Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 05:52
Plougasnou: les salariés des viviers de la Méloine en grève (Ouest-France, 25 mai 2016)

Plougasnou. Les salariés des Viviers de la Méloine en grève
http://www.ouest-france.fr/bretagne/plougasnou-29630/plougasnou-les-salaries-des-viviers-de-la-meloine-en-greve-4248509

Ils étaient presque tous présents, face aux bâtiments des Viviers de la Méloine, pour crier leur désarroi et leur colère. Les salariés du site plouganiste de Capitaine Houat, dont la fermeture a été annoncée il y a un mois, ont fait la grève, hier. La fermeture des Viviers de la Méloine, le site de mareyage de Capitaine Houat basé à Plougasnou, a été annoncée il y a un mois, le 21 avril. Face aux bâtiments de l'entreprise, hier matin, une trentaine de salariés donnent de la voix : « On n'est pas contents, on ne veut pas de licenciements », crient-ils à l'unisson. Ils sont en grève pour protester contre la fermeture de leur site de production. « On sait bien que ça ne sauvera pas les 37 emplois supprimés avec cette décision de Capitaine Houat. Ce qu'on exige, en revanche, c'est des réponses claires sur notre futur. Pour l'instant, on ne nous dit rien de concret : la date de fermeture change sans arrêt, on n'entend que des rumeurs sur des repreneurs éventuels. On nous mène en bateau », martèle Sandrine Vanhove, l'une des porte-parole des salariés. Le site devrait fermer à la fin du mois d'octobre.

« Tout quitter va être douloureux »

Les salariés grévistes ont défilé dans les bureaux de l'entreprise. Ils se sont ensuite rassemblés devant l'atelier de cuisson des coquillages. Cette activité sera transférée au siège de Capitaine Houat, à Lanester (56). « Ils rationalisent les coûts aux dépens des salariés », s'insurge Denis Rufet, délégué syndical CFDT, venu du Morbihan pour soutenir ses collègues. « Sur les autres sites de production, à Lanester comme à Boulogne-sur-Mer, on se réserve le droit de lancer des mouvements en solidarité avec nos collègues », promet-il. Colette Denis, 55 ans, travaille depuis 10 ans au conditionnement des produits. Elle cache difficilement sa tristesse : « Partir sur un autre site, c'est impossible pour moi. J'ai construit ma vie dans la région. J'ai peur de ne pas retrouver de travail. Ici, c'est ma seconde famille. Tout quitter, ça va être douloureux ». Christophe Scour, 33 ans, est employé à la maintenance. Il est déjà nostalgique : « Cela va faire neuf ans que je travaille aux Viviers de la Méloine. C'est mon premier travail. Il sera peut-être plus facile pour moi de retrouver un emploi au sein de l'entreprise avec le plan de reclassement, la maintenance est un poste demandé », affirme le trentenaire, arborant un autocollant « non conforme » sur son torse. « Quand je viens réparer une machine qui ne tournera plus dans quelques mois, je me questionne un peu sur mon utilité », finit-il, amer. « Ils n'ont pas pensé à un repreneur » Nathalie Bernard, le maire de la commune, était également présente : « C'est une entreprise historique de Plougasnou qui ferme. Ce qui me frappe le plus, c'est que j'ai l'impression que Capitaine Houat n'a pas du tout pensé à un repreneur avant d'annoncer la fermeture. Ce sont des choses qui se réfléchissent à l'avance », pointe-t-elle. Quatre repreneurs potentiels se sont présentés à la mairie, deux à Morlaix communauté. « Nous attendons quelqu'un qui pourra reprendre le plus de salariés possible sur place. Nous sommes aussi là pour les accompagner », assure le maire.

http://www.letelegramme.fr/finistere/plougasnou/viviers-de-la-meloine-les-salaries-en-greve-25-05-2016-11080884.php

Partager cet article
Repost0
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 05:10

En France, le terrorisme a fait 147 victimes en deux ans, le chômage tue plus de 14 000 personnes chaque année. C’est ce que vient de confirmer le CESE (Conseil Économique Social et Environnemental) le 10 mai. Une information sortie sans grand tapage, comme une fatalité naturelle.

[VIDÉO : 24’47] Un reportage en images à voir ici : la-bas.org/la-bas-magazine/reportages/les-z-en-trop-comment-ils-ont-invente-le-chomage

Le chômage tue cent fois plus que le terrorisme (Là-bas si j'y suis)
Partager cet article
Repost0
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 05:10

"Libre-échange: avec TISA, les multinationales réclament un droit de veto sur les Etats"
WikiLeaks rend publics de nouveaux documents sur les négociations secrètes d'un accord sur les services (TISA). Ils révèlent comment les grands groupes cherchent à organiser leur irresponsabilité juridique et financière. Ils font pression pour obtenir la suppression de toute réglementation contraignante et avoir un droit de veto à l’avenir sur toutes les lois nationales.

Partager cet article
Repost0
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 04:46

UD CGT 13 - Fos 24 mai

2 vidéos de 3 minutes chacunes


Je vous invite tous à prendre 6 minutes pour visonner les 2 vidéos

et écouter le discours d Olivier Mateu, secrétaire général de l UD CGT des Bouches du Rhône :

ça c est la CGT qu on aime !

Et faites tourner...

A Lire et voir ici >>>>>

La police pour les voleurs !

Pas pour les travailleurs !

24 Mai 2016.


Les CRS ont attaqué les piquet de grève de FOS à 4H30 du matin sans sommation. Il ont utilisés les gaz puis le canon à eau.

Puis ils ont séquestré les militants CGT dans l’UL de Fos et ont tiré des grenades lacrymogène dans l’UL !

c’est le sort que l’ont réserve d’habitude aux terroristes…

Une manif à eu lieu devant le commissariat de Martigues. Cette fois ce sont les CRS qui ont reculé…

A Lire et voir ici >>>>>

Partager cet article
Repost0
26 mai 2016 4 26 /05 /mai /2016 04:38

Morlaix le 23 mai 2016

Lettre ouverte à

Madame Marylise LEBRANCHU

députée de la 4ème circonscription du Finistère

23 avenue de la République

29600 Morlaix

Madame la députée,

Je tiens par la présente, au nom de la section de Morlaix du PCF, à vous faire part de notre extrême inquiétude quant à la situation de l'entreprise Tilly Sabco Bretagne,.

des graves conséquences en résuktant pour les salariés, pour l'activité de l'agroalimentaire dans le pays de Morlaix, et pour l'économie locale.

Vous n'ignorez probablement pas que le 13 mai dernier, l'assemblée des actionnaires qui était prévue n'a pas eu lieu et a été reportée sine die pour des raisons qui n'ont pas été communiquées.

Ce nouvel avatar fait suite aux diverses péripéties entre actionnaires intervenues depuis fin 2014, date de la décision du tribunal de commerce de Brest de confier à « l'entente » MS FOODS/OLMIX/CCI de Morlaix les rènes de l'entreprise Tilly Sabco.

Malgré les promesses, avec effets de manche, de réorientation de l'activité, rien de concret n'a été fait pour relancer l'activité.

Depuis 18 mois les salariés ne travaillent réellement qu'une seule journée par semaine (voire deux dans le meilleur des cas) au service de l'entreprise. Le reste du temps ils sont, soit en formation professionnelle, soit au chômage partiel, c'est-à-dire en fait rémunérés pour l'essentiel au moyen de fonds publics.

Depuis 18 mois, les 200 salariés restants de l'entreprise sont littéralement baladés de promesses, toutes dénuées de tout commencement de réalisation par l'un ou l'autre des actionnaires.

Le 7 novembre 2015 dans une lettre ouverte à M. Chapalain, président de la CCI de Morlaix, la section de Morlaix du PCF constatait qu'un an après la reprise acceptée par le tribunal de commerce les engagements pris par la direction, SAS Tilly Sabco Bretagne dans son ensemble, n'avaient pas été respectés, et que l'on ne voyait se dessiner aucune perspective sérieuse de réorientation de l'activité,

La section de Morlaix du PCF faisait état de sa vive préoccupation, et des graves conséquences, en premier lieu pour les salariés de l'entreprise Tilly Sabco Bretagne eux-mêmes dont l'emploi n'était pas garanti, mais aussi pour le secteur de l'agroalimentaire, ou de ce qu'il en restait, et bien entendu pour toute la vie économique et sociale de Guerlesquin et, au-delà, de la région.

C'est pourquoi elle interpellait le président de la CCI pour qu'il apporte publiquement un éclairage sur la situation exacte et les difficultés éventuelles rencontrées par l'entreprise, et pour qu'il indique les dispositions concrètes qu'il comptait prendre pour réaliser les investissements promis et redémarrer l'activité dans la direction qui était projetée.

Comme prévu le président de la CCI n'avait pas daigné répondre à cette demande, mais avait même fait savoir son agacement quant au fait d'être ainsi invité à mettre le problème sur la place publique, a fortiori quand cette interpellation émanait en plus du PCF.

De son côté, Ismaël Dupont, conseiller PCF-Front de Gauche, interpellait le président de Morlaix communauté lors du conseil communautaire du 16 novembre 2015 pour alerter sur la situation préoccupante de l'entreprise. La réponse qui lui a été faite alors consistait à lui dire que, certes la question qu'il posait était importante, mais que son inquiétude n'était pas justifiée.

Pourtant le jour-même, 16 novembre 2015, suite à des « désaccords » entre actionnaires, la société OLMIX qui possédait 33 % des parts revendait celles-ci à la CCI de Morlaix pour un montant de 500 000 € soit exactement à la même valeur que le montant de son apport lors de la constitution de la nouvelle société Tilly Sabco Bretagne (TSB) en 2014.

Dans un communiqué la CCI de Morlaix justifiait le retrait de OLMIX par l'absence d'une « vision commune des associés sur la stratégie de l'entreprise ».

En fait cela met objectivement un peu plus en évidence que l'union des trois actionnaires de fin 2014 s'apparentait davantage au mariage de la carpe et du lapin.

Cela montre aussi la considération de l'actionnaire CCI de Morlaix à l'égard de Morlaix communauté, son cautionnaire dans cette affaire, qu'on avait manifestement omis d'informer de ces changements très importants en ce sens que les orientations stratégiques prévues dans le plan de reprise approuvé par le tribunal de commerce de Brest s'en trouvaient automatiquement modifées.

Que s'est-il ensuite passé de novembre 2015 à mai 2016 : rien ...ou presque !

A l'exception cependant d'un nouveau débat entre les deux actionnaires restants, la CCI de Morlaix (devenue majoritaire) et la société anglaise MS Foods.

Cette fois le président de la Chambre de commerce et d'industrie de Morlaix annonce que la CCI va céder 42 % de ses parts à MS Foods Limited pour un euro symbolique, et qu'elle a obtenu un accord signé avec le patron de la holding anglaise du groupe dont fait partie l'entreprise MS Foods.

Curieux accord dont on aimerait d'ailleurs lire très précisément le contenu.

Ainsi, selon ce plan, la CCI cèderait gratuitement à MS Foods les parts rachetées pour 500 000 € à OLMIX quelques mois auparavant, plus une partie de celles qu'elle détient depuis son apport au capital de TSB pour le même montant, soit un cadeau de 630 000 €, au bas mot, qu'elle ferait ainsi à MS Foods ? (sans tenir compte d'une revalorisation éventuelle des actifs à opérer par rapport à leur valeur comptable, sachant que, selon la presse, les bâtiments ont été évalués, à 23 M€ , ainsi que de la valeur de la marque commerciale Tilly Sabco).

La société britannique deviendrait ainsi actionnaire majoritaire, à hauteur de 76 %, l'acquisition se faisant vraiment à vraiment moindre coût..

En contrepartie de ce cadeau on nous dit que MS Foods injecterait trois millions d'euros dans l'entreprise, un million pour recapitaliser et deux millions pour investir dans une nouvelle ligne de frais.

Et le président de la CCI d'annoncer une assemblée générale des actionnaires le 13 mai 2016.

Loin d'être rassurés par ces nouvelles annonces, les employés, au chômage partiel depuis mi-février, se sont dit sceptiques lors de cette annonce. « On attend l'assemblée générale des actionnaires du 13 mai. Il doit entériner ces décisions. Nous serons soulagés quand l'argent sera là », ont déclaré plusieurs élus du CE.

Les salariés avaient raison d'être sceptiques. En effet, le 13 mai, au jour convenu, les salariés ont eu la désagréable surprise de constater que les actionnaires étaient absents et que l'assemblée générale des actionnaires prévue était reportée sine die, et sans en connaître la raison.

Mais, en attendant, pour ce qui est de l'activité c'est toujours rien !... on est toujours au point mort !

Assiste-t-on du coup à une deuxième partie de poker menteur, qui vient d'être entamée entre la CCI de Morlaix et MS Foods après une première qui avait conduit à l'élimination de la société OLMIX ?

C'est totalement insupportable ! L'inertie de la direction met clairement en péril l'activité de l'entreprise, qui n'en avait vraiment pas besoin.

Ce sont les 200 salariés qui sont les premières victimes de la situation, mais cela concerne aussi, bien entendu, toute l'économie locale.

Il est grand temps de tout mettre sur la place publique , car l'argent public appartient à l'ensemble des citoyens, dont l'intervention dans ce dossier est légitime.

Pour cette raison, au nom de la section de Morlaix du PCF, je vous demande d'intervenir, dans le cadre de vos prérogatives, pour que ce dossier soit évoqué publiquement et qu'un débat ait lieu pour trouver une issue à la relance nécessaire de l''acctivité économique de cette entreprise.

Ne doutant pas que vous prendrez notre demande en considération, et vous remerciant par avance de nous tenir informés de la situation et de ses évolutions, je vous prie d'agréer, Madame la députée, l'assurance de ma considération distinguée ainsi que celle de mes camarades.

Daniel Ravasio

Secrétaire de section

Tilly Sabco: lettre ouverte de Daniel Ravasio, secrétaire de section du PCF pays de Morlaix à Marylise Lebranchu
Partager cet article
Repost0
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 09:18

Déclaration du Comité Régional Bretagne « La Bretagne navale » : Une histoire d’arrangements !

Un nouvel épisode du secteur naval Breton vient de se dérouler avec le rachat du chantier STX de Lanester par la filiale Kership du groupe Piriou.

Cette situation n’est pas le fruit d’un épisode de la vie économique et des lois « du marché », c’est une stratégie savamment calculée. Pour réaliser « cette performance », il a d’abord fallu officialiser un plan social sacrifiant la moitié des effectifs du chantier du Rohu, sachant que la maison mère STX France débordait-et déborde toujoursde travail à St Nazaire. Comme les actionnaires, industriels ou non, en ont rarement assez, ils arrivent à s’affranchir de nombre de situations en ayant recours à la puissance publique pour faire financer leurs « affaires ».

C’est encore le cas dans cet exemple de rachat puisque l’Etat, les collectivités territoriales mettent la main au portefeuille à la plus grande satisfaction de Mr Piriou, à qui, il a déjà été offert une partie du plan de charge dévolu normalement à DCNS.

Ce changement de paradigme, « fonctionnarisant » d’une certaine manière les détenteurs des entreprises du secteur naval privé, en les perfusant financièrement et en leur octroyant de l’activité, sans mise en concurrence, s’apparente en fait à des cadeaux en détournant la loi sur les aides directes.

C’est toute la logique du Pacte de responsabilité, de la loi Macron, du projet de loi El Kohmri, … visant à nationaliser les trésoreries des entreprises, sans contrepartie, au motif de l’emploi qui se précarise pourtant toujours plus. Rarement un tel scandale n’aura atteint ce paroxysme. Pire, plus la ficelle est grosse, plus cela a tendance à passer. C’est d’ailleurs la marque de fabrique du Medef pour le grand patronat qui poursuit son ambition de rafler tout ce qu’il peut sur son passage, jusqu’à l’écœurement. Dans l’opération STX, qui devient Kership Lorient et qui a déjà une antenne de maintenance navale à Keroman, l’Etat va jusqu’à garantir un volume d’activités qu’il soustrait de fait à sa propre entreprise, DCNS, pour justifier son sous dimensionnement et le plan social en cours.

En langage industriel, cela se nomme l’adaptation de la charge aux effectifs. C’est bien le Ministre de la Défense, Président de Région et ex-maire le Lorient qui est à la manœuvre et qui comme « vrai » patron de DCNS poursuit son opération de démolition de cet outil national ancré sur les territoires. Comment expliquer d’ailleurs qu’avec le contrat du siècle, « cet éléphant blanc » australien de ventes de sous-marins, DCNS poursuive son plan social et sa politique de sous effectifs ? C’est pour justifier ce type d’opération et « servir les amis » du Président. En réalité, contrairement à ce qui est en train de se dérouler sous les yeux de tout à chacun, les deux secteurs de la navale française ont besoin de reconquérir leurs missions premières pour répondre aux vastes défis que sont les enjeux maritimes.

Et quant à la question particulière du naval militaire, qui ne peut pas être traitée de la même façon qu’un quelconque commerce, c’est à un pôle public national de Défense qu’il faudrait répondre et non conforter un pôle privé avide profits immédiats et de taux de marge. Une chose est par contre certaine, dans les deux cas, DCNS ou Kership Lorient, l’emploi est mis à mal alors que les besoins existent et que les ressources aussi. Mais dans la navale, comme dans d’autres secteurs industriels, le grand patronat, avec la bienveillance de l’État, préfère le recours à la délocalisation inversée, c’est-à-dire le travail détaché. Et la vie est belle mais pour certains seulement…

Comment les pouvoirs publics peuvent-ils, en conscience, se lamenter, comme le fait le Président de Région, de ne, soi-disant, pas trouver de soudeurs en Bretagne ? Rien que les chiffres de pôle emploi de Bretagne de 2015 font état d’un potentiel doublé par rapport aux offres d’emplois des employeurs. 1 soudeur sur 2, inscrit à pôle emploi, est donc au chômage en Bretagne. Une telle démonstration pourrait également se faire sur l’application en Bretagne du plan 500 000 formations qui doivent se transformer en emplois durables et cela aussi pour l’ensemble des métiers de la navale. A ce stade, la CGT interpelle sur ce qui pourrait être la prochaine étape. Risque-ton d’assister à la mise à disposition du bassin numéro 2 de DCNS au profit de Kership ou de CMN d’ailleurs ? Puisque là encore, il apparaît que les deux industriels, autrefois concurrents, se seraient entendus pour que les infrastructures du Rohu, et par extension du bassin lorientais, profitent à l’un ou à l’autre. Plus que jamais, la CGT appelle les salariés à se mêler de leurs propres affaires car ce sont avant tout, eux, les véritables experts du travail et de l’emploi. Ils sont plus que jamais légitimes pour chiffrer, par eux-mêmes, les besoins en emplois durables pour imposer d’autres choix que ceux du financement, direct ou pas, du grand patronat par de l’argent public. Le pire : cela se déroule sans mesure réelle de l’efficacité de la démarche déjà contestable.

Rennes, le 24 mai 2016.

Déclaration du Comité Régional Bretagne « La Bretagne navale » : Une histoire d’arrangements !
Partager cet article
Repost0
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 05:19
La lutte s'amplifie pour le rejet de la loi El Khomri

La lutte s'amplifie pour le retrait de la loi El-Khomri

► Grèves, blocages, actions… la mobilisation contre la loi Travail s'amplifie. Le PCF est solidaire de toutes ces initiatives. Les parlementaires du Front de gauche ne lâchent rien pour obtenir le retrait du projet de loi.

Une manifestation nationale aura lieu le 14 juin à Paris. Le gouvernement doit se rendre à la raison et écouter l'opinion des citoyennes et citoyens

Retrait du projet de loi El-Khomri
Appel à la mobilisation du Parti communiste français

La mobilisation contre la loi El Khromri s'amplifie : blocage des raffineries, grève à la SNCF, à La Poste, à la RATP, chez les routiers, des actions locales, dans des universités, dans des entreprises… Plusieurs manifestations et actions se préparent dans les jours et semaines qui viennent. Le Parti communiste soutient toutes les initiatives, toutes les grèves de branches, de secteurs, locales qui voient le jour.

Ce mouvement s'amplifie parce que le cœur du projet de loi El Khomri, avec notamment l'inversion de la hiérarchie des normes, est confirmé par le gouvernement, la droite et le patronat, malgré l'opposition archi-majoritaire à ce texte dans le pays.

Sans chercher le moindre début de discussion, le gouvernement vient de s’illustrer dans une opération de police brutale contre les salariés en lutte, devant le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer. Cette attitude en dit long sur les dérives de ce pouvoir qui ne supporte pas la contradiction populaire et refuse d’entendre raison. Le PCF condamne ce choix politique qui n'a rien à envier à celui de la majorité précédente face au mouvement contre la loi sur les retraites de 2010.

En agissant de la sorte, le gouvernement de François Hollande et Manuel Valls achève de se disqualifier. Le peuple de gauche doit en tirer les leçons. Refusant de céder à l'intimidation, il faut d'urgence que les hommes et les femmes qui se reconnaissent dans les combats de la gauche se rassemblent pour tracer une autre perspective

Après le passage en force en première lecture à l'Assemblée nationale, le texte va passer au Sénat le 13 juin. L'ambition de la majorité de droite est de durcir encore le projet de loi en renforçant son caractère libéral, anti-social, pour essayer de le faire adopter en deuxième lecture à l'Assemblée nationale. Pour contrer ce scénario, les mobilisations et les grèves doivent s'élargir encore pour le retrait du texte, et pour censurer le gouvernement s' il tente encore une fois de passer en force.

Manifestation nationale contre la loi Travail

Mardi 14 juin à Paris

Face au bras de fer qui est engagé, nous soutenons la Manifestation nationale du mardi 14 juin à Paris. Réussir le 14 juin, c'est donner du poids aux exigences et aux revendications populaires et de la voix aux parlementaires communistes et du Front de gauche à l'Assemblée nationale et au Sénat qui ne lâchent rien pour obtenir le retrait du projet de loi.

D'ici là, participons nombreux à la votation proposée par les organisations de jeunesse ainsi qu'aux différentes manifestations, rassemblements comme le 26 mai et le 6 juin.

Partager cet article
Repost0
25 mai 2016 3 25 /05 /mai /2016 05:16
Opération de police à Fos sur Mer: le gouvernement apporte la preuve de son aveu de faiblesse (PCF)

Opération de police/Fos-sur-Mer : Le gouvernement apporte la preuve de son état de faiblesse

Sans chercher le moindre début de discussion, le gouvernement vient de s’illustrer dans une opération de police brutale contre les salariés en lutte, devant le dépôt pétrolier de Fos-sur-Mer.

Cette attitude en dit long sur les dérives de ce pouvoir qui ne supporte pas la contradiction populaire et refuse d’entendre raison. Le PCF condamne ce choix politique qui n'a rien à envier à celui de la majorité précédente face au mouvement contre la loi sur les retraites de 2010.

En agissant de la sorte, le gouvernement de François Hollande et Manuel Valls achève de se disqualifier. Le peuple de gauche doit en tirer les leçons. Refusant de céder à l'intimidation, il faut d'urgence que les hommes et les femmes qui se reconnaissent dans les combats de la gauche se rassemblent pour tracer une autre perspective. Nous ne pouvons pas laisser faire. Il faut stopper ce gouvernement qui n'a fait ce matin qu'apporter la preuve de son état de faiblesse et de son entêtement à imposer la régression sociale. Nous appelons à faire des manifestations de jeudi 26 mai prochain de grands événements populaires : nous sommes toujours là, nous sommes toujours plus nombreux, nous demandons toujours le retrait !

Partager cet article
Repost0
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 19:55
Partager cet article
Repost0
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 19:47

Ce n'est pas dans mes habitudes de répondre à ce genre de sondage foireux, mais là çà vaut le coup de leur rentrer leur question dans la gorge. Si vous avez un peu de temps ce soir n'hésitez pas à soutenir les grévistes des raffineries en répondant massivement NON au sondage France 3. Cliquer sur le lien

http://www.francetvinfo.fr/economie/automobile/essence/les-forces-de-l-ordre-doivent-elles-debloquer-les-raffineries_1465443.html pour avoir accès au sondage.

A 21h le 24 mai, 67,2% de Non (18550) contre 30,8% de oui (8508).

A lire sur Médiapart:

"Les raffineries au ralenti, la grève reconductible prend forme"
Raffineries en grève, cheminots partant pour un mouvement reconductible, aviation civile qui embraye. Malgré les tentatives gouvernementales pour décrédibiliser le mouvement, il monte en puissance. Mais les raffineurs mettent en garde : « Pas question d’y aller seuls. »

"Après les «casseurs», le gouvernement cible les «bloqueurs»"
En décrivant les blocages de raffineries comme une « prise en otage » des Français, et en lançant mardi matin une vaste opération de police pour débloquer le dépôt de Fos-sur-Mer, le gouvernement privilégie le recours à la force et use de la même stratégie que la droite en 2010.

"A Lille, un cégétiste en prison sur fond de fichage des manifestants"
Antoine, un jeune militant interpellé lors de la manifestation du 17 mai, a été placé en détention provisoire le 19 mai, malgré un dossier vide de toute accusation, hormis celle de s’être débattu. L’Union départementale CGT du Nord réclame sa libération.

Mouvement contre la loi El Khomri: les forces de l'ordre doivent-elles débloquer les raffineries?
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011