas eu de bagarre, mais un homme, qui n'avait pas le profil d'un militant, a tenté de lui attraper le bras. L'officier de sécurité n'a pas voulu prendre de risque. L'homme s'est fait interpeller», a d'abord tenté de minimiser le directeur de campagne de Manuel Valls Didier Guillaume, sans qu'il soit possible de déterminer si le jeune homme en question est bien lié au mouvement issu de la contestation de la loi Travail.

Selon l'entourage de Manuel Valls, il s'agirait «d'un jeune homme proche de l'extrême droite bretonne», sans doute au vu de la «quenelle» qu'il fait sur son profil Facebook. Son père, interrogé mercredi par Le Parisien, explique de son côté que ce jeune militant de la cause régionale bretonne actuellement sans emploi «ne se reconnaît pas vraiment dans la société actuelle». «Il s'agit d'un geste de rébellion, pas de haine. Mon fils n'est pas un garçon méchant», ajoute le père, qui conclut: «Maintenant, il va devoir assumer». Le jeune homme de 18 ans, rappelé à la loi en 2014 pour usage de stupéfiants, et qui soutient sur les réseaux sociaux divers mouvements défendant «la souveraineté du peuple breton», a été placé en garde à vue. Il aurait indiqué ne pas apprécier la manière dont l'ex-premier ministre «traitait les citoyens», selon Le Parisien.

«Cette violence n'a pas sa place dans la République», a pour sa part réagi Bernard Cazeneuve sur Public Sénat. Le premier ministre a exprimé «affection et amitié» pour le candidat à la primaire organisée par la gauche. La série noire se poursuit pour Manuel Valls, qui était en déplacement Bretagne au lendemain d'un meeting annulé à Rennes, officiellement pour des raisons d'agenda. Mais des menaces sérieuses d'opposants à la loi El Khomri et la perspective de se voir à nouveau attaqué semblent avoir convaincu son équipe de campagne de reporter. Du côté de ses partisans aussi, la campagne de Manuel Valls peine à trouver son rythme de croisière. L'ex-locataire de Matignon a des difficultés à remplir les salles, et certains de ses soutiens ne cachent pas leur trouble devant ses positionnements de campagne, sur le thème «j'ai changé».

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2017 2 17 /01 /janvier /2017 20:58
Conférence débat avec Bernard Thibault à 18h à Brest  (salle de La Cormorandière)

Conférence débat avec Bernard Thibault

Mercredi 18 janvier, à 18 heures Salle de La Cormorandière

Club nautique du Moulin-Blanc, à Brest

 

Bernard Thibault, ancien secrétaire général de la CGT et actuellement membre du Bureau international du Travail, fait paraître « la troisième guerre mondiale est sociale ». Présentation de l’ouvrage par les Éditions de l’Atelier.

 

Depuis plus de trente ans, la version néolibérale de la mondialisation a fait de la concurrence un absolu intouchable qui s’étend progressivement à tous les domaines de la vie des pays de la planète.

 

Cette bataille économique, menée à l’échelle du globe, a fait de de l’embauche des travailleurs au moindre coût et sans normes protectrices sa ligne directrice. Les dégâts humains de cette véritable guerre sociale mondiale sont énormes et la plupart du temps invisibles.

 

Ainsi 40% des travailleurs dans le monde n’ont pas de contrat de travail, des dizaines de millions d’enfants sont contraints de travailler et ne bénéficient pas de l’éducation, des travailleurs chinois sont employés dans des conditions infrahumaines, depuis 2012, plus de 1200 travailleurs népalais et indiens sont morts sur les chantiers de construction des stades de la coupe du monde de football, en France des travailleurs détachés sont payés 300 euros par mois …Comment sortir de ces régressions ?

 

Ancien secrétaire général de la CGT et désormais membre du conseil d’administration l’Organisation internationale du travail (OIT), Bernard Thibault dénonce dans cet ouvrage ce culte du moindre coût qui sacrifie les salariés du monde sur l’autel de la concurrence. Contrairement au sentiment largement répandu, la solution à cette dérive n’est pas le repli sur soi nationaliste mais la promotion de l’égalité des êtres humains par l’adoption dans les divers pays du monde de normes protectrices tant du point de la rémunération par un salaire décent qu’en termes de conditions de travail.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011