Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 15:38

POPULARITE - Ni les chiffres rassurants de la croissance, ni les deux mois consécutifs de baisse du chômage n'ont empêché l'effondrement du couple exécutif. Plombées par la crise sociale et la pénurie d'essence provoquée par le blocage des dépôts et des raffineries, les cotes de popularité de François Hollande et de Manuel Valls accusent une plongée vertigineuse.

Dans la vague du mois de juin du baromètre YouGov réalisé pour Le HuffPost et Itélé, le président de la République perd 5 points et chute à 11% d'opinions favorables. Un record toutes catégories depuis la création de ce baromètre en novembre 2012. Le précédent record d'impopularité du chef de l'Etat avait été établi en novembre 2014. Alors à mi-mandat, François Hollande avait vu son indice de satisfaction s'établir à 12%.

L'enquête de l'institut YouGov a été réalisée entre les 25 et 26 mai dernier, soit en plein milieu de la pénurie d'essence qui a frappé le pays. Frappé de plein fouet par la gestion chaotique de la contestation contre la loi Travail, François Hollande perd des points dans toutes les franges de l'opinion, y compris dans son propre camp. Seuls 36% des sympathisants socialistes et écologistes (-4 points) portent aujourd’hui un jugement favorable sur l'action du président.

Autre enseignement de cette enquête d'opinion, Manuel Valls est désormais aussi impopulaire que ne l'était son prédécesseur Jean-Marc Ayrault lorsqu'il a dû quitter Matignon. Il dégringole de 8 points au mois de juin et voit sa cote de popularité atteindre son plancher record de 14%. Apprécié pour son autorité et longtemps personnalité politique préférée des Français, le premier ministre paye au prix fort le bras de fer engagé avec la CGT qui lui fait perdre des points chez la plupart des électeurs, hormis, et c'est significatif, chez Les Républicains.

"Ça ne va pas mieux"... pour tout le monde

Ces résultats sont un désaveu cinglant au "ça va mieux" lancé par le président de la République reconquérir les faveurs de l'opinion. Signe que les quelques éclaircies constatées sur le front de l'emploi sont loin de convaincre les Français, 75% (+5 points) d'entre eux estiment que l'économie française est aujourd'hui en mauvais état. Ironie du sort, l'une des rares propositions sur lesquelles l'exécutif progresse (+4 points à 34%) est: " Le gouvernement est prêt à prendre des décisions impopulaires si elles sont bonnes pour le pays".

Sans surprise, l'effondrement de l'image du couple exécutif entraîne avec elle celle du gouvernement dans son ensemble. Seules 10% des personnes interrogées (-5 points, un autre record) portent un jugement favorable sur l'action de l'exécutif.

Plus étonnant, la crise sociale éclabousse l'ensemble du personnel politique et n'épargne pas le premier parti d'opposition Les Républicains qui recule sur la quasi-totalité des items. Preuve de l'incertitude qui saisit le pays, à la question "Si demain avaient lieu des élections, préféreriez-vous voir élu un gouvernement de gauche ou de droite?", 27% répondent un gouvernement de gauche (-2 points), 34% un gouvernement de droite (-2 points) tandis que les indécis en gagnent 3 (39%).

Dans notre palmarès des personnalités du mois de juin, la plupart des responsables politiques accusent un net repli.

Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 15:36

Une prof à Macron : « On aimerait que tu fermes ta gueule » http://rue89.nouvelobs.com/2016/05/31/prof-a-macron-aimerait-fermes-gueule-264203

Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 14:50

COMMUNIQUÉ GROUPE CRC - SÉNAT

La droite sénatoriale d’accord avec la philosophie de la loi El Khomri

jeudi 2 juin 2016

Contrairement à ce que le gouvernement avait annoncé, la commission des affaires sociales a adopté l’article 2 du projet de loi visant à « Instituer de nouvelles libertés et de nouvelles protections pour les entreprises et les actifs ».

La majorité sénatoriale de droite partage la philosophie du projet d’inversion de la hiérarchie des normes proposé par le gouvernement socialiste.

En réalité, les modifications apportées en commission reviennent à la version initiale du projet de loi, démontrant une nouvelle fois la connivence politique en matière de casse du droit du travail. La remise en cause des 35 heures effectuée par la droite s’appuie sur l’abaissement du paiement des heures supplémentaires proposé par le projet de loi lui-même.

Finalement, la droite dit tout haut ce que le gouvernement n’assume pas de faire dans son projet de loi, c’est-à-dire imposer le moins-disant social pour les travailleuses et les travailleurs dans notre pays. Nous refusons de participer à cette comédie de désaccords de façade quand sur l’essentiel la philosophie est partagée.

L’ensemble des élus du groupe Communiste républicain et citoyen, avec l’apport des personnes mobilisées contre la loi travail, ont l’intention de mener la bataille parlementaire contre cette loi inique et de porter dans l’hémicycle la voix de celles et ceux qui portent un projet de code du travail du XXIe siècle qui protège et donne davantage de droits d’interventions aux salariés.

Le dossier législatif

DOMINIQUE WATRIN - sénateur communiste du pas-de-Calais

"Il y a une logique commune entre le gouvernement actuel et la droite, entre le Medef et Bruxelles"

jeudi 2 juin 2016

La commission des Affaires sociales du Sénat a adopté, le 1er juin, l’article 2 du projet de loi travail sur l’inversion de la hiérarchie des normes.

"Il y a ici une logique commune entre le gouvernement actuel et la droite, entre le Medef et Bruxelles" explique Dominique Watrin, sénateur du Pas de Calais.

"La droite est si contente du texte qu’elle propose même de supprimer des dispositions votées sous Sarkozy. Mais ce n’est pas tout. Avec une telle courte échelle à toutes les surenchères possibles, elle s’engouffre pour dépasser le texte initial".

La majorité du Sénat propose ainsi de déclencher le seuil des heures supplémentaires à partir de 39heures sans accord collectif. En cas d’activité accrue, elle souhaite autoriser les 46 heures par semaine pendant 16 semaines.

Elle veut aussi renforcer les pouvoirs unilatéraux des patrons sur la fixation des forfaits heures et jours.

"La droite est entrain d’écrire de façon législative son programme de 2017" analyse Dominique Watrin.

L’Humanité du 2 juin 2016

Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 13:10

Intermittents : Solidarité totale avec la mobilisation exemplaire des travailleurs du spectacle (Pierre Laurent)

Le Medef vient de refuser sèchement de valider l'accord de branche du 28 avril concernant le régime des intermittents du spectacle. Il l'a fait avec la complicité des confédérations Cfdt, Cftc, Cgc qui ont réalisé ce tour de force de déjuger leurs propres fédérations du spectacle, signataires de cet accord.
Je condamne avec force ces comportements antisociaux et antidémocratiques. Pierre Gattaz qui n'hésite pas à traiter de voyou les syndicalistes en lutte contre la loi travail ferait bien de ce point de vue de balayer devant sa porte.
Je réaffirme ma solidarité totale avec la mobilisation exemplaire des travailleurs du spectacle à l'origine de l'espoir suscité par l'accord équitable, solidaire et unanimement conclu par tous les syndicats, employeurs et employés, de la profession.
L’État est devant ses responsabilités : il peut et doit agréer l'accord par décret pour application dès le 1e juillet sans se substituer à la nécessaire solidarité interprofessionnelle. C'est l'existence même du régime des intermittents du spectacle et l'avenir de la culture qui sont en jeu.

Intermittents du spectacle: solidarité totale avec la mobilisation exemplaire des travailleurs du spectacle (Pierre Laurent)
Partager cet article
Repost0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 13:05

Louis Aminot

Co-Président de « Nautilus-21 »

Membre de l’Université Européenne de la Paix

Rencontre internationale pour la paix et le progrès

Paris, Colonel Fabien, 1er juin 2016

« Un grand merci au PCF d’avoir pris l’initiative d’organiser cette journée de rencontre internationale pour la paix et le progrès. Ce combat devient plus que jamais le pilier central du combat pour la libération et l’émancipation de notre peuple et de tous les peuples. Depuis ce matin, de riches témoignages, parfois très émouvants, analyses et propositions sont soumises à notre réflexion.

1 Nous vivons un moment où, fuyant les violences et guerres meurtrières, des milliers de Migrants continuent d’affluer - dans des conditions précaires - vers notre Europe réputée accueillante, paisible et attachée aux « Droits des Humains ». Dans ces conditions, parler au lendemain de la déclaration du porte-parole du HCR de l’ONU n’est pas facile. William Spindler ne vient-il pas de confirmer l’ampleur de l’intolérable ? « 2.510 vies ont été perdues en mer durant les cinq premiers mois de cette année, contre 1.855 sur la même période en 2015 », affirme-t-il ! Ce drame est terrible. Aussi, du fait de leur laxisme, de leurs entraves et désinvoltures, plusieurs de mes ami-e-s et moi-même nous interrogeons : quel inconvénient majeur y aurait-il à ce que des pontes de notre Europe soient traduits devant un tribunal international pour « non-assistance à personnes en danger et/ou complicité de crimes contre l’humanité » ?

2 De Brest, je suis un ancien militant anti-guerre, pour la décolonisation, la solidarité et la coopération des peuples, pour le désarmement nucléaire, la « Reconversion » des productions d’armement vers des productions civiles et la construction de la Paix. La Paix ? Je la conçois comme un processus de démilitarisation de l’économie, des rapports sociaux et des relations internationales. Les exigences des producteurs et marchands d’armes se traduisent dans toutes les langues de la même façon. L’art de la guerre signifie l’art de la domination par la violence exercée sous toutes ses formes, des plus cruellement raffinées et sophistiquées aux plus sadiquement « propres » et robotisées. L’objectif de l’art de la guerre ne varie pas d’un pays à l’autre. Il se résume à « toujours plus de profits pour les exploiteurs et puissants ».

3 Obama au Japon. Hollande, Merkel à Verdun. Les « grands » adorent commémorer. Ils lâchent ici et là quelques considérations positives de tonalité pacifique. Mais dénoncent-ils les véritables causes des guerres ? Condamnent-ils les profiteurs, criminels et fauteurs de guerre ? Non. Les « grands » compatissent aux morts. Leurs morts ? Dans leurs actes, ils soutiennent leurs respectifs fabricants et marchands d’armes pour assouvir leurs propres ambitions de puissance et de domination. Pour asseoir son autorité, Hollande revêt les habits de « chef de guerre ». Au nom de la lutte contre le terrorisme, il attise les peurs, généralise la surveillance, promulgue l’état d’urgence, limite les libertés. Hollande réactive le financement des polices et armées. Il assène « nous sommes en guerre » avec l’appui des Dassault et autres groupes apatrides. Peu scrupuleux des Droits de l’Homme, Hollande veut intégrer totalement l’OTAN et installer ses bases en France. Il livre ses Rafales à qui vous savez... Enfin, Hollande cultive l’arme nucléaire du « génocide avec préméditation ».

4 Oui, il faut mettre la bombe nucléaire hors-la-loi. Soutien sans réserve à Paul Quilès (IDN) et Roland Nivet (Mvt de la Paix). Soutien à Nicolas Hulot. Cependant, comment se débarrasser des bombes nucléaires sans se débarrasser du travail et des salariés ? L’élimination et le démantèlement des armes nucléaires n’avanceront pas rapidement et efficacement sans la participation des travailleurs, des techniciens et ingénieurs concernés. La « Reconversion », c’est-à-dire la définition et mise en œuvre d’activités industrielles de substitution, écologiquement et socialement utiles, impliquent leur active contribution.

Un exemple particulier. La loi de programmation militaire Chirac-Million de 1996, appliquée sans amendement par le gouvernement « gauche plurielle » de Lionel Jospin de 1997 à 2002, a conduit l’ancienne DCAN, composée des arsenaux et établissements industriels de l’Etat, a cédé la place à une DCNS « privatisée » au principal bénéfice de Thalès. Cette même année, il y a vingt ans déjà, de vastes manifestations dites « Brest-Debout » rassemblaient la population autour des travailleurs contre les projets de « reformatage des armées » et de « restructuration des Arsenaux ». Ces projets faisaient des personnels civils et militaires la « variable d’ajustement ». Hélas, hélas, ce mouvement ne portait malheureusement pas de projet de « Reconversion » vers des productions civiles. Bonjour les dégâts. L’Arsenal qui a forgé la ville a disparu ! Son chantier de construction navale est effacé des cartes. Brest est industriellement, socialement et écologiquement sinistrée. Des milliers de postes de travail industriels ont été liquidés. Le port militaire se réduit à « Brest-Atomik-Base » pour les quatre sous-marins nucléaires lanceurs d’engins…… En recherche de travail, les jeunes font leur valise.

5 En conséquence, afin que cette belle journée ne reste pas sans lendemain opérationnel, je propose que soit examinée la nécessaire création, au plan national et au plan européen, de groupes de travail pluralistes, composés de travailleurs syndicalistes, de militants de la Paix, d’écologistes, d’élus locaux, de chercheurs, de spécialistes des stratégies, d’économistes, de sociologues et d’ingénieurs, voire de militaires, dont la mission sera de formuler des propositions crédibles :

- Pour la définition, dans chaque secteur, aéronautique, naval, terre, territoire par territoire, entreprise par entreprise, de projets de « Reconversion » des activités militaires vers des productions civiles socialement et écologiquement utiles…

- Pour l’introduction des activités et de toutes les opérations militaires dans toutes les instances et organismes internationaux qui réfléchissent aux alternatives au dérèglement climatique. Nota. Aberration, la COP21 excluait la dimension militaire de ses investigations.

6 Dernières remarques. Thomas Jefferson a écrit : « je crois que les institutions bancaires sont plus dangereuses pour nos libertés que des armées permanentes ». Noam Chomsky écrit : « les classes dirigeantes utilisent l’actuelle crise financière comme un prétexte pour la plus grande offensive jamais menée depuis la deuxième guerre mondiale contre les droits sociaux des peuples ». Bernard Thibault le démontre : « la troisième guerre mondiale est sociale ».

C’est un fait, les « guerres non militaires » existent bel et bien…

D’ailleurs, la guerre financière menée depuis des décennies par les Etats-Unis au reste du monde est probablement la plus dévastatrice des « guerres non militaires ». Cette emprise « otanisée » sape les bases économiques et territoriales de l’Etat social et met les travailleurs du monde en concurrence. Elle détruit les humains et les équilibres sociaux, elle endommage la nature et déréglemente le climat. Elle encourage et organise la destruction de toutes les oppositions démocratiques. Je le sais les théoriciens marxistes discutent la catégorie d’impérialisme. Certes, nous ne sommes plus du temps de Lénine. Cependant, la lutte des classes fait rage au plan international. Elle existe et se développe en France et en Europe. Le mouvement contre la « loi Travail » et « Nuit(s) Debout » en font la démonstration. Sans l’intervention consciente et unie de la classe ouvrière et des classes populaires, il ne peut y avoir de résistances-créations victorieuses. Repensons l’Unité populaire pour le pain, la paix, la liberté. Proposons une Unité populaire capable de construire une République sociale et écologique, une Unité populaire capable de construire une Europe sociale et écologique. Nos adversaires sont organisés, bien qu’archi-minoritaires, ils dominent et contrôlent les institutions internationales pour imposer leur vision (Tafta, etc…).

- N’est-il venu le temps de créer une « nouvelle internationale des travailleurs et progressistes pour la Paix et le progrès » ? En commençant par l’Europe ?

Partager cet article
Repost0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 20:32

La déclaration confédérale CGT de ce 31 mai

Une campagne s'est déclenché autour du thème "P. Martinez met de l'eau dans son vin" en faisant état de sa satisfaction de la prise de contact avec E. Valls aprés 3 mois de conflit.Suggérant donc que la position de la CGT a évolué exigeant l'ouverture de négociations sans le préalable du retrait du projet de loi.

Le pouvoir est engagé dans de grandes manoeuvres en cédant partiellement aux revendications particulières à certains secteurs formulées souvent depuis longtemps ou directement impactées par la loi travail, afin d'empêcher le TOUS ENSEMBLE : intermittents du spectacle, camionneurs, conducteurs de train, enseignants ...

En vue de ne pas céder sur la loi travail.

Les dernières soit disant ouvertures qu'il avançait consistaient à donner aux branches un simple avis sur les accords d'entreprise sans pouvoir les empêcher. En réalité donc en maintenant le principe de priorité absolue des accords d'entreprise et donc d'inversion de la hiérarchie des normes.

Il était donc nécessaire que dans ce contexte la CGT réaffirme l'objectif central du mouvement :

"le retrait de la loi travail afin d'ouvrir de véritables négociations".

La balle est donc bien dans le camp du pouvoir et de la représentation nationale et toutes les raisons militent pour l'ancrage et le développement des luttes et leur extension.

La hargne et la haine de classe qui s'exprime à droite et à l'extrême droite, dans le MEDEF et le pouvoir socialiste étant bien le signe de leurs craintes et de leur surprise d'être confrontés à un mouvement populaire en rebellion contre leur politique de casse des droits des travailleurs, des précaires, des jeunes, des femmes ...

Laurent Berger en porte-parole et interlocuteur exclusif du pouvoir ajoutant son fiel à la campagne anti-CGT en affirmant

"Il y a une dérive de la CGT. Elle se fait déborder par ses courants gauchistes"; et "Aujourd’hui, c’est un comble, on ne demande des comptes qu’à ceux qui s’engagent, qui proposent. Le salaud, le traître, c’est moi, ce n’est pas Philippe Martinez en ce moment !"

Vous avez dit "Syndicalisme rassemblé" ?

_______________________

Mensonges et désinformations

Loi Travail

Décidément la mobilisation majoritaire au sein de l'opinion publique contre le projet de loi travail semble grandement déstabiliser patronat et gouvernement.

Hier, c'est Pierre Gattaz qui a montré le vrai visage d'un patronat rétrograde et irresponsable en insultant la CGT, première organisation syndicale de ce pays.

Il a ciblé, à travers elle, tous les salariés, les jeunes, les privés d'emploi et les retraités mobilisés massivement depuis plus de trois mois pour conserver un code du travail pour tous et gagner de nouveaux droits.

En utilisant, à l'égard de la CGT, des mots aussi violents que « voyous et terroristes », dans le journal Le Monde daté du 30 mai 2016, il a clairement franchi la ligne rouge !

La CGT s'indigne de l'utilisation de tels propos à son encontre, mots qui renvoient à la violence des attentats meurtriers survenus en France en janvier et novembre 2015.

La CGT ne laissera pas de telles accusations sans suites et annonce qu'elle poursuivra Pierre Gattaz en justice.

La CGT attend également de tous les élus de la République et du gouvernement qu'ils réagissent de manière claire et sans ambiguïté à ces déclarations inadmissibles.

La première réaction aurait pu venir ce matin de la ministre du travail et du dialogue social, Myriam El Khomri, qui s'exprimait sur les ondes.

Or, lors de cette émission, la ministre n'a rien fait d'autre que de s'inscrire dans cette même campagne de dénigrement en se contentant de mettre dos à dos la CGT et le MEDEF.

Si elle juge « scandaleux » les propos de Pierre Gattaz, elle met sur le même plan les mots utilisés par le secrétaire général de la CGT.

Et la ministre de ne pas s'arrêter là et de rajouter de l'huile sur le feu :

Alors que la CGT a découvert le projet de loi dans la presse, qu'elle demande depuis des mois la tenue d'un réel dialogue social, que les 7 organisations de salariés et de jeunesse attendent une entrevue avec le Président de la République, à ce jour non accordée, la ministre du travail et du dialogue social a choisi elle, le mensonge et la confrontation.

Elle prétend, en effet, que la CGT a refusé de la rencontrer à de multiples reprises en amont de la présentation de son projet de loi travail.

Par souci de transparence, la CGT met à disposition de tous, la liste exhaustive des RDV à l'initiative du ministère du travail. Il sera, dès lors, simple de constater que la CGT n'en a raté aucun.

Malgré cette campagne de mensonges et de désinformations, le seul enjeu pour la CGT reste le retrait de la loi travail afin d'ouvrir de véritables négociations autour d'un code du travail du XXI° siècle.

Montreuil, le 31 mai 2016

Réponse de la CGT aux manipulations: ne pas céder sur la loi travail
Partager cet article
Repost0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 14:00

Un texte très juste d'Aline Pailler, journaliste à France Culture: le 27 mai 2016.

Crime de lèse majesté!

Le syndicat du livre CGT a bloqué la parution des quotidiens nationaux en ce jour de mobilisation nationale contre la loi travail!

C'est donc une action,du syndicat de la presse ( FILPAC), au même titre que les blocages de port ou autres actions sur les autoroutes ou centrales nucléaires et raffineries.

Mais sur France Inter Laurent Joffrin ( qui bénéficie d'une tribune hebdomadaire sur cette chaîne du Service Public) s'étrangle d'indignation au micro complaisant de sa consœur Sonia Devillers !

La liberté de la presse serait bafouée, "retour à l'URSS" à même osé dire sans rire le patron de Liberation !

Rappelons que Liberation, titre fondé par Jean-Paul Sartre et le décevant Serge July, a été racheté par

Bruno Ledoux qui n'a pas eu peur de s'en prendre à l'indépendance des journalistes dans des mots choisis: ""Je veux les rendre ringards tous ces esprits étriqués et tirer un coup d'avance, un coup cash... Je pense qu'il faut prendre [...] à témoin tous les Français, qui raquent pour ces mecs, pour que tout le monde comprenne bien l'enjeu qui se joue actuellement... D'un côté, la faillite, de l'autre côté, une autre vision....."

Joffrin lui a compris le message de celui dans la main de qui il mange!

Puis ce fut l'entrée de Patrick Drahi au capital de Liberation.

Celui-ci figure sur la liste des personnalités impliquées dans le scandale Panama papiers. Patrick Drahi, patron du groupe de télécommunication et de médias Altice (SFR et Numericable) est la dixième fortune de France et la 205e mondiale.

Rappelons que l'homme d'affaires réalise tous ses achats à crédit et emprunte auprès des banques et sur les marchés financiers.

Voilà pour les patrons de L. Joffrin.

Alors oui je soutiens cette action des ouvriers du livre et ne me sens pas solidaire de mes confrères et consœurs journalistes qui hurlent avec les loups à la sacro-sainte liberté de la presse alors qu'ils collaborent par auto-censure ou par accord idéologique avec les gouvernements et les pouvoirs financiers.

Leur recrutement social, leur formation laisse peu de place à un réel esprit libre et critique de la société capitaliste qui leur convient parfaitement visiblement.

Alors,que tous ces journalistes sont médiatisés jusqu'à l'écœurement et se partagent les temps d'antennes et rubriques, qu'ils ne veuillent pas laisser la place d'une tribune au secrétaire général d'un syndicat ( la CGT) brocardé a l'envie depuis quelques jours, c'est là la véritable atteinte à la liberté de parole et de penser!

Un groupe de ND a écrit une tribune courte pour dénoncer les violences policières et n'a pas trouvé, même en payant, un quotidien national pour le publier!

Alors oui je trouve même amusant de voir l'arroseur arrosé grâce à cette action du syndicat des ouvriers du livre CGT en ce jour de manifestation nationale !

Partager cet article
Repost0
1 juin 2016 3 01 /06 /juin /2016 11:53
Camille Sénon, rescapée d'Oradour sur Glane, militante syndicale et militante de la paix, refuse d'être nommée à l'ordre national du mérite par un gouvernement qui travaille contre les travailleurs

Camille Senon, 93 ans, ancienne militante de la CGT, le cœur et l'esprit toujours à gauche, a reçu un courrier de Matignon le 18 mai dernier.

La vielle dame, survivante du massacre perpétré le 10 juin 1944 par la division SS Das Reich à Oradour-Sur-Glane (Haute Vienne), y apprenait que le premier ministre souhaitait la nommer commandeur de l'Ordre national du mérite.

Voici le refus de Mme Camille Senon, rescapée d’Oradour sur Glane, militante syndicale et militante de la paix, d’être nommée à l’ordre national du mérite : le courrier de Manuel Valls, et la réponse de Camille Senon.

Monsieur le Premier Ministre,

Par lettre du 17 Mai 2016 vous m'informez , je cite "Vous venez d'être nommée directement sur ma proposition au grade de commandeur dans I'ordre national du Mérite"

Or dans le contexte actuel il m'est impossible d'accepter de votre part cette distinction méritée, alors que je suis totalement solidaire des luttes menées depuis 2 mois par les salariés ; les jeunes, une majorité de députés comme de français contre la loi travail que vous venez d'imposer par le 49-3.

Ce serait renier toute ma vie de militante pour plus de justice, de solidarité, de liberté, de fraternité, de paix...

Je vous prie donc de bien vouloir prendre acte de mon refus. Veuillez croire, Monsieur le Premier Minisfe, à I'assurance de mes sentiments démocratique et républicain.

Camille Senon, Limoges

Partager cet article
Repost0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 17:39

Macron rattrapé par son ISF Emmanuel Macron, le 3 mai 2016 © Reuters Jusqu’ici, Emmanuel Macron estimait ne pas être redevable de l’ISF. Mais les vérifications fiscales déclenchées après sa nomination au gouvernement viennent de déboucher sur une réévaluation du patrimoine de son couple.

Partager cet article
Repost0
31 mai 2016 2 31 /05 /mai /2016 16:54
Les députés rejettent la proposition de loi Chassaigne visant à garantir le revenu des agriculteurs

Les députés rejettent la proposition de loi Chassaigne visant à garantir le revenu des agriculteurs

mardi 31 mai 2016

D’accord pour améliorer la situation financière des producteurs, mais pas sur les moyens proposés, les députés n’ont pas adopté, le 26 mai dernier, la proposition de loi présentée par André Chassaigne, visant à garantir le revenu des agriculteurs.

Les trois articles du texte qui ont été rejetés :

le premier instaurant une conférence interannuelle par filière pour fixer des prix plancher et plafond des produits agricoles,
le second encadrant les marges des intermédiaires au moyen d’un coefficient multiplicateur activable en temps de crise
le troisième interdisant la vente à perte

La discussion à l’Assemblée nationale

Le dossier légilsatif

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011