Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 09:02

 

La loi Travail, c'est la précarité généralisée, les licenciements favorisés, le Code du travail affaibli

Sans majorité dans le pays, ni à l'Assemblée nationale, le gouvernement Hollande/Valls a dû recourir au 49-3 pour imposer son projet

Les sénatrices et sénateurs communistes présentent le 11 janvier une proposition de loi visant à l'abroger

 

 

 

La loi El Khomri poursuit le travail de sape des acquis sociaux en revenant sur des droits des salariés. Elle s'est faite sans concertation avec les organisations syndicales. Ses orientations libérales sont un cadeau pour le Medef qui n'en demandait pas tant. Les premiers exemples de son application sont alarmants.

 

Le pouvoir des chefs d'entreprises renforcé

Depuis les Accords de Matignon de 1936, les conventions collectives et les accords de branche ne pouvaient qu'améliorer les conditions des salariés prévues par le Code du travail.

Désormais, un simple accord d'entreprise permettra de déroger à ces règles, la hiérarchie des normes est inversée. Les salariés sont laissés seuls face à leur employeur dont les moyens de pression sont élargis au détriment des droits, des conditions de travail.

Le gouvernement offre aux grandes entreprises les moyens de faciliter le dumping social et économique.

 

Licenciements facilités, précarité renforcée

La loi permet désormais aux entreprises qui réalisent des bénéfices de licencier pour motif économique. De même, les salariés pourront être obligés de travailler plus sans gagner plus, ceux qui refuseraient pouvant alors être licenciés.

 

Les 35h menacées, les heures supplémentaires moins payées

Par un simple accord d'entreprise, il sera possible de revenir sur le temps de travail et sur les 35h. De même, la majoration des heures supplémentaires passe de 25 % à 10 % ce qui se traduira dans les faits par des baisses de salaires alors que le pouvoir d'achat a déjà considérablement baissé.

 

La santé du travail menacée

Nombre de mesures de la loi contribuent à durcir les conditions des travail (plus de flexibilité, temps de travail, pressions de l'employeur). Dans le même temps, les missions de la médecine du travail sont dénaturées et l'intervalle entre deux consultations passe de 2 à 5 ans.

 

Le Parti communiste demande l'abrogation de cette loi et propose :

  • l'adoption d'une loi de sécurisation de l'emploi et de la formation permettant à chaque salarié-e d'alterner période d'emploi et de formation choisie sans perte de salaire et sans passer par le chômage
  • la refonte du Code du travail, rétablissant le hiérarchie des normes et garantissant de nouveaux droits aux travailleurs à l'entreprise
  • le doublement des effectifs de l'Inspection du travail
  • des négociations pour une réduction du temps de travail avec les 32h hebdomadaires pour objectif.
  • de faire du CDI la norme et de limiter le recours à l'intérim

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 08:11
2017, année de grandes incertitudes pour les paysans français (Gérard Le Puill - L'Humanité)

2017, année de grandes incertitudes pour les paysans français

MARDI, 3 JANVIER, 2017
HUMANITE

L’année 2016 a été éprouvante pour le monde paysan avec une perte de revenu de 26,1% en moyenne. Il y eut des mauvaises récoltes imputables au climat et des prix bas résultant de la mondialisation. Une année 2017 identique serait catastrophique pour la profession agricole et préoccupante pour notre souveraineté alimentaire.

Alors que les syndicats paysans entament cette semaine les traditionnelles rencontres avec la presse à l’occasion des vœux du nouvel an, 2017 pourrait d’être une année de grande incertitude pour le monde paysan. En 2016, sous réserve de connaître les chiffres définitifs dans quelques mois, le revenu paysan aurait baissé de 26,1%, ce qui est énorme. Les principales causes sont les baisses de prix de vente du lait, de la viande bovine et des céréales dont les rendements ont aussi connu une baisse sensible à cause d’un climat défavorable au remplissage des épis à la fin du printemps 2016. Car, parallèlement, la récolte mondiale de blé a été abondante pour la troisième année consécutive et dans les salles de marché, on a spéculé à la baisse.

En ce début d’année, la tonne de blé rendue au port de Rouen pour l’exportation ne vaut que 164,5€, contre plus de 200€ en 2012 et 2013. Le prix du lait a baisse de 20% en deux ans du fait de l’augmentation de 4% de la production européenne avec la fin des quotas. Cette augmentation du nombre de vaches laitières a également fait chuter le prix de la viande bovine d’environ 4% car l’augmentation du troupeau laitier augmente aussi l’offre en viande avec plus de jeunes bovins mâles et de vaches de réforme pour la boucherie. En 2016, les exportations françaises de viande bovine ont été détrônées par celles de la Pologne dans les pays importateurs comme l’Allemagne, l’Italie et la Grèce. La viande polonaise, bien que de moindre qualité, se vendait mieux à cause de son prix bas rendu possible par les bas salaires dans les abattoirs de ce pays.

La Commission européenne négocie tous azimuts de nouveaux accords de libre échange

Alors que les incertitudes sur les prix payés aux paysans en 2017 sont plus grandes que jamais sur le marché mondialisé des céréales, mais aussi sur le marché intra-européen des produits laitiers et de la viande, la Commission européenne annonce pour ce début d’année un programme de négociations tous azimuts en vue de conclure de nouveaux accords de libre échange avec des pays tiers. Après un accord conclu avec le Canada, qui ambitionne de nous exporter toujours plus de viande et des céréales, Cecilia Malmström, la commissaire en charge du Commerce, est mandatée pour négocier des accords de libre échange avec plusieurs pays d’Asie. Et la Commissaire d’affirmer : « nous nous attendons à des progrès dans les négociations avec le Mexique et le Mercosur » , tout en se disant « totalement consciente d’une approche prudente pour les produits sensibles dans tous les accords commerciaux ». Ce langage diplomatique nous prévient que c’est une fois de plus l’agriculture européenne qui servira de monnaie d’échange pour permettre à d’autres secteurs économiques d’exporter plus facilement dans ces pays.

Nouvelle menace de boycott du roquefort aux USA

Alors que la négociation en cours sur le TAFTA continue, les Etats-Unis menacent de saisir le tribunal arbitral de l’OMC contre l’Europe, parce que l’accord précédent n’aurait pas assez bien fonctionné en leur faveur en particulier sur les exportations de viande bovine. Est à nouveau brandie la menace de surtaxer nos exportations de roquefort aux Etats-Unis. On notera à ce propos que François Hollande, ancien député d’une circonscription rurale de Corrèze, n’a pas eu un mot concernant la situation dramatique vécue par les paysans français lors de son allocution du 31 décembre. Sans doute parce que la France continue de donner des mandats à la Commission européenne pour négocier, encore et toujours, des accords de libre échange qui, en plus de ruiner nos paysans, sont aussi des vecteurs du réchauffement climatiques, tant ils favorisent la déforestation dans les pays du sud et les longs transports inutiles de denrées alimentaires sur la planète entière. Notons encore que François Hollande et les autres chefs d’Etat de gouvernement européens ont décidé en décembre 2016 de prolonger jusqu’en juillet 2017 leurs sanctions économiques contre la Russie. Ce faisant, ils conduisent la Russie à maintenir l’embargo sur les produits agricoles européens tandis que des secteurs agricoles russes comme la production de viande de volaille, de porc et de lait sont en train de monter en puissance. Finalement, les sanctions économiques de l’Europe, avec l’embargo comme contre-sanction du côté russe, aura permis à la Russie de tendre vers l’autosuffisance et de ne plus avoir besoin des importations de volailles et de porcs en provenance d’Europe.

Signalons enfin que des syndicats agricoles européens s’inquiètent des concessions commerciales supplémentaires que l’Europe s’apprête à faire à l’Ukraine. Ce pays pourrait exporter plus de céréales et d’autres produits agricoles en Europe sans droits de douanes. Il faut savoir que le 17 décembre 2016, les chefs d’Etat et de gouvernement des 28 avaient « réaffirmé » leur « attachement à la conclusion de l’accord d’association UE-Ukraine, y compris l’établissement d’une zone de libre échange approfondi et complet », dont il faut rappeler ici que les dispositions sont applicables de façon unilatérale du côté européen depuis 2014. Bref depuis cette date, l’Ukraine peut vendre de nombreux produits agricoles en Europe sans droits de douanes tandis que les produits européens sont taxés aux frontières de l’Ukraine.

Voilà qui ne préfigure pas d’une bonne année pour les paysans français. On peut aussi se demander comment sera préparée la prochaine réforme de la Politique agricole commune (PAC) prévue pour 2020. Surtout que la présidence tournante de l’Union est confiée à l’Etat confetti de Malte de janvier à juin, tandis que l’Estonie, pays frontalier de la Russie, prendra le relai en juillet.

Journaliste et auteur

Partager cet article

Repost0
8 janvier 2017 7 08 /01 /janvier /2017 08:07

Malgré un froid glacial, 7000 personnes, dont beaucoup de Kurdes venus d ’Allemagne et de toute l’Europe ont défilé ce samedi en hommage à Sakine, Fidan, et Leyla abattues le 9 janvier 2013 au cœur de la capitale de plusieurs balles dans la tête. Sous une forêt de drapeaux à l’effigie des trois militantes kurdes, la foule réclamait que la lumière soit enfin faite sur leur assassinat. Le décès de leur meurtrier présumé, le Turc

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 07:56
"Chez nous" - FN. Déchaînement haineux contre le film de Lucas Belvaux sur les techniques opportunistes de conquête du pouvoir du Bloc Patriotique

FN. Déchaînement haineux contre le film de Lucas Belvaux

MARDI, 3 JANVIER, 2017
L'HUMANITÉ

Les principaux dirigeants du FN ont réagi à la diffusion de la bande-annonce du prochain film du cinéaste belge Lucas Belvaux.

C’est toujours au travers de ce type de polémique que le Front national montre son vrai visage. Ses principaux dirigeants ont en effet réagi à la diffusion de la bande-annonce du prochain film du cinéaste belge Lucas Belvaux. Chez nous, qui sortira en salles le 22 février, évoque le parcours d’une infirmière à domicile dans une petite ville du Nord, qui est approchée par des dirigeants d’un parti d’extrême droite, le Bloc patriotique. Celui-ci est dirigé par une femme, interprétée par Catherine Jacob. Alors que Florian Philippot a jugé « scandaleux » qu’un film sur l’extrême droite puisse sortir à deux mois de la présidentielle, Gilbert Collard n’a pas hésité à qualifier les producteurs du film d’« émules de Goebbels », quand Steeve Briois, le maire d’Hénin-Beaumont, remportait la palme de la grossièreté et de la misogynie en qualifiant la comédienne Catherine Jacob de « pot à tabac »… « Ce qui m’amuse dans (leur) réaction, c’est qu’ils me taxent de caricature, alors que mes personnages sont moins caricaturaux qu’eux. La brutalité de leurs discours m’a surpris », a réagi hier Lucas Belvaux.

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 07:52
Un million de pauvres en plus depuis dix ans en France: Arrêtez d'instrumentaliser la pauvreté: réglons-là!  (Pierre Duquesne, L'Humanité)

Arrêtez d’instrumentaliser la pauvreté, réglons-la !

JEUDI, 5 JANVIER, 2017
L'HUMANITÉ

Un million de pauvres en plus depuis dix ans. Face à ce constat dramatique, le milieu associatif a décidé d’entrer de plain-pied dans la campagne. 
 

«Les associations en ont assez d’être sages », a prévenu Christophe Robert, délégué général de la Fondation Abbé-Pierre et porte-parole du Collectif des associations unies (CAU). Ce dernier, qui regroupe 14 000 structures qui luttent, sur le terrain, contre le mal-logement et le sans-abrisme, ne cache plus sa colère contre la montée inexorable de la pauvreté en France.

Avec le collectif Alerte, fédérant de son côté 38 grandes associations de lutte contre l’exclusion (Secours catholique, Aurore, Croix-Rouge française, Banques alimentaires…), ces associations ont décidé d’entrer de plain-pied dans la campagne de 2017. Quitte à organiser, s’il le faut, « des mobilisations citoyennes devant les QG ». Un site Internet va être lancé dans les prochains jours pour « dénoncer les contrevérités » et « l’instrumentalisation de la misère humaine à des fins politiciennes », explique Florent Gueguen, à la tête de la Fnars, fédérant 840 associations gérant des centres d’hébergement et de réinsertion.

Une « autre campagne », donc, avec un objectif : éviter que les 8,8 millions de personnes vivant avec moins de 60 % du revenu médian, soit un revenu inférieur à 1 063 euros, ne soient « exclues du débat politique, exclues des propositions et des priorités des principaux candidats à l’élection ». Lire la suite

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 07:24
Aide aux migrants: Pierre-Alain Mannoni relaxé: "c'est la non-assistance à une personne en danger qui est punissable" (Cécile Dumas, PCF)

P.A. Mannoni relaxé : « c’est la non-assistance à une personne en danger qui est punissable »

 

Une très bonne nouvelle venue du Palais de justice de Nice. Pierre-Alain Mannoni a été relaxé. La Présidente a souhaité lire publiquement les motivations du jugement du tribunal correctionnel de Nice.

La magistrate a rappelé que "l'aide au séjour d'un étranger pour lui assurer des conditions dignes et décentes ou visant à préserver son intégrité physique n'est pas pénalement punissable'."

 

N’en déplaise à Monsieur Ciotti, député LR et président du Conseil Départemental des Alpes-Maritimes, qui cherche régulièrement à condamner la solidarité à la place de la justice. Non, monsieur, nous vivons dans un état de droit. Et dans un état de droit, c’est la non -assistance à une personne en danger qui est punissable.

La mobilisation pour soutenir tous les citoyens appelés à comparaître doit continuer à grandir, des procès sont prévus jusqu’au 24 avril et aucun des citoyens ne doit être condamné.

Il est très difficile de comprendre l’incroyable arsenal de la police, des gendarmes, de l’armée, des chasseurs alpins et même de la légion étrangère déployé pour soi-disant rendre une frontière hermétique. L’intimidation policière n’empêchera pas la solidarité de grandir.

Aujourd’hui, c’est une belle victoire de la solidarité, de la fraternité, du droit sur la haine de certains responsables politiques de droite et d’extrême-droite.

 

Cécile Dumas, Secrétaire départementale du PCF 06

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 07:00
30 ans de baisse d'impôts sur les sociétés (François Ruffin, Fakir - 4 janvier 2016)

L'image de la semaine (pour bien commencer 2017, tiens) : 
Depuis 1971, sous la droite, la France de Valéry Giscard d’Estaing, même celle de Georges Pompidou, ses patrons, ses entreprises, ses actionnaires, avaient parfaitement supporté un impôt sur les bénéfices de 50 %. Et voilà que, sous la gauche, la France de François Mitterrand ne tolère plus ce même taux ? Voilà qu’il convient de le raboter sans cesse – à 45 % (1985), à 42 % (en 1986), jusqu’à 33,3 % donc ? L’explication tient en trois mots : « marché unique européen ».
Cette logique sévit depuis 1986, depuis la signature de l’Acte unique européen. Nous n’en sommes toujours pas sortis.
Michel Sapin, ministre de l’Economie, explique ainsi, en 2016 : « A 28 %, la France aura alors un taux équivalent au taux moyen européen. »
Au nom de l’Europe, c’est toujours moins !

(L'article complet en ligne ici : http://fakirpresse.info/au-pied-du-sapin)

Partager cet article

Repost0
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 07:00
Quand "l'Emission politique" de France 2 vous dégoûte de la politique - par Gérard Le Puill, L'Humanité - vendredi 6 janvier

Quand l’émission politique vous dégoûte de la politique

VENDREDI, 6 JANVIER, 2017
HUMANITE.FR

Manuel Valls était hier soir l’invité de « l’Emission politique » de France 2. Il fallait s’intéresser à la manière dont fonctionne cette émission en fonction de la personnalité de ses invités. Car le contenu des échanges entre l’ancien Premier ministre de François Hollande, les journalistes de la chaîne publique, les trois citoyens invités à questionner le candidat de la primaire, sans oublier  « l’invité surprise » en la personne de Thierry Solère, député Les Républicains des Hauts-de-Seine, en disait long sur la conception même de ce type d’émission.

L’émission fut d’abord une mise en exergue des déclarations contradictoires d’un Manuel Valls en fonction du public auquel il s’adresse et le moment où il s’adresse à ce public, entre l’homme qui voulait changer le nom du Parti socialiste pour faire alliance avec tout ou partie de la droite et celui qui redevient socialiste devant le passage par le vote des militants et sympathisants de ce parti pour pouvoir être désigné candidat à l’élection présidentielle. Réentendre aussi ses arguments sur l’utilisation du 49-3 pour faire passer deux textes de loi comme Premier ministre ne manquait pas de saveur quand le candidat Valls dit vouloir en finir avec cet article… sauf pour les débats  budgétaires.

Face aux candidats de la droite lors de la même émission, François Langlet, journaliste économique de France 2, optait volontiers pour une posture de journaliste de gauche en posant des questions susceptibles de le mettre  en difficulté. Face à un Manuel Valls se disant socialiste, François Langlet retrouvait hier soir ses idées bien à droite sur l’économie. Ce qui conduira Valls à dire que « la gauche a trop cédé au libéralisme et aux forces de l’argent par le passé ». Langlet dira tout de même que chaque création d’emploi via le « Pacte de responsabilité » a coûté 260 000€ au budget de l’Etat avec Manuel Valls à Matignon.

L'Émission politique, une machine à dégoûter les gens de la politique

Virent ensuite les confrontations avec trois personnes, suite à la visite d’un foyer de jeunes travailleurs que la précarité de l’emploi empêche d’accéder à un logement. France 2 avait choisi une jeune musulmane, instruite et chef d’entreprise pour défendre le port du voile au nom du libre choix des femmes. Avec un argumentaire qui consistait à suggérer au téléspectateur que le port de ce tissus plus ou moins voyant était en toutes circonstances un choix  individuel sans aucune pression d’aucune sorte. Ni dans certaines de nos banlieues, ni en Arabie saoudite ou en Iran serait-on tenté de conclure en écoutant cette personne, encouragée par Karim Rissouli de la rédaction de France 2. Puis ce fut Cédric Herrou, ce paysan de la vallée de la Roya pour qui cacher des migrants est un « devoir de citoyen » comme il l’a expliqué dans  de mercredi. Il est poursuivi pour cela alors qu’une déclaration de l’ancien ministre de l’Intérieur Manuel Valls en début de quinquennat nous indiquait que ce type de poursuite n’avait pas lieu d’être. Le dialogue fut difficile et confus en duplex hier soir et peu de téléspectateur y auront vu plus clair au terme de cette émission.

Venait ensuite Olivier Mathiot, PDG de Price Minister. Il s’agit d’une entreprise commerciale de vente en ligne qui a été créée voilà quelques années par le cousin d’Olivier Mathiot qui n’est autre que Pierre Kosciusko Morizet. Lequel l’a ensuite vendue à des capitalistes japonais en y plaçant son cousin à sa tête. Un cousin qui est déjà millionnaire en vivant du travail des autres et qui s’est fait remarquer en étant à la tête des « pigeons », ces jeunes patrons qui ne créent aucune richesse, exploitent des auto-entrepreneurs comme le font les proxénètes avec les gens qui sont sous leur coupe. Les « pigeons » autoproclamés refusent aussi de payer des impôts considérant que leurs boites à fric doivent grandir vite pour ne pas se faire manger par les concurrentes du même type. Bref c’est un pur produit du parasitisme économique que David Pujadas et Léa Salamé avaient invité pour tenter ne faire croire aux téléspectateurs que ces nouveaux parasites d’aujourd’hui seront les créateurs de richesse de demain.

Voilà qui ouvrait un boulevard à Thierry Solère en fin d’émission pour défendre de projet thatchérien de François Fillon. Il pouvait même se permettre de dire que dans un pays qui compte 9 millions de pauvres et 1 million de chômeurs de plus qu’il y a cinq ans, le candidat de la droite ferait forcément mieux que l’ancien premier ministre de François Hollande. D’une certaine manière, « L’Emission politique » d’hier soir a fonctionné comme une machine à dégoûter les gens de la politique.

Journaliste et auteur

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 13:11

Chronique d’Eric Bocquet parue dans Liberté hebdo

Quelle bonne année ! Les riches toujours plus riches

vendredi 6 janvier 2017[]

Les tenants du libéralisme s’échinent à nous expliquer que leur système économique est le meilleur qui soit, le seul en tout cas qui puisse répondre efficacement aux grands besoins de notre société... l’histoire et les bilans nous autorisent à en douter. Cette fin d’année n’a pas été avare en informations fort intéressantes qu’il serait dommage de ne pas évoquer pour ce premier billet de l’année 2017 qui sera riche... pour certains. On peut aussi penser aux étrennes du journal !

Ainsi nous apprenions à la veille de Noël que le Père Noël avait déposé dans les petits souliers (Berluti ou Vuitton) des 500 personnes les plus riches du monde un joli cadeau de 237 milliards de dollars. Nos amis Warren Buffett et Bill Gates restent en tête de ce palmarès. Ceci a été possible notamment du fait du rebond des marchés actions aux États-Unis, l’indice de Wall Street, la bourse de New York réalisant un bond de 14 % en une année.

Ce club très fermé détenait au 27 décembre le coquet total de 4400 milliards de dollars. Warren Buffett, qui n’a bien sûr rien à voir avec notre camarade Marie-George, a gagné 11,8 milliards supplémentaires, portant ainsi sa fortune totale à 74,1 milliards. Mais M. Buffett n’est au fond qu’un Poulidor de la fortune, car son concurrent et néanmoins ami Bill Gates, dispose d’une fortune totale de 91,5 milliards de dollars. Et les Français dans tout ça ?

L’honneur est sauvé par M. Bernard Arnault, en 5e position. Il encaisse 7 milliards de plus en 2016 et affiche un bilan de 38,9 milliards de dollars. Petite forme le Bernard !

On voudrait de temps en temps se désintoxiquer de ces chiffres astronomiques, mais la réalité nous rattrape systématiquement.

Le site du « Monde.fr » nous apprend que l’administration de Donald Trump, désormais constituée, est aussi riche que le tiers des Américains les plus pauvres, les 17 premiers membres nommés disposent de 9,5 milliards de $ soit autant que les 43 millions de foyers américains les plus pauvres, ce qui nous amène à un total théorique de 109 millions d’habitants. Parmi ceux-ci, mais là, il y aurait lieu de vérifier cette donnée, une majorité d’abstentionnistes, mais aussi de très nombreux électeurs de Trump, le Président des exclus et laissés pour compte...

Et pendant ce temps-là au 1er janvier en France les salariés rémunérés au SMIC ont vu leur salaire grimper au niveau miraculeux de 1153 euros net, à raison de 9,76 euros de l’heure ! Pas de coup de pouce donc a jugé le gouvernement de « gauche », pas de coup de chapeau non plus à eux. Fin de quinquennat dans une triste continuité, dans la stricte ligne du traité Sarkozy/Merkel.

Le 29 décembre le site d’informations Médiapart titrait : « Le SMIC en berne, le CAC 40 est à la fête ». Bonne année les amis, nous avons du pain sur la planche, le beurre il faudra aller le conquérir.
Meilleurs vœux à chacune et chacun...

Partager cet article

Repost0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 10:39
 

La lutte des salariés des la clinique de Tarbes entre dans son 60ème jour de grève.

L'article paru sur Médiapart de ce jour est très complet et avec un bon angle : la gestion financière de la santé et le refus de discuter de la direction malgré l'intervention de l'ARS, du préfet de région, du Ministère de la santé et de'un médiateur. Refus de toutes les propositions.
Voir article en PJ. (Médiapart avait déjà publié l'appel de personnalités sur son site).
 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011