Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 07:23
Manifestons avec les salariés de la SBFM et Fabien Roussel à Caudan le mardi 23 mars, 10h
Fabien Roussel

Fabien Roussel

Manifestons avec les salariés de la SBFM et Fabien Roussel à Caudan le mardi 23 mars, 10h

La mobilisation s’organise à la Fonderie de Bretagne après la décision de Renault de se séparer de l’usine caudanaise. La CGT annonce une grève de 24 heures à partir du lundi 22 mars, à 22 h, et appelle au rassemblement le mardi 23, à 10 h.

 

 Fabien Roussel secrétaire national du PCF participera au rassemblement.

 Accompagnons les. Accompagnons le.

 Rendez vous à 9h30 sur le parking de SBFM
 1075 Rue Daniel Trudaine, 56850 Caudan 

 Avec badges, drapeaux et tout le toutim !

 
Pour info, le communiqué de Fabien Roussel au sujet de la SBFM !
 
 
COMMUNIQUE DE PRESSE
 
Fonderie de Bretagne : Le gouvernement a laissé Renault construire son projet de cession en catimini (Fabien Roussel)
 
Alors que des alternatives crédibles sont mises en évidence par les syndicats pour que le site redevienne rentable à moyen terme, la direction du groupe Renault a annoncé ce 11 mars vouloir céder le site de Caudan et ses 350 salariés, avec la menace habituelle de nouvelles suppressions d’emplois, voire d’activités.
 
La direction de Renault, en complicité avec les pouvoirs publics et le cabinet Advancy, a ainsi profité de la revue stratégique organisée depuis 8 mois, pour mettre en œuvre le projet annoncé à l’origine par le PDG de Renault, d’abandonner ce site. Avec un objectif : permettre au groupe d’économiser 2 milliards d’euros… essentiellement par une purge massive de l’emploi.
 
C’est d’autant plus scandaleux que Renault bénéficie dans le cadre du plan de relance d’un soutien de l’Etat à hauteur de 5 milliards d’euros, et qu'il pourrait investir dans des lignes de production conformes aux évolutions du marché automobile.
C’est par ailleurs une trahison, orchestrée  par le groupe, son cabinet d’experts et l’Etat, sous couvert de confidentialité imposée aux élus locaux.
 
En acceptant que Renault se débarrasse ainsi de la Fonderie de Bretagne, le gouvernement prend la responsabilité d’aggraver encore le lourd bilan d’une crise qui s’est déjà soldée par 700 000 suppressions d’emplois en 2020.
Pour le PCF, il est urgent de mobiliser toutes les forces vives de la région aux côtés des salariés pour sauver le site et ses emplois. Avec une priorité : la démocratie et la transparence ! Que tout soit mis sur la table, qu’il s’agisse des alternatives à la cession du site comme des projets de reprise.
 
Je serai prochainement aux côtés des communistes bretons et de leurs élus pour soutenir la lutte des salariés qui rassemblera, je l’espère, l’ensemble des élus et forces de gauche, comme l’ensemble des élus locaux.
 
Fabien Roussel, secrétaire national du PCF, député du Nord,
 
Paris, le 13 mars 2021.

 

 

Partager cet article
Repost0
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 07:08
Brest et Carhaix- Les Jeunes communistes et le PCF avec la manif des jeunes pour le climat
Brest et Carhaix- Les Jeunes communistes et le PCF avec la manif des jeunes pour le climat
Brest et Carhaix- Les Jeunes communistes et le PCF avec la manif des jeunes pour le climat
Brest et Carhaix- Les Jeunes communistes et le PCF avec la manif des jeunes pour le climat

Brest - Les Jeunes communistes et le PCF avec la manif des jeunes pour le climat

Face à l'urgence climatique nous ne désarmerons pas ! ✊ À l'appel du collectif Youth For Climate nous étions cette après-midi mobilisé·es pour le climat et notre avenir 🌍🌿

Le PCF appelle à participer à la marche pour le climat ce vendredi 19 mars, à Carhaix

Le Télégramme, 18 mars 2021

La section du PCF de Carhaix-Huelgoat appelle à participer à la manifestation organisée ce vendredi 19 mars 2021, à Carhaix, à l’appel de Youth for climate.

La section de Carhaix-Huelgoat du Parti communiste français soutient l’appel des étudiants de Youth for climate et invite à se joindre à la manifestation prévue ce vendredi 19 mars, à 10 h 30, au départ du parking Biocoop (côté rocade). Pour Pierre-Yves Thomas, porte-parole de la section, « le nombre et l’ampleur des événements climatiques se multiplient. L’écologie a besoin, au quotidien et dans tous les domaines, de l’intervention solidaire de femmes et d’hommes, toujours plus actifs et déterminés à mettre en cause le système productif dominant planétaire responsable du réchauffement climatique. La France doit aller plus loin que le contenu de la loi climat. Comme l’ont souligné les participants à la convention citoyenne sur le climat, celle-ci a été une mascarade. Sur les 149 propositions préconisées, très peu ont été retenues et dans leur majorité vidées de leur substance. Il faut aller dans le sens d’une réduction forte des transports émetteurs de CO2 : ferroutage prioritaire, plus écologique que les camions, développement des transports en commun, circuits courts agricoles et industriels, etc. Il faut une taxe kilométrique pour dissuader les transports de marchandises évitables… Par ailleurs, il faut réduire la consommation d’énergies carbonées », souligne-t-il.

Brest et Carhaix- Les Jeunes communistes et le PCF avec la manif des jeunes pour le climat
Partager cet article
Repost0
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 07:01
Jean-Paul Cam, Sandra Le Roux, Taran Marec - contre la loi sécurité globale, Brest, 16 mars

Jean-Paul Cam, Sandra Le Roux, Taran Marec - contre la loi sécurité globale, Brest, 16 mars

Enzo de Gregorio - contre la loi sécurité globale, Brest, 16 mars

Enzo de Gregorio - contre la loi sécurité globale, Brest, 16 mars

Brest - Rassemblements contre la loi sécurité globale jeudi 16 mars et samedi 20 mars
Brest - Rassemblements contre la loi sécurité globale jeudi 16 mars et samedi 20 mars
Action symbolique du collectif #StopLoiSecuriteGlobale cet après-midi Place de la Liberté, afin de réaffirmer notre opposition aux politiques sécuritaires du gouvernement : https://www.ouest-france.fr/.../brest-nouvelle...
RDV samedi à 15 Place de la Liberté pour la manif' : https://fb.me/e/2azs9tUGi ✊
Partager cet article
Repost0
20 mars 2021 6 20 /03 /mars /2021 06:54
Le collectif du Forum social brestois appelle à manifester, samedi, pour commémorer les 150 ans de la Commune. (Le Télégramme, 19 mars 2021)

Le collectif du Forum social brestois appelle à manifester, samedi, pour commémorer les 150 ans de la Commune. (Le Télégramme, 19 mars 2021)

Après une première édition consacrée au militantisme et une deuxième à l’extrême droite, la nouvelle édition du Forum social brestois, qui se tient du 18 mars au 28 mai, met à l’honneur les 150 ans de la Commune. À cette occasion, le collectif appelle à une manifestation festive à Brest, ce samedi 20 mars, au départ de la place de Strasbourg. Le cortège se dirigera vers la place de la Liberté afin de rejoindre, à 15 h, le rassemblement contre la loi Sécurité globale à l’initiative du collectif StopLoiSécuritéGlobale. Renseignements sur la page Facebook du Forum social brestois.

La Commune a 150 ans, Vive la commune !  Rendez-vous à 13h30 Place de Strasbourg à Brest pour fêter cet anniversaire

La Commune a 150 ans, Vive la commune ! Rendez-vous à 13h30 Place de Strasbourg à Brest pour fêter cet anniversaire

Partager cet article
Repost0
16 mars 2021 2 16 /03 /mars /2021 18:19
Manifestation de la jeunesse à Brest ce 16 mars 2021
Manifestation de la jeunesse à Brest ce 16 mars 2021
Manifestation de la jeunesse à Brest ce 16 mars 2021

Ce midi nous étions mobilisé·es pour notre avenir 👊 Nous ne pouvons nous contenter de demi-mesures, il y a urgence ! #generationsacrifiee

Jeunes communistes du Pays de Brest

 

"Nous étions 200 jeunes et moins jeunes à être mobilisés à Brest ce midi pour ne pas être la « génération sacrifiée ».
A la fin de la mobilisation, j’ai pris la parole au nom des jeunes communistes voici ma prise de parole :
« Il y a un an, nous étions toutes et tous confiné.e.s. Enfermé.e.s pour stopper un virus. La guerre contre le coronavirus, c'était les mots du président.
Un an après le début de cette « guerre », nous nous demandons qui était en réalité visé. Le virus ? ou la jeunesse et nos libertés ?
Des mots même du député Larsonneur hier après-midi, la situation sanitaire, devrait nous forcer à entendre raison et à fermer nos lieux d’études. Mais le gouvernement et sa majorité préfèrent laisser la pandémie s’installer, la situation catastrophique que nous connaissons perdurer encore des semaines ou bien des mois.
Alors même que le couvre-feu pèse sur notre santé mentale et nos études. Que les français n’en peuvent plus.
La crise que nous traversons si elle concerne tout le monde, concerne essentiellement la jeunesse. Une jeunesse, laissée sur le bord de la route. Abandonnée à son propre sort, celui de la précarité, de la détresse. Le gouvernement qui pourrait entendre raison, s’entête, il continue à nous mépriser, nous l’avenir de la France, les dirigeants de demain.
Et si les mots d’amour à destination des jeunes sont présents, les agissements eux sont loin d’être là.
Chaque jour, de nouveau témoignages d’étudiants en détresse, de lycéens en stress, de jeunes travailleurs privés d’emplois apparaissent. La jeunesse est longtemps, trop longtemps restée dans le silence. Il est temps pour nous, de porter un message clair, un message à destination du gouvernement et de sa majorité.
Stop aux belles paroles, stop aux annonces non mises en place !
Place à l’action, place à l’écoute de la jeunesse, des organisations de jeunesse et non des influenceurs !
Car la situation n’a que trop durée, notre précarité doit s’arrêter, notre détresse être écouté.
Agissez, agissez avant qu’il ne soit trop tard !
Vidal, Blanquer, Castex, Borne, Macron, agissez, c’est votre jeunesse qui vous l’ordonne ! »
Maintenant, place à la convergence des luttes.
On se retrouve vendredi pour le climat, samedi contre la loi de Sécurité Globale, le gouvernement doit nous entendre ! "
 
Merci Eugénie pour les photos!
 
Enzo de Gregorio, secrétaire départemental de la JC 29
Partager cet article
Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 18:19
16 mars - 12h, parvis de la fac Victor Ségalen à Brest - 6 organisations étudiantes et de jeunesse appellent les jeunes à se mobiliser pour leur avenir!

Le 16 mars les jeunes se mobilisent pour leur avenir !

Le 16 mars, 6 organisations étudiantes et de jeunesse appellent à se mobiliser à Brest pour la mise en place de mesures fortes pour la jeunesse afin de ne pas être la « génération sacrifiée ».
Le rassemblement aura lieu à 12h sur le parvis de la faculté Victor Segalen et la manifestation se dirigera jusqu’à la permanence du député LREM Jean-Charles Larsonneur. Les prises de paroles seront libres et nous invitons les étudiant·es à venir témoigner de leur situation.
Malgré la situation inédite le gouvernement s’obstine à ne pas prendre la situation des jeunes au sérieux et préfère lancer des polémiques stériles et dangereuses sur « l’islamo-gauchisme ».
Sur le marché de l’emploi, les seules possibilités sont le chômage ou la précarité. Cette situation a été tragiquement mise en lumière et les mobilisations déjà impulsées par nos organisations ont obligé le Gouvernement à réagir. Mais ces mesures restent insuffisantes voire inapplicables. Nous ne pouvons nous contenter de demi-mesures : il y a urgence. Les solutions nous les avons et nous les ferons entendre partout ce 16 mars. Urgence d’abord pour l’éducation : un plan massif contre la précarité étudiante d’au moins 1,5 milliards, l’augmentation des bourses pour aller vers un revenu étudiant, les moyens pour permettre une vraie réouverture des universités dans l’enseignement supérieur.
L’urgence est aussi à l’embauche de personnels dans l’éducation, à tous les niveaux, pour rattraper le retard. Déjà décrié les années précédentes, il est encore plus urgent de supprimer Parcoursup. 
Urgence aussi pour les jeunes en insertion professionnelle. Alors que l’hôpital, l’éducation et les transports manquent de personnels, des milliers de jeunes attendent un emploi : embauchons-les et pré-embauchons-les.
Il est inacceptable de voir le Gouvernement accorder des milliards d’euros à certaines grandes entreprises, sans contreparties sociales et écologiques, alors que les jeunes ne peuvent toujours pas bénéficier du RSA avant 25 ans. Les 2/3 des français·es sont d’ailleurs favorables à cette mesure.
A Brest, l'Alternative UBO, la CNT Interpro, le collectif des Jeunes de Bretagne, les Jeunes Communistes, les Jeunes Insoumis.es, l'Union Nationale Lycéenne, appellent à une manifestation à 12h à la Fac Ségalen". 
À Brest, l'Alternative UBO, la CNT interpro, le Collectif des Jeunes de Bretagne, les Jeunes Communistes, les Jeunes Insoumis·es, l'Union Nationale Lycéenne appellent à une manifestation à 12h à la Fac Segalen."
16 mars - 12h, parvis de la fac Victor Ségalen à Brest - 6 organisations étudiantes et de jeunesse appellent les jeunes à se mobiliser pour leur avenir!
Partager cet article
Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 17:03
Les communistes sur les marchés à Morlaix et Saint-Martin des Champs ces 13 et 14 mars pour réclamer des vaccins Covid libres de droits, biens publics mondiaux
Les communistes sur les marchés à Morlaix et Saint-Martin des Champs ces 13 et 14 mars pour réclamer des vaccins Covid libres de droits, biens publics mondiaux
Photo de Serge Bazin, marché de Morlaix, 13 mars, photo Pierre-Yvon Boisnard

Photo de Serge Bazin, marché de Morlaix, 13 mars, photo Pierre-Yvon Boisnard

Infos du PCF pays de Morlaix.

Parce que la société va de plus en plus mal, parce que l'inaction et l'isolement forcé la font aller encore plus mal, les communistes agissent, se réunissent (dans le respect des gestes de précaution sanitaire), se mobilisent.

Ce week-end des 13 et 14 mars, en lien avec notre semaine de mobilisation nationale, ce PCF Morlaix et les JC ont distribué des tracts nationaux du PCF  pour que les vaccins Covid deviennent des biens publics mondiaux et que les brevets deviennent libres afin que la pandémie ne perdure pas pour alimenter les profits des multinationales du médicament et de leurs actionnaires.

Samedi 13, une réunion a eu lieu pour préparer un prochain "Viaduc", journal de section PCF pays de Morlaix. 

3 nouveaux camarades ont adhéré à la section depuis notre dernière réunion du samedi 6 mars qui a réuni un nombre important de camarades pour discuter des Régionales.

A ce jour, la section de Morlaix compte 88 adhérents à jour de cotisation, témoignant d'une progression constante de son nombre d'adhérents.

Depuis deux semaines nous avons distribué le journal santé du PCF Bretagne "A cœur ouvert" sur le marché de Morlaix (les JC le 27 février), à l'hôpital de Morlaix (le 4 mars), devant l'usine Bosh à Saint-Thégonnec. 

Plusieurs initiatives sont programmées dans les jours à venir:

–  Lundi 15 mars (10 h) : distribution de tracts PCF sur le marché de Guerlesquin

–  Jeudi 17 mars (11 h 50) : distribution de tracts PCF devant l’usine Sermetta à Morlaix
–  En prévision aussi: une distribution de tracts organisée sur le marché de Plougasnou. Une distribution du journal « A Cœur Ouvert », devant l’hôpital à Plougonven (Guervenan)

 

AG de Section – Samedi 20 mars de 9 h 30 à 12 h (local de la section)

Une AG de Section se tiendra le samedi 13 mars de 9 h 30 à 12 h au local de la section.

Elle se tiendra autour de 3 points qui seront abordés et débattus l’un après l’autre.

9 h 30 – 11 h : les élections présidentielles et le PCF.

11 h – 11 h 30 : préparation du congrès du PCF

11 h 30 – 12 h : activité de la section

Partager cet article
Repost0
13 mars 2021 6 13 /03 /mars /2021 15:46
Le 16 mars prochain, un an jour pour jour après l’annonce du premier confinement, l’ensemble des organisations de jeunesse appelle à une journée de mobilisation nationale.
Sur Brest le rassemblement aura lieu à 12 h sur le parvis de la faculté Victor Segalen et la manifestation se dirigera jusqu’à la permanence du député macroniste Jean-Charles Larsonneur.
La section du Pays de Brest du PCF apporte son soutien à ce rassemblement unitaire.
La crise économique et sociale a débouché sur une crise scolaire inédite. Avant même l’arrivée de la Covid-19 l’enseignement en France était malade des politiques libérales : classes et amphithéâtres surchargés, enseignants non remplacés, manque de matériel… Malgré l’investissement des enseignants, la qualité des formations s’est détériorée. Les confinements et re-confinements ont eu pour conséquence l’aggravation des inégalités scolaires déjà très fortes. Dans ce contexte, le gouvernement a fait le choix de l’instrumentalisation de la crise, en avançant à marche forcée vers ses réformes : contrôle continu pour le bac présenté comme l’unique solution, maintien de Parcoursup…
Les étudiantes et étudiants sont aussi victimes de cette crise. Depuis le début de la crise sanitaire, un étudiant sur six a abandonné ses études. La difficulté à suivre une formation a suscité une détresse psychologique pour des milliers d’étudiants et d’étudiantes. Ce n’est pas nouveau, la jeunesse se caractérise par un salariat dégradé et fragmenté par de multiples contrats précaires. Les contrats à durée déterminée, intérim, auto-entreprenariat, ou autres services civiques, contrats temporaires et temps partiels sont massifs dans la jeunesse. Mais depuis l’arrivée de la crise économique la situation s’est considérablement détériorée. Ainsi le taux de chômage des moins de 25 ans a atteint les 22 % au dernier trimestre 2020.
Combien de futurs chercheurs, ingénieurs, médecins, enseignants ne seront pas sélectionnés cette année Combien de jeunes n’ont pas pu suivre leurs études jusqu’au bout car ils devaient jongler entre précarité et petits boulots ?
Alors que nous avons besoin de travailleurs qualifiés dans de nombreux secteurs (transport, santé, éducation, énergie...), combien de jeunes sont aujourd’hui au chômage
La place de la jeunesse est un marqueur de la société. Avec des jeunes laissés-pour-compte, c’est la société tout entière qui est en danger.
Le 16 mars, les jeunes finistérien.ne.s s mobilisé.e.s pour leur avenir ! - par Enzo de Gregorio

Le 16 mars, les jeunes finistérien.ne.s s mobilisé.e.s pour leur avenir !

Un an après le début de la pandémie, il n’est plus à démonter que la jeunesse est la première impactée.

Si les sondages confirment les dires des jeunes dans leur diversité, la situation est toujours loin d’être réglée.

Les étudiant.e.s font toujours face à une précarité accrue. Semaines après semaines, les files d’attentes devant les banques alimentaires étudiantes s’allongent.
Leur détresse est de plus en plus grande et les mesures mises en place par le gouvernement sont bien insuffisantes. Les chèques psy, dont la ministre Vidal a longtemps vanté les mérites ne sont pas accessibles pour toutes et tous. Il en est de même pour les repas à 1€, non disponibles dans bon nombre de ville ne comptant pas de Restaurant Universitaire.

Le retour des étudiant.e.s en manque de vie sociale et en manque d’enseignement en présentiel se fait lui aussi au compte-goutte.
Frédérique Vidal fait des annonces, mais sur le terrain, quelle mise en place? Mais trop souvent les mesures ne sont pas réalisables !

Les lycéen.ne.s eux aussi sont fortement impacté.e.s après une année scolaire 2019-2020 perturbée: le gouvernement continue et persiste dans sa réforme du lycée. Réforme qui rend l’application du protocole sanitaire dans les lycées totalement infaisable.
Le comodal mis en place dans la majorité des lycées français fait également prendre énormément de retard aux lycéen.ne.s. Déjà victime d’un ralentissement conséquent de leur enseignement avec le confinement de l’année dernière. Pourtant, le gouvernement ne semble pas vouloir mettre en place des mesures de rattrapages massifs ni un aménagements des programmes scolaires en vue des épreuves terminales du mois de juin, créant un stress conséquent pour les lycéen.ne.s.

Du côté des jeunes travailleur.se.s, la situation n’est pas meilleure. La génération des 18-25 ans est celle qui compte le plus de chômeurs.

Et le site 1 jeune, 1 solution du gouvernement qui est en réalité un copié-collé du site de Pôle Emploi est loin de répondre aux besoins de la jeunesse.
Une jeunesse aujourd’hui dans une précarité sans nom.

A qui, le gouvernement et la majorité LREM vienent de refuser d’octroyer le RSA.

Car « Quand on jeune on veut un emploi par un minimum social », oui Bruno Le Maire, quand on est jeune on veut un emploi. Mais quand il n’y a pas d’emploi, on veut aussi pouvoir vivre dignement ! Et cela passe notamment par les minima sociaux.

Aujourd’hui, la colère gronde. Les jeunes en ont plus qu’assez du mépris gouvernemental, nous voulons des vraies mesures. Alors, le 16 mars prochain nous serons dans les rues de Brest comme partout en France ! Pour que nos revendications soit mises en place, et que la jeunesse sorte renforcée de la crise sanitaire !

Pour information, pour le 16 mars, une inter-orga Alternative UBO, MJCF, Jeunes Insoumis.es potentiellement rejoint par Youth For Climate, les Jeunes Socialistes, Extinction Rébellion, et Jeunes Générations est en cours de travail pour créer l'événement sur Brest. 

Enzo de Gregorio, secrétaire départemental de la JC Finistère

 

Partager cet article
Repost0
8 mars 2021 1 08 /03 /mars /2021 18:53
Brest - 8 mars 2021: Rassemblement pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes (Marie-Hélène Le Guen)
Brest - 8 mars 2021: Rassemblement pour la journée internationale de lutte pour les droits des femmes (Marie-Hélène Le Guen)

Bulletin de la CGT sur la manifestation du 8 mars à Brest

Nos camarades de Morlaix étaient quelques-unes a être montées sur Brest (Marie-Hélène Le Guen, Martine Carn, Marie-Françoise Madec Jacob, etc...) pour participer ce 8 mars au côté de 300 manifestantes et manifestants au rassemblement intersyndical de la journée internationale pour les droits des femmes, des droits a défendre et à étendre! Un rassemblement pour célébrer les luttes des femmes dans toutes les sphères de la société, pour garder et conquérir de nouveaux droits

Photos et commentaire de Marie-Helene Le Guen.

Partager cet article
Repost0
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 18:01
Armelle Labadie, Gladys Grelaud et Aline Tassin sont les trois organisatrices du rassemblement. (Le Télégramme/Enora Heurtebize)

Armelle Labadie, Gladys Grelaud et Aline Tassin sont les trois organisatrices du rassemblement. (Le Télégramme/Enora Heurtebize)

Droit des femmes : « On n’est toujours pas à égalité », ont rappelé des manifestants à Landerneau

Ce samedi, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées place de la mairie, à Landerneau, afin de dénoncer les inégalités, notamment salariales, entre les hommes et les femmes.

« Il y a plus inconnu que le soldat inconnu : sa femme » ; « Jette ta casserole, prends la parole ». Samedi, sur la place devant la mairie, à Landerneau, le ton était clairement affiché. À 11 h, une cinquantaine de personnes se sont rassemblées à l’occasion de la Journée internationale des droits des femmes. Une initiative de l’association Femmes solidaires, qui était représentée à Landerneau par Gladys Grelaud, Aline Tassin et Armelle Labadie.

Compte bancaire personnel : seulement depuis 56 ans !

Cette année, elles ont choisi de mettre en lumière la question de l’égalité salariale. « Ce rassemblement, c’est pour rendre visible les inégalités qui existent aujourd’hui, explique Gladys Grelaud. Pour un même poste, il y a une différence de salaire de 25 % entre un homme et une femme. Si on ne fait rien et que les choses continuent à évoluer à ce rythme, il faudra 1 000 ans pour avoir une égalité des salaires ».

Il fallait faire tourner la machine à laver ? Mais… tu ne m’as pas dit de le faire !

On l’oublie souvent, mais ça ne fait que 56 ans que les femmes ont le droit d’ouvrir un compte bancaire en leur nom et de travailler sans le consentement de leur mari ! « C’est assez fou, encore aujourd’hui, de devoir se battre pour une égalité des droits, s’exclame une des participantes à la manifestation, Eugénie Cazeaux. Certains hommes disent qu’il n’y a pas d’inégalité. Ils ferment juste les yeux ! C’est essentiel de se rappeler qu’on n’y est pas et que ça prend du temps ».

Poser ses conditions

À côté d’elle, Sarah Du Bosq, AESH (accompagnant des élèves en situation de handicap), vit bien le problème : « On est 92 % de femmes. Il y a seulement 2 % de temps plein. La plupart vivent sous le seuil de pauvreté… Il faut que ça change ».

Malgré tout, les choses évoluent mais… avec des consignes, comme l’indique Floriane Feyssel : « Aujourd’hui, je vois moins les situations inégalitaires car, dès le début, au travail comme à la maison, j’ai posé mes conditions ». Une bonne initiative qui n’est malheureusement pas toujours entendue, comprise ou appréciée. Ou qui nécessite parfois, des « encouragements », avec notamment cette fameuse phrase rapportée qui fait rire jaune ses camarades : « Il fallait faire tourner la machine à laver ?, demande l’homme. Mais… tu ne m’as pas dit de le faire ! ». « On a parfois l’impression de prendre la suite des mères de nos maris ».

C’est avec L’Hymne des femmes, une chanson créée collectivement en mars 1971 par des militantes féministes à Paris, que s’est terminé le rassemblement.

Discours – Prise de parole de Gladys Grelaud– 8 mars 2021

 

Bonjour et merci à toutes et tous d’être présents ce matin à l’occasion de la journée internationale pour les droits des femmes, aujourd’hui à Landerneau.

Cet événement a été organisé par l’association Femmes Solidaires pour que les Landernéennes puissent, elles aussi, participer, se rendre visibles pour cette journée qui existe à travers le monde, du plus petit village d’Amérique latine aux plus grandes métropoles européennes, afin de lutter pour l’égalité entre les femmes et les hommes.

La journée internationale des droits des femmes trouve son origine au début du 20è siècle où des femmes de tous les pays s’unissent pour défendre leurs droits : des ouvrières pour de meilleures conditions de travail, des femmes réclamant le droit de vote et c’est en 1917 avec la grève des ouvrières de Saint Pétersbourg que la tradition du 8 mars se met en place !

Depuis 104 ans !

La date du 8 mars est réinvestie avec le regain féministe des années 1970 et est officiellement reconnue en 1977 par les Nations Unies puis en France en 1982.

Depuis 44 pour l’ONU !

Depuis 39 ans pour la France !

Avec toujours la même, seule et unique revendication : l’égalité femmes-hommes dans la société, dans les entreprises et à la maison, à Paris, à Lyon, à Nice, à Berlin, à Madrid mais aussi à Landerneau !

 

-----------------------

Où en sommes-nous sur l’avancée de cette lutte en 2021 pour l’égalité entre les femmes et les hommes ? Prenons quelques chiffres qui disent la réalité de la situation vécue par les femmes (les chiffres cités sont issus de l’observatoire des inégalités)

Première chose : les femmes représentent 51,4 % de la population française soit 31,1 millions de personnes. Donc nous vous rappelons bien qu'un homme sur deux est une femme !

Deuxième chose : A la maison, les femmes consacrent environ 1h30 de plus que les hommes, par jour, aux tâches domestiques

alors vous pouvez nous acheter des fleurs mais surtout passer l’aspirateur !

 

Troisième chose : Au travail : les hommes gagnent en moyenne 25 % de plus que les femmes, en France, tous temps de travail confondu

« à travail égal, salaire égal non ? »

pour vous rendre compte :

pour les retraité.e.s : une femme a 932 € de retraite en moyenne, et c’est 1603 € pour un homme

c’est une différence de 671 € par mois c’est-à-dire 8000 € par an

pour les employé.e.s = une femme gagne 1398 € en moyenne et c’est 1649 € pour un homme

c’est une différence de 251 € par mois c’est-à-dire 3000 € par an

Une différence de plus de 200 € pour le même travail, le même temps de travail.

pour les cadres : la différence de salaires est en moyenne de 940 € ! 940 €, je répète, pour le même travail, le même temps de travail !

Au travail encore, 30 % des femmes subissent un temps partiel contre 7 % chez les hommes

11 % des femmes sont en CDD contre 6 % pour les hommes

 

«  alors me direz vous, des choses avancent, oui c’est vrai, mais au rythme actuel de rattrapage, il faudrait 1000 ans pour obtenir l’égalité salariale »

 

----------------------

Nous voudrions aujourd’hui aussi rendre visibles, rendre hommage (ou femage, en langage inclusif, c'est d'actualités) mais surtout demander la revalorisation des emplois du CARE qui, depuis la crise du COVID, sont en première ligne.

Car ces métiers sont ceux qui permettent de « prendre soin », du souci pour l’autre et des activités liées à la prise en charge du soin et de l’entretien de la vie.

- 80 % de ces emplois sont occupés par des femmes,

- ils sont peu valorisés en termes de salaires (- 20 % de manière générale par rapport à celui des hommes)

- ces emplois sont de plus en plus précaires = de plus en plus de CDD dans le privé, de moins en moins de titularisation dans le public

  • des horaires atypiques, des mouvements répétitifs, la pénibilité

Après 1 an d’une gestion de la pandémie qui les a mis particulièrement en danger pour nous protéger,

Nos voisines, nos sœurs, nos cousines, chacun.e d’entre vous a forcément une connaissance à Landerneau, Plouedern, la Roche Maurice, la Forest-Landerneau, Pencran, d’une aide soignante, d’une infirmière, d’une auxiliaire de vie sociale, d’une assistante familiale, d’une assistante maternelle, d’une éducatrice spécialisée, d’une assistante sociale, d’une agente de service hospitalier, d’une aide à domicile, d’une agente d’entretien…

Elles sont les premières de corvées sans aucune reconsidération de leurs métiers, elles continuent à supporter la dégradation de leurs conditions de travail avec aucune amélioration en vue.

Au contraire, la gestion anxiogène de la crise se systématise. Pire, pour les remercier, le gouvernement leur offre 12 € par mois en plus en 2021 avec une augmentation du SMIC que beaucoup d’entre elles touchent, c’est dire ! 12  ! rendez vous compte !

Nous sommes donc présentes aujourd’hui pour demander l’égalité entre les femmes et les hommes

Parce que les femmes ont eu le droit de vote pour la première fois en France en 1945,

Parce que les femmes ont eu le droit d’ouvrir un compte bancaire sans l’autorisation de leur mari en France en 1965,

parce que les femmes ont le droit aujourd’hui à l'égalité entre les femmes et les hommes dans la société, au travail et à la maison

c'est pourquoi, nous demandons aujourd’hui, l’égalité entre les femmes et les hommes, 40 ans après la reconnaissance du 8 mars en France.

Alors Mesdames, et vous nos filles de Landerneau et d'ailleurs, jetez vos casseroles et prenez la parole pour exiger l’égalité !

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011