Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 octobre 2011 7 02 /10 /octobre /2011 19:15

Ca y est: le Front de Gauche est en campagne.

On va la changer cette société oui ou non? ça pourrait ressembler à la révolution citoyenne par les urnes comme nos camarades de Bolivie l'ont fait! On va aller chercher tous les indignés, tous les outragés, tous les écoeurés, tous les dégoûtés, tous les martyrisés, pour être au second tour avec un petit 18%!
Il reste bien encore en France 18% de dignes représentants de nos ancêtres révolutionnaires de 1789 tout de même!
Bon dieu, il faut qu'on renverse la table de ces quarante années de consensus politique qui nous ont conduit où nous en sommes!!!
Nous allons créer des collectifs Front de Gauche, où chaque citoyen pourra participer à la campagne, au programme, sans adhérer à quelque parti politique que ce soit.

 

A Morlaix, la réunion de lancement du collectif Front de Gauche est fixée le jeudi 13 octobre à 20 heures, au local du PCF, 2 petite rue de Callac.

 

L'idée est de retrouver une énergie populaire de façon à ce que le vote leur explose à la gueule, comme il leur a explosé à la gueule en 2005, lors du référendum sur la" constitution européenne des marchés financiers!".

 

Le front de gauche avec son programme partagé "l'humain d'abord!" peut devenir ce front populaire qui peut (qui doit!) bouleverser l'histoire de notre pays, comme celui de 1936!

 

Vite fait en résumé, quelques points du programme:

 

- 6ème république, pour qu'on sorte de l'oligarchie, avec certainement la suppression du président de la république. Exit Mélenchon (ça c'est pour ceux qui ne peuvent pas blairer ses couleurs de cravates!).

- SMA, salaire maximun autorisé, soit 20 fois le smic, mais je vous annonce déjà que j'organiserai dés le début du mandat, une pétition citoyenne pour qu'on passe plutôt à 10 fois le smic! Non mais, pourquoi pas 200 fois le smic pendant qu'on y est?

- RMA, revenu maximum autorisé, au dessus de 360 000 euros par an, on prend tout! ( C'est possible qu'on lance une pétition aussi!)

- Planification écologique, parce qu'une croissance infinie n'est pas possible dans un monde fini! J'ai rencontré l'autre fois un enfant de sept ans qui avait compris cela!!!

- Référendum sur l'orientation nucléaire de notre pays, avec une effervescence démocratique comme celle de 2005 pour se désintoxiquer de quarante années de propagande sur le sujet! Quand je vous disais qu'on ne va pas s'ennuyer! 

- SMIC à 1700 euros brut, et à ceux qui vous disent que ce n'est pas possible, demandez leur plutôt si c'est possible de vivre correctement avec le SMIC actuel!

- Sortie du Traité de Lisbonne parce que nous ne voulons plus que nos enfants vivent dans une société ou le dogme de la finance et de la concurrence de tous contre tous passe avant tout le reste! Nous c'est le partage, la solidarité et l'humain d'abord!

 

Ensuite il y a tout un tas de mesures, diverses et variées, dans le programme partagé que je me ferais un plaisir de vous donner  quand il sera en ma possession.

Raisonnons logiquement.

Soit la droite reste au pouvoir... no comment!
Soit les sociaux démocrates accèdent au pouvoir (fussent-ils verts!) et alors c'est un avenir à la grecque qui nous attend! Le premier ministre grec, social démocrate, président de la première internationale socialiste!, vient de recevoir les félicitations des institutions européennes, Sarko et Merckel en tête pour la stricte application des deux plans d'austérité qui visent à faire payer la crise au populo qui n'y comprend rien! Mais qui encaisse tout!

On connait leur discours, c'est bien triste ma pov' dame, mais on va pas se mettre à dos nos "partenaires" européens, le monde est libéral, l'europe est libéral, l'économie de marché est partout maintenant, on a adopté le traité de Lisbonne c'est pour que ça nous serve quand même, et il faut qu'on reste concurrentiel face aux pays émergents, nous ne pouvons pas nous marginaliser enfin! Et puis avec plus de croissance nous créerrons de l'emploi et nous partagerons mieux les richesses! Mais il faut aussi reconnaître raisonnablement qu'il est normal de travailler plus longtemps lorsque l'on vit plus longtemps!

Et bla bla bli, et bla bla bla bla!

Bref la sociale-démocratie quoi!

Soit c'est les centristes... la droite quoi!

Soit c'est les fachos... et c'est encore la droite!

 A ceux qui pensent ne pas voter, qu'ils considèrent bien que les copains de Sarko eux, ne vont pas oublier d'aller voter!

A ceux qui pensent que le vote ne sert à rien, parce qu'au final le petit populo se fait toujours baiser, peut-être, mais c'est vraiment pas fatiguant de mettre un bulletin dans l'urne pour la révolution citoyenne, et si malgré tout ça ne fonctionne pas, je serai avec ceux qui feront la révolution à la mode Tunisienne ou Egyptienne, mais il faut bien reconnaître là, que ça risque d'être un peu plus fatiguant et que le résultat est lui aussi plutôt incertain!

HUBERT Peneau.
militant du Parti de Gauche dans le pays de Morlaix.

Partager cet article

Repost0
30 septembre 2011 5 30 /09 /septembre /2011 06:02

Le très ultra-libéral José Manuel Barroso a dit il y a quelques jours (Libération du 29 septembre): "La coopération intergouvernementale n'est pas suffisante pour sortir l'Europe de cette crise" qui "risque de mener à la renationalisation et à la fragmentation".  On ne peut être plus clair: le renforcement de l'intégration économique européenne et de la constitutionnalisation des contraintes d'austérité s'inscrit dans le projet historique des concepteurs de l'Union Européenne de défense dogmatique du libéralisme et de la privatisation contre l'indépendance économique des peuples, entreprise mise en péril par les conséquences de la crise actuelle du capitalisme qui fragilise des banques, les sociétés d'assurance et les fonds d'investissement pouvant être menacés par les cessations de paiement et le non remboursement des dettes des Etats (comme la Grèce, l'Italie, l'Espagne).

Le 29 septembre 2011, l'Allemagne et l'Estonie ont voté le texte qui augmente le poids du Fonds européen de stabilité financière (FESF) dont l'existence a été décidée au niveau du Conseil des Ministres européens en mai et qui sera doté d'une capacité d'emprunt de 440 milliards d'euros.

Ce Fonds européen de stabilité permettra donc aux Etats d'emprunter sur le circuit bancaire pour prêter dans l'urgence aux Etats afin qu'ils remboursent à échéance leurs créanciers privés, sans certitude aucune de voir ces milliards avancés par le contribuable européen sous la forme d'une aggravation de la dette publique qu'il paye en réduction du service public, des prestations sociales et des droits sociaux, revenir un jour dans ses poches. Cette cagnotte virtuelle du fonds de stabilité constituée en hypothéquant le bien-être des classes moyennes et populaires européennes est là pour limiter la spéculation sur les dettes souveraines et la faillite des banques et le renchérissement des taux d'intérêt consentis aux Etats très endettés, qui rend de plus en plus difficile le remboursement de ces dettes en les plongeant dans la recession. 

Vu que les plans d'austérité qu'on impose aux Etats hyper-endettés (du fait de la crise financière de 2008, des aides inutiles aux entreprises, de la défiscalisation des hauts revenus et des entreprises, rappelons-le...) réduisent encore leur capacité à rembourser un jour leurs dettes en plombant leur croissance, il est quasiment certain que ce fonds de stabilité sera mis à contribution très bientôt, ce qui augmentera considérablement la dette des principaux Etats contributeurs, la France et l'Allemagne, fragilisera l'euro et permettra une nouvelle curée contre les droits sociaux d'une violence inégalée.        

Puisque à l'origine de cette crise se trouve le poids de l'économie financière (renforcé par les privatisations du secteur bancaire, des services publics et de la protection sociale, la pression sur les salaires au profit des actionnaires, la libéralisation et la dérégulation des échanges boursiers...) et les limites de l'endettement privé pour alimenter la consommation et le dynamisme de l'économie alors que les salaires du grand nombre restent corsetés, le moyen d'en sortir aurait été de renationaliser une partie du secteur bancaire pour mener une politique de crédit au service du social, de l'écologie et de la croissance durable, de taxer les capitaux et les grandes fortunes pour réduire le poids de l'économie financière, de supprimer les opérations boursières purement spéculatives, de renforcer les services publics, la protection sociale, les salaires dans le cadre d'un certain protectionnisme européen afin de relancer la production et la consommation en Europe.  Cela peut et doit se faire sur une échelle européenne et la crise du capitalisme européen causée par 30 ans d'ultra-libéralisme aurait été l'occasion de faire ce virage à 180 degrés dans nos politiques publiques.

Au lieu de cela, on fait semblant de croire, pour continuer à transférer des richesses publiques au secteur privé et à appliquer les bonnes vieilles recettes libérales, que l'hyper-austérité imposée aux Etats endettés leur permettra ainsi que l'Europe toute entière de se sortir de la crise, qualifiée de crise de la dette des Etats (trop généreux avec les sociétés par conséquent) et non de symptômes d'une maladie incurable du capitalisme, sous la forme pure que nous lui connaissons depuis les vagues de dérégulation et de privatisations des 30 dernières années. 

La contrepartie exigée pour bénéficier au besoin de la caisse de mutualisation des pertes du fonds européen de stabilité est en effet de se plier au pacte de stabilité pour l'euro. Avec celui-ci, comme l'écrit Jean Quatremer, journaliste de Libération le 29 septembre: " non seulement l'équilibre des finances publiques devient la règle, sous peine de lourdes sanctions quasi automatiques, mais les grandes lignes des politiques économiques et budgétaires seront arrêtées en commun à Bruxelles avant d'être approuvées par les Parlements nationaux. La "règle d'or" européenne (déficit limité à 3% du PIB, dette maximale de 60%) était déjà gravée dans le marbre, elle l'est désormais dans l'acier trempé". Désormais, affirme le député européen Modem Sylvie Goulard, "la Commission va pouvoir piloter plus finement les politiques économiques de la zone euro" . Les citoyens se veront ainsi tout à fait déposséder de leur souveraineté en matière de choix économiques et sociaux: le vieux programme de Monnet de dictature de la science technocratique au service de la vitalité des entreprises se réalise enfin!

Avec quelle efficacité le fait-elle déjà! Après avoir imposé à l'Italie un plan d'austérité de 54 milliards d'euros, frappant essentiellement les intérêts des classes moyennes et populaires grâce au sens de la justice sociale si spécial de Berlusconi, il devient tellement improbable que l'Italie plongée dans la recession se sorte d'un endettement équivalent à 130% du PIB que l'agence de notation Standards and Poor's, une semaine après l'adoption de ce texte, a degradé la note de l'Italie.

De même, comment justifier que dans un pays, la Grèce, qui compte un taux de recession à 4 ou 5%, 16,6% de chômeurs, et qui a fait déjà des "plans d'économie" monstres depuis 2008 en augmentant les impôts, privatisant des services publics, démentelant le système de retraite et la protection sociale, supprimant des postes de fonctionnaires et réduisant leurs salaires, on exige encore une batterie de nouvelles mesures que Papendreou, entraîné dans une course en avant pour éviter que les taux d'intérêts de la Grèce s'envolent encore, s'empresse de faire voter par son Parlement: "suppression de 20000 postes supplémentaires dans la fonction publique, gel des salaires et des retraites de la fonction publique, instauration du chômage technique dans tous les organismes publics, augmentation de la taxe sur le fioul domestique, réduction des dépenses de santé, accélération des privatisations"    (L'Humanité Dimanche, 22 septembre). Ainsi, les dirigeants de l'Europe, loin de manifester leur solidarité envers des grecs déjà durement éprouvés, se comportent, selon la bonne formule du journaliste de L'Humanité, Dominique Sicot, comme "un tribunal de commerce" au service des intérêts des créanciers, les grandes banques françaises et allemandes.

En France, la dette est actuellement équivalente à 6,7% du PIB. Les députés européens socialistes français, à l'inverse de leurs homologues sociaux-démocrates grecs, espagnols, italiens, allemands, n'ont pas voté le Pacte de Stabilité pour l'euro. C'est une bonne chose. Pourtant, dans leur projet socialiste pour 2012, il y a cet objectif conforme aux traités de Maastritch et de Lisbonne, de revenir à une dette à 3% du PIB et de ne pas faire augmenter les dépenses publiques plus vite que la croissance, quasi nulle actuellement. Peu de chances dès lors qu'en cas d'alternance en 2012, les socialistes, surtout s'ils sont conduits par un François Hollande adepte de la rigueur depuis plusieurs années, engagent une politique de relance pour soutenir le pouvoir d'achat des français, réévaluent les pensions, les minima sociaux, les niveaux d'indemnisation au titre de la sécurité sociale, ou qu'ils engagent un plan de relance de l'investissement et de l'embauche dans les services publics. Tout au plus, si un rapport de force ne s'établit pas qui oblige la gauche gouvernementale à rompre avec sa logique d'adaptation au capitalisme mondialisé et de renforcement des politiques économiques intégrées et libérales en Europe,  pourra t'on espérer que les socialistes, sans rétablir ce que la droite a défait, s'engagent à ne pas faire plus de dégâts dans une sorte de solution de compromis entre leurs engagements européens et les attentes de leur électorat.

 

Ismaël Dupont.

Partager cet article

Repost0
29 septembre 2011 4 29 /09 /septembre /2011 05:57

La grève dans l'éducation a été très suivie le 27 septembre. Pourtant le ministère annonçait dès midi 22% de grévistes dans le secondaire et 33% dans le primaire.  Mais, une fois de plus, les chiffres du ministère pour le secondaire ne reflètent pas la réalité puisqu’ils ne sont pas le résultat de la division entre le nombre de personnels en grève et le nombre de ceux qui avaient un service à assurer. Ainsi un gréviste n’ayant pas de cours le matin et faisant grève l’après midi au moment d’assurer ses cours sera compté comme non gréviste, les personnels à mi-temps étant comptés comme ½ grévistes !! Partout en France, les manifestations ont été nombreuses et particulièrement bien fournies: 150000 à 180000 manifestants au total, c'est pas rien, et de surcroît dans une unité syndicale et public-privé. Mais Sarkozy avait autre chose à faire qu'à écouter ces planqués fainéants protégés par leurs statuts qui n'ont jamais à subir les dures lois de la compétition internationale comme les ouvriers, les salariés du privé, les cadres... Toujours la même tactique de division, d'exaspération des préjugés et des rancoeurs entre différentes catégories de la société... Qui a dit que la droite misait sur l'intelligence là où la gauche parlait au coeur?    

 

1446174 10584970-xvanmaniftete-20110928-v130g-copie-1 

 

A Brest, 5000 manifestants de l'enseignement public et privé ont demandé plus de moyens, des effectifs moins surchargés dans les classes, la possibilité de maintenir une diversité d'options dans la secondaire, et le recrutement d'enseignants qualifiés pour pourvoir les départs non remplacés depuis 5 ans. A Quimper, ils étaient 1500 manifestants.  

En Bretagne, la rentrée 2011 a vu une augmentation de 2300 élèves des effectifs dans l'enseignement public alors que dans le même temps, 40 emplois à nouveau ont été supprimés dans le secondaire (137 en comptant le premier degré et l'administration). Depuis 2007, l'Académie de Rennes a gagné 5400 élèves et perdu 360 emplois. C'est pourquoi les personnels ont manifesté fortement leur mécontentement mardi dernier. En Bretagne, même avec le mode de calcul faussé expliqué précedemment, il y avait 41,5% d'enseignants grévistes en collège, 36,6%  en lycée général, 33% en lycée pro, 45,6% dans le 1er degré. 

Un dossier de L'Humanité dimanche du 22 septembre permet de se faire une juste idée des proportions de l'entreprise de démolition du système d'éducation en France par la droite sarkozyste. 66000 postes ont été supprimés dans l'éducation nationale depuis 4 ans. Ainsi, alors que, entre 2000 et 2008, les dépenses pour l'éducation, privée et publique, ont progressé en moyenne de 32% au sein des pays de l'OCDE, la France a diminué les siennes de manière drastique: en 2011, elle consacrait 6% de son PIB à l'éducation, alors que ce taux était de 6,4% en 2000 et de 6,6% en 1995. 

Tout a été mis en oeuvre pour rendre l'école plus inégalitaire, moins efficace pour élever le niveau d'instruction de tous les enfants et des jeunes:

1°) C'est une évidence, le manque de bons moyens de fonctionnement pour l'école (classes surchargées, profs non remplacés...) pénalise d'abord et avant tout les enfants de la classe populaire ou ceux dont les parents ont des difficultés à aider scolairement leurs enfants, à leur transmettre des habitus et une culture générale favorisant la réussite scolaire, à leur payer des cours de soutien privé.

2°) l"assouplissement" de la carte scolaire et la flambée incontrôlée de l'immobilier dans les villes a réduit la mixité sociale à l'école

3°) cette logique de ségrégation est accentuée par les graves dysfonctionnements (stagiaires ayant eu le concours non formés professionnellement et mis dans des classes d'emblée 18 heures par semaine, profs titulaires absents non remplacés pendant des semaines ou remplacés par du personnel précaire non qualifié, niveau d'encadrement vie scolaire réduit, d'où des problèmes de discipline...) liés aux baisses de moyens dans les établissements publics qui conduisent, surtout dans les grandes villes, une partie des classes moyennes et supérieures à mettre leurs enfants dans le privé, conduits en cela par des logiques individualistes visant la performance et la réussite sociale des enfants.

4°) L'autonomie accrue des établissements et la réforme du socle commun de compétences promue par l'OCDE et l'Union Européenne a accru de son côté (en présentant les choses de manière assez caricaturale) le clivage entre des établissements favorisés qui continuent à dispenser une formation intellectuelle généraliste et exigeante visant à préparer, dès le collège, les élèves au supérieur, et des établissements de zones géographiques moins favorisées qui se recentrent sur des apprentissages utilitaires fondamentaux rendant les jeunes employables sans forcement développer chez les élèves l'ambition d'aller au-delà. Comme le dit très bien le journaliste de L'Humanité, Jean-Claude Benard, "c'est la disparition programmée d'une éducation commune délivrée par le service public et son remplacement par deux écoles distinctes: d'un côté, les écoles du socle commun, limitées à la scolarité obligatoire et formant un salariat destiné aux tâches d'exécution; de l'autre, les écoles du programme et une scolarité étendue jusqu'à bac +3 pour former les salariés destinés aux tâches d'encadrement. En réformant l'éducation, la droite construit un salariat clivé, sans culture commune".

5°)Le collège unique a été villipendé en paroles par la droite et attaqué concrètement, comme en témoigne la valorisation de l'apprentissage précoce pour les enfants de la classe ouvrière par Sarkozy: on réduit ainsi les chances que ces jeunes acquièrent les clefs de lecture critique du monde pour se révolter, pour exiger des augmentations de salaire ou pour vouloir reprendre leurs études plus tard pour évoluer professionnellement.

6°) L'école est de plus en plus conçue comme une entreprise où le chef d'établissement se pense, grâce à sa nouvelle formation, aux pressions et aux flatteries dont il est l'objet de la part de son institution, comme un manager (payé en partie au résultat, à la prime) chargé de relations publiques et d'évaluation différenciée de ses enseignants, en fonction de leur investissement, non dans l'activité pédagogique, mais dans la communication et les projets vitrine de l'établissement destinés à séduire des parents consommateurs.               

 

 

Ismaël Dupont.   

 

Partager cet article

Repost0
27 septembre 2011 2 27 /09 /septembre /2011 18:35

DSC00909-1-.jpg

 

 

On cherchait des idées pour la programmation du nouveau Festival des Arts dans la Rue de juillet-août 2014 et les Grecs, inventeurs de la philosophie, de la démocratie, du théâtre tragique, du ouzo et de la féta, et de biens d'autres choses moins plaisantes telles que l'oligarchie au VI ème siècle av. JC ou l'effet létal du chantage à la dette depuis deux ans, n'ont pas démenti leur réputation de précurseurs en trouvant un rôle à sa mesure à notre regretté plus brillant économiste de France, ex sauveur du monde et meilleur espoir d'une gauche qu'il aurait enfin pu reconcilier avec la modernité social-libérale. 

C'était dans un village du Magne, une péninsule aride et magnifique au sud du Péloponnèse, peuplée à l'origine, semble t-il,  par des colons corses, ce qui explique, autant peut-être que l'austérité martiale de leurs hautes maisons fortifiées  traditionnelles à meurtrières et machicoulis, le goût de des gens là, si éloignés de New-York, de ses suites et de ses dîners de truffes à des milliers d'euros, pour l'esthétique glorieuse des films de mafia.

C'était avant la vraie-fausse confession si persuasive et pleine de hauteur imposante de Dominique face à cinq millions de Français, plus Claire Chazal.  

Le patron du FMI (L'était-il encore? Le titre lui sera de toute façon attaché durablement désormais comme celui de ministre de la Culture à Jack Lang, Christine Lagarde nous en excuse...)  avait l'air moins grave, plus détendu et léger que dans son exercice d'explication du 18 septembre sur TF1 - soit qu'il était content de sa reconversion dans la séduction des caméristes blanches, soit parce que le théâtre lui allait mieux que la comédie politicienne, ou bien encore la gestion impériale et sans complaisance des affaires grecques lui donnait pour lui-même des airs flatteurs d'Alexandre le Grand, selon l'hypothèse que l'on veut bien former sur l'authenticité et le contexte chronologique de cette photo. 

En tout cas, depuis qu'il est la super-star connue jusque dans les campagnes les plus reculées de Grèce, où l'on n'hésite pas, avec un salaire minimum de 600 €, un salaire moyen d'à peine 1000 €, des mois de salaires brutalement retirées, des taxes en augmentation, un Sans Plomp 95 à 1,70 € le litre, à dépenser 15 à 20 € pour voir le spectacle de Dominique (Nique Nique... scandent souvent les spectateurs, se souvenant peut-être du tube très sixtie d'une soeur de coeur de notre ancien consultant de la MNEF à qui l'on donnait le bon dieu sans confession), Strauss-Kahn a évolué sur la question de la dette grecque: elle ne doit plus prendre à la gorge les spectateurs qui ont lancé sur des chapeaux de roue  sa tournée internationale et qui ont fait déjà de tels sacrifices pour lui: il faut en annuler une partie, nous a dit-il, plein de lucidité, à la fin de son allocution du 18 septembre: "Il faut couper les pertes maintenant si l'on veut repartir de l'avant", a dit-il à propos de la dette grecque, ce qui laisse penser que sa sérénité nouvelle et son indépendance le rendent plus lucides que nos laborieux hommes politiques européens qui continuent à faire sans joie le sale boulot des banques et des multinationales.         

 

Ismaël Dupont.      

Partager cet article

Repost0
26 septembre 2011 1 26 /09 /septembre /2011 16:43

La droite est tombée si bas qu'elle perd la majorité dans une Assemblée qui a été conçue pour être dominée par les notables conservateurs capables de tempérer et d'immobiliser les ardeurs réformatrices de l'Assemblée Nationale, seule émanation directe et réellement légitime de la volonté générale du peuple.

Si le basculement de la majorité au Sénat a été rendu possible par les succès répétés de la gauche et principalement des socialistes aux élections municipales, régionales, départementales, depuis 2002 (la droite n'a fait bonne figure qu'aux Présidentielles et aux législatives de 2007), il traduit aussi, au-delà des divisions de la droite qui reflètent un sentiment d'affaiblissement autant que des contradictions d'intérêts, l'exaspération des élus de terrain face aux pratiques mafieuses de ce pouvoir (affaire Clearstream, affaire de Karachi et des retrocommissions sur ventes d'armes, les malettes d'Omar Bongo et de Liliane Bettancourt...), et aussi face à ses politiques de recentralisation et de casse des services publics et de la protection sociale véhiculées en partie par la réforme des collectivités territoriales.

Une majorité de gauche à l'Assemblée aurait en 2012 les moyens de faire passer des réformes audacieuses sans craindre le blocage et la guerre de tranchées au Sénat. Des enquêtes parlementaires pourront enfin être conduites en toute indépendance sur les pratiques illégales de l'exécutif. Et la droite n'aura pas les moyens d'imposer à marche forcée d'ici 2012 la constitutionnalisation de la rigueur incarnée par sa fameuse règle d'or. C'est une excellente chose.

Le renouvellement des élus et l'entrée au Palais du Luxembourg, en lieu et place de dinosaures de droite connus pour leur népotisme, d'élus désintéressés, travailleurs et atypiques comme Joël Labbé, maire de St Nolff très à gauche (nouvellement à EELV) ou Michel Le Scoarnec (le maire communiste d'Auray), est enthousiasmante. Dans le Morbihan, département historiquement conservateur s'il en est (en dehors de la région lorientaise), comme le fait remarquer Ouest France aujourd'hui, la gauche n'avait eu pendant la Vème République qu'une seule et unique sénatrice: ils sont maintenant trois nouveaux sénateurs de gauche à la remplacer. C'est historique...

Pour le PCF et le Front de Gauche, le plaisir est tempéré par la perte de 3 sièges de sénateurs d'un point de vue global: mais nos élus seront assurément plus utiles à l'intérieur d'une majorité de gauche dominée par le PS qui aura besoin de leurs voix la plupart du temps, et plus encore sans doute de leur force de proposition. 

Voici la réaction de Pierre Laurent lue sur le site internet du Point: 

 

   

 

Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, a dit, dimanche, sa "grande satisfaction" de voir le Sénat, "citadelle de la droite", basculer à gauche à sept mois des échéances de 2012, malgré la perte de trois sénateurs dans le groupe CRC-SPG sur les vingt-quatre qu'il comptait. Le Sénat était une "citadelle de la droite depuis le début de la Ve République avec un scrutin taillé sur mesure pour la droite", il va désormais "pouvoir jouer un rôle de point d'appui au mouvement de résistance contre la politique de la droite", a-t-il dit. C'est une "grande satisfaction de voir le Sénat basculer à gauche à sept mois des échéances" de 2012 (présidentielle et législatives), a ajouté le numéro un communiste. Dans ce scrutin sénatorial, le PCF a perdu deux sièges, un en Seine-Saint-Denis "de seulement quelques voix" et un autre (le sortant Bernard Vera) dans l'Essonne "dû à une situation compliquée" avec une liste dissidente PS face à la liste d'union PS-EELV-PCF, selon Pierre Laurent. En revanche, "un siège a été gagné dans le Morbihan" avec Michel Le Scouarnec (PCF), a-t-il souligné. Le groupe CRC-SPG (communistes et Front de gauche) comptait 24 sénateurs (21 communistes, 2 du Parti de gauche et 1 du PC réunionnais), il en compte désormais 21. "Nos listes ont progressé dans la plupart des départements en termes de voix", que ce soit sur les listes Front de gauche ou celles d'union avec le PS, a-t-il dit, soulignant la "progression de l'influence du Front de gauche", ce qui pourtant "ne se retrouve pas en nombre de sièges" du fait du mode de scrutin, selon lui.

 

 

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2011 6 24 /09 /septembre /2011 13:49

 

 

troy davis

 

Malgré les 20 ans pendant lesquels Troy DAVIS a crié son innocence du meurtre d’un policier blanc pour lequel il a été condamné à mort en quelques heures.

Innocence qu’il a revendiquée jusqu’au moment de la piqûre fatale qui lui a donné la mort.,

 

Malgré l’absence de toute preuve matérielle et en particulier de l’arme du crime (la condamnation ne reposant alors que sur des témoignages),

 

Malgré la rétractation de sept des neuf témoins qui l’avaient « reconnu »,

 

Malgré les pressions de la police que ces témoins déclarent avoir subies (des adolescents noirs dans un commissariat dont l'un des policiers venait d’être tué),

 

Malgré les centaines de milliers d’appels à la retenue émanant d’institutions, d’états, de célébrités comme de citoyens anonymes,

 

 

ILS ONT OSE !!! ILS ONT TUE DE SANG-FROID UN ADOLESCENT (au moment des faits) QUI A PASSE ENSUITE 20 ANS DANS LE COULOIR DE LA MORT

 

Je suis d’accord avec Robert BADINTER : c’est un crime, un assassinat judiciaire.

Mais c’est aussi une déroute de la « démocratie » états-unienne.

 

 

Au moment où, surfant sur l’échec de la politique sécuritaire de SARKOZY et sur le mal-vivre de couches de plus en plus larges de la population, certain-e-s veulent remettre en cause l’abrogation de la peine de mort, c’est aussi un combat qu’il appartient à tous les démocrates de mener dans notre pays.

 

 

Alain DAVID

Partager cet article

Repost0
23 septembre 2011 5 23 /09 /septembre /2011 16:42

  Roms à la rue à Brest

 

En 2007, Nicolas SARKOZY nous promettait qu'il n'y aurait plus personne à la rue. En 2011, dans tous les départements, de très nombreuses familles dorment encore dehors. Les promesses n'ont, une nouvelles fois, pas été tenues.

 

Cet été 2011 c'était donc au tour de Benoit APPARU, secrétaire d'Etat au logement, d'annoncer de nouveaux objectifs, revus nettement à la baisse. Face à la démission de Xavier EMMANUELI, en charge du SAMU SOCIAL, celui-ci a ainsi annoncé qu'il ne voulait plus voir d'enfants dans les rues de la capitale. Qu'en est-il depuis? Des places supplémentaires ont-elles été ouvertes? Non, bien sûr. Le gouvernement est passé maître dans l'art du double discours.

S'il y a moins d'enfants aujourd'hui dans les rues de Paris c'est qu'il a été décidé de financer des billets de trains aux familles plutôt que des hébergements, pour mieux « répartir la charge » sur les territoires. Résultat, les DDCS (directions départementales de la cohésion sociale), les plateformes d'accueil et les 115 sont débordés dans nos départements. Tous les dispositifs sont à leur tour engorgés en province car rien n'a été fait, au ministère et dans les préfectures, pour préparer l'arrivée massive des populations déplacées.

En Bretagne, des baisses budgétaires sont annoncées pour 2012 alors même que les demandes d'asiles ont augmentées de 40% dans la région cette année. Les plateformes chargées de l'accueil et de l'hébergement des étrangers sont surchargées. Pour résoudre ce problème, ou plutôt le déplacer, il est demandé au SIAO-115, le dispositif d'hébergement d'urgence des personnes de droit commun, de répondre à la demande supplémentaire occasionnée, sans contre-partie financière.

Conséquence: l'enveloppe budgétaire allouée en 2011 à ces dispositifs est déjà bien amputée et l'on craint de ne pouvoir répondre à la demande cet hiver. Les DDCS, qui financent, demandent donc aux 115 de laisser à la rue certaines catégories de population, les sans-papiers et les Roms en premier lieu.

Le principe d'inconditionnalité de l'assistance à personne en danger fixé par la loi n'est pas respecté, et les pratiques discriminatoires se développent. Aucune consigne n'est donnée par écrit, mais la pression mise par le ministère sur les préfectures, les DDCS et les opérateurs associatifs est bien réelle. Les associations sont prises en tenaille entre les valeurs qu'elles défendent et la volonté de l'état qui les finance.

Les sans-abris sont aujourd'hui abandonnés par un gouvernement qui est prisonnier de ses contradictions. Officiellement, l'État demande à ce que toute personne en situation de danger soit mise à l'abri. Officieusement, il demande que soient laissées à la rue les personnes seules et les familles lorsqu'il s'agit de ménages roms ou de personnes dont la demande d'asile a été déboutée.. De nombreuses familles avec des enfants en bas âge dorment ainsi dehors sans que l'État ne réagisse.

En réaction à cela, les associations militantes se mobilisent et font pression sur l'État par voie de presse ou de justice. Piégées entre le discours officiel et les directives informelles qui leur sont données, Préfectures et DDCS ne savent plus que faire. Aucun positionnement clair n'est donné. Les décisions se prennent au jour le jour, heure par heure, au détriment des familles. A la précarité de leurs situations s'ajoute donc l'angoisse quotidienne de l'attente d'une hypothétique solution pour la nuit. Aucune solution à long terme n'est apportée. On repousse continuellement le problème au lendemain, ou on le déplace au département voisin... L'objectif est, ni plus, ni moins, d'user physiquement et psychologiquement les migrants pour les pousser au départ.

Si les familles avec des enfants de moins de 3 ans sont épisodiquement hébergées c'est moins pour des raisons humaines que politiques. C'est la peur de l'article ou du procès qui guide les services de l'Etat dans leurs choix. Les décisions sont prises en fonction des réactions des associations militantes et des conditions climatiques. Parfois, certaines personnes laissées dehors et accompagnées par ces associations se font hospitaliser et espèrent bénéficier d'un hébergement à leur sortie pour raison médicales. Mais cela ne marche pas toujours, la DDCS et les centres hospitaliers se rendant la balle.

Malgré tout, hébergées par intermittence, les familles entretiennent l'espoir de solutions durables et affluent chaque jour plus nombreuses. Le problème est donc sans fin. Les dispositifs d'hébergement d'urgence sont au bord de l'explosion alors même que l'hiver approche. Il n'y a plus d'argent pour faire face à la demande. Sarkozy va t-il enfin agir pour les plus démunis et tenir ses promesses.

 

Tangi LE COZ,

 

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 19:21

 

 

Il n'existe pas encore de vidéo du discours de clôture de Pierre Laurent à la Fête de l'Huma sur le WEB mais voici le lien avec le sîte de l'humanité pour retrouver sa version écrite:

 

http://www.humanite.fr/politique/pierre-laurent-tenez-vous-prets-479729

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 06:00

Comment des révolutionnaires proclamés et M. Dominique Strauss-Kahn peuvent-ils simultanément invoquer Jean Jaurès ? Pourquoi continue-t-on de se demander si le tribun pacifiste qui harangua en 1913 les foules du Pré-Saint-Gervais contre la prolongation du service militaire aurait, un an plus tard, rejoint l’Union sacrée lors du déclenchement de la première guerre mondiale ? Peut-être le journaliste Jaurès, auteur prolifique (1312 articles dans La Dépêche de Toulouse, 2650 dans L’Humanité), a-t-il produit tellement de munitions que celles-ci ont pu ensuite alimenter toutes les artilleries intellectuelles. Le chef socialiste « n’a pas peur de se répéter », de frapper sur le même clou. Mais, dans une période aussi agitée que la sienne (1859-1914), on doit parfois modifier son appréciation des dangers et des priorités. La défense de la laïcité, par exemple, devient moins pressante quand l’Eglise « n’est plus capable de grands élans » et quand « l’argent menace plus que le cléricalisme ». Selon Charles Sylvestre, deux fils rouges équilibrent néanmoins chez Jaurès tous les changements de perspective et permettent, aujourd’hui encore, de distinguer les disciples des imposteurs : « Faire du sort réservé aux ouvriers la mesure en tout » ; « Qui ne pose pas la question de la propriété n’est pas socialiste ». Serge Halimi , Le Monde Diplomatique

 

 

  la passion du journalisme

 

 

Charles Silvestre, ancien journaliste et rédacteur en chef adjoint de l'Humanité, président de l'association des Amis de l'Humanité, sera invité par la section PCF de Morlaix le lundi 7 novembre à 20h, salle du Cheval Blanc à Plourin les Morlaix, pour y animer une conférence-débat sur "Jaurès journaliste". Cet homme passionné et truculent cherchera à retrouver les moments d'élaboration d'une pensée politique au fil des évènements qui interpellaient Jaurès chroniqueur de l'actualité (le boulangisme, le scandale de Panama, la répression des grandes grèves de mineurs, viticulteurs, fonctionnaires, l'affaire Dreyfus, les aventures coloniales...).

 
 

 

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2011 1 12 /09 /septembre /2011 18:38

Dans les pages Finistère du Ouest France du vendredi 9 décembre, le député socialiste du Finistère, Jean-Jacques Urvoas, s'indignait à juste de titre des conséquences de la décision prise par le gouvernement Fillon, dans le cadre du renforcement de la politique de rigueur, de doubler la taxe sur les mutuelles, remarquant que les 1,1 milliards de recettes fiscales supplémentaires ainsi prélevées sur les revenus des classes moyennes et populaires pesaient bien lourd par rapport aux 200 millions d'euros gracieusement concédés à titre exceptionnel par les très très grandes fortunes (plus de 500 000 euros de revenus par an) en échange bien sûr de la suppression de l'impôt sur les grandes fortunes (2 milliards de recettes en moins). Mais on fait croire que l'austérité qui s'imposerait à tous est équitablement répartie car les riches contribuent davantage à l'effort de l'austérité...

Cette surtaxe sur les mutuelles va entraîner une augmentation de leurs tarifs équivalant probablement en moyenne à un mois de cotisation supplémentaire pour les salariés, les retraités, et les précaires. Sachant que les déremboursements partiels progressifs par la Sécurité Sociale du 2003 du séjour hospitalier, de consultations médicales et de soins divers et de nombreux médicaments rendaient déjà les mutuelles plus chères, moins accessibles et pourtant toujours plus nécessaires pour faire face à la maladie ou la prévenir, cette nouvelle pression sur les mutuelles se répercutera fatalement sur leurs usagers et risque d'éloigner de leurs services des millions de français qui n'auront plus les moyens d'accéder aux complémentaires santé et hésiterons à engager de gros frais pour se soigner, ou ne le pourront tout simplement pas. L'accès au soin, affirme ainsi à raison M. Urvoas, devient « de plus en plus coûteux et inégalitaire. 50% des dépenses courantes de santé sont désormais à la charge des patients. Se soigner devient un luxe ».

Devant cette opposition résolue d'un responsable socialiste à la casse du système de santé publique français, on est plutôt rassuré et on se dit qu'il y a sans doute de bonnes choses à attendre d'une éventuelle victoire de la gauche en 2012, du moins dans ce domaine, mais il suffisait ce 9 décembre de revenir en page 4 du Ouest France pour lire en gros titre:

« La Cour des comptes s'alarme du trou de la Sécu »

Et en sous-titre, au dessus de la photo du très consensuel ancien responsable socialiste de la commission des Finances au Parlement du début de l'ère Sarkozy:

« L'hémorragie du déficit (30 milliards) est trop forte, affirme son président, Didier Migaud. Il préconise un traitement de choc sur les médicaments, l'hôpital, l'emploi...Aie, aie, aie! ».

On nous prévient déjà car il s'agit encore et toujours de fabriquer du consentement par l'appel à la raison, à la clairvoyance: c'est vrai que cela fera mal mais il n'y aura pas d'autre alternative que de se soigner moins ou de payer plus pour rester en bonne santé ou la retrouver car il y a un très gros trou (30 milliards d'euros...) dans la caisse de la Sécu, un déficit qui s'épand à la manière d'une hémorragie, et au final, il faudra bien l'éponger et c'est vous qui allez le faire, quelle que soit la majorité au pouvoir en 2012...

Et cela fera mal, très mal - aie, aie, aie... -mais il faut comprendre que la saignée s'impose en toute logique comptable, pour des raisons de bonne gestion.

Migaud et sa cour des comptes sont formels: le déficit de la Sécu n'est pas d'abord et avant tout la conséquence du chômage de masse, de la généralisation des bas salaires, de la dégradation des conditions de travail et des conditions de vie liée aux nouvelles formes de management et au stress dû à la précarisation des salariés, ou encore l'effet des baisses de cotisations patronales et de la crise économique qui balaie l'Europe depuis 2008 et les remous sur les marchés financiers rendus fous de spéculation par leur libéralisation, phénomènes créés ou aggravés par les politiques libérales menées depuis 30 ans.

Non, le déficit de la Sécu aurait essentiellement des origines culturelles, il renverrait à des traditions ou à un tempérament national à l'origine obscur qui rendrait les français « accros » aux consultations, drogués aux médicaments. Il va donc falloir les désintoxiquer et la meilleure manière de le faire, comme quand il s'agit de limiter la consommation de tabac, est de rendre ces services toujours plus onéreux. Le journaliste de Ouest-France, Paul Burel commente ainsi: « la Cour des comptes réclame du sang et des larmes ».

Pour preuve, Didier Migaud ne s'en tient pas à préconiser encore et une nouvelle fois des déremboursements, des réductions de prise en charge par la solidarité nationale. Non, il légitime et exige un renforcement de la réforme libérale de l'hôpital, pourtant souvent condamnée sur un plan local par les socialistes, comme à Morlaix lors du dernier conseil municipal en juin 2011: il faut de toute urgence une « cure d'amaigrissement pour l'hôpital...les marges de manœuvre sont considérables en matière de compétitivité et de restructurations ». Migaud préconise également de continuer à supprimer des postes de fonctionnaires à la Sécurité sociale (6000) en supprimant les feuilles de soins sur papier.

 

Le 18 décembre 2010, Le Télégramme présentait un dossier très instructif sur une pleine page dont le titre était « le luxe de se soigner ». Citons-le car il rappelle certains hauts faits passés presque inaperçus dans les médias (mais pas dans les pharmacies et les cabinets médicaux) des gouvernements de droite qu'il convient de se remettre en mémoire:

 

« Avril 2003. 617 produits pharmaceutiques voient leur taux de remboursement fondre brutalement. Et 80 autres sont déremboursés du jour au lendemain, car considérés comme peu efficaces dans le traitement de certaines pathologies. Mars 2006, 152 médicaments sont à nouveau recalés de l'arsenal thérapeutique remboursé. Avril 2010, de nouvelles mesures donnent naissance à la vignette orange qui estampille désormais 170 médicaments remboursés à hauteur de 15% au lieu de 35% précédemment. Étape intermédiaire avant de tomber dans les oubliettes des produits déremboursés... Cette action a... eu des répercussions désastreuses pour les foyers les plus modestes. Depuis quelques mois, il n'est pas rare d'avoir à se délester d'une trentaine d'euros au comptoir de la pharmacie pour guérir une bronchiolite, une angine ou toute autre affection hivernale souvent bien douloureuse ». Un pharmacien d'un quartier de HLM de Vannes, Ménimur, offre ensuite un témoignage intéressant: « selon lui, de nombreux déremboursements ont été fixés dans le but de faire des économies. « Certains médicaments visés sont vraiment efficaces. Je pense notamment aux sirops contre la toux, aux collutoires contre les maux de gorge, aux expectorants. On peut difficilement faire sans. Le discours sur leur inefficacité, c'est du pipeau. Si c'était vraiment le cas, les médecins ne les prescriraient pas... Il n'est pas rare (désormais) de voir des gens refuser de prendre un produit. Pour eux, ils sont souvent hors de prix » ». A Saint Brieuc, un autre pharmacien constatait il y a 8 mois que de plus en plus de gens « sautent la cause médecin » pour ne pas payer le prix de la consultation, sachant qu'il leur prescrira quantité de médicaments non ou faiblement remboursés. De ce fait, les disparités entre les patients sont de plus en plus flagrantes, regrettait cette pharmacienne : « Nous sommes inquiets car on s'oriente vers une médecine à deux vitesses. Les maladies du quotidien, qui sont parfois douloureuses, ne sont plus prises en charge. Seules sont remboursées les surinfections et les pathologies lourdes ».

 

S'attaquer à la prise en charge par la sécurité sociale, ce n'est pas se soucier des générations futures en réduisant une dette qui pèserait d'un fardeau écrasant sur elles... Elles naîtront peut-être moins nombreuses et vivront moins longtemps si on continue de la sorte. C'est plutôt réduire cyniquement, alors que les Français n'ont jamais produit autant de richesses par leur travail (lesquelles ont rarement été aussi mal réparties) les revenus indirects en termes de prestation sociale du grand nombre afin de faire passer toujours plus de pans de la dépense des familles de la prise en charge collective mutualisée par la Solidarité Nationale à la prise en charge privée par le biais de systèmes d'épargne ou d'assurance privée. Au final, ce sont les entreprises que l'on cherche à taxer moins en limitant au maximum les cotisations sociales et les revenus financiers que l'on cherche à doper à leur livrant en pâture la sécurité sociale comme on l'a fait avec la retraite par répartition.

Face à cette politique de classe qui démantèle la solidarité nationale pour confier toujours plus de secteurs de l'existence et de l'activité sociale aux marchés financiers, le Front de Gauche, dans son projet pour 2012 intitulé « L'Humain d'abord », entend imposer la prééminence du droit à la santé et du devoir de solidarité.

Les médicaments efficaces et les dépenses de santé seront à nouveau remboursés à 100%, tout comme les soins liés à la perte d'autonomie. Le financement des dépenses de santé individuelles sera garanti par un système fiscal redistributif donnant à chacun selon ses besoins et prenant à chacun selon ses moyens. Nous commencerons par en finir avec les 30 milliards d'euros annuels d'exonérations de cotisations sociales patronales sans réelle efficacité pour lutter contre le chômage, 30 milliards qui correspondent curieusement au poids du trou de la Sécu.

Le prix des médicaments sera contrôlé à travers le développement des médicaments non rentables par la recherche publique et la généralisation de leur prescription par les soignants. La création d'un pôle public du médicament y aidera et permettra un encadrement plus strict des pratiques commerciales des laboratoires pharmaceutiques. Nous contrôlerons également davantage les pratiques de dépassements d'honoraires des médecins. Nous établirons une couverture nationale de santé égale sur tout le territoire et reviendrons sur toutes les restructurations de l'hôpital public qui le fragilisent dans la concurrence avec les cliniques privés, l'éloignent des usagers et de leurs besoins au profit du triomphe des logiques comptables et de l'exigence d'auto-financement. Nous augmenterons le nombre d'étudiants appelés à devenir médecins et lancerons un grand programme de formation de toutes les disciplines de santé libéré de l'influence des laboratoires pharmaceutiques.

La santé est notre bien commun et pour la garantir à tous dans la mesure des possibles de la nature et des progrès de la science et de l'art humain, il faut un effort national reposant prioritairement sur les plus aisés.

 

Ismaël Dupont.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011