Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 février 2022 4 03 /02 /février /2022 06:31

 

Hier soir, sur LCI, Valérie Précresse a bénéficié de près de trois heures d’antenne pour parler d’elle-même et de son projet pour la France. Un projet dont l’application aboutirait à réduire les ressources de la Sécurité sociale, de l’UNEDIC et surtout des caisses de retraite. En réalité la candidate LR propose une augmentation des salaires nets de 10 % durant le quinquennat sans qu’il en coûte un centime aux employeurs.

 

Deux semaines après la première émission d’un nouveau genre inaugurée à Uzerche en Corrèze avec Valérie Pécresse et à l’initiative de BFMTV, la chaîne d’info LCI a produit hier soir à Paris un copié collé avec, là aussi, la candidate LR à la présidence de la République comme première invitée. Comme sur BFM, l’émission a duré de 20H50 à 23H30. Comme sur la chaîne concurrente, il n’y eut pas d’interruption publicitaire. De même, six électeurs, quatre femmes et deux hommes ne croyant plus guère aux paroles politiques, furent invités à écouter la candidate dans le studio de LCI pour être interrogés sur leur ressenti en fin d’émission.

L’émission était animée par David Pujadas et Ruth Elkrief. Pour mieux connaître l’intimité de la candidate, les téléspectateurs eurent droit à une photo sur écran de Jean-Louis Pécresse, le mari de la dame ainsi qu’un éloge d’une adolescente à sa maman. Puis, pendant que la candidate répondait aux questions des deux journalistes, les visages des six invités défilaient à tour de rôle en petits flashs sur l’écran afin de guetter leur intérêt, seconde après seconde. On parla de la présence de la France au Mali après l’annonce du renvoi de l’ambassadeur ; puis ce fut le tour de la situation en Ukraine, des quotas annuels d’immigrés que la France accueillera si Valérie Précresse devient présidente de la République, du renvoi des clandestins, de la délinquance, du mariage homosexuel, de la procréation médicalement assistée.

 

Une politique de pillage des caisses de retraite

La soirée était déjà très avancée quand vint de moment de parler des sujets économiques et sociaux. Il fallait donc les traiter rapidement alors que l’émission avait été plutôt ennuyeuse jusque-là. On prit tout de même me temps de passer de brefs extraits des récents discours où l’on revoyait la candidate LR accuser à cinq ou six reprises le président Macron d’avoir « cramé la caisse » avec sa politique du « quoiqu’il en coûte » depuis deux ans.

Les propositions économiques et sociales de la candidate furent alors présentées en quelques minutes. Valérie Précresse a redit qu’elle fera augmenter les salaires de 10 % durant le prochain quinquennat si elle devient présidente de la République. Ce sera 3 % de plus dès l’été 2022. Mais cette première augmentation ne coûtera rien aux patrons puisque la candidate a redit que l’équivalant de ces 3 % sera soustrait des cotisations qui alimentent les caisses de retraites. La candidate veut mettre en place une « conférence » au cours de laquelle les entreprises décideront des augmentations de salaires à venir. Il faudrait que cette augmentation cumulée atteigne 5 % dès la fin de l’année 2023, les 5 % suivants étant obtenus durant les trois dernières années du mandat.

 

Des journalistes soudain muets car complaisants !

Valérie Pécresse a aussi promis « des baisses d’impôts, des baisses de normes (sic) et je continuerai la baisse des cotisations retraite », a-t-elle affirmé. Elle a aussi promis de mettre fin aux 35 heures de travail hebdomadaire avant d’ajouter ceci : « je veux la liberté pour les entreprises. Elles décident et à partir de 35 heures toutes les heures supplémentaires sont défiscalisées et ne supportent pas de charges ».

Alors que David Pujadas s’était montré pointilleux sur certains sujets, cette partie du projet de la candidate LR n’a suscité aucune question de sa part, pas plus que de celle de Ruth Elkrief. Pourtant, le recours sans limite aux heures supplémentaires défiscalisées et délestées de toute cotisation ne manquerait pas de provoquer des effets pervers. Pour rependre le langage de la candidate LR, on peut dire que Valérie Pécresse veut « cramer » les caisses de retraite en augmentant considérablement le nombre d’heures travaillées qui pourront échapper à toute cotisation sociale.

Outre la Caisse nationale d’assurance vieillesse (CNAV) et les caisses de retraites complémentaires, la Sécurité sociale et l’UNEDIC subiront, suite à ce choix politique, une baisse sensible de leurs ressources alors qu’elles sont décisives pour la préservation de notre santé et pour ne pas laisser une partie de la population sombrer dans la grande pauvreté quand elle perd son emploi. Car dès lors qu’ils dépenseront moins pour chaque heure de travail payée en heure supplémentaire, les patrons flexibiliseront les horaires journaliers, hebdomadaires et mensuels plutôt que d’embaucher. Comme Valérie Précresse veut aussi faire passer l’âge de départ à retraite de 62 à 65 ans, elle calcule peut-être que la durée de vie moyenne des hommes et des femmes de ce pays reculera bientôt au lieu de progresser.

 

Valérie Pécresse, candidate de la régression sociale

La France compte aujourd’hui 14,6 millions de retraités dont 6,5 millions d’hommes et 8,1 millions de femmes. La pension moyenne mensuelle nette était de 1 390 € en 2020. Mais celle des femmes est très en deçà de ce chiffre. Ces hommes et ces femmes ont cotisé durant leur vie de travail pour acquérir ce droit et tout actif de ce pays sera un jour retraité à condition de ne pas mourir avant. Le droit çà la retraite acquis à la Libération est mis en cause dans le projet de Valérie Pécresse qui se réclame pourtant du gaullisme.

Il est donc dommage et difficilement compréhensible que David Pujadas et Ruth Elkrief se soient abstenus de poser la moindre question sur le devenir de la vie en société quand une candidate à la plus fonction de l’État avance l’idée d’une telle régression sociale.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011