Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2020 4 07 /05 /mai /2020 05:36

En mai 1944 paraît le premier numéro de L'étincelle, organe du Parti Communiste et des Jeunesses Communistes de Concarneau. Le simple fait de distribuer, de lire, et de faire connaître ce journal en période d'occupation est un acte de résistance qui exposait considérablement les intéressés.

Pierre Le Rose est un des rédacteurs de ce journal à titre bien choisi pour dire l'envie d'en découdre, la flamme qui anime les jeunes et moins jeunes résistants communistes de Concarneau. Le prototype du journal est écrit à la main, dans des conditions très artisanales.

Il y est question de justice rendue: on se félicite de l'exécution à Alger du traître Pucheu, responsable des fusillades de Châteaubriant, de la mort de Guy Môquet, de Pierre Guéguen, et Bourhis, mais aussi plus tard de l'exécution de Gabriel Péri. On demande justice pour Jean Chauvet, militant communiste tué par les miliciens de Darnand. On évoque le bilan du "règne de Vichy": 400 000 arrestations par les Allemands, 80 000 patriotes exécutés ou déportés.

Au nom de l'unité des Français au service de la victoire et de l'insurrection nationale contre les tyrans, les traîtres, les profiteurs de guerre, on célèbre même Jeanne d'Arc: "Le 14 mai, les français de toutes opinions fêterons (sic) la jeune paysanne de Domrémy qui sauva son pays. L'Anti-France de Vichy va sans doute vouloir faire sienne notre héroïne nationale et comparer son sacrifice à la désinvolture avec laquelle Pétain a livré son pays. Les patriotes savent que Jeanne la lorraine personnifie la résistance de la France au joug de l'envahisseur. Les braves du maquis savent qu'aujourd'hui elle serait avec eux. Comme elle ils luttent pour chasser l'ennemi. Comme elle ils savent mourir quand il le faut sur le bûcher. Quant à Pétain, il ne ressemble pas à la française Jeanne d'Arc, mais à l'évêque Cauchon qui la condamna".

On est confiant sur la prochaine libération, sur le prochain débarquement des anglo-américains: ainsi on dit que la situation alimentaire et la pénurie de pain continueront à s'aggraver et empireront jusqu'à la libération dans le Finistère. On prend appui sur le manque de pain pour encourager les Finistériens à lutter contre leurs autorités, soumises à Vichy et surtout aux réquisitions allemandes.

On se félicite que l'Assemblée d'Alger ait accordé le droit de vote aux femmes et on se demande pourquoi la majorité n'a pas été fixée à 18 ans. L'exemple de l'URSS, là encore, où le droit de vote et d'éligibilité est fixé à 18 ans, fait figure de marche à suivre.

On célèbre le courage de 250 travailleurs patriotes à Glomel qui ont célébré la Fête du Travail escortés de FTP avec leurs drapeaux tricolores, qui n'ont pas craint de chanter "La Marseillaise" et "l'Internationale".

L'article le plus développé est dirigé contre Pétain, et sa visite prétendument compassionnelle à Paris après un bombardement:

"Pétain à Paris,

Pétain, au nom duquel les valets d'Hitler: Darnand, Déat, Laval... pourvoient les charniers de la Gestapo; Pétain, l'homme de la haute finance et de la grosse propriété; Pétain qui a livré la France au pillage et à la torture nazie; Pétain que le peuple exècre et châtiera un jour; a osé venir à Paris insulter par sa honteuse présence les malheureuses victimes du bombardement du 21 avril.

Il est venu et reparti furtivement encadré par ses miliciens traîtres, connaissant les sentiments du Paris populaire à son égard.

Il croyait mettre en valeur sa politique d'abandon, de trahison, de répression. Il a échoué.

Le peuple pleure ses morts; ceux des camps de prisonniers et de concentration, ceux qui tombent sous les balles allemandes; ceux qui périssent dans les bombardements, parce qu'une clique criminelle a permis à l'ennemi de transformer notre pays en un vaste objectif militaire.

Le peuple qui souffre ne permettra à personne de s'accaparer de ses morts héroïques à des fins politiques qui le livreraient pour toujours à l'esclavage nazi.

Il se prépare à l'insurrection nationale qui jettera bas ces fantoches sanglants et boutera hors de France l'envahisseur hitlérien

PATRIOTE! POUR LUTTER CONTRE HENRIOT PASSE ET FAIT LIRE CE JOURNAL DANS TON ENTOURAGE ".

L'étincelle: journal de la Résistance communiste de Concarneau, Mai 1944- Juin 1944: un document exceptionnel des archives Pierre Le Rose
L'étincelle: journal de la Résistance communiste de Concarneau, Mai 1944- Juin 1944: un document exceptionnel des archives Pierre Le Rose

L'étincelle n°2, datée de juin 1944, sous le titre fort efficace "LIBÉRATION OU CHANGEMENT DE TUTELLE ?" commence par un article très politique et très au fait des enjeux de l'après-guerre qui se demande pourquoi "les amis anglo-américains" ne reconnaissent pas officiellement comme autorité légitime française le gouvernement provisoire d'Alger et qui craint que les Américains cherchent à exercer une administration directe sur les territoires repris aux Allemands. Le sacrifice de la résistance intérieure et les épreuves endurées par le peuple français en général sont convoqués pour justifier le droit pour la France de disposer d'elle-même, et pour le gouvernement de la Résistance, France Libre et résistance intérieure, celui du CNR, d'être reconnu comme autoritaire légitime pour réinstaller la République en France. En page 2, l'article "L'ADMINISTRATION FRANÇAISE AUX FRANÇAIS" est encore plus explicite: "L'hésitation des Anglo-Américains à reconnaître le gouvernement de la République... résulte du fait que les Alliés espèrent profiter du manque d'organisation du peuple français pour instituer un gouvernement militaire à leur seul profit". C'est pour contrer ce dessaisissement de la Résistance Française que le Parti Communiste et de Gaulle prônent l'union des forces de la résistance pour rendre sa souveraineté à la France: "Il est indispensable qu'aujourd'hui, encore plus qu'hier, les français fassent l'Union étroite qu'a toujours conseillé notre Parti. Les français de toutes opinions, de toutes croyances doivent s'unir dans les Comités locaux du Front National de Lutte pour l'Indépendance de la France. Les groupements de jeunes, les organisations de résistance, les syndicats et partis clandestins peuvent tous y adhérer. Ce sont ces Comités qui, sitôt la libération s'occuperont de l'Administration des villes et des Communes à la place des municipalités indignes nommées par Vichy. Ces Comités constitués sous l'égide du Gouvernement de la République établiront les bases de la municipalité provisoire dans l'esprit de la volonté nationale. Citoyens et citoyennes de France, jeunes patriotes français, soldats de la Résistance, unissez-vous dans des Comités du Front National pour que la République devienne effective".

Il y a là clairement un mot d'ordre venu de l'organisation nationale du Parti Communiste dans un cadre concerté avec d'autres forces de la résistance, gaullistes notamment. Le Général de Gaulle est d'ailleurs cité dans ce journal communiste clandestin: "La bataille de France c'est la bataille de la France"

Pierre Le Rose sera d'ailleurs un membre de ce Comité Départemental de la Résistance à la libération. Comme en témoigne cette carte.

L'étincelle: journal de la Résistance communiste de Concarneau, Mai 1944- Juin 1944: un document exceptionnel des archives Pierre Le Rose

Un slogan fait aussi écho à cette revendication: "des Armes pour le maquis!" Manière de dire qu'il en manque cruellement.

Sous le titre "Enfin!" , on évoque en page 2 le débarquement allié, "un premier débarquement plein de promesses".

La défense des idées communistes n'est pas oubliée avec un article expliquant que Katyn, et ses 12 000 officiers polonais trouvés dans des fosses communes, est un crime nazi et non soviétique, ce qui, on l'a établi avec certitude plus tard, était malheureusement faux.

Enfin, un très bel article montre que dans les heures douloureuses de la fin de l'occupation, on trouve encore une source d'inspiration et de courage dans la Commune de Paris et le sacrifice de ses milliers de révolutionnaires tués, déportés ou bannis soixante-treize ans plus tôt.

"La Semaine Sanglante!

En ces jours anniversaires de la Commune de Paris, le peuple de France adresse aux morts de Mai 1871 l'hommage toujours vivace de son admiration. En luttant contre Hitler et les traîtres, il continue l'esprit des communards qui dans un mouvement d'indignation patriotique se levèrent contre l'envahisseur prussien et les traîtres à sa solde. Aujourd'hui, nos vichyssois et collaborateurs s'identifient aux versaillais de 71 et les dépassent par leur platitude devant l'ennemi et leur grande cruauté. Pétain est le digne héritier de Thiers, qui obtint de Bismark les 100 000 hommes nécessaires pour vaincre la bravoure patriotique des Communards. Ecrasés dans le sang de ses 55 000 martyrs, la commune est restée et restera pour chaque français le symbole d'un peuple qui n'abdique pas devant l'oppression et sait mourir pour la liberté. Dans le combat contre les cannibales nazis et leur clique de "Versaillais", nous seront dignes de nos grands ancêtres et nous lutterons jusqu'à la victoire.

Vive la Commune! VIVE LA FRANCE!"

L'étincelle: journal de la Résistance communiste de Concarneau, Mai 1944- Juin 1944: un document exceptionnel des archives Pierre Le Rose
L'étincelle: journal de la Résistance communiste de Concarneau, Mai 1944- Juin 1944: un document exceptionnel des archives Pierre Le Rose

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011