Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2020 5 06 /03 /mars /2020 18:02
Le parlement le plus dangereux de l'histoire d'Israël (PCF)
Israël : Le parlement le plus dangereux de l'histoire d'Israël (PCF)

Pour la troisième fois en un an, les Israéliens étaient convoqués pour des législatives. Une campagne violente, "sale et lamentable" selon le président Reuven Rivlin, orchestrée par le Likoud a permis au parti de Benyamin Netanyahou de mobiliser fortement ses partisans alors qu'une certaine lassitude s'installait dans l'électorat face à l'impossibilité de trouver une majorité.

Le Likoud en sort vainqueur et pourrait constituer une majorité avec la droite radicale, les partis religieux et quelques transfuges. Jamais le parlement israélien n'a été aussi à droite. Ces forces ont reçu le soutien actif de Donald Trump qui avec son "plan" entérine la colonisation, concrétise le projet d'annexion de la Cisjordanie, de la vallée du Jourdain, renforce l'apartheid et dénie le droit des Palestiniens à avoir un État.

Le mouvement "Bleu-Blanc" de Benny Gantz qui avait droitisé son discours est en échec. Dans ce contexte sombre, "Liste Unie", une coalition de forces progressistes, notamment arabes, conduite par le communiste Ayman Odeh, réalise un score très important. Cette force sur laquelle il faudra compter porte les espoirs de tous ceux qui œuvrent pour une résolution pacifique du conflit. Elle revendiquait la constitution d'un État palestinien dans les frontières de 1967 avec Jérusalem-est comme capitale ainsi que la suppression de la loi "Etat-Nation".

Les forces démocratiques israélienne et le peuple palestinien vont avoir besoin de notre solidarité alors que B. Netanyahou, inculpé pour corruption, fraude et abus de confiance, entend poursuivre son entreprise qui vise à faire prévaloir la force sur la légalité internationale.

Pendant ce temps la France et l'Union européenne murmurent, s'alignant de fait sur les positions des États-Unis. Les conséquences en sont désastreuses car Paris et Bruxelles ne pèsent plus rien au Moyen-Orient.

Le Parti communiste français entend amplifier sa solidarité avec les démocrates d'Israël et le peuple palestinien pour que s'imposent la justice et la paix.

Parti communiste français
Paris, le 5 mars 2020

 

APPEL UNITAIRE
Le plan Trump-Netanyahu doit être rejeté partout, et par toutes et tous!

 

Pour être signataire de cet appel à titre personnel ou collectif, merci de remplir ce formulaire.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2020 3 04 /03 /mars /2020 06:00
https://www.editoweb.eu/nicolas_maury/Percee-de-la-Liste-Unie-Communistes-et-partis-arabes-en-Israel_a14862.html?fbclid=IwAR34c2_8LKnhwmwMvUloQbHAYJFF3CfsYRRogBnboHLSDE4-TrAjcLp05oE
Troisième élection législative organisée en deux ans suite aux échecs de Benny Gantz et Netanyahu pour former un gouvernement de coalition. A l'issue de ce scrutin, Benyamin Netanyahu sort victorieux des élections, mais ne dispose pas de majorité pour former une majorité - article et traduction Nico Maury
 
 
Percée de la Liste Unie (Communistes et partis arabes) en Israël
 
Résultats portant sur 51,60% des bureaux de vote.

Le Likoud de Netanyahu a remporté les élections avec 28,38% des voix (+3,35) et 35 sièges (+4). Avec ses partis alliée, il ne disposerait cependant que de 58 sièges, un seuil insuffisant puisqu'il en faut 61 pour disposer d'une majorité à la Knesset.

La coalition kakhol lavan (Blanc-bleu) de l'ancien général de Tsahal, Benny Gantz, qui est arrivée en tête à deux reprise des législatives perd son leadership et recueille 26,25% des voix (+0,59) et 32 sièges (=).

Pour les partis partenaires du Likoud, nous avons : le Shas (religieux) avec 7,80% (+0,15) des voix et 9 sièges (=), le Yahadout HaTorah (religieux) avec 6,69% (+0,44) des voix et 8 sièges (=), Yamina (extrême droite) avec 4,97% et 6 sièges (+1).

Yisrael Beytenu (extrême droite) d'Avidgor Lieberman remporte 5,56% des voix (-1,55) et 6 sièges (-3). Ce parti se retrouve dans la situation de faiseur de rois bien que lourdement affaibli.
 
 
La Liste Unie conduite par le Hadash moteur du rassemblement et de la gauche

La Liste unie qui s'impose de nouveau comme troisième force du pays et surtout, via le Hadash - leader de ce rassemblement - première force de la gauche en Israël.

La Liste unie, conduite par le député communiste Ayman Odeh, remporte 13,75% des voix (+3,04) et 17 sièges (+4). rappelons que lors des élections d'avril 2019, cette liste était scindée en deux et n'avait remportée que 6 sièges pour le Hadash-Ta'al et 4 sièges pour le Ra'am et Balad. La dynamique semble être de nouveau au rendez-vous. Ainsi, unie, cette liste passe de 7,82% des voix à 10,71% puis 13,75%.

Du côté des autres forces de gauche-centre-gauche. La coalition rassemblant le Parti travailliste, jadis principale force du pays, le parti Gesher (centre) et le Meretz recueille 5,82% des suffrages et 7 sièges. Un score qui s'explique par un transfère de l'électorat juif de gauche vers la Liste Unie.

La gauche israélienne dispose de 24 sièges sur 120 à la Knesset et a reçu un soutien populaire de 19,57%. Un score alarmant.
 
Nicolas Maury
Partager cet article
Repost0
28 février 2020 5 28 /02 /février /2020 07:32
Irlande - Retour sur la tempête Lou Mac Donald - Francis Wurtz, L'Humanité Dimanche, 20 février 2020

Les observateurs politiques -qu’ils soient irlandais, britanniques ou français- n’en reviennent toujours pas : le Sinn Fein, le parti républicain, franchement de gauche, qui milite pour la réunification de l’Irlande, a battu, le 8 février dernier, les deux partis de centre-droit qui se sont succédé au pouvoir en République d’Irlande depuis un siècle ! Il est en tête en voix (24,5%) et fait quasiment jeu égal en sièges (37 contre 38) avec l’ex-formation d’opposition, en reléguant à la troisième place le parti du Premier Ministre sortant…Une « Première historique », un « tremblement de terre »; une « tempête » surenchèrent les media depuis dix jours. Ils n’en reviennent pas pour plusieurs raisons. D’abord, que pouvait-on donc reprocher à l’ancien gouvernement du « Tigre celtique » ? Il arborait un déficit public proche de zéro ; sa dette était dans les clous de Bruxelles; son économie était florissante…Que demande le peuple ? Ensuite, comment est-ce possible que tant de gens aient voté pour le Sinn Fein alors même que les principales forces politiques de la République d’Irlande avaient pris soin d’entacher l’image de ce parti en continuant -22 ans après l’accord de paix en Irlande du Nord- de l’associer à la lutte armée de l’ex-IRA ?

Au cœur de cet événement de grande portée , il y a une femme, désormais incontournable: Mary-Lou McDonald, qui a succédé, il y a deux ans, à l’emblématique Gerry Adams à la présidence du Sinn Fein, le seul parti implanté dans les deux parties de l’île. Mary-Lou est loin d’être une inconnue pour nous ! Le groupe de la Gauche Unitaire Européenne (GUE) du Parlement européen avait eu le plaisir de l’accueillir en son sein en 2004, en tant que l’une des deux  premières députées européennes du Sinn Fein. Quiconque l’a connue alors et depuis lors n’est guère surpris de sa spectaculaire émergence aujourd’hui. Sa personnalité, forte et élégante; sa sensibilité aux aspirations profondes de son peuple; sa capacité à allier la fidélité à ses convictions et la fraîcheur de son style lui promettaient un brillant avenir. C’est tout naturellement vers elle que se tourna Gerry Adams à l’heure de passer le flambeau, en 2018. Dans le contexte politique actuel de son pays, ses qualités ont magnifiquement porté les choix authentiquement progressistes de son parti. Que valent les « performances » d’une économie ultra-libérale quand les logements sont inabordables, que le système de santé est défaillant, que les personnes sans-abris sont de plus en plus nombreuses ! « Il faut le changement ! » plaida-t-elle. La seule performance qui vaille est celle des avancées pour toutes et pour tous : il faut augmenter les dépenses publiques en les finançant par une hausse des impôts sur le bénéfice des entreprises et sur les revenus des foyers les plus riches ! Il faut bloquer les loyers et faire de la construction de logements sociaux une priorité ! Voilà manifestement ce qu’attendait une partie non négligeable de la population irlandaise. Quant à l’autre grand choix stratégique du Sinn Fein, la réunification de l’île, il est, à l’heure du Brexit -et des menaces que celui-ci fait peser sur la continuité du territoire du Nord au Sud- approuvé par 4 Irlandais sur 5 selon un sondage de l’ « Irish Times » (3/2/2020) !

Il y a 15 ans, un grand quotidien français titrait sur le ton du reproche : « Les communistes prennent la défense du Sinn Fein au Parlement européen » (1). Nous sommes fiers de la pertinence de nos choix d’alors, amplement confirmés aujourd’hui.

——-
(1) Le Monde (7/5/2005)

Partager cet article
Repost0
27 février 2020 4 27 /02 /février /2020 12:48
Les communistes des années 20 dans les séries Babylon Berlin et Peaky Blinders
le docteur Völcker, jouée par Jördis Triebel femme médecin dans le quartier ouvrier rouge de Kreuzberg et haut responsable du Parti communiste allemand

le docteur Völcker, jouée par Jördis Triebel femme médecin dans le quartier ouvrier rouge de Kreuzberg et haut responsable du Parti communiste allemand

le chanteur de cabaret travesti Nikoros -  la comtesse Svetlana Sorokina

le chanteur de cabaret travesti Nikoros - la comtesse Svetlana Sorokina

On dit que les séries attirent désormais de grands réalisateurs, de bons acteurs et des moyens financiers considérables.

C'est vrai pour plusieurs d'entre elles et parmi celles-ci, deux passionnantes séries européennes, Babylon Berlin et Peaky Blinders, reviennent sur les premiers pas du communisme dans les années 20, en Allemagne et en Angleterre.

Ce qui est intéressant est que l'image qui est donné des combats communistes dans ces séries est loin d'être dévalorisante, même si les parts d'ombre du stalinisme sont aussi évoquées. 

Babylon Berlin est une série télévisée allemande basée sur des romans policiers de Volker Kutscher. Elle a été diffusée sur Canal + en France à partir d'août 2018.

Dans Babylon Berlin, le principal personnage communiste dans le Berlin de la République de Weimar en 1929 est le docteur Völcker, jouée par Jördis Triebel femme médecin dans le quartier ouvrier rouge de Kreuzberg et haut responsable du Parti communiste allemand, qui avec un charisme certain mène les manifestations contre les violences policières, notamment un massacre contre des civils et des ouvriers communistes désarmés manifestant le 1er mai à Berlin organisée par la police. Le docteur Völcker dénonce les mensonges d’État au sujet de ces fusillades.  Elle est une figure d'intégrité politique et morale.

Ce que n'est pas la comtesse Svetlana Sorokina ( l'actrice lituanienne Severija Janusauskaité) émigrée russe, espionne pour le compte de la police secrète soviétique, également le chanteur de cabaret travesti Nikoros, qui donne son amant, leader charismatique trotskiste en exil, le courageux Alexei Kardakov. La lutte à mort entre les services staliniens et les réfugiés russes trotskistes est montrée également dans toute sa cruauté, ainsi que les divisions à l'intérieur du camp communiste en général. 

La série nous montre aussi la collusion entre les socio-démocrates et centristes de Weimar, les forces d'argent, et la police, pour empêcher le développement des idées révolutionnaires à Berlin et écraser les communistes. Elle montre aussi combien les forces nationalistes et fascistes ont des soutiens dans la police, l'armée, même si des fonctionnaires loyaux à la République de Weimar essayent de les contrer. La série présente aussi l'aide accordée par Staline, pour contrer les anciens ennemis de la révolution bolchevique, France et Grande-Bretagne, au réarmement clandestin de l'Allemagne en opposition avec le traité de Versailles.

Cette série baroque et inspirée, en forme de thriller politique haletant, dont la bande originale est envoûtante, décrit à merveilles le Berlin des années folles et ses contradictions politiques. Par delà l’intrigue policière proprement dite, la série décrit la vie quotidienne des différentes classes sociales, de la misère des immeubles de rapport surpeuplés à l’opulence des classes aisées de la capitale de la République.

Peaky Blinders est une  passionnante série télévisée britannique créée par Steven Knight diffusée depuis 2013 (depuis 2015 en France par Arte)Elle met en scène l'ascension sociale violente et mouvementée d'une famille mafieuse de Birmingham venant de la communauté des gens du voyage: les Shelby, dont le chef, Thomas, ancien soldat de la première guerre mondiale, bookmaker, a beaucoup de panache et de classe, même s'il sert ses propres intérêts sans scrupule.

Au début de l'histoire, située en 1919 à Birmingham. Sa sœur Ada amourache d'un leader communiste, ancien soldat de la Première Guerre Mondiale, Freddie Thorne, ami d'enfance de Thomas. Freddie incarne un militant communiste de grande valeur: charismatique, drôle, aventurier, courageux, capable de mobiliser les ouvriers en dénonçant les inégalités, les salaires de misère, alors que les planqués de l'arrière vivent dans le luxe.

Tout au long de la série, le communisme incarne une forme de légitimité sociale et de pureté morale, mais il est victime des coups conjoints des services de police réactionnaires de Churchill qui montent des coups montés pour emprisonner les militants et casser les grèves et l'organisation, et de les gangsters qui lui prennent main forte. Ada, plusieurs années après la mort de son mari Freddie, s'embourgeoise, et rentre dans le rang de la famille Shelby, devenue très puissante et capitaliste.

En dehors des ouvriers de Birmingham, qui suivent les mots d'ordre du syndicat communiste de manière très massive, un autre personnage positif de la série est la syndicaliste Jessie Eden, autre militante communiste et révolutionnaire, avec qui Thomas Shelby aura une relation, ce qui lui permettra de la manipuler.

Les forces russes tsaristes et anti-communistes réfugiées en Angleterre, et alliées des éléments les plus réactionnaires de la monarchie anglaise, sont elles dépeintes comme profondément rétrogrades, cruelles et corrompues. Impuissantes aussi sur le fond...

La première saison série montre les militants communistes de Birmingham condamnés à mort ou assassinés par un policier horrible,  l'inspecteur en chef Chester Campbell, missionné par Churchill qui a combattu l'IRA à Belfast. Elle montre aussi la misère ouvrière tendant à être instrumentalisée par le populisme violent des Shelby, Thomas Shelby devenant député socialiste pour se refaire une virginité sociale.

Cette série est sans doute un peu plus simpliste sur le plan politique mais elle montre bien aussi la corruption et le caractère foncièrement anti-communiste et sans scrupule des élites britanniques.  Dans cette série, les communistes sont surtout victimes, de l’establishment britannique, des capitalistes et des gangsters qui font travailler les "jaunes", même si la peur de la révolution est très présente chez les élites, avec un fondement réel car l'influence communiste est bien réelle.    

Ismaël Dupont

 Freddie Thorne - Peaky Blinders

Freddie Thorne - Peaky Blinders

Jessie Eden et Thomas Shelby - Peaky Blinders

Jessie Eden et Thomas Shelby - Peaky Blinders

Partager cet article
Repost0
27 février 2020 4 27 /02 /février /2020 08:49
Archipel

L’Union européenne vient d’actualiser sa liste des paradis fiscaux ; on y retrouve des pays à l’exotisme mafieux genre îles Caïmans, Samoa, Fidji, Guam, Oman, Vanuatu, Aruba et autre Curaçao. Au même moment, la très sérieuse association britannique « Tax Justice Network » publie la liste des pays « financièrement opaques » ; elle y place en seconde position les États Unis.

« Les États-Unis sont à contre-courant de la tendance mondiale vers plus de transparence », note cette ONG, qui ajoute que les USA représentent 21 % du marché mondial de la finance obscure, cinq fois plus que la Suisse, quatre fois plus que Singapour et près de deux fois plus que le Luxembourg. « On constate au niveau fédéral des réticences systématiques à coopérer dans les échanges de données, même via les normes de l’OCDE. » Mieux, ou pire : « L’État du New Hampshire vient d’introduire un nouveau véhicule juridique autorisant la création de fondations privées non caritatives sans obligation de le déclarer. » Autant d’informations qui ont dû échapper à la vigilance de Bruxelles. Sans doute aussi que les Vingt-Sept ont du mal à situer sur une carte ce minuscule archipel que constituent les États-Unis.

Gérard Streiff

Partager cet article
Repost0
26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 07:32
Le Caire (2018)

Le Caire (2018)

Égypte. Moubarak est mort sans avoir rendu de comptes aux Égyptiens
Mercredi, 26 Février, 2020

Président pendant trente ans, renversé par la déferlante révolutionnaire de février 2011, l’ex-militaire s’était employé à couvrir son pays d’une chape de plomb.

 

L’ancien président égyptien Hosni Moubarak, qui a régné pendant trente ans sur l’Égypte, renversé en 2011 par un soulèvement populaire qui réclamait la justice sociale et la fin de la répression policière, est décédé mardi à l’âge de 91 ans, dans un hôpital militaire. Des funérailles militaires en son honneur sont organisées aujourd’hui.

Rien ne le prédestinait à être président. Numéro deux du régime, il se trouvait derrière Anouar el-Sadate lorsque celui-ci a été tué lors d’une parade militaire. Immédiatement installé, il a fait de la stabilité et de la sécurité les principes de son pouvoir avec, comme piliers, la police, les services de renseignements et lui-même, se présentant comme l’homme capable d’empêcher le chaos. Il avait bien compris que, pour gagner les faveurs des pays occidentaux, à commencer par les États-Unis, il fallait montrer patte blanche et se faire le garant de l’accord de paix avec Israël, signé par son prédécesseur, et s’investir, avec modération, dans la résolution du « conflit » israélo-palestinien. Peu importait alors, pour Washington, Paris ou Londres, qu’il maintienne l’état d’urgence qui se traduisait, pour les Égyptiens, par une restriction des libertés civiles, une quasi-interdiction de rassemblement et un développement des arrestations arbitraires et des emprisonnements sans charge. Les États-Unis allaient même jusqu’à verser à l’égypte 2 milliards de dollars par an en aide militaire et économique.

Sous sa présidence, il a fait de l’armée un état dans l’état

Aimant se présenter comme le père de tous les Égyptiens, Hosni Moubarak, né en 1928 dans le delta du Nil, avait du bagout. On l’entendait souvent dénoncer la corruption et le népotisme dans un pays qui souffrait (et souffre encore) de conditions économiques qui font la part belle au secteur privé. Ce n’était que paroles. Il entendait se faire remplacer à la tête de l’État par un de ses fils, Gamal, et son entourage – familial et amical – croquait à pleines dents dans les opportunités financières qui s’offraient, au détriment du peuple soumis à toutes les contraintes. L’armée, dont il était issu, a ainsi pu devenir un État dans l’État, contrôlant de larges secteurs économiques (routes, transports, tourisme, etc.) Selon l’Unicef, en 2009, 25 % des enfants de moins de 15 ans vivaient dans la pauvreté.

Sous Moubarak, la démocratie n’était qu’un vernis. Toute opposition était muselée. Les organisations progressistes, dont le Parti communiste, étaient démantelées et poursuivies. Ce fut également le cas des Frères musulmans, mais ces derniers bénéficiaient de l’espace existant – le pouvoir ne pouvait s’y attaquer – au sein du réseau des mosquées, d’où les discours politiques emplissaient la sphère publique, et les organisations caritatives relayaient les messages de la confrérie. Comprenant cela, Moubarak a favorisé l’émergence du mouvement salafiste, opposé aux Frères musulmans, rapidement soutenu par l’Arabie saoudite.

À vrai dire, Hosni Moubarak avait une pauvre idée de ce dont l’Égypte et les Égyptiens avaient besoin. La révolte qui a éclaté en 2011 l’a visiblement surpris. Alors que des millions de personnes se rassemblaient dans les villes, comme sur la place Tahrir, au Caire, pour crier « Le peuple veut la chute du régime », il continuait ses atermoiements. L’ami américain avait bien compris que l’homme était fini. Dans une ultime manœuvre pour sauver le régime, le redoutable chef des services de renseignements, Omar Suleiman, était nommé vice-président. Mais il était déjà trop tard. Le 10 février 2011, alors que tout le monde attendait qu’il annonce sa démission dans un discours télévisé, il n’abdiquait toujours pas. Le lendemain, 11 février, Omar Suleiman lisait une déclaration signant la fin du règne de Moubarak, après dix-huit jours de manifestations et 800 morts. Sous la pression de la rue, alors que les chefs militaires voulaient le laisser libre, il était enfin arrêté. Dans une mise en scène digne des meilleures séries B, il se présentait devant la cour chargée de le juger allongé sur un lit roulant. D’abord condamné à la prison à vie, une peine commuée en appel. Il a finalement recouvré sa liberté en mars 2017 et fini sa vie tranquillement, dans un hôpital militaire avec vue sur le Nil.

Pierre Barbancey
Égypte. Moubarak est mort sans avoir rendu de comptes aux Égyptiens (Pierre Barbancey, L'Humanité, 26 février 2020)
Partager cet article
Repost0
26 février 2020 3 26 /02 /février /2020 07:25
Visite de Trump à Modi: la sainte alliance des nationalismes populistes, xénophobes et ultra-capitalistes sur fond de violence contre la minorité musulmane en Inde
Inde. New Delhi brûle, Trump prend la pose
Mercredi, 26 Février, 2020 - L'Humanité

Lors des visites présidentielles, des nationalistes ont pris d’assaut des quartiers à majorité musulmane.

 

New Delhi vit sans doute ses jours les plus longs depuis des décennies. Les flammes n’en finissent plus de s’échapper de la capitale de la plus grande démocratie au monde. En tout cas, celle qui fut saluée comme telle par Donald Trump, dont le déplacement en Inde s’est achevé hier. Les affrontements qui ont éclaté dans le nord de la mégapole tranchaient radicalement avec les images d’un président américain tout sourires, posant au soleil couchant avec la première dame devant le Taj Mahal.

À 900 kilomètres au nord, les quartiers à majorité musulmane de Jafrabad, Maujpur et Chand Bagh étaient pris d’assaut par des miliciens d’extrême droite et des partisans de groupes hindouistes liés au Parti du peuple indien (BJP) au pouvoir, brûlant des échoppes, rouant de coups des citoyens musulmans ou des dalits, plus connus ici sous le nom récusé d’intouchables, à l’aide de bâtons, de pierres, de cocktails Molotov ou de jets d’acide. Au moins neuf personnes ont trouvé la mort dans ces affrontements et 200  sont blessées ou en état critique. La mise à sac de la mosquée Ashok Nagar par des fondamentalistes hindous, qui ont planté leur drapeau couleur safran en haut du minaret, ravivait le spectre des émeutes intercommunautaires d’Ayodhya (Uttar Pradesh) en 1992. Hier soir, alors que la fièvre n’était toujours pas retombée dans le quartier de Jafrabad, plusieurs milliers de femmes poursuivaient le sit-in pacifique entamé samedi contre la nouvelle loi de citoyenneté.

Un climat extrêmement tendu

Ces violences marquent un tournant dans la mobilisation que connaît l’Inde depuis deux mois autour de ce texte législatif qui entend accorder la nationalité aux réfugiés afghans, bangladais et pakistanais à l’exception des musulmans. Une rupture historique avec la Constitution supposément séculaire. Depuis la nouvelle défaite cinglante du BJP aux élections de New Delhi ce mois-ci, d’aucuns se demandaient quand la violence éclaterait. La campagne des nationalistes avait installé un climat extrêmement tendu à l’égard des manifestants et du chef du gouvernement de Delhi, Arvind Kejriwal (Parti de l’homme ordinaire, centre). Après s’être rendu au chevet des blessés – « hindous, musulmans et policiers », précisait-il dans un tweet –, ce dernier a lancé des appels au calme et à la discussion. À quelques kilomètres de là, de façon presque surréaliste, Melania Trump assistait à un « cours de bonheur » destiné à guider des enfants vers la citoyenneté par la méditation.

Lina Sankari
Inde Trump et Modi, petits arrangements entre amis
Mardi, 25 Février, 2020 - L'Humanité

Pour le premier ministre indien, accusé d’attiser les tensions en son pays, le déplacement du président américain est une incontestable victoire. Les deux dirigeants possèdent des intérêts croisés aux niveaux stratégique, politique et économique.

À quelques mois de la présidentielle, Donald Trump ne ménage pas ses efforts pour séduire la diaspora indienne, traditionnellement considérée comme acquise aux démocrates. Après l’immense meeting qui avait réuni 50 000 Indo-Américains à Houston, en septembre, en présence du premier ministre indien, Narendra Modi, c’est cette fois au tour du président états-unien de se rendre pour la première fois en Inde. D’un coût de 13 millions d’euros, la visite, qui a débuté hier, est d’une importance capitale puisque censée approfondir la stratégie indo-pacifique qui vise à endiguer l’influence chinoise dans la région. À cet égard, un contrat pour l’achat de vingt-quatre hélicoptères Seahawk d’un montant de 2,3 milliards d’euros doit être conclu. Les discussions devraient également porter sur l’achat d’un bouclier antimissile américain et de six autres hélicoptères Apache.

Le déplacement de Donald Trump à Ahmedabad (Gujarat), un État gouverné par Narendra Modi de 2001 à 2014, est une incontestable victoire personnelle pour le chef du gouvernement indien. D’abord, parce que ce dernier fut frappé d’une interdiction de séjour aux États-Unis pendant dix ans pour son rôle dans le pogrom anti-musulmans de 2002. Le voyage redonne également un crédit international au premier ministre, qui fait face, depuis décembre, à des manifestations d’ampleur contre la nouvelle loi de citoyenneté qui exclut les réfugiés musulmans et écorne le caractère séculaire de la Constitution. Il y avait une certaine ironie à voir, hier, Donald Trump s’initier au rouet au cœur de l’ashram du Mahatma Gandhi. En pleine montée des tensions religieuses, l’instrumentalisation de l’héritage politique du héros de l’indépendance, assassiné par un membre du Rashtriya Swayamsevak Sangh (RSS), la milice fasciste au sein de laquelle le premier ministre indien a fait ses armes, laisse un goût amer. Le doute n’était d’ailleurs plus permis lorsque le président états-unien a été accueilli au Taj Mahal, à Agra, par le moine islamophobe Yogi Adityanath, ministre en chef de l’Uttar Pradesh, qui n’hésitait pas, la semaine dernière, à justifier la mort de vingt manifestants dans son État. Au moment où le chef d’État américain louait la démocratie indienne, de violents affrontements entre la police et les opposants à la loi de citoyenneté se déroulaient à New Delhi.

Hier, Donald Trump n’a pas pipé mot sur l’annexion de fait du Jammu-et-Cachemire, un État à majorité musulmane bouclé par l’armée indienne depuis août. Au cœur du plus grand stade de cricket du monde, 100 000 supporters de Narendra Modi ont applaudi à tout rompre lorsque le président américain a évoqué le « terrorisme islamique radical ». Il ne s’agit toutefois pas d’un blanc-seing à New Delhi dans sa rivalité avec le Pakistan puisque, après avoir suspendu l’aide sécuritaire à Islamabad, accusé d’alimenter en sous-main les djihadistes, Washington a approuvé en décembre la reprise du programme international de formation et d’entraînement militaires (Imet).

Afin d’éviter tout conflit d’intérêts, Donald Trump avait promis avant son élection de se consacrer « entièrement et totalement à la direction du pays » et de se mettre en retrait de son empire immobilier. Seulement, sur ce plan-là non plus son déplacement ne doit rien au hasard. La Trump Organization, impliquée dans l’immobilier, y possède d’importants intérêts économiques et des relations anciennes avec les investisseurs locaux liés au Parti du peuple indien (BJP) au pouvoir, comme c’est le cas de Mangal Prabhat, fondateur de la société immobilière Lodha Group et dirigeant du BJP à Mumbai. En 2018, Donald Trump Jr, qui gère l’empire familial, s’est rendu en Inde afin d’y développer ses activités. Lors de ce séjour, il rencontrait le premier ministre indien et avouait, dans une interview au quotidien indien Mint, que le marché constituait la plus importante zone d’investissements parmi les pays émergents avec cinq projets immobiliers démesurés à Pune, Gurugam, Calcutta, Mumbai et New Delhi. À première vue, Narendra Modi n’usurpe pas le titre de « grand ami » décerné par Trump à l’issue de la visite de l’ashram du Mahatma Gandhi.

Lina Sankari

 
Partager cet article
Repost0
15 février 2020 6 15 /02 /février /2020 20:40
Portrait. Mary Lou McDonald, la révolution irlandaise - Thomas Lemahieu, L'Humanité, 13 février 2020
Portrait. Mary Lou McDonald, la révolution irlandaise
Jeudi, 13 Février, 2020 - L'Humanité

Sans coup férir, son parti, le Sinn Féin, a emporté les élections. Et celle qui a succédé à Gerry Adams tente désormais de rassembler une majorité de gauche.

 

Elle ne savait pas que c’était impossible, alors elle l’a fait. Son parti, le Sinn Féin, supplantant, avec 24,5 % des voix, les deux vieux partis conservateurs, le Fianna Fail (22,2 %) et le Fine Gael (20,9 %), qui dominaient sans partage le paysage politique depuis des décennies. C’était inimaginable jusqu’à ces dernières semaines. Une preuve parmi tant d’autres : la télévision publique a attendu les trois derniers jours avant le scrutin pour l’inviter au débat des « grands » candidats, avec le premier ministre sortant, Leo Varadkar (FG), et son éternel rival, l’ancien ministre des Entreprises dans un précédent gouvernement, Micheal Martin (FF)… À l’issue des législatives, samedi dernier, c’est elle, Mary Lou McDonald, la présidente du Sinn Féin, qui a le mieux formulé le sens du bouleversement sans précédent au sud de l’île. « Une révolution par les urnes », a-t-elle proclamé.

C’est son tour, en somme. Deux ans à peine après avoir pris le relais de Gerry Adams, la figure tutélaire du Sinn Féin pendant trente-cinq ans, adulée par les uns et honnie par les autres, cette Dublinoise, oratrice hors pair, dénuée de l’accent des Irlandais du Nord, compte bien devenir la première taoiseach – première ministre – de l’histoire de la République d’Irlande. Elle a entamé, hier, des pourparlers avec les autres forces de gauche, en commençant par les Verts, afin de tenter de constituer une majorité alternative, sans les deux partis traditionnels de droite.

Exit les caricatures, elle incarne le nouveau visage du Sinn Féin

Même si les chances de réunir suffisamment d’alliés pour constituer une coalition majoritaire demeurent ténues, la présidente du Sinn Féin met fin, sans doute pour longtemps, à la marginalisation de son courant politique, sur fond d’épuisement des forces conservatrices de droite, le Fianna Fail et le Fine Gael, l’un comme l’autre responsables des saccages austéritaires et de l’explosion des inégalités depuis une dizaine d’années. Mary Lou McDonald a réussi à élargir de façon décisive l’assise électorale de son parti, si longtemps cantonné sous la barre des 10 % en République d’Irlande et systématiquement renvoyé à la semi-clandestinité des temps de l’Armée républicaine irlandaise (IRA).

Sans lien intime avec cet héritage, avec ses parts de lumière mais aussi d’ombre, Mary Lou McDonald a, après un très bref passage au Fianna Fail – où militaient ses parents –, adhéré au Sinn Féin à la fin des années 1990, dans la foulée des accords du Vendredi saint qui ont ouvert un processus irréversible de pacification en Irlande du Nord. Pas encore adolescente, en 1981, quand Bobby Sands, l’un des grands héros de la cause républicaine irlandaise, meurt, au bout de sa grève de la faim, dans les geôles de Margaret Thatcher, « Mary Lou », comme ses partisans ont réussi à imposer leur familiarité dans les débats publics, n’offre guère de prise à ses adversaires, jamais en reste jusque-là pour caricaturer le Sinn Féin comme un gang de malfaiteurs, de voyous, voire de terroristes.

Dans ce contexte, le succès électoral du Sinn Féin est dû avant tout à son programme de rupture avec les politiques antisociales des gouvernements successifs à Dublin : baisse et gel des loyers, construction de logements sociaux, investissements dans l’hôpital public, refus de tout report de l’âge de départ à la retraite, etc. Mais pas seulement : la perspective du Brexit, conjugué au lent déclin démographique des protestants en Irlande du Nord, dope les revendications identitaires des républicains catholiques du Sinn Féin visant à une réunification de l’île. Avec son expérience d’eurodéputée – entre 2004 et 2009, elle a été la première élue du Sinn Féin à Strasbourg, où elle avait rejoint le groupe de la Gauche unitaire européenne (GUE-NGL) –, McDonald a beaucoup œuvré en coulisses dans les négociations entre Bruxelles et Londres : c’est le Sinn Féin qui a, en premier, réclamé un « statut spécial » pour l’Irlande du Nord, afin de préserver les accords de paix. Cela ne l’empêche pas de rester lucide sur l’Union européenne telle qu’elle est aujourd’hui. « Il faudrait être imprudents pour ignorer les vrais problèmes de l’Union européenne, qui ont conduit tant de Britanniques à vouloir la quitter, lançait-elle fin janvier. Le projet européen est loin d’être parfait. »

Son discours progressiste apporte un renouveau au parti

Mary Lou McDonald a également joué un rôle décisif dans une forme de « laïcisation » de son parti, longtemps très conservateur lui-même, à l’image de toute la société irlandaise, sur des questions déterminantes comme celle des droits des femmes. Et ce mouvement a pu également jouer en sa faveur, après la victoire, en mai 2018, à plus de 65 % du oui à l’abrogation de l’article constitutionnel interdisant l’interruption volontaire de grossesse en Irlande. La présidente, discrètement engagée sur ces questions depuis de longues années, a su imposer le virage nécessaire au Sinn Féin, histoire de lui permettre de recoller avec une société finalement plus avancée qu’il n’y paraissait, en se focalisant sur ses seuls représentants politiques et, bien sûr, ecclésiastiques. Avec Mary Lou McDonald à sa tête, le Sinn Féin a de bonnes chances de garder longtemps sa longueur d’avance. Qu’elle parvienne, ou non, à former l’indispensable coalition gouvernementale capable d’imposer les politiques de progrès et de justice réclamées par les électrices et les électeurs. L’Irlande jadis réactionnaire a d’ores et déjà tourné la page.

Thomas Lemahieu
 
Portrait. Mary Lou McDonald, la révolution irlandaise - Thomas Lemahieu, L'Humanité, 13 février 2020
Succès historique du Sinn Féin en Irlande: Premières conséquences politiques du Brexit

Avec plus de 530 000 voix en vote de première préférence et 24,5% des voix aux élections législatives irlandaises du 8 février, le Sinn Féin s’impose comme le premier parti en voix dans les 26 comtés du sud de l’Irlande. Cela assure au parti républicain 37 sièges au Parlement de Dublin. Si l’on y ajoute les résultats des élections dans les six comtés du Nord de 2017, le Sinn Féin, avec 700 000 voix, est aujourd’hui le premier parti dans toute l’Irlande.

Pour la première fois depuis la partition de l’île en 1921, la domination des deux partis qui s’échangent ou se partagent le pouvoir au Sud, le Fianna Fáil et le Fine Gael, est remise en cause.

Le Sinn Féin a bâti ce succès historique en approfondissant son orientation républicaine et sociale et en l’adaptant aux nouvelles conditions créées par le Brexit. Son manifeste électoral, intitulé «Donner une pause aux travailleurs et aux familles», est fondé sur la fin des politiques d’austérité néo-libérales, avec des propositions concrètes sur le système public de santé (ouverture de 1500 lits et embauches de médecins et d’infirmier.e.s), des aides pour les travailleurs indépendants, des investissements d’un milliard d’euros dans les transports publics, l’opposition au recul de l’âge de départ à la retraite, la fin des arnaques de la part des compagnies d’assurance privées. Le Sinn Féin allie cette exigence sociale, chiffrée, à une ambition politique majoritaire allant jusqu’à se déclarer clairement candidat à exercer le pouvoir. La décomposition du gouvernement sortant, les menaces sur le système de retraites, les ravages de la spéculation immobilière et les scandales provoqués par les abus des assurances ont marqué la campagne électorale.

Si les enquêtes d’opinion concluent au fait que la question du Brexit n’a sans doute pas été déterminante dans le résultat de ces élections législatives, il n’en demeure pas moins qu’elle aura constitué une des toiles de fond de ces élections. Les résultats du Sinn Féin dans les régions frontalières ne sont pas fortuits. Le sort de l’Irlande, comme l’ensemble de la «relation future» entre le Royaume-Uni et l’UE, n’est pas définitivement réglé, loin s’en faut. L’accord trouvé n’est pour le moment que «transitoire». Le résultat du Sinn Féin au Sud, combiné avec la résolution de la crise politique provoquée par les Unionistes au Nord, est incontestablement un appui majeur pour que les intérêts sociaux et démocratiques du peuple irlandais soient respectés dans ce contexte. Le Sinn Féin défend, à raison, l’application intégrale des accords de paix de 1998, dits «Accords du Vendredi saint», l’établissement d’un comité parlementaire sur l’unité de l’Irlande, et la perspective d’un référendum sur l’unité organisé à la fois au Nord et au Sud. Car le Brexit pose effectivement cette question.

Fabien Roussel a réaffirmé au Sinn Féin la profonde solidarité du PCF et lui a exprimé ses félicitations pour le résultat des élections. La solidarité historique du PCF avec la lutte du peuple irlandais et avec le Sinn Féin reste pleine et entière!

Vincent BOULET
Responsable Europe du PCF

Partager cet article
Repost0
9 février 2020 7 09 /02 /février /2020 09:12
Luchino Visconti: celui qui ouvrit les portes du Néoréalisme entre beauté et Résistance - partie 2 La guerre et le Néoréalisme : Ossessione

Luchino Visconti: celui qui ouvrit les portes du Néoréalisme entre beauté et Résistance

La chronique cinéma d'Andréa Lauro

Partie 2

La guerre et le Néoréalisme : Ossessione

En deux ans Visconti affronte deux graves deuils : sa mère, Carla, meurt en 1939 (la douleur le pousse à déménager pour toujours à Rome), tandis qu’en 1941 s’éteint son père, Joseph. Malgré la souffrance, c’est précisément en 1939 que se renouvelle la collaboration avec Renoir, en déplacement italien, pour tourner « La Tosca ».

Le réalisateur français enrôle Visconti comme scénariste et assistant réalisateur, mais la guerre arrive et la production est suspendue jusqu’à l’année suivante, avec l’assistant Carl Koch à la place de Renoir. Le film sort en 1941 et n’est pas bien accueilli, mais le nom de Visconti commence à circuler dans les milieux cinématographiques romains, en particulier sur la bouche des critiques et des intellectuels rassemblés autour de la revue "Cinema" dirigée par le cinéphile Vittorio Mussolini : Giuseppe De Santis, Gianni Puccini, Mario Alicata, Antonio Pietrangeli, Pietro Ingrao, représentants d’un antifascisme radical, partisans d’une conception de cinéma réaliste qui restitue sans fioriture les conditions sociales de l’Italie sous le régime, en se concentrant sur le peuple, en s’appuyant d’abord à Giovanni Verga.

Visconti s’y lie pour des raisons évidentes de communion d’intentions et d’affinités culturelles et caractérielles, mais encore influencé par Renoir, il regarde vers Verga plus pour les aspects esthétiques-structurels que de contenu et politiques, dans une optique de transcription cinématographique qui ne soit pas une prise documentaire directe, plutôt une reconstruction de la réalité à travers le langage discipliné du « moyen-cinéma », où chaque élément a une disposition méticuleuse visant à constituer une vraisemblance plus efficace que la vérité.

Visconti et son nouveau groupe de référence deviennent inséparables et conçoivent ensemble un grand nombre de films qui ne voient pas la lumière. Ils lisent et rédigent des scénarios à partir des oeuvres de Thomas Mann, Alexandre Dumas, Guy de Maupassant, Herman Melville, mais un seul auteur revient toujours à leurs plans : Verga.

Ils rêvent de transposer "I malavoglia", au risque de se heurter aux héritiers de l’écrivain et de mettre de côté le projet - qui, de toute façon, aboutira des années plus tard dans « La Terra trema ». En remplacement, Visconti propose de travailler à un roman de James M. Cain, "Le facteur sonne toujours deux fois", déjà adapté au cinéma en 1939 par Pierre Chenal, en le réajustant aux circonstances sociales italiennes en vigueur. C’est comme ça qu’il débute officiellement derrière la caméra.

« Ossessione » (1943) marque le début de la saison du néoréalisme : à étiqueter ainsi pour la première fois le film c'est le monteur Mario Serandrei. Classifications historiques mises à part, « Ossessione » est une œuvre que Visconti s’approprie immédiatement, en concrétisant ce qu’il a appris du réalisme poétique de Renoir, des expériences théâtrales, de sa propre tension intérieure tournée dans des directions opposées : classicisme et innovation.

Se situant dans la campagne de Ferrare sur les rives du Pô, l’histoire d’une jeune épouse malheureuse et de son amant, dans l’évolution d’un mélodrame sombre, pour Visconti est l’occasion de discuter des thèmes qui lui sont chers. Le vagabondage de Gino (l’amant, interprété par Massimo Girotti), ses soucis moraux, ses sentiments de culpabilité après le meurtre du mari de Giovanna (Clara Calamai, recrutée après la défection d’Anna Magnani à cause de sa grossesse), l’inaptitude, la paranoïa déploient, au cours du film, des humeurs et des suggestions qui ne s’arrêtent pas à la représentation sociale exclusive, et s’insèrent dans un cadre psychologique complexe, où prennent le dessus l’éthique, la mort, la solitude, la dépression et une sorte de fatalisme pessimiste. La passion obstinée entre Gino et Giovanna est avant tout le portrait douloureux et décadent de deux personnalités désagrégées qui, se poussant au-delà des limites permises, cherchant à réparer un misérable présent, on exclut toute occasion de rachat futur (d’un mari ennuyeux, d’une existence sans débouchés et sans ambitions).

La métaphore de la condition de l’Italie fasciste, dans la volonté de Visconti, n’est pas claire en observant le film, qui en effet mécontente quiconque y a travaillé pour qu’il soit un manifeste politique déclaré d’opposition nette au régime.

Alicata, De Santis, Puccini, Pietrangeli, auteurs avec Visconti du scénario et impliqués pendant le tournage, ils frissonnent les lèvres surtout en face du personnage de l’Espagnol, un saltimbanque à laquelle Gino se joint quand, en colère contre le comportement de Giovanna - qui promet de s’enfuir avec lui pour se rétracter plus tard, accoutumée aux conforts économiques de la routine conjugale petite bourgeoise - et se déplace de Ferrare à Ancône.

L’Espagnol, personnage nodal en cours d’écriture pour représenter des valeurs socialistes et anti-belliciste, icône de la protestation prolétarienne, est avec Visconti privé de la charge subversive idéologique et rendu dérangeant par une évidente homosexualité, à l'époque mal vue à gauche et à droite.

Cela est un symbole de l’opération accomplie par Visconti, de rupture avec les conventions du moment, là où le terrain d’affrontement est la politique. La fracture apportée par « Ossessione » est plus subtile, encore un fois d'un point de vue "artistique". Visconti raisonne sur le fascisme et il s’oppose, sans proclamations ouvertes, mais en pulvérisant l’inoffensif ordre esthétique et idéaliste du cinéma approuvé par le régime : les plateaux de pose, les comédies de coutume, les documents de propagande patriotique, les coûteux films historiques-rhétoriques. Sa "révolution" est linguistique, cinématographique, drastique et profonde mais opaque à la surface, au point que, tourné en 42 et présenté en 43, « Ossessione » sort presque indemne du contrôle de la censure fasciste. Bien que les chroniques parlent d’un Vittorio Mussolini qui, terminé la projection de l’avant-première, serait sorti de la salle en claquant la porte et criant : "Ce n’est pas l’Italie!".

Et il n’a pas tort, puisque la liaison de Gino et Giovanna démolit le système de valeurs familiales et la façade énergique, décisionnaire et optimiste sur lesquelles se fonde la dictature du Duce. Même sans attaques directes, « Ossessione » n’est pas l’Italie des illusions et des mensonges du régime.

A cela il faut ajouter le soin d’une mise en scène composée de plans étudiés minutieusement et de mouvements de machine calibrés, fluides, non seulement subordonnés à l’action; une démarche riche en temps morts intentionnels; le rendu visuel et la dialectique entre personnages et l'environnement qui les entoure; les contrastes du noir et du blanc et les contrastes spatiaux, caractérisés par des intérieurs dominés par un sentiment d’oppression, et extérieurs désolés repris en champ-long. Visconti met en pratique une lecture de la réalité qui est une réinterprétation critique pas ouvertement antifasciste, mais intolérable pour le régime fasciste.

Si donc au départ il est projeté sans censure, « Ossessione » devient bientôt une icône pour tous les jeunes communistes opposés au régime, qui se rassemblent dans les cinémas non seulement pour assister au spectacle, mais aussi pour parler de politique et établir des lignes de conduite antagonistes.

Et ainsi, peu à peu, la répression fasciste prend de l’ampleur, accompagnée par l’opinion de l’Église, qui ne pouvait pas accepter la diffusion d’une œuvre du sujet si dépourvu de vertus - de plus avec au centre un adultère et un sous-texte homosexuel. Des projections interrompues, des fouilles arbitraires de salles, des menaces contre les gérants de cinéma qui programment le film. Le film est également mutilé de plusieurs parties et séquestré pendant une période.

Pendant ce temps l’Italie est dans le chaos, parmi les bombardements de Rome, la fondation de la République Sociale Italienne à Salò, la guerre civile.

Pour Visconti il est temps de participer activement à la Résistance, en mettant à disposition sa maison romaine, transformée en refuge secret pour les militants antifascistes et base opérationnelle où cacher armes et actions concertées de guérilla. Il rejoint donc les forces armées qui, soutenues par les Alliés, remontent l’Italie en combattant les nazis-fascistes au-delà de la Ligne Gustav. Puis il retourne à Rome, où il abrite toujours les partisans et les communistes. Un délit qui n'échappe pas aux autorités fascistes, qui émettent un mandat d’arrêt contre lui. Visconti, et avec lui son cercle d’amis politiques, est obligé de fuir. Il se déplace tout le temps, hébergé par ses connaissances dans l'aristocratie qui prennent le risque de le cacher. Puis, en 1944, il est capturé par la Bande Koch et en détention il assiste aux tortures qui ont rendu tristement célèbre Pietro Koch et son équipe. Fait tragique dans les moments de la libération de Rome, l’intervention de l’actrice Maria Denis, qui accepte les avances lourdes de Koch en échange du salut de Visconti, autrement condamné à être fusillé.

Lire:

Luchino Visconti: celui qui ouvrit les portes du Néoréalisme entre beauté et Résistance, partie 1 - la chronique cinéma d'Andrea Lauro

La chronique cinéma d'Andrea Lauro - Patricio Guzmán: Transformer la mémoire personnelle en mémoire collective n’est pas impossible

Portrait - Andréa : un italien à Morlaix

Heimat, l’œuvre monumentale du réalisateur allemand Edgar Reitz - la critique cinéma d'Andréa Lauro pour le Chiffon Rouge

COMMUNIST'ART: Elio Petri, le cinéaste renégat - par Andréa Lauro

COMMUNIST'ART: Mario Monicelli, cinéaste italien, auteur de Les camarades (1963)

Communist'Art: Soy Cuba - Un film de Michail Kalatozov, une émotion visuelle incroyable qui laisse enchantés et déconcertés - la chronique cinéma d'Andréa Lauro

 

 

Luchino Visconti: celui qui ouvrit les portes du Néoréalisme entre beauté et Résistance - partie 2 La guerre et le Néoréalisme : Ossessione
Partager cet article
Repost0
9 février 2020 7 09 /02 /février /2020 08:55
Luchino Visconti: celui qui ouvrit les portes du Néoréalisme entre beauté et Résistance, partie 1 - la chronique cinéma d'Andrea Lauro

Rejeton d'une riche famille aristocratique, il devint l'un des plus grands cinéastes de tous les temps et un compagnon de route du Parti communiste italien. Andréa Lauro retrace pour le Chiffon Rouge son itinéraire de vie et artistique.

Luchino Visconti: celui qui ouvrit les portes du Néoréalisme entre beauté et Résistance

Partie 1

Par Andréa Lauro

décembre 2019

 

Le comte Luchino Visconti de Modrone est né à Milan le 2 novembre 1906. Son père, Giuseppe, est duc, sa mère, Carla Erba, est la fille et l'héritière du propriétaire de la plus grande maison pharmaceutique italienne de l’époque. Ascendances qui assurent à Luchino et à ses six frères une enfance dorée, aristocratique, très riche, passée dans un palais milanais fréquenté par des nobles et intellectuels de premier plan. C’est entre deux pôles, la mondanité et la culture, que Luchino construit sa personnalité.

Giuseppe et Carla ne sont pas des représentants frivoles d’une classe privilégiée, ou du moins pas seulement. Leur attention aux arts les plus disparates (Giuseppe a des passions théâtrales et picturales, Carla est une musicienne talentueuse) dépasse la simple prétention seigneuriale et se présente comme une interprétation sincère de la vie en termes culturels ; non pas une ostentation de possibilités et d’extrêmes, mais une constante tension intellectuelle qui contamine inévitablement aussi la progéniture, au point qu’au palais Visconti on fait construire un petit théâtre privé pour pouvoir organiser des spectacles "dans la famille".

Luchino, dès son plus jeune âge, pille la bibliothèque de son père et devient un lecteur avide, se mesurant à de grands textes théâtraux et littéraires. Parmi les sept frères, c’est celui qui souffre le plus de certaines contradictions internes au noyau familial et de l’isolement d’une première éducation dispensée avec rigueur entre les murs de la maison par la mère Carla elle-même. Dans ce milieu à la fois d’extrême discipline et d’extrême liberté créative, Visconti croît entouré de stimulations pas seulement intellectuelles : pendant des années à côté des leçons de la mère il y a une ferme éducation physique, réalisée par les soins d'un athlète anglais dont Luchino et les frères révéleront ensuite la folie complète.

Inclination artistique d’un côté, fanatisme physique de l’autre, discipline morale surtout, Visconti en sort adolescent agité et rebelle. Il s’enfuit souvent de chez lui, par amour ou par pur désir d’aventure, et s’évade immanquablement des collèges où ses parents l’enferment pour le punir. Même en jouissant du climat familial qui ne lui fait rien manquer (économiquement, spirituellement, culturellement) il est déjà fort en lui le besoin de s’en détacher pour donner forme à sa propre individualité.

En 1926, peut-être pour répondre aux attentes des autres ou pour lutter contre une vague crise existentielle, il fréquente l’École d’Application de Chevalerie à Pinerolo, devenant sergent-chef. Deux ans plus tard, il se donne, littéralement, à l’hippique, en ouvrant une écurie de chevaux de course, activité à laquelle il se livre avec abnégation pendant longtemps et qui, une fois abandonnée, il aura l’occasion de remercier pour lui avoir révélé que le domaine dans lequel il voulait vraiment exceller était l’art.

Visconti jeune

Visconti jeune

Même pendant les années consacrées à l’art équestre, Visconti ne néglige jamais les intérêts culturels; au contraire, il les intensifie, selon ceux qui lui sont proches à cette époque. Après de nombreuses épreuves littéraires qui montrent une écriture de bon niveau, mais liée à un maniérisme forcé, à la recherche épuisante de la belle phrase, du style "haut", en 1930 il écrit le "Le jeu de la vérité", avec l’ami d’enfance Livio Dell'Anna. Il s’agit d’un texte dramaturgique inspiré d’Henrik Ibsen, de Luigi Pirandello et de la tradition de la comédie bourgeoise, jamais publié ni représenté et pourtant concevable comme le premier travail accompli - et dans les intentions, destiné au public - réalisé par Visconti.

Dès 1932, il commence à fréquenter les salons mondains parisiens, introduit par des connaissances aristocratiques. Ici il interagit avec Jean Cocteau, Kurt Weill, Bertolt Brecht et noue une amitié solide avec Coco Chanel.

Sous l’aile de Jean Cocteau, il se passionne pour le cinéma, un médium qu’il a peu considéré jusqu’ici. Josef von Sternberg, Eric Von Stroheim et les réalisateurs soviétiques l’enlèvent au point de déclencher dans son horizon un processus qui le conduit rapidement à mettre le théâtre au second plan, élisant le cinéma comme un instrument idéal, car il est plus adapté à une reproduction de la réalité.

De retour en Italie, il achète en 1934 une caméra et s’engage à auto-produire un film, avec une équipe et de moyens professionnels. L’histoire voit un jeune de 16 ans quitter les campagnes milanaises pour aller en ville, se heurtant durement à la nouvelle dimension sociale, succombant enfin victime de trois femmes dont il tombe amoureux. Un opéra qui ne voit pas la fin, quand Visconti n’a plus d’argent à investir. Le tournage est réduit en cendres dans un incendie du palais Visconti pendant la guerre, mais avec les témoignages de ceux qui y participent l'on peut isoler au moins deux données intéressantes en vue de ce qui va suivre : le recours prépondérant aux « locations » extérieures et l’utilisation d’une véritable prostituée pour interpréter le rôle, recherchée autour de Milan pour répondre aux demandes d’adhérence esthétique à la réalité du réalisateur.

Le théâtre reste quand même très présent dans la vie de Visconti. De 1936 à 1938 le futur réalisateur s’occupe de la scénographie et des costumes de différents spectacles mis en scène à Milan, Côme et San Remo. C’est l’occasion d’émerger aux yeux de critique et de professionnels, grâce au respect maniaque pour les meubles, pour les objet décoratifs, pour les détails de l’habillement (particularité aussi de la production filmique). Éléments qui donnent crédit à une 'idée de représentation "vivante", composée de personnages marqués par un lien indissoluble à un cadre chargé de déterminer la personnalité de ceux qui l’habitent, de participer à l’action. Une attention aux détails expliquée par la passion de Visconti pour les antiquités, mais qui dans un discours plus organique montre combien la question des relations entre fiction et réalité - fondamentale surtout dans la première étape de la carrière cinématographique - était déjà présente dans sa façon de comprendre la mise en scène.

 

En conjonction avec l’activité théâtrale, Visconti ne se résigne pas et insiste sur le cinéma. Après le film inachevé il écrit des sujets et des scénarios et en 1936 un d’eux est signalée à Gabriel Pascal, producteur français de passage en Italie qui, impressionné par la compétence d’écriture, lui assigne la réalisation d’une transposition de "Novembre" de Flaubert à tourner à Londres. Arrivé en Angleterre, Visconti devine que Pascal prétend avoir plus de contacts et de fonds productifs qu’il n’en a réellement, et que le film ne se fera pas, ou en tout cas pas à ses conditions. Déçu, découragé, il se réfugie à Paris pour se défouler et demander conseil à ses amis sur ses ambitions cinématographiques. Coco Chanel saisit cette occasion pour le présenter et le recommander à Jean Renoir. L’entente entre les deux est immédiate et le français lui confie les costumes et l’assistance générale de "Une partie de Campagne".

Si, d’un point de vue professionnel, la rencontre avec Renoir est cruciale, elle l’est tout autant dans le cadre idéologique. C’est par l’intermédiaire du réalisateur français que se produit en effet la première approche de la politique pour Visconti, un domaine qui, complice un milieu familial depuis toujours désintéressé, ne l’avait jamais stimulé ni particulièrement touché. Mais, ces derniers temps, il commence lui aussi à percevoir l’asphyxie du milieu italien, à la fois du milieu culturel et aristocratique, qui s’enroule sur lui-même, et à la fois du milieu censeur et imprégné d’auto-exaltation du régime fasciste. Renoir, membre du Front populaire français, ne déclenche peut-être pas le ressort définitif vers l’activisme de gauche (il viendra plus tard, pendant et après l’occupation allemande) mais il déplace les positions de Visconti par rapport à la situation dictatoriale européenne, en l’invitant à prendre en considération des facettes de la réalité concrète et pas seulement artistiques.

A suivre.

Andréa Lauro,

pour le Chiffon Rouge, 29 décembre 2019 

A lire aussi:

La chronique cinéma d'Andrea Lauro - Patricio Guzmán: Transformer la mémoire personnelle en mémoire collective n’est pas impossible

Portrait - Andréa : un italien à Morlaix

Heimat, l’œuvre monumentale du réalisateur allemand Edgar Reitz - la critique cinéma d'Andréa Lauro pour le Chiffon Rouge

COMMUNIST'ART: Elio Petri, le cinéaste renégat - par Andréa Lauro

COMMUNIST'ART: Mario Monicelli, cinéaste italien, auteur de Les camarades (1963)

Communist'Art: Soy Cuba - Un film de Michail Kalatozov, une émotion visuelle incroyable qui laisse enchantés et déconcertés - la chronique cinéma d'Andréa Lauro

Renoir et Visconti

Renoir et Visconti

Luchino Visconti: celui qui ouvrit les portes du Néoréalisme entre beauté et Résistance, partie 1 - la chronique cinéma d'Andrea Lauro
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011