Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2020 1 06 /04 /avril /2020 05:00
1920-2020: Cent ans d'engagements communistes en Finistère: 62/ Le docteur Tran

1920-2020: Cent ans d'engagements communistes en Finistère:

62/ Le docteur Tran

Le docteur Tran, d'origine vietnamienne, membre du Parti communiste français, est décédé le 23 août 1976 à Lesconil dans le pays bigouden. Dans le cimetière de Lesconil, les drapeaux français, de la république démocratique du Nord-Vietnam et du Front de Libération Nationale du Sud-Vietnam ont été déployés, comme le drapeau rouge à la faucille et au marteau du PCF. Raymond Cariou s'était chargé de l'hommage présenté dans le numéro de septembre-octobre 1976 du Travailleur Bigouden, le journal de la section PCF, mis en ligne par Gaston Balliot: 

Travailleur Bigouden N°60 de Septembre-Octobre 1976

Le père du docteur Tran était postier. Il était attiré, précise Raymond Cariou, par certains aspects de la culture française jusqu'à vouloir donner un second prénom français à ses quatre enfants. Mais orphelin très tôt, le docteur Tran et sa fratrie furent élevés par la sœur aînée, institutrice. Le docteur Tran réussit le concours général pour la France d'Outre-Mer, ce qui lui permis de pouvoir faire des études en France. Il fit venir aussi son frère plus jeune qui joua ensuite un rôle dans la résistance à l'occupation américaine à Saïgon, aujourd'hui Ho-Chi-Minh ville. Le docteur Tran avant de quitter le Vietnam avait été lui aussi dans le maquis contre l'impérialisme français avec un ami d'enfance. Il arriva en France en 1946, et y reprit ses études secondaires interrompues. Il commença ensuite des études d'architecture mais fut déçu par ce milieu. Il se dirigea donc vers la médecine. En 1951, il quitta Paris pour Rennes où il rencontra sa femme. Ils militèrent contre la guerre d'Indochine. Devenu médecin, c'est à Lesconil, dans ce vieux port aux traditions de luttes révolutionnaires, qu'il s'installa. Lesconil et surtout le Ster lui rappelaient, disait-il, le paysage de son enfance, là-bas, au Vietnam. Le docteur Tran était un médecin dévoué en même temps qu'un combattant de la paix et de la lutte contre le colonialisme et l'impérialisme. Il sensibilisa à l'atrocité de la guerre contre son pays, son peuple, et collectait des médicaments pour le Vietnam. Mort de maladie en 76, le docteur Tran n'a pas pu exhausser son vœu de pouvoir revoir le Vietnam indépendant et réunifié. Avec ses camarades communistes, lui, communiste depuis toujours, il parlait souvent du bonheur et de la liberté qui manquent à tant de Français.  Il était membre de la section PCF de Lesconil pendant plusieurs années, appartenant à la cellule Alain Le Lay de son quartier, Méner-Veil, Brézehan, du nom d'un fils de Lesconil déporté et assassiné à Auschwitz.

En plus d'être un camarade de Gaston Balliot, à qui nous devons le rappel de cet hommage de Raymond Cariou, c'était aussi son médecin personnel. Il tenait un stand de France-Vietnam à toutes les fêtes du PCF et était aussi engagé au Mouvement de la Paix.

 

Témoignage de Piero Rainero, ancien secrétaire départemental du PCF Finistère et membre du Conseil National du PCF:

" Il me revient en mémoire une rencontre que nous avions eue avec le docteur Tran il y a bien longtemps, tout début des années 70, en pleine guerre du Viet-Nam. J'avais mis en place au titre des Jeunesses communistes dont je m'occupais à Quimper, un Comité Viet-Nam qui rayonnait en fait sur une bonne partie de la Cornouaille et dont l'objet était d'informer et de mobiliser contre cette guerre monstrueuse que menaient les USA contre le peuple Vietnamien. A ce titre nous avions invité le docteur Tran pour une réunion d'information et de débat où il nous parla de la guerre chimique des américains contre son pays. Cela aujourd'hui est trop ignoré et pourtant ce fut le plus grave des crimes de guerre commis depuis la deuxième guerre mondiale, personne n'a rivalisé dans l'horreur depuis ; les nazis et les USA restent champions du monde en la matière.

Quelques chiffres qui montrent l'étendue de ce crime affreux : entre 1964 et 1973, 84 millions de litres de produits chimiques toxiques, "l'agent orange" ont été déversés sur 3851 villages, près de 5 millions de personnes en ont été frappées de sources américaines elles- mêmes, sans compter ceux qui en ont été victimes ultérieurement par contamination des sols et des eaux et par transmission génétique. Il naît depuis au Viet-Nam chaque année des enfants très lourdement handicapés et des milliers d'hectares de terre restent totalement incultivables.

Pour mémoire c'est J. F. Kennedy qui signa le décret autorisant cette guerre chimique à outrance contre le peuple Vietnamien. Une telle monstruosité ne doit pas tomber dans l'oubli".

Lire aussi:

1920-2020: Cent ans d'engagements communistes en Finistère: 61/ Jean-Marie Plonéis (1934-2018)

1920-2020: Cent ans d'engagements communistes dans le Finistère: 60/ Guillaume Bodéré

1920-2020: Cent ans d'engagements communistes dans le Finistère: 59/ Pierre Salaun (1907-1983)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 58/ Guy Laurent (1940-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 57/ Eugène Kerbaul (1917-2005)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 56/ Pierre Cauzien (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 55/ Albert Jaouen (1909-1976)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 54/ Pierre Hervé (1913-1993)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 53/ Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier (1910-2007)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 52/ Yves Le Meur (1924-1981)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 51/ Jean Burel (1921-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 50/ Jacob Mendrès (1916-2012)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 49/ Henri Tanguy dit Rol-Tanguy (1908-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 48/ Carlo de Bortoli (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 47/ Robert Jan (1908-1987)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 46/ Denise Roudot (1933-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 45/ Paul Le Gall (né en 1925)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 44/ René Le Bars (1933-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 43/ Louis Le Roux (1929-1997)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 42/ Pierre Corre (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 41/ Daniel Le Flanchec (1881-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 40/ Joséphine Pencalet (1886-1972)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 39/ Sébastien Velly (1878-1924)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 38/ Edouard Mazé (1924-1950)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 37/ Guy Liziar (1937-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 36/ Henri Moreau (1908-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 35/ Alphonse Penven (1913-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 34/ Michel Mazéas (1928-2013)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 33/ Pierre Guéguin (1896-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 32/ Jean-Louis Primas (1911-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 31/ François Paugam (1910-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 30/ Angèle Le Nedellec (1910-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 29/ Jules Lesven (1904-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 28: Raymonde Vadaine, née Riquin

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 27/ Jeanne Goasguen née Cariou (1901-1973)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 26/ Gabriel Paul (1918-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 25/ François Bourven (1925-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 24/ Yves Autret (1923-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 23/Pierre Jaouen (1924-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 22/ André Berger (1922-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 21/ Joseph Ropars (1912-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 20/ Paul Monot (1921-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 19/ Jean-Désiré Larnicol (1909-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 18/ Jean Le Coz (1903-1990)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 17/ Alain Cariou (1915-1998)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 16/ Jean Nédelec (1920-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 15/ Alain Le Lay (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 14/ Pierre Berthelot (1924-1986)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 13/ Albert Abalain (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 12/ Andrée Moat (1920-1996)

1920-2020: cent ans d'engagements communistes en Finistère: 11/ Jean Le Brun (1905-1983)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 10/ Denise Larzul, née Goyat (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 9/ Pierre Le Rose

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 8/ Marie Salou née Cam (1914-2011)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 7/ René Vautier (1928-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 6/ Denise Firmin née Larnicol (1922-2019)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 5/ Fernand Jacq (1908-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 4/ Corentine Tanniou (1896-1988)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 3/ Albert Rannou (1914-1943)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 2/ Marie Lambert (1913-1981)

Partager cet article
Repost0
5 avril 2020 7 05 /04 /avril /2020 05:00
Jean-Marie Plonéis (photo Le Télégramme)

Jean-Marie Plonéis (photo Le Télégramme)

1920-2020: Cent ans d'engagements communistes en Finistère:

61/ Jean-Marie Plonéis (1934-2018): un chercheur original, spécialiste de la toponymie celtiqu

Fils d'un petit paysan de Berrien, Jean-Marie Plonéis est parti seul à 17 ans pour le Canada dans les années 50: une authentique aventure. Il a été bûcheron en Colombie-Britannique. Revenu en France, il est devenu professeur d'anglais. Résidant à Plogonnec, il était membre de la section PCF de Douarnenez.Avec un parcours atypique d'ouvrier agricole, de vagabond, de soldat, d'agent des douanes, d'étudiant, de professeur d’anglais au lycée de Douarnenez puis d'enseignant-chercheur, docteur es-Lettres. Il a écrit plusieurs livres de toponymie (éditions du félin en 1983, 1993, 1996 ) et un livre racontant son parcours avec truculence dans Le rêveur de l’Arrée en 2003. Jean Marie Plonéis était présent dans toutes nos fêtes de l’Huma Bretagne où il nous faisait partager sa passion de la toponymie. 

Longtemps, il a rédigé une chronique pour le journal des bretons de Paris Bretagne Ile de France.

Ses obsèques ont eu lieu à Carhaix en juillet 2018.

Jean-Paul Cam, pour la Fédération du Finistère du Parti Communiste.

 Hommage de Piero Rainero en 2018:
" Je connaissais Jean-Marie Plonéis depuis au moins 40 ans, j'appréciais ses réflexions et sa connaissance exceptionnelle de la linguistique celtique. Il avait été un élève très proche du chanoine Falc'hun qui dirigea sa thèse sur la toponymie dans les Monts d'Arrée.
C'était un intellectuel communiste exigeant, attentif aux autres, toujours disponible.
Lorsque nous recevions à la fédération  des responsables politiques étrangers,  de l'ANC, du Parti Communiste d'Irlande du Nord, du Sinn Fein, de Palestine, c'était lui qui assurait la traduction fort de sa maîtrise de la langue anglaise. Il l'avait perfectionnée au Canada, où il exerça entre autres le métier de bûcheron, et l'enseigna par la suite en France, avant de se consacrer  entièrement à la recherche celtique.
Jean-Marie avait vécu mille vies, mille expériences, qui avaient fait de lui une personnalité originale, attachante, curieuse de tout. J'ai eu le privilège d'être de ses amis. Assez régulièrement quand le siège de la fédération était à Quimper, il venait me voir pour échanger sur tel ou tel sujet qui le préoccupait. Il va nous manquer". 
Piero Rainero, ancien secrétaire départemental du PCF 
1920-2020: Cent ans d'engagements communistes en Finistère: 61/ Jean-Marie Plonéis (1934-2018)
1920-2020: Cent ans d'engagements communistes en Finistère: 61/ Jean-Marie Plonéis (1934-2018)
1920-2020: Cent ans d'engagements communistes en Finistère: 61/ Jean-Marie Plonéis (1934-2018)
1920-2020: Cent ans d'engagements communistes en Finistère: 61/ Jean-Marie Plonéis (1934-2018)

Lire aussi:

1920-2020: Cent ans d'engagements communistes dans le Finistère: 60/ Guillaume Bodéré

1920-2020: Cent ans d'engagements communistes dans le Finistère: 59/ Pierre Salaun (1907-1983)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 58/ Guy Laurent (1940-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 57/ Eugène Kerbaul (1917-2005)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 56/ Pierre Cauzien (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 55/ Albert Jaouen (1909-1976)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 54/ Pierre Hervé (1913-1993)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 53/ Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier (1910-2007)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 52/ Yves Le Meur (1924-1981)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 51/ Jean Burel (1921-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 50/ Jacob Mendrès (1916-2012)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 49/ Henri Tanguy dit Rol-Tanguy (1908-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 48/ Carlo de Bortoli (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 47/ Robert Jan (1908-1987)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 46/ Denise Roudot (1933-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 45/ Paul Le Gall (né en 1925)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 44/ René Le Bars (1933-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 43/ Louis Le Roux (1929-1997)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 42/ Pierre Corre (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 41/ Daniel Le Flanchec (1881-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 40/ Joséphine Pencalet (1886-1972)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 39/ Sébastien Velly (1878-1924)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 38/ Edouard Mazé (1924-1950)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 37/ Guy Liziar (1937-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 36/ Henri Moreau (1908-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 35/ Alphonse Penven (1913-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 34/ Michel Mazéas (1928-2013)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 33/ Pierre Guéguin (1896-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 32/ Jean-Louis Primas (1911-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 31/ François Paugam (1910-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 30/ Angèle Le Nedellec (1910-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 29/ Jules Lesven (1904-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 28: Raymonde Vadaine, née Riquin

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 27/ Jeanne Goasguen née Cariou (1901-1973)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 26/ Gabriel Paul (1918-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 25/ François Bourven (1925-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 24/ Yves Autret (1923-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 23/Pierre Jaouen (1924-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 22/ André Berger (1922-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 21/ Joseph Ropars (1912-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 20/ Paul Monot (1921-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 19/ Jean-Désiré Larnicol (1909-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 18/ Jean Le Coz (1903-1990)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 17/ Alain Cariou (1915-1998)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 16/ Jean Nédelec (1920-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 15/ Alain Le Lay (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 14/ Pierre Berthelot (1924-1986)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 13/ Albert Abalain (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 12/ Andrée Moat (1920-1996)

1920-2020: cent ans d'engagements communistes en Finistère: 11/ Jean Le Brun (1905-1983)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 10/ Denise Larzul, née Goyat (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 9/ Pierre Le Rose

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 8/ Marie Salou née Cam (1914-2011)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 7/ René Vautier (1928-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 6/ Denise Firmin née Larnicol (1922-2019)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 5/ Fernand Jacq (1908-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 4/ Corentine Tanniou (1896-1988)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 3/ Albert Rannou (1914-1943)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 2/ Marie Lambert (1913-1981)

Partager cet article
Repost0
4 avril 2020 6 04 /04 /avril /2020 05:30
Biographie extraite du bulletin n°11 de Nov 2017 de Mémoire Vivante (Institut d’Histoire Sociale de la CGT)

Biographie extraite du bulletin n°11 de Nov 2017 de Mémoire Vivante (Institut d’Histoire Sociale de la CGT)

1920-2020: Cent ans d'engagements communistes dans le Finistère:

60/ Guillaume Bodéré (1906- 1995): pêcheur de Léchiagat, communiste, résistant, responsable CGT Finistère et des pêches

Source: Gaston Balliot, travail sur les archives du Travailleur Bigouden

https://bigouden1944.wordpress.com/2016/11/08/guillaume-bodere/

Né en 1906, à Saint-Jean Trolimon où son père était cantonnier, Guillaume BODÉRÉ quitte l’école à 12 ans. Après plusieurs embarquements successifs, il part travailler dans une verrerie de l’Aisne à 18 ans, mais revient très vite en Bretagne.

Il s’établit alors aux Glénan, où, tout en pratiquant la pêche aux crustacés, il s’occupe des viviers des Etablissements Prunier.  "J’ai vécu 9 ans au paradis" avait il coutume de dire, parlant de cette période heureuse de sa vie. Guillaume et sa famille reviennent alors habiter à Léchiagat.

En 1939, Guillaume est mobilisé dans la marine à Brest, passe de Falmouth à Liverpool, puis revient en France. Démobilisé en mars 1941, Guillaume reprend le commandement de son bateau « VERS LE DESTIN », au nom vraiment prédestiné. Jean Le Coz prend contact avec lui en avril 41 et trouve en lui un homme tout disposé à prendre sa place dans la Résistance.

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 18/ Jean Le Coz (1903-1990)

C’est alors, début 42, que Guillaume adhère aux Parti Communiste Français.

En mars 1942, Guillaume BODERE va connaître sa première mission importante la récupération d’une première fourniture d’armes et d’explosifs aux Glénan, où elle est immer­gée. Première tentative le 22 mai 1942 : au retour des Glénan, par forte tempête, le bateau de Guillaume fait naufrage à huit milles de Lesconil et Louis GUEGUEN, beau-frère de Guillaume, qui l’accompagnait y perd la vie. Guillaume quant à lui, est repêché par deux marins-pêcheurs de Lesconil. Quelque temps plus tard, nouvelle tentative avec Jean BAU­DRY, patron de l'"Entre Nous". Voici la relation, simple et dépouillée de ce véritable exploit, qu’en fait Jean-Désiré LARNICOL,dans l’attestation délivrée à Guillaume BODERE pour la reconnaissance de ses droits de « Combattant Volontaire de la Résistance », (CVR)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 19/ Jean-Désiré Larnicol (1909-2006)

 » Je soussigné Larnicol Désiré Jean Corentin, domiciliée à Treffiagat (Finistère), titulaire de la carte Combattant Volontaire de la Résistance  n° 130222, délivrée le 29.04.1959 par l’Office Départemental des Anciens Combattants et Victimes de Guerre du Finistère, certifie sur l’honneur l’attestation délivrée par moi-même, le25-10-1945, au sujet de BODERE Guillaume, en la complétant par la déclaration suivante : J’accomplissais dès le 1er mai 1941 1a responsabilité d’Organisateur du Front National du Sud-Finistère chargé de la constitution des groupes OS.

Je recrutais BODÉRÉ Guillaume, domicilié à Treffiagat qui fut versé dans les FTPF le 15. 03.1942. 

Au mois d’août 1942, une mission périlleuse était confiée aux FTPF BAUDRY Jean et BODÉRÉ Guillaume, respectivement patron et matelot du bateau de pêche  » L’ENTRE-NOUS », immatriculé au quartier maritime du Guilvinec (Finistère Sud). Cette mission consistait à reprendre des containers, mouillés dans les eaux des Iles GLENAN par BOLLORÉ Michel qui réceptionna les dits containers au large de Belle-lle auprès d’un navire des FORCES NAVALES FRANÇAISES LIBRES. Les FTPF BAUDRY Jean et BODERE Guillaume réussirent dans la mission qui leur était confiée en débarquant dans le port de Guilvinec le 15-08-1942, plusieurs containers qui furent entreposés au domicile de BODERE Guillaume, route de Léchiagat, à Tréffiagat. 

Malgré la répression qui s’abattit dans la région bigoudène dans les derniers jours de septembre1942,provoquant le départ du côtier « L’audacieux » qui rejoignit en Angleter­re les Forces Navales Françaises Libres, malgré l’arrestation du patron de « l’Entre Nous », Baudry Jean fusillé le 5 avril 1944 au Mont-Valérien, malgré l’arrestation de sa femme, internée à Quimper jusqu’à la libération de cette ville, BODÉRÉ Guillaume poursuivit la lutte contre l’occupant.

Sa formation militaire était intégrée au mois de juin 1944 au 3e bataillon de marche. 

Déclaration dûment complétée pour faire valoir les droits à la reconnaissance de com­battant volontaire de la Résistance de BODÉRÉ Guillaume, domicilié à Treffiagat ».

Traqué par la police vichyste et la Gestapo, Guillaume réussit à leur échapper en se réfugiant tour à tour dans une petite ferme de la Torche puis à Saint-Evarzec sous une identité d’emprunt.
Jean BAUDRY, quant à lui, était en mer au moment des arrestations. On ne put le prévenir et il fut « cueilli » à son arrivée au port. Après un an et demi de cachot, il fut fusillé au Mont-Valérien le 5 avril 1944. Il mourut avec un grand courage.

Marie-Jeanne, l’épouse de Guillaume, fut, elle aussi, arrêtée le 30 septembre 1942. Elle subira un emprisonnement de deux ans qui compromit son état de santé.

Guillaume, quant à lui, continue la lutte dans les FTPF jusqu’à la Libération.

Il participe alors à LANDERNEAU, à la réunion constitutive de l’Union départementale CGT.

Elu membre du bureau de l’Union Départementale et confirmé dans cette fonction par le premier Congrès départemental de mars 1945. Responsable des marins-pêcheurs, il parcourt le littoral du département pour organiser les marins. Il devient membre du Conseil National CGT des marins-pêcheurs, ce qui l’amène à séjourner quelque temps à Paris, avec sa famille.

" Le 16 septembre 1944, "L'Aurore", organe régional du PCF, insère un article de Guillaume Bodéré, de la direction de l'UD CGT Finistère, qui met l'accent sur la reprise de l'activité des pêches:

"... La pêche est appelée à jouer un grand rôle dans la reprise de l'activité économique du pays. Il faudrait donc que les pêcheurs puissent reprendre la mer, non pas comme cela s'est fait dans quelques ports à l'aviron ou à la voile, avec avec les moyens normaux d'avant-guerre, c'est-à-dire avec carburant. Certes les pêcheurs comprennent que l'essence doit aller d'abord à l'armée pour que cette guerre se termine victorieusement le plus tôt possible. Néanmoins, il faudrait que les pêcheurs reçoivent, et cela au plus tôt, le carburant nécessaire pour la reprise de leur travail. Ils ne réclament pas l'impossible, mais qu'on leur permette de travailler au ralenti. En attendant, et en considérant que la grosse majorité des pêcheurs n'a pas pu travailler cette année et qu'il faut tout de même que leur famille vive, nous demandons que chacun puisse toucher une allocation chômage; les femmes et les enfants doivent manger. Ce ne sont pas les millions qui manquent dans les caisses des trafiquants du marché noir".   (La CGT dans le Finistère 1944-1968 - Fanch Tanguy, 1986)

En 1953, il reprend la pêche à Léchiagat, retourne à l’école à 47 ans pour obtenir son brevet de patron de pêche et continue, bien sûr, à militer à la CGT qui lui a rendu hommage le 1er mai 1989 en lui attribuant la médaille de fidélité.

Guillaume est décédé le 19 mars 1995, à l’âge de 89 ans

* FN : Front National (Organisation de lutte armée créée à l’instigation du Parti Communiste Clandestin). Rien à voir, bien sûr, avec l’organisation fascisante de le Pen.*

OS: Organisation spéciale ( chargée de la lutte armée contre l’occupant nazi), donna naissance aux: FTPF :Francs- Tireurs et Partisans français.

Cinq bateaux du Quartier de Guilvinec participèrent, en fait, au transfert des armes des Glénan. « Vers le destin » de Guillaume BODÉRÉ avec son beau-frère Louis GUEGUEN, « L’Entre-Nous » de Jean BAUDRY, avec Guillaume BODERE. Deux autres bateaux de Lesconil : le « Saint- Tudy » avec Julien FAOU (fusillé en juin 44 avec les otages de Lesconil), Bastien BARGAIN et Michel COSQUER, « L’exploité de la Mer » avec Etienne Le BRENN et Albert PRIMOT. Les containers d’armes et d’explosifs furent, en partie, entreposés dans la carrière de notre vieux camarade Vincent Larnicol, de Lesconil.

L’équipage de « L’Audacieux » comprenait outre le patron Michel BOLLORE, déjà cité, Sébastien COIC, co-propriétaire, Léon MOIGNE, Pierre KERVEVAN, Corentin QUEFFELEC, Sébastien LARNICOL et son fils du même prénom, mousse âgé de 16 ans, tous de Léchiagat.

(« LeTravailleur Bigouden » N° 158, 2e trimestre 1995)

L’hommage à Guillaume Bodéré dans le bulletin municipal 2011 de la mairie de Tréffiagat–> cliquer pour télécharger

Lire aussi:

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 58/ Guy Laurent (1940-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 57/ Eugène Kerbaul (1917-2005)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 56/ Pierre Cauzien (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 55/ Albert Jaouen (1909-1976)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 54/ Pierre Hervé (1913-1993)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 53/ Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier (1910-2007)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 52/ Yves Le Meur (1924-1981)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 51/ Jean Burel (1921-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 50/ Jacob Mendrès (1916-2012)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 49/ Henri Tanguy dit Rol-Tanguy (1908-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 48/ Carlo de Bortoli (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 47/ Robert Jan (1908-1987)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 46/ Denise Roudot (1933-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 45/ Paul Le Gall (né en 1925)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 44/ René Le Bars (1933-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 43/ Louis Le Roux (1929-1997)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 42/ Pierre Corre (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 41/ Daniel Le Flanchec (1881-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 40/ Joséphine Pencalet (1886-1972)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 39/ Sébastien Velly (1878-1924)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 38/ Edouard Mazé (1924-1950)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 37/ Guy Liziar (1937-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 36/ Henri Moreau (1908-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 35/ Alphonse Penven (1913-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 34/ Michel Mazéas (1928-2013)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 33/ Pierre Guéguin (1896-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 32/ Jean-Louis Primas (1911-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 31/ François Paugam (1910-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 30/ Angèle Le Nedellec (1910-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 29/ Jules Lesven (1904-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 28: Raymonde Vadaine, née Riquin

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 27/ Jeanne Goasguen née Cariou (1901-1973)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 26/ Gabriel Paul (1918-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 25/ François Bourven (1925-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 24/ Yves Autret (1923-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 23/Pierre Jaouen (1924-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 22/ André Berger (1922-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 21/ Joseph Ropars (1912-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 20/ Paul Monot (1921-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 19/ Jean-Désiré Larnicol (1909-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 18/ Jean Le Coz (1903-1990)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 17/ Alain Cariou (1915-1998)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 16/ Jean Nédelec (1920-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 15/ Alain Le Lay (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 14/ Pierre Berthelot (1924-1986)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 13/ Albert Abalain (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 12/ Andrée Moat (1920-1996)

1920-2020: cent ans d'engagements communistes en Finistère: 11/ Jean Le Brun (1905-1983)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 10/ Denise Larzul, née Goyat (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 9/ Pierre Le Rose

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 8/ Marie Salou née Cam (1914-2011)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 7/ René Vautier (1928-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 6/ Denise Firmin née Larnicol (1922-2019)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 5/ Fernand Jacq (1908-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 4/ Corentine Tanniou (1896-1988)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 3/ Albert Rannou (1914-1943)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 2/ Marie Lambert (1913-1981)

Partager cet article
Repost0
3 avril 2020 5 03 /04 /avril /2020 07:04
La municipalité élue en 1945. Assis, de gauche à droite : Jos Cotten, Yves Ollivier, Louis Guillerm, Pierre Salaün, maire, Louis Lancien, Christophe Poulichet (qui succédera à Pierre Salaün en 1969), Hervé Bleuzen. 2e rang : Jean Huiban, Armand Gloanec, Robert Théou, Jeanne Furic, Maurice Clairon, Mme Guernalec, René Le Moal, Christophe Navellou, Henri Vigouroux. 3e rang : Mathurien Le Beuz, X., Henri Huiban, Christophe Rouzic, Henri Pérez, Louis Monfort, Louis Le Berre. Photo d'archives Le Télégramme

La municipalité élue en 1945. Assis, de gauche à droite : Jos Cotten, Yves Ollivier, Louis Guillerm, Pierre Salaün, maire, Louis Lancien, Christophe Poulichet (qui succédera à Pierre Salaün en 1969), Hervé Bleuzen. 2e rang : Jean Huiban, Armand Gloanec, Robert Théou, Jeanne Furic, Maurice Clairon, Mme Guernalec, René Le Moal, Christophe Navellou, Henri Vigouroux. 3e rang : Mathurien Le Beuz, X., Henri Huiban, Christophe Rouzic, Henri Pérez, Louis Monfort, Louis Le Berre. Photo d'archives Le Télégramme

1920-2020: Cent ans d'engagements communistes dans le Finistère: 59/ Pierre Salaun (1907-1983)
1920-2020: Cent ans d'engagements communistes dans le Finistère: 59/ Pierre Salaun (1907-1983)
1920-2020: Cent ans d'engagements communistes dans le Finistère: 59/ Pierre Salaun (1907-1983)

1920-2020: Cent ans d'engagements communistes dans le Finistère -

59/ Pierre Salaun (1907-1983): maire communiste de Scaër de 1945 à 1969

D'après la fiche du maitron établie par Alain Prigent et Gilles Rivière:

Né le 23 février 1907 à Scaër (Finistère), décédé en juillet 1983 ; ouvrier papetier ; résistant, interné politique ; élu CGT à la CAF du Sud Finistère (1950-1962) ; membre du comité de la fédération du PCF du Finistère (1946-1968) ; maire de Scaër (1945-1969).

Pierre Salaun était le fils de Michel Salaun et de Marie Louise Bourhis. Il se maria avec Marie Gaonac’h le 11 mai 1929 à Scaër.
Forgeron puis mécanicien, il commença à militer, selon Eugène Kerbaul, à la CGTU et au PC dans la région parisienne à la fin des années 20.
En 1936, il revint dans le Finistère. Embauché aux papeteries Bolloré de Cascadec en Scaër, il contribua à la mise en place des structures syndicales. Il fut élu secrétaire de la IIIe région du syndicat CGT du Papier-Carton, poste qu’il occupa jusqu’au 30 novembre 1938 quand il fut licencié après l’échec de la grève générale. Après quelques mois à Paris, il revint dans le Finistère. Il participa aux débuts de la mise en place de la résistance communiste dans le Sud Finistère. Le 26 avril 1942, il fut perquisitionné (la police trouva un tract des JC), arrêté puis interné à Vôves et Pithiviers. Sa sœur Marie Louise Salaun épouse Baron fut agent de liaison des FTP de Scaër.
À la Libération en 1944, il reprit son poste d’ajusteur aux papeteries de Scaër qui employaient plus de 1 000 personnes. Redevenu responsable du syndicat CGT des papeteries, il fut élu secrétaire permanent provisoire et délégué à la propagande de l’union départementale CGT du Finistère le 2 septembre 1944 à l’issue de la reconstitution des structures syndicales opérées lors de la rencontre de Landerneau. Il était dans sa tâche dans l’usine de Scaër par Robert Pencréac’h qui siégeait aussi au conseil municipal de la ville. Les papeteries étaient une des usines du Finistère où la syndicalisation à la CGT était forte. En 1976, 460 des 600 salariés de l’entreprise étaiennt syndiqués à la CGT.
Fort de son engagement dans la Résistance, Pierre Salaun devint vice-président du CDL (comité départemental de la Libération) du Finistère, au titre de la CGT, en août 1944, remplaçant alors Le Coz.

Le président du comité départemental de libération est Le Goaziou. Pierre Salaün est vice-président au titre de la CGT avec Le Floch de Quimper. Les secrétaires du CDL sont Louis Dupoux et Pierre Le Rose (PCF Concarneau, Front national de Libération), Mme David d'Huelgoat, J. Grandin de Quimper, l'Abbé Julien, Jean Perrot (d'Esquibien), Paul Simon, Tanguy-Prigent de St Jean-du-Doigt. Le Comité départemental de libération joua un rôle important auprès du préfet pour la remise en place des anciennes municipalités dans les 301 communes du Finistère de l'époque , la création de délégations spéciales en attente des élections, le châtiment des traîtres, collaborateurs et trafiquants, la reprise de l'activité économique. Alain Cariou et Gabriel Paul du PCF étaient aussi membres du CDL (La CGT dans le Finistère 1944-1968 - Fanch Tanguy)

Il fut élu membre du bureau de l’union départementale CGT du Finistère à Quimper le 11 mars 1945 à l’issue de la tenue du premier congrès de l’union départementale après la Libération. Candidat CGT à l’élection du 24 avril 1947 au conseil d’administration de la caisse d’allocations familiales du Sud Finistère, il siégea dans cette structure étant élu le 8 juin 1950 puis réélu le 17 novembre 1955 sur la liste CGT qui obtint 6 sièges. Il fut aussi candidat à l’élection du conseil d’administration de la caisse primaire de sécurité sociale du Sud Finistère le 13 décembre 1962.
Il fut élu maire de Scaër en mai 1945 conduisant une liste d’union avec la SFIO. Réélu régulièrement jusqu’en 1965, il fut maire jusqu'en 1969. Militant communiste convaincu, Pierre Salaun siégea dans les instances départementales du PCF jusqu’à la partition de la fédération en deux entités en 1969. Membre du comité départemental de l’amicale des élus communistes, il fut candidat du PCF aux élections sénatoriales dans le Finistère en 1962. Il fut aussi candidat suppléant du PCF aux élections législatives de juin 1968 dans la circonscription de Quimperlé avec Paul Le Gall, candidat titulaire.
Il démissionna au début de l’année 1969 de son poste de maire et de conseiller municipal pour des motifs personnels notamment des difficultés internes à la mairie. Il affirma qu’il n’y avait aucun désaccord entre ses pensées la politique du PCF. Christophe Poulichet, ouvrier boucher, lui succéda.
Il fut candidat aux élections cantonales dans le canton de Scaer à quatre reprises. Il échoua de peu en 1945 dans un duel obtenant 49,9% des suffrages exprimés. Il maintint le score du PCF à des niveaux très élevés en 1951 (35,4%), 1958 (47,4%) et 1964 (42,2%). C. Poulichet, nouveau maire de Scaër, fut élu dans un contexte politique d’union de la gauche en 1970.
Salarié aux papeteries, Pierre Salaun se désengagea progressivement de ses responsabilités au sein de l’entreprise Bolloré. Cependant, en tant que maire, il accueillit les grévistes le 26 janvier 1968 lors de la grève des papetiers. Le déclin de l’usine après le transfert des activités à Odet (Ergué-Gabéric) en 1972 marqua la fin de l’hégémonie communiste sur la ville de Scaër. Le PCF tout en gardant des positions solides perdit la mairie au profit du socialiste Louis Nicolas en 1983. Le communiste Corentin Kerneis reconquit cependant la mairie en 1995.
Le stade municipal porte le nom de Pierre Salaun.

Article:

https://maitron.fr/spip.php?article172980, notice SALAUN Pierre par Alain Prigent, Gilles Rivière, version mise en ligne le 15 mai 2015, dernière modification le 20 février 2020.

Lire aussi:

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 58/ Guy Laurent (1940-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 57/ Eugène Kerbaul (1917-2005)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 56/ Pierre Cauzien (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 55/ Albert Jaouen (1909-1976)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 54/ Pierre Hervé (1913-1993)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 53/ Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier (1910-2007)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 52/ Yves Le Meur (1924-1981)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 51/ Jean Burel (1921-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 50/ Jacob Mendrès (1916-2012)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 49/ Henri Tanguy dit Rol-Tanguy (1908-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 48/ Carlo de Bortoli (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 47/ Robert Jan (1908-1987)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 46/ Denise Roudot (1933-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 45/ Paul Le Gall (né en 1925)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 44/ René Le Bars (1933-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 43/ Louis Le Roux (1929-1997)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 42/ Pierre Corre (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 41/ Daniel Le Flanchec (1881-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 40/ Joséphine Pencalet (1886-1972)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 39/ Sébastien Velly (1878-1924)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 38/ Edouard Mazé (1924-1950)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 37/ Guy Liziar (1937-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 36/ Henri Moreau (1908-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 35/ Alphonse Penven (1913-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 34/ Michel Mazéas (1928-2013)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 33/ Pierre Guéguin (1896-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 32/ Jean-Louis Primas (1911-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 31/ François Paugam (1910-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 30/ Angèle Le Nedellec (1910-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 29/ Jules Lesven (1904-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 28: Raymonde Vadaine, née Riquin

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 27/ Jeanne Goasguen née Cariou (1901-1973)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 26/ Gabriel Paul (1918-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 25/ François Bourven (1925-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 24/ Yves Autret (1923-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 23/Pierre Jaouen (1924-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 22/ André Berger (1922-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 21/ Joseph Ropars (1912-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 20/ Paul Monot (1921-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 19/ Jean-Désiré Larnicol (1909-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 18/ Jean Le Coz (1903-1990)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 17/ Alain Cariou (1915-1998)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 16/ Jean Nédelec (1920-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 15/ Alain Le Lay (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 14/ Pierre Berthelot (1924-1986)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 13/ Albert Abalain (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 12/ Andrée Moat (1920-1996)

1920-2020: cent ans d'engagements communistes en Finistère: 11/ Jean Le Brun (1905-1983)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 10/ Denise Larzul, née Goyat (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 9/ Pierre Le Rose

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 8/ Marie Salou née Cam (1914-2011)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 7/ René Vautier (1928-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 6/ Denise Firmin née Larnicol (1922-2019)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 5/ Fernand Jacq (1908-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 4/ Corentine Tanniou (1896-1988)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 3/ Albert Rannou (1914-1943)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 2/ Marie Lambert (1913-1981)

Partager cet article
Repost0
2 avril 2020 4 02 /04 /avril /2020 15:55
1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 58/ Guy Laurent (1940-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère -

58/ Guy Laurent (1940-1994): un marin-pêcheur dévoué à la cause de ses camarades.

Né le 3 mars 1940, Guy Laurent est devenu mousse sur un bolincheur à 16 ans. En 1959, sa formation de capacitaire accomplie, il obtient une dérogation - il n'a que 19 ans - pour remplacer son père, malade, au commandement du chalutier familial, le Sylviane-Dany. En 1965, Guy Laurent fait construire un chalutier hauturier en bois de 18 mètres, le Lorez Vraz qu'il exploitera pendant dix ans au large. En 1975, il pratique la pêche côtière sur l'Arlequin, un chalutier côtier de 15 mètres qu'il a acquis. Mais sa carrière en mer s'interrompt brutalement en 77. Malade, il doit mettre sac à terre et se reconvertir pour un travail administratif. De 1980 à 1993, il sera employé à l'administration des Pêcheries de l'Ouest Bretagne au Guilvinec, dont il avait été vice-président et l'un des fondateurs.

Durant toutes ces années, comme représentant syndical, il œuvre avec persévérance à l'organisation des marins, des dockers, des ouvriers poissonniers, des employés de marée. Il multiplie les contacts avec les mareyeurs. Au syndicat des marins CGT, Guy est apprécié pour ses connaissances, sa maîtrise des problèmes, sa clairvoyance, son comportement positif, face aux multiples problèmes de la pêche. En 1982, il remplace son frère Jean-Yves qui continue la pêche en mer à la Commission Exécutive de l'Union Locale CGT. En 1985, il est élu secrétaire de l'UL CGT de la région bigoudène, poste qu'il occupera jusqu'à son décès. En 1987, il est élu à la commission exécutive de l'Union départementale CGT du Finistère. L'UD le mandatera pour la représenter à la Commission Pêche du Conseil Économique et Social de Bretagne. 

Guy Laurent était aussi très engagé au Parti communiste. Il a adhéré en 74. Il a été secrétaire de Cellule à Loctudy, membre du Comité de section du PCF Pays Bigouden et a pris part aux travaux du Comité Fédéral où ses interventions portaient souvent sur la pêche et l'économie du Pays Bigouden. Il a collaboré activement aux travaux de la Commission Nationale maritime du Parti communiste, apportant une contribution importante pour un projet de loi porté par les élus PCF. Il tenait une chronique maritime dans le journal du PCF Pays Bigouden "Le Travailleur Bigouden". Il fut candidat communiste aux élections cantonales et législatives (en 1993), conseiller municipal de Loctudy.  

Après son décès, la municipalité de droite de Loctudy donna même son nom à un quai du port de pêche.

Un militant infatigable et clairvoyant.

 

"Guy est décédé à 54 ans. Je me souviens avoir passé pas mal d'heures chez lui avant son adhésion au PC. J'étais alors secrétaire de la section et il m'avait contacté car il avait envie d'adhérer mais avait quelques craintes. Je n'ai pas eu de mal à lui dissiper ses hésitations car nous étions sur la même longueur d'onde. A cette époque beaucoup des patrons pêcheurs bigoudens étaient au PC !

Moi je suis arrivé ici en 1970, jeune communiste plein d'espoir après 68. On m'a sauté dessus, en partie pour résoudre des problèmes de personnes à la section de Pont L'Abbé et en peu de temps je me suis retrouvé secrétaire de section (médiateur !), puis membre du bureau fédéral. Il y avait 4 cellules à Pt L'abbé, plus une au lycée, 2 ou 3 à Loctudy... On n'avait pas encore subi la grande offensive libérale. Pour revenir à Guy Laurent c'était un homme de grande droiture. Il était patron pêcheur mais a dû arrêter pour cause de maladie et a consacré son temps à la défense de la pêche familiale. Il écrivait régulièrement la chronique maritime dans le Travailleur Bigouden et savait relier le local avec l'européen. Il a largement contribué au réaménagement du port de Loctudy. Tout le monde reconnaissait le sérieux de ses propositions, et son nom a été donné au nouveau quai".

(Gaston Balliot)

 

Merci à Gaston Balliot pour la transmission de ces archives du "Travailleur Bigouden".

Gaston Balliot
www.gastonballiot.fr
www.bigouden1944.wordpress.com
www.sardinieres.wordpress.com
www.scratchelem.wordpress.com
www.barbaroteuntor.wordpress.com
www.loctudyquoi.wordpress.com

 

Page consacrée à la présentation des enjeux des législatives de 1993 pour le pays Bigouden et la 7e circonscription du Finistère, avec Guy Laurent et Fernande Le Moal, candidats du PCF

Lire aussi:

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 57/ Eugène Kerbaul (1917-2005)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 56/ Pierre Cauzien (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 55/ Albert Jaouen (1909-1976)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 54/ Pierre Hervé (1913-1993)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 53/ Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier (1910-2007)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 52/ Yves Le Meur (1924-1981)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 51/ Jean Burel (1921-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 50/ Jacob Mendrès (1916-2012)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 49/ Henri Tanguy dit Rol-Tanguy (1908-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 48/ Carlo de Bortoli (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 47/ Robert Jan (1908-1987)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 46/ Denise Roudot (1933-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 45/ Paul Le Gall (né en 1925)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 44/ René Le Bars (1933-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 43/ Louis Le Roux (1929-1997)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 42/ Pierre Corre (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 41/ Daniel Le Flanchec (1881-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 40/ Joséphine Pencalet (1886-1972)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 39/ Sébastien Velly (1878-1924)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 38/ Edouard Mazé (1924-1950)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 37/ Guy Liziar (1937-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 36/ Henri Moreau (1908-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 35/ Alphonse Penven (1913-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 34/ Michel Mazéas (1928-2013)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 33/ Pierre Guéguin (1896-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 32/ Jean-Louis Primas (1911-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 31/ François Paugam (1910-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 30/ Angèle Le Nedellec (1910-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 29/ Jules Lesven (1904-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 28: Raymonde Vadaine, née Riquin

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 27/ Jeanne Goasguen née Cariou (1901-1973)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 26/ Gabriel Paul (1918-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 25/ François Bourven (1925-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 24/ Yves Autret (1923-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 23/Pierre Jaouen (1924-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 22/ André Berger (1922-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 21/ Joseph Ropars (1912-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 20/ Paul Monot (1921-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 19/ Jean-Désiré Larnicol (1909-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 18/ Jean Le Coz (1903-1990)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 17/ Alain Cariou (1915-1998)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 16/ Jean Nédelec (1920-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 15/ Alain Le Lay (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 14/ Pierre Berthelot (1924-1986)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 13/ Albert Abalain (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 12/ Andrée Moat (1920-1996)

1920-2020: cent ans d'engagements communistes en Finistère: 11/ Jean Le Brun (1905-1983)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 10/ Denise Larzul, née Goyat (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 9/ Pierre Le Rose

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 8/ Marie Salou née Cam (1914-2011)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 7/ René Vautier (1928-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 6/ Denise Firmin née Larnicol (1922-2019)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 5/ Fernand Jacq (1908-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 4/ Corentine Tanniou (1896-1988)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 3/ Albert Rannou (1914-1943)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 2/ Marie Lambert (1913-1981)

Partager cet article
Repost0
2 mars 2020 1 02 /03 /mars /2020 06:00
1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 57/ Eugène Kerbaul (1917-2005)
1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 57/ Eugène Kerbaul (1917-2005)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère:

57/ Eugène Kerbaul (1917-2005)

Résistance et répression des communistes brestois de 1939 à 1943 (à partir des souvenirs et des enquêtes d'Eugène Kerbaul, résistant communiste)

Né le 5 août 1917 à Brest (Finistère), mort le 12 août 2005 à Paris ; apprenti typographe puis facteur auxiliaire aux PTT, puis journaliste, et de nouveau typographe ; militant des Jeunesses communistes puis du Parti communiste dans le Finistère et à Paris ; résistant, membre de l’Organisation spéciale de combat (OSC) en Bretagne, interrégional des JC en région parisienne puis dans le Nord ; historien du mouvement ouvrier breton.

Fils d’un charpentier en bois syndiqué à la CGT avant 1914 et d’une mère paysanne puis couturière à domicile, Eugène Kerbaul, à douze ans, fut employé de mairie à Saint-Marc (Finistère), apprenti typographe, enfin facteur auxiliaire à Brest.

Il adhéra aux Jeunesses communistes en décembre 1935 puis au Parti communiste en janvier 1936 et fut un des fondateurs du cercle Henri Barbusse des Jeunesses communistes de Brest. Il en fut le secrétaire jusqu’en septembre 1939. Secrétaire adjoint de la Région bretonne (Finistère, Morbihan), en fait premier secrétaire, il fut envoyé en novembre 1936 à l’école nationale d’un mois des Jeunesses communistes. L’année suivante, il fit partie de la délégation nationale des Jeunesses présente au IXe congrès national du parti tenu à Arles du 25 au 29 décembre. Membre du comité de section du PCF de Brest dès sa création en mai 1936, il fit partie de son bureau en 1937 ainsi que du comité régional du parti de 1937 à 1939. Il appartenait également au comité de rédaction de l’hebdomadaire régional communiste La Bretagne ouvrière, paysanne et maritime.

En juillet 1939, il fut désigné, à son insu, membre d’un « triangle de direction » de la cellule de Brest, avec Jeanne Goasguen-Cariou, qui en était responsable, et Roger Chaigneau.

Clandestin de septembre au 27 novembre 1939, date de son départ aux armées, il fut militaire jusqu’en août 1940. Fait prisonnier, il réussit à s’échapper et, le 1er septembre 1940, il fut de retour à Brest et aussitôt reprit son activité clandestine au PC. Il participa notamment au premier sabotage d’une locomotive en novembre 1940.

À la demande de Robert Ballanger, l’interrégional du Parti pour la Bretagne, Eugène Kerbaul créa et structura l’organisation spéciale à partir de janvier 1941 pour la région brestoise. Il participa et organisa de nombreux sabotages qui retarderont l’installation de l’état-major de la Luftwaffe pour le nord de la Bretagne. En mars, il organisa une imprimerie clandestine, en avril il rentra dans une société de récupération de métaux non-ferreux opérant à l’arsenal, ce qui permit d’autres sabotages et des opérations de propagande, y compris auprès des soldats allemands, qui ne suivirent pas. Arrêté à Brest le 5 juillet 1941, Eugène Kerbaul fut interné au camp de Choisel à Châteaubriant, où il fit partie des JC clandestins détenus. Ce camp fut transféré en mai 1942 à Voves (Eure-et-Loir), où il fit partie de la direction des JC clandestins et d’où il réussit à s’évader, déguisé en gendarme, le 10 janvier 1943. Muté dans la région parisienne par le PCF, il devint responsable de l’interrégion des Jeunesses communistes (Paris, Seine, Seine-et-Oise, Seine-et-Marne), à nouveau sous la direction de Robert Ballanger. Puis il fut muté dans le Nord à la plus forte interrégion de France de la Jeunesse communiste comme officier FTP. Il réorganisa cette interrégion décimée par les arrestations. À la Libération, l’interrégion Nord des Jeunesses communistes regroupait 2 000 jeunes hommes et jeunes filles essentiellement dans le Nord et le Pas-de-Calais. Il y était connu sous le pseudonyme de « Devos » ou d’ « Arthur Devos ». Eugène Kerbaul participa à des sabotages et à des attentats. Il prit part à la libération de Lille avec deux cents jeunes communistes englobés dans l’ensemble des unités FTP. Pour ses actions de résistant et de combattant, il reçut la médaille de la Résistance et la Croix de Guerre avec palmes.

À la Libération, il devint membre du bureau national des Jeunesses communistes et, après avoir été mobilisé de février à août 1945 avec le grade de sergent dans l’armée, il retourna à Paris en août 1945, pour aussitôt participer comme « instructeur » aux tournées des cadres des jeunes communistes à travers la France, destinées à convaincre les différents groupes à accepter la transformation des Jeunesses communistes en Jeunesses républicaines (UJRF) selon le principe d’ouverture alors en vigueur. En novembre, il épousa Odette Moke, une dirigeante nordiste de l’Union des Jeunes Filles de France, qu’il avait connue quand il dirigeait l’interrégion Nord, et le couple s’installa à Paris. Eugène Kerbaul fut alors membre du bureau national de l’Union de la Jeunesse républicaine de France, bien qu’il fît partie des nombreux militants qui auraient préféré garder l’appellation communiste ; il fut d’abord pendant quelques mois responsable de l’école des Jeunesses à Villejuif, puis rédacteur en chef de l’hebdomadaire L’Avant-Garde (1946-1947) en remplacement d’Henri Kesteman. De février à août 1948, il fut délégué de la Fédération mondiale de la Jeunesse démocratique en Amérique latine : Mexique, Venezuela, Panama, Cuba. Emprisonné en Colombie, il fut finalement libéré sur intervention de l’ambassade de France. Parti pour un mois, ces mésaventures l’avaient coupé de son groupe ; il resta cinq mois Outre-Atlantique et manqua la naissance de son fils aîné.

D’août 1948 à février 1951, il fut muté comme journaliste à l’Humanité, d’abord rédacteur parlementaire, puis en politique étrangère. Il préféra reprendre alors son métier de typographe à l’Humanité, au regret du directeur Étienne Fajon qui aurait préféré garder son « seul journaliste ouvrier » ; mais le salaire de typographe était quasiment double, et un deuxième enfant était né. Il était secrétaire de cellule à l’imprimerie du journal, et, habitant un petit appartement du Faubourg-Saint-Antoine, il fut en 1951-1952 secrétaire de la section du XIe arrondissement du Parti communiste.

De 1953 à 1958, Eugène Kerbaul fut secrétaire puis secrétaire général de l’Association France-Roumanie ; il en démissionna en 1958, quand fut nommé un nouvel ambassadeur dont il ne supportait pas les manières bureaucratiques. Il fut aussi dès leur fondation membre de l’ANACR et de la FNDIRP, avec des responsabilités au Comité fédéral. Resté très attaché à sa culture bretonne natale, bien qu’il n’en parlât pas la langue, il se montra encore actif dans les mouvements bretons de la capitale et devint membre du bureau de l’Union des sociétés bretonnes de l’Île-de-France, orientée à gauche, puis secrétaire et vice-président en 1966. Il participait aussi à la Société d’Archéologie de son département d’origine, en très bons termes avec le prêtre qui la présidait, et à l’Association des Amis de la Commune de Paris.
En 1970, après avoir pris sa retraite de l’imprimerie du journal communiste, il prit la responsabilité du secrétariat d’une commission pour un musée national de la Résistance, celui qui devait voir le jour à Champigny-sur-Marne, puis, en 1971 il devint membre correspondant de l’Institut Maurice Thorez, rédigeant plusieurs articles sur l’histoire du mouvement ouvrier en Bretagne. À parti de 1980, il s’attela à la rédaction d’un Dictionnaire biographique de Militants ouvriers du Finistère, deux fois mis à jour, qui rassemble 1640 notices, et pour lequel il fut en relation avec Jean Maitron. Il publia encore une biographie de la militante communarde d’origine bretonne Nathalie Le Mel.

Habitant dans une HLM à Bagnolet depuis 1967, il s’y montra également actif, contribuant notablement à l’érection du Mur des Souvenirs au nouveau cimetière, en hommage aux victimes de la dernière guerre, lieu des cérémonies municipales du 8 Mai. Il continua jusqu’à un âge très avancé à porter témoignage des luttes du mouvement ouvrier ou de la Résistance, en région parisienne, en Bretagne ou dans le Nord - Pas-de-Calais, toujours apprécié de ses auditeurs pour ses dons d’élocution claire et persuasive. Mais sous la direction de Robert Hue, il fut tellement déçu de l’évolution de son parti qu’il finit par ne plus renouveler son adhésion. À son décès le 12 août 2005, l’Humanité publia une notice nécrologique, tout comme beaucoup d’autres journaux et revues locaux ou régionaux, associatifs ou syndicaux.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article114756, notice KERBAUL Eugène, Marie par Odette Hardy-Hémery, Georges-Michel Thomas, Marc Giovaninetti, version mise en ligne le 24 novembre 2010, dernière modification le 20 janvier 2016.
1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 57/ Eugène Kerbaul (1917-2005)
Jeudi, 1 Octobre, 1992
Eugène Kerbaul est un militant communiste qui joua un rôle important dans la Résistance
 

Eugène Kerbaul est un militant communiste qui joua un rôle important dans la Résistance. Dirigeant de la Jeunesse communiste à Brest dès les années qui précédèrent le Front populaire, du Parti communiste, en Bretagne notamment, durant la guerre, arrêté et interné à Châteaubriant, évadé, il a été le témoin et l'acteur de maints combats. Passionné d'histoire, il a recherché et trouvé de précieuses archives relatives à l'activité de la section du Parti communiste de Brest entre 1935 et 1943. Il en a tiré une «Chronique» dans laquelle, sans jamais mettre en avant son propre personnage (mais sans l'effacer non plus), il retrace avec minutie les faits et gestes - pour ne pas dire la geste - des communistes brestois (et de quelques autres) durant ces huit années décisives. Il n'existe à notre connaissance aucune autre monographie de ce genre. Elle est passionnante. C'est toute l'histoire du PC à l'époque considérée qui est ainsi mise en lumière, en partant de la base.

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 57/ Eugène Kerbaul (1917-2005)
1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 57/ Eugène Kerbaul (1917-2005)

Lire aussi:

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 53/ Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier (1910-2007)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 52/ Yves Le Meur (1924-1981)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 51/ Jean Burel (1921-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 50/ Jacob Mendrès (1916-2012)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 49/ Henri Tanguy dit Rol-Tanguy (1908-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 48/ Carlo de Bortoli (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 47/ Robert Jan (1908-1987)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 46/ Denise Roudot (1933-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 45/ Paul Le Gall (né en 1925)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 44/ René Le Bars (1933-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 43/ Louis Le Roux (1929-1997)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 42/ Pierre Corre (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 41/ Daniel Le Flanchec (1881-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 40/ Joséphine Pencalet (1886-1972)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 39/ Sébastien Velly (1878-1924)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 38/ Edouard Mazé (1924-1950)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 37/ Guy Liziar (1937-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 36/ Henri Moreau (1908-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 35/ Alphonse Penven (1913-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 34/ Michel Mazéas (1928-2013)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 33/ Pierre Guéguin (1896-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 32/ Jean-Louis Primas (1911-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 31/ François Paugam (1910-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 30/ Angèle Le Nedellec (1910-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 29/ Jules Lesven (1904-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 28: Raymonde Vadaine, née Riquin

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 27/ Jeanne Goasguen née Cariou (1901-1973)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 26/ Gabriel Paul (1918-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 25/ François Bourven (1925-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 24/ Yves Autret (1923-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 23/Pierre Jaouen (1924-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 22/ André Berger (1922-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 21/ Joseph Ropars (1912-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 20/ Paul Monot (1921-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 19/ Jean-Désiré Larnicol (1909-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 18/ Jean Le Coz (1903-1990)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 17/ Alain Cariou (1915-1998)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 16/ Jean Nédelec (1920-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 15/ Alain Le Lay (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 14/ Pierre Berthelot (1924-1986)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 13/ Albert Abalain (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 12/ Andrée Moat (1920-1996)

1920-2020: cent ans d'engagements communistes en Finistère: 11/ Jean Le Brun (1905-1983)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 10/ Denise Larzul, née Goyat (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 9/ Pierre Le Rose

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 8/ Marie Salou née Cam (1914-2011)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 7/ René Vautier (1928-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 6/ Denise Firmin née Larnicol (1922-2019)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 5/ Fernand Jacq (1908-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 4/ Corentine Tanniou (1896-1988)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 3/ Albert Rannou (1914-1943)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 2/ Marie Lambert (1913-1981)

Partager cet article
Repost0
1 mars 2020 7 01 /03 /mars /2020 06:00
Josiane Mazé, la fille de Pierre Cauzien, raconte: «Il se défendait de la gloire d'avoir fait partie de la Résistance», malgré son rôle de passeur, de porteur de messages... Pour lui, cela n'avait rien à voir avec ceux qui «avaient risqué leur vie». ( photo publié par le Télégramme lors de la mort de Pierre Cauzien, en 2009)

Josiane Mazé, la fille de Pierre Cauzien, raconte: «Il se défendait de la gloire d'avoir fait partie de la Résistance», malgré son rôle de passeur, de porteur de messages... Pour lui, cela n'avait rien à voir avec ceux qui «avaient risqué leur vie». ( photo publié par le Télégramme lors de la mort de Pierre Cauzien, en 2009)

Lire aussi:

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 53/ Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier (1910-2007)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 52/ Yves Le Meur (1924-1981)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 51/ Jean Burel (1921-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 50/ Jacob Mendrès (1916-2012)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 49/ Henri Tanguy dit Rol-Tanguy (1908-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 48/ Carlo de Bortoli (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 47/ Robert Jan (1908-1987)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 46/ Denise Roudot (1933-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 45/ Paul Le Gall (né en 1925)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 44/ René Le Bars (1933-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 43/ Louis Le Roux (1929-1997)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 42/ Pierre Corre (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 41/ Daniel Le Flanchec (1881-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 40/ Joséphine Pencalet (1886-1972)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 39/ Sébastien Velly (1878-1924)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 38/ Edouard Mazé (1924-1950)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 37/ Guy Liziar (1937-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 36/ Henri Moreau (1908-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 35/ Alphonse Penven (1913-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 34/ Michel Mazéas (1928-2013)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 33/ Pierre Guéguin (1896-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 32/ Jean-Louis Primas (1911-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 31/ François Paugam (1910-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 30/ Angèle Le Nedellec (1910-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 29/ Jules Lesven (1904-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 28: Raymonde Vadaine, née Riquin

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 27/ Jeanne Goasguen née Cariou (1901-1973)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 26/ Gabriel Paul (1918-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 25/ François Bourven (1925-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 24/ Yves Autret (1923-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 23/Pierre Jaouen (1924-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 22/ André Berger (1922-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 21/ Joseph Ropars (1912-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 20/ Paul Monot (1921-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 19/ Jean-Désiré Larnicol (1909-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 18/ Jean Le Coz (1903-1990)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 17/ Alain Cariou (1915-1998)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 16/ Jean Nédelec (1920-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 15/ Alain Le Lay (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 14/ Pierre Berthelot (1924-1986)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 13/ Albert Abalain (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 12/ Andrée Moat (1920-1996)

1920-2020: cent ans d'engagements communistes en Finistère: 11/ Jean Le Brun (1905-1983)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 10/ Denise Larzul, née Goyat (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 9/ Pierre Le Rose

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 8/ Marie Salou née Cam (1914-2011)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 7/ René Vautier (1928-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 6/ Denise Firmin née Larnicol (1922-2019)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 5/ Fernand Jacq (1908-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 4/ Corentine Tanniou (1896-1988)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 3/ Albert Rannou (1914-1943)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 2/ Marie Lambert (1913-1981)

Partager cet article
Repost0
29 février 2020 6 29 /02 /février /2020 06:00
Albert Jaouen en 1946 - militant communiste et résistant finistérien (originaire de Quimper), ancien des Brigades Internationales, il fut sénateur communiste du Finistère de décembre 1946 à novembre 1948

Albert Jaouen en 1946 - militant communiste et résistant finistérien (originaire de Quimper), ancien des Brigades Internationales, il fut sénateur communiste du Finistère de décembre 1946 à novembre 1948

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère 

55/ Albert Jaouen (1909-1976)

Notice Maitron établie par l'historien Christian Bougeard

Né le 21 juillet 1909 à Quimper (Finistère), mort le 28 août 1976 à Châtellerault (Vienne) ; ouvrier puis artisan plombier ; militant JC et PCF, engagé dans les Brigades Internationales ; résistant, interrégional FTP ; conseiller de la République du Finistère (1946-1948).

 

Fils d’un journalier et d’une ménagère, Albert Jaouen travaillait comme plombier à Quimper (Finistère). Il adhéra aux Jeunesses communistes en 1925 puis au PCF en 1930. En 1934, il entra au comité régional de la « Région bretonne Finistère-Morbihan » et fut membre du bureau régional du Finistère de 1935 à 1939. Il s’engagea dans les Brigades Internationales et combattit en Espagne comme lieutenant. Blessé et malade, Albert Jaouen fut rapatrié à Brest le 22 octobre 1938.

Mobilisé dans l’artillerie en 1939, Albert Jaouen fut de nouveau blessé pendant la bataille de France. Soigné à l’hôpital d’Angers, il fut fait prisonnier puis libéré comme blessé de guerre quelques semaines plus tard. Il était domicilié à Kergoat-al-Laz en Ergué Armel. À l’automne 1940 et au début de 1941, Albert Jaouen participa à la réorganisation du PCF clandestin dans le Finistère, en particulier à Quimper, participant à la diffusion de la presse clandestine communiste (tracts, premiers journaux). Comme d’autres militants communistes bretons connus des autorités vichyssoises, il fut arrêté le 3 juillet 1941, sans doute à la demande des Allemands, à une période où la propagande communiste s’intensifiait en Bretagne. Albert Jaouen fut successivement interné au camp de Châteaubriant (Loire-Inférieure, Loire-Atlantique) (3 juillet 1941), puis au camp de Voves (Eure-et-Loir) où il appartint à la direction politique communiste des camps et organisa, selon Eugène Kerbaul son compagnon de détention, des cours d’instruction militaire, à l’instar d’autres anciens combattants des Brigades internationales. Albert Jaouen fit partie de l’équipe des « évadeurs » du camp de Voves, chargé d’organiser les évasions de cadres du PCF internés. Il s’évada lui-même le 10 janvier 1943, en compagnie d’Eugène Kerbaul, de Pierre Le Queinec, l’un des réorganisateurs du PCF en 1940-1941 dans les Côtes-du-Nord, futur membre de l’état-major national des FTP aux côtés de Charles Tillon* et de sept autres militants communistes.

Du 10 février au 15 août 1943, Albert Jaouen, sous le pseudonyme de « Roger », fut responsable du Front national (FN) du Finistère, assurant la liaison avec les groupes FTP des Monts d’Arrée. Puis, sans doute pour des raisons de sécurité, et sous le pseudonyme de « Laurent », il fut muté dans l’interrégion 24 (Charente, Charente-Inférieure [Charente-Maritime], Gironde, Landes, Basses-Pyrénées [Pyrénées-(Atlantiques]) pour y développer les FTP. Puis, du début mai au début septembre 1944, Albert Jaouen fut chargé de réorganiser les FTP décimés par la répression de l’interrégion 21 (Haute-Marne, Meurthe-et-Moselle, Vosges, Belfort, Doubs, Haute-Saône, Nord du Jura), d’abord sous la direction de Maurice Carroué-Paumier, puis sous son commandement. Le 17 juin 1944, Albert Jaouen fut promu colonel par le comité national des FTP et c’est dans l’Est de la France qu’il participa aux combats de la Libération, étant de nouveau blessé le 26 septembre 1944.

Ce fut donc un cadre communiste chevronné et un combattant des Brigades internationales et de la Résistance qui entreprit une carrière politique à Brest en 1945. S’il ne figurait pas dans la municipalité Lullien (radical) élue au printemps 1945 (13 communistes dont 9 adjoints sur 35 membres), Albert Jaouen défendit aux élections cantonales les couleurs du parti dans le premier canton de Brest (centre-ville) en septembre 1945 où se présentaient Emmanuel Fouyet, militant CFTC et futur député MRP, Guillaume Messager, vieux leader de la SFIO à Brest, premier adjoint au maire, plus deux autres candidats. Avec 27,4 % des suffrages exprimés Albert Jaouen arriva en tête de la gauche au premier tour mais fut battu au second par Emmanuel Fouyet, recueillant néanmoins 46,7 % des voix. À la fin de 1946, lors des élections au Conseil de la République, Albert Jaouen conduisit la liste communiste qui disposait de 28,2 % des mandats et il fut élu comme représentant du Finistère le 8 décembre, siégeant jusqu’en 1948. Le PCF conserva un sénateur en 1948 (23,5 % des mandats).

Aux élections municipales d’octobre 1947, Albert Jaouen conduisit la liste communiste à Brest avec le député Gabriel Paul* et il fut un élu d’opposition dans la municipalité dirigée par le RPF Alfred Chupin. Avec 29,5 % des voix, le PCF eut 11 élus contre 14 RPF, 7 MRP et 5 SFIO. Mais Albert Jaouen ne se représenta pas lors des élections cantonales d’octobre 1951 (1er canton de Brest) et ne fit plus partie des municipalités brestoises en 1953, 1954 et 1959. Selon Eugène Kerbaul, son état de santé l’aurait amené à abandonner ses activités militantes.

Il s’était marié à Vannes (Morbihan) le 14 juin 1932 avec Maire-Rose Guillo.

Pour citer cet article :
https://maitron.fr/spip.php?article76302, notice JAOUEN Albert, Marie. Pseudonymes dans la Résistance : Roger et Laurent. par Christian Bougeard , version mise en ligne le 11 février 2010, dernière modification le 20 février 2020.
 
Extrait du rapport de la préfecture de police de juin-juillet 1942:

JAOUEN Albert: né le 4 mars 1904 à Quimper (Finistère), plombier zingueur artisan, domicilié avenue Kergoat ar Lez en Ergue Armel, marié un enfant - ne possède aucune fortune. 

Ex - secrétaire de la cellule communiste de Quimper - Interné administrativement à Chartres.

Signalement: 1, 70 m - cheveux châtains clairs - sourcils châtains clairs - front haut - nez rectiligne - teint ordinaire - visage ovale petit -

Signe particulier: ne peut lever le bras par suite d'une blessure reçue en Espagne, en combattant dans les rangs de l'Armée Républicaine avec le grade de lieutenant. 

 

Lire aussi:

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 54/ Pierre Hervé (1913-1993)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 53/ Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier (1910-2007)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 52/ Yves Le Meur (1924-1981)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 51/ Jean Burel (1921-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 50/ Jacob Mendrès (1916-2012)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 49/ Henri Tanguy dit Rol-Tanguy (1908-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 48/ Carlo de Bortoli (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 47/ Robert Jan (1908-1987)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 46/ Denise Roudot (1933-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 45/ Paul Le Gall (né en 1925)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 44/ René Le Bars (1933-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 43/ Louis Le Roux (1929-1997)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 42/ Pierre Corre (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 41/ Daniel Le Flanchec (1881-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 40/ Joséphine Pencalet (1886-1972)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 39/ Sébastien Velly (1878-1924)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 38/ Edouard Mazé (1924-1950)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 37/ Guy Liziar (1937-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 36/ Henri Moreau (1908-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 35/ Alphonse Penven (1913-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 34/ Michel Mazéas (1928-2013)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 33/ Pierre Guéguin (1896-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 32/ Jean-Louis Primas (1911-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 31/ François Paugam (1910-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 30/ Angèle Le Nedellec (1910-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 29/ Jules Lesven (1904-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 28: Raymonde Vadaine, née Riquin

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 27/ Jeanne Goasguen née Cariou (1901-1973)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 26/ Gabriel Paul (1918-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 25/ François Bourven (1925-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 24/ Yves Autret (1923-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 23/Pierre Jaouen (1924-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 22/ André Berger (1922-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 21/ Joseph Ropars (1912-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 20/ Paul Monot (1921-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 19/ Jean-Désiré Larnicol (1909-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 18/ Jean Le Coz (1903-1990)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 17/ Alain Cariou (1915-1998)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 16/ Jean Nédelec (1920-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 15/ Alain Le Lay (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 14/ Pierre Berthelot (1924-1986)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 13/ Albert Abalain (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 12/ Andrée Moat (1920-1996)

1920-2020: cent ans d'engagements communistes en Finistère: 11/ Jean Le Brun (1905-1983)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 10/ Denise Larzul, née Goyat (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 9/ Pierre Le Rose

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 8/ Marie Salou née Cam (1914-2011)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 7/ René Vautier (1928-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 6/ Denise Firmin née Larnicol (1922-2019)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 5/ Fernand Jacq (1908-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 4/ Corentine Tanniou (1896-1988)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 3/ Albert Rannou (1914-1943)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 2/ Marie Lambert (1913-1981)

Partager cet article
Repost0
28 février 2020 5 28 /02 /février /2020 12:23
Pierre Hervé dans les années 1940     Assemblée nationale, Notices et portraits, 1946

Pierre Hervé dans les années 1940 Assemblée nationale, Notices et portraits, 1946

Pierre Hervé dans les années 1940     Assemblée nationale, Notices et portraits, 1946

Pierre Hervé dans les années 1940 Assemblée nationale, Notices et portraits, 1946

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère

54/ Pierre Hervé (1913-1993)

Selon Roger Faligot, sa femme, la résistante Annie Noël, avait servi de modèle à Jacques Prévert, dont il était l'ami, pour son célèbre poème "Barbara"(Paroles, Gallimard, 1946). Née en 1917 dans le département de la Nièvre, Annie Noël était fille d'enseignants, militante de l'Union des Etudiants communistes à Paris, elle épouse avait épousé Pierre Hervé, secrétaire de l'UEC, le . Le couple s'est engagé dans la Résistance. Pierre Hervé est arrêté le . Dans la nuit du 8 au elle organise l'évasion de celui-ci et de vingt-et-un autres prisonniers du Palais de justice de Paris. Elle est alors âgée de 24 ans. Elle appartient ensuite au mouvement de résistance  Libération-Sud Elle est membre du Bureau d'information et de propagande de la Résistance, auprès de Georges Bidault. Arrêtée le alors qu'elle se trouvait au café Au vieux Paris et placée quelques jours en détention, elle est déportée aux camps de Ravensbrück puis de Sachsenhausen. Libérée par un contingent de l'Armée Soviétique, à son retour en France elle est déléguée à l'Assemblée Consultative Provisoire au titre des 47 représentants des prisonniers et déportés. Comme eux elle y siège de juin à .

Annie Hervé était Médaillée de la Résistance, officier de la Légion d'honneur et titulaire de la Croix de guerre

Sur le réseau Canopé, possibilité de réécouter en ligne un témoignage de résistance d'Annie Hervé, née Noël
Notice: 

Rediffusion de l'émission de François Georges, réalisée par Jean Couturier (27 août 1994). Bobine A:  39'15, Annie HERVE évoque son frère qui était à l'origine du mouvement des "Forces patriotiques de la jeunesse" et d'un de ses actes de résistance. -

À réécouter en ligne.

"Rappelle-toi Barbara

Il pleuvait sans cesse sur Brest ce jour-là

Et tu marchais souriante

Épanouie ravie ruisselante

Sous la pluie

Rappelle-toi Barbara

Il pleuvait sans cesse sur Brest

Et je t’ai croisée rue de Siam

Tu souriais

Et moi je souriais de même

Rappelle-toi Barbara

Toi que je ne connaissais pas

Toi qui ne me connaissais pas

Rappelle-toi

Rappelle-toi quand même ce jour-là

N’oublie pas

Un homme sous un porche s’abritait

Et il a crié ton nom

Barbara

Et tu as couru vers lui sous la pluie

Ruisselante ravie épanouie

Et tu t’es jetée dans ses bras

Rappelle-toi cela Barbara

Et ne m’en veux pas si je te tutoie

Je dis tu à tous ceux que j’aime

Même si je ne les ai vus qu’une seule fois

Je dis tu à tous ceux qui s’aiment

Même si je ne les connais pas

Rappelle-toi Barbara

N’oublie pas

Cette pluie sage et heureuse

Sur ton visage heureux

Sur cette ville heureuse

Cette pluie sur la mer

Sur l’arsenal

Sur le bateau d’Ouessant

Oh Barbara

Quelle connerie la guerre

Qu’es-tu devenue maintenant

Sous cette pluie de fer

De feu d’acier de sang

Et celui qui te serrait dans ses bras

Amoureusement

Est-il mort disparu ou bien encore vivant

Oh Barbara

Il pleut sans cesse sur Brest

Comme il pleuvait avant

Mais ce n’est plus pareil et tout est abîmé

C’est une pluie de deuil terrible et désolée

Ce n’est même plus l’orage

De fer d’acier de sang

Tout simplement des nuages

Qui crèvent comme des chiens

Des chiens qui disparaissent

Au fil de l’eau sur Brest

Et vont pourrir au loin

Au loin très loin de Brest

Dont il ne reste rien".

Source Notice du Maitron: Claude Pennetier

Et Musée de la résistance en ligne

Pierre Hervé (1913-1993):

Né le 25 août 1913 à Lanmeur, ferme de Kergolvas (Finistère), mort le 8 mars 1993 à Châtel-Censoir (Yonne) ; professeur ; secrétaire national de l’Union des étudiants communistes (UEC) en 1938 ; résistant, secrétaire général du Mouvement de libération national (MLN) et membre du Conseil national de la Résistance (CNR) ; rédacteur en chef adjoint de l’Humanité (1945-1949) ; rédacteur en chef d’Action (1949-1952), exclu du PCF en 1956, communiste oppositionnel puis gaulliste de gauche ; délégué à l’Assemblée consultative provisoire (1944-1945), député communiste du Finistère (1945-1948).

Pierre Hervé naquit à la ferme de Kergolvas à Lanmeur (Finistère).

Les deux branches de sa famille étaient composées de fermiers et de petits propriétaires. Son père, mutilé de guerre, obtint en 1920 sa nomination aux fonctions de percepteur qu’il exerça dans les Côtes-du-Nord et le Finistère. À la fin de ses études secondaires au collège de Lannion, Pierre Hervé, pupille de la Nation, lisait les publications libertaires comme L’En dehors d’E. Armand, les cahiers Les Humbles et les brochures d’extrême-gauche publiées par la Librairie du Travail. Ce fut seul, par ses lectures, qu’il découvrit le marxisme au travers du Manifeste du Parti communiste de Marx et Engels et de l’ouvrage de Lénine La Maladie infantile du Communisme.

Cette découverte marque sa vie : elle détermine son goût pour la philosophie, en même temps que son engagement communiste. Pierre Hervé s'inscrit pour la première fois aux Jeunesses Communistes en 1932, alors qu'il est encore élève en khâgne au lycée de Rennes. En khâgne au lycée de Rennes, en 1932, il donne ainsi son adhésion aux Jeunesses communistes puis continua à militer l’année suivante au lycée Lakanal de Sceaux (Seine). Il avait pour condisciple Jean Toussaint Desanti — dont il reçut l’adhésion aux Jeunesses communistes — et Pierre Courtade — alors socialiste.

A Rennes, il est le condisciple de Paul Ricoeur et de Pierre-Jakez Helias.

Lors de ses études de philosophie, il côtoie Jean-Pierre Vernant, qui deviendra un autre grand intellectuel communiste.

En 1934, Aragon, qui travaillait comme rédacteur à l’Humanité, lui demanda de collaborer à Commune, l’organe de l’AEAR (Association des écrivains et artistes révolutionnaires).

Son inscription à la Sorbonne au début de l’année scolaire 1934-1935 coïncida avec son entrée à la direction de l’Union fédérale des étudiants (UFE), organisation très proche du Parti communiste. Les Jeunesses communistes le désignèrent à leur Comité central en 1936. Il collaborait alors avec Henri Chrétien, Francis Cohen, Victor Leduc, Gilles Martinet et Jean-Pierre Vernant. En mars 1937 parut le premier numéro du journal mensuel des Étudiants communistes Relève puis, à la rentrée 1937-1938, fut créé le secrétariat national des Étudiants communistes de France, dirigé par Pierre Hervé. Il siégeait au conseil général de l’Alliance internationale des Étudiants pour le Socialisme, fondée le 18 juillet 1937, pour regrouper les étudiants communistes et socialistes de plusieurs pays. Pierre Hervé partit au service militaire pendant l’été 1938, et, conformément aux directives du moment, cessa toute activité. Notons cependant que son nom figure au nombre des membres du bureau national de l’UEC élu le 2 avril 1939 à l’issue de la première conférence nationale constitutive avec Emma Choury, Francis Cohen, Jean Daudin, Yvon Djian, Robert Faure, Maurice Laban, Pierre Lamandé, Yves Moreau, Henri Rack, Olivier Souef et Paul Théanor.

Titulaire d’une licence ès-lettres (Philosophie) et d’un diplôme d’études supérieures de Philosophie, Pierre Hervé se maria le 9 mai 1940 à Paris (Ve arr.) avec une étudiante communiste, Annie, Louise Noël.

Pierre Hervé était soldat de deuxième classe au 46e Régiment d’infanterie quand fut connue la nouvelle du Pacte germano-soviétique. Selon son témoignage : « il se tait, car il n’est ni sollicité ni contraint de prendre publiquement position [...] Pendant la drôle de guerre, il a des contacts avec les communistes qui se trouvent dans son régiment ou dans des régiments voisins (à la frontière) : tout se borne à des conversations au cours de réunions informelles. Certes, il n’approuva pas le Pacte germano-soviétique et surtout l’alignement du Parti communiste, mais il évite de le dire, il insiste surtout sur le fait que d’après un numéro clandestin des Cahiers du Bolchevisme qu’il a lu à Paris pendant une permission, la situation n’est pas celle de 1917 en Russie et n’entraîne pas le « défaitisme révolutionnaire » (témoignage p. 4). Lui-même se proposa sans succès comme volontaire dans les corps francs. Le 21 mai 1940, sur la rive de l’Aisne, Pierre Hervé fut blessé à la face par un éclat d’obus. Il entra le 18 juin à l’hôpital maritime de Brest pour une opération à l’œil, mais les Allemands arrivèrent à Brest et Hervé fut fait prisonnier de guerre.

Il réussit à s’évader le 25 juillet pendant le voyage vers l’Allemagne. Caché un temps dans l’Yonne, il fut surveillant d’externat à l’école Colbert du 21 octobre 1940 au 29 janvier 1941. « Ayant pris contact avec le Parti communiste clandestin, écrit-il, il fut affecté à l’organisation des étudiants communistes à Paris, ce qu’il estima peu raisonnable et dangereux : pendant cette courte période, il participa à la préparation du 11 novembre à l’Arc de Triomphe » (témoignage, p. 5). Le 29 janvier 1941, le rectorat le délégua dans les fonctions de professeur de philosophie au lycée Marcelin-Berthelot à Saint-Maur-des-Fossés (Seine). Jacques Solomon lui confia l’organisation de « l’Université libre » dans la région parisienne et lui demanda de collaborer à la feuille ronéotypée clandestine du même nom. Le 12 juin 1941 deux inspecteurs des renseignements généraux l’arrêtèrent. Une perquisition à son domicile, 3, cours de Rohan (VIe arr.), permit de saisir des tracts et des affiches (Arch. PPo. 84, 13 juin 1941). Les Renseignements généraux pensaient qu’il « dirigeait la propagande communiste dans les milieux universitaires » (rapport de quinzaine). Écroué le 13 juin à la prison de la Santé, jugé quelques jours plus tard, le 17, il fut acquitté. Il resta cependant détenu au dépôt comme interné administratif, avant d’être conduit au camp de Châteaubriant.

Sa femme Annie Noël entreprit alors la préparation de son évasion. Dans la nuit du 7 au 8 juillet, deux amis réussirent à ouvrir une brèche dans les barreaux du dépôt du Palais de justice. Sur quarante-deux internés, vingt et un profitèrent de cette évasion réalisée sans l’autorisation préalable du Parti communiste. L’avis de recherche lancé par la police donnait ce signalement : 1 m 65, châtain roux moyen, rasé.

Ils passèrent clandestinement en zone sud. Un an plus tard, en juillet 1942, par une filière indiquée par un socialiste, il se rendit à Lyon pour entrer en contact avec la Résistance. Lucie Aubrac, qui l’accueillit, l’avait bien connu au Quartier latin. Elle fit aussitôt confiance à Annie et Pierre Hervé qui devint chef régional de Libération à Lyon. Le problème de ses liens avec le Parti communiste se pose : Henri Frenay (La nuit finira), Daniel Mayer (Les Socialistes dans la Résistance en France) pensent que Pierre Hervé était entré à Libération sur ordre du Parti communiste conformément à un plan de conquête de la direction des mouvements gaullistes, et qu’il aurait recruté deux mois plus tard Kriegel-Valrimont et Malleret-Joinville. Nous ne pouvons que renvoyer au témoignage de Pierre Hervé qui affirme avec force avoir rejoint Libération de sa propre initiative : « Il est évident que le Parti communiste ne cherche pas à récupérer Pierre Hervé et même, comme cela va se préciser, il entretient la méfiance à son égard. » Kriegel et Malleret, arrivés fin août ou début septembre 1942, n’auraient pas été reçus par lui. Pierre Hervé partit à Toulouse avant de revenir à Lyon, en avril 1943, comme secrétaire des MUR. Sa femme travaillait au bureau d’information et de presse dans les services de Georges Bidault. Les services du MUR s’installèrent à Paris d’où Hervé écrivit au Comité directeur un rapport connu sous le nom de « Rapport Chardon » (du pseudonyme d’Hervé) : il y prenait position en faveur de l’union de toute la résistance, partis et syndicats compris. « Le rapport Chardon, écrivit-il, contribua à la constitution du groupe, composé d’hommes qui, les uns avaient des convictions communistes et les autres non, après la libération de Paris, formèrent ce qu’on a appelé la minorité du MLN et fondèrent l’hebdomadaire Action ».

De mi-juin 1944 à la libération de Paris, Pierre Hervé siégea au comité directeur du Mouvement de libération nationale et au Conseil national de la Résistance. Directeur adjoint du quotidien Libération et membre du Comité directeur de l’hebdomadaire Action, il entra à l’ Assemblée nationale consultative puis fut élu député du Finistère sur les listes communistes aux deux Assemblées nationales constituantes (commission de la Constitution) puis à la première Assemblée nationale de la Quatrième République (commissions de l’Intérieur, des Affaires étrangères et membre de la commission d’enquête sur les événements de 1933 à 1945 en France).

Pierre Hervé reprit en 1946 sa carte du Parti communiste français qu’il n’avait plus depuis son départ au service militaire en août 1938. En décembre 1946, il quitta Libération et devint rédacteur en chef adjoint de l’Humanité. Dans ses mémoires, son rédacteur en chef Georges Cogniot le qualifia de « charmant collaborateur, dénué de toute arrière-pensée et de tout sentiment mesquin » (Parti pris, p. 78). On lui reprocha cependant d’avoir publié dans Action du 22 novembre 1946, un article intitulé « Il n’y a pas d’esthétique communiste ». Convoqué par Maurice Thorez, Duclos et André Marty, il entendit un réquisitoire d’Aragon et une autocritique de Garaudy qu’il refusa de suivre. En 1947, Pierre Hervé, à la différence de ses amis Kriegel-Valrimont et Malleret-Joinville, n’entra pas au Comité central du PCF. Selon son témoignage : « En juin 1948, excédé par les persécutions dont il était l’objet, principalement de la part d’André Marty et par les intrigues qui se dessinent contre lui dans sa circonscription du Finistère, il demanda à Maurice Thorez l’autorisation de démissionner de l’Assemblée nationale pour se consacrer à la presse ». Il démissionna le 15 juin. Fin mars 1949, il se consacra à Action, nouvelle formule, dirigé par Yves Farge et en fut rédacteur en chef. Mais, en 1952, la direction du PCF décida de supprimer Action.. Pendant deux ans, de 1952 à 1954, il écrivit dans La nouvelle critique. En 1952, (n° 35 et 41) parurent deux articles critiques sur François Mauriac et Albert Camus mais surtout un texte interminable de sept chapitres intitulé De Trotski à Tito dont on a pu dire qu’il en faisait trop ! Il disparut de la revue, comme auteur, après un bref article dans le numéro 60 De l’Iran au Gatémala. Il accepta d’entrer à la section de propagande du Comité central où sa situation devint difficile lorsqu’un député de droite l’accusa, en décembre 1954, à la tribune de l’Assemblée nationale, d’être un indicateur de police rémunéré par Baranès. « Au siège du Comité central, personne ne lui demanda la moindre explication. Il y eut une perquisition de la DST à son domicile : sans résultat. Au procès de Baranès, personne ne le fit citer : ni l’accusation, ni la défense ». Pendant l’été 1955, Pierre Hervé rédigea son ouvrage La Révolution et les Fétiches où il souhaitait que le communisme se délivre « d’une scolastique fétichiste pour revenir à son esprit authentique et s’ouvrir à l’immense aspiration des hommes ». Prudent dans ses commentaires sur la politique du PCF et de l’URSS, le livre ne parut pas moins dangereux à la direction communiste. La même année 1955, dans le numéro 72 de La nouvelle critique parut sous le titre Une apologie du réformisme un article signé Jean Kanapa et Jean Suret-Canale qui critiquait sévèrement l’ouvrage.

Hervé fut exclu le 16 février 1956, le jour même de l’ouverture du XXe congrès du PCUS. Il répliqua aux diverses critiques dont son ouvrage avait fait l’objet dans Lettre à Sartre et à quelques autres par la même occasion puis, lors d’une conférence donnée le 3 décembre 1956, il appela à la constitution de « Cercles marxistes » : un seul, semble-t-il, vit le jour sous le nom de « Justice et Liberté ». Il avait repris sa place dans l’enseignement à la rentrée scolaire d’octobre 1955 : il fut successivement professeur de philosophie au lycée Voltaire (1956), au collège de Louhans (1956-1957), au lycée de Châlons-sur-Marne (1957-1960), au lycée de Rambouillet (1960-1963), au lycée François Villon de Paris (1963-1973).
Antistalinien déterminé, il collabora pendant un certain temps avec Auguste Lecœur à La Nation socialiste et, le 13 janvier 1957, se présenta aux élections législatives, 1er secteur de Paris, comme « candidat du communiste démocratique et national ». Il fut directeur d’une éphémère revue mensuelle La Nouvelle Réforme dont trois numéros parurent en 1957 et 1958. Combattu avec vigueur par le PCF, Hervé se sentit ostraciser par les socialistes critiques, en particulier par l’UGS à l’occasion des élections partielles de mars 1958. Le Monde du 21 octobre 1958 annonça que Pierre Hervé et Auguste Lecœur demandaient leur adhésion au Parti socialiste SFIO en précisant : « les militants soussignés souscrivent aux perspectives d’avenir offertes par le Parti socialiste, d’autant plus qu’ils avaient accueilli avec satisfaction la résolution sur l’Algérie votée par le récent congrès et apprécié le rôle joué par les ministres socialistes au sein de l’actuel gouvernement. » Pierre Hervé, qui n’était pas un soutien de Guy Mollet, resta membre du Parti socialiste SFIO jusqu’en 1963. Enfin, de 1967 à 1969, il collabora à Notre république, organe des gaullistes de gauche.

Retiré dans un village bourguignon en 1973, il cessa toute activité politique.

Pour citer cet article :

https://maitron.fr/spip.php?article75831, notice HERVÉ Pierre, Marie par Jean Maitron, Claude Pennetier, version mise en ligne le 7 janvier 2010, dernière modification le 11 décembre 2018.

Lire aussi:

Un document exceptionnel sur le Parti Communiste dans le Finistère au début de la IVe République: le livret de la 10ème conférence fédérale du Parti Communiste à Brest en mai 1947 (archives Jean-Claude Cariou)

L'audience du Parti Communiste à la libération dans le Finistère

"Entre 1945 et 1946, le PCF Finistère se félicite d'avoir gagné 25 000 voix aux élections dans le département. Dans des élections législatives à la proportionnelle, le Parti Communiste recueillait 70 000 voix en novembre 1945 (2 députés), 80 000 voix en mars 1946 (2 députés), 105 800 voix en novembre 1946 (3 députés sur 10 députés finistériens).

Il regrette toutefois que l'animation politique par les militants se fassent trop sur des objectifs électoraux.

Un Parti de 14 000 adhérents dans le département en 1946-1947: 14 500 cartes du PCF ont été placées aux sections dans le Finistère, et 13 261 cartes réglées.  

L'audience du Parti était très grande dans le Finistère à la Libération. On évaluait les adhérents à 10 000 ou 12 000. Les cartes étaient placées aux réunions publiques au lendemain de la libération. L'organisation ne suivait pas. Mais dans les localités importantes (Brest, Morlaix, Quimper, Douarnenez, Concarneau), les cellules avaient des Bureaux et des activités réelles. Le premier pointage réel que j'ai pu faire en Avril 47 (je venais d'avoir la responsabilité de l'organisation fédérale) faisait apparaître plus de 7000 adhérents. Nous avons vu jusqu'à 12 000 personnes à nos fêtes fédérales (fête de la Bretagne, notre journal, avec Marcel Cachin; 40 000 personnes à Brest sur le cours d'Ajot avec Maurice Thorez le 6 juillet 1947). Parallèlement, les JC (44-45) puis l'UJRF (à partir d'avril 45) comptaient entre 9 et 10 000 adhérents (jeunes venus des FTP, jeunes filles très nombreuses). Les jeunes prenaient leurs responsabilités pour organiser les activités ( 400 Jeunes Communistes à Quimper, 200 à Concarneau, mêmes chiffre à Douarnenez; organisations existant dans les localités rurales du Centre Finistère, Riec sur Belon, etc...). Les meetings des JC rassemblaient autant et parfois plus d'auditeurs que le Parti. Ce sont les JC (garçons et filles) qui ont vite fourni les cadres du Parti (peut-être au détriment de l'organisation des jeunes)".

 

Lire aussi:

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 53/ Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier (1910-2007)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 52/ Yves Le Meur (1924-1981)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 51/ Jean Burel (1921-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 50/ Jacob Mendrès (1916-2012)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 49/ Henri Tanguy dit Rol-Tanguy (1908-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 48/ Carlo de Bortoli (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 47/ Robert Jan (1908-1987)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 46/ Denise Roudot (1933-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 45/ Paul Le Gall (né en 1925)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 44/ René Le Bars (1933-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 43/ Louis Le Roux (1929-1997)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 42/ Pierre Corre (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 41/ Daniel Le Flanchec (1881-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 40/ Joséphine Pencalet (1886-1972)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 39/ Sébastien Velly (1878-1924)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 38/ Edouard Mazé (1924-1950)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 37/ Guy Liziar (1937-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 36/ Henri Moreau (1908-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 35/ Alphonse Penven (1913-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 34/ Michel Mazéas (1928-2013)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 33/ Pierre Guéguin (1896-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 32/ Jean-Louis Primas (1911-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 31/ François Paugam (1910-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 30/ Angèle Le Nedellec (1910-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 29/ Jules Lesven (1904-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 28: Raymonde Vadaine, née Riquin

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 27/ Jeanne Goasguen née Cariou (1901-1973)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 26/ Gabriel Paul (1918-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 25/ François Bourven (1925-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 24/ Yves Autret (1923-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 23/Pierre Jaouen (1924-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 22/ André Berger (1922-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 21/ Joseph Ropars (1912-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 20/ Paul Monot (1921-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 19/ Jean-Désiré Larnicol (1909-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 18/ Jean Le Coz (1903-1990)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 17/ Alain Cariou (1915-1998)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 16/ Jean Nédelec (1920-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 15/ Alain Le Lay (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 14/ Pierre Berthelot (1924-1986)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 13/ Albert Abalain (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 12/ Andrée Moat (1920-1996)

1920-2020: cent ans d'engagements communistes en Finistère: 11/ Jean Le Brun (1905-1983)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 10/ Denise Larzul, née Goyat (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 9/ Pierre Le Rose

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 8/ Marie Salou née Cam (1914-2011)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 7/ René Vautier (1928-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 6/ Denise Firmin née Larnicol (1922-2019)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 5/ Fernand Jacq (1908-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 4/ Corentine Tanniou (1896-1988)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 3/ Albert Rannou (1914-1943)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 2/ Marie Lambert (1913-1981)

Partager cet article
Repost0
28 février 2020 5 28 /02 /février /2020 08:00
1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 10/ Denise Larzul, née Goyat (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère

10/ Denise Larzul (1922-2009): une grande résistante du pays quimpérois

 

Denise Larzul, Goyat de son nom de jeune fille, est née dans l’Orne en 1922 et demeurait à Ergué-Armel (commune rattachée à Quimper en 1960). Elle s’engagea dès sa majorité en 1943 dans la Résistance à l’occupant nazi et à ses collaborateurs. Elle fut intégrée dans la 1ère compagnie « Sous-marin Curie » du bataillon « La Tour d’Auvergne » des FTPF de Quimper et sa région.

Recherchée par la Gestapo, elle entra dans la clandestinité et eut la surprise de retrouver au maquis de Langolen son père Jean-Louis Goyat dont elle ignorait jusqu’alors l’engagement dans la Résistance.

Elle participa aux combats pour la libération du Sud-Finistère, notamment ceux de Concarneau, de la presqu’île de Crozon et de Quimper, sous la direction de Jean Mével son chef de compagnie. Le relevé officiel des actions de résistance de Denise Larzul recense notamment des attentats (au moins à 6 reprises) contre des trains de munitions, de ravitaillement pour les nazis, diverses actions contre les administrations vichystes au service de l’occupant.

C’est en reconnaissance de cette participation active à la lutte contre les nazis et leurs collaborateurs que le Lieutenant-Colonel Berthaud, chef départemental des FFI la nomme au grade d’adjudant en exécution des instructions du Gouvernement français d’Alger.

Dans le rapport qu’il établit le 19 novembre 1944, le capitaine Kervarec commandant du bataillon « la Tour d’Auvergne » notait que mademoiselle Denise Goyat était détentrice des archives secrètes du bataillon qui lui avaient été confiées, avait réalisé des liaisons nécessaires à la bonne marche de la Résistance et participé aux combats pour la Libération. Infirmière bénévole, elle a également soigné, relevait-il, les malades et blessés, tant à l’arrière qu’en 1ère ligne. Il notait enfin dans son rapport qu’elle avait secondé son chef de compagnie et même remplacé celui-ci pendant son internement à la prison Saint-Charles de Quimper, et cela mérite d’être relevé dans des fonctions rarement occupées par une jeune femme à cette époque.

La Croix de Guerre avec étoile d’argent lui a été décernée par les autorités après la Libération.

Denise Goyat se marie après la guerre avec Basile Larzul, instituteur bigouden rencontré dans la Résistance qui fut par la suite directeur au CIO de Quimper.

Elle a par ailleurs été une sportive émérite dans les années d’après guerre. Membre active de l’association gymnique « La Quimpéroise », elle se distinguait dans plusieurs disciplines : les agrès, les barres parallèles notamment, et le basket dont elle fut pendant une longue période capitaine de l’équipe féminine. Elle participa dans ces deux disciplines à des nombreuses compétitions dans la région quimpéroise et en Bretagne.

Denise Larzul avait adhéré au Parti Communiste Français en 1946, elle était membre de la section de Quimper, d’abord à la cellule Ambroise Croizat des organismes sociaux où elle travaillait, puis à la cellule Arthur Quéinec(1) qui rayonnait sur le quartier d'Ergué-Armel La Tourelle.

Elle est décédée le 18 juin 2009.

Une salle municipale porte son nom, « Espace Denise Larzul » dans son ancien quartier d’Ergué-Armel allée Louise Michel à Quimper.

Note biographique établi par Piero Rainero.

 

(1) résistant quimpérois fusillé par les nazis au Poulguen à Penmac’h en 1944.

 

Lire aussi:

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 53/ Julien Gracq, de son vrai nom Louis Poirier (1910-2007)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 52/ Yves Le Meur (1924-1981)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 51/ Jean Burel (1921-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 50/ Jacob Mendrès (1916-2012)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 49/ Henri Tanguy dit Rol-Tanguy (1908-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 48/ Carlo de Bortoli (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 47/ Robert Jan (1908-1987)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 46/ Denise Roudot (1933-2002)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 45/ Paul Le Gall (né en 1925)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 44/ René Le Bars (1933-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 43/ Louis Le Roux (1929-1997)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 42/ Pierre Corre (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 41/ Daniel Le Flanchec (1881-1944)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 40/ Joséphine Pencalet (1886-1972)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 39/ Sébastien Velly (1878-1924)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 38/ Edouard Mazé (1924-1950)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 37/ Guy Liziar (1937-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 36/ Henri Moreau (1908-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 35/ Alphonse Penven (1913-1994)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 34/ Michel Mazéas (1928-2013)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 33/ Pierre Guéguin (1896-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 32/ Jean-Louis Primas (1911-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 31/ François Paugam (1910-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 30/ Angèle Le Nedellec (1910-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 29/ Jules Lesven (1904-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 28: Raymonde Vadaine, née Riquin

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 27/ Jeanne Goasguen née Cariou (1901-1973)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 26/ Gabriel Paul (1918-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 25/ François Bourven (1925-2010)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 24/ Yves Autret (1923-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 23/Pierre Jaouen (1924-2016)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 22/ André Berger (1922-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 21/ Joseph Ropars (1912-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 20/ Paul Monot (1921-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 19/ Jean-Désiré Larnicol (1909-2006)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 18/ Jean Le Coz (1903-1990)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 17/ Alain Cariou (1915-1998)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 16/ Jean Nédelec (1920-2017)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 15/ Alain Le Lay (1909-1942)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 14/ Pierre Berthelot (1924-1986)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 13/ Albert Abalain (1915-1943)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 12/ Andrée Moat (1920-1996)

1920-2020: cent ans d'engagements communistes en Finistère: 11/ Jean Le Brun (1905-1983)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 10/ Denise Larzul, née Goyat (1922-2009)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 9/ Pierre Le Rose

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 8/ Marie Salou née Cam (1914-2011)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 7/ René Vautier (1928-2015)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 6/ Denise Firmin née Larnicol (1922-2019)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 5/ Fernand Jacq (1908-1941)

1920-2020: 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 4/ Corentine Tanniou (1896-1988)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère: 3/ Albert Rannou (1914-1943)

1920-2020 - 100 ans d'engagements communistes en Finistère - 2/ Marie Lambert (1913-1981)

Archives Piero Rainero - Rapport concernant l'activité de Mademoiselle Denise Goyat établi par le capitaine Kervarec, commandant du bataillon La Tour D'auvergne

Archives Piero Rainero - Rapport concernant l'activité de Mademoiselle Denise Goyat établi par le capitaine Kervarec, commandant du bataillon La Tour D'auvergne

Archives Piero Rainero - Attestation de résistance de Denise Goyat ayant pris par à la libération du sud-Finistère, établie par le capitaine Lambert

Archives Piero Rainero - Attestation de résistance de Denise Goyat ayant pris par à la libération du sud-Finistère, établie par le capitaine Lambert

Archives Piero Rainero - Jean Mevel atteste la participation à la compagnie Sous-marin Curie du bataillon "La Tour d'Auvergne" à partir de novembre 1943

Archives Piero Rainero - Jean Mevel atteste la participation à la compagnie Sous-marin Curie du bataillon "La Tour d'Auvergne" à partir de novembre 1943

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011