Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2011 2 01 /03 /mars /2011 10:38

  

On doit le poème à Eugène Pottier (1816-1887), membre du Conseil de la Commune de Paris. Il a commencé à écrire ce texte en en prison en 1871 mais il n'a été publié qu'en 1887 dans un recueil de chants révolutionnaires.

La musique été écrite en 1888 par le militant socialiste lillois Pierre Degeyter (1848-1932). Pour la petite Histoire, la paternité de la musique fut contestée par Auguste Degeyter, frère de Pierre, qui gagna son procès en 1908. Auguste se suicida en 1916, en ayant semble-t-il envoyé à son frère une lettre pour avouer avoir menti. Cette situation peu compatible avec l'esprit de solidarité de la chanson mit néanmoins Pierre Degeyter dans une situation difficile. Il fut aidé matériellement par la municipalité de Saint-Denis et l'Ambassade de l'URSS et fut considéré officiellement comme auteur de lamusique.
L'Internationale, d'abord chantée dans le milieu des partisans de Jules Guesde, devint de plus en plus populaire dans les milieux socialistes de l'époque. Elle fut choisie comme hymne officiel par la Seconde Internationale en 1892. L'URSS adopta l'Internationale comme hymne national de 1918 à 1944 avant de la remplacer par une chanson plus patriotique. Cette chanson reste l'hymne international des partis communistes et socialistes. L'Internationale fut le premier hymne à être joué au-delà de la Terre car il fut diffusé en 1966 par le premier vaisseau terrestre (soviétique) qui se posa sur la Lune.

 

Debout ! les damnés de la terre
Debout ! les forçats de la faim
La raison tonne en son cratère :
C’est l’éruption de la fin
Du passé faisons table rase
Foule esclave, debout ! debout !
Le monde va changer de base :
Nous ne sommes rien, soyons tout !

Refrain
C’est la lutte finale
Groupons nous et demain
L’Internationale
Sera le genre humain.

Il n’est pas de sauveurs suprêmes :
Ni dieu, ni césar, ni tribun,
Producteurs, sauvons-nous nous-mêmes !
Décrétons le salut commun !

Pour que le voleur rende gorge,
Pour tirer l’esprit du cachot
Soufflons nous-mêmes notre forge,
Battons le fer quand il est chaud !

 

L’Etat opprime et la loi triche ;
L’Impôt saigne le malheureux ;
Nul devoir ne s’impose au riche ;
Le droit du pauvre est un mot creux.

C’est assez languir en tutelle,
L’égalité veut d’autres lois ;
« Pas de droits sans devoirs, dit-elle,
« Egaux, pas de devoirs sans droits ! »

 

Hideux dans leur apothéose,
Les rois de la mine et du rail
Ont-ils jamais fait autre chose
Que dévaliser le travail ?

Dans les coffres-forts de la bande
Ce qu’il a créé s’est fondu.
En décrétant qu’on le lui rende
Le peuple ne veut que son dû.

 

Les Rois nous saoulaient de fumées.
Paix entre nous, guerre aux tyrans !
Appliquons la grève aux armées,
Crosse en l’air et rompons les rangs !

S’ils s’obstinent, ces cannibales,
A faire de nous des héros,
Ils sauront bientôt que nos balles
Sont pour nos propres généraux.

 

Ouvriers, Paysans, nous sommes
Le grand parti des travailleurs ;
La terre n’appartient qu’aux hommes,
Le riche ira loger ailleurs.

Combien de nos chairs se repaissent !
Mais si les corbeaux, les vautours,
Un de ces matins disparaissent,
Le soleil brillera toujours !

 

 

 

L'internationale en Breton.

 

Deux versions de l'Internationale en breton sont proposées. Elles sont l'oeuvre de deux bretons qui ont en commun une origine modeste, une volonté farouche de s'instruire, associée un engagement politique progressiste. Les deux courtes biographies qui suivent sont assez parlantes à ce sujet. L'un des deux aura une véritable carrière politique.

Charles Rolland , né à Lannéannou en 1862 et mort en 1940 à Guerlesquin, fut un compositeur très productif de chansons en breton dont une grande partie sur feuilles volantes. Il exerca de nombreux métiers comme horloger, facteur et chapelier. Trés engagé politiquement à gauche et d'un anticléricalisme virulent, il utilisa son talent de compositeur et de polémiste pour propager ses idées en breton et en français.

 


 

D'origine modeste, Marcel Hamon ( 1908-1994) était originaire de Plufur. Il devint professeur de philosophie à 23 ans. Syndicaliste dans les années 1920 puis militant, il fut candidat communiste aux élections législatives dès 1934. Durant la Seconde guerre mondiale, Marcel Hamon fut responsable de « l'Organisation spéciale » dans le Maine-et-Loire (1941-1942). Il devint responsable national du Service B, service de renseignements des francs-tireurs et partisans français (1943-1944), puis responsable FTPF pour l'Ouest en juin 1944. Secrétaire de Maurice Thorez, il fut député des Côtes-du-Nord (1945-1951), maire de Plestin-les-Grèves de 1971 à 1977 et conseiller général du canton de 1973 à 1979. Sa vie et sa carrière ont été l'objet d'un travail universitaire

 

 

An Internationale
Laket en brezoneg gant  (Marcel Hamon)

 

War sao , tud doanet d'an douar
War sao an dud paour o deuz naon
Ar skiant a c'hop hag a lavar
Skei ar bed n'eun taol d'an traon

An traou koz a c'hall monet pell
Mevellien kaez, wae zao, war zao
Sklepomp anez a-benn bouell
Skuiz omp o veza esklao

Ar gann diweza a zo
Oll arog, ha souden
Breudeur drez-oll a vo
Elec'h enebourien

Nann n'a neus ket a zalvar braz
Na Doue, na mestr, na hun all
Produer, krog ebarz da benn-baz
N'em sov da hun gant ar re all
Da lak' al laeron da vont da goll
Da sklerijenn ar spered
Hon c'hoel c'hoezomp ta drez oll
War houarn tom a vez skoet

Mahet a vemp ar pez zo permet
N'em wada renkomp vit paea
Ar pinvidik n'euz dever ebed
Ar paour zo mad da vac'hata
Dan ar vaz o plega hon chouk
Deveriou ha droejou da bep den
Skouiz ez omp o chom atao mouk

Selet pebeuz pennou zo dioute
Rouez ar glaou, an hent houarn
Biskoaz n'euz gret ar botred vraz se
Nemat ober vel al louarn
Ebarz ar prejou an Aoutroune
Eman hon labour hag hon foan
Mankout ra d'emp tapout ane
Petramant chom atao dindann

Ar rouez a veve c'hanomp ive
Peuc'h etrezomp , tann d'ar re wask
Blegomp ket ken breman d'an arme
En teilh, lakomp fuzul ha kask
Met , ma deuz c'hoant an dreberien tud
D'ober d'emp evel al loeo
Ar fusul na chomo ket mud
Hag evite vo an tenno

Ouvrier, payzant, mum a hez
Ar bopl vraz euz ar re 'deuz poan
An douar n'hell ket beza dez
N'eus ket ar blas d'ar fenean
Ped zo o veva deuz hon gwad
Med ar brini a zo war dro
'N o fonz pa devo bed hon zroad
Neuze an heol a lugerno !

 

 

An Internationâl em brëzonec (traduction de Charles Rolland)

 

War memeuz tôn evel en gallek

War zao ! tud daonet an Douar !
Kent mervel gant an naon , war zao
Ar skiant a gomz ag a laar
Reï an diveza taol-chao !
Ar Bed-koz a bez d'an traon !
Meveillen paour , war sao ! atao !
Greômp vit mad dezi he c'haon
Bezomp maest lëc'h beza esklao !

Diskan (bis)

Ar gann divëza zo,
Holl , war zao a warc'hoaz,
N'o er bed met eur vro
Da vihan a da vraz !

En trezomp neuz salver ebed
Na pab, na roue, na den all !
Demp hon unan a vezo red
Ober aman ar gwir ingal :
Benn harz laëron braz da noazout,
Derc'hel ar spered en he blom !
A dao d'an ouarn keït m'he tom !!

Ar Stâd so fall ! pep lezenn kamm
An dëog a oad ar paour-kaez den ;
Deveriou d'ar re vraz neuz tamm
Gwiriou ar paour zo eur gomz ven
Awalc'h dindan Vaest kastizia
Al Lëaldet ' c'houlenn trëo all
Dindan-hi 'veffomp memeuz tra
Gant deveriou , droëjou ingal !?

Udur ! en kreïz ho brassoni,
Mistri war an holl labour
Deuz gret biskoaz met ransoni
Laerez poan ar micherour ;
Rag en em prez an dud didalve
Kement ve kroûet ve teuzet ;
Goulennomp vo rentet hep dale
D'ar bobl kaez ar pez so gleêt ?

Micherourien a koërijen.
Memprou a labour ar bed-man,
Ar bed so d'al labourerien !
An dud didalve diwarn-han !
Deuz hom c'hoejen hint holl lard mad :
Na pa deufe eur sort brini
Eun deîz an douar da gwitâd
An heol ‚zalc'ho da lugerni !

Garz ebed ken kreïz-tre pep Bro !
An holl dud breudeur war ar bed !
Ar brezellou zôd er blôto !
Dao d'ar re vraz c'hoaz m'ar be red
Evit-hê n'effomp biken ken
A villerou de n'em drailla !
War zao ! ar skiant so ho ren
Demp vo red terri pe blega !?!

 

  

 

 

Partager cet article

Repost0
26 février 2011 6 26 /02 /février /2011 09:23

Exposé préparatoire à la réunion publique des candidats du Front de Gauche dans le canton de Saint Pol de Léon, Ismaël Dupont et Yvette Le Bars, à Plougoulm le vendredi 25 février, en présence de 13 personnes.

 

I/ Présentation des candidats. Présentation des organisations et des ambitions du Front de Gauche, né en 2008.

II/ Présentation de nos grands axes de campagne et de nos priorités si nous étions élus:  

  • Lutter contre la réforme des collectivités territoriales/ - contre l'assèchement des finances des collectivités locales et du CG en particulier liés aux transferts de charge sociales (RSA, APA...) en 2004 non compensées intégralement, à la RGPP (Révision Générale des Politiques Publiques) et à des réformes fiscales (suppression de la taxe professionnelle) qui visent à réduire l'offre de service public pour diminuer les impôts des privilégiés et ouvrir toujours d'espace au secteur marchand concurrentiel.

  • Promouvoir la solidarité et la réduction des inégalités sociales dans le 29.

  • Mettre des objectifs de préservation du cadre de vie naturel, d'une alimentation de la qualité, de la santé et des ressources environnementales, au cœur des politiques publiques dans le 29 comme au niveau national.

  •  Impliquer davantage les citoyens dans la réflexion et la discussion sur les orientations politiques et les projets de développement du département. 

III/ Notre projet en matière de préservation de l'environnement. fev 2011 019

 

1) Grands principes généraux qui doivent orienter notre réflexion sur le sujet avant de rentrer dans le détail des propositions.

 

a) Au préalable, il nous faut rappeler une vérité qui n'est pas assez soulignée dans le débat public: toute politique écologique efficace de défense des biens naturels communs pour la préservation de la terre et de nos modes de vie implique de rompre avec le « laisser faire libéral » et les logiques capitalistes de valorisation du profit privé à court terme au détriment de l'intérêt général à long terme. L'écologie apolitique à la Yann Artus Bertrand ou à la Nicolas Hulot qui se contente de responsabiliser ou de culpabiliser l'individu sans remettre en cause le système capitaliste et les intérêts industriels est une imposture.

Pour exemple, la libéralisation des prix agricoles et la suppression des restrictions à l'importation sous l'influence de l'OMC dans les années 90 et de la politique de Delors au niveau européen ont renforcé les logiques d'agriculture productiviste en Europe, ruiner l'agriculture traditionnelle des pays en voie de développement à laquelle se substituent des agricultures et des élevages d'exportation très polluants. Crise alimentaire dans les pays du Sud, amplifiée par la financiarisation de l'économie et la spéculation sur les matières premières, devenues des valeurs refuges pour les appétits boursiers.

Autre exemple: la nécessité de neutraliser les grands lobbies de l'industrie, de l'énergie, des entreprises de gestion de l'eau, de l'agro-alimentaire pour réorienter l'emploi et l'investissement public dans des activités plus respectueuses de l'environnement. Or, l'Etat et l'Union Européenne sont infiltrés par des hommes politiques plus ou moins soudoyés par ces intérêts privés. Ex. des OGM, du nucléaire, de la défense de l'agriculture productiviste, des lobbys de l'automobile et du pétrole aux Etats-Unis. Se battre pour l'environnement, c'est aussi se battre contre cette oligarchie qui ne se refuse aucun conflit d'intérêt, aucune compromission (ex. dans « Water makes money »: on apprend qu'Eric Besson et Dominique de Villepin sont appointés par Véolia...).

 

b) Même si la terre et le vivant ont une valeur en eux-mêmes par leur beauté et leur caractère primordial et irremplaçable pour ce seul être vivant suffisamment conscient pour se poser la question des valeurs qu'est l'homme, le combat écologique a pour pilier et pour première justification la lutte sociale pour plus d'égalité et de solidarité dans les rapports humains, pour le droit à une vie bonne pour tous.

En effet, ce sont les pauvres et les classes populaires dans les pays développés qui sont les premières victimes des modes de travail et de production dangereux pour la santé (agriculture, bâtiment), de la malbouffe créant de l'obésité, des maladies cardio-vasculaires, des cadres de vie urbains ou ruraux dégradés, des logements dévorateurs d'énergie, de l'augmentation du prix des carburants. Ce sont surtout les populations des pays pauvres qui paient et paieront encore plus demain le prix exorbitant du réchauffement climatique (inondations, catastrophes naturelles, progression des déserts...), de la destruction des forêts, de la pollution des eaux potables, de la privatisation des organismes vivants et des monocultures d'exportation polluantes.

De la même manière, tandis que les pays riches deviennent de plus en plus des pays à emploi de services « propres », on délocalise une industrie dévoratrice de ressources naturelles et destructrice de l'environnement dans des pays où la main d'œuvre est peu payée. Pour nous permettre de continuer à consommer beaucoup de produits manufacturés ou alimentaires pour maintenir les profits des multinationales malgré la stagnation des salaires, on dégrade l'environnement et la santé des chinois, indiens, vietnamiens... Il faut relocaliser l'industrie et produire de manière plus écologique avec plus de garanties sociales, en cessant d'organiser des déplacements de marchandises continuels dévorateurs d'énergie et polluants pour organiser le dumping social, la concurrence internationale des salariés et le nivellement par le bas des salaires pour le plus grand profit des actionnaires.

 

c)On ne peut attendre le salut des recettes innovantes du « capitalisme vert » prêt à nous vendre ses nouvelles technologies avec l'étiquette aguicheuse de l'éco-compatibilité, du développement durable.

Exemple: - Droits à polluer et à émettre du CO2 consacrés par le sommet de Copenhague qui peut créer un marché spéculatif de la pollution. Autre exemple: agrocarburants qui justifient la destruction des forêts primaires au Brésil, en Indonésie et l'expropriation des agriculture familiale ou des peuples de chasseurs-cueilleurs pour introduire de des plantations de colza ou de palmiers à huile...

 

d) Quelque soit les progrès techniques réalisés, on ne pourra se dispenser pour faire face aux défis environnementaux d'une réorientation de nos modes de vie qui devront être moins basés sur la consommation, le gaspillage, moins dévorateurs d'énergie, plus respectueux des équilibres du vivant et de la biodiversité. Il faut vivre de manière plus sobre et repenser les conditions de notre bien-être en intégrant la question du devenir de la Terre et des générations futures. La notion de décroissance, de réduction de l'activité économique globale, de la production et de la consommation d'énergie et de biens manufacturés, ne doit plus être caricaturée comme une nostalgie d'une ère idyllique d'harmonie avec la nature et comme contraire à des objectifs de progrès social.

 

Cette révolution culturelle peut être facilité par a) l'exemple d'expériences novatrices audacieuses qui nous montrent la possibilité de vivre, de produire et de consommer hors des sentiers battus b)la sensibilisation médiatique, l'éducation: les générations qui arrivent sont bien plus conscientes des périls écologiques et de la nécessité de changer nos modes de vie que les quarantenaires ou les enfants du baby boom...c) La réglementation contraignante et la fiscalité incitative à condition qu'elle ne s'applique pas qu'aux consommateurs mais aussi aux entreprises sont les premières responsables des émissions de gaz à effet de serre et de la production de déchets. cf. Problème de la taxe carbone qu'a voulu imposer Sarkozy et son gouvernement.  

  1. Notre projet de politique écologique pour le Finistère:

     

    a) Créer, maintenir ou renforcer des services publics efficaces pour la gestion de l'eau, des déchets, la production énergétique, des transports en commun.  

  • Soutenir le retour en régie publique de la gestion de l'eau.
  • En finir avec les recours à la sous-traitance dans la filière nucléaire et la suppression du monopole d'EDF dans le secteur, au profit de GDF Suez.
  • Densifier les navettes inter-urbaines ou inter-bourgs à 2 euros... Plus de taxis affrétables à coût modique par des personnes âgées à mobilité réduite. Développer le frêt ferroviaire et empêcher que le secteur privé seul bénéficie de ce retour en grâce.

     b) Maîtriser la consommation d'énergie et diversifier les sources d'énergie.

 

La production d'énergie est une compétence de l'Etat, voire de la région mais cela n'empêche pas les élus et les candidats à l'élection au CG de se prononcer.

Depuis les années 1970, la France a réduit sa dépendance énergétique de 80% à 50% grâce au développement de l'industrie nucléaire. Mais ces centrales nucléaires, comme le nucléaire militaire, font planer une menace de catastrophe de grande ampleur toujours possible sur la population et les besoins en uranium nous font mener une politique néo-coloniale au Niger, et l'uranium non plus n'est pas inépuisable, son coût devant bientôt augmenter. Par ailleurs, nos déchets nucléaires sont envoyés à prix fort à l'étranger, avec les problèmes éthiques que cela pose. On peut comprendre les investissements dans la recherche pour créer une nouvelle génération de réacteur nucléaire, les EPR, plus performants, mais il ne faudrait pas qu'elle ne soit qu'une vitrine pour exporter nos industries à haute valeur ajoutée, afin de nourrir des intérêts privés.

Certes, il n'est guère réaliste de vouloir sortir de nucléaire à brève échéance mais il faut progressivement orienter l'investissement vers d'autres sources d'énergie possible, et des énergies renouvelables (éolien, énergie hydraulique, solaire, géothermie, biomasse) et surtout intensifier la politique de soutien à la construction et à la rénovation des bâtiments pour les rendre plus économes en énergie et de soutien au transport public pour qu'il soit densifié et peu coûteux afin d'être une alternative véritable au transport

Au niveau de la Bretagne, on ne peut guère se satisfaire de l'actuelle situation de dépendance énergétique.

Dans un article du Ouest France du 19 janvier 2011, on apprend que la région ne produit que 8% de son électricité, essentiellement depuis le barrage de la Rance, tandis qu'elle est approvisionnée par les centrales nucléaires de Chinon, de Flammanville et la centrale thermique de Cordemais. Or, l'électricité est l'énergie que la F peut produire, contrairement au gaz ou au pétrole.

Encore que... le projet de centrale au Gaz à 450 MW de Guipavas prévoit de produire de l'électricité à partir d'une source d'énergie que nous importons à 97% et qui est fortement émettrice de gaz à effet de serre. Au départ, projet de centrale à Ploufragran dans le 22 – destinée à tourner 10 fois plus que les pics de consommation l'aurait exigé, exigence de rentabilité oblige. Le président du CG de Gauche avait pris une ferme position anti-centrale, de même que les élus locaux départementaux de gauche.

Cette centrale thermique de Guipavas voulue par Borloo et Le Drian, qui remplacerait à l'horizon 2015 les anciennes au fioul de Dirinon (170 MW) et Brennilis (295 MW) qui ne tournent que 200 h/ an, lors des pics de consommation, tournerait certainement beaucoup plus régulièrement pour être rentable et produirait 10% des besoins bretons, contre 34% en énergies renouvelables (éolien: Saint Brieuc, Saint Nazaire...) et 56% d'approvisionnement extérieur (nucléaire et thermique).

Nous aurions préféré que l'on mise sur l'utilisation de l'énergie hydraulique du lac de Guerledan ou de l'énergie des courants marins de la rade de Brest... Ainsi que l'utilisation de l'énergie des éoliennes: le projet national prévoit 600 éoliennes offshore de Dieppe à Saint Nazaire pour une production de 3000 mégawatts, l'équivalent de 2 réacteurs EPR. Saint Brieuc: un sixième du programme national.  

 

c) Aller vers moins de déchets et mieux les traiter.

 

Actuellement, 4 sites d'incinération dans le 29: Brest, Briec, Concarneau, Carhaix. Un seul centre d'enfouissement; Tréméoc, sur la commune de Plonéour-Lanven. Aller vers une fermeture des incinérateurs les mâchefers, produits qui concentrent les métaux lourds, doivent ensuite être stockés ou enfouis sous les sous-couches autoroutières.

Mettre l'accent sur la prévention et la fiscalité incitative pour produire moins de déchets, aussi bien au niveau des particuliers que des industriels, des entrepreneurs de travaux publics et de la grande distribution (les déchets ménagers ne représentent que 5% des déchets -le reste est produit par les agriculteurs, les travaux publics, le bâtiment). Se méfier de la recette miracle de la méthanisation des déchets organiques si elle doit être un encouragement à la poursuite de l'agriculture intensive et de la spécialisation de la Bretagne dans l'élevage à quantité industrielle.

 

d) Promouvoir une agriculture familiale de qualité, à l'échelle humaine, respectueuse du vivant, de l'environnement et de la santé publique, et permettre aux agriculteurs d'obtenir la juste rémunération de leur travail.  

  • Se battre pour une réforme de la politique agricole commune et plus généralement une rupture avec les préconisations libérales de l'Europe pour protéger d'une concurrence déloyale qui la ruine l'agriculture familiale non productiviste en relevant les barrières douanières ou en passant des accords de non-concurrence à l'intérieur de l'Europe et en garantissant des prix rémunérateurs aux agriculteurs, afin qu'ils ne travaillent pas à perte, avec des revenus inférieurs à leur prix de revient.

  • Fixer des règles plus strictes pour limiter au maximum l'usage des intrants chimiques, des pesticides ou produits phytosanitaires, et le rejet dans les nappes phréatiques et les rivières de l'azote liés aux déjections d'élevage porcin ou bovin... Revenir à une agriculture qui ménage la terre, les eaux et le vivant, et qui est surtout, même si elle ne présente pas les mêmes rendements, moins coûteuse pour la société. On ne fait rarement le bilan comptable du coût de l'agriculture intensive qui nous permet d'avoir des produits agricoles à bas prix: coût quasi indolore pour le consommateur (quoique dans le canton, on ne boit pas l'eau du robinet, bourrée de nitrate...) mais non pour le contribuable: traitement de l'eau, nettoyage des plages, désaffection des touristes, cancers à soigner... Ex: dans le Ouest France, le mois dernier, on apprenait que les bretons déboursent 600 millions d'euros par pour rendre l'eau potable, soit l'équivalent de la moitié du budget du conseil régional...  

  • Œuvrer à la relocalisation de l'alimentation et de l'agriculture et à la promotion de l'agriculture bio et durable ou raisonnable à travers les commandes de restauration collective, l'information et l'éducation, les prêts préférentiels consentis à l'installation des petits agriculteurs bio, et le soutien aux circuits courts.  

  • Redonner des terres à l'agriculture. Lutter contre l'étalement urbain et empêcher le grignotage des surfaces agricoles favorisant l'habitat résidentiel et la spéculation immobilière. Les propriétaires bretons sont trop gourmands en terrain pouvait -on lire dans un dossier du Ouest France (1100 m2 en moyenne) plus culture de la maison individuelle qui représente 70% de l'habitat en Bretagne contre 54% au niveau national. Idem pour les zones d'activité artisanales, industrielles et commerciales

Partager cet article

Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 17:26

 

Algues vertes: je suis indigné.

 

A plus d’un titre je suis scandalisé et révolté en même temps. J’ai honte des prises de positions du président de la région Bretagne relayées par G.LAHELLEC (Ce qui soit dit en passant n’a rien d’étonnant, mais quelle image !) Positionnement qui vise à jeter en pâture les initiateurs des affiches de France nature environnement.

Que reprochent nos élus à ces propagandistes des algues vertes ? Justement de dire et d’afficher haut et fort la vérité sur les conséquences trop visibles voir mortelles d’une politique agricole intensive, productiviste à outrance. Bref ! la recherche du profit immédiat, le tout sans se soucier de l’homme et la nature. Il me semble que cela s’appelle : LE CAPITALISME.

De quel droit M LE DRIANT et consorts interdiraient un droit d’expression comme l’affichage, même si le sujet fâche ( la RATP à annuler les affichages de FNE qui devaient avoir lieu dans le métro parisien)? Comme cela ne suffisait pas, Nicolas SARKOZY au salon de l’agriculture dénonce les affiches de FNE comme : « détestables » …Surtout ne pas faire de rapprochement avec l’annulation de l’affichage/FNE par la RATP dans le métro parisien. Les affiches donneraient une mauvaise image, cela nuirait au tourisme, etc... A quand l’interdiction des affiches qui dénonceraient la misère, la précarité, les conditions de vie sur les lieux de travail, la casse des entreprises, la désertification de nos campagnes ou encore la casse de la pêche Bretonne ? Après-tout cela ne nuit-il pas à l’image de la majorité de nos élus Bretons comme ceux de l’Assemblée Nationale. Parti socialiste et droite sont plus que jamais sur la même ligne : celle de l’Europe du profit et de l’ignorance des peuples.

 

Jean-Luc Le Calvez.

Partager cet article

Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 17:20

De qui se moque-t-on ?

 

En lisant « la peur bleue de Trichet, l’augmentation des salaires », je ne sais pas s’il faut rire ou bien rentrer dans une colère sans pareille.
Donc, comme cela Trichet voudrait ne pas augmenter les salaires, ou tout du moins avec beaucoup de modération, afin d’éviter une hausse des prix et également augmenter le chômage.
De qui se moque-t-on ?

M. Trichet sait-il que le SMIC est à 1 073 € nets par mois, (pour lui, il croit peut-être que c’est par jour !!!) et que les Français sont de plus en plus dans la misère. Qu’une famille ne peut pas vivre avec cette somme. Que l’on met de plus en plus les gens dans la précarité.

Et à côté de ces propos, l’on entend que les grands groupes affichent une belle santé financière et redistribuent généreusement une bonne part de leurs profits aux… actionnaires.
Qui a contribué à créer des profits ?
Qui devrait en bénéficier (ou tout au moins d’une partie) ?
Non, d’après M. Fichet il faudrait que les salariés travaillent et se taisent. Qu’ils mangent à leur faim ou non, il s’en fiche !

Au moins, M . Baroin lui, dit : « Notre objectif, c’est de faire en sorte que tous les efforts produits n’abiment pas le quotidien et permettent à terme une augmentation des salaires »

Qui est-ce M. Baroin ?

Non, je rêve !

C’est le porte-parole du gouvernement de M. Sarkozy et ministre du budget.
Alors ! Vous comprenez quelque chose, vous ?

C’est lui qui impose un « gel » du point (base de calcul des salaires) aux cinq millions de fonctionnaires !

Vous connaissez la chanson :

« Paroles, paroles… » ?

 

Monique DAVID

Partager cet article

Repost0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 20:13

Pour vous renseigner sur les réunions publiques, le programme et les axes de campagne des candidats du Front de Gauche à Saint Thegonnec, Daniel Ravasio et Maryse Berthou, cliquez sur les liens ci-dessous:  

 

Consultez le tract de campagne du canton de Saint-Thegonnec

Découvrez l'affiche de campagne de Daniel Ravasio et Maryse Berthou

Partager cet article

Repost0
22 février 2011 2 22 /02 /février /2011 19:01

Le blocus de Gaza n'a que trop duré. Une économie paralysée par le manque de matières premières et l'impossibilité d'exporter, une population rigoureusement enfermée dans son territoire, sans aucune maîtrise de ses frontières, une précarité insupportable en matière de santé et d'éducation: ce blocus constitue de fait une punition collective à l'encontre de toute la population civile de Gaza et représente une violation évidente du droit humanitaire international.

 

Après l'assaut livré en haute mer à la "Flotille de la Liberté", le 31 mai 2010, une pression internationale considérable s'était exercée sur le gouvernement israélien, qui avait annoncé des mesures d'"assouplissement" du blocus. Or, aucun changement notable n'est intervenu dans la situation des Gazaouis.

 

bateau-gazaC'est pourquoi une nouvelle flotille de la liberté doit s'élancer vers Gaza au printemps prochain, à l'initiative du Collectif National pour une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens et de la plateforme des ONG françaises pour la Palestine (www.unbateaupourgaza.fr )dont le but est de: 

 

1) Dénoncer et briser le siège israélien de Gaza

 

2) Promouvoir et faire respecter le droit international

 

3) Répondre à la crise humanitaire que subissent un million et demi de Palestiniens de Gaza en manifestant notre solidarité envers la population palestinienne de Gaza.

 

Un collectif s'est créé à Morlaix regroupant 31 organisations: Mouvement de la Paix, Peuples solidaires, ACAT, PCF, LDH, Morlaix-Wavel, AFPS, ARAC, Cie Schpouki Rolls, Utopia Bretagne, NPA, Europe Ecologie/ Les Verts, PS, Artistes pour la paix...) et de nombreuses personnalités.

 

 

Ce collectif a décidé de prendre plusieurs initiatives afin de récolter des fonds pour affréter le bateau français. Il y aura notamment des présences sur les marchés avec collecte de fonds, signature de soutien. Le premier rendez-vous de sensibilisation du public est fixé sur le marché de Morlaix le samedi 5 mars à 10 h, à l'occasion de la journée nationale pour Gaza.

Le Fest-Noz qui permettra de collecter l'essentiel des fonds pour l'opération aura lieu le vendredi 22 avril à Saint Thegonnec.

La prochaine réunion d'organisation du soutien de la région morlaisienne à l'opération "Un bateau pour Gaza" aura lieu dans les locaux de la LDH le lundi 28 février.

 

Les communistes morlaisiens, solidaires du peuple palestinien, sont très impliqués dans cette initiative: ils seront présents et actifs pour la réussite de cette action.

Partager cet article

Repost0
20 février 2011 7 20 /02 /février /2011 10:26

 

Réflexion préparatoire à la réunion publique du Vendredi 25 février à Plougoulm (20h à la salle Goariven) sur le thème "Changer de modèle de production et de consommation pour préserver l'environnement" et à la réunion publique du vendredi 11 mars à l'île de Batz sur le thème: "Quel avenir pour l'agriculture dans le Finistère?", réunions-débat organisées dans le cadre de la campagne du Front de Gauche aux Cantonales à Saint Pol de Léon.  

 

 

Fin octobre, une catastrophe écologique due au traitement d'une parcelle destinée à la culture des mâches avec du Metam Sodium, un pesticide toxique interdit à la commercialisation, a conduit à la destruction de 130 tonnes de truites dans la pisciculture de Plougoulm, mais aussi de toute la faune aquatique du Guillec sur plus de 13 km et à la pollution de la baie de Mogueriec. Cet événement traumatisant pour les habitants de Plougoulm et Sibiril nous rappelle combien il est dangereux de conserver, sous prétexte de compétitivité économique et de sécurité alimentaire, des habitudes de productivisme agricole et de course aux rendements qui détruisent la biodiversité, conduisent à des conditions de vie animales immorales et affectent notre santé.

 

 

 

Bien sûr, il est inutile et injuste de se contenter de culpabiliser les agriculteurs comme paraît le faire l'association France Nature Environnement dans sa campagne d'affichage sensationnaliste dans le métro parisien pour alerter sur le problème des algues vertes. Les éleveurs de cochons se sont intégré, à un moment où le cours du porc était plutôt favorable à une expansion de la filière, à un système qui les contraint aujourd'hui à faire toujours plus de rendement pour éviter la faillite, tant la pression des industries agro-alimentaires qui leur vendent des aliments, et les pressions de la montée du cours des céréales, de l'écrasement des prix par la surproduction et des exigences de rentabilité de la grande distribution sont fortes. Ces éleveurs de porcs, comme depuis quelques années les éleveurs de vaches laitières, travaillent beaucoup et trop souvent à perte, tant les investissements qu'ils ont fait pour satisfaire les normes d'hygiène et environnementales de l'Union Européenne sont coûteux pour eux. Ils ont déjà fait des efforts et ont l'impression d'être les boucs-émissaires d'une prise de conscience tardive des dégâts

écologiques de notre modèle de consommation par des populations urbaines éloignées des réalités rurales.

En même temps, la société ne peut se satisfaire de ce contre-modèle d'agriculture polluant et aberrant qui est promu par le mode d'attribution des subventions de la PAC depuis des décennies et la libéralisation des prix et des échanges internationaux favorisée par Jacques Delors en son temps les négociations à l'OMC de Pascal Lamy, son ancien directeur de cabinet. 

L'industrie agro-alimentaire recourt pour ses produits transformés à des céréales, des légumes et de la viande importés souvent de très loin, et qui s'avèrent donc très coûteux en émission de gaz à effet de serre. Sur les étals de nos grandes surfaces, on trouve trop souvent des fruits et légumes récoltés dans des pays étrangers par une main d'œuvre exploitée mûris artificiellement, bourrés de résidus de produits phyto-sanitaires.

 

Si l'on veut protéger des normes sociales, sanitaires et environnementales ambitieuses au niveau français et européen, il faut donc réintroduire une forme de protectionnisme sur les produits agricoles et ne pas laisser les marchés mondiaux organiser la mise en concurrence des producteurs, le nivellement par le bas de la qualité des produits et des rémunération, ainsi que la fluctuation spéculative des prix, les matières premières devant une cible de choix des spéculateurs après la crise immobilière.  

 

Il est nécessaire de relocaliser l'agriculture, d'organiser grâce au soutien public des circuits courts reliant les producteurs et les consommateurs en réduisant les transports de marchandises et les marges des intermédiaires. Il faut aussi passer d'une culture de la norme à une culture de la règle: cela ne sert à rien de promouvoir une niche commerciale et citoyenne « bio » concernant peut-être 10% des consommateurs parmi les plus aisés et les plus éduqués, si, à côté, l'alimentation du grand nombre est de mauvaise qualité, du fait d'une trop grande tolérance à une alimentation et à des conditions de vie dénaturées pour les animaux d'élevage, à l'usage des pesticides et des additifs, et à l'abus des engrais biologiques et chimiques qui polluent les rivières et les sources.

 

Il faut réorienter la Politique Agricole Commune pour qu'au lieu d'organiser la concurrence par la course au rendement et à l'extension responsable de la disparition de nombreuses exploitations, elle maintienne l'emploi agricole en garantissant aux producteurs des prix honnêtes, en les protégeant contre le pouvoir de la grande distribution et des firmes agro-alimentaires, et en privilégiant, sur le tout-quantitatif, la qualité et la durabilité de la production agricole qui ne doit pas épuiser la terre et dénaturer le vivant.

 

L'encouragement au productivisme de l'agriculture européenne a en effet été responsable de crises de surproduction attendues et de la baisse spectaculaire des prix des denrées alimentaires qui s'est accompagné de perte de conscience dans la population du besoin d'une rémunération juste du travail agricole et de la qualité des produits qu'il génère. L'Europe et les Etats-Unis ont aussi complètement dynamité la sécurité alimentaire et les agricultures vivrières dans les pays en voie de développement en les encourageant, via les recommandations du FMI et de la Banque Mondiale, à se spécialiser dans des monocultures d'exportation profitant surtout à quelques grosses fortunes locales et aux multinationales au dépens de l'agriculture traditionnelle, victime de la concurrence des céréales, de la viande et des produits transformés à bas prix (car subventionnés) venus d'occident. C'est ce qui a provoqué la ruine de millions d'agriculteurs dans le Tiers Monde, venus alimenter les bidonvilles des grandes agglomérations en parvenant ainsi d'autant moins facilement à assurer leur survie et leur alimentation convenable en cessant de travailler la terre.

 

En France, il nous faut aider les petits exploitants agricoles décidés à se plier aux normes d'une agriculture durable ou raisonnable à s'installer par des prêts sans intérêt du conseil général pour l'acquisition de terres, par la protection municipale des terres agricoles contre la pression de la spéculation immobilière, par le soutien public à l'organisation de filières de vente aux particuliers de ces produits de qualité dans les secteurs de production, et enfin par la limitation de l'extension des grosses exploitations qui tendent à écraser la concurrence.

 

Dans ce cadre, on ne peut que regretter la politique électoraliste de Le Drian, si prompt à dénoncer comme criminelle, anti-paysanne et anti-bretonne la campagne choc de France Nature Environnement. Au conseil régional de Bretagne, Le Drian, comme il l'avait promis lors de l'entre-deux tour de sa campagne électorale pour affaiblir ses adversaires d'Europe Ecologie et passer pour un défenseur de l'emploi breton dans l'agro-alimentaire, favorise l'installation et les subventions aux grands élevages porcins. Cela va dans le sens des encouragements au productivisme obtenus grâce à la pression des lobbies à l'Assemblée Nationale et au gouvernement, avec le relèvement des seuils d'autorisation de création ou d'agrandissement et de regroupement d'élevages, non soumis à enquêtes publiques et études d'impact sur l'environnement. Ainsi, un décret édicté cet hiver dans la logique de l'amendement Le Fur du 30 juin 2010 permet d'augmenter sans étude d'impact de 5% les seuils d'élevage jusqu'à des seuils impressionnants de 2000 porcs charcutiers, 750 truies, 40000 volailles...

 

Quand allons nous prendre conscience de la nécessité de produire mieux et de restaurer une agriculture à taille humaine retrouvant des méthodes traditionnelles moins destructrices de la terre et du vivant?

 

Ismaël Dupont.

Partager cet article

Repost0
18 février 2011 5 18 /02 /février /2011 20:24

 

Affiche cantonales 002Ismaël DUPONT Candidat du Front de Gauche, militant PCF depuis 2007. J'ai 31 ans et je suis documentaliste au lycée Tristan Corbière de Morlaix, après avoir enseigné plusieurs années la philosophie. J'habite à Morlaix mais j'ai des attaches fortes dans le canton, ma maison familiale se trouve à Plougoulm.  

 

Yvette LE BARS Candidate remplaçante, militante PCF. Retraitée de l'Éducation nationale, j'étais directrice d'école, et militante syndicale à Roscoff où je réside depuis 1959.

 

 

 

ELECTIONS CANTONALES – Canton de SAINT-POL DE LEON

 

UNE BONNE GAUCHE CONTRE LA DROITE !

 

 Les cantonales des 20 et 27 mars représentent un enjeu fort. Il s'agira d'abord de dénoncer l'étranglement financier des conseils généraux qui limite considérablement leurs marges de manœuvre pour répondre aux besoins en matière d'aménagement du territoire, de soutien à l'emploi, de protection sociale, d'aide à l'autonomie des personnes âgées, d'équipements et de services de qualité dans les domaine de l'éducation, de la santé, des transports, de la culture.

Nous devrons ensuite manifester notre volonté d'abroger la réforme des collectivités territoriales prévue pour 2014. Elle remet en cause l'existence des départements et privilégie la concurrence entre communautés de communes au détriment des logiques de coopération entre zones rurales et urbaines. Cette réforme éloignera encore plus les citoyens des lieux de décision. En créant un scrutin uninominal à un tour pour élire les conseillers territoriaux, elle renforcera la mainmise de la droite sur les collectivités locales et le Sénat tout en renforçant le bipartisme UMP/PS si étouffant pour notre démocratie.

Enfin il faut se mobiliser le 20 mars prochain parce que ces élections sont les dernières avant 2012. Il est indispensable de retirer toute légitimité à la politique de régression démocratique et sociale de Sarkozy tout en créant un rapport de force favorable pour une gauche de transformation sociale. Rendons ainsi possible une véritable alternative aux politiques libérales que les français ont désavouées en refusant le projet de constitution européenne en 2005, en faisant échec au CPE en 2006 et en montrant leur capacité de mobilisation pour défendre la retraite à 60 ans à l'automne 2010. Ces réformes libérales, dont la crise du capitalisme financier de 2008 montre les ravages, ne font qu'adapter les sociétés aux besoins des marchés, dans le cadre d'une Europe gérée de manière oligarchique, en détruisant les garanties collectives des salariés, la protection sociale, les services publics conquis de haute lutte par les citoyen

 

Nos réunions publiques : débattons ensemble !

 

  • Plougoulm: vendredi 25 février, 20 h, salle Goariven.

    « Changer de modèle pour préserver l'environnement »

  • Santec: sam. 26 février, 17 h, Le bistrot à Crêpes (Méchouroux)

    « Défendre les services publics et la protection sociale »

  • Mespaul: vendredi 4 mars, 18 h, Espace polyvalent (face mairie).

 Plouénan: vendredi 4 mars, 20 h 30, « le Mille Club »

  • « Un département pour tous les âges »

  • Roscoff: jeudi 10 mars, 20 h, grande salle Mathurin Méheut.

    « Lutter contre la réforme des politiques territoriales et défendre les services publics »

  • Ile de Batz: vendredi 11 mars, 14 h, crêperie «A l'abri du vent » 

    « Quel avenir pour l'agriculture dans le Finistère? ».

  • Saint-Pol : vendredi 11 mars, 20 h, Keroulas, salle Cheminée

    « Mettre en place des politiques de solidarité dans le 29 »

  • Morlaix: mercredi 16 mars, 20 h 30, MAJ

    Réunion publique Front de Gauche pour un programme partagé

« Changer les institutions pour un renouveau démocratique »

 

 

Porter des propositions pour un Finistère

à gauche, solidaire, écologique et citoyen

 

 

AGIR POUR UNE REDUCTION DES INEGALITES SOCIALES ET PLUS DE SOLIDARITE

  •  

    La suppression de la taxe professionnelle (6 millions de recettes en moins pour le CG 29 cette année) reporte sur les familles le financement de services qui relevaient de la contribution des entreprises à la solidarité nationale. Pour poursuivre sa politique de baisse d'impôt pour les sociétés privées et les hauts revenus, le pouvoir organise l'asphyxie financière des collectivités locales de sorte que celles-ci réduisent leur offre de protection sociale et de services publics, si nécessaire en cette période de crise.

  • Rassembler l'ensemble des départements de gauche pour exiger la compensation intégrale des transferts de charge, plus d'autonomie fiscale et la fin du gel des dotations.

  • Impulser une dynamique ambitieuse pour la création de nouveaux logements sociaux économes en énergie et rénover l'habitat HLM vétuste. Un tiers des ménages peuvent prétendre à un logement social, or l'offre est largement insuffisante dans le canton et dans le Finistère, particulièrement en période de forte augmentation des loyers et des prix de l'immobilier.

  • Cesser de réduire le nombre d'heures d'aides à domicile financées par l'APA pour les personnes âgées ayant perdu une partie de leur autonomie et augmenter le nombre de places dans les maisons de retraite sans but lucratif.

  • Développer et défendre une offre diversifiée de service public de proximité. Lui seul permet à chacun de contribuer selon ses moyens et de recevoir selon ses besoins. Ras le bol de voir fermer ou dysfonctionner faute de moyens les classes de nos écoles, les bureaux de poste, les services des hôpitaux de proximité.

  • Rénover les écoles et collèges publics.

  • Proposer une politique publique d'accueil de la petite enfance qui passe par l'ouverture de places en crèche, la formation des assistantes maternelles, le droit à la scolarisation dès 2 ans en maternelle.

  • Aider les communes cherchant à se doter d'équipements culturels. Les associations proposant des activités artistiques, les écoles de musique, ne doivent pas être sacrifiées sur l'autel de l'austérité budgétaire. La culture doit être accessible à tous, ruraux et urbains, familles aisées ou modestes. Il nous faut faire du Finistère un département de haut rang pour la culture et la création artistique, terreau de liens sociaux.

  • Soutenir les équipes des services sociaux qui s'investissent dans l'aide à l'insertion des jeunes peu diplômés, des habitants en situation de précarité, des travailleurs pauvres, des personnes handicapées.

UNE POLITIQUE ECOLOGIQUE

VOLONTARISTE

Réchauffement climatique, raréfaction des sources d'énergie, diminution de la biodiversité, pollution de l'air, des rivières et des côtes, malbouffe et bêtes transformées en machines à produire de la viande, appauvrissement des sols... Cessons d'opposer progrès social et protection de l'environnement !

Il est évident que libéralisme et capitalisme mondialisé sont les principaux responsables des désastres écologiques: ils favorisent l'appropriation marchande et l'exploitation à outrance des biens communs naturels (eau, forêts, terres cultivables), les délocalisations, les monocultures d'exportation et l'utilisation abusive de pesticides au détriment de la sécurité et de la qualité alimentaire. Mais c'est aussi à nous d'agir sur ce qui est en notre pouvoir, d'adapter nos modes de vie, de consommation et de production aux connaissances que nous avons sur la vulnérabilité de la terre. Le progrès technique et le nouveau filon du « capitalisme vert » ne pourront trouver à eux seuls des parades à la crise écologique.

  • Privilégier les énergies renouvelables. Renforcer les plans d'économie d'énergie dans les collèges, le logement social et l'habitat privé.

  • Soutenir le retour en régie publique de la gestion de l'eau, organiser la complémentarité des services publics de traitement des déchets les moins polluants possibles (en évitant notamment les incinérateurs).

  • Mettre l'accent sur la réduction des déchets par la formation des particuliers et une tarification incitative pour les entreprises.

  • Refuser le tout productivisme agricole. Promouvoir une agriculture respectueuse de l'environnement et de la santé publique (prêts à taux préférentiel pour l'installation, produits locaux et bio pour la restauration collective des scolaires). Plaider pour que tous respectent des règles ambitieuses en ce qui concerne l'utilisation des engrais, des pesticides, le stockage des déchets, l'alimentation animale. Une niche commerciale « agriculture bio »ne suffit pas !

  • Défendre les petites exploitations agricoles en se battant pour une forme de protectionnisme, une garantie publique des prix au niveau européen, et une limitation des marges de la grande distribution et des transformateurs. Subventionner les initiatives qui rapprochent consommateurs et producteurs locaux.

     

POUR UN RENOUVEAU

DEMOCRATIQUE

La démocratie est mise à mal dans notre pays: concentration du pouvoir médiatique, autisme de l'exécutif face aux revendications sociales, conflits d'intérêts et corruption au plus haut niveau de l'état, politiques sécuritaires, liberticides, discriminatoires, contraires aux garanties républicaines et à l'indépendance de la justice...Ce pouvoir fait payer à la population la dette creusée par la crise financière en comptant sur le renoncement et la résignation du plus grand nombre. Il faut rendre aux citoyens des espaces de souveraineté dès le niveau local:

  • Associer le plus largement possible les citoyens et les associations dans la définition des priorités et le suivi de l'action du Conseil Général. Organiser des débats publics sur les politiques départementales pour la santé, l'éducation, les transports, l'environnement...

  • Privilégier, dans l'exercice du pouvoir, la relation quotidienne avec les citoyens pour décider avec eux des meilleurs choix à opérer au service du plus grand nombre.

Partager cet article

Repost0
16 février 2011 3 16 /02 /février /2011 08:15

La semaine dernière, le lundi 7 février, les élus de la communauté de commune de Morlaix ont voté pour (50 « oui », 19 « non », 11 bulletins blancs) la construction au Diben, à l'horizon 2014, d'un port de plaisance de 500 places dont le coût est estimé à 22 millions d'euros, sur lesquels Morlaix-communauté financera 8 millions d'euros, le reste se répartissant entre Etat, Région et Département, et 5 millions d'euros provenant de la location des anneaux...

 

Au moment où Morlaix-Communauté justifiait par la nécessité de l'économie et de la rigueur son désengagement de 30000 euros du financement du FAR échelonné sur 3 ans, on ne peut que s'étonner de cette soudaine prodigalité... C'est sans doute que beaucoup d'élus de la baie de Morlaix qui dorment profondément pendant qu'on assassine des rendez-vous de créations culturelles populaires ont des yeux ronds dès qu'on leur fait miroiter les pièces sonnantes et trébuchantes qui sortiront des poches des bourgeois urbains venus passer leurs vacances ou s'acheter des résidences secondaires dans ce nouveau lieu de villégiature potentiellement comparable au golfe du Morbihan que deviendrait la baie de Morlaix et ses pourtours dans le Léon et le Trégor. Festival de la plaisance et du nautisme, construction d'un grand port de plaisance à Roscoff, et maintenant à Plougasnou: n'en jetez plus... Chacun perçoit que la mer et le charme des voiles déployées au-dessus des flots sont devenus le produit d'appel privilégié dans les stratégies marketing et les plans de développement économique de la région, et cela d'autant plus que les travaux sur la ligne TGV devraient dans quelques années nous mettre à moins de trois heures de Paris.

 

Toutefois, à l'instar des élus et des militants d'Europe écologie ou des associations trégoroises opposées à ce projet de port de Plaisance, il est légitime de poser certaines questions dérangeantes à propos de ce projet pharaonique. N'est-il motivé au fond que par la volonté de revaloriser l'immobilier au Diben pour bâtir une nouveau quartier d'appartements de luxe pour estivants et retraités, comparable, toute proportion gardée, au Croisty, sur la presqu'île de Rhuys, à la sortie sud du Golfe du Morbihan? La précipitation des élus et des membres du Comité de soutien au port à flot n'est-elle pas liée à ces perspectives de spéculation immobilière? Quel sort va t-on réserver aux habitants de la région qui font mouiller actuellement sur corps-morts leurs petits bateaux dans l'anse du Diben en payant un droit de séjour modéré quand les coûteux navires paieront à côté leur emplacement des sommes exorbitantes dans le bassin aménagé? Peut-on vraiment imaginer une vie de port animée qui permette de générer des recettes pour les commerces, l'hôtellerie-restauration et la collectivité quand on considère que le bourg de Plougasnou est fort loin du Diben, bien désert pour l'instant en dehors des viviers de la Méloine, des retours des bateaux de pêche et des chantiers de réparation de bateaux? Et, à supposé que le Diben devienne réellement une zone attractive et animée, le bourg de Plougasnou ne risque t-il pas de péricliter en proportion?

 

Qu'est-ce qui justifie que les citoyens de la région de Morlaix financent (peut-être à la hauteur de 820 euros par ménage si l'on en croit les estimations les moins optimistes proposées par Michel Le Saint le 7 février) des équipements qui vont bénéficier essentiellement à des résidents et des estivants aisés, pour des sorties en mer de 15 jours par an et par bateau en moyenne? Doit-on croire que les retombées en termes d'emploi, d'attractivité du territoire et de rentrées fiscales compenseront ces efforts pour tout le pays de Morlaix? Peut-on s'accommoder d'une nouvelle bétonisation de cette zone naturelle magnifique entre la pointe de Penn Alouesten à l'ouest du Diben et la pointe de Primel à l'est? S'est-on vraiment soucié de tous les risques de la construction du port et de son activité pour la préservation de la biodiversité dans la zone et la qualité de l'eau?

 

Il me semble que le projet alternatif proposé par les écologistes et les opposants au projet de Morlaix-Communauté d'un port d'escale de 200 places situé au nord-ouest de l'anse de Primel aurait été moins coûteux, plus respectueux de l'environnement et de la beauté du site, ainsi que de la dimension familiale et populaire de la navigation dans la zone.

 

Ismaël Dupont.

Partager cet article

Repost0
10 février 2011 4 10 /02 /février /2011 09:29

La semaine dernière, au commissariat central d'Orléans, Nicolas Sarkozy retrouvait avec délectation les thèmes d'intervention qui lui ont permis depuis 2005 de montrer ses beaux petits muscles de superflic prêt, comme son ami Vladimir Poutine, à aller « butter des terroristes (ou des criminels) jusque dans les chiottes », et à mettre de mauvais juges trop laxistes au pilori pour satisfaire l'exigence de fermeté et de tolérance zéro de la population angoissée par les progrès de la criminalité et de la délinquance.

La jeune Laëtitia Perrais avait semble-t-il été violée et tuée sauvagement quelques jours avant en Loire-Atlantique par un récidiviste, Tony Peilhon: quelle aubaine pour notre président qui doit faire beaucoup de bruit pour nous faire oublier l'affaire Woerth-Bettencourt, l'affaire de Karachi, l'affaire du jet privé affrété pour Alliot-Marie en Tunisie par un protégé du régime de Ben Ali ou des vacances mirobolantes de Fillon en Egypte dictatoriale à la veille de l'insurrection démocratique! Sarkozy promit comme à son habitude des « sanctions exemplaires » pour les juges et policiers qui avaient relâchés bien imprudemment ce « monstre » qu'il eût été plus sage, vraisemblablement, d'étrangler tout de suite sans autre forme de procès, car les « monstres » sont intrinsèquement et définitivement dangereux, nuisibles et inhumains.

 

On a dans ce discours indigne un concentré des pseudo-évidences crypto-fascistes que Nicolas Sarkozy assène depuis qu'il a assuré sa mue de ministre du budget mielleux et sournois de Nicolas Balladur en homme providentiel capable de rassurer les masses en rompant avec une vieille tradition de naïveté humaniste et libérale du législateur et de l'institution judiciaire. Il y a des hommes qui naissent déviants ou criminels en puissance, c'est dans leurs gènes. La prise en compte de la souffrance des victimes et de la nécessité de défendre la société exigent qu'on ne s'embarrasse pas à considérer uniquement l'individualité du cas jugé, les doutes sur la culpabilité du prévenu, sur sa responsabilité ou son statut de malade incapable de dominer ses pulsions destructrices: il faut enfermer à vie les récidivistes les plus dangereux, faire de la dangerosité un motif d'incarcération valable au-delà des actes effectivement commis... Surtout, il faut en finir avec la culture de l'impunité de l'institution judiciaire, la confronter à une obligation de résultat, évaluée non à partir de la justice des jugements mais de la pacification de la société: dès que des crimes odieux seront commis, ce sera la faute de l'indulgence coupable des juges, boucs émissaires idéaux car peu aimés des français et considérés comme faisant partie d'un corps privilégié et corporatiste coupé de la société, ou la faute des lois, qu'il faudra durcir à nouveau pour abolir le crime: juger les mineurs comme les adultes, les détraqués mentaux comme les personnes saines d'esprit, alourdir les peines, les rendre incompressibles...

A nourrir ainsi depuis presque dix ans, par intérêt électoral et peut-être aussi par conviction, la défiance vis à vis des juges et des garanties légales des libertés individuelles telle que la présomption d'innocence dans le fonctionnement de la justice républicaine, Nicolas Sarkozy et sa clique de courtisans sont parvenus à susciter un écœurement quasi universel dans la profession judiciaire, qui se traduit par les renvois d'audiences non urgentes non les tribunaux d'instance depuis une semaine et par le mouvement de grève interprofessionnel extrêmement bien suivi qui paralysera tous les tribunaux ce jeudi 20 février 2011.

 

Les magistrats n'en peuvent plus de ces réformes et de ces effets d'annonce spectaculaires qui s'enchaînent depuis 2007 et qui tendent à durcir l'arsenal répressif et à bafouer l'indépendance de la justice.

Pendant qu'il dépénalisait le droit des affaires et permettait à des voyous comme Bernard Tapie de s'enrichir sur le dos du contribuable en bénéficiant d'une procédure d'exception, Sarkozy ne voyait pas plus d'indécence à profiter de l'émotion suscitée par l'affaire des innocents salis d'Outreau pour supprimer le juge d'instruction. Le juge d'instruction, chargé des affaires judiciaires les plus graves, dont des affaires de corruption politico-financière, a en effet le tort d'être un magistrat du siège, indépendant du parquet contrôlé par le ministère de la justice et l'exécutif. En lui ôtant son pouvoir d'enquête à charge et à décharge grâce au rappel opportun des dérives inquisitrices d'un juge d'instruction isolé dans l'affaire d'Outreau, Sarkozy voulait se donner une justice aux ordres, ne cherchant pas trop de noises au pouvoir. Fort heureusement, grâce à la fronde de la profession judiciaire, ce projet de réforme a été ajourné. Une autre limitation de l'autonomie des juges, cependant, a été portée par la loi Dati du 10 août 2007 instaurant des peines planchers automatiques pour les récidivistes.

La dernière loi sécuritaire en date qui inquiète les hommes de lois attachés aux valeurs républicaines et les citoyens soucieux de la préservation de leurs libertés est le fourre-tout législatif Loppsi 2, qui cible en priorité les populations pauvres et précarisées, les jeunes, les militants et les internautes et traduit la volonté décomplexée de la majorité parlementaire de droite de mener la guerre des classes à visage découvert. Loppsi 2 prévoit la possibilité d'expulser en 48h et sans contrôle du juge les occupants d'habitat hors norme (tente, caravane, mobile home, yourte, bidonville, camion ou voiture aménagé), que ces habitats se situent dans l'espace privé ou public, et que leurs habitants soient contraints par leur précarité et la cherté des logements à ce mode de vie ou en désir de vivre hors des sentiers battus. On « accentue ainsi la gestion purement sécuritaire des exclus du système tout en prohibant des modes de vie réfractaires au système », comme le formule avec à propos un tract de la Confédération Nationale du Travail (CNT). Loppsi 2 prévoit aussi d'intensifier les contrôles pour les bénéficiaires de prestations sociales et de forcer les travailleurs sociaux à faire de la délation. Un couvre-feu pourrait être installé dans les communautés urbaines pour les mineurs de moins de 13 ans. Les personnes condamnées par la justice ne pourraient bénéficier d'un droit à l'oubli: le fichage judiciaire serait à vie. La vidéo-surveillance pourra se généraliser et être utilisée comme un outil policier de détection en temps réel, notamment lors des manifs, et les dispositifs de contrôle policier d'internet seront renforcés. Plus grave encore sans doute, Loppsi 2, alignant ainsi la France sur les expériences américaines et anglaises, donne un cadre juridique légitimant la multiplication des entreprises de sécurité privées et prévoit la création d'une réserve civile de la police nationale ouverte au citoyen lambda: tout un chacun pourra ainsi patrouiller avec la police, porter une arme, et effectuer des missions de police judiciaire. C'est l'installation, comme le dit avec à propos un article de Médiapart, de la « police low-cost ».

 

Pendant que l'arsenal répressif s'enrichit de nouveaux délits, d'un alourdissement des peines, d'outils de contrôle et de privatisation de la sécurité, qui enlèvent un peu plus de contenu à nos libertés démocratiques dans une période charnière où le système capitaliste creuse les inégalités et les tensions sociales comme jamais depuis l'après-guerre mondiale et a besoin, plus sans doute qu'auparavant, d'une législation pénale et d'une police mis au service de la perpétuation de l'ordre social inégalitaire, on ne donne pas à la justice les moyens de faire son travail de service public dans l'intérêt de la société, des victimes et des prévenus.

Alors que l'activité de la justice, du fait du durcissement de la crise sociale, du renforcement des lois répressives et de la pression exercée sur les agents de police et de gendarmerie au nom de la logique des résultats et de la politique du chiffre a sensiblement grandi de 2002 à 2008, augmentant d'ailleurs le nombre de gardes à vue abusives, le nombre d'affaires civiles a augmenté de 58% et les décisions en matière pénale de 10% (chiffres du « Livre Blanc de la Justice en France », publié par l'Union du Syndicat de la Magistrature à l'automne 2010).  Rapportée à ces chiffres, la très légère augmentation de 0,8% du budget de la justice entre 2006 et 2008 est très en deça des enjeux et des besoins (à titre d'exemple, pendant ce temps là, le budget de la justice était augmenté de plus 20% en Espagne).

La France ne consacre que 0,19% de son PIB au financement de la justice (le budget de la justice est de 7,128 milliards d'euros et se situait à un niveau déjà très insuffisant du temps où les socialistes avait le pouvoir), ce qui la place au 37ème rang européen! La proportion de juges professionnels pour 100000 habitants n'est par exemple que de 9,1 contre 20,6 en moyenne dans les pays de l'Europe: on comprend dès lors, au-delà de la volonté démagogique de jouer l'intransigeance supposée du peuple contre le laxisme présumé des magistrats, pourquoi Sarkozy veut confier à des jurys populaires, et non plus à des magistrats professionnels, les procès en correctionnelle...

Et si, malgré tout, notre pays garde avec quatre ou cinq autres l'avantage de proposer un service de justice gratuit au citoyen, victime ou accusé, les coupes claires dans le budget de l'Etat se traduisent par un allongement des délais d'attente, une multiplication des affaires non traitées ou mal traitées, un allongement de la durée de détention préventive avant procès, une baisse des moyens consacrées à la rétribution d'interprètes et de psychiatres pour garantir des procès équitables à tous, ou des moyens affectés à la réinsertion des délinquants, à l'amélioration des conditions de détention pour faire diminuer les risques de récidive. C'est cet étranglement financier de la justice, davantage sans doute que l'étourderie ou l'indifférence aux victimes des magistrats, qui explique la sordide affaire Tony Meilhon.

 

Se faire juger rapidement dans des conditions équitables quels que soient nos ressources est un droit que la société doit accorder à tous, tout comme la société a le devoir de mobiliser des moyens de police et de justice efficaces pour préserver la sécurité des citoyens, arrêter et punir les délinquants et les criminels en prenant en compte de manière équilibrée des critères de jugement républicains (le droit pour le citoyen de vivre en sécurité, sa liberté et ses biens protégés par la collectivité en échange de son propre civisme, la nécessité de réparer pour toute désobéissance aux lois collectivement édictées) et moraux (le droit des victimes d'obtenir réparation et la possibilité pour chacun de se réformer, de s'amender, après avoir payé sa faute). Tout cela suppose que la société soit prête à consacrer de réels moyens financiers pour rendre la justice réellement juste, efficace et humaine. Or, comment de pas s'indigner de ce point de vue de l'état tragique de délabrement, de surpopulation, de climat de non-droit et de violence qui règne dans les prisons, qui, même s'il est régulièrement rappelé par les commissions de parlementaires, les associations de défenses des droits de l'homme et des droits des prisonniers, les journalistes, ne s'accompagne d'aucun volontarisme politique pour réfléchir au moyen de trouver des alternatives à la prison pour ceux qui en sortent plus dangereux ou malades et pour créer un vaste plan de construction, de rénovation, d'humanisation des prisons françaises, sachant qu'en 2007, elle accueillait 58000 prisonniers pour des capacités d'accueil de 50000 places.

 

Il est temps de permettre au citoyen de s'approprier cette question de l'avenir de la justice en ouvrant un grand débat public sans arrière-pensée de récupération électorale!  

 

Ismaël Dupont.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011