Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2023 7 05 /11 /novembre /2023 18:38
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)
300 personnes à la manifestation du samedi 4 novembre pour un cessez-le-feu à Gaza à Morlaix (Photos de Jean-Luc Le Calvez)

Manif pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza et la fin des massacres. Nos camarades du PCF Morlaix étaient présents dans la manifestation le samedi 4 novembre qui a réuni 300 personnes. Photos de Jean-Luc Le Calvez.

Partager cet article
Repost0
27 octobre 2023 5 27 /10 /octobre /2023 08:01
Manifestations pour un cessez-le-feu à Gaza, une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens à Quimper et à Brest ce samedi 28 octobre à 14h30

Pour un cessez-le-feu immédiat, et une paix juste et durable en Israël et Palestine.

 Rassemblons-nous très nombreux le samedi 28 octobre à 14h30

 place Saint-Corentin à Quimper

Ce texte commun sera lu au départ place Saint-Corentin au nom des 17 organisations appelant à la manifestation :

AFPS, ACAT Quimper-Cornouaille, ARAC, ATTAC, CNT 29, Comité de jumelage Douarnenez-Rashidiyé, Ensemble !, FSU, Jeunesses communistes 29, LDH, LFI, Mouvement de la Paix, NPA, PCF, PG, Solidaires, Union locale CGT de Quimper

Manifestations pour un cessez-le-feu à Gaza, une paix juste et durable entre Palestiniens et Israéliens à Quimper et à Brest ce samedi 28 octobre à 14h30

Après l’interdiction de la manifestation prévue le 21 octobre, nous avons eu confirmation que cette manifestation du 28 octobre à BREST, place de la Liberté à 14h30, est autorisée.

COMMUNIQUE

Des événements dramatiques se déroulent au Proche-Orient, Israël et Palestine, depuis le 7 octobre. Déjà des milliers de morts et blessés, notamment dans la bande de Gaza soumise à d’intenses bombardements israéliens depuis 20 jours 1. Les civils paient un prix très lourd.

Attachés au droit international, nous condamnons tous les actes visant les populations civiles et nous demandons un cessez-le-feu immédiat.

En France, comme à Brest, des manifestations de soutien au peuple palestinien ont été interdites par le ministre de l’Intérieur. Atteinte évidente à la liberté d’expression et de manifester, pourtant inscrites dans le droit français.

POUR UNE PAIX JUSTE AU PROCHE-ORIENT

POUR L’ARRET IMMEDIAT DES BOMBARDEMENTS ET DES MASSACRES

POUR LE RESPECT DU DROIT INTERNATIONAL ET DU DROIT HUMANITAIRE

POUR LA LIBERTÉ D’EXPRESSION ET DE MANIFESTATION

Les signataires appellent à un rassemblement suivi d’une manifestation

à Brest samedi 28 octobre à 14 h 30, place de la Liberté

Association France Palestine Solidarité, CGT Brest, France insoumise, Fédération syndicale unitaire, Gauche éco-socialiste, Ligue des Droits de l’Homme, Mouvement de la Paix, Mouvement des Jeunes Communistes français, Mouvement contre le Racisme et pour l’Amitié entre les Peuples, Nouveau Parti anticapitaliste, Parti communiste français, Solidaires 29, Union communiste libertaire, Union démocratique bretonne, Union pirate, Université européenne de la Paix

 

1 A ce jour 1 400 morts et environ 5 600 blessés israéliens suite à l’attaque du Hamas le 7 octobre ;

au moins 7000 morts palestiniens et plus de 3000 enfants tués et plus de 20 000 blessés (sources : RFI et le Monde)

Partager cet article
Repost0
26 octobre 2023 4 26 /10 /octobre /2023 04:56
Rassemblement pour Gaza et le peuple palestinien sous les bombes à Morlaix ce 25 octobre - Lecture de la lettre à Macron de l'écrivaine libanaise Dominique Eddé
Rassemblement pour Gaza et le peuple palestinien sous les bombes à Morlaix ce 25 octobre - Lecture de la lettre à Macron de l'écrivaine libanaise Dominique Eddé
Rassemblement pour Gaza et le peuple palestinien sous les bombes à Morlaix ce 25 octobre - Lecture de la lettre à Macron de l'écrivaine libanaise Dominique Eddé
Rassemblement pour Gaza et le peuple palestinien sous les bombes à Morlaix ce 25 octobre - Lecture de la lettre à Macron de l'écrivaine libanaise Dominique Eddé
Beaucoup de monde et d'émotion au rassemblement pour un cessez-le-feu immédiat à Gaza devant le kiosque à Morlaix. Des prises de parole fortes et une commune détermination à peser sur notre gouvernement et notre président pour qu'il pèse pour l'arrêt des massacres et l'affirmation d'une paix entre Israéliens et Palestiniens fondée sur la justice.
 
François Rippe, président de l'AFPS pays de Morlaix, a notamment lu cette tribune puissante de Dominique Eddé, écrivaine libanaise, parue dans "L'Humanité", tribune adressée au président Macron:
 
" Monsieur le Président,
C'est d'un lieu ruiné, abusé, manipulé de toutes parts, que je vous adresse cette lettre. Il se pourrait qu’à l’heure actuelle, notre expérience de l'impuissance et de la défaite ne soit pas inutile à ceux qui, comme vous, affrontent des équations explosives et les limites de leur toute puissance.
Je vous écris parce que la France est membre du Conseil de sécurité de l'ONU et que la sécurité du monde est en danger. Je vous écris au nom de la paix.
L’horreur qu’endurent en ce moment les Gazaouis, avec l’aval d’une grande partie du monde, est une abomination. Elle résume la défaite sans nom de notre histoire moderne. La vôtre et la nôtre. Le Liban, l’Irak, la Syrie sont sous terre. La Palestine est déchirée, trouée, déchiquetée selon un plan parfaitement clair : son annexion. Il suffit pour s’en convaincre de regarder les cartes.
Le massacre par le Hamas de centaines de civils israéliens, le 7 octobre dernier, n’est pas un acte de guerre. C'est une ignominie. Il n'est pas de mots pour en dire l'étendue. Si les arabes ou les musulmans tardent, pour nombre d’entre eux, à en dénoncer la barbarie, c’est que leur histoire récente est jonchée de carnages, toutes confessions confondues, et que leur trop plein d’humiliation et d’impotence a fini par épuiser leur réserve d’indignation ; par les enfermer dans le ressentiment. Leur mémoire est hantée par les massacres, longtemps ignorés, commis par des Israéliens sur des civils palestiniens pour s’emparer de leurs terres. Je pense à Deir Yassin en 1948, à Kfar Qassem en 1956. Ils ont par ailleurs la conviction – je la partage – que l’implantation d’Israël dans la région et la brutalité des moyens employés pour assurer sa domination et sa sécurité ont très largement contribué au démembrement, à l’effondrement général. Le colonialisme, la politique de répression violente et le régime d’apartheid de ce pays sont des faits indéniables. S’entêter dans le déni, c’est entretenir le feu dans les cerveaux des uns et le leurre dans les cerveaux des autres. Nous savons tous par ailleurs que l’islamisme incendiaire s’est largement nourri de cette plaie ouverte qui ne s’appelle pas pour rien « la Terre sainte ». Je vous rappelle au passage que le Hezbollah est né au Liban au lendemain de l’occupation israélienne, en 1982, et que les désastreuses guerres du Golfe ont donné un coup d’accélérateur fatal au fanatisme religieux dans la région.
Qu’une bonne partie des Israéliens reste traumatisée par l’abomination de la Shoah et qu’il faille en tenir compte, cela va de soi. Que vous soyez occupé à prévenir les actes antisémites en France, cela aussi est une évidence. Mais que vous en arriviez au point de ne plus rien entendre de ce qui se vit ailleurs et autrement, de nier une souffrance au prétexte d’en soigner une autre, cela ne contribue pas à pacifier. Cela revient à censurer, diviser, boucher l’horizon. Combien de temps encore allez-vous, ainsi que les autorités allemandes, continuer à puiser dans la peur du peuple juif un remède à votre culpabilité ? Elle n’est plus tolérable cette logique qui consiste à s’acquitter d’un passé odieux en en faisant porter le poids à ceux qui n’y sont pour rien. Écoutez plutôt les dissidents israéliens qui, eux, entretiennent l’honneur. Ils sont nombreux à vous alerter, depuis Israël et les États-Unis.
Commencez, vous les Européens, par exiger l’arrêt immédiat des bombardements de Gaza. Vous n'affaiblirez pas le Hamas ni ne protégerez les Israéliens en laissant la guerre se poursuivre. Usez de votre voix non pas seulement pour un aménagement de corridors humanitaires dans le sillage de la politique américaine, mais pour un appel à la paix ! La souffrance endurée, une décennie après l’autre, par les Palestiniens n’est plus soutenable. Cessez d’accorder votre blanc-seing à la politique israélienne qui emmène tout le monde dans le mur, ses citoyens inclus. La reconnaissance, par les États-Unis, en 2018, de Jérusalem capitale d’Israël ne vous a pas fait broncher. Ce n’était pas qu’une insulte à l’histoire, c’était une bombe. Votre mission était de défendre le bon sens que prônait Germaine Tillion « Une Jérusalem internationale, ouverte aux trois monothéismes. » Vous avez avalisé, cette même année, l’adoption par la Knesset de la loi fondamentale définissant Israël comme « l’État-Nation du peuple juif ». Avez-vous songé un instant, en vous taisant, aux vingt et un pour cent d'Israéliens non juifs ? L’année suivante, vous avez pour votre part, Monsieur le Président, annoncé que « l’antisionisme est une des formes modernes de l’antisémitisme. » La boucle était bouclée. D’une formule, vous avez mis une croix sur toutes les nuances. Vous avez feint d’ignorer que, d’Isaac Breuer à Albert Einstein, un grand nombre de penseurs juifs étaient antisionistes. Vous avez nié tous ceux d’entre nous qui se battent pour faire reculer l’antisémitisme sans laisser tomber les Palestiniens. Vous passez outre le long chemin que nous avons fait, du côté dit « antisioniste », pour changer de vocabulaire, pour reconnaître Israël, pour vouloir un avenir qui reprenne en compte les belles heures d'un passé partagé. Les flots de haine qui circulent sur les réseaux sociaux, à l’égard des uns comme des autres, n’exigent-ils pas du responsable que vous êtes un surcroît de vigilance dans l’emploi des mots, la construction des phrases ? À propos de paix, Monsieur le Président, l’absence de ce mot dans votre bouche, au lendemain du 7 octobre, nous a sidérés. Que cherchons-nous d’autre qu’elle au moment où la planète flirte avec le vide ?
Les accords d’Abraham ont porté le mépris, l’arrogance capitaliste et la mauvaise foi politique à leur comble. Est-il acceptable de réduire la culture arabe et islamique à des contrats juteux assortis – avec le concours passif de la France – d’accords de paix gérés comme des affaires immobilières ? Le projet sioniste est dans une impasse. Aider les Israéliens à en sortir demande un immense effort d’imagination et d’empathie qui est le contraire de la complaisance aveuglée. Assurer la sécurité du peuple israélien c’est l’aider à penser l’avenir, à l’anticiper, et non pas le fixer une fois pour toutes à l’endroit de votre bonne conscience, l’œil collé au rétroviseur. Ici, au Liban, nous avons échoué à faire en sorte que vivre et vivre ensemble ne soient qu’une et même chose. Par notre faute ? En partie, oui. Mais pas seulement. Loin de là. Ce projet était l’inverse du projet israélien qui n’a cessé de manœuvrer pour le rendre impossible, pour prouver la faillite de la coexistence, pour encourager la fragmentation communautaire, les ghettos. À présent que toute cette partie du monde est au fond du trou, n’est-il pas temps de décider de tout faire autrement ? Seule une réinvention radicale de son histoire peut rétablir de l’horizon.
En attendant, la situation dégénère de jour en jour : il n’y a plus de place pour les postures indignées et les déclarations humanitaires. Nous voulons des actes. Revenez aux règles élémentaires du droit international. Demandez l’application, pour commencer, des résolutions de l’ONU. La mise en demeure des islamistes passe par celle des autorités israéliennes. Cessez de soutenir le nationalisme religieux d'un côté et de le fustiger de l'autre. Combattez les deux. Rompez cette atmosphère malsaine qui donne aux Français de religion musulmane le sentiment d’être en trop s’ils ne sont pas muets.
Écoutez Nelson Mandela, admiré de tous à bon compte : « Nous savons parfaitement que notre liberté est incomplète sans celle des Palestiniens, » disait-il sans détour. Il savait, lui, qu’on ne fabrique que de la haine sur les bases de l’humiliation. On traitait d’animaux les noirs d’Afrique du Sud. Les juifs aussi étaient traités d’animaux par les nazis. Est-il pensable que personne, parmi vous, n’ait publiquement dénoncé l’emploi de ce mot par un ministre israélien au sujet du peuple palestinien ? N’est-il pas temps d’aider les mémoires à communiquer, de les entendre, de chercher à comprendre là où ça coince, là où ça fait mal, plutôt que de céder aux affects primaires et de renforcer les verrous ? Et si la douleur immense qu’éprouve chaque habitant de cette région pouvait être le déclic d’un début de volonté commune de tout faire autrement ? Et si l’on comprenait soudain, à force d’épuisement, qu’il suffit d’un rien pour faire la paix, tout comme il suffit d’un rien pour déclencher la guerre ? Ce « rien » nécessaire à la paix, êtes-vous sûrs d’en avoir fait le tour ? Je connais beaucoup d’Israéliens qui rêvent, comme moi, d’un mouvement de reconnaissance, d’un retour à la raison, d’une vie commune. Nous ne sommes qu’une minorité ? Quelle était la proportion des résistants français lors de l’occupation ? N’enterrez pas ce mouvement. Encouragez-le. Ne cédez pas à la fusion morbide de la phobie et de la peur. Ce n’est plus seulement de la liberté de tous qu’il s’agit désormais. C’est d’un minimum d’équilibre et de clarté politique en dehors desquels c’est la sécurité mondiale qui risque d’être dynamitée."
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2023 3 18 /10 /octobre /2023 12:46
250 à 300 personnes au rassemblement de Morlaix le lundi 16 octobre au rassemblement de recueillement en hommage aux enseignants victimes du terrorisme islamiste Dominique Bernard et Samuel Paty, et aux blessés de l'attaque d'Arras (photos de Pierre-Yvon Boisnard)
250 à 300 personnes au rassemblement de Morlaix le lundi 16 octobre au rassemblement de recueillement en hommage aux enseignants victimes du terrorisme islamiste Dominique Bernard et Samuel Paty, et aux blessés de l'attaque d'Arras (photos de Pierre-Yvon Boisnard)
250 à 300 personnes au rassemblement de Morlaix le lundi 16 octobre au rassemblement de recueillement en hommage aux enseignants victimes du terrorisme islamiste Dominique Bernard et Samuel Paty, et aux blessés de l'attaque d'Arras (photos de Pierre-Yvon Boisnard)
250 à 300 personnes au rassemblement de Morlaix le lundi 16 octobre au rassemblement de recueillement en hommage aux enseignants victimes du terrorisme islamiste Dominique Bernard et Samuel Paty, et aux blessés de l'attaque d'Arras (photos de Pierre-Yvon Boisnard)
250 à 300 personnes au rassemblement de Morlaix le lundi 16 octobre au rassemblement de recueillement en hommage aux enseignants victimes du terrorisme islamiste Dominique Bernard et Samuel Paty, et aux blessés de l'attaque d'Arras (photos de Pierre-Yvon Boisnard)

Morlaix, 18h.

Des centaines de personnes présentes à l'hommage à l'enseignant assassiné dans son lycée Dominique Bernard initié par l'intersyndicale des enseignants ainsi qu'aux trois personnels du lycée d'Arras blessés dans l'attaque terroriste islamiste de vendredi dernier.

Et une émotion fortement partagée.

Merci à Pierre-Yvon Boisnard pour ses photos.

Partager cet article
Repost0
1 octobre 2023 7 01 /10 /octobre /2023 06:38
En manifestation pour l'hôpital public de Carhaix à Quimper ce samedi 30 septembre
En manifestation pour l'hôpital public de Carhaix à Quimper ce samedi 30 septembre
En manifestation pour l'hôpital public de Carhaix à Quimper ce samedi 30 septembre
En manifestation pour l'hôpital public de Carhaix à Quimper ce samedi 30 septembre
En manifestation pour l'hôpital public de Carhaix à Quimper ce samedi 30 septembre
En manifestation pour l'hôpital public de Carhaix à Quimper ce samedi 30 septembre

Manifestation pour l'hôpital public et l'ouverture des urgences de l'hôpital de Carhaix de 18h30 à 8h30. Nous luttons contre la politique d'austérité qui détruit notre hôpital public. Manif à Quimper ce samedi 30 septembre de 11h à 13h.

Des camarades du MJCF, du PCF de Carhaix-Huelgoat, Quimper, du pays bigouden, du cap Sizun, de Concarneau, Morlaix, étaient présents pour défendre l'hôpital de Carhaix comme l'hôpital public en général dans l'intégralité de ses missions au service des citoyens et de la santé publique.

Voici le communiqué du PCF Finistère appelant à cette manifestation:

Alerte rouge sur nos hôpitaux publics !

Stop à la folie des fermetures de services et d’établissements et à la dégradation de l’accès aux soins !

 

La fédération du Finistère du Parti communiste français appelle toutes et tous à se rassembler samedi 30 septembre à 11h devant la préfecture du Finistère pour exiger la réouverture des urgences de nuit à l’hôpital de Carhaix et des moyens humains et financiers pour nos hôpitaux publics à la hauteur des besoins de santé de la population.

 

En juin dernier plusieurs milliers de personnes manifestaient à Guingamp contre les menaces de fermetures de maternités et de services hospitaliers en Bretagne et pour un accès aux soins digne et de qualité pour tous et dans tous nos territoires.

Les communistes, leurs élus, étaient présents pour défendre nos hôpitaux publics, pivots de notre système de soins.

L’été passé, avec bien des difficultés et des souffrances pour ceux qui y travaillent comme pour leurs patients, rien n’a été réglé.

La promesse de réouverture des urgences de nuit à Carhaix au 1er septembre n’a pas été tenue, et tous les hôpitaux finistériens restent dans une grande tension, les personnels des urgences de Quimper-Concarneau , impactés aussi par la fermeture de Carhaix, ont déposé des droits de retrait, comme ceux de médecine à Brest, des opérations ont été déprogrammées.

C’est un cycle infernal qui s’est engagé.

Salaires insuffisants, conditions de travail difficiles, contradiction entre le choix de professions dont la finalité est de prendre soin et la réalité trop souvent inhumaine de ces métiers, la perte de sens qui en découle, ont provoqué une crise de recrutement sans précédent dans la santé et le médico-social, hôpitaux, Ehpad, aide à domicile, enfance, handicap…

Ce qui contribue à dégrader plus encore la situation.

Notre santé est en danger, l’accès aux soins se réduit comme peau de chagrin, les inégalités sociales et territoriales se creusent.

Notre Sécurité sociale, immense avancée de civilisation, mise en place à la Libération par le ministre communiste Ambroise Croizat, a été grignotée et affaiblie au fil du temps.

 

C’est le résultat de décennies de choix politiques libéraux dictés par les logiques de rentabilité, de marchandisation, de privatisation, avec une obsession, diminuer les dépenses publiques de santé, au mépris du coût social et humain.

Encore 21 000 fermetures de lits hospitaliers entre fin 2016 et fin 2021, pour une grande part dans le 1er quinquennat de Macron, y compris en pleine pandémie.

Et l’an dernier, le PLFSS, projet de loi de financement de la Sécurité Sociale, a été adopté sans vote grâce au 49-3, et à un taux inférieur à celui de l’inflation, donc un budget de la santé en baisse en euros constants.

Stop à cette politique régressive et austéritaire qui maltraite la population !

Les communistes proposent un plan d’urgence pour l’hôpital public, avec des centaines de milliers de créations d’emplois, pour les Ehpad aussi.

Les richesses produites par le travail doivent aller à la satisfaction des besoins fondamentaux, pas à l’enrichissement des actionnaires.

 

Samedi 30 septembre à 11h à la préfecture de Quimper, exigeons toutes et tous ensemble l’arrêt des fermetures de lits et de services, des moyens pour nos hôpitaux pour permettre à tous les citoyens, où qu’ils soient, un réel accès à une offre publique de soins de qualité, et pour 2024 une loi de financement de la Sécurité Sociale qui réponde aux besoins de santé.

 

Partager cet article
Repost0
18 juin 2023 7 18 /06 /juin /2023 07:00
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons
4000 manifestants à Guingamp pour la manifestation régionale de défense de l'hôpital public, dont plusieurs centaines de communistes bretons

4000 manifestants.

Très belle mobilisation hier, samedi 17 juin, à l'initiative du comité de défense de l'hôpital de Guingamp, pour défendre la maternité de Guingamp, et des comités de défense des hôpitaux bretons (Douarnenez- Concarneau- Dinard - Carhaix - Landerneau, etc) pour une politique qui mette enfin des moyens dans la préservation de la qualité des soins et des services dans les hôpitaux publics.

Les 4 fédérations bretonnes du PCF et le MJCF Bretagne étaient bien représentés, avec près de 200 manifestants dans le grand rassemblement de Guingamp et notre camarade Gladys Grelaud, conseillère régionale PCF, a eu une très forte prise pour le comité Femmes Solidaires de Landerneau.

***

Guingamp. Près de 4 000 personnes dans les rues pour défendre la maternité

L'écho de l'Armor et l'Argoat - Edouard Kefriden

https://actu.fr/bretagne/guingamp_22070/guingamp-pres-de-4-000-personnes-dans-les-rues-pour-defendre-la-maternite_59745200.html

Environ 4 000 personnes étaient mobilisées ce samedi 17 juin 2023 pour défendre la maternité, menacée de fermeture à Guingamp. Une importante mobilisation.

Belle mobilisation ce samedi 17 juin à Guingamp. Près de 4 000 personnes étaient réunies ce matin pour défiler, en signe de soutien à la maternité, menacée de fermeture dans les mois à venir. Les accouchements y sont déjà suspendus depuis plusieurs semaines maintenant. 

Les hôpitaux bretons solidaires

Le rassemblement a démarré devant le stade de Roudourou, à 10h30, par des prises de paroles des comités de soutiens de plusieurs hôpitaux bretons, eux aussi menacés par des fermetures de services, comme Concarneau, Landerneau ou Dinan par exemple.

« Fermer un hôpital est un choix politique. Quand tout sera privé, on sera privé de tout », ont-ils lancé aux manifestants, très nombreux devant le stade des Rouge et Noir de Guingamp. 

« Être devant ce stade, c’est tout un symbole. Nous jouons ici le match pour le maintien de la maternité et d’un hôpital de plein exercice », a ainsi rappelé Yann-Fanch Durand, coprésident du comité de défense de l’hôpital de Guingamp.

« L’hôpital restera, Guingamp vivra

A 11h30, le défilé s’est élancé de Roudourou vers le centre-ville, passant par l’avenue Kennedy et la rue Saint-Yves, avant de remonter vers l’hôpital, à Pabu. Parmi les slogans du défilé, on retiendra ceux-ci : « L’hôpital restera, Guingamp vivra », ou encore « Détruire nos hôpitaux, politique de barjots ». 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2023 6 17 /06 /juin /2023 06:00
15 juin, Manifestation à Mendès France pour l'ouverture de la 3ème Classe de 6ème et l'acceptation des demandes de dérogation des familles des enfants de CM2 des écoles du secteur

15 juin, Manifestation à Mendès France pour l'ouverture de la 3ème Classe de 6ème et l'acceptation des demandes de dérogation des familles des enfants de CM2 des écoles du secteur

15 juin, Manifestation à Mendès France pour l'ouverture de la 3ème Classe de 6ème et l'acceptation des demandes de dérogation des familles des enfants de CM2 des écoles du secteur

15 juin, Manifestation à Mendès France pour l'ouverture de la 3ème Classe de 6ème et l'acceptation des demandes de dérogation des familles des enfants de CM2 des écoles du secteur

15 juin, Manifestation à Mendès France pour l'ouverture de la 3ème Classe de 6ème et l'acceptation des demandes de dérogation des familles des enfants de CM2 des écoles du secteur

15 juin, Manifestation à Mendès France pour l'ouverture de la 3ème Classe de 6ème et l'acceptation des demandes de dérogation des familles des enfants de CM2 des écoles du secteur

Signez la pétition Change.org pour l'ouverture d'une troisième classe de 6ème au Collège Mendès France de Morlaix:

https://www.change.org/p/ouverture-d-une-classe-de-6%C3%A8-coll%C3%A8ge-mend%C3%A8s-france-morlaix

Ouverture d'une classe de 6è Collège Mendès France Morlaix

!!! EDUCATION EN DANGER !!!

Classes surchargées au Collège Mendès France de Morlaix.

6 élèves refusés. 

Ouverture d'une 3è classe de sixième NECESSAIRE.

MOBILISONS-NOUS

Courrier de Ismaël Dupont et Gaëlle Zaneguy , conseillers départementaux du canton de Morlaix, à la direction académique ce vendredi 15 juin:

 

Madame la Directrice académique,

Saisis à la fois, par les parents des élèves du Collège Mendès France, des écoles primaires publiques du secteur, Jean Piaget, Jean Jaurès, Corentin Caër, et par les personnels du collège Mendès France, nous tenons, en tant que conseillers départementaux du canton de Morlaix, à vous exprimer notre incompréhension sur la question des refus de dérogation.

Les refus de 6 des 9 dérogations demandées pour intégrer le collège Mendès France pour des élèves de CM2 des écoles du quartier ou habitant le quartier, laissent des familles dans le désarroi.

A ce jour, les effectifs officiels sont à 54 élèves affectés + 4 ULIS, donc 58 élèves, répartis en deux classes ; une troisième classe, serait une garantie d’effectifs raisonnables en 6ème, notamment pour favoriser la bonne inclusion des élèves en ULIS et la prise en compte des besoins spécifiques des élèves les plus fragilisés dans les apprentissages.

Les six familles de ces élèves verbalisent un mécontentement d’autant que leurs enfants souhaitent aller au collège Mendès France pour suivre leurs pairs des écoles primaires de Jean Piaget ou Corentin Caër, ou parce qu'ils habitent juste à côté du collège. Tout comme l’équipe pédagogique, ils ont le sentiment, que ces dérogations ont été refusées dans le but de ne pas ouvrir une classe supplémentaire.

Or, au-delà des cas particuliers des refus pour 6 élèves concernés sur les 9 demandes formulées, ce sont les conditions d'enseignement et d'apprentissages de l'ensemble des élèves de sixième qui sont impactées. L'ouverture d'une autre classe de 6 ème  doit à notre sens se faire, notamment à travers la validation des dérogations, ici demandées pour les "sections sportives", pour des motifs de continuité pédagogique, et de réelle proximité géographique. Cela favoriserait la mixité sociale car le collège Mendès France a un des IPS les moins « favorisés » du département et de Bretagne, dans la ville avec le plus fort taux de pauvreté du Finistère : l'IPS à la rentrée 2022-2023 était de 96,7. Cela irait aussi dans le sens d’un enseignement de meilleure qualité pour l'ensemble des élèves et du corps enseignant.

L’attractivité du collège est la récompense du travail de liaison école-collège de grande qualité accompli avec les professeurs des écoles du secteur. Elle est aussi, une marque de confiance et de reconnaissance dans le quartier et les écoles du secteur, du dynamisme et de la cohérence des équipes de direction, vie scolaire, professeurs, et de l’ensemble des personnels de l’établissement qui concourent à faire réussir les élèves dans un établissement où ils verbalisent leur sentiment de bien-être. C’est plus difficile avec des classes à 30, évidemment !

Dans ce contexte, cette décision mobilise l'ensemble des parents d'élèves des écoles primaires alentours, les DDEN, les parents d’élèves du collège Pierre Mendès France,  les équipes enseignantes, les Association de Parents d’élèves de ces établissements, les élu.e.s du territoire à savoir, Maire de Morlaix, Sénateur, Conseillers Départementaux. Tous ont exprimé leur volonté de se mobiliser le jeudi 15 juin devant l’établissement.

Nous, Conseillers départementaux du canton de Morlaix et du Finistère, sommes solidaires de leurs préoccupations légitimes, et nous vous demandons donc d’accorder :

  •  L’ouverture d’une troisième classe de 6ème au collège Mendès France,
  •  Les demandes de dérogation légitimes qui ont été faites,

Nous sommes disponibles pour échanger avec vous, ou participer à des temps d’échanges que vous pourriez proposer aux parents d’élèves, aux personnels de l’établissement Mendès France pour obtenir la satisfaction de leur légitime revendication.

Veuillez recevoir l’expression de nos sincères et respectueuses salutations,

Respectueusement,

Gaëlle Zaneguy et Ismaël Dupont, conseillers départementaux du Canton de Morlaix

 

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2023 6 17 /06 /juin /2023 05:59
​Hôpital public : Stop à la folie des fermetures et la baisse des moyens - Appel du PCF Bretagne à participer très nombreux à la manifestation du samedi 17 juin à Guingamp
​Hôpital public : Stop à la folie des fermetures et la baisse des moyens - Appel du PCF Bretagne à participer très nombreux à la manifestation du samedi 17 juin à Guingamp
Hôpital public : Stop à la folie des fermetures et la baisse des moyens

Malgré la pandémie qui nous a frappés en 2020, partout en France les fermetures des hôpitaux continuent !

Si nous avons pu faire face à la pandémie ce fut grâce à l’investissement de nos personnels soignants qui sortent aujourd’hui exsangues à cause des moyens humains et financiers qui ont fait défaut.

Le rapport du professeur VILLE, préconisant la fermeture de 111 maternités en France dont 6 en Bretagne, au nom de la sécurité de la mère et de l’enfant, est sans aucun doute dans la droite ligne de la politique néo-libérale du gouvernement. Alors que le centre Bretagne est confronté à un manque cruel de médecins, dans tous les domaines, l’annonce qui est faite est ressentie, à juste titre, comme une injustice supplémentaire par la population.

 Cette politique est dévastatrice pour l’ensemble du secteur de la santé. Notre région Bretagne, comme malheureusement bien d’autres, est confrontée à cette logique comptable qui a pour conséquence la non prise en compte des besoins des populations. Elle renforce à juste titre le sentiment de délaissement.

C’est notre santé qui est en danger avec un accès aux soins qui se réduit jour après jour comme peau de chagrin !

Sous le dernier quinquennat, plus de 17 000 lits ont été fermés dont 5 400 en 2020 en pleine pandémie ! Depuis 2008, ce sont 10 000 postes qui ont été supprimés par an !

Nous avons besoin d’une mobilisation unitaire de toutes les organisations politiques, syndicales, associatives, citoyennes pour la défense de nos hôpitaux et structures de santé.

La fermeture annoncée ou possible des maternités, comme celles de Guingamp, Carhaix, Lannion, Ploërmel et Redon, ou encore Landerneau est la pierre angulaire à la fermeture des hôpitaux de proximité.

Les Fédérations du Parti Communiste Français de la Région Bretagne sont solidaires des personnels de ces hôpitaux, de la population, qui luttent pour maintenir un accès aux soins de qualité dans un environnement assurant une prise en charge rapide.

Fermer une maternité n’est pas une obligation comme nous voudrions nous le faire croire, c’est un choix de société. C’est un choix politique. Ça n’est nullement celui des communistes. Nous devons donc combattre cette volonté néolibérale qui a pour but de livrer au secteur privé et aux profits, notre système de santé et donc, notre Sécurité Sociale, immense progrès de civilisation portée par Ambroise Croizat, ministre communiste du travail.

Il est temps de dire stop !

Face à la colère qui ne cesse de grandir dans les établissements sanitaires et sociaux, le personnel et les usagers exigent l’arrêt des fermetures, la réouverture des lits fermés et l’accès pour toutes et tous à l’offre de soins publics.

Le PCF propose un grand service public de santé et d’action sociale :

  • L’arrêt des restructurations hospitalières

  • L’embauche de 300 000 emplois dans le secteur

  • L’augmentation généralisée de tous les salaires des professionnels

Les fédérations de Bretagne du PCF appellent à participer au rassemblement le 17 juin à Guingamp, aux côtés du personnel hospitalier, des organisations syndicales, des partis politiques, des associations, de la municipalité.

 

Le 9 juin 2023

 

Partager cet article
Repost0
17 juin 2023 6 17 /06 /juin /2023 05:43
Samedi 17 juin, 15h, Brest, Rue de Siam: Montrons à l'abject, au raciste, sexiste et révisionniste Zemmour qu'il n'est pas le bienvenu à BREST et en Bretagne! Manifestation antifasciste unitaire
L'incendie de la maison du maire de Saint Brevin, les attaque contre les journaliste du Poher et de France 3: La violence de l'extrême droite explose nous devons arrêter ceux qui alimentent ces discours de haine !
Samedi nous manifesterons contre la venue de Zemmour à Brest!
Partager cet article
Repost0
11 juin 2023 7 11 /06 /juin /2023 16:59
10 juin 2023 - Les militants des jeunesses communistes étaient dans la manifestation pour le logement de Douarnenez
10 juin 2023 - Les militants des jeunesses communistes étaient dans la manifestation pour le logement de Douarnenez
10 juin 2023 - Les militants des jeunesses communistes étaient dans la manifestation pour le logement de Douarnenez
10 juin 2023 - Les militants des jeunesses communistes étaient dans la manifestation pour le logement de Douarnenez
10 juin 2023 - Les militants des jeunesses communistes étaient dans la manifestation pour le logement de Douarnenez
2,42 M de demandeurs de HLM, 330K SDF beaucoup de jeunes
Une crise du logement sans précédent
Face aux maisons secondaires, RBNB et logements insalubres qui empêchent l'accès à tous à un logement digne, nous devons agir !
Nous étions à Douarnenez pour le droit au logement
Page Facebook:
 
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011