Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 novembre 2012 3 21 /11 /novembre /2012 07:22

Bigeard-Frejus.jpg

 

 

Décidemment, la France coloniale a la peau dure.

Même si l'UMP n'est plus au pouvoir pour imposer sa vision des bienfaits de la colonisation et passer sous silence les épisodes les plus criminels du processus de décolonisation, Hollande et le gouvernement Ayrault prennent le relais au nom sans doute de la continuité mystique de l'Etat et de la sacralisation officielle des "braves" qui se sont vautrés dans la merde pour conduire les aventures sans issue décidées par les responsables politiques (Mitterrand, Guy Mollet entre autres) au nom de l'honneur et des intérêts de la France.   

Bigeard incarne très bien cette génération d'officiers patriotes mais sans scrupules qui a fait ses armes dans la France Libre et la résistance avant de faire le travail répressif et contre-insurrectionnel de l'occupant en Indochine et en Algérie. Le Drian rappela lors de son discours du 20 novembre 2012 au Mémorial des guerres d'Indochine de Fréjus, sans doute pour magnifier son rôle dans la résistance, qu'il était né un 18 juin 1916: "le 18 juin est un jour qui symbolise les valeurs du courage, du dévouement, de grandeur qu'il a faites siennes tout au long de sa vie". Tu parles... C'est plaçer bien bas et se faire une conception strictement martiale et non  morale du courage, de la grandeur et le dévouement que de lui attribuer de manière superlative ces qualités.

La flagornerie du politique vis à vis des salauds qui ont tenu le rôle de vedettes nationales toute une partie de leur vie est une constante (on l'a vu récemment avec Eduard Leclerc, célébré par le même Le Drian en occultant son rôle dans la Collaboration), de même que la dissimulation de leurs méfaits, pour le coup il est vrai ordonnés, justifiés et dissimulés par l'Etat français lui-même.

Aucune condamnation ni mention dans le discours de Jean-Yves Le Drian à Fréjus de la justification par Bigeard de la torture comme "mal nécessaire" (Dernières nouvelles d'Alsace, 2 juillet 2000). Aucun rappel de son rôle joué en Indochine à partir de 1946, à la tête de commandos parachutistes, dans la traque des résistants communistes vietminhs et dans la répression féroce orchestrée sur les populations civiles qui les protégeaient. Aucune allusion au rôle de Bigeard dans le choix de la brutalisation de toute la population suspecte en Algérie pour obtenir des renseignements permettant de démanteler les réseaux de résistance armée du FLN.

Bigeard, on le sait, fut un des organisateurs de la "bataille" d'Alger - en réalité une vaste opération de police totalitaire menée par l'armée avec les méthodes de la Gestapo avec un nombre incalculable d'arrestations, de tortures, d'assassinats en catimini. 

Certes, Bigeard fut un chef de guerre efficace, c'est indéniable: militairement, avec la bataille d'Alger et sa guerre de mouvement à coup d'opérations héliportées en Kabylie, il avait pris conscience de la nécessité pour gagner dans les guerres coloniales d'adapter sa stratégie à la tactique de guérilla de l'adversaire et à son inflitration dans la population civile. Mais à quel prix s'obtenaient ses succès militaires? Celui de souffrances inouïes de la population indochinoise ou algérienne brutalisées sans état d'âme, celui de l'honneur de la France et de la conscience de nos soldats.

Avoir rendu un hommage national à Bigeard, en présence du ministre de la Défense et d'un ancien président de la République (Valéry Giscard d'Estaing) dont il fut le secrétaire d'Etat à la défense, est une honte et un drôle de bras d'honneur fait aux peuples Algériens et Vietnamiens, et plus largement à toutes les populations qui luttent pour leurs droits à l'indépendance face à des occupants.

C'est aussi le signe que l'on continue à faire peu de cas des droits de l'homme et du droit international par rapport à la primauté de la raison d'Etat, qui recommande que la nation remercie ceux qui ont exécuté les ordres de l'Etat en se salissant les mains.

 

Ismaël Dupont.

le 21 novembre 2012

 

..........................................................................................................................................................................................................................

RAPPEL du MANIFESTE " NON A UN HOMMAGE NATIONAL AU GENERAL BIGEARD" datant de l'époque où Gérard Longuet, ancien militant d'extrême-droite à Occident, voulait un hommage national et un transfert des cendres aux Invalides pour Bigeard.

 

A cet instant, il y a 9894 signatures enregistrées...

 

De son vivant, le général Bigeard a toujours bénéficié de l’admiration des forces politiques les plus réactionnaires et de leur soutien actif. Et voici qu’une année après sa mort, il est de nouveau utilisé pour une manœuvre politicienne, orchestrée par le ministre de la Défense, dont le passé d’extrême droite est connu : le transfert aux Invalides de ses cendres.

Cette initiative est doublement pernicieuse.

D’une part, il y a une certaine indécence à mettre Bigeard au rang d’autres grands militaires qui y reposent, parfois depuis des siècles. On peut avoir des analyses critiques sur tel ou tel d’entre eux, mais beaucoup mirent leur génie au service de la défense du territoire français.

D’autre part, et surtout, une telle initiative serait une insulte à divers peuples qui acquirent au prix fort, naguère, leur indépendance. Ces pays sont libres depuis des décennies, ils ont le plus souvent des relations cordiales avec le nôtre. A-t-on pensé un instant quel signal le gouvernement français s’apprête à leur envoyer ? Est-ce du mépris à l’état pur ou de l’inconscience ?

On nous présente cet officier comme un héros des temps modernes, un modèle d’abnégation et de courage. Or, il a été un acteur de premier plan des guerres coloniales, un « baroudeur » sans principes, utilisant des méthodes souvent ignobles. En Indochine et en Algérie, il a laissé aux peuples, aux patriotes qu’il a combattus, aux prisonniers qu’il a « interrogés », de douloureux souvenirs. Aujourd’hui encore, dans bien des familles vietnamiennes et algériennes, qui pleurent toujours leurs morts, ou dont certains membres portent encore dans leur chair les plaies du passé, le nom de Bigeard sonne comme synonyme des pratiques les plus détestables de l’armée française.

Nous n’acceptons pas que la notion d’héroïsme soit liée à l’histoire de cet homme. Lors des guerres coloniales conduites par la France, les vrais héros étaient ceux qui, dans les pays colonisés, luttaient pour la liberté et l’indépendance de leurs peuples, ceux qui, en métropole, ont eu la lucidité de dénoncer ces conflits, si manifestement contraires au droit international, au droit des peuples à disposer d’eux-mêmes et à l’intérêt même de la nation française.

L’objectif aurait été de réveiller les guerres mémorielles que les manipulateurs à l’origine de cette initiative ne s’y seraient pas pris autrement.

Nous exigeons que le gouvernement français renonce à cette initiative historiquement infondée, politiquement dangereuse et humainement scandaleuse.

 

Organisations (associations, partis et syndicats) soutenant la démarche de l’appel et de ses signataires :

 

  • 4ACG (Anciens appelés en algérie et leurs ami(e)s contre la guerre),
  • A.F.A.S.P.A (Association française amitié solidarité peuples afrique),
  • A.R.A.C VITROLLES (Association républicaine des anciens combattants),
  • AMICALE DES ANCIENS DU 1ER RÉGIMENT FTP NS,
  • AMICALE DU MAQUIS MORVAN ALPES DRÔME,
  • ANPNPA (Association nationale des pieds noirs progressistes et leurs amis),
  • APCV (Agence de la promotion des cultures et du voyage),
  • ASSOCIATION CANTONALE DES FAMILLES DE FUSILLÉS, DÉPORTÉS, INTERNÉS,
  • COMITÉ VÉRITÉ ET JUSTICE POUR CHARONNE,
  • EELV (Europe ecologie-les verts),
  • ENSEMBLE VIVRE TRAVAILLER COOPÉRER,
  • LDH (Ligue des droits de l'homme),
  • LES ALTERNATIFS,
  • LES AMIS DE L'HUMANITÉ,
  • LIGUE DE L'ENSEIGNEMENT,
  • MÉMORIAL 98,
  • MRAP,
  • PCF,
  • PG,
  • RÉSISTANTS, PATRIOTES ET AMIS,
  • UDB (Union démocratique bretonne),
  • UNEF,
  • UNSA

Premiers signataires :  

  • Souag ABDELOUAHAB (Journaliste el watan - mascara (algérie)),
  • Salah AMOKRANE (Militant associatif),
  • Jean-loup AMSELLE (Anthropologue),
  • Mouloud AOUNIT (Président d’honneur du mrap),
  • Éliane ASSASSI (Sénatrice de la seine-saint-denis),
  • Raymond AUBRAC,
  • Josette AUDIN,
  • Florence BEAUGÉ (Journaliste),
  • Jacques BIDET (Philosophe),
  • Martine BILLARD (Députée de paris, co-présidente du pg),
  • Pascal BLANCHARD (Historien),
  • Sami BOUMENDJEL,
  • Patrick BRAOUEZEC,
  • Pierre BROCHEUX (Historien),
  • Alain BROSSAT (Professeur émérite de philosophie),
  • Omar CARLIER (Historien, professeur à l'université paris diderot),
  • Patrick CHAMOISEAU (Écrivain),
  • Christiane CHAULET-ACHOUR (Professeur des universités),
  • Guillaume CHÉREL (Écrivain),
  • Fanny COLONNA (Directrice de recherche au cnrs paris),
  • Fanny COLONNA,
  • Pascal CONVERT (Documentariste),
  • Catherine COQUIO (Professeur de littérature à l'univ de paris 8),
  • Annick COUPE (Union syndicale solidaires),
  • Simone DE BOLLARDIÈRE,
  • Didier DEANINCKX (Écrivain),
  • Christian DELORME (Prêtre du diocèse de lyon),
  • Marcel DORIGNY (Historien, professeur à l'université paris viii),
  • Cécile DUFLOT (Secrétaire national d'europe ecologie les verts),
  • Mireille FANON-MENDES-FRANCE,
  • Gianfranco FATTORINI (Co-président du mrap),
  • Dominique FOULON (Dr des "carnets du viêt nam"),
  • Hélène FRANCO (Memebre du bureau national du parti de gauche),
  • René GALLISSOT (Professeur émérite des universités),
  • Jean-françois GAVOURY (Association nationale pour la protection de la mémoire des victimes de l’oas),
  • André GAZUT (Réalisateur),
  • François GÈZE (Éditeur),
  • Mohammed HARBI (Historien),
  • Bernadette HÉTIER (Co-présidente du mrap),
  • Jim HOUSE (Historien),
  • Louisette IGHILAHRIZ (Patriote algérienne, torturée par les parachutistes durant la guerre),
  • Charles JARNIAS (Président de l'amicale des anciens du 1 er régiment ftp ns),
  • Alexis JENNI (Prix goncourt 2011 pour "l'art français de la guerre"),
  • Pierre KHALFA (Coprésident de la fondation copernic),
  • Mehdi LALLAOUI (Réalisateur),
  • Pierre LAURENT (Secrétaire national du pcf),
  • Olivier LE COUR GRANDMAISON (Politologue),
  • Patrick LE HYARIC (Directeur de l’humanité),
  • Renée LE MIGNOT (Co-présidente du mrap),
  • Anicet LE PORS (Ancien ministre),
  • Michel LEVALLOIS (Préfet honoraire, membre de l'académie des sciences d'outre-mer),
  • Alban LIECHTI (Soldat du refus),
  • Neil MACMASTER (Historien),
  • Noël MAMÈRE (Député europe Écologie les verts),
  • Gilles MANCERON (Historien),
  • Gérard MAUGER (Sociologue),
  • Claire MAUSS-COPEAUX (Historienne),
  • Boucif MEKHALED (Historien algérien qui a travaillé sur les massacres de mai 45),
  • Samia MESSAOUDI (Journaliste),
  • Gilbert MEYNIER (Historien, professeur émérite de l’université),
  • Jean-yves MOLLIER (Historien, professeur, université versailles-saint-quentin),
  • Bernard MOURALIS (Professeur émérite à l'université de cergy-pontoise),
  • Rosa MOUSSAOUI (Journaliste),
  • Francois NADIRAS (Militant ldh, toulon),
  • André NOUSCHI (Historien, professeur honoraire de l’université),
  • Joël OGER (Ancien secrétaire national de la fen),
  • Jean-philippe OULD-AOUDIA (Les amis de max marchand, de mouloud feraoun et de leurs compagnons),
  • Henri POUILLOT (Témoin de la guerre d'algérie, militant antiraciste, anticolonialiste),
  • Jacques PRADEL (Président association des pieds noirs progressistes),
  • Yvon QUINIOU (Philosophe),
  • Jack RALITE (Ancien ministre),
  • Alain REY (écrivain, lexicographe),
  • Benoist REY (Auteur des "egorgeurs", saisi en 1961 (editions de minuit)),
  • Benoist REY (Auteur des "egorgeurs", saisi en 1961 (editions de minuit)),
  • Annie REY-GOLDZEIGUER (Historienne, professeur, université de reims),
  • Michel REYNAUD (Écrivain-Éditeur),
  • André ROCH (Officier d’active en retraite),
  • Alain RUSCIO (Historien),
  • Frédéric SARKIS (Association sortir du colonialisme),
  • Francois SAUTEREY (Syndicaliste enseignant - snes-fsu),
  • Leïla SEBBAR (Écrivaine),
  • Todd SHEPARD (Associate professor, department of history johns hopkins university),
  • Pierre TARTAKOWSKY (Président de la ldh),
  • Elisabeth TEITGEN (Fille de paul teitgen),
  • Sylvie THÉNAULT (Historienne),
  • TRAN ANH HUNG (Réalisateur),
  • Raphaël VAHÉ (Président de l’arac),
  • René VAUTIER (Cinéaste),
  • Françoise VERGÈS (Politologue),
  • Dominique VIDAL (Historien et journaliste),
  • Geneviève VIDAL-NAQUET,
  • Emmanuel VIRE (Secrétaire général du snj-cgt),
  • VO SI DAN (Ancien président de l'ugvf (union générale des vietnamiens en france)),
  • Emmanuel ZEMMOUR (Président de l'unef)

 

           

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011