Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 mai 2018 1 14 /05 /mai /2018 11:44
CAC 40 : plus de profits, plus d’inégalités (OXFAM et le Basic)

CAC 40 : plus de profits, plus d’inégalités

lundi 14 mai 2018

Oxfam et le Basic (Bureau d’Analyse Sociétale pour une Information Citoyenne) ont publié ce matin, un nouveau rapport sur le partage des richesses au sein des grandes entreprises françaises.

Dividendes record, écart des salaires et évasion fiscale, le rapport « CAC40 : des profits sans partage » met en lumière une tendance lourde dans les choix économiques de ces grandes entreprises qui contribuent à alimenter la spirale des inégalités.

"La France est le pays au monde où les entreprises cotées en bourse reversent la plus grande part de leurs bénéfices en dividendes aux actionnaires", assurent les auteurs du rapport.

93 milliards d’euros de bénéfices, 1.300 milliards de chiffres d’affaires, les résultats des entreprises du CAC 40 en 2017 représentent la moitié du PIB français.

Les recommandations :

- En matière de partage des bénéfices :
Encadrer la rémunération des actionnaires
Mieux associer les salariés aux bénéfices de l’entreprise

- En matière d’écarts de salaires :
Instaurer la transparence sur les écarts de salaires dans l’entreprise
Encadrer les écarts de salaires entre les plus hauts salaires et le salaire médian
Limiter les rémunérations les plus hautes des dirigeants et cadres sup
Assurer un salaire décent à tous les employés de la chaîne d’approvisionnement
Combler le fossé salarial entre les femmes et les hommes

- En matière de gouvernance d’entreprise :
Augmenter la représentation des salariés dans les instances de décisions
Explorer les leviers pour donner davantage de poids aux investisseurs de long-terme dans les décisions de l’AG
Reconnaître à l’entreprise d’autres finalités que la recherche du profits et des responsabilités élargies
Respecter les droits humains dans l’ensemble de la chaine d’approvisionnement
Soutenir le changement transformationnel des chaines d’approvisionnement

- En matière d’évasion fiscale :
Etablir une liste crédible et objective de paradis fiscaux
Supprimer le verrou de Bercy
Accroitre la transparence fiscale des grandes entreprises
Evaluer et cesser d’accorder des crédits d’impots discrétionnaires

407 milliards d’euros versés aux actionnaires du CAC 40 depuis 2009

L'HUMANITE. 
LUNDI, 14 MAI, 2018

En quinze ans, la part des bénéfices des multinationales du CAC 40 réservée aux dividendes a plus que doublé, a calculé l’ONG Oxfam dans un rapport publié ce lundi. 

Champagne à flot pour les actionnaires, une larme pour les salariés. C’est en substance ce qu’il ressort de l’enquête conduite par Oxfam France sur les entreprises du CAC 40 en partenariat avec la coopérative Basic (Bureau d'analyse sociétale pour une information citoyenne), et publiée ce lundi. Sur cent euros de profits réalisés en moyenne par les entreprises du CAC 40 entre 2009 et 2016, leurs actionnaires ont récupéré pas moins de 67,40 euros quand les salariés, eux, ont dû se contenter de 5,30 euros, la multinationale gardant 27,30 euros pour les investissements.
 
 
Autrement dit, la rémunération des actionnaires a augmenté quatre fois plus vite que celle des travailleurs. Or, « si les entreprises du CAC 40 avaient choisi de maintenir en 2016 le niveau de dividendes de 2009, et d’augmenter les salaires (…), l’ensemble des travailleurs du CAC 40 auraient pu voir leurs revenus augmenter d'au moins 14 000 euros sur la période, soit plus de 2 000 euros par an et par employé ». Une hystérie financière qui génère de fortes injustices sociales puisqu’elle ne profite qu’à une « minorité très fortunée », rappelle l’ONG. Oxfam note également que ce modèle économique qui vise à satisfaire uniquement l’appétit vorace des actionnaires fragilise l’entreprise. Entre 2009 et 2016, la capacité d’investissement, par exemple, a chuté de 17 milliards d’euros. 
 
Des PDG qui gagnent 300 fois plus que leurs employés
Outre cette injuste répartition des profits, les inégalités ont aussi explosé à l’intérieur des entreprises. En 2016, les patrons des multinationales françaises ont touché pas moins de 119 fois le salaire moyen dans l’entreprise contre 96 fois en 2009, expliquent les économistes d’Oxfam. Et il faudrait plus de deux ans à un salarié payé au Smic pour espérer pouvoir gagner autant qu’un patron du CAC 40 en une seule journée. 
Très loin devant, l'ancien PDG jusqu'en 2017 du groupe Carrefour, qui s’apprête à supprimer 5 000 emplois, a gagné 306 fois le salaire moyen de l’entreprise entre 2009 et 2016. Suivent ensuite les rémunérations des patrons de LVMH et de Danone, avec des rapports respectifs de 270 à 1 et de 227 à 1. Autant d’entreprises où le salaire moyen est faible, à l’instar du géant de la grande distribution dont les employés touchent en moyenne 16 000 euros brut par an.
Dénonçant ce modèle économique court-termiste, Oxfam appelle le gouvernement à « corriger le tir ». L'ONG demande à l’exécutif d’encadrer la rémunération des actionnaires, de telle sorte qu’après investissement, la « part réservée sous forme de dividendes ne pourrait représenter davantage que la part des bénéfices redistribuée aux salariés ». Ou encore d’« appliquer au maximum un facteur 20 entre la rémunération la plus haute et la rémunération médiane de l'entreprise ». 
 
Télécharger le rapport d'Oxfam

Télécharger le rapport d'Oxfam

Journaliste à la rubrique social-économie

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011