Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 décembre 2020 2 01 /12 /décembre /2020 10:08

 

La pandémie et les conséquences désastreuses qui l’accompagnent dans le domaine économique social et humain ont mis en lumière le rôle irremplaçable du secteur associatif.

 

 

Ce secteur associatif intervient dans la vie quotidienne de millions de personnes, auprès de toutes les générations, dans une démarche d’éducation populaire et avec pour principe l’accès aux droits pour tous. Il agit dans de très nombreux domaines, le social, le médical, l’éducation, le sport, les loisirs, le tourisme, la culture et les spectacles, l’environnement…

Lors du premier confinement et dès celui d’octobre, la réactivité des associations pour secourir, sécuriser, protéger, aider a été saluée et nos concitoyens ont jugé leur action efficace pour répondre aux urgences liées à la situation.

Aux côtés du service public, le secteur associatif, riche de l’engagement de ses 13 millions de bénévoles et de ses 1,8 million de salariés, a rapidement pallié les défaillances de l’État. Pour autant, un pan du milieu associatif a subi un vrai coup d’arrêt, le sport, les loisirs, le tourisme, la culture, alors que les associations de lutte contre l’exclusion, du médico-social se sont retrouvées avec un surcroît d’activités, sans moyens supplémentaires.

Malgré une reconnaissance qui reste verbale et un soutien réel pour le moins timide de la part du gouvernement, les bénévoles et les salariés des associations redoublent d’une présence précieuse auprès des plus précaires et des plus pauvres, près de 10 millions en France.

Les fermetures d’entreprises, les licenciements se multiplient, la crise de la faim se double d’une crise psychologique. La situation est porteuse de lourdes inquiétudes et nécessite de rassembler toutes les forces pour y faire face. C’est avec l’engagement des personnels du service public, de l’hôpital, de l’école et avec l’apport du tissu associatif que s’est maintenue la cohésion nationale face aux carences de l’État et du gouvernement. Or, celui-ci s’entête à les priver des moyens indispensables à la conduite de leurs missions.

Pour les associations dont l’équilibre financier est souvent délicat et déjà fragilisé avant la crise, les conséquences de la politique du gouvernement ne se sont pas fait attendre. Philippe Jahshan, président du Mouvement associatif, indique qu’à la rentrée 4 000 associations employeuses étaient menacées de disparaître et près de 30 000 au bord du dépôt de bilan. Au 1er semestre, une diminution de 3,5 % des effectifs a été enregistrée, soit 60 000 emplois.

Laisser faire serait mettre en cause de très nombreuses activités humaines, menacer des milliers d’emplois supplémentaires et ouvrir la porte à l’explosion des inégalités.

Les militants communistes, leurs élus savent à quel point le tissu associatif concourt au dynamisme des territoires et considèrent ses acteurs comme des partenaires essentiels à l’échelle des collectivités pour lutter contre les injustices sociales, économiques et animer le territoire.

Le secteur associatif, son organisation et son rayonnement, ses valeurs de solidarité et de partage constituent une véritable richesse, unique en Europe. Il résulte de conquêtes citoyennes et trouve son fondement dans la loi de 1901 qui a ouvert le droit et la liberté à toute personne de s’associer sans autorisation préalable. Cette loi est venue prolonger celle de 1884 qui a donné lieu à d’âpres combats et a abouti à la légalisation des syndicats. Autant de mobilisations victorieuses qui ont fait notre modèle de société et qu’il faut défendre face à un pouvoir qui encourage l’individualisme et met tout en œuvre pour restreindre les libertés.

L’existence des associations, c’est la possibilité pour des millions d’adhérents de pratiquer des activités de leurs choix, d’acquérir des compétences, de porter un projet collectif, de s’épanouir, et pour un coût d’adhésion avec lequel jamais le privé ne pourra rivaliser.

Fondées sur la recherche de l’émancipation et l’engagement citoyen, gérées selon la règle égalitaire « une personne une voix », les associations sont aussi historiquement des espaces, des écoles de la démocratie aujourd’hui menacées par les dérives autoritaires du pouvoir, comme le montre la récente étude de l’Observatoire des libertés associatives dans lequel est engagé le CNRS.

Elles sont donc des structures à défendre contre l’offensive libérale et un enjeu pour les communistes dans la rencontre de milliers et de milliers de femmes et d’hommes engagé·e·s.

Marie-Jeanne Gobert, membre du CEN, responsable des relations avec les associations.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011