Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 08:02

Quand les graphistes du Front de Gauche Morlaix créent le tube de l'année qui va vous trotter dans la tête si vous l'écoutez plus de deux ou trois fois. De là à ne plus pouvoir redescendre de la lune...

Partager cet article
Repost0
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 07:53

Pas de pitié pour les gueux!

Véolia hors de tout cadre légal en période hivernale coupe l'eau d'un citoyen morlaisien en difficulté pour s'acquitter de ses factures.

Le commissariat, le palais de justice, refusent de recevoir sa plainte.

On lui demande, non de faire valoir ses droits à ne pas avoir de coupure d'eau en période hivernale, mais de s'adresser au CDAS: clairement, c'est le recours à la charité contre la justice et la justice sociale.

Nous saluons le courage de ce citoyen morlaisien, Gérard David, qui a eu la fierté de dire publiquement que ceux qui sont momentanément ou durablement "pauvres" doivent avoir les mêmes droits fondamentaux que les autres.

Sur la grand rue, photo Pierre-Yvon Boisnard

Sur la grand rue, photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

Le Télégramme - 1er mars 2015

Le Télégramme - 1er mars 2015

Partager cet article
Repost0
1 mars 2015 7 01 /03 /mars /2015 07:43

Compte-rendu du conseil municipal du 26 février 2015

Début du conseil : 19h.

1° compte rendu du conseil du 29 janvier 2015 : intervention de Roger Héré qui réitère une remarque déjà faite dans les conseils précédents, à savoir que le document constitue, non un compte rendu réel des débats, comme cela est normalement prévu, mais qu'il s'agit purement et simplement de la note de synthèse annotée des votes émis. Il souhaite que les comptes- rendus relatent, au moins succinctement, la teneur des débats.

Manifestement, la majorité municipale ne souhaite pas accéder à cette demande.

Pour cette raison les élus de l'opposition s'abstiennent sur ce point.

Comptes de gestion 2014

A l'unanimité le conseil adopte les comptes de gestion présentés par le Percepteur, comme conformes.

3° Comptes administratifs 2014

Sont présentés successivement :

  • le compte administratif de la commune (dépenses et recettes) ;
  • le compte administratif pour l'assainissement (dépenses et recettes) ;
  • le compte administratif pour les logements, commerces et bureaux (dépenses et recettes)
  • le compte administratif pour les lotissements et zones (dépenses et recettes) ;

Sur ces sujets, il y a eu une longue discussion, mais à aucun moment la droite n'a souhaité engager un véritable débat sur la politique municipale, malgré les sollicitations maintes fois réitérées, principalement, par Roger Héré et Dominique Guizien.

Nous avons fait le constat que l'exercice 2014 était caractérisé :

I)compte administratif de la commune

1° par un important excédent de fonctionnement de 649 519,85 € (pour des recettes totales de 3 966 741,80 €, en raison, principalement,

  • d'une part de recettes fiscales plus importantes que celles attendues dans le budget primitif de 2014 (+ 201 064,15 €), et de dotations de fonctionnement plus importantes que celles prévues (+ 117 190,74 €),
  • d'autre part de dépenses moins importantes que prévu (- 146 607,04 €),
  • et de virements moins importants (environ 200 000 €) à la section d'investissement

2° par un déficit d'investissement de 442 971,84 €.

La municipalité a renoncé à réaliser des opérations suivantes qui avaient été prévues :

  • constructions (- 187 000 €) ; installations, matériels et outillage (- 250 000 €) matériel de transport (- 130 000 €), principalement. D'où d'une part des emprunts moindres, mais aussi des recettes de fonds structurels moindres (- 104 000 €), et des virements moindres de la section de fonctionnement ( - 191 477,13 €)
  • du coup elle a renoncé à réaliser les emprunts prévus par rapport au budget primitif.pour un montant de 1 157 132,62 €.

Il reste néanmoins des dépenses à réaliser pour 509 207,26 €.

II)compte administratif assainissement

Nous avons noté :

1° un excédent de fonctionnement de 79 647,20 €, avec des recettes d'un montant quasiment identique au budget primitif ( 179 850,24 €), et des dépenses inférieures de 78 012,96 € au montant prévu par le budget primitif en raison de charges à caractère général moindres (- 28 545,57 € : achats d'eau, matières et fournitures...) et de prélèvements moindres au profit de la section d'investissement (- 43 399,76 €)

2° un déficit d'investissement de 42 001,20 €

La municipalité a renoncé à réaliser des opérations d'extension du réseau par rapport au budget primitif (- 58 349,03 €), n'a pas réalisé les virements ci-dessus depuis la section de fonctionnement (43 399,76 €) et a du coup renoncé également à la souscription d'emprunts pour 154 181,43 € qui était prévue au budget primitif.

III)compte administratif logements, commerces et bureaux

Ce compte qui concerne en fait les locaux utilisés par l'ADMR, reste anecdotique avec un montant de recettes de 1 056 €, pas de dépenses de fonctionnement. Le solde est reversé à la section d'investissement dont le déficit en début d'année (9 327,54 €) se réduit d'autant en fin d'année avec un déficit de 8 271,54 €.

IV) compte administratif lotissements et zones

Nous avons noté :

- pour la section fonctionnement, des recettes provenant de la vente de terrains de 48 791,00 €, soit un montant bien inférieur aux estimations du budget primitif ( 231 436,53 €), moindres que celles espérées (600 536,53 € au budget primitif),

Discussion sur le budget 2014

L'analyse faite sur l'ensemble de ces budgets montre une gestion très « économe » de notre commune, pas dans le bon sens du terme, mais plutôt dans le sens « radin ».

En effet, déjà elle réalise un excédent de fonctionnement de près de 650 000 €, alors que le total du budget alloué au total des associations est seulement de 27 105,26 €,.

Par contre l'école et le LEP Ste Marie reçoivent au total (OGEC et LEP) 134 704,28 €.

Certes il y a une obligation légale faites aux communes de financer les écoles privées, mais il reste que sur le total de 161 809,54 € de subventions accordées au total aux associations, Ste Marie en récolte 83%.

Quant aux associations, qui font pourtant la vie de la commune, Mme Le Houérou m'a répondu qu'elles avaient suffisamment d'aides comme ça, car la mairie mettait aussi à leur disposition des locaux, le chauffage et également à l'occasion le personnel communal.

Il a également été fait remarquer (Dominique Guizien) le coût annuel de la piscine qui s'élève à 461 025,98 € (« bronca » de la part des élus de droite ).

Ainsi entre Sainte Marie et la piscine ce sont au total 595 730,26 € de fonctionnement qui sont utilisés, soit 18 % des dépenses totales de fonctionnement.

Moi-même et Dominique Guizien avons longuement reproché à la municipalité sa mauvaise gestion.

En effet l'investissement réalisé est en retrait de plus de 500 000 € par rapport au budget initial, en prenant en compte le report d'investissements de 509 000 €. Ainsi c'est un montant de 1 157 000 € d'emprunts qui a été annulé alors que les besoins en investissements recommanderaient de procéder, par exemple, à l'extension du réseau d'assainissement vers l'est de la commune (Bouillen ar c'hoz).

Nous avons indiqué que l'investissement n'était pas une charge comptable, mais la réalisation d'équipements nécessaires pour l'avenir, et que c'était quand on disposait des moyens qu'il fallait en profiter pour réaliser des équipements qu'il faudra faire tôt ou tard, en espérant que lorsque leur nécessité sera devenue incontournable on disposera encore des moyens de le faire sereinement.

Bernard Le Vaillant, premier adjoint, a reconnu qu'en matière d'assainissement la majorité était effectivement assez prudente et qu'il n'y avait pas d'urgence là-dessus. Guy Guillou, pour sa part, assez énervé vu notre insistance sur ce point, a opposé une absence de nécessité de réaliser l'assainissement collectif, estimant que d'une part cela entraînait, à terme,des dépenses d'entretien plus importantes, et que par ailleurs l'assainissement non collectif avait un caractère tout aussi efficace et plus écologique.

IV) Budget 2015

Les projets de budget pour 2015, sont calqués sur les réalisations de 2014.

Il a fait l'objet des mêmes remarques.

Ainsi en 2015 non plus la municipalité ne compte pas s'engager dans un programme d'investissements plus ambitieux, ce que nous avons déploré. Par exemple seuls 100 000 € sont prévus pour l'extension du réseau d'assainissement (mais rien ne dit que pour autant celui-ci sera fait).

J'ai aussi tenté (vainement) de savoir si la majorité avait un plan pluri-annuel de réalisations, quelles étaient celles qui étaient prévues, et que j'aimerais bien savoir ce que Bernard Le Vaillant avait dans sa tête.

On m'a renvoyé au programme électoral.

Ce conseil a largement confirmé que la majorité en place ne souhaite rien discuter ou débattre.

Pour tous ces motifs l'opposition a voté contre les comptes administratifs de 2014, ainsi que le budget primitif de 2015, et s'est abstenue sur les affectations des résultats prévues.

Points suivants

1° admission en non-valeur (un titre de 14,17 €) : accord

2° Tarifs Foyer rural

Proposition de faire bénéficier les associations extérieures à la commune ayant pour objet la santé humaine du même tarif que les associations de la commune : accord

3° Vente de terrain Orain parcelle de 270 m² : accord

4° subvention exceptionnelle de 10 000 € au CCAS

J'ai fait observer que ce point avait été mis à l'ordre du jour en raison du courrier que j'avais adressé à Mme Le Maire suite à sa décision et celle de la directrice du CCAS de réduire les horaires de deux personnes de 17 h50 hebdomadaires à 5 h 00. (voir courrier du 13 février 2015 ci-joint)

J'ai rappelé les demandes que je lui avais faites.

Elle s'est contenté de répondre que l'activité avait baissé et qu'il n'y avait pas moyen de faire autrement.

Je lui ai dit que cette décision s'apparentait à un licenciement, et qu'aucune personne ne pouvait vivre avec un travail partiel de 5 h 00 par semaine.

Je lui ai indiqué qu'en sa qualité de maire et de présidente à ce titre du CCAS elle devait impérativement trouver une solution en employant les salariées dans le cadre des activités du CCAS, les besoins existant très certainement dans ce domaine, surtout à la faveur du passage en EHPAD. Et que si par extraordinaire (ce qui n'était pas pensable) elle n'y parvenait pas, je lui ai demandé qu'elle intègre les salariées au sein du personnel communal.

Nous avons néanmoins voté pour la subvention exceptionnelle de 10 000 € pour l'aide à domicile du CCAS (une avancée qui résulte de l'intervention).

5° Cellule d'instruction de l'application du droit des sols (ADS) mise en place à Morlaix communauté.

J'ai indiqué que du fait du désengagement de l'état pour l'instruction qu'il effectuait jusque là gratuitement (permis de construire) et que celui avait transféré autoritairement aux communes, à partir de juillet 2015, il ne nous permettait pas de faire autrement que de mettre en place des structures adaptées aux frais des communes. Pour ces raisons j'ai demandé de réclamer de l'état la compensation des frais laissés à la charge des collectivités.

L'opposition vote pour mais avec cette remarque (la mesure avait été adoptée à l'unanimité par le conseil de Morlaix communauté

6° Modification simplifiée n°1 du POS

La municipalité avait prévu de modifier le POS pour rattacher à la zone UHB trois parcelles avec constructions classées en zone Ui à Kerbriant.

Avec Gaby on avait examiné le dossier dans le cadre de l'enquête publique,'on s'était rendu sur place, et on en avait conclu que la modification n'avait pas toute sa pertinence. Avec Michel on était également allé sur place.

J'ai exposé les résultats de notre enquête au conseil, en indiquant les interrogations que nous avions ce qui n'a pas surpris Bernard Le Vaillant (et dont il convenait quelque peu d'ailleurs).

En fait, d'après Le Vaillant, le fin de mot de l'histoire (ce que nous pensions) c'est que les citoyens Lerable avaient demandé que leur parcelle soit intégrée à la zone UHB voisine. Le commissaire enquêteur,sollicité, avait estimé qu'il était préférable d'élargir la zone (pour que ça fasse moins combine NDLR) et avait suggéré à la commune de ne pas limiter la modification à une seule parcelle. D'où la demande faite par la mairie à M. Lavanant d'intégrer ses parcelles dans ce nouveau périmètre, ce que celui-ci avait accepté.

Compte tenu de la situation nous nous sommes abstenus sur ce point.

7° Avancements de grade

Mme le Maire propose d'adopter le ratio « promus-promouvables » pour les agents à 100% (maximum). Accord

8° Compte-rendu des décisions prises par délégation

Trois décisions pour 170 €, 540 € et 1 528 €.

Pas d'observations.

Fin du conseil : 21 h 15

Ouest-France, samedi 28 février 2015

Ouest-France, samedi 28 février 2015

Partager cet article
Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 07:20

Nous invitons les médias à une conférence de presse des candidats du Front de Gauche (Parti Communiste, Parti de Gauche, Ensemble, + Citoyens engagés dans des collectifs locaux) aux Départementales le samedi 28 février

à Quimper au bar Le Gavarnie vers 15h20-15h30.

Nous souhaitons présenter nos propositions pour le département, notre analyse des enjeux de cette élection départementale, les valeurs et les idées majeures que nous y porterons, nos ambitions.

Nous présenterons aussi nos candidats sur l'ensemble du département.

Nous avons des listes estampillées Front de Gauche sur 13 cantons sur 27, + des candidats anti-austérité issus des organisations du Front de Gauche sur d'autres cantons (à Brest: 3 PCF BNC, 2 Parti de Gauche-POI/ + 1 candidat sympathisant FDG à Landivisiau avec Nouvelle Donne).

Des candidats anti-austérité, pour une politique vraiment à gauche en Finistère

Carhaix (face aux régionalistes, au FN, à l'UMP et au PS)

Marie-Pierre Coant (ancienne maire Front de Gauche de Berrien) et José Le Guelaff (maire de Motreff)

suppléants : Noëlle Péoc'h (Front de Gauche Centre-Finistère) et Matthieu Guillemot (NPA)

Concarneau (face à EELV, au PS, à la droite et au FN)

Annie Cloarec et Jean-Louis Pascal (PCF Front de Gauche)

remplaçants: Annie Péron et Jacques Rannou (PCF FDG)

Douarnenez (face au PS, à EELV, à l'UMP, à l'UDB, au FN, et à des sans étiquettes)

Marcelle Celton (Front de Gauche) et Gérard Rousseau (PCF Front de Gauche)

suppléants: Paul Robert/ Martine Bescon (PCF FDG)

Fouesnant (face à EELV, au PS, au FN, et à la droite)

Yann Le Riche (PCF Front de Gauche) et Michelle Lollier (FDG)

remplaçants: Daniel Jouan (PCF FDG) et Marie-Andrée Bernard (PCF FDG)

Guipavas (face au PS, à la droite, au FN et à une liste régionaliste, à EELV) :

Isabelle Mazelin (PCF Front de Gauche) et Vincent Le Berre (FDG)

Suppléants: Marie-Laure Pibouleau (PCF - FDG) et Florian Potin (27 ans, FDG)

Landerneau (face à la droite, au FN, à EELV, au PS) :

Anjela Gallais (Parti de Gauche) Johan Laurent (Parti de Gauche, Front de Gauche)

Aline Tassin, François Pichon

Moëlan sur Mer (face à l'UMP-UDI, au FN, au PS, à EELV)

Claude Poupon (FDG) et Denis Selin (PCF)

Morlaix (face à EELV, à la droite, au PS, au FN) :

Michèle Abramovicz (FDG) et Ismaël Dupont (PCF / Front de Gauche)

Suppléants : Sylvie Lécuillier (FDG) et Julien Kerguillec (Parti de Gauche/ Front de Gauche)

Plounéour-Lanvern (face au PS, au FN, à l'UDI, à EELV, à une autre liste régionaliste) :

Martine Le Nozerh (PCF Front de Gauche) et Roland Jaouen (Parti de Gauche -Front de Gauche)

Suppléants: Olivier Coquelin (Front de gauche) et Marie-Anne Gourlaouen (Front de gauche)

Plouigneau (face à la droite, au PS, à EELV, au FN) :

Martine Carn (Front de Gauche) et Roger Héré (PCF Front de Gauche)

Suppléants : Solène André (Front de Gauche) et Jeremy Lainé (PCF Front de Gauche)

Pont de Buis-les-Quimerc'h (face à la droite, au FN, au PS) :

Patricia Laroche (FDG) et Philippe Poupon (FDG)

André Le Gac et Gaëlle Flageule

Pont l'Abbé (face au PS, à l'UMP, au FN, à EELV) :

Véronique Blanchet (PCF/Front de Gauche) et Pierre Lemée (FDG)

Suppléants: Christine Corfmat (FDG) et Alain Vigouroux (PCF FDG)

Quimper 1 (face à UDI-Modem, au FN, au PS, à EELV)

Georges Lagadic et Yvonne Rainero (PCF/FDG)

Le PCF soutient en outre 3 listes anti-austérité PCF/BNC à Brest :

Brest 1 Bellevue Lambezellec (face au PS, au Modem, au FN)

Patrick Appéré (BNC -FDG) , Jacqueline Héré (PCF)

Brest 3 Saint Pierre-Plouzané (face à l'UDI, au PS, à l'UMP, à EELV, à Nouvelle Donne, au PRG)

Jean-Paul Cam (PCF) et Virginie Gourvenec (AG/ FDG)

Brest 5 Kérichen-Saint Marc (face au PS, à EELV, au PG-POI au FN, à l'UDI, à l'UDB, à l'UMP)

Roselyne Filipe (AG-BNC) et Eric Guellec (PCF)

Et le Parti de Gauche est lui même engagé sur deux cantons à Brest avec le Parti Ouvrier Indépendant.

Les candidats du Front de Gauche aux départementales dans le Finistère en Conférence de Presse à Quimper ce samedi 28 février
Partager cet article
Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 07:18

Conseil municipal de Morlaix du 18 décembre 2014: "De l'art d'accommoder la démocratie et les élus"

La motion présentée par le Front de Gauche contre la Centrale à Gaz de Landivisiau le jeudi 18 décembre en conseil municipal de Morlaix

Photos de la "manif" du 17 décembre au Sivom de Kernéguès contre la prolongation de contrat avec Véolia jusqu'en 2024

Le prochain conseil municipal de Morlaix aura lieu le Jeudi 5 mars à 18h avec un ordre du jour assez technique et "léger", devant susciter beaucoup moins de débats politiques que le dernier Conseil Municipal, celui du 18 décembre, où a notamment été voté le Budget 2015 (les élus front de gauche ont voté contre, comme ceux du PS et de la Coopérative Citoyenne). L'occasion de revenir sur ce dernier Conseil Municipal très animé où Mme Le Maire a montré une nouvelle fois un visage fort autoritaire.

A partir des liens avec les articles déjà écrits dans le "Chiffon Rouge" et du Compte rendu intégral de ce Conseil Municipal, que nous publions par extrait, pour faire connaître les principales interventions des élus du Front de Gauche, étant donné que le maire et sa majorité refusent que ces compte rendus soient publiés sur le site internet de la ville ou que le Conseil Municipal soit public, car il ne s'agit évidemment pas que les citoyens s'intéressent de trop près à la gestion de la cité.

Délégation de pouvoir, quand tu nous tiens...

Intervention de Michèle Abramovicz par rapport au dernier Compte rendu du conseil Municipal du 13 novembre qui relate les attaques ad hominem de Mme Julie, l'adjointe aux sports, contre Loïc Digaire et le refus de Mme Le Maire de donner la parole à Loïc Digaire sur la question de la santé mentale.

Intervention de Michèle Abramovicz par rapport au dernier Compte rendu du conseil Municipal du 13 novembre qui relate les attaques ad hominem de Mme Julie, l'adjointe aux sports, contre Loïc Digaire et le refus de Mme Le Maire de donner la parole à Loïc Digaire sur la question de la santé mentale.

Intervention d'Ismaël Dupont sur le budget

Intervention d'Ismaël Dupont sur le budget

Interventions balisage circuit des venelles

Interventions balisage circuit des venelles

Interventions d'Ismaël Dupont sur la subvention et les moyens de fonctiuonnement de l'ORPAM

Interventions d'Ismaël Dupont sur la subvention et les moyens de fonctiuonnement de l'ORPAM

Intervention d'Ismaël Dupont sur le vote des demandes de subventions pour le musée

Intervention d'Ismaël Dupont sur le vote des demandes de subventions pour le musée

Interventions d'Ismaël Dupont contre la prolongation anti-démocratique de 5 ans du contrat avec Véolia et sur le rapport d'activité du SIVOM

Interventions d'Ismaël Dupont contre la prolongation anti-démocratique de 5 ans du contrat avec Véolia et sur le rapport d'activité du SIVOM

Suite de l'intervention et tentative de Mme le Maire, Agnès Le Brun, de priver de parole un élu sur la question de la gestion de l'eau

Suite de l'intervention et tentative de Mme le Maire, Agnès Le Brun, de priver de parole un élu sur la question de la gestion de l'eau

Motion des élus du Front de Gauche contre la la Centrale à Gaz de Landivisiau: la droite a voté contre (pour la Centrale à 100%), les élus du PS se sont abstenus (Jean-Paul Vermot et Elisabeth Binaisse), Jean-Pierre Cloarec, Sarah Noll et Guenaelle Clech ont voté pour en plus de Michèle Abramovicz, Loïc Digaire et Ismaël Dupont

Motion des élus du Front de Gauche contre la la Centrale à Gaz de Landivisiau: la droite a voté contre (pour la Centrale à 100%), les élus du PS se sont abstenus (Jean-Paul Vermot et Elisabeth Binaisse), Jean-Pierre Cloarec, Sarah Noll et Guenaelle Clech ont voté pour en plus de Michèle Abramovicz, Loïc Digaire et Ismaël Dupont

Motion contre la Centrale à Gaz de Landivisiau et réponse de Jean-Charles Pouliquen, un adjoint au développement durable qui "kiffe l'effets de serre"

Motion contre la Centrale à Gaz de Landivisiau et réponse de Jean-Charles Pouliquen, un adjoint au développement durable qui "kiffe l'effets de serre"

Fin du débat sur la centrale à gaz de Landivisiau + voeu pour honorer la mémoire de Rol-Tanguy devant la gare à l'occasion des 70 ans de la Libération

Fin du débat sur la centrale à gaz de Landivisiau + voeu pour honorer la mémoire de Rol-Tanguy devant la gare à l'occasion des 70 ans de la Libération

Voeu pour honorer la mémoire de Rol Tanguy, porté par toute l'opposition de gauche, refusé laconiquement par la majorité de droite

Voeu pour honorer la mémoire de Rol Tanguy, porté par toute l'opposition de gauche, refusé laconiquement par la majorité de droite

Question orale sur la prévention des risques psycho sociaux: Michèle Abramovicz

Question orale sur la prévention des risques psycho sociaux: Michèle Abramovicz

Echange sur l'allongement de Contrat avec Véolia à partir d'une question orale signée par toute l'opposition et posée par Jean-Pierre Cloarec Voir aussi manifestation au SIVOM en décembre 2014: http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/tag/la%20vie%20locale/6

Echange sur l'allongement de Contrat avec Véolia à partir d'une question orale signée par toute l'opposition et posée par Jean-Pierre Cloarec Voir aussi manifestation au SIVOM en décembre 2014: http://www.le-chiffon-rouge-morlaix.fr/tag/la%20vie%20locale/6

Partager cet article
Repost0
28 février 2015 6 28 /02 /février /2015 06:51

Le mercredi 4 mars à 20h à la salle du Rouallou de Pleyber-Christ aura lieu la première réunion publique des Départementales dans le nouveau canton de Morlaix (la quatrième du FDG pour les départementales en comptant celles du canton de Plouigneau) animée par les candidats Michèle Abromvicz, Ismaël Dupont, Sylvie Lécuillier, Julien Kerguillec.

Nous introduirons la réunion et débattrons en deux temps: 1/ autour des compétences du Conseil Général, de la situation politique actuelle et de nos propositions pour le département 2/ autour de l'enjeu de la culture et de l'éducation.

Venez nombreux!

Mercredi 4 mars: réunion publique départementale du Front de Gauche à Pleyber-Christ, salle du Rouallou: l'éducation et la culture
Mercredi 4 mars: réunion publique départementale du Front de Gauche à Pleyber-Christ, salle du Rouallou: l'éducation et la culture
Mercredi 4 mars: réunion publique départementale du Front de Gauche à Pleyber-Christ, salle du Rouallou: l'éducation et la culture
Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 21:14
photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 21:02
Roger Héré, Solène André, Martine Carn, Jeremy Lainé: en route pour l'élection au nouveau conseil départemental!

Roger Héré, Solène André, Martine Carn, Jeremy Lainé: en route pour l'élection au nouveau conseil départemental!

Départementales, canton de Plouigneau: les candidats du Front de Gauche (4 pages)
Départementales, canton de Plouigneau: les candidats du Front de Gauche (4 pages)
Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 20:59

SOCIAL ET LOGEMENT

Les missions exercées dans le cadre d’un schéma d’action sociale de proximité portent sur :

  1. l’accueil et l’orientation des personnes

Le Conseil général propose en direct ou soutient des accueils du public sur tout le département. Tous les Finistériens peuvent être concernés, à tous les âges de la vie. Ces accueils permettent de les orienter, de les accompagner et de leur apporter des services au quotidien.

  1. Protection de l’enfance et de la famille
    • Accueil des enfants : Le Conseil Général a un rôle d’agrément et de contrôle des établissements et services d’accueil de la petite enfance. L’objectif est de permettre aux familles de trouver le mode d’accueil de leur choix, chez une assistante maternelle ou dans une structure collective.
    • Accompagnement des familles, prévention des risques : Des équipes constituées d’assistants sociaux, éducateurs, professionnels de PMI, techniciennes de l’intervention sociale et familiale interviennent en soutien des parents en difficulté dans l’éducation et la prise en charge des enfants, avec comme préoccupation la préservation de l’équilibre familial et l’intérêt de l’enfant. En plus des aides éducatives à domicile, il existe des aides financières ponctuelles sous forme d’allocations mensuelles aux familles gérées par les CLLE (commissions locales de lutte contre les exclusions) ou d’aides à l’enfant pour financer des dépenses spécifiques (séjour vacances, activité scolaire …)
    • Placement des enfants lorsque le lien familial n’a pas pu être préservé. Les enfants sont pris en charge par des familles d’accueil ou des services d’accueil collectif financés par le conseil général

Au 31 décembre 2010, on compte 1882 mineurs confiés au Conseil Général dont 70% sont pris en charge en familles d’accueil.

Nous avons rencontré des travailleurs sociaux du CDAS qui nous ont brossé un tableau très sombre des conditions dans lesquelles elles exercent leurs missions:

  • Il existe un fossé entre les salariés de base et les décideurs qui connaissent très mal la réalité du terrain et qui sont même dans le déni de cette réalité.
  • La parole des personnels de terrain n’est pas entendue et leur travail n’est pas respecté
  • Des coupes budgétaires fragilisant beaucoup les travailleurs sociaux et par voie de conséquence les familles dont ils sont la charge.
  • Des moyens de plus en plus réduits : une assistante sociale va se voir confier l’accompagnement de 30 enfants, ce qui est impossible à faire dans le cadre de journées de travail normales, donc accumulation d’heures supplémentaires que l’on reproche ensuite aux A.S. en leur disant qu’elles ne savent pas s’organiser, donc suivi insatisfaisant des enfants, travail de prévention de plus en plus difficile à faire et mesures de placement plus fréquentes. Avec le plus souvent des situations et des problématiques de plus en plus complexes. Cet accompagnement devient donc de plus en plus difficile à faire dans le cadre de journées de travail normales. Ce qui explique souvent l’accumulation
  • Le personnel est à flux tendu en permanence
  • Des réorganisations récurrentes sans concertation avec les personnels de terrain, contreproductives et ne permettant pas de se situer dans le long terme
  • Des réorganisations dont le seul objectif est la recherche d’économies mais qui ne permettent plus aux travailleurs sociaux de faire leur travail correctement. Par exemple : des postes sont enlevés à la prévention pour les transférer à la protection de l’enfance, ce qui met en danger des enfants dont les parcours se dégradent plus rapidement.
  • La situation se dégrade plus particulièrement dans les campagnes car les gens ne peuvent pas venir jusqu’aux points d’accueil et les travailleurs sociaux ont de moins en moins de temps pour se déplacer. Donc de plus en plus de monde au bord du chemin en milieu rural
  • Par ailleurs, les associations recevant des subventions du conseil général sont de plus en plus fragilisées : coupes dans les subventions, conventions de partenariat à l’année qui ne permettent pas de s’organiser sur le moyen/long terme (ex : Coallia)
  1. l’insertion et la lutte contre la pauvreté et les exclusions,
    • Le Conseil Général gère tout le dispositif RSA. Fin 2011, cela représentait 21640 foyers finistériens
    • Dans le cadre d’un plan départemental d’insertion, le CG propose :
      • un certain nombre d’accompagnements comme l’aide à la gestion des ressources et un accompagnement individualisé dans les domaines du budget, de l’accès aux droits, de l’insertion, du logement, de la santé.
      • Des aides aux jeunes attribuées par les CLLEE
      • Des contrats d’insertion
      • Des chantiers d’insertion …
  2. la coordination et l’animation du réseau des Centres Locaux d’Information et de Coordination pour les personnes âgées et leurs familles

Les CLIC sont des lieux d’information sur les droits des personnes âgées, les aides à domicile, l’adaptation des logements, les structures d’accueil et d’hébergement ...

LE LOGEMENT

Le Conseil Général a pour rôle :

  • d’étudier les besoins en logement des Finistériens,
  • de développer l’offre de logements abordables (construction, rénovation …),
  • d’avoir un rôle moteur dans le développement d’un habitat économe et d’une bonne qualité environnementale ,
  • de multiplier les solutions et mesures d’accompagnement en faveur des ménages en difficulté sociale et économique (Fonds de solidarité pour le logement permettant l’accès et le maintien dans un logement ; visite eau-énergie afin d’aider les ménages maîtriser leurs charges)

Le Conseil Général est un acteur majeur de l’organisation du logement sur son territoire : C’est lui qui attribue les aides au logement social et à l’amélioration de l’habitat privé. C’est lui qui agrée et finance les opérations sur son territoire. Il est le chef d’orchestre et l’interlocuteur incontournable des EPCI (Etablissements Publics de Coopération Intercommunale) et des bailleurs sociaux.

Théoriquement, il semblerait donc que le Conseil Général ait entre ses mains les outils nécessaires pour le développement d’un habitat équilibré et qui prenne notamment en compte la mixité sociale qui devient un objectif indispensable au vivre ensemble, à la lutte contre les discriminations et le communautarisme.

Il suffit pourtant de regarder autour de soi pour voir qu’on est loin du compte :

  • des quartiers qui deviennent des ghettos par le manque de mixité sociale (il conviendrait notamment d’accentuer les mesures incitatives et financières contraignant les communes à respecter la règle des 20 %)
  • des bailleurs sociaux qui ne respectent pas tous, loin s’en faut, leur obligation de maintenir leur parc dans un état d’habitation décent, économe sur le plan énergétique, respectueux des règles environnementales (les contrôles sur le terrain sont insuffisants, voire parfois inexistants)
  • des lotissements construits sans penser à y intégrer aucun élément permettant à ses habitants de fabriquer du lien social (parc, commerce, lieu culturel …)

D’où la nécessité d’avoir des élus de gauche dans cette instance afin d’y appliquer une politique résolument anti-austéritaire et respectueuse de l’intérêt de tous :

  • Des moyens en personnels suffisant pour pouvoir mettre en place des actions cohérentes avec la réalité et les besoins du terrain
  • Des personnels de terrain associés à l’élaboration des politiques et de leur organisation sur le terrain
  • Des dotations de l’état en adéquation avec l’importance des missions déléguées
  • Un contrôle démocratique de l’attribution des aides accordées aux EPCI ou bailleurs sociaux et de leur utilisation
  • Un partenariat avec les différentes associations permettant à celles-ci de travailler dans la durée (conventions triennales et non annuelles, subventions maintenues voire revalorisées étant donné l’accroissement et la complexification de leurs missions). Michèle Abramovicz
Partager cet article
Repost0
24 février 2015 2 24 /02 /février /2015 20:51

A PROPOS DU RAPPORT DE LA COUR DES COMPTES SUR LES MATERNITÉS

La Coordination des Comités de Défense des Maternités et Hôpitaux de Proximité, qui représente près d’une centaine de comités en France et défend le secteur public de santé a souhaité faire connaître ses positions après les conclusions inquiétantes du Rapport de la Cour des Comptes sur l’organisation des soins de Périnatalité, effectué sur la demande de la Commission des Affaires Sociales du Sénat.

La Cour des Comptes constate la pauvreté des travaux épidémiologiques à ce sujet, citant cependant la recherche effectuée en Bourgogne sous la direction d’Evelyne Combier et publiée en 2012 (1).

Elle rappelle la volonté des gouvernements successifs depuis le décret du 21 Février 1972 sur les normes imposées lors de la naissance (M.M. DIENESCHE), à assurer la sécurité des femmes et des bébés en fermant les deux tiers des maternités de 1500 à 500 maternités au cours des quarante dernières années.

Elle reconnait qu’une telle mesure n’a malheureusement guère fait progresser la place de la France dans le rang des pays européens en matière de périnatalité. Et comme cette donnée largement connue ne pouvait être dissimulée, notre magistrature des comptes de la Nation admet humblement la chute de la 6° à la 13ème position de la France au sujet de la périnatalité. De quoi se lamenter très justement.

Après l’objectivité d’un triste constat, notre Cour de Justice Economique se doit de prononcer une sentence exemplaire. Contre toute attente les moyens préconisés sont un encouragement à l’accélération des mesures dont l’inanité vient justement d’être démontrée. Stupéfiant !

Ainsi l’engagement du Président de la République n’était donc qu’un trompe-l’œil destiné à apaiser ses électeurs. Les trente minutes précises destinées à apporter les meilleures réponses thérapeutiques à toutes formes d’urgences, y compris obstétricales, devraient se conjuguer avec l’éloignement organisé par la fermeture d’un nombre encore supérieur à celui « recommandé » de maternités. Nous pouvons décerner le 1er prix d’incohérence à notre Cour des Comptes.

Malheureusement ces magistrats ne sont pas stupides et leur enquête ne manque pas d’intérêt. Leur volonté économique concorde clairement avec celle, politique, d’un Gouvernement bien décidé à réduire les dépenses de santé publique dans le cadre de la création tout d’abord de communautés hospitalières de territoire : C.H.T. (Loi « Hôpital-Patients-Santé-Territoire » de juillet 2009) et aujourd’hui de groupements hospitaliers de territoire : G.H.T., cette fois contraignants, dans la future Loi de Santé élaborée par le Ministère ! Pour être clair : de fermer des services ou des hôpitaux, de réduire le nombre de lits et de personnel.

Mais la Coordination des Comités de Défense des Maternités et Hôpitaux de Proximité a la volonté de combattre ces choix déshumanisants, responsables de désertification, d’inégalité d’accès aux soins, de mise en concurrence des unités de soins, hospitalières et autres, et bien décidée à unir le plus largement la population afin de promouvoir une organisation sanitaire basée sur la réponse aux besoins de santé, financée par une Sécurité Sociale gérée démocratiquement, réunifiée et financée sur le principe de solidarité de chacun selon ses revenus à chacun selon ses besoins.

La Coordination des Comités de Défense des Maternités et Hôpitaux de Proximité poursuivra cet objectif répondant aux aspirations républicaines de justice fondatrice d’égalité et de fraternité.

Le 15 février 2015

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011