Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 mai 2017 2 02 /05 /mai /2017 14:27

Veuillez trouvez quelques informations concernant la traditionnelle fête du 1er Mai organisée par la section de Brest du PCF au patronage laïque du Pilier Rouge.

 

Elle avait cette année une teneur particulière.

 

Vous trouverez en PJ le discours qu’à prononcé en ouverture Eric Guellec, candidat aux élections législatives sur Brest Centre. Il était entouré des autres candidats PCF (Jean Paul Cam et Pierre Yves Liziard) sur les circonscriptions de Brest Rural et Landivisiau, de la Présidente du groupe des élu-e-s communistes Jacqueline HERE ainsi que de l’exécutif de la Section du PCF Brest/ Relecq Kerhuon.

 

Vous trouverez également quelques photos qui montrent démontrent l’affluence d’hier et que vous pouvez réutiliser.

 

Une bonne ambiance d’abord, où la solidarité était le maitre mot. 150 repas ont été servi ; pas moi ns de 300 personnes au total sont passées sur la Fête.

 

Mais, notamment après avoir défilé Place de la Liberté , l’heure était avant tout à la mobilisation politique. Toutes les organisations de gauche avaient été conviées à l’inauguration de la fête et au repas. L’UDB, le PS, EELV et BNC ont répondu positivement présent à cette invitation...

 

De nombreux acteurs locaux étaient présents (responsables associatifs, responsables syndicaux, représentant des usagers, élu-e-s…).

 

Eric Guellec a présenté un discours offensif (voir en PJ). Il a rappelé que le PCF a toujours combattu l’extrême droite, et le combattra toujours. Dans les urnes et sur le terrain ! Il a souligné l’importance que la Gauche se rassemble dès les élections législatives afin d’élire un maximum de députés qui soient aux avant-postes pour résister au Président E. Macron. Rassemblée, oui la Gauche est en mesure de gagner des centaines de circonscriptions en France.

 

N’hésitez pas à revenir vers nous en cas de questions complémentaires,

 

En vous souhaitant bonne réception et une agréable fin de journée,

 

Jean Paul Cam et Eric Guellec

 

***

DISCOURS DU PARTI COMMUNISTE FRANCAIS FETE DU 1ER MAI

par Eric Guellec, candidat aux législatives à Brest Centre

Mesdames, Messieurs, chers amis, chers camarades

Tout d’abord au nom de la section du PCF du Pays de Brest je tiens à remercier le Patronage Laïque du Pilier Rouge pour son accueil.

Merci également à nos annonceurs, aux bénévoles qui rendent cette fête du 1er mai possible tous les ans, aux associations présentes dont nous partageons les valeurs et qui ont répondu à notre invitation. Je salue la présence ici de syndicalistes et de membres des forces politiques de gauche de notre métropole.

Il y a 8 jours, les Françaises et les Français se sont rendus aux urnes.

Les finalistes qualifiés à l'issue du premier tour de l'élection présidentielle ne sont pas de notre goût, c'est le moins qu'on puisse dire.

Mais il reste donc deux bulletins de vote sur la table, ou dans la machine, c'est selon.

Qui, parmi nous ici fraternellement rassemblés, se retrouve dans le programme de casse sociale, de fragilisation des services publics et de confortement de la finance que nous mijote le candidat Macron? Personne, évidemment.

Mais attention mes camarades, en face c'est l'extrême-droite...

Ne nous racontons pas d’histoires.

Les résultats du premier tour de l’élection présidentielle sont éloquents. La victoire du Front national du clan Le Pen n’est plus un fantasme ou une hypothèse trop improbable pour être considérée sérieusement. Il n’y a qu’à voir avec quelle indifférence et quelle résignation coupable ces résultats ont été en général accueillis sur les plateaux de télévision dimanche dernier.

Nous le rappelons s'il en est besoin : le Parti Communiste a toujours combattu et combattra toujours l'extrême-droite.

Cette lutte permanente fait partie de notre essence même, elle est une pièce de notre colonne vertébrale.

Et le 7 mai, combattre le Front National, ce n'est pas se contenter de dire : "Aucune voix pour Le Pen."

Les mots ont leur importance.

Et derrière ces mots, il y aurait, pourquoi pas, le vote blanc, l'abstention. Ce luxe-là, celui du vote blanc, de l'abstention, nous ne pouvons pas nous le permettre. Il va dans le sens de ce à quoi travaille inlassablement l'entreprise familiale Le Pen : la banalisation de l'extrême-droite pour finir par s'imposer par les urnes!

Le Parti Communiste a été très clair là-dessus, dès le soir du premier tour par la voix de Pierre Laurent. Faisons barrage à Le Pen.

Alors, on entend, ici ou là, certains s'insurger. Ils ne supporteraient plus de telles prises de position fermes. Il ne faudrait surtout pas inviter les citoyens à nous écouter sur le sujet. Et, de toute façon,le second tour serait déjà plié.

Nous, nous affirmons au contraire que c'est le devoir et l'honneur du Parti Communiste de faire porter haut et fort son message de combat et de résistance. L’histoire de notre Parti, bientôt centenaire, a été mouvementée, forgée au fer et au feu des luttes antifascistes, du combat pour la paix, de la lutte contre le capitalisme et pour l’émancipation du genre humain. Nous avons toujours participé aux batailles qui ont permis de grandes avancées sociales. Il faut donc battre Le Pen. Mais il faut également la maintenir à un score le plus bas possible. Score qui sera déjà bien trop haut à nos yeux. Chaque voix compte.

Un Front National à 30% et un Front National à 45%, et bien non, ça n'est pas la même chose!

Et ce serait une illusion dangereuse de croire qu’avec une extrême droite au pouvoir ou simplement renforcée, le peuple en serait plus combatif. L’histoire nous transmet des preuves tragiques et permanentes du contraire. Ne banalisons pas l'extrême-droite, combattons toujours l'idée qu'elle puisse accéder au pouvoir. Ne jouons pas avec ce feu-là. Le 7 mai, utilisons sans état d'âme le bulletin de vote Macron pour battre Le Pen.

Mais soyons clairs, la gauche ne se livre pas au candidat Macron. Le vote Macron sera de notre part tout sauf un vote d'adhésion.

Si certains en 2012 ont pu être très rapidement surpris et déçus par François Hollande, nous savons qu'Emmanuel Macron lui, s'il est élu président, ne nous surprendra pas et ne nous décevra pas! Nous ne sommes pas dupes! Il est notre adversaire. Nos revendications, notre projet d'une société plus juste et enfin fraternelle, nous continuerons à les porter. Comme nous les avons portés lors du rassemblement de ce matin. Comme nous les portons ici-même en ce moment! Nous avons combattu M. Macron comme ministre, puis comme candidat, dans la rue, à l'Assemblée nationale, dans les urnes.

Nous combattrons demain tous ses choix antisociaux, favorables à la loi de l'argent et à la minorité qui en profite de façon scandaleuse. Le bon score obtenu dimanche dernier par le candidat soutenu par le Parti Communiste est l’expression d’un vote politique, conscient, un vote d’appartenance et d’exigence sociale.

Il est le fruit d’une belle campagne et également de ce travail de terrain de longue haleine que le PCF, ses militants et ses élus n’ont jamais cessé de mener, aux côtés d'autres progressistes. Jean-Luc Mélenchon obtient d'ailleurs ses meilleurs scores dans des municipalités communistes. Ce qui est certain, c’est que des perspectives nouvelles à gauche ont émergé de cette campagne présidentielle.

Au-delà du second tour, il faut construire dès maintenant le maximum de victoires législatives les 11 et 18 juin prochains. Les droites sont en ordre de bataille pour les élections législatives. C'est à nous, Parti communiste, France insoumise, Ensemble!, forces du Front de gauche, socialistes désireux de rompre avec la politique menée pendant ces 5 dernières années, de créer les conditions de ces victoires. Pour une gauche de résistance et de combat forte à l'Assemblée nationale, en élisant le maximum de députés prêts à défendre les intérêts des classes populaires, les aspirations de nos concitoyens au progrès et à la justice sociale.

A l'expérience, les citoyens de notre pays savent que ce sont les députés communistes et Front de gauche qui ont été les adversaires les plus déterminés du ministre Macron et de la loi El Khomri. Ce sont des députés qui sont restés fidèles aux engagements pris devant leurs électrices et électeurs. Ils ont grandement contribué à maintenir la gauche debout. Les élections législatives seront cruciales.

La reconquête engagée le 23 avril peut donc se poursuivre à une condition : que les femmes et les hommes qui ont permis ensemble le score de Jean-Luc Mélenchon envoient très vite un signal fort de mise en commun de leurs forces dans cette nouvelle bataille. C'est l'appel que nous n'avons de cesse de lancer aux formations progressistes, et notamment, mais pas uniquement, à la France Insoumise.

Nous l'avons rencontrée régulièrement et nous continuons bien sûr d'échanger avec ses représentants brestois. Ils savent notre souhait d'avancer avec eux sur les législatives. Nous œuvrons quotidiennement à développer des dynamiques locales, qui nous permettront de porter haut nos projets communs de progrès social. Néanmoins, le temps presse. Le Parti Communiste prendra bien sûr part à la bataille des législatives. Dans l'espoir toujours maintenu de parvenir à des candidatures concertées, issues des forces progressistes que j'ai citées tout à l'heure, et soutenues par elles, le PCF met à disposition du rassemblement les candidatures de Maxime Paul sur la circonscription de Chateaulin, de Pierre Yves Liziar sur celle de Landivisau, de Jean-Paul Cam sur la circonscription de Brest Abers Iroise et de moi-même Eric Guellec sur celle de Brest Centre.

Notre Parti, ses militants, porteront au besoin ces candidatures jusqu'aux élections législatives. Mais en mettant leurs énergies en commun, toutes les forces qui ont contribué au beau score de la gauche de progrès le 23 avril et qui auront à travailler ensemble demain amplifieraient les résultats à venir. Unis, dans le respect et la reconnaissance de chacune de nos formations politiques, nous avons, aujourd’hui, les moyens de porter à l’Assemblée nationale un nombre important de députés de gauche.

Députés s’appuyant sur une plate-forme commune, sociale, écologiste et démocratique. Avant de conclure, insistons là-dessus : Toutes les composantes de la gauche de changement doivent dépasser leurs intérêts propres. Elles peuvent et doivent s’unir en proposant au peuple, un pacte pour une majorité de combat et de progrès. Il nous faut pour cela rejeter tout désir hégémonique. C’est un contrat d’assurance, un pacte de reconquête. L’assurance pour le peuple, pour les millions de Françaises et de Français qui, le 23 avril, ont fait le choix de la rupture démocratique, écologique et sociale, d’être défendus et protégés. Pour en terminer, je rappellerai que le partage, la solidarité, le bien-être commun et la préservation de notre planète sont juste ce que la plus large majorité de nos concitoyens espèrent, désirent et veulent porter en juin dans les urnes et à l’Assemblée nationale. Chers amis, chers camarades, je vous invite dès à présent à partager le verre de l'amitié. Passons ensemble une bonne journée fraternelle et conviviale ! Je vous remercie.

Eric Guellec.

 
Fête du Parti Communiste à Brest le 1er mai 2017 - Intervention de Eric Guellec, adjoint à Brest et candidat aux législatives

Partager cet article

Repost 0
Published by Section du Parti communiste du Pays de Morlaix - dans ACTUALITE REGIONALE
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste et du Front de Gauche. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011