Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 janvier 2020 5 03 /01 /janvier /2020 14:16
Roman - Le répondeur de Luc Blanvillain - L'histoire d'un double qui ne perd jamais le fil, par Muriel Steinmetz, L'Humanité, 2 janvier 2020

Très heureux: notre journal L'Humanité consacre une demi-page hier, jeudi 2 janvier, un article signé de l'une de ses plus belles plumes, Muriel Steinmetz, au dernier roman de l'écrivain morlaisien Luc Blanvillain​, si brillant et prolifique!


Cette chronique littéraire donne envie de courir acheter le livre. Et on est jamais déçu en lisant Luc, dont la plume alerte et ironique saisit l'époque avec beaucoup d'humour.

Roman. L’histoire d’un double qui ne perd jamais le fil
Jeudi, 2 Janvier, 2020

Muriel Steinmetz

Le Répondeur Luc Blanvillain Quidam éditeur, 252 pages, 20 euros
L’un répond au téléphone à la place de celui qui écrit. Qui est qui à la fin dans ce roman qui laisse entendre la friture technologique de l’ère de la communication ?

Devenu l’outil domestique essentiel, le répondeur parle à notre place, enregistre la voix de l’interlocuteur, prend les messages. Ce rôle échoit à Baptiste, personnage central de ce roman. Imitateur de son métier, il galère à la petite semaine en enchaînant les apparitions dans des spectacles mal payés. Il y contrefait à merveille les voix des politiques et gens en vue. À chacun son image mentale : Hollande, c’est un « fauteuil en cuir épais, des ongles sur un accoudoir » ; Balladur, « une oseraie sous la lune » ; Bacri, « une grosse racine », et Jean-Paul Sartre, « un œuf humide ». À la fin d’une représentation, Jean Chozène, écrivain célèbre, vient voir Baptiste dans sa loge. Il lui propose un contrat étrange au salaire faramineux : répondre à sa place au téléphone en imitant sa voix. Doublure vocale. Son but : s’isoler pour écrire, échapper aux sollicitations extérieures. « Je me suis aperçu, dit Chozène, que les gens m’appelaient presque toujours pour parler d’eux. D’eux-mêmes. Ils ne me posent aucune question. »
Le lecteur est plongé sans préavis dans l’existence d’un romancier quasi absent des pages

Baptiste se voit donc confier une « bible ». Classé par lettre alphabétique, chaque proche du romancier est assorti de quelques points importants le concernant. Baptiste, embarqué dans une spirale fictionnelle sans fond, doit duper l’entourage d’un homme en vue. Avant d’inaugurer sa mission d’infiltration dans la vie d’un autre, il travaille sa voix : choix des mots, inflexions, rires, silences…

Le lecteur est plongé sans préavis dans l’existence d’un romancier quasi absent des pages. Le récit chemine sur la corde raide sans en souffrir, à partir d’un être falot, peu satisfait de sa vie, qui gagne en épaisseur à mesure qu’il se dissout en endossant l’identité d’autrui. Autour de ce vrai-faux « je » gravitent – par téléphone – les intimes de l’écrivain (sa fille, Elsa, son ex, un vrai « crotale », l’amante délaissée, le père mutique, Jean-Louis le traducteur coréen « paresseux », l’attachée de presse, un jeune auteur indépendant et radical, un hipster en vue).

Les bévues, gaffes et ruptures de ton, ainsi que des appels inconnus non référencés dans la bible pimentent le récit, qui roule bon train. Chozène, bien à l’abri, écrit son livre. Baptiste, lui, se débrouille avec la réalité plurielle en ligne, interceptée en cours de route, qu’il étoffe avec brio.

Ce roman téléphonique réjouissant donne à entendre, en filigrane, les symptômes d’une époque abusée par la technologie, quasi schizoïde, compulsive sur écran tactile, gourmande de hashtags et soumise à la puissance des trolls. Une époque « d’extinction des feux » où tout un chacun peut, armé d’outils dits de communication, naviguer dans le faux-semblant et plonger au cœur de la « mimêsis », loin de ce que Lacan, cité par l’auteur, nomme le « réel », qu’il définissait ainsi : « Le réel, c’est quand on s’en prend plein la gueule.»
 

Muriel Steinmetz

Roman - Le répondeur de Luc Blanvillain - L'histoire d'un double qui ne perd jamais le fil, par Muriel Steinmetz, L'Humanité, 2 janvier 2020

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011