Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 novembre 2019 6 02 /11 /novembre /2019 15:26
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018
Leïla Shahid, représentante de la Palestine en France pendant des années - en conversation publique avec Claude Léostic, ex-présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine de 2011 à 2018

Leïla Shahid avec Claude Léostic et François Rippe de l'AFPS pour sa conférence à deux voix avec Claude Léostic à Brest, fac Ségalen, jeudi 31 octobre 2019, devant 140 personnes.

J'étais jeudi soir à Brest pour l'invitation de Leïla Shahid en conversation avec Claude Léostic, ancienne présidente de la plateforme des ONG pour la Palestine, par l'AFPS, la LDH, l'université européenne de la paix, et les Amis du Monde Diplomatique. C'était un merveilleux moment malgré la brutalité de la situation palestinienne et mondiale tant, avec son expérience, sa lucidité, son courage, son humour, son indépendance d'esprit, Leïla Shahid, une femme admirable à tout point de vue, sait trouver les mots pour espérer et lutter, avec notamment une confiance vis à vis de la jeunesse qui, en Palestine, au Liban, en Egypte, en Algérie, au Soudan, comme en Syrie il y a quelques années, entre en révolution contre les cadres éculés du vieux monde marqué par le confessionnalisme, la dictature, la corruption et les compromissions.

Paroles de Leïla Shahid:

"L'histoire des peuples n'est pas linéaire, il y a des hauts, des bas, des cycles, des retours de résistance et d'insurrection, surtout quand la cause est juste, que l'injustice est flagrante. Je ne suis pas pessimiste. La population palestinienne n'existe que par la résistance à l'occupation depuis 70 ans. En Algérie, au Liban, au Soudan, au Chili aujourd'hui, comme il y a quelques années en Egypte et en Syrie, en Tunisie, les jeunesses montrent qu'elles sont prêtes à sortir des schémas du passé et à s'unir pour s'inventer un autre avenir... En politique, il n'y a jamais de fatalité... Partout, la révolution redevient à l'ordre du jour dans ce monde livré au chaos, où il n'y a plus de règles du jeu".

"700 000 palestiniens sont passés par la case prison, il y a toujours aujourd'hui 7 000 prisonniers politiques"

" Il faut garder le contact avec la gauche anti-colonialiste israélienne. Ce sont nos amis. L'existence de cette gauche en Israël, même affaiblie, est importante pour nous, dans une société qui devient de plus en plus raciste"

Photos et commentaire Ismaël Dupont

 

Compte rendu de l'AFPS pays de Morlaix par François Rippe

LEÏLA SHAHID et CLAUDE LEOSTIC en CONVERSATION PUBLIQUE A BREST SUR L'AVENIR DE LA PALESTINE...

Une soirée organisée par l'Afps de Brest et du Pays de Morlaix avec la LDH, les Amis du Monde Diplomatique et l'Université Européenne de la Paix.

Plus de 140 personnes ont fait le déplacement à la fac Segalen pour écouter et participer au débat provoqué pas les questions de Claude Léostic, Présidente de l'AFPS de Brest, auxquelles Leïla Shahid a pris grand soin de répondre avec précision et pédagogie comme à son habitude.

Dans le contexte actuel des fortes mobilisations populaires qui font descendre des millions de personnes, en particulier les jeunes, dans les rues de Santiago, de Hong Kong, d'Alger, du Soudan, en Irak ou au Liban que Leïla Shahid connait bien, elle insiste pour que la situation de la Palestine occupée soit abordée aussi dans ce contexte. Elle nous invite à une évaluation la plus précise possible des rapports de forces internationaux en jeu dans cette période. Elle reste persuadée que ce qu’on appelle « le conflit » demeure au centre des équilibres bousculés du Proche-Orient. Même si, l’aggravation de la situation du peuple palestinien face à la répression et à la colonisation israélienne ne fait pas toujours la une des médias internationaux.

Partant de la situation libanaise, la question des réfugiés palestiniens est l’occasion pour Leïla Shahid de rappeler combien le droit au retour reste une revendication majeure pour eux. Bien que les différences d’accueil dans les différents pays voisins de la Palestine soient fortes. Entre la Jordanie qui offre une nationalité et une égalité des droits à près de 2 millions de Palestiniens et le Liban, où l’accès à plus de 70 métiers leur demeure interdit et où les conditions de vie se sont terriblement dégradées.

Concernant la Palestine dans sa globalité, l’ancienne ambassadrice souligne qu’une certaine « candeur » a conduit les dirigeants palestiniens à entretenir l’illusion après l’assassinat de Rabin que les accords d’Oslo pouvaient être appliqués si les Palestiniens respectaient coûte que coûte leur part d’engagements. Alors même qu’en face aucun dirigeant israélien n’a eu le moindre désir de faire la même chose. Bien au contraire ! Et de reprocher au Président Abbas son manque de pugnacité face aux chantage permanent de l’occupant et aux pressions internationales (notamment européennes). Alors que l’heure est à revendiquer plus que jamais les droits légitimes du peuple Palestinien et qu’ils devraient être respectés et défendus par les instances internationales…

A partir des questions du public, le débat s’est poursuivi pendant plus d’une heure pour aborder les actions possibles de solidarité (BDS, missions de solidarité, interpellation des élu-e-s à tous les échelons, lutte contre l’amalgame antisionisme/antisémitisme…).

En lançant les invitations à cette initiative, nous disions "A coup sûr, une soirée à ne pas louper pour les ami-e-s de la Palestine", nous avons pu mesurer dans les échanges de sortie de la salle combien nous avions raison... 
 
François Rippe Afps Pays de Morlaix
 
 
 

Leïla Shahid, déléguée générale de l’Autorité palestinienne en France, de 1994 à 2005, puis ambassadrice de la Palestine auprès de l’Union européenne, de 2005 à 2015, était à Brest, ce jeudi soir. À 70 ans, elle se passionne pour l’évolution du monde, au-delà de la cause palestinienne.

Où en est la cause palestinienne ? Elle semble ne jamais vraiment avancer…
« Avec les accords d’Oslo en 1993, nous avons eu l’illusion, la candeur pathétique de croire que tous les dirigeants israéliens étaient comme Yitzhak Rabin. Après sa mort, en 1995, tous ont tout fait pour détruire ces accords. Nous aurions dû avoir un État en 1999, il y a vingt ans déjà ! La situation a empiré… On continue à nous mettre à la porte. Le Hamas (mouvement islamiste palestinien, ndlr) a gagné les élections palestiniennes mais cela n’a pas été reconnu. C’était une erreur : cela en a fait des héros »

Vous êtes née et vous vivez au Liban, dont le Premier ministre a démissionné, il y a quelques jours…

« C’est une première victoire pour les manifestants. Si, demain, le Hezbollah tue des gens comme à Bagdad, peut-être que ce sera fini… Mais quelque chose se passe. Avec les réseaux sociaux, on a vu des gens comme sortir de terre. Un million le premier week-end, puis deux le week-end dernier, dans un pays de quatre millions d’habitants ! A Khartoum (Soudan), les gens ont gagné, mais aussi à Hong Kong, face à la grande puissance chinoise ! Il y a le Chili et d’autres… Il y a dix ans, on nous disait que les jeunes ne s’intéressaient plus à la politique et on s’est trompés. Cela fait tache d’huile avec internet. Ces jeunes, je les adore. Ils ne sont pas nationalistes comme leurs parents. Moi-même, je suis aujourd’hui citoyenne du monde ».

Cela vous fait-il penser au printemps arabe ?
« Oui mais c’était uniquement les pays arabes. C’était le premier chapitre du livre. Là, c’est le deuxième, un mouvement tectonique, plus universel ».

Comme en 1989, en Chine, en Europe de l’Est, puis à Berlin où le mur est tombé ?
« Il y a des moments clés où l’Histoire ne nous demande pas la permission. On est suspendu : je ne rate rien, je ne lis plus de roman… Le nombre fait la force, c’est le seul moyen, par exemple, face à la Chine ! Durant la Guerre froide, qui osait se lever ? Il y avait deux super puissances. Les pays non alignés n’avaient pas de moyens militaires importants. La chute du Mur de Berlin et l’arrivée de Bush fils, et surtout Trump, ont chamboulé le monde. On nous promettait un nouvel ordre mondial mais c’est le désordre. Le monde a perdu la boussole : le meilleur allié de Trump semble être la Russie. Saoudiens et Israéliens semblent s’allier contre l’Iran, le Qatar contre l’Arabie Saoudite… »

Et la Palestine, dans tout cela ? Elle qui s’estimait victime dans l’équilibre précédent doit-elle espérer dans ce déséquilibre ?

« C’est un moment très intéressant et c’est porteur d’espoir. Elle doit revendiquer ses droits, rappeler aux États et aux opinions que nous n’avons jamais eu ce qu’on nous a promis. Dire : coucou, on est là ! »
 
Le Télégramme du 31 octobre 2019
 
 
 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011