Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 février 2018 4 01 /02 /février /2018 08:37
Rapport de la fondation Abbé Pierre: Macron aggrave le mal-logement, il y a urgence à changer de logique (Ian Brossat, PCF)
Macron aggrave le mal-logement, il y a urgence à changer de logique

mercredi 31 janvier 2018

Communiqué de Ian Brossat

"Le 23e rapport de la Fondation Abbé Pierre rendu public aujourd’hui le montre : la France est frappée de plein fouet par le mal-logement, qui touche 4 millions de personnes. La Fondation souligne la responsabilité d’Emmanuel Macron et de son gouvernement dans cette situation catastrophique. En effet, depuis 6 mois, le Gouvernement a multiplié les mesures et les annonces visant à affaiblir considérablement le secteur du logement social et de l’hébergement.

Coupes aveugles dans les APL à hauteur de 3,2 milliards d’euros en 2020, ponction massive sur le secteur Hlm, annonces d’un possible plan de privatisation des offices HLM, répression inhumaine contre les personnes migrantes avec les circulaires Collomb… Cela s’ajoute à la décision de justice ayant suspendu l’encadrement des loyers à Paris. L’ensemble de ces régressions créé un climat particulièrement néfaste pour le logement : de fait, la production de logement social en 2017 en Île-de-France a d’ores et déjà reculé de 17% par rapport à 2016.

Face à cette situation, le PCF refuse tout fatalisme et avance des propositions pour s’attaquer aux racines du mal. Pour contrer la pénurie de logements, la gentrification des centres urbains et l’inflation délirante d’un marché immobilier devenu fou, il faut renverser la logique libérale. Le logement n’est pas une marchandise, il doit faire l’objet d’un effort budgétaire prioritaire de l’Etat et des collectivités territoriales.

- Construire 200 000 logements sociaux par an et renforcer la loi SRU

- Augmenter les taxes sur les logements vacants et les résidences secondaires dans les zones en déficit de logements

- Permettre que tout immeuble vide depuis 3 ans soit réquisitionné sans indemnité pour accueillir des sans-abris et des familles en difficulté

- Renforcer l’encadrement des loyers avec l’objectif que la proportion du loyer et des charges dans le budget des familles ne dépasse pas 20 % de leurs revenus

- Supprimer la caution dans le parc privé

- Augmenter les taxes sur les logements vacants et les résidences secondaires dans les zones en déficit de logements

- Sanctionner les plateformes de location de courte durée type Airbnb ne respectant pas la loi et pratiquant l’évitement fiscal."

Ian Brossat, Réponsable de la commission Logement au PCF,
Paris, le 30 janvier 2018.

Partager cet article
Repost0
1 février 2018 4 01 /02 /février /2018 06:27
Mobilisé·e·s le 1er Février contre la sélection à l’université et pour la liberté d’étudier (texte unitaire)

Suite au vote de la loi réformant l’accès à l’université votée en décembre à l’assemblée, le mois de janvier est celui de la mise en place de la sélection dans les universités via la nouvelle plateforme « Parcoursup ».

Afin de trier les dossiers des lycéen∙ne∙s, chaque université se fondera sur des attendus nationaux, déclinés en attendus locaux. Pour des milliers de jeunes, ces attendus auront pour effet de les décourager de poursuivre des études, de leur bloquer la possibilité d’accéder à la filière de leur choix, voire de l’université tout court.

En effet, l’augmentation du nombre de bachelier, combinée à la restriction du nombre de places disponibles dans les universités, vont à terme transformer la majorité des filières ouvertes, en filières « en tension », donc rendues sélectives par la loi.

Par ailleurs, la complexe procédure d’admission, parce qu’elle limite les bachelièr∙e∙s à 10 vœux non hiérarchisés, risque de maintenir la plupart des jeunes sur liste d’attente jusqu’à la dernière phase de la procédure.

Pour tous les jeunes sans affectation à l’issue de la procédure, leur seule option sera de faire appel au rectorat, qui leur proposera une unique affectation dans une filière où demeurent des places vacantes, sans garantie que cette affectation soit en cohérence avec leur projet pédagogique et professionnel. Les jeunes n’auront que 24 heures pour répondre à cette proposition, sans quoi perdront toute chance d’accéder à l’enseignement supérieur.

Par ailleurs, le gouvernement souhaite, dans le cadre de cette réforme, remettre en cause l’arrêté licence, texte qui cadre nationalement les droits étudiants du cycle licence, sorte de code du travail et étudiant-e-s. En remettant en cause des protections fondamentales telles que les rattrapages ou encore la compensation entre les matières, et en souhaitant individualiser à outrance les parcours, c’est notre droit à la réussite qui est menacé.

Les étudiant·e·s devront signer un contrat de réussite avec leur établissement, et s’ils n’en respectent pas les termes, leurs bourses pourraient se voir supprimées. Alors que les mauvaises conditions d’études à l’université et la précarité financière sont les premiers facteurs d’échec dans l’enseignement supérieur, le gouvernement se trompe lorsqu’il estime que retirer les bourses des étudiant-e-s en difficulté, c’est-à-dire les sanctionner, les incitera à réussir, cela ne fera au contraire qu’augmenter un taux d’échec d’ors et déjà très élevé en licence.

Le gouvernement souhaite mettre en place une cotisation de 90 euros par étudiant∙e∙s, visant à financer les services de médecine préventive, de vie étudiante, culturels et sportifs des universités. La mise en place de cette cotisation fait un peu plus reposer le financement du service public de l’enseignement supérieur, en grande difficulté du fait du désengagement de l’Etat, sur les épaules de ses usagers. Les contours de sa répartition ne sont par ailleurs toujours pas clairs, ne permettant pas d’avoir de certitude sur ses objectifs et son efficacité réelle.

Cette réforme de l’accès à l’enseignement supérieur se combinera avec la réforme du baccalauréat, qui risque d’entériner la fin du bac comme diplôme national. En mettant en place une modularisation des enseignements secondaires sans cadrage national, qui aggravera les inégalités territoriales entre lycées, il sera créé, de fait, une concurrence entre établissements. Cette concurrence sera d’autant plus grave qu’elle sera prise en compte dans les procédure d’admission à l’université, par l’étude des dossiers des candidat·e·s.

Alors que depuis son élection le président et son gouvernement font sans cesse le choix de politiques qui favorisent les plus riches et les puissants à l’image de la suppression de l’ISF, ici, ce sont une nouvelle fois les classes populaires qui sont visées. Cette sélection va toucher prioritairement les lycéens issus des quartiers les plus populaires et les plus en difficulté. Elle laissera sur le carreau des milliers de lycéens qui se retrouveront sans diplôme et sans avenir.

Alors que les jeunes ont déjà exprimé leur opposition à l’annonce du plan étudiant depuis plusieurs mois, nos organisations réitèrent leur refus de voir s’instaurer la sélection à l’entrée de l’université, nous réclamons le retrait du plan Vidal. Nous exigeons aussi l’abandon des projets de remise en cause des droits fondamentaux des étudiants, ainsi que la mise en place d’une réforme du bac qui engendrera de profondes inégalités territoriales et sociales.

Il est grand temps d’agir pour qu’un vrai service public de l’information et de l’orientation voit le jour et que des moyens soient injectés afin de permettre à chacune et chacun de maîtriser et de choisir son parcours de vie.

Nos organisations ont déjà formulées de nombreuses propositions alternatives et nous continuerons à les porter de toutes nos forces face à ces projets qui menacent notre avenir.

Nos organisations appellent les jeunes à se mobiliser le jeudi 1er février 2018, à se réunir, dès maintenant pour débattre des réformes, à se mobiliser sous toutes les formes décidées collectivement (grèves, blocages, manifestations, rassemblements, etc), pour alerter sur les dangers des réformes en cours.

Nous réclamons le droit pour toutes et tous (lycéen·ne·s, étudiant·e·s, salarié·e·s). de faire grève, et nous nous prononçons d’ores et déjà contre toute sanction, administrative ou policière, contre celles et ceux qui tenteront d’exercer ce droit légitime.

Une nouvelle réunion réunissant nos organisations se tiendra à la suite du 1er février pour proposer des suites à cette journée de mobilisation.

Signataires :

Unef – UNL – Solidaires étudiant·e·s – FiDL- Mouvement Jeunes Communistes de France – Ensemble Jeunes – Jeunes Ecologistes – Jeunes Insoumis – Jeunes Générations – MJS – Réseau jeune du PG – Union des étudiants Communistes – NPA Jeunes- JOC – MRJC – LMDE 

Partager cet article
Repost0
1 février 2018 4 01 /02 /février /2018 06:25

Les jeunes méritent mieux !

Un nouveau dispositif d’inscription dans l’enseignement supérieur se met en place, Parcours sup le Parlement n’a pas encore adopté la loi sur « l’orientation et la réussite des étudiants » que le gouvernement entend l’appliquer ou plutôt l’imposer aux universités, aux enseignants-chercheurs aux étudiants et aux lycéens.

Or, il y a bien urgence à s’occuper de l’enseignement supérieur : sa situation est catastrophique. En témoigne le « tirage au sort » des bacheliers pour s’inscrire dans les filières de leur choix, qui a légitimement suscité l’indignation cet été. Sélection sociale effrénée, échecs importants en licence, formations tronquées faute de moyens, budgets notoirement insuffisants, concurrence stérile entre filières et établissements, restructurations incessantes renforçant les pouvoirs centraux, démocratie universitaire vidée de son sens… à cette situation, il faut une réponse de progrès social, scientifique, pédagogique.

Il faut une ambition : que chacun puisse développer au maximum ses capacités, que les connaissances soient largement diffusées et appropriées dans la société, que le pays se dote des plus hautes qualifications pour ses travailleurs.

Ce n’est pas celle du président des riches et de son gouvernement. En permettant à toutes les filières de trier les bacheliers, en prétendant ouvrir la possibilité de parcours personnalisés mais sans moyens nouveaux pour les universités, en prévoyant d’imposer une orientation non choisie aux étudiants recalés sur leurs vœux, le projet de loi va entériner les inégalités dans le supérieur. Il n’organisera dans les faits qu’un immense désordre et instaurera des obstacles institutionnels nouveaux à l’accès à l’enseignement supérieur dont le baccalauréat doit rester le premier grade et la seule condition d’accès. Cette loi accélérerait la mise en place du système « à plusieurs vitesses » qui est le projet de la droite et du MEDEF depuis longtemps.

Avec ce projet, quelques universités mieux loties attireraient les « meilleurs » éléments, tandis que les autres seraient condamnées à accompagner les plus défavorisés... à moyens constants voire en baisse alors que le nombre d’étudiants ne cesse de grandir. Avec comme conséquences inéluctables,  la dégradation du service public national d’enseignement supérieur et de recherche.

Cette politique remet profondément en cause le mouvement initié dans la deuxième moitié du XXe siècle de démocratisation de l’accès à l’enseignement supérieur. Les gouvernements et les instances européennes ont prétendu bâtir une société de la connaissance, en fait leurs choix réels restreignent sa diffusion, frappant particulièrement les enfants des milieux populaires, déjà largement sous représentés dans le système scolaire et le supérieur. La loi sur la sélection à l’université participe de la même logique que celle de la réforme du baccalauréat, individualisant les parcours et triant les jeunes dès leur plus  jeune âge. Elle s’insère dans le projet global que mène Macron d’adaptation aux besoins du capital financier.

Construire une alternative à cette politique est à l’ordre du jour pour tous les progressistes

Garantir le libre accès à l’université à tous les bacheliers, promouvoir et développer les capacités humaines sans limites a priori, assurer les moyens financiers et humains nécessaires à cette ambition… c’est nécessaire et possible !

Notre ambition progressiste vise à élever le niveau de formation et de qualification dans toute la société, en partageant les savoirs dans l’enseignement supérieur, et en libérant la recherche des logiques de rentabilité à court terme. Elle viserait à former de façon exigeante des jeunes qualifiés, des citoyens éclairés et des individus émancipés. Cette politique doit se baser sur un service public national, seul à même de promouvoir une ambition commune sur le long terme.

Les communistes mettent à la disposition de toutes les forces, de toutes les personnes engagées dans la lutte contre ce projet de loi et pour la transformation de l’enseignement supérieur leurs réflexions, leurs questionnements et les propositions construites au fil des luttes et par les parlementaires communistes. Ils vous proposent que nous rencontrions et tracions ensemble les voies de l’alternative, pour substituer aux logiques libérales celle de la défense et du développement des biens communs.

C’est tous ensemble que nous pourrons construire un nouvel avenir d’émancipation humaine

Marie-George Buffet: A l’Assemblée nationale, avec les députés communistes Marie-George Buffet : « je voterai résolument contre ce texte qui, loin d’apporter des solutions pragmatiques aux difficultés de l’université, impose une vision régressive de l’enseignement supérieur sans s’attaquer aux véritables problèmes».

Marie-George Buffet: A l’Assemblée nationale, avec les députés communistes Marie-George Buffet : « je voterai résolument contre ce texte qui, loin d’apporter des solutions pragmatiques aux difficultés de l’université, impose une vision régressive de l’enseignement supérieur sans s’attaquer aux véritables problèmes».

L’argent existe et les moyens pour une telle politique existent et doivent être mobilisés.

• 110 000 étudiants nouveaux dans les 5 dernières années et le budget par étudiant a baissé de 10%.

Il faudrait au minimum un milliard d’euros pour l’augmentation du nombre d’étudiants chaque année.

Cadeaux faits aux ultra-riches : 3 milliards € de baisse de leur Impôt sur la fortune.

Crédit Impôt Recherche : 5 milliards €.

CICE, impôt sur les sociétés… des cadeaux aux entreprises par milliards sans effet sur l’emploi et l’économie

évasion fiscale : 80 milliards €..

Partager cet article
Repost0
1 février 2018 4 01 /02 /février /2018 06:24
Lycée, université. Des élèves auto-entrepreneurs de leur scolarité (Humanité Dimanche, samedi 27 janvier 2018)
Lycée, université. Des élèves auto-entrepreneurs de leur scolarité
NADÈGE DUBESSAY
SAMEDI, 27 JANVIER, 2018
HUMANITÉ DIMANCHE

La nouvelle plateforme d'orientation des bacheliers, ouverte le 15 janvier, et la réforme du lycée, attendue après le rapport de la mission Mathiot le 24 janvier, engagent des changements minutieusement calculés. Au menu : sélections et inégalités accrues. Un autre modèle ségrégatif d'enseignement se profile.

Progressivement, le bahut se vide. Nina, Robin et Alix s'attardent un peu aux abords de l'établissement pour une pause cigarette avant le déjeuner. Élèves en terminale L au lycée polyvalent George-Sand, à Domont (Val-d'Oise), ils doivent, depuis le 22 janvier, se familiariser avec Parcoursup afin d'y inscrire leurs voeux d'études supérieures. Alix, comédienne potentielle, espère suivre les cours de théâtre de la prestigieuse Sorbonne. « Pour l'instant, le lycée n'a toujours pas donné d'informations sur la plateforme qui remplace APB. Ça a cafouillé sérieusement l'année dernière, alors on espère que ça sera mieux. On est l'année test ! » ditelle, un soupçon d'inquiétude dans le regard. Nina, elle, ne se préoccupe pas de tout ça. Elle sait déjà qu'elle intégrera une prépa arts appliqués dans une structure privée parisienne à 6 000 euros l'année parce que « le public, c'est trop compliqué ». Quant à Robin, le jeune homme reste confiant. Il espère bien être pris en psycho à Nanterre. « J'ai entendu que la fac allait recruter par dossier... Pourquoi pas. De toute façon, ça ne peut pas être pire que l'année dernière. »

Simple et transparent ?

Les quelque 700 000 élèves de terminale découvraient le 15 janvier le site de la nouvelle plateforme, sésame de la poursuite de leurs études dans l'enseignement supérieur. Parcoursup promet une « procédure simple, transparente et juste », « pas d'affectation par tirage au sort », « un accompagnement assuré pour comprendre les enjeux »... Exit donc l'admission postbac (le trop fameux APB), l'algorithme qui laissait, en juillet dernier, 87 000 bacheliers dans le brouillard. Et qui faisait pleurer dans les chaumières des élèves se retrouvant sans affectation. La faute à pas de chance lors de la grande loterie, carrément injuste certes, mais pourtant marginale. Pas possible de faire pire, assure Robin.

Bon, voire très bon niveau en anglais, en sciences: les « filières sous tension » poseront leurs conditions.

Pas si sûr... Les lycéens auront jusqu'au 13 mars pour formuler 10 voeux non hiérarchisés. Des choix accompagnés d'une « fiche avenir » remplie par l'établissement. Bulletins de notes, avis du conseil sur les choix d'orientation, lettre de motivation devront satisfaire les « attendus » que les universités publieront sur Parcoursup (un document de 48 pages que les lycéens vont éplucher avant de formuler leurs voeux). Côté fac, on se doit d'étudier chaque dossier (lire entretien page 25) et de répondre « oui », « non », « en attente » ou « oui si » sous réserve d'une remise à niveau. Car les « filières sous tension » (les plus demandées) peuvent poser leurs conditions. En psychologie, comme dans beaucoup de licences, il faut bien voire parfaitement ­ maîtriser l'anglais. Manque de chance, tout le monde ne peut pas se payer des séjours linguistiques ou des cours privés. Il faut aussi être bon dans les disciplines scientifiques, en français ou en histoire... « À l'université de Paris-I, en droit, il a été proposé des lettres de recommandation de professionnels du droit, dénonce le sociologue à l'université d'Amiens Romain Pudal. C'est délirant ! On ouvre la boîte de Pandore d'attendus les plus farfelus ! »

Pour Frédérique Rolet, secrétaire générale du syndicat Snes-FSU, l'affaire coule de source : il s'agit de dissuader trop d'élèves de vouloir devenir étudiants, « de barrer la route aux élèves qui seront jugés les plus fragiles », plutôt que de donner les places et les moyens nécessaires à l'accueil des 40 000 futurs étudiants supplémentaires encore attendus la rentrée prochaine. Tout est dit.

Renoncer à la démocratisation

Du lycée à l'université, en passant par les bacs pros (lire page 24), les réformes engagées s'inscrivent dans une logique minutieusement calculée faite de sélections, d'inégalités accrues entre élèves et entre établissements.

Et il faut en mesurer l'ampleur. Un autre modèle de l'enseignement se profile. Celui qui consiste à renoncer une fois pour toutes à la démocratisation de l'accès au savoir et in fine à l'enseignement supérieur. « Cette réforme va toucher en premier lieu les élèves issus des classes les plus populaires. D'abord parce qu'ils posséderont moins l'ensemble des codes attendus pour leur orientation. Beaucoup vont s'autocensurer », déplore Aurélien Boudon, cosecrétaire de SUD éducation.

« Les élèves dont le milieu socioculturel le permet sauront choisir le parcours Sud éducation le plus valorisant. »

La réforme en gestation du lycée ne fera que renforcer la sombre histoire. En prévision, la fin des séries S, ES et L. L'instauration d'un lycée modulaire dès le deuxième semestre de la seconde avec un système de matières majeures et mineures qui démultiplie des parcours ­ sorte de lycée à la carte. Le bac nouveau millésime prévoit une épreuve en français en première et quatre épreuves finales en terminale : deux épreuves écrites dans les disciplines majeures inscrites dans des parcours, deux épreuves universelles, une épreuve écrite de philosophie et un grand oral sur la base d'un minimémoire interdisciplinaire.

la guerre des disciplines

« Avec ce nouveau bac, on risque d'ouvrir une foire d'empoigne et une guerre des disciplines », souffle-t-on déjà du côté des enseignants. « La modularité permettra d'affiner encore les stratégies de différenciation sociale, insiste-t-on à SUD éducation. Les élèves dont le milieu socioculturel le permettra sauront choisir les parcours les plus valorisants et la hiérarchie des parcours sera d'autant plus forte. » Sinistre prévision qui induit, à terme, des lycées spécialisés dans certains parcours, plus ou moins cotés selon les modules proposés... Sans grande surprise, les parcours du lycée correspondront très vite aux attendus définis par chaque filière post-bac. « Le bac n'est certes pas officiellement détruit, estime SUD éducation, mais, en pratique, il deviendra accessoire et ne jouera à terme quasiment aucun rôle pour la poursuite d'études et pour les employeurs. Chaque élève aura désormais son curriculum personnel de modules de lycée qu'il aura acquis avec plus ou moins de réussite. » Le diplôme national, premier grade universitaire, ne sera plus ainsi une condition ni suffisante ni nécessaire pour la poursuite d'études.

En devenant autoentrepreneur de sa scolarité, l'élève ­ au lycée comme à l'université ­ sera rendu toujours davantage responsable individuellement de ses choix, de son parcours, de ses « réussites » ou de ses « échecs ». « C'est aux bacheliers de faire les bons choix, aux professeurs du secondaire de bien les évaluer, aux universités de bien construire leur parcours...

Et, en cas de problèmes, ces acteurs ne pourront s'en prendre qu'à eux-mêmes, analyse la sociologue Sophie Orange dans « Alternatives économiques ». Le sous-financement chronique de l'université et les inégalités de dotation entre établissements de l'enseignement supérieur sont totalement évacués du tableau. » C'est bien le but du jeu.

REPERES : 
1,6 million : Le nombre d'étudiants inscrits à l'université à la rentrée 2016-2017. Soit + 1,9 % par rapport à l'année précédente.
 
11% La part d'enfants d'ouvriers à l'université.
 
30 % La part d'enfants de cadres supérieurs à l'université.
 
50 % La part des enfants de cadres supérieurs dans les classes préparatoires aux grandes écoles.
 
2,7 % La part des enfants d'ouvriers dans les classes préparatoires aux grandes écoles.
 
6,7 % La part des enfants d'employés dans les classes préparatoires aux grandes écoles.
 
45 % Le pourcentage d'enfants de cadres qui ont un diplôme d'une grande école contre 10 % pour ceux des ouvriers.
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2018 3 31 /01 /janvier /2018 07:03
Société de CASTES et de PRIVILEGES insensés: Un Smicard doit travailler 2,6 millions d'années pour gagner la fortune du Français le plus riche, Bernard Arnault (LVMH)

Ainsi, il faudrait à un smicard 2,6 millions d’années pour gagner la fortune du Français le plus riche, Bernard Arnault (LVMH), estimée à 46,9 milliards d’euros, poursuit l'Observatoire.

"Et encore, il ne s’agit que de son patrimoine professionnel.

Tout ce qui relève du domaine privé ou qui ne repose pas sur un outil de travail n’est pas comptabilisé", a précisé ce rapport, publié mardi 30 janvier.

"Ces fortunes sont démesurées, rapportées à ce que possèdent la plupart des ménages, dont la moitié d’entre eux détiennent moins de 114 000 euros", a comparé cette étude.

 

Un smicard doit travailler 2,6 millions d’années pour gagner la fortune du Français le plus riche

L'Observatoire des inégalités a fait des calculs à partir de la liste des dix plus grandes fortunes de France.

"Ni la crise, ni le niveau de la fiscalité française n’ont entamé la progression des grandes fortunes." Partant de la liste des dix plus grandes fortunes de France du magazine Challenges,publiée en juin 2017, lObservatoire des inégalités a calculé que le seuil d’entrée dans le top 500 des plus grandes fortunes professionnelles "a augmenté de 30% en un an et a été multiplié par neuf depuis 1996." 

Ainsi, il faudrait à un smicard 2,6 millions d’années pour gagner la fortune du Français le plus riche, Bernard Arnault (LVMH), estimée à 46,9 milliards d’euros, poursuit l'Observatoire. "Et encore, il ne s’agit que de son patrimoine professionnel. Tout ce qui relève du domaine privé ou qui ne repose pas sur un outil de travail n’est pas comptabilisé", a précisé ce rapport, publié mardi 30 janvier. "Ces fortunes sont démesurées, rapportées à ce que possèdent la plupart des ménages, dont la moitié d’entre eux détiennent moins de 114 000 euros", a comparé cette étude. 

"Le montant cumulé de la fortune professionnelle des 500 personnes les plus riches de France représente 570 milliards d’euros. A eux seuls, les dix premiers du classement possèdent 241 milliards", a poursuivi l'Observatoire des inégalité. Ces personnalités, parmi lesquelles figurent Axel Dumas (Hermès International), Gérard Mulliez (Auchan), Serge Dassault (Groupe Marcel Dassault) ou encore Patrick Drahi (Altice), vont particulièrement bénéficier de la réduction de l’impôt sur la fortune, ainsi que de la baisse de l’impôt sur le revenu pour les revenus du patrimoine votée à la fin de l’année 2017, précise encore l'organisme. 

Société de CASTES et de PRIVILEGES insensés: Un Smicard doit travailler 2,6 millions d'années pour gagner la fortune du Français le plus riche, Bernard Arnault (LVMH)
Partager cet article
Repost0
31 janvier 2018 3 31 /01 /janvier /2018 06:19

 

Les gouvernements ont tous reculé devant l'obstacle du financement de la prise en charge par la collectivité de la perte d'autonomie.

 
80 % des personnes en Ehpad doivent faire appel à leurs proches pour régler un reste à charge de 1 600 euros par mois en moyenne. Des chiffres qui montrent l'urgence de la prise en charge de ce coût par la collectivité.

 

Deux mille euros par mois. C'est le coût moyen d'une place en Ehpad, étant entendu que cette «moyenne» recouvre des écarts de prix importants qui peuvent aller du simple au double, selon le type de structure d'accueil : publique ou privée, à but lucratif ou non... Une barrière des prix infranchissable pour tous ceux dont les revenus ne peuvent couvrir cette somme, relevait la mission « flash » d'information parlementaire sur les Ehpad constituée l'été dernier.

En 2008, le Sénat avait dressé une cartographie détaillée des « restes à charge ». En moyenne, chaque résident en Ehpad devait débourser environ 1 600 euros de sa poche, cette somme s'élevant à 1 400 euros dans un Ehpad public (45 % du parc des Ehpad), à 1 500 euros dans un établissement privé à but non lucratif (30 % du parc) et à 2 100 euros pour le secteur lucratif (25 % du parc). « En moyenne, le montant du reste à charge est plus important que les ressources du pensionnaire en établissement jusqu'à des niveaux de revenus approchant 2000 euros par mois, notait le rapport. En conséquence, près de 80 % des personnes en Ehpad doivent faire appel aux ressources de leurs proches pour financer leur prise en charge. » Dix ans plus tard, cette situation ne s'est guère améliorée, à en croire les travaux de la mission parlementaire estivale, qui a alerté à son tour sur « le reste à charge important pour certaines catégories de la population », en dépit des prestations sociales existantes comme l'allocation personnalisée d'autonomie (APA) versée par les départements. En cause, notamment, un « mouvement de déshabilitation à l'aide sociale départementale » de certains Ehpad qui « provoque, par insuffisance de dotations publiques, un reste à charge que certaines personnes ne peuvent assumer », notait la mission. En clair : le nombre de places accessibles aux bénéficiaires de l'aide sociale se réduit, ouvrant la voie à « un traitement inéquitable sur le territoire » et à une « différenciation des tarifs d'hébergement entre personnes âgées résidant en Ehpad », dénonçait en mars 2017 la Fédération hospitalière de France (FHF).

Le secteur pourrait connaître de nouvelles tensions dans les années à venir, avec la hausse de l'ordre de 25 % du nombre personnes âgées dépendantes de plus de 75 ans, à prévoir d'ici vingt ans. Dans ces conditions, s'en remettre à l'unique « solution » ­ qui consiste, pour financer l'Ehpad des aînés, à prendre sur les ressources des enfants et des petits-enfants, ou bien à dilapider le patrimoine de la vie de labeur des plus humbles, qu'ils souhaitaient leur léguer ­ est intenable, sauf à se résoudre au creusement des inégalités. Conscients du problème, les gouvernements successifs ont tous reculé, ces dix dernières années, devant l'obstacle du financement de la prise en charge par la collectivité de la perte d'autonomie. En 2012, Nicolas Sarkozy a abandonné, en raison des « contraintes financières », son chantier de la création d'un nouveau « risque » dont la couverture devait être en partie confiée au privé. Quant à la loi de 2015 sur l'adaptation de la société au vieillissement, elle n'a guère bouleversé les cadres existants. Les propositions existent pourtant pour permettre à tous de faire face à ces nouveaux besoins sans s'en remettre à la loi du marché. À l'instar de celle du PCF d'« un service public de l'autonomie pour les personnes âgées » appuyé sur des pôles publics départementaux et financé par la cotisation pour la partie qui relève de la Sécurité sociale et par un financement public d'État pour l'action des départements. Ou encore de celle de la CGT de la création d'une « prestation universelle de compensation de l'autonomie, quel que soit l'âge » de la vie.

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2018 2 30 /01 /janvier /2018 17:00
EHPAD: la France n'assume pas sa mission de solidarité selon les députés communistes

Ehpad: la France n'assume pas sa "mission de solidarité" selon les députés communistes

/ AFP mardi 30 janvier 2018

Les députés communistes ont estimé mardi que la France n'assumait pas sa "mission de solidarité" à l'égard des plus anciens, jugeant les mesures annoncées pour les Ehpad, les établissements pour personnes âgées, dont les personnels sont en grève, "insuffisantes". "Nous sommes aujourd'hui dans un pays qui n'assume pas la mission de solidarité élémentaire qui est la sienne à l'égard des plus anciens", a déploré Pierre Dharréville, porte-parole des députés PCF, lors d'une conférence de presse. Affirmant partager "la révolte, la colère des personnels des Ehpad", il a également jugé que "les mesures qui ont été annoncées par le gouvernement sont nettement insuffisantes pour faire face à cette réalité : on continue à compresser les dépenses, y compris pour les personnes âgées". La ministre de la Santé, Agnès Buzyn, a annoncé la semaine dernière une enveloppe supplémentaire de 50 millions d'euros. "Nous appelons à un grand plan en faveur des Ehpad", qui permette d'embaucher, de former et de mieux rémunérer les personnels, mais aussi "de construire les établissements modernes dont les personnes âgées de notre pays ont besoin", a-t-il demandé. Les personnels des établissements se sont mis en grève mardi, pour réclamer plus de moyens et demander l'abrogation d'une réforme contestée qui prévoit de faire converger progressivement jusqu'en 2023 les dotations aux Ehpad publics et privés.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2018 2 30 /01 /janvier /2018 16:58
Hausse de la CSG : une escroquerie pour les salariés et les retraités (PCF)
MARDI, 30 JANVIER, 2018
HUMANITE.FR

Communiqué du Parti communiste français

Le gouvernement, à grands renforts médiatiques, annonce une hausse sur la feuille de paye de janvier pour les salariés du fait de la suppression des cotisations sociales. Attention à l'arnaque ! Car derrière un gain en moyenne de 20 euros par mois pour les salariés du privé, c'est, comme le précisent les derniers travaux de l’OFCE, une baisse de pouvoir d’achat qui attend chaque salarié au cours du premier trimestre 2018.

Cela tient notamment à la baisse en deux temps des cotisations sociales (3,15% au total) alors que la hausse de 1,7% de la CSG sera immédiate et en une fois.

Quant aux fonctionnaires et aux retraités, la hausse de la CSG constitue une amputation directe de leurs revenus. Une compensation indemnitaire devrait être versée aux fonctionnaires.

Plus grave, sur l’ensemble de l’année, les 5% des ménages les plus modestes verront leur niveau de vie se réduire sous l’effet des mesures décidées alors que les 5% de ménages les plus aisés profiteront pleinement des réformes de la fiscalité du capital mobilier et verront leur niveau de vie s’accroître.

Pire, la hausse de la CSG, associée à la généralisation des exonérations de cotisations sociales patronales, accentue une dérive vers la fiscalisation du financement de la Sécurité sociale. Au lieu des cotisations, qui constituent un prélèvement sur les profits et permettent de financer les prestations sociales au-delà des salaires, sur le principe du «chacun contribue selon ses capacités, et chacun perçoit selon ses besoins », les prélèvements fiscaux pèsent sur les ménages, c’est-à-dire, en écrasante majorité, sur les salariés.

Le transfert des cotisations vers la CSG porte un double danger :

- Le désengagement des entreprises du financement de la protection en le basculant vers la fiscalité,

- L'ouverture en grand aux assurances privées du marché de la santé, le financement par l'impôt ne permettant d'assurer qu'une couverture minimum.

Pour répondre aux immenses besoins de protection sociale – santé, retraites, famille, soins aux personnes âgées… il est urgent de stopper cette dérive. Il faut en finir avec les exonérations de cotisations sociales patronales et les moduler en fonction de la politique d'emploi et de salaires des entreprises. Il faut les compléter par un prélèvement sur les revenus financiers de ces dernières entreprises pour les dissuader de placer leur argent dans des opérations financières meurtrières pour l’économie du pays. En lien 


 
Hausse de la CSG : une escroquerie pour les salariés et les retraités (PCF)
Partager cet article
Repost0
30 janvier 2018 2 30 /01 /janvier /2018 16:31
Pierre Ouzoulias

Pierre Ouzoulias

 

Invité de Sénat 360, le sénateur communiste Pierre Ouzoulias est revenu sur les raisons du recours de son groupe devant le Conseil d’État, visant à obtenir la suppression de l’arrêté gouvernemental instaurant la plateforme Parcoursup. Il fustige tant la méthode employée pour conduire cette réforme que le contenu des mesures mises en place.

Par Alice Bardo

« Il faut dire aux parents que si on laisse Parcoursup tel qu’il est organisé jusqu’au bout, nous aurons un chaos à la rentrée de septembre 2018 », prévient Pierre Ouzoulias, invité de Sénat 360.

Avec son arrêté instaurant la plateforme Parcoursup, le gouvernement entend mettre fin au tirage au sort pour l’entrée à l’université. Le dispositif remplace Admission post-bac, créé en 2009. Selon le sénateur communiste, cette mesure va conduire à une « sélection sociale » : « Ce qui va peser demain dans le dossier des candidats, c’est le lieu où vous habitez, le lycée où vous avez fait votre parcours, vos activités sportives et artistiques et les réseaux de papa et maman » met en garde Pierre Ouzoulias. Une raison qui a poussé le groupe communiste du Sénat à déposer un recours contre l’arrêté gouvernemental devant le Conseil d’État. « L’objectif du bac est de rendre toutes et tous égaux et égales devant le diplôme. Un diplôme anonyme passé de façon nationale et qui donne les mêmes chances à chacun et chacune », renchérit-il. Et d’ajouter : « Avec la réforme telle qu’elle est le bac n’existe plus. Le bac sera simplement un petit examen de confirmation. »

Le sénateur communiste s’offusque également de la méthode employée par le gouvernement pour conduire sa réforme : « Un arrêté c’est ce qu’on prend après une loi, alors que là on commence par l’arrêté, qui n’a même pas été pas été discuté par la ministre quand elle est venue présenter son projet de loi. »  Pierre Ouzoulias constate un « manque de considération du Sénat assumé de la part du gouvernement » et va même jusqu’à établir une comparaison avec « le lit de justice » sous l’Ancien Régime : « Sur ce sujet il nous met devant le fait accompli : vous avez à voter la loi parce qu’elle est déjà en application. C’est un coup d’État insupportable. »

Au-delà de cette réforme, le sénateur craint celles à venir : « Le gouvernement a un plan qui est connu, c’est un plan de libéralisation de l’enseignement. »

 

 

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2018 2 30 /01 /janvier /2018 12:21
Pour Alain Bruneel, "l’Assemblée nationale doit agir pour la gratuité des transports scolaires"
Pour Alain Bruneel, "l’Assemblée nationale doit agir pour la gratuité des transports scolaires"

mardi 30 janvier 2018

Une proposition de loi sur la gratuité des transports scolaires vient d’être déposée par ALAIN BRUNEEL et les députés du groupe GDR.

Communiqué d’Alain Bruneel, Député du Nord

"Alors que le code de l’éducation dispose que « l’enseignement public (…) est gratuit », il subsiste pourtant d’importantes inégalités territoriales concernant les dépenses liées à la scolarité, qu’il s’agisse des dépenses de fournitures, de restauration ou de transport.

Sur ce dernier poste de dépenses, les associations de parents d’élèves font le constat unanime de la hausse conséquente du coût du transport scolaire ces dernières années.

Le transfert de la compétence des transports scolaires aux régions n’a pas œuvré à l’harmonisation tarifaire. Celles-ci ont reconduit lors de la rentrée de septembre 2017 la situation très inégalitaire qui prévalait antérieurement.

Cette situation heurte le principe d’égal accès de tous au service public et appelle l’intervention du législateur pour garantir une égalité de traitement des élèves sur l’ensemble du territoire.

C’est en ce sens qu’une proposition de loi sur la gratuité des transports scolaires vient d’être déposée par ALAIN BRUNEEL et les députés du groupe GDR.
Si l’école est gratuite, y aller doit l’être aussi. Ce principe de gratuité est indissociable de la solidarité nationale, de la politique en faveur de la jeunesse, de l’éducation et de l’égalité des chances.

La proposition de loi entend donc assurer la gratuité des transports scolaires pour tous les enfants inscrits dans un établissement scolaire, indépendamment des conditions de ressources de leurs familles, et faire ainsi reconnaître le droit inaliénable pour tout élève ou apprenti, de la maternelle au lycée, de se rendre gratuitement sur son lieu d’enseignement...

L’assemblée nationale aura à se prononcer le 8 mars prochain sur cette question et aura donc l’opportunité de mettre fin aux inégalités territoriales en adoptant cette proposition de loi."

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011