Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 octobre 2018 5 05 /10 /octobre /2018 15:49
Proposition de loi des députés communistes pour garantir le pouvoir d’achat des retraités

 

Le 3 octobre, Sébastien Jumel et Pierre Dharréville ont rencontré les retraités rassemblés devant l’Assemblée nationale pour protester contre les mesures du gouvernement.Avec le groupe communiste à l’Assemblée, Pierre Dharréville a déposé une proposition de loi visant à garantir le pouvoir d’achat des retraités.

Son communiqué :

Depuis l’arrivée d’Emmanuel Macron au pouvoir, le gouvernement ne cesse de s’attaquer au pouvoir d’achat des retraites avec notamment une augmentation de la CSG de 1.7% en 2018, qui a touché 8,2 millions de retraités.
Le premier ministre a d’ores et déjà annoncé la désindexation des pensions par rapport à l’inflation avec seulement 0.3% de revalorisation pour 2019. Ainsi 8 ménages sur 10 perdront 700 euros en moyenne d’ici à 2020.

Par ailleurs, le gouvernement va tenter en 2019, une profonde transformation du système de retraite mettant en cause le principe de solidarité nationale et de droit à une vraie pension.

Depuis des mois, les retraités disent leur colère et se mobilisent avec leurs organisations pour revendiquer.

C’est la raison pour laquelle, avec le groupe communiste à l’Assemblée, j’ai déposé une proposition de loi visant à garantir le pouvoir d’achat des retraités.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2018 4 04 /10 /octobre /2018 05:51

 

L'Aquarius de SOS Méditerranée continue sa mission d'intérêt général, sa mission humanitaire dans la Méditerranée malgré les multiples embûches que les gouvernements lui mettent : fermeture des ports, menace de retrait de pavillon du Panama, silence de l'Union Européenne !

Le silence de la France et de son gouvernement est une honte.

Le PCF demande au Panama de reconsidérer sa position sur sa volonté de retrait du pavillon de l'Aquarius autrement la France devrait se faire un honneur de donner la possibilité à l'Aquarius de battre pavillon français, ce qui lui permettrait de continuer ses missions humanitaires visant à sauver de la mort des populations en détresse.

Le PCF  soutient l’appel au rassemblement citoyen de Morlaix  lancé pour le samedi 6  octobre à 14 h 30 place des Otages à Morlaix comme dans les villes de Brest, Quimper, Concarneau.  

N'acceptons pas une conception de la mondialisation qui ne donne la liberté de circulation qu'aux capitaux et aux marchandises et pas aux êtres humains, surtout quand il s'agit de vie ou de mort! Ces jours-ci sera annoncé le nom du lauréat ou de la lauréate du Prix Nobel de la Paix 2018. L'an passé, cette distinction symboliquement très importante fut attribuée à la Coalition internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN). Le Comité Nobel s'honorerait à nouveau en attribuant son prix à l'Aquarius et à l'équipe de SOS Méditerranée qui affrète depuis 2016 ce bateau de sauvetage grâce auquel plusieurs dizaines de milliers de vie ont pu être sauvées.  

 

PCF pays de Morlaix, le 2 octobre 2018 

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2018 4 04 /10 /octobre /2018 05:48

 

 

L'éditorial de Jean-Emmanuel Ducoin. 

Cette fois – parole d’Emmanuel Macron –, nous allons voir ce que nous allons voir ! 

« J’observe, j’écoute, j’entends », a donc déclaré le chef de l’État au journal le Monde, lors de son retour d’un voyage aux Antilles, évoquant tout de même la « mission » pour laquelle il a été élu : « Le devoir de faire. » Car, voyez-vous, Macron-le-sage serait sur la bonne voie. Non seulement il admet ne pas être « parfait » et vouloir se « corriger », mais l’hôte du Palais souhaiterait passer d’une posture « jupitérienne » à un président « du quotidien ». Et nous devons le croire. Affaibli par des sondages en berne, accusé d’être distant et méprisant, l’homme serait en train de redescendre sur terre au point de reconsidérer sa posture et à se réformer lui-même. « Aidez-moi », a-t-il par exemple lancé, en direct des Antilles, « j’ai besoin de vous, journalistes, population, élus ». Quel bel élan, n’est-ce pas ? Quel altruisme, quelle générosité, quel esprit d’écoute en effet… sauf quand il précise que, s’il a « besoin » de tant de monde, c’est bel et bien pour expliquer l’action de l’exécutif. Bref, Emmanuel Macron, devenu son principal ennemi, cherche des volontaires pour son service après-vente. La petite musique devient habituelle : le problème c’est la forme, pas le fond. « Pé-da-go-gie », clame-t-on à l’Élysée.

Seulement voilà, la forme c’est toujours du fond qui remonte à la surface. Ses petites phrases, comme « traverser la rue », « pognon de dingue » et tant d’autres, ne viennent jamais de nulle part. Elles reflètent trait pour trait la politique conduite et sont évidemment perçues pour ce qu’elles sont : l’expression verbale des injustices subies par les contre-réformes. Voilà ce qu’il y a de fondamental ! Dire que Macron sombre dans les sondages uniquement pour son manque de maintien est une explication un peu sommaire. Même Alain Minc, l’un des très proches visiteurs du soir, prend acte du « bonapartisme » du chef de l’État et met en garde contre un « risque de giscardisation ». On croit rêver. Vous connaissez la formule : changer pour que rien ne change. Surtout l’essentiel.

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2018 4 04 /10 /octobre /2018 05:45

(Chronique à paraître dans l’Humanité-Dimanche du 4/10/2018)

Ces jours-ci sera annoncé le nom du lauréat ou de la lauréate du Prix Nobel de la Paix 2018. L'an dernier, cette éminente distinction fut décernée à la Coalition internationale pour l'abolition des armes nucléaires (ICAN), mouvement dont la magnifique campagne avait été à l'origine de l'adoption -historique !- d'un traité d'interdiction de l'arme atomique par 122 Etats, à l'Assemblée générale des Nations Unies. Le Comité Nobel s'honorerait à nouveau en attribuant cette année son prestigieux Prix à "l'Aquarius" et à la très méritoire association "SOS Méditerranée", qui affrète depuis 2016 ce bateau de sauvetage grâce auquel plusieurs dizaines de milliers de vies humaines ont pu être sauvées.

Un tel acte hautement symbolique serait d'autant mieux venu que la décision du Panama, sous la pression du gouvernement d'extrême-droite italien, de retirer son pavillon au navire humanitaire, compromet gravement la poursuite de ses missions si aucun pays ne se résout à l'immatriculer. Gageons que l'hommage du Prix Nobel de la Paix donnerait à ces héros des temps modernes un poids décuplé face aux Etats européens, aujourd'hui plus prompts à livrer les migrants aux pseudo "gardes-côtes" -et vrais criminels- libyens qu'à aider à organiser le secours à leurs victimes !

Plus généralement, un tel choix du Comité Nobel allégerait la chape de plomb du discours anti-migrant -tantôt ouvertement xénophobe, tantôt vicieusement ambigüe- qui s'abat depuis des mois sur une opinion publique en plein désarroi. Il aiderait, par exemple, cette majorité absolue de Françaises et de Français, troublés par la campagne ambiante , mais qui conservent une bonne opinion des ONG qui aident les migrants (1) , à reprendre confiance dans les valeurs humaines et à s'engager plus hardiment dans l'action pour les faire vivre au quotidien. "L'Aquarius est un symbole politique -note avec perspicacité un observateur averti de la société française- (...) Il rappelle d'autres bateaux célèbres, comme "l'Exodus", qui transporta en 1947 des juifs rescapés de la Shoah, ou encore "l'Ile de lumière", navire affrété en 1979 pour secourir les boat people en mer de Chine" (2). On pourrait ajouter le cas, odieux et tragique, du "Saint-Louis" , transportant 938 juifs fuyant l'Allemagne en 1939 à destination de l'Amérique, où ils furent refoulés pour être finalement accueillis, après une longue errance, en Hollande, en France et en Grande-Bretagne. Un tiers de ces réfugiés finira dans les camps de la mort...

Vivement un sursaut ! Sinon, nos descendants risquent de nous voir un jour avec le même regard incrédule mêlé de honte que celui que nous portons aujourd'hui sur les "zoos humains" exhibant jusqu'à la seconde guerre mondiale des hommes, des femmes et des enfants "primitifs" ou "sauvages", arrachés à leur terre africaine, sud-américaine ou australienne pour divertir les visiteurs des pays "civilisés".
---------
(1) Voir sondage ODOXA (27/9/2018)

(2) Jérôme Fourquet, Directeur du département Opinion de l'IFOP (Le Figaro, 26/9/2018)

Partager cet article
Repost0
4 octobre 2018 4 04 /10 /octobre /2018 05:33
Dans la rue pour riposter à Macron (PCF)
Partager cet article
Repost0
4 octobre 2018 4 04 /10 /octobre /2018 05:25
Défense des retraités: les députés communistes s'engagent

#retraités. Avec Sebastien Jumel, nous avons rencontré les retraités rassemblés devant l'Assemblée nationale pour protester contre les mesures du gouvernement.
Depuis des mois, les retraités disent leur colère et se mobilisent avec leurs organisations pour revendiquer.
C’est la raison pour laquelle, avec le groupe communiste à l’Assemblée, j’ai déposé une proposition de loi visant à garantir le pouvoir d’achat des retraités. Nous leur avons remis un exemplaire du texte.

Pierre Darhéville, député communiste des Bouches-du-Rhône

#retraités. Remise aujourd'hui au 1er ministre des 250 000 pétitions recueillies par 9 organisations pour défendre le pouvoir d'achat des retraités.

#retraités. Remise aujourd'hui au 1er ministre des 250 000 pétitions recueillies par 9 organisations pour défendre le pouvoir d'achat des retraités.

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2018 3 03 /10 /octobre /2018 06:16

Les élus communistes ont dénoncé la communication de Gérard Collomb depuis ce lundi où Gérard Collomb a annoncé avoir proposé sa démission à Emmanuel Macron.

Dans un communiqué, les élus communistes de Lyon ont dénoncé “le bien triste spectacle” donné par Gérard Collomb “depuis 48h” avec son annonce de démission refusée puis sa nouvelle annonce dans les colonnes du Figaro pour confirmer sa démission. “Les Lyonnais peuvent une fois de plus constater que leur vie et leur ville sont le cadet des soucis de leurs principaux édiles”, ont jugé les élus PCF. “Comme son ancien poulain à la présidentielle méprise la République, Gérard Collomb montre combien ses intérêts privés priment sur ceux de notre collectivité, sur ceux des Lyonnais et des grands Lyonnais”, ajoutent-ils.

Lyon n’est pas une petite baronnie médiévale, c’est une grande ville dont les élus devraient consacrer leur énergie à améliorer la vie quotidienne de leurs habitants, à s’attaquer au manque de logements, à accueillir les migrants qui dorment dans nos rues, à développer les services publics... Au lieu de ça, nous assistons une fois de plus à de petits arrangements entre amis pour s’assurer une place au chaud », concluent les élus communistes .

(Lyon Capitale, Justin Boche, 2 octobre) 

Gérard Collomb signe la démission la plus rocambolesque de la Ve République

 

Démission de Gérard Collomb: un triste spectacle selon les élus communistes lyonnais
Partager cet article
Repost0
3 octobre 2018 3 03 /10 /octobre /2018 06:02

 

Neuf organisations de retraités organisent, ce mercredi, des rassemblements à Paris contre les choix du gouvernement conduisant à la baisse du pouvoir d’achat des anciens. Huit ménages sur dix perdront 700 euros en moyenne à l’horizon 2020, selon une étude (*).

Attention, sujet sensible pour le gouvernement. À l’évocation du pouvoir d’achat des retraités, ses membres laissent voir leur malaise. Le 24 septembre, sur France 2, au soir du rendu de la copie budgétaire pour 2019, le ministre de l’Action et des Comptes publics, Gérald Darmanin, était au supplice pour tenter de convaincre que les anciens allaient bénéficier d’un surplus de pouvoir d’achat « comme tous les Français » (sic), grâce à « la baisse de la taxe d’habitation ». La réalité est moins reluisante. Neuf organisations de retraités (CGT, FO, CFTC, CFE-CGC, FSU, Solidaires, FGR-FP, LSR, UNRPA) qui appellent, ce mercredi, à des rassemblements à Paris (lire ci-contre), dénoncent au contraire le choix du gouvernement « d’appauvrir les retraités ». « Après l’augmentation de la CSG au 1er janvier 2018 (…), le premier ministre a annoncé la désindexation des pensions par rapport à l’inflation avec seulement 0,3 % de revalorisation pour 2019 et pour 2020 », soulignent-elles dans un communiqué commun. Cela, alors que la hausse des prix devrait atteindre, ces deux prochaines années, respectivement 1,7 % et 1,8 %, selon la Banque de France, après une augmentation de 2,1 % en 2018.

La CSG va concerner cette année 8,2 millions de retraités

Quant au taux majoré de CSG, qui continuera de s’appliquer l’an prochain, il a concerné cette année 8,2 millions de retraités. Sachant que, selon la direction des études et statistiques du ministère de la Santé (la Drees), le niveau de vie médian des retraités se situe à 1 760 euros par mois pour une personne (c’est-à-dire que 50 % des retraités ont des revenus supérieurs à ce niveau et 50 % des revenus inférieurs), la ponction de CSG atteint 360 euros par an pour un retraité percevant une pension de ce montant. L’an prochain, il faudra ajouter à l’amputation du pouvoir d’achat de ce retraité la part de l’inflation non compensée, soit 295 euros, et même 619 euros en 2020, du fait de l’effet cumulatif des deux années de gel. Bilan de ces deux mesures (CSG et gel des pensions) : un retraité vivant seul avec une pension de 1 760 euros par mois aura perdu 360 euros en 2018, 655 euros en 2019 et 984 euros en 2020, soit 2 000 euros en trois ans. Dans bien des cas, la baisse de la taxe d’habitation (TH) d’un nouveau tiers chaque année d’ici à 2020 (30 % en 2018, 65 % en 2019 et 100 % d’exonération en 2020) ne suffira pas à combler le trou. Ainsi, dans notre exemple, seul un retraité payant au moins 1 025 euros de TH annuelle pourrait équilibrer les pertes et les gains. En comptant une TH plus « réaliste » de 400 euros par an, la perte sera, une fois l’exonération de TH incluse, de 240 euros en 2018, 395 euros en 2019 et 584 euros en 2020, soit 1 220 euros sur trois ans.

Et, logiquement, cette perte ira crescendo avec le montant de la pension. Ainsi, un retraité des deux derniers déciles (les 20 % les mieux lotis), dont le revenu moyen s’élève à 3 726 euros par mois, selon la Drees, perdra, si ce revenu est constitué de pensions de retraite, 760 euros en 2018, 1 384 euros en 2019 et 2 074 euros en 2020, soit 4 218 euros sur trois ans. Pour ce dernier, aucune exonération de TH ne viendra adoucir la facture, puisque les foyers au-dessus de 27 000 euros par an de revenus pour une personne et 43 000 euros pour un couple ne sont pas concernés par cette mesure. Si le gouvernement a certes consenti un geste bienvenu en faveur du minimum vieillesse (833,20 euros mensuels de plafond pour une personne et 1 293,50 euros pour un couple) qui progressera de 100 euros par mois d’ici à 2020 en trois revalorisations annuelles successives (+ 30 euros en 2018, + 35 euros en 2019 et autant en 2020), celui-ci ne concerne que 436 000 bénéficiaires, soit 2,8 % du total des retraités. Les autres se consoleront en échappant à la hausse de la CSG à condition que leurs revenus fiscaux soient inférieurs à 14 404 euros par an pour une personne seule ou, pour un couple, à 22 095 euros. étant entendu que, de toute façon, les retraités déclarant moins de 11 018 euros de revenus annuels pour une personne seule (16 902 euros pour un couple) sont de toute façon exonérés de CSG, tout comme ceux qui touchent moins de 901 euros par mois le sont de la taxe d’habitation. Voilà qui relativise la générosité du gouvernement.

Au final, selon l’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE), qui a essayé de faire le tri dans ce maquis fiscal, 8 foyers sur 10 (79 %) comptant au moins un retraité seront perdants de 700 euros en moyenne à l’horizon 2020, du fait des mesures du gouvernement. Étalée sur l’ensemble des retraités, y compris les 21 % de « gagnants » (pour 700 euros également en moyenne par foyer, selon l’OFCE), la perte moyenne s’élèvera à 400 euros par foyer. Autrement dit, ce que perdront les mieux dotés ne sera pas compensé par ce que gagneront les plus modestes : on a bien affaire à un appauvrissement global des retraités. Tout le contraire de la justice sociale, qui exigerait d’élever le niveau de vie général des retraités en appuyant plus fortement sur les plus défavorisés, sans prendre aux revenus moyens ou plus confortables. D’autant que l’OFCE précise qu’il n’a pas tenu compte, dans ses calculs, de l’abaissement des impôts sur le capital et sur le patrimoine, dont le bénéfice, pour le tout petit nombre des retraités très fortunés, pourra être largement supérieur aux pertes imputables à la hausse de la CSG et à la sous-indexation des pensions. Eux restent les vrais gagnants des choix fiscaux du quinquennat Macron.

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2018 3 03 /10 /octobre /2018 06:00

 

À la suite du Brexit, la Commission européenne a choisi de revoir le tracé des corridors maritimes bordant le continent, en ne retenant aucun port français. Des députés communistes et la CGT montent au créneau.

Les vagues provoquées par le Brexit n’ont pas fini d’être utilisées par les instances de l’Union européenne pour libéraliser et désorganiser l’économie et l’activité des pays membres. Cette fois, la lame touche les ports français. En effet, la sortie du Royaume-Uni de l’Union européenne (UE), entamée le 29 mars 2017, a conduit la Commission européenne à modifier les trajets des navires marchands dans les océans et les mers qui entourent le continent. Une révision censée éviter d’isoler l’Irlande de la partie continentale de l’UE. C’est ce qu’a annoncé le 1er août dernier Violeta Bulc, la commissaire européenne aux Transports, en présentant le projet de modification du corridor du réseau central transeuropéen entre la mer du Nord et la Méditerranée. Sauf que, si de nouvelles liaisons sont ajoutées entre les ports irlandais de Dublin et Cork et les ports belges de Zeebrugge et Anvers ou encore celui de Rotterdam (Pays-Bas), aucun port français n’est prévu dans ce nouveau plan. Une situation que dénoncent les députés communistes Jean-Paul Lecoq et Pierre Dharréville dans une lettre au premier ministre. Relayant « la stupéfaction et l’incompréhension de la communauté maritime et portuaire nationale », les parlementaires, dont les circonscriptions comprennent notamment les ports du Havre et de Marseille-Fos-sur-Mer, rappellent l’évidence : « Il suffit de prendre une carte pour s’apercevoir que vouloir créer des corridors maritimes entre les ports irlandais et les ports belges et néerlandais en écartant nos ports nationaux (…) constitue un non-sens. »

« Affaiblir économiquement la Grande-Bretagne pour la punir du Brexit en misant sur l’Irlande »

Xavier Bertrand, président (LR) du conseil régional des Hauts-de-France, dont les ports de Calais et de Dunkerque sont également exclus du nouveau corridor, a également réagi, estimant que « la Commission européenne doit revoir sa copie et le gouvernement réagir ». Un risque pour les ports français de regarder passer les navires plutôt que de les voir accoster, et ce, alors que l’efficacité y est parfois supérieure aux autres places portuaires. C’est le cas au Havre, qui traite 23 conteneurs à l’heure, contre 16 seulement pour le port de Rotterdam, pourtant automatisé en grande partie. Jean-Paul Lecoq y voit aussi une volonté d’« affaiblir économiquement la Grande-Bretagne pour la punir du Brexit en misant sur l’Irlande et en faisant de ce pays une plateforme portuaire majeure reliée à des autoroutes maritimes vers le cœur de l’Europe ». Un « jeu dangereux », juge le député havrais, « parce qu’ici ce n’est pas l’intérêt général qui prime, celui des États membres et des peuples de l’Union, mais un intérêt économique, de guerre économique, de dumping économique ». Si Pierre Dharréville et lui se sont associés avec d’autres députés pour saisir la commissaire européenne et lui réclamer d’intégrer les ports français au corridor, ils ont également demandé à Édouard Philippe de quelle façon une telle proposition a pu être élaborée sans que le gouvernement et la communauté portuaire n’y soient associés. En outre, comment ce dernier a-t-il pu ne pas voir que le financement des ports français par l’Europe dans le cadre des investissements prévus pour le futur réseau transeuropéen de transport (RTE-T) serait remis en cause ?

Des marchandises qui devront être acheminées par route avec un impact écologique désastreux

Pour Serge Coutouris, secrétaire général adjoint de la fédération CGT des ports et docks, la réponse est à chercher du côté du lobbying exercé à Bruxelles par « des places portuaires qui ont déjà bénéficié largement des aides de l’Europe ». Il y a dix ans, le port de Rotterdam bénéficiait déjà de 900 millions d’euros de fonds européens alors que les ports français devaient se partager seulement 174 millions d’euros. Le syndicaliste pointe aussi l’inertie du gouvernement, auquel la CGT réclame la création d’un véritable ministère de la Mer, afin de « promouvoir une politique d’investissement ambitieuse et à la hauteur du statut de la France et de sa particularité géographique ». Le gouvernement préfère orienter l’économie sur le tourisme, plutôt que de valoriser ses atouts industriels, dont les ports sont une pièce maîtresse, selon Serge Coutouris. Certains petits ports français seraient même mis en danger, et avec eux « toute l’économie du territoire environnant », fait-il remarquer. L’inquiétude est d’autant plus grande que les marchandises, qui devront être acheminées par route des ports belges et néerlandais vers la France au lieu d’y arriver directement par bateaux, auront un impact écologique catastrophique. Dans un communiqué commun, la CGT des ports et docks et celle des douanes sollicitent elles aussi le gouvernement et réclament qu’il obtienne des modifications de ce projet, exprimant leur refus de « subir les conséquences de décisions des technocrates de l’Europe sous le diktat des lobbyings ». Chez les travailleurs portuaires et dockers, la date de la mobilisation du 9 octobre sera un premier pas pour faire entendre la voix des ports et de ceux qui les font vivre.

 

Partager cet article
Repost0
3 octobre 2018 3 03 /10 /octobre /2018 05:59

 

Stéphane Travert, a présenté hier après-midi devant quelques journalistes le budget du ministère de l’Agriculture pour 2019. Selon le ministre, ce budget est orienté pour « libérer la capacité d’entreprendre des agriculteurs, protéger les consommateurs et unir les producteurs, les transformateurs, les distributeurs et les consommateurs ». Mais, avec 4,7 milliards d’euros, les crédits de paiement sont en baisse de 10% par rapport à 2018.

Dans son introduction consacrée à la présentation du budget de son ministère pour 2019, Stéphane Travert a fait référence à la nécessité de « rechercher des compromis, de retrouver de la cohérence et de l’éthique dans les relations commerciales conformément à la charte signée le 14 novembre 2017 », entre les fournisseurs de matière premières que sont les paysans, les transformateurs de l’industrie agroalimentaire et les distributeurs ». Il évoquait ainsi la loi promise voilà un an dans le cadre des Etats Généraux de l’Alimentation, laquelle n’est toujours pas votée en ce début d’automne alors qu’elle était promise pour le début du printemps.

Toutefois, on sait déjà que la majorité LaREM à l’Assemblée nationale, exige que cette Loi alimentation, ne puisse pas fonctionner comme promis , s’il n’y a pas consensus entre les paysans , les transformateurs et des distributeurs sur l’évolution des coûts de production . En cas de non accord sur les chiffres au sein des interprofessions, le gouvernement et sa majorité refusent que soient utilisés ceux que fournit chaque année « l’Observatoire de la formation des prix et des marges des produits alimentaires » qui produit un rapport tous les ans sur le sujet et dont les syndicats paysans demandaient l’arbitrage en cas de désaccord.

 

La sécheresse augmente sensiblement les coûts de production

On sait que les conséquences de la sécheresse estivale vont augmenter durablement le prix de revient de chaque litre de lait et de chaque kilo de viande au départ de la ferme. En raison du manque de fourrage et de l’augmentation des prix pour le foin , la paille et les céréales qui entrent dans l’alimentation des bovins , des ovins , ces caprins , des porcins et des volailles , on aurait besoin de calculer mois par mois l’augmentation des coûts de production dans tous les types d’élevage. Mais on sait déjà que la nouvelle loi ne le permettra pas contrairement à ce que laissait entendre Emmanuel Macron quand il déclarait le 11 octobre 2017 à Rungis : « Nous modifierons la loi pour inverser cette construction des prix qui doit pouvoir partir des coûts de production(…) les prix seront construits à partir des coûts de production et je souhaite que les négociations commerciales qui commencent dès novembre puissent refléter l’esprit de la loi à venir et faire l’objet d’un engagement de toutes les parties à ces négociations sous l’autorité des ministres », ajoutait-il ce jour-là.

Ce ne fut jamais le cas dans les négociations commerciales annuelles qui se déroulèrent entre novembre 2017 et février 2018.Ce ne sera pas le cas cette année encore, même si la loi est enfin votée en octobre 2018. Car, comme l’ont rappelé ces derniers jours Michel Raison et Anne-Catherine Loisier , rapporteurs sur cette loi au Sénat, «le texte voulu par la majorité gouvernementale risque d’accroître le déséquilibre du rapport de force commercial au détriment de agriculteurs ».

 

C’est dans ce contexte, que Stéphane Travert a présenté hier son budget qui sera « de 4,6 milliards d’euros en autorisation d’engagements et de 4,7 milliards en autorisation de paiement », ce qui donne une baisse de 11% par rapport au budget de 2018 en autorisation d’engagement et de 10% en autorisation de paiements. Le ministre affirme néanmoins que ce budget en baisse permettra de préserver « le soutien aux agriculteurs et aux filières (…) la sécurité sanitaire de la chaîne alimentaire (…) la préparation de l’avenir, via la formation des jeunes et l’innovation ». 

 

Une aide de 114 millions d’euros d’allègement de charges supprimée en 2019

 Quelques jours avant la présentation du budget de ministère de l’Agriculture, le monde paysan apprenait que le gouvernement avait décidé de supprimer en 2019 « le dispositif d’exonération de charges pour les Travailleurs Occasionnels et Demandeurs d’Emploi (TO/DE)». Les travailleurs occasionnels sont embauchés au coup par coup notamment pour la cueillette, des fruits de saison, des tomates et autres légumes dans les serres ainsi que pour les vendanges. 

Pour comprendre les raisons qui amenèrent la mise en place de ce dispositif, il faut avoir en tête que nous sommes dans une Europe où le dumping fiscal, social et environnemental est utilisé par une majorité de pays membres pour gagner en compétitivité. En Espagne, principal pays exportateur de fruits et légumes, les travailleurs clandestins sud américains sont nombreux dans les serres et les vergers en plus des saisonniers venus d’Europe centrale et du Maroc. En Allemagne, on compte énormément de travaillés détachés avec des charges salariales alignées sur celles du pays d’origine, ce qui fait baisser le coût de la main d’œuvre pour les employeurs. En Europe centrale, les immigrés ukrainiens sont moins payés que les travailleurs locaux. En Italie, le travail non déclaré continue d’être pratiqué à grande échelle.

Dès lors, même avec des travailleurs payés au SMIC horaire, les coûts de production des arboriculteurs et des serristes français sont plus élevés que ceux de leurs concurrents puisque cette suppression augmente le coût de la main d’œuvre de 189€ par mois. Producteurs de tomates en Loire Atlantique, Laurent Bergé estime que 78.000 contrats de travail saisonniers sont ainsi menacés en 2019 dans la seule région des Pays de la Loire. Pour les entreprises de la région qui emploie cette main d’œuvre occasionnelle le coût supplémentaire s’élèverait à 20 millions d’euros.

 

Ce surcroît de dépense ne poserait pas de problème si les maraîchers et les arboriculteurs pouvait intégrer cette hausse des charges des le prix de vente de leurs produits. Mais , répétons le , la grande distribution sait de longue date privilégier de l’achat de forts contingents de produits frais importé en pariant sur le fait que ces importations, en réduisant leur demande en produits français fera toujours chuter les cours dans les salles de vente au cadran de tout l’Hexagone.

Hier matin, entre 150 et 200 paysans de l’Ardèche, de la Drôme et de l’Isère ont manifesté devant la préfecture de Valence. « Le gouvernement ne nous écoute pas. Nous voulons lui expliquer que nous avons besoin des TO/DE sur l’ensemble des filières arboricole viticole et maraîchage, sans oublier les semences, les pépinières et l’horticulture », a déclaré Jérôme Volle, vice président de la FNSEA et viticulteur dans l’Ardèche.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011