Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 février 2017 1 27 /02 /février /2017 20:13

Le programme d'Emmanuel Macron commence à prendre forme. Et, sur le front de l'emploi, l'influence du modèle ultralibéral britannique crève l'écran.

Certes, Macron promet dans son entretien aux Échos du 24 février une « assurance-chômage universelle » . Ouverte aux démissionnaires de leur poste, aux indépendants ou aux entrepreneurs, le candidat à la présidentielle se garde bien d'en chiffrer le coût et la hauteur d'indemnisation.

« Le contrôle de la recherche d'emploi doit être plus ferme »

Mais la contrepartie risque de faire des dégâts dans les rangs des millions de chômeurs aujourd'hui recensés en France : les « prestations » qui seront versées au demandeur d'emploi seront « strictement conditionnées » à ses « efforts de recherche, avec un contrôle drastique», explique le fondateur du mouvement En Marche. Le candidat précise encore qu'après avoir suivi une formation - qu'il veut « vraiment qualifiante» - le demandeur d'emploi devra « accepter les offres qui lui sont proposées». « Nous sortons réellement d'un système assurantiel où chacun se dit « J'ai cotisé, j'ai droit à être indemnisé », résume-t-il.

Un modèle qui, même s'il nécessite encore de nombreuses précisions, rappelle le système anglais et de ses « Job centre», où le chômeur n'a d'autre choix que d'accepter ce qu'on lui propose, quel que soit le niveau de salaire, de qualification ou la situation géographique du poste, au risque de perdre immédiatement ses indemnités.

Interrogé sur le plateau de France Info, l'architecte du programme économique d'Emmanuel Macron, l'économiste Jean Pisani-Ferry, a commenté la nature du dispositif envisagé, sans entrer beaucoup plus dans le détail.

« Le contrôle de la recherche d'emploi doit être plus ferme (…), drastique», confirme l'ancien commissaire général de France Stratégie, organisme de réflexion placé auprès du Premier ministre. Après la sortie de son favori du 24 février expliquant qu'un chômeur pourrait décliner une offre d'emploi mais « ne pourra pas refuser la deuxième», Jean Pisani-Ferry refuse de préciser si le demandeur d'emploi perdrait ses indemnités après avoir refusé une, deux ou trois propositions.

L'économiste ne s'étend pas non plus sur l'adéquation prévue entre le profil professionnel du chômeur, sa situation personnelle et le type d'emploi proposé. En revanche, il n'est pas avare de bons conseils : « Rechercher un emploi, ça veut dire répondre à des annonces, envoyer des CV, aller à des salons, …» Et puis l'important, « c'est l'esprit : ouvrir davantage l'accès à l'assurance chômage (…) et en même temps être plus exigeant vis-à-vis des demandeurs d'emploi».

9 millions de chômeurs à caser

Selon les derniers chiffres publiés par le ministère du Travail ce 24 février, le nombre de chômeurs de catégorie A (sans aucune activité) en France s'établissait à 3,47 millions de personnes à la fin du mois de janvier, soit seulement 800 de plus que le mois précédent. Les catégories B et C, représentant les demandeurs d'emploi exerçant une activité partielle, comptent 5,49 millions de personnes.

Au total, quasiment 9 millions de personnes sont touchées par le chômage en France. Des chômeurs qui pourraient se voir priés d'accepter n'importe quel emploi, à n'importe quelles conditions.

Par Xavier Frison (Marianne.net)

Partager cet article

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans POLITIQUE NATIONALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste et du Front de Gauche. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011