Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 décembre 2011 7 04 /12 /décembre /2011 08:34

Le Mouvement de la Paix de Morlaix-Plougasnou a organisé hier soir à la salle Gallouedec de Saint-Martin des Champs, samedi 4 décembre, une conférence-débat sur l'explosion des dépenses d'armement dans le monde, la prolifération du nucléaire militaire, et la responsabilité des puissances occidentales dans le développement des conflits dans les pays du sud. La conférence-débat prenait appui sur un powerpoint et des vidéos commentés par Roland Nivet, vice-président du Mouvement de la paix, et se terminait pas un buffet convivial.

 

Ayant des obligations ailleurs, je n'ai pas pu rester jusqu'au bout de la réunion, mais je veux tout de même faire part de son intérêt extrême et des éléments d'information peu connus que j'en ai retiré et qui méritent d'être portés à l'attention du public comme point de départ d'un grand débat qui mérite d'être mené très largement dans le pays, tant les enjeux en termes de sécurité, de développement, de relations équitables nord-sud, sont importants.

 

En 2010, les dépenses militaires dans le monde représentaient 1650 milliards de dollars: elles sont deux fois plus importante qu'au début du siècle, alors que se préparait la première guerre mondiale. 10% à peine de cette somme suffirait à atteindre les objectifs du millénaire pour le développement et à réduire par conséquent de moitié la pauvreté dans le monde! Depuis 2001 et les attentats du World Trade Center, la stratégie impérialiste américaine de croisade contre l'islamisme et les ennemis de la domination occidentale a eu pour conséquence une augmentation considérable de ces dépenses militaires. En 2002, 850 milliards de dollars étaient consacrés dans le monde aux budgets militaires: ce chiffre est presque deux fois plus élevé aujourd'hui. Les guerres en Irak, en Afganisthan, en Libye sont passées par là.

 

Ce sont les Etats-Unis qui dépensent le plus pour leur armée et leur armement (2100 dollars par habitant et par an) mais la France est malheureusement en troisième position (1026 dollars par habitant et par an). Les cinq pays membres du Conseil de Sécurité (Etats-Unis, GB, France, Russie, Chine) dépensent à eux seuls 956 milliards de dollars pour leur défense et leur armement, ce qui leur assure les moyens de consolider leur domination. L'ensemble des pays industrialisés dépense 2,5% à 3% de ses richesses (PIB) pour les dépenses d'armement.

 

En France, le budget de la défense était en 2011 de 40,5 milliards d'euros. Cela représente 18% du budget de l'Etat, à comparer au 0,7% consacré par exemple au budget de la culture... Cela en dit long sur les priorités des responsables politiques.

 

N'allons pas croire cependant que les impératifs de sécurité, de défense et d'indépendance nationale soient les seules motivations de ce budget militaire en hausse de 6% cette année et qui représente le deuxième poste budgétaire de l'Etat (1/ 5 de nos impôts y passe). Il y a aussi, c'est certain, le désir de permettre à des groupes de marchands d'armes qui ont grandi en têtant le sein de la République tout en rendant des services aux hommes politiques, d'obtenir des marchés auprès de l'Etat pour développer des nouvelles technologies d'administration de la mort qu'ils vendront ensuite à l'étranger, y compris dans des régions instables, à des Etats dictatoriaux... Il est complètement faux de dire que les dépenses d'armement contribuent à notre sécurité collective.  La guerre en Libye (25000 morts au moins), dirigée contre d'anciens bons clients de notre industrie d'armement mais d'où l'on escompte tirer l'importation à bas coût de 25% du pétrole libyen, a déjà engendré un surcoût de 1,5 milliard par rapport au budget militaire prévu.  

 

20% du budget militaire français est consacré à l'armement nucléaire... et 95% des armes nucléaires se trouveraient sur l'île longue à Brest.  

Un plan de 25 milliards a déjà été mis en place pour équiper notre marine de missiles nucléaires M51: or, dans les 25 dernières années, nous avons déjà dépensé énormement d'argent pour remplacer les sous-marins lanceurs d'engins par des sous-marins lanceurs d'engins de nouvelle génération (non détectables, d'où des collusions possibles, comme cela c'est produit il y a quelques années)  équipés de missiles M 45... Le nucléaire militaire, c'est non seulement ultra-dangeureux- l'équilibre de la terreur n'ayant rien d'éternel et toute arme- même dite de dissuasion- étant faite pour servir un jour- car les régimes démocratiques reposent sur des bases bien précaires et ne sont pas d'ailleurs forcément raisonnables (cf. les Etats-Unis de Bush).... C'est non seulement immoral, du fait de l'importance des victimes innocentes et de la menace de mort sur l'humanité toute entière que produisent les armes atomiques. Mais c'est de plus une option extrêmement coûteuse qui nuit au développement social , aux dépenses de santé, d'éducation, de services publics, de protection sociale...  Aujourd'hui, il y a plusieurs pays qui ont renoncé à l'arme nucléaire alors qu'ils avaient les moyens technologiques de la produire (Afrique du Sud, Argentine, Libye...): il est possible d'en sortir.

 

En Bretagne, nous sommes particulièrement concernés par la prolifération nucléaire avec la base aérienne de Landivisiau et l'île longue: comme l'affirme avec force Roland Nivet, il faut exiger le gel du programme M 51 (aujourd'hui, un seul sous-marin est équipé), premier pas vers une Bretagne dénucléarisée. Cet objectif politique demande a être débattu, défendu publiquement par les candidats aux élections et les responsables politiques, d'autant que la région de Brest a toujours été tournée vers la navale, que beaucoup d'emplois dans des technologies de pointe (électronique) sont liés à la présence des bases militaires et de la Direction Générale de l'Armement... Pour autant, tous ces emplois ne seraient pas supprimés en cas de sortie progressive du nucléaire militaire: des plans de reconversion industrielle sont sur la table des entreprises et des syndicalistes.     

 

En 2005-2009, les ventes d'armes dans le monde ont été supérieures de 22% par rapport à la période 2000-2004. La France vend 760 millions d'euros d'armes dans les pays en voie de développement. Avec les résultats que l'on sait en Afrique et dans le monde arabe. N'oublions, comme le rappelle Roland Nivet, qu'il y a deux ans, pour conclure de juteux contrats d'armement, ces mêmes militaires syriens qui massacrent leur peuple en révolte défilaient sur les Champs Elysées à Paris le 14 juillet...     

 

Ismaël Dupont.  

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 14:42

C'est désormais officiel puisque les candidats aux législatives ont été présentés à la presse au pub Ceilli à Quimper ce samedi 3 décembre,  les porte-voix de la dynamique collective et unitaire du Front de Gauche dans le Finistère seront:

 

- dans la 1ere circonscription (Quimper, Fouesnant): André Bernard ( conseiller municipal d'opposition à Fouesnant, ancien proviseur, militant du PCF).

- dans la 2ème circonscription (Brest ville): Jacqueline Héré (élue communiste à la ville de Brest, maire adjointe de Bellevue, vice-présidente de Brest-Métropole)

- dans la 3ème circonscription (Brest rural): Bertrand Seys (enseignant chercheur rattaché à France Télécom, membre du Parti de Gauche).

- dans la 4ème circonscription (Morlaix): Ismaël Dupont (32 ans, documentaliste, membre du PCF) et Marie Huon (22 ans, assistante d'éducation, sans étiquette politique mais ancienne militante du syndicat étudiant SUD).

- dans la 5ème circonscription (Landerneau) : Isabelle Mazelin (professeure en collège à Landivisiau, élue au Relecq Kerhuon).

-dans la 6ème circonscription (Carhaix, Chateaulin) : Noëlle Péoc'h (militante syndicale et associative).

-dans la 7ème circonscription (Douarnenez- Pont l'Abbé): Françoise Pencalet-Kerivel (militante associative apparentée à aucun parti mais active dans la mouvance anti-libérale) et Jean-Yves Leven (communiste, ancien responsable départemental de la diffusion de l'Humanité)

-dans la 8ème circonscription (Concarneau-Quimperlé): Eric Le Bour (secrétaire départemental du PCF élu à Rosporden) et Christine Obin ( élue communiste à Moelan sur Mer)   

 

 

En annexe: Article du Télégramme (pris sur le blog): on peut regretter que le journal ne signale pas le nom des suppléants présents à la réunion: Marie Huon et Christine Obin. 

 

Législatives. Les candidats du Front de gauche dans le Finistère

Envoyer l'article à un ami

 

Le Front de gauche, qui rassemble, dans le Finistère, le Parti de gauche, la Gauche unitaire, la Fédération pour une alternative sociale et écologique et le Parti communiste français, a présenté, samedi à Quimper, ses candidats aux élections législatives de juin2012. Avec leur candidat à la présidentielle, Jean-Luc Mélenchon, ils appellent à dire «stop à l'austérité». «L'austérité n'est pas la solution car elle aggrave les difficultés des milieux populaires et des classes moyennes», soutiennent ceux qui entendent se rassembler sur «de vraies solutions à la crise et un autre choix de société». Ils invitent ainsi à investir le débat pour remettre l'homme au coeur de la société et vont, dans ce but, mettre en place des assemblées citoyennes.

Huit candidats

1re circonscription: André Bernard, 68 ans, proviseur à la retraite, conseiller municipal de Fouesnant; 2e circonscription: Jacqueline Héré, 58 ans, adjointe du quartier Bellevue, à Brest, et vice-présidente de BMO; 3e circonscription: Bertrand Seys, 55 ans, enseignant-chercheur à Télécom-Bretagne; 4e circonscription: Ismaël Dupont, 31 ans, documentaliste au lycée Tristan-Corbière, à Morlaix; 5e circonscription: Isabelle Mazelin, 47 ans, professeur de collège, adjointe au maire du Relecq-Kerhuon; 6e circonscription: Noëlle Péoc'h, 59 ans, retraitée de l'Éducation nationale; 7ecirconscription: Françoise Pencalet-Kérivel, 44 ans, enseignante, Douarnenez; 8e circonscription: Eric le Bour, 43 ans, adjoint au maire de Rosporden-Kernével, secrétaire départemental du PCF.

 

 

candidats-Front-de-Gauche-aux-legislatives-29-photo-Tele.jpg    

  

Partager cet article

Repost0
3 décembre 2011 6 03 /12 /décembre /2011 14:32

Le samedi 10 décembre à 10h, la coordination Front de Gauche du pays de Quimper et le candidat du Front de Gauche aux législatives, André Bernard, appellent les militants de la gauche de transformation sociale à se rassembler devant la préfecture de Quimper à 10h pour dire non à cette Europe de la concurrence libre et faussée au service de la finance dont nous avons hérité grâce au traité de Maastricht.  Il y aura une prise de parole du Front de Gauche lors de ce rassemblement et une vente du Programme Partagé autour des Halles de Quimper est prévue ensuite.

 

Le traité de MAASTRICHT a 20 ans

 

NON à l'austérité !

Nous refusons de payer pour leur crise !

 

MAASTRICHT, il y a 20 ans, puis LISBONNE; deux traités qui ont conduit l'Union Européenne dans un carcan d'abord, dans une impasse, ensuite.

 

Aujourd'hui, l' Europe est dominée par la Finance, soumise à la logique du Marché qui détruit l'emploi et les services publics, fait reculer les droits sociaux et la Démocratie. Pour les milieux d'affaires, l'enjeu est- au nom de la compétitivité- le nivellement par le bas, la régression sociale, les injustices et un appauvrissement général.

 

Le recul de la Démocratie s'illustre par l'arrivée au pouvoir dans de nombreux pays de mandataires non-élus et tous issus du même sérail de laCommission européenne ou de la BCE; au service du capital financier international. Les forces de l'Argent, portées par les banques privées, les fonds d'investissement, les grandes compagnies d'assurance ont toute liberté d'agir, grâce à la complaisance des pouvoirs en place.

 

L'austérité de Gauche est aussi douloureuse que l'austérité de Droite et nous ne saurions davantage l'accepter !

 

La sortie de la crise exige une rupture irréversible avec le libéralisme; un partage équitable des richesses; une nouvelle manière de produire et de consommer, basée sur la Démocratie sociale et politique.

 

A l'opposé de la concurrence destructrice des droits sociaux et de l'environnement, elle doit se fonder sur de nouvelles coopérations entre les individus et les nations; une authentique solidarité avec les Pays du Sud et tous ceux qui- sans exclusive- veulent s'émanciper de la tutelle des marchés financiers.

 

 

Motion adoptée le 10 Décembre, à l'initiative du Front de Gauche (du pays bigouden), de ses partenaires et amis.

 

 

 

bandeau Front De Gauche

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 20:39

578Pierre Laurent, Jean-Luc Mélenchon, Christian Picquet 580

 

Joël Gallay, secrétaire départemental du Morbihan

Une syndicaliste CGT de Tilly à Guerlesquin, Corinne Nicol

 

532

579

538

540

542

562

574560

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 06:36

"Répéter que la dépendance coûte trop cher à la société finira pas coûter cher à la société", c'était le message d'une campagne de la Mutualité Française diffusée quelques mois dans les médias. En 2010, les dépenses consacrées à la dépendance en France ont été de 34 milliards d'euros (10 fois moins que les dépenses liées au versement des retraites). Environ 70% sont pris en charge, selon le magazine Alternatives Economiques (n°306- octobre 2011), par les dépenses publiques, essentiellement via l'assurance maladie et l'allocation personnalisée d'autonomie (APA). Le reste étant à la charge des familles concerne essentiellement l'hébergement. Les plus de 80 ans sont 3 millions aujourd'hui (5% de la population), ils devraient être 5,8 millions en 2035.  Il y a aujourd'hui un manque important de développement des réseaux de services à domicile: les trois quarts des personnes dépendantes sont soutenues par des aidants familiaux, la plupart du temps des femmes membres de la famille, et celles-ci, écrit Claire Alet dans l'article d'Alternatives Economiques précédemment cité, "sans formation et en manque de relais, s'épuisent trop souvent à la tâche et se retrouvent dans des situations de burn out, un syndrome d'épuisement. On estime même que 30% des aidants meurent avant les aidés".  Seulement, le secteur du service à domicile, constitué d'associations de petites tailles, est en grande difficulté financière et licencie à tour de bras, en témoigne les difficultés de l'ADMR Finistère: 10000 emplois auraient été supprimés déjà depuis début 2011 alors que les besoins augmentent. "Quant aux maisons de retraite, rappelle l'article d'Alternatives Economiques, et notamment aux étabilissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes (Ehpad), elles demeurent très difficiles d'accès pour les classes moyennes modestes. En effet, le "reste à charge" s'élève en moyenne à 1617 euros par mois, alors que le montant moyen d'une retraite est de 1200 euros. Diminuer ce reste à charge devrait être une priorité, mais on peut difficilement le demander aux départements dans la situation actuelle, puisqu'ils sont asphyxiés financièrement. Au 31 décembre 2010, il y avait 1,2 millions de bénéficiaires de l'APA contre 765000 en 2003, et les recettes des départements, indexées sur des compensations de l'Etat liés aux transferts de charge indexés sur les besoins de l'époque, n'ont pas évolué autant à la hausse. L'Etat s'était engagé à participer au coût de cette allocation d'autonomie à la hauteur de 50% en 2002: or, la part qu'il prend dans le financement de l'APA n'est que de 28% aujourd'hui. Résultat: des personnes âgées très dépendantes voient leur nombre d'heures d'aides à domicile financées par l'APA se réduire de manière inquiétante.  Le manque de place en maisons de retraite, et le manque de maisons de retraites associatives ou publiques accessibles au grand nombre, car sans but lucratif, est également une réalité. Sarkozy avait promis un grand plan de refinancement du secteur de l'aide à l'autonomie qui passait chez lui par une nouvelle atteinte au régime solidaire de Sécurité Sociale par la création d'un cinquième risque (le risque dépendance) ouvrant la voie à un financement par l'assurantiel privé. La crise financière et les plans de rigueur sont passés par là et les vieux devront une nouvelle fois se contenter de bonnes intentions... pas toujours désintéressées.  

 

 

Voici l'intervention d'Alain David au premier débat du dimanche 27 novembre qui a réuni plus de cent personnes  sur l'autonomie et la sécurité sociale- à La Fête de L'Humanité Bretagne de Lanester. Un atelier régional du Front de Gauche va être créé pour réfléchir à la question du financement et des modalités de l'aide à l'autonomie pour bâtir une société de tous les âges réellement solidaire.

Nous avons également prévu, grâce en partie à l'efficace travail de sensibilisation de Jean Dréan,  d'organiser cet hiver une réunion publique thématique sur la question de l'aide à l'autonomie. Cette conférence-débat aurait lieu à Plouigneau entre janvier et mars.

 

 
Participaient, outre Alain David (ancien adjoint au maire de Morlaix) au débat de la Fête de l'Humanité Bretagne à Lanester: Viviane Krynicki, directrice de la Mutuelle familiale de France à Lorient, Françoise Jaffre, syndicaliste CGT à la Maison de retraite de Port-Louis, et Christiane Caro, membre de la Commission Nationale Santé du PCF.
Viviane Krynicki a rappelé les bases de notre système de protection sociale, un des meilleurs au monde, et qui n'a malheureusement plus rien à voir à ce qu'il était en 1945, grâce à l'activisme de syndicalistes et d'homme politiques tel qu'Ambroise Croizat. Le patronat a tout fait pour vider la sécurité sociale de sa charge émancipatrice. La part de cotisation patronale a été baissée de 10% dans le système général. Dans la France de 2011, le chômage et l'exclusion sociale, l'augmentation du nombre de retraités et les évolutions de la pyramide des âges, l'entrée plus tardive de la jeunesse dans le monde du travail, mettent en difficulté les caisses de protection sociale. Pourtant aujourd'hui encore, 30% du PIB est redistribué au citoyen sous forme de prestations diverses. C'est autant d'argent qui échappe au capital et aux circuits financiers, et c'est ça le problème. Pourtant, c'est grâce à ces prestations sociales que la France a moins souffert de la crise du capitalisme financier en 2008. Si l'assurance maladie a des comptes en déséquilibre, c'est aussi parce qu'elle sert de vache à lait de l'industrie pharmaceutique, parce qu'on baisse les cotisations sociales au nom de la lutte contre le chômage en décidant de faire payer directement les salariés. aujourd'hui, on assiste à une véritable marchandisation de la santé, une privatisation rampante de la sécurité sociale qui passe par la prise en charge directe par les salariés de leur santé (franchises médicales, dépassements d'honoraires). La réforme de la dépendance promue par Sarkozy, la filialisation de la Sécurité Sociale par la création d'un cinquième risque, vise à amoindrir le financement solidaire au profit d'une ouverture à l'assurantiel privé. Pourtant, une répartition plus juste des richesses publiques permettrair de rééquilibrer les comptes sociaux et d'éviter une marchandisation de la santé.  

 

Intervention d'Alain David:

 

Perte d’autonomie Lanester le 27.11.11

 

 

 

J’ai été élu communiste pendant 31 ans à Morlaix dont 25 ans comme adjoint. C’est à ce titre, bien que n’étant pas spécialiste, que j’ai répondu favorablement à la demande de Christiane de participer avec vous à la réflexion nécessaire sur la question de la perte d’autonomie.

 

J’ai aussi dans ma section un camarade (Jean Dréan que certains connaissent peut être) qui n’a de cesse d’attirer l’attention tous azimuts sur la nécessité de construire un droit universel : le bien vieillir partout et pour tous. Sur le fait aussi que cela est insuffisamment pris en compte par le mouvement syndical et politique. Non pas sur le papier mais dans l’action.

 

A ce sujet, dans les médias, il y a deux formules qui reviennent fréquemment et qui ont le don de m’horripiler :

 

1 – les problèmes du vieillissement. Sous-entendu les problèmes de financement : comme si ce n’était qu’un coût, comme si l’allongement de la vie n’était pas d’abord un immense progrès, malheureusement encore trop mal partagé sur la planète. Comme si ce n’était pas aussi un formidable enrichissement pour la société Comme si le rôle de la société n’était pas justement de faire en sorte que chacun et chacune vive dignement jusqu’à la fin de ses jours

 

2 – l’or gris : cette formule, souvent reprise par les magazines, montre clairement comment, dans le système capitaliste, tout, y compris la personne humaine, y compris ses souffrances devient moyen de profit. A condition bien sûr de ne prendre en compte que ceux qui peuvent payer.

 

La perte d’autonomie c’est un état de santé qui évolue et qui est la résultante de plusieurs causes physiques, psychologiques, intellectuelles mais aussi matérielles, sociales, familiales…

 

Elle peut être totale ou partielle. Elle survient le plus souvent progressivement et recouvre, pour schématiser, 3 situations distinctes : le grand âge, le handicap et l’invalidité ( 2 600 000 personnes )

Il est donc illusoire de penser qu’il y a une seule réponse. Cela dépend évidemment de la gravité de l’état de la personne concernée, de son évolution prévisible, s’il y a un conjoint autonome ou pas, s’il y a un entourage familial ou pas …

 

Mais il y a UNE responsabilité globale de la société : permettre à chacun de vivre dignement jusqu’à la fin de ses jours, quelle que soit sa situation sociale ou familiale. En prenant en compte la situation actuelle (en particulier l’éclatement familial) et les évolutions prévisibles en particulier le fait que le nombre de personnes de + de 75 ans va doubler dans les prochaines décennies.

 

L’incurie de l’état nourrit la finance

 

C’est déjà un véritable magot pour les assurances privées. Ces dernières années la différence entre les cotisations au titre de la dépendance et les rentes versées aux assurés dépassait 275 millions d’euros par an soit un gain de + de 70 % pour les assurances. Mais ils veulent aller encore plus loin.

 

Page 2

 

C’est aussi l’explosion des établissements privés qui bénéficient, si on peut dire, de l’insuffisance criante de l’offre publique .L’année dernière le président du conseil général du Finistère reconnaissait à Plouigneau qu’il manquait 2000 places en maison de retraite et structure adaptée dans le département… et qu’il en serait créées 70 dans l’année. A ce rythme-là, il faudrait presque 30 ans pour répondre aux besoins actuels.

 

Comme c’est un sujet sensible Nicolas Sarkozy a courageusement décidé de reporter les décisions après la Présidentielle.

 

Raison de plus pour poser la question et mener le débat dès maintenant dans tout le pays.

 

Tout d’abord pour refuser que cela devienne encore plus un véritable pactole pour les capitaux privés.

 

Ensuite refuser les fausses solutions, le 5ème risque par exemple (comme si la perte d’autonomie n’était pas d’abord un problème de santé), qui constituerait un nouveau découpage de la SS et donc ouvrirait encore davantage la voie aux capitaux privés.

 

Au contraire, nous affirmons l’universalité de l’assurance maladie, nous voulons la renforcer et y intégrer complètement la réponse aux besoins de la perte d’autonomie.

 

Le programme du Front de Gauche dont le titre « L’humain d’abord » montre bien les priorités que nous voulons mettre en œuvre indique page 24, je cite : « les réponses au manque d’autonomie seront prises en charge par la Sécurité Sociale à 100 % pour la partie « soins » et par le développement des services publics ».

De nombreuses personnes nous ont fait remarquer que, pour une question de cette importance, 3 lignes c’était un peu juste. Je crois qu’elles ont raison.

 

Mais nous ne partons pas de rien.

 

Nous avons des propositions de longue date que nous mettons en débat. Les organisations syndicales et les associations aussi. Sans entrer dans le détail nous considérons qu’une véritable politique publique doit comporter et articuler prévention, dépistage et prise en charge solidaire. C'est-à-dire instaurer un droit universel de compensation de la perte d’autonomie

 

  • La prévention passe par le développement de l’activité physique et intellectuelle, l’intégration sociale, l’alimentation, …et le remboursement à 100 % des dépenses de santé (notamment les prothèses dentaires, auditives et les lunettes) ce qui évitera les absences de soins … que l’on paie cher par la suite.

  • Il s’agit aussi de prendre en compte les conditions d’emploi, la recherche médicale, l’urbanisme, les transports…

  • Il s’agit de développer considérablement les équipements tant au domicile (où le maintien des personnes doit être privilégié.) que dans les institutions. De développer l’éventail des formules d’accueil, l’accès aux services spécialisés médicaux. Il s’agit surtout de mettre en œuvre un ambitieux plan de formation pour tous les personnels à tous les niveaux et dans tous les secteurs. 

Page3

 

 

Nous proposons au niveau départemental un pôle public de l’autonomie qui s’appuie sur le développement des services publics existants ou à créer. Il prendra en compte non seulement les aides (repas, toilette, mobilité…) mais aussi les équipements et l’aménagement des logements, les transports…

 

Cette coordination départementale doit permettre une simplification des démarches et une meilleure efficacité du service rendu.

 

Afin de garantir une maîtrise, une cohérence nationale et une égalité sur le territoire, nous proposons une structuration nationale des pôles publics départementaux.

 

Ces propositions se placent évidemment dans un cadre nouveau de développement de la démocratie et d’une répartition nouvelle des richesses produites qui assure, entre autres, le financement de la sécurité sociale ce qui permet d’éviter les mesures envisagées par le gouvernement comme l’assurance obligatoire, le second jour de travail gratuit ou l’augmentation de la CSG pour les retraités. Nous sommes aussi opposés au recours sur succession car, comme l’assurance individuelle c’est un moyen de contourner la solidarité nationale.

 

 

Pour nous, l’HUMAIN D’ABORD, ce ne sont pas que des mots.

 

Alain DAVID

Partager cet article

Repost0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 06:17

image.png

 

 

Lundi 12 décembre 2011 – 18 h 

Réunion du Collectif «Front de gauche du Pays de Morlaix»

Local PCF, 2 Petite Rue Callac MORLAIX (derrière le bar Corto Maltesse)


Bonjour à tous,


Le 13 Octobre dernier, un collectif citoyen du Front de Gauche s’est créé sur le Pays de Morlaix. Les 32 personnes de la première réunion sont aujourd’hui 50.

Ensemble, nous avons décidé de faire grandir l'exigence d'un vrai changement à gauche.

 

Ils disent «les banques d’abord»…Les dirigeants actuels de l’Union européenne, qu'ils soient de droite ou sociaux-démocrates, pensent qu’il faut avant toute chose «rassurer les marchés», satisfaire les banques et les agences de notation. Le résultat ? Les plans d’austérité se multiplient car à chaque fois que l’activité est étranglée, les déficits augmentent et la finance impose un nouveau tour de vis.

 

… nous disons «le peuple d’abord» Le Front de Gauche pense lui que pour sortir de la crise, il faut d’abord protéger les peuples. L’intérêt général doit s’imposer aux banques. La spéculation doit être brisée et la finance remise à sa place. Notre programme «l’Humain d’abord» permet de régler cette crise en partageant les richesses, en rétablissant le pouvoir des États face aux banques, en désobéissant aux dispositions destructrices des traités européens, en engageant une planification écologique, en renversant l’oligarchie grâce à une Sixième République rédigée par une Assemblée Constituante.

Notre collectif s’est lancé dans de nombreuses activités :

 

°    Distributions – ventes de programmes partagés et distributions de tracts du Front de Gauche dans les marchés du Pays de Morlaix et devant des entreprises [Morlaix : Sermeta / Saint Thégonnec : Géminox]

°    Distributions de tracts lors de manifestations [manifestation interprofessionnelle du 11 octobre / Manifestation des retraités le 6 Octobre]

°    Réunions publiques [Samedi 29 Octobre : réunion sur le programme du Front de Gauche avec Marie – George BUFFET / Lundi 21 novembre : réunion sur la crise animée par Yves DIMICOLI].

°    Soutien aux travailleurs en grève comme ceux de la Poste.

°    Communiqués de presse

°    Création d'une page facebook « Front De Gauche Morlaix »

°    Déplacement en covoiturage à Brest. Réunion publique avec Jean-luc Mélenchon.

°    Déplacement en car à la fête de l'humanité Bretagne, à Lorient.

 

Ismaël DUPONT (PCF) et Marie HUON (Citoyenne engagée) sont nos candidats Front De Gauche aux législatives.

 

 Rejoignez-nous ce lundi 12 décembre

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 19:39

2273.JPG2277.JPG2272.JPG2276.JPG

2274.JPG2275.JPG

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 19:07

2261C'était une si belle journée pour entrer en campagne... En conférence de presse et en réunion publique, Marie-George a été drôle, sensible, sympathique, rassembleuse comme elle sait si bien le faire. Devant 80 personnes conquises, elle a porté bien haut, à Saint Martin des Champs, les couleurs du Front de Gauche qu'elle a contribué à initier il y a 3 ans, défendant la nécessité de son projet de transformation sociale dans le contexte actuel de crise du capitalisme et d'agressivité inégalée de la droite qui bat en brèche les valeurs de la République et les acquis sociaux les uns après les autres. La réussite de cette journée a aussi été rendue possible par la vingtaine de militants communistes et du collectif Front de Gauche qui ont distribué des tracts annonçant la venue de Marie-George Buffet au marché le samedi matin, vendu notre petit livre rouge, L'Humain d'abord, et préparé la salle et la sono (merci Lanmeur!). Bref, un grand moment de militantisme pour tout le monde.      

 

223422292216222222352230223622452244224822572255225922512262

Partager cet article

Repost0
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 11:56

Beaucoup en ont fait le reproche à Eva Joly qui manifesta publiquement il y a deux semaines sa désapprobation par rapport à un accord EELV/ PS qui s'asseyait sur le programme des Verts en matière sociale, de démocratie, de sortie du nucléaire, en échange de circonscriptions et de voix aux législatives (servant de critère pour le financement des partis): cette norvégienne sympathique mais butée n'était pas assez politique, presque irresponsable dans ses entêtements et son refus de voir la réalité des rapports de force en place. Elle ne respectait pas assez ou trop la discipline de parti, selon que l'on considérait l'objectif de la percée électorale ou celui de l'ambition programmatique.

 

Avec Hollande, les choses sont claires. Jospin avait eu l'idée géniale de préciser pour qui ne l'aurait pas lu "mon programme n'est pas socialiste" , afin de rassurer en anticipant le second tour de l'élection présidentielle de 2007 les électeurs centristes qui auraient pu l'imaginer avec un couteau entre les dents.

Hollande, qui ne doit assurément rien à son parti, puisqu'il a simplement été élu par des sympathisants socialistes ou de la gauche à l'issue des primaires, et non par des militants en fonction de sa capacité à porter un projet politique décidé en commun, prévient dans une tribune du journal Le Monde : "Je ne suis pas le candidat d'un parti".

Je ne suis pas, peut-on traduire par conséquent, engagé par le programme de mon parti. Et pour cause, celui-ci ne prévoit pas par exemple de poursuivre la chasse à l'emploi public comme veut le faire Hollande pour financer ses 60000 nouveaux postes dans l'Education Nationale, avec des moyens budgétaires devant diminuer de manière drastique pour parvenir à une réduction de déficit public de 50 milliards d'ici 2014. L'hyper-austérité n'était pas probablement pas l'horizon d'attente que souhaitaient mettre en avant les socialistes pour gagner la présidentielle, mais, entre temps, l'aggravation de la crise des dettes souveraines européennes (envolée des taux d'intérêt et des dettes du fait d'une récession rendant leur solvabilité plus problématique) menaçant la survie de la zone euro et de l'euro lui-même, a offert de nouvelles opportunités aux socialistes pour défendre sans complexe des préconisations néo-libérales que certains justifiaient jusque-là plutôt en privé mais qui sont dans la cohérence de leur refus de reprendre le pouvoir aux acteurs financiers et d'assumer un rapport de force avec eux.

 

Aujourd'hui, savez-vous qui Hollande rencontre pour se crédibiliser en tant qu'homme d'Etat doté d'une stature internationale?  Michel Barnier et José Manuel Barroso, deux des principaux artisans de cette Europe ultra-libérale qui a plongé les sociétés européennes dans une spirale de régression sociale sans précédent. C'est sûr que la plateforme européenne des syndicats ou les représentants Bureau International du Travail, c'est devenu un peu ringard pour un dirigeant social- démocrate... depuis que Papendréou, l'ancien président de l'Internationale Socialiste a pu sans broncher imposer 6 ou 7 plans d'austérité avec des millions de grévistes dans la rue à une dizaine de reprises. Mais ces syndicats auraient-il de toute manière partagé l'ambition titanesque de François Hollande, le chouchou de Jacques Chirac, de "donner du sens à la rigueur", c'est à dire de faire accepter par l'électorat de gauche le pacte de stabilité pour l'euro, la règle d'or, et les pertes de souveraineté liées à l'impératif absolu de discipline budgétaire...

Hollande ne se sent pas non plus, 10 jours après l'avoir fait parapher, engagé par la totalité des dispositions de l'accord législatif entre Europe Ecologie Les Verts et le PS: il lui reviendra d'"appliquer les mesures qui lui paraissent les plus essentielles". Où l'on voit que l'homme est à l'aise dans le cadre de la monarchie présidentielle qu'institue cette Vème République donnant tant de place à l'arbitraire du pouvoir personnel. Pour que les militants de base des partis et les citoyens, dans la diversité de leurs options politiques, reprennent un peu de poids dans la décision politique, et le disputent aux milieux d'affaires qui ont trop souvent l'oreille attentive des candidats qu'ils ont contribué à porter au pouvoir et qui sont issus des mêmes réseaux, il faudrait commencer par changer les institutions, mais cela, Hollande, qui consent tout juste à accorder une miette de 10% de représentation proportionnelle aux législatives, n'est en aucun cas prêt à le faire.    

 

 

Ismaël Dupont.     

Partager cet article

Repost0
29 novembre 2011 2 29 /11 /novembre /2011 19:23

France-2.jpg

 

 

JE VIENS DE SUIVRE le JT de 13h; c'était un Journal ordinaire :
    - 1) Braquages à Marseille:
           - " Jeunes; quartiers Nord; Kalachnikov; Balkans".
    - 2) Interview d'un Commissaire de Police :
                " Images de violence; prix des armes; mode d'emploi pour s'en procurer!"
    -3 Interview de Guéant :
                " les filières"
    -4) Déclaration de Fillon:
                " Soyons fermes! Sanction pénale à 12 ans!"
    - Enfin Sarkozy :
                " Non au droit de vote aux Immigrés!"
        .. La boucle est bouclée; tout celà à suivre pendant 20 minutes.
Ensuite, il y a eu un reportage sur cette cantine municipale des Charentes ( quelle est la couleur politique du Maire?) où on stigmatise les familles qui ne peuvent pas payer ( Salauds de Pauvres!); où l'on montre du doigt les enfants en leur attribuant un " ours" vert pour les " bons payeurs" et rouge ( évidemment) pour les mauvais payeurs.
Le temps n'est pas si loin où c'était une étoile..de toutes les couleurs.
Une précision: c'était le journal de Elise LUCET, sur France 2; service public.

...ON fait quoi?

 

André Bernard, candidat Front de Gauche aux législatives dans la première circonscription du Finistère.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011