Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2018 7 02 /09 /septembre /2018 12:42

Par la voix d'Hervé Gouédard, l'opposition de gauche à Morlaix (Coopérative citoyenne, PS, PCF-Front de Gauche), présentait une question orale le 15 mai 2018 suite à la décision d'Agnès Le Brun ne plus programmer d'arts de rue en plein air, d'en finir avec "Le Bel été", pour consacrer une nouvelle formule: "l'estival festival". 

Suppression du Bel été à Morlaix: la fédération des Arts de la rue en Bretagne s'indigne de la décision d'Agnès Le Brun (Le Télégramme, 26 mai 2018)

Force est de constater que nos craintes se sont révélées fondées.  

"L'estival festival", bricolé avant tout dans une logique d'animation de quartier, plus qu'à travers des événements forts et grand public à dominante artistique ou culturelle, avec ses ateliers de plein air peu fréquentés par les morlaisiens et les touristes, ses séances de cinéma devant pas un chat, ses animations sur inscription préalable au Tiers Lieu de la rue de Paris, a été un loupé retentissant, de l'avis de beaucoup de personnes renseignées, commerçants, morlaisiens. 

La somme investie pourtant pour ces animations était la même que pour "Le Bel été", plus si l'on compte l'investissement rapide pour la mise aux normes du Tiers Lieu, avec un ratio des plus mauvais entre les sommes investies et le public présent, de l'ordre de 4 ou 5 fois inférieur à ce qui se passait pendant "Le Bel été". 

Les touristes étaient présents en nombre à Morlaix cet été, français ou étrangers, mais on peut regretter qu'ils n'aient assez vu l'image d'une ville dynamique culturellement, artistiquement, très animée en été. On souffre de la comparaison avec bien d'autres villes bretonnes de la même strate, ou plus petites, alors que la culture, la fête et le théâtre de rue était ce qui fait la force et l'identification de Morlaix. 

Si on prend pour point de comparaison le temps du festival des arts dans la rue, c'est la dégringolade complète en terme de qualité de l'offre artistique et culturelle de l'été, d'image et d'attractivité de Morlaix. 

cf. Bonjour! Bonsoir! Longue et belle vie au Fourneau - entretien de la rédaction de "Rouge Finistère" avec Claude Morizur et Michèle Bosseur

Plusieurs communes aux alentours font aussi bien, voire mieux, avec moins de moyens. 

Ce qui nous interpelle est aussi la manière dont Madame le Maire, Agnès Le Brun, décide souvent seule des choix de programmation culturelle, d'animation, de communication, caporalisant le service culture et son adjoint à la culture, qui n'ont plus de véritable autonomie en la matière. 

Ce n'est pas comme ainsi qu'une mairie doit fonctionner à notre sens. Le maire ne peut pas décider de tout, tout seul, de manière autoritaire et capricieuse. 

Le feuilleton de l'été, ça a aussi été la volonté du Maire, Mme Le Brun de rester inflexible, pour faire payer au risque de mettre des personnes investis depuis des décennies dans la plus grande difficulté, et en revenant sur ses promesses, tout en mentant sur la nature de celles-ci, la location de la salle de Langolvas et de la mise en place des gradins aux Bab Singers, sans vouloir envisager une solution de conciliation.

Bab Singers: C'était leur dernière séance... et on les traite comme des Misérables! - Question Orale de l'opposition de gauche, Conseil Municipal de Morlaix, 5 juillet 2018Pas rancuniers vis-à-vis de la ville, quoique très en colère vis-à-vis de la maire de Morlaix, les bénévoles des Bab Singers ont aidé les commerçants à organiser leur braderie, qui a dû être réduite à un jour du fait des annonces du maire 15 jours avant l'événement. 

Communiqué de la section PCF de Morlaix (1er août 2018): braderie de Morlaix, les commerçants prennent une nouvelle fois l'eau du fait de la municipalité d'Agnès Le Brun

C'est sans doute un été qui va laisser des traces dans la relation des morlaisiens et des commerçants à leur majorité municipale et à leur maire. 

Heureusement qu'il y avait le Baluche Disco Club à la Manu organisé par Wart et le collectif SEW qui a animé les nuits morlaisiennes et rencontré un franc succès, sur le plan du public présent (plusieurs soirées à guichets fermé) et du ressenti de la qualité de la musique et de l'ambiance. Pourtant, il y a eu de francs retards à l'allumage pour la délivrance de la licence pour servir de l'alcool qui ont nécessité des changements importants dans le calendrier des venues de DJ et des soirées.   

Ismaël Dupont, le 2 septembre 

    

***

In Memoriam Arts de la Rue (1987-2017)

Question orale de l'opposition de gauche à Morlaix (15 mai 2018) 

 

Les Arts de la Rue à Morlaix auront donc vécu 30 ans.

Leur disparition, programmée depuis 2008 par la municipalité puis avec la complicité en 2011 du Président de Morlaix Communauté, avait jusqu’alors bénéficié d’un sursis, malgré le désengagement inévitable du Fourneau, Centre National des Arts de la Rue.

Quand on veut la disparition d’une structure ou d’un évènement, le moyen le plus efficace reste la suppression des financements nécessaires.

Le Fourneau, en tant que Centre national, ramenait 300 000 euros pour une saison du FAR par l’obtention de subventions nationale, régionale et départementale.

La ville pour 4 dates du Bel été octroie 50 000 euros au service culturel pour assurer tous les frais : contrat des compagnies, locations techniques, intermittents techniques, repas, hébergements, droits d’auteurs…..

Et malgré tout, la qualité des spectacles est au rendez-vous et le public a toujours répondu présent.

Compte tenu de ce succès inattendu et méritoire face aux conditions faites, la municipalité montre son vrai visage et pour arriver à ses fins n’a pas d’autre solution que de décider brutalement la fin des spectacles de rue. Cette suppression, annoncée dans la presse sans discussion préalable en Conseil Municipal, est motivée par des arguments improbables : la météo, l’essoufflement du concept, un manque de convivialité et de lien social…

 

Madame la Maire, vous déclariez dans la presse en octobre 2008 que vous vouliez « couper les vivres » au FAR et en 2011 « qu’il y aura toujours un été animé à Morlaix ».

Vous avez tenu votre première promesse, pour ce qui est de la seconde quand pourra-t-on lire dans la presse la liste des animations que vous nous réservez ?

 

Le Télégramme, 26 mai 2018 : 

La Fédébreizh, fédération des arts de la rue en Bretagne, « s’indigne » de la décision de la mairie de Morlaix de ne plus programmer d’arts de la rue à l’occasion du Bel été, mettant ainsi fin à une tradition de plus de trente ans dans la ville.

« Le coup de grâce est donné ! Ce sont les artistes qui sont touchés directement. Ce sont des emplois en moins et un manque à gagner pour des structures déjà fragilisées par les mesures de restrictions budgétaires. Les arts de la rue sont très impactés par les nouveaux coûts liés à la sécurité. Notre fédération participe d’ailleurs au dialogue entre les représentants de l’État et les acteurs culturels, afin de réfléchir et trouver des solutions pertinentes pour optimiser les conditions de sécurité lors des festivals. Nous, acteurs du secteur Arts de la Rue, déplorons la décision de la municipalité de Morlaix, qui prive les Morlaisiens, et les dizaines de milliers de curieux d’une série de rendez-vous généreux, inventifs et riches en échanges 

« Le coup de grâce est donné ! Ce sont les artistes qui sont touchés directement. Ce sont des emplois en moins et un manque à gagner pour des structures déjà fragilisées par les mesures de restrictions budgétaires. Les arts de la rue sont très impactés par les nouveaux coûts liés à la sécurité. Notre fédération participe d’ailleurs au dialogue entre les représentants de l’État et les acteurs culturels, afin de réfléchir et trouver des solutions pertinentes pour optimiser les conditions de sécurité lors des festivals. Nous, acteurs du secteur Arts de la Rue, déplorons la décision de la municipalité de Morlaix, qui prive les Morlaisiens, et les dizaines de milliers de curieux d’une série de rendez-vous généreux, inventifs et riches en échanges ».    

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011