Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 avril 2019 2 23 /04 /avril /2019 15:32
Intervention d'Alain Bergeot, de République et Socialisme, candidat aux Européennes en 2014 sur la liste du Front de Gauche, à la réunion publique de Quimper sur l'Europe et la défense des services publics le 19 avril

Intervention d'Alain Bergeot, de République et Socialisme, candidat aux Européennes en 2014 sur la liste du Front de Gauche, à la réunion publique de Quimper sur l'Europe et la défense des services publics le 19 avril avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun (CGT Cheminots), Jean-Marc Cléry (FSU Bretagne), Yann Foucher (FSU Finistère), Marie Le Berre (CGT PTT),  Glenn Le Saoût, candidat finistérien sur la liste de Ian Brossat

QUIMPER, 19 avril 2019

Avant toute chose, je voudrais vous dire que le « EN MEME TEMPSTISME » a ses limites. La commémoration du 75ème anniversaire des combats au Plateau des Glières, haut lieu de la Résistance, par Sarkozy et Macron avait quelque chose d’indécent. Comment, en effet, honorer la mémoire de ces Résistants, tombés pour les valeurs que porte toujours le programme du Conseil National de la Résistance intitulé « Les jours heureux », et « EN MEME TEMPS », les trahir, en continuant à détruire méthodiquement ce programme.

A propos de l’incendie de Notre-Dame, le Président a déclaré : « nous sommes un peuple de bâtisseurs ». Sans le vouloir, il fait la preuve, une preuve de plus, après le 29 mai 2005, qu’il y a un problème de démocratie en France : si nous sommes bien un peuple de bâtisseurs, pourquoi, alors, de Sarkozy à Macron, en passant par Hollande, avons-nous à faire à cette entreprise de démolition de notre « BIEN COMMUN », que sont les Services Publics.


Dans cette affaire, l’Europe a bon dos ! Car ces contre-réformes, si elles sont en partie impulsées par l’EUROPE, on ne peut cacher les responsabilités des Etats-membres et de leurs gouvernements. Ce sont
eux qui négocient (bien mal) les règles européennes, ce sont eux qui décident et non pas la Commission européenne !
Pour paraphraser l’ancien Président qui a embauché le nouveau, l’hôpital, la maternité, l’école, le train, la poste, voilà ses véritables adversaires voire ses ennemis. Nous pouvons les identifier, eux, car ils
ont un visage : c’est l’infirmier, c’est la sage-femme, l’enseignant, le cheminot, la factrice.
Oui, avec Macron, la France est en marche, le problème, c’est qu’elle est en marche arrière !
Depuis le 7 mai 2017, point de nouveau monde à l’horizon, juste de vieilles recettes éculées.
Le comédien Macron a dû répéter plus d’une fois cette réplique du Guépard : « Il faut que tout change pour que rien ne change ».
Prenons par exemple l’Education Nationale : vraiment rien de nouveau depuis Hippolyte Fortoul, ministre de l’Education de Napoléon III, qui avait supprimé l’agrégation de philosophie et d’histoire afin d’exclure des études, je cite, « ces problèmes téméraires qui jettent le trouble dans les esprits sans les éclairer, qui excitent une curiosité inquiète sans la satisfaire ». Dans sa réforme de 76, René Haby, avait oublié, lui, comme par hasard, la Révolution française dans le programme. Blanquer, lui, propose, carrément, de VIRER MARX et
FREUD des programmes de philo des classes de terminale. La mission de former des citoyens a disparu. Il s’agit de faire des jeunes Français des salariés dociles, privés de racines et de sentiment national, aisément
manipulables, dans cette Europe de l’argent. Comme vous le voyez, la bataille idéologique bat son plein !

Quant à la Poste, le plus ancien service public français, les PTT comme on disait, ont servi de laboratoire pour tous les services publics.

Dès l’application de la loi ROCARD/QUILES, les conditions de vie au travail des agents des PTT se sont très vite détériorées ; qu’ils soient agents au guichet, ou facteurs, les nouvelles méthodes de management
n’ont pas tardé à produire leurs funestes effets avec pour corollaire le burn-out d’abord, puis, la « mode des suicides », pour reprendre les propos abjects de l’ancien PDG de France-Télécom, Didier LOMBARD, dont le procès va bientôt s’ouvrir. Aujourd’hui, tous les agents dans le secteur public subissent ces méthodes managériales, et les mêmes causes produisent les mêmes effets : burn-out et suicides se sont étendus à tous les secteurs.


Oui, l’Europe a bon dos, car cette loi ROCARD/QUILES, par exemple, a été promulguée le 2 juillet 1990, bien avant le Traité de Maastricht, du 7 février 92.

A propos de Maastricht, je vous offre cette déclaration, je vous demanderai, par respect pour son auteur, d’éviter de rire, s’il vous plaît : « en tant qu’homme de gauche, je souhaiterais me tourner un instant
vers certains de mes amis (précision, les Communistes et les Chevènementistes) pour leur faire entendre que Maastricht est un compromis de gauche, pour la première fois, dans un Traité de cette nature des mesures d’encadrement du marché sont prévues, pour la première fois citoyenneté et nationalité sont dissociées, pour la première fois, les syndicats vont être associés aux processus décisionnels » Jean-
Luc Mélenchon, au Sénat, le 9 juin 1992.

J’en ai d’autres en magasin, mais là, ce serait de la gourmandise ! Il n’y a que les imbéciles qui ne
changent jamais d’avis et, il faut être honnête, Monsieur Mélenchon déclarait dans le Monde du 20 mars 96 : « L’Europe devait être un moyen de faire avancer la citoyenneté et les conquêtes sociales et c’est l’inverse qui se passe. S’il en est ainsi, c’est au cadre qu’on le doit, la vérité que chacun ressent, c’est qu’on ne changera pas de méthode de gouvernement tant qu’on ne changera pas de méthode de construction
européenne (…). C’est une autre méthode qu’il faut proposer, se battre pour un nouveau traité ».

Soit, mais s’unir pour se battre contre ces traités serait autrement plus efficace ! Ce n’est que collectivement que nous pourrons créer un rapport de forces permettant la construction d’une alternative crédible aux politiques sociales libérales qui se sont succédées depuis 1983, avec cette fameuse parenthèse jamais refermée et amplifiée depuis le Traité de Maastricht.

Nous avons 4 semaines, nous devons mobiliser pour que les couches populaires, utilisent cette fenêtre de tir du 26 mai, pour exprimer leur colère, contre l’austérité, qu’elle vienne de France ou d’EUROPE, il faut discuter, discuter, discuter encore, pour les convaincre d’aller voter pour l’Europe des gens, car, sur un rond-point, par définition, on tourne en rond. Les élections sont une autre forme de lutte.


POUR L’EUROPE, VOTEZ ET FAITES VOTER IAN BROSSAT !

 

SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes

Partager cet article
Repost0
21 avril 2019 7 21 /04 /avril /2019 19:33
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes

Vendredi 19 avril à Quimper, Halles St François, réunion publique Européennes.

Devant 80 personnes environ, et de nombreux syndicalistes et animateurs des comités de défense des hôpitaux (Concarneau, Douarnenez), le débat services publics organisé par le PCF a Quimper pour les européennes avec Marie-Pierre Vieu députée europeenne PCF, en quatrième position sur la liste de Ian Brossat, et Laurent Brun, responsable de la CGT cheminots, a été passionnant: il a été ouvert par des interventions de Jean-Marc Cléry, secrétaire régional de la FSU Bretagne, de Yann Fouché, secrétaire départemental de la FSU Finistère, de Marie le Berre, de la CGT Finistère de la poste, de Bernard Jasserand, de la CGT énergie, du secrétaire régional de la CGT cheminots Yannick Tison, de Alain Bergeot de République et socialisme, candidat du front de gauche en 2014 aux européennes, de Marianne Jan et Yves jardin pour les comités de défense des hôpitaux de Concarneau et de Douarnenez. La réunion s est conclue par de très fortes interventions de Laurent Brun et Marie Pierre Vieu et par une intervention de Glenn le Saout sur la défense de la jeunesse et de l'égalité d accès aux études, et sur les raisons de voter pour cette liste de travailleurs, animateurs de luttes, ou le responsable du service des urgences, le cancérologue, l écrivaine, côtoient l ouvrier, le livreur a vélo.

Photos Jean-Claude Perrot, Ismaël Dupont, Christian Beaumanoir

SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
SNCF, Poste, Education, Pôle Emploi, Energie, Hôpital, l'enjeu des élections européennes et de la défense des services publics: 80 personnes à la réunion publique de Quimper avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût, Alain Bergeot, et de nombreux syndicalistes
Moment détente le soir a Quimper avec Laurent Brun qui nous a chanté l internationale des cheminots électriciens, Marie Pierre Vieu, Glenn le Saout et la vingtaine de camarades à rester dîner, dont François Lucas de Crozon qui a sorti l'accordéon!

Moment détente le soir a Quimper avec Laurent Brun qui nous a chanté l internationale des cheminots électriciens, Marie Pierre Vieu, Glenn le Saout et la vingtaine de camarades à rester dîner, dont François Lucas de Crozon qui a sorti l'accordéon!

Partager cet article
Repost0
8 avril 2019 1 08 /04 /avril /2019 06:05
Européennes - Débats pour la défense des services publics à Quimper le vendredi 19 avril à 19h aux Halles Saint-François avec Marie-Pierre Vieu, Laurent Brun, Glenn Le Saoût et Jean-Marc Cléry
 
Une belle affiche pour une réunion-débat sur les services publics avec Marie-Pierre Vieu et Laurent Brun, et d'autres intervenants (éducation, poste, santé) ainsi que Glenn Le Saout, le vice-benjamin de la liste conduite par Ian Brossat – avec Marie-Pierre Vieu et Glenn le Saout.
Partager cet article
Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 12:11
Maryam Madjidi à la fac Ségalen de Brest avec Glenn Le Saoût le samedi 6 avril - Rencontre débat Européennes sur la solidarité avec les réfugiés, 18h - et rencontre autour du roman Marx et la Poupée à La Petite Librairie rue Danton à 14h30
Partager cet article
Repost0
5 avril 2019 5 05 /04 /avril /2019 12:11
L'écrivaine Maryam Madjidi, candidate sur la liste PCF conduite par Ian Brossat, à Morlaix le vendredi 5 avril à 18h

Marx et la poupée
Le , Espace salon de Dialogues Morlaix
 

 

Prix Goncourt du premier roman 2017, Maryam Madjidi nous propose une rencontre et une lecture de son livre "Marx et la Poupée" (Éditions Le Nouvel Attila).
Du ventre de sa mère en Iran où elle entendait les battements de la révolution islamique jusqu'à son exil en France, l'auteur raconte le glissement de son identité avec humour et tendresse. Un récit poétique, politique, et historique à lire et à écouter absolument !

Vendredi 5 avril: Maryam Madjidi à Morlaix, Local du PCF, 2 petite rue de Callac, à 18h: 

"Marx et la poupée: devenir écrivain dans l'exil, avec l'héritage du combat communiste en Iran et des blessures de la révolution islamique". 

Samedi 6 avril, à 11h: Maryam Madjidi à la rencontre des lecteurs à la librairie Dialogues Morlaix

Samedi 6 avril: l'écrivaine Maryam Madjidi (candidate en 8ème position sur la liste Européenne de Ian Brossat et du PCF) sera l'invitée des communistes brestois-es. Aprés avoir rencontré les lecteurs à 14 h 30 à la petite librairie et visité la médiathèque des Capucins elle particpera à une rencontre débat sur le thème de la solidarité envers les réfugiés à 18 h à la Fac Segalen.
Maryam Madjidi, écrivaine, professeur de Français Langues Etrangères travaillant avec les réfugiés, fille de militants communistes iraniens contraints à l'exil, militante pour le droit d'asile, auteur de "Marx et la poupée", un magnifique roman sur l'exil, son découverte de la France, son rapport avec l'Orient et les illusions de l'orientalisme, et l'engagement de ses parents qui a reçu le Prix Goncourt du Premier Roman en 2017 et le prix Ouest-France Etonnants Voyageurs en 2017, le prix Soroptimist de la romancière francophone 2018 !

Partager cet article
Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 20:50
Les Migrations aujourd’hui : du mythe à la réalité - Jeudi Rouge du PCF à Quimperlé le jeudi 28 mars avec Catherine Withold de Wenden
"Les Migrations aujourd’hui : du mythe à la réalité"

JEUDI 28 mars 18H30

Espace Benoîte Groult
3 avenue du Coat Kaër à Quimperlé
salle Isole

Le réseau « Partage des savoirs », animé notamment par les communistes du Pays de Quimperlé organise depuis le mois d’octobre 2018, chaque dernier jeudi du mois, « Le Jeudi Rouge », une rencontre débat sur un thème choisi.

Le 28 mars prochain, nous accueillerons Catherine Wihtol de Wenden, spécialiste reconnue des migrations internationales.

Directeur de recherche au CNRS, expert auprès du Haut Commissariat des
Nations Unies pour les réfugiés, elle enseigne également à l’ Institut d’Etudes Politiques.

Les questions migratoires sont au cœur de notre époque et représentent un véritable défi mondial. Nous en connaissons les principales raisons structurelles : inégalités sociales et territoriales, pauvreté, captation des richesses par une poignée d’ individus, conflits, persécutions religieuses, ethniques, politiques, sexuelles. Auxquels s’ajoutent les dérèglements climatiques ; la montée des eaux, l’appauvrissement des terres. Si le droit à la mobilité est reconnu par la déclaration des droits de l’homme, les migrations forcées ne cessent d’augmenter.

Mais qu’en est il réellement de ces migrations ? Quelle est leur ampleur ?
Menacent elles vraiment « nos » sociétés comme certains groupes poli
tiques nous le répètent à longueur d’antenne et de déclarations ?

Audelà de nos engagements et de notre solidarité avec les exilés, les réfugiés nous avons pensé indispensable de conforter la connaissance fine de ce phénomène mondial qui est, faut il le rappeler, indissociablement lié à l’histoire de l’humanité.

Catherine Wihtol de Wenden a bien voulu répondre favorablement à notre invitation et à mettre à la disposition de toutes et tous le résultat de ses travaux .

Analyses, données factuelles, objectivation sociologique, approche politique et géopolitique nous permettront d’intervenir plus efficacement dans les débats en cours et de déconstruire tout ou partie de théories souvent faites de bric et de broc.

Notre invitée présentera ses derniers ouvrages de 18h à 18h30 avant la
conférence débat prévue de 18h30 à 20h30.

 

Et la vidéo de la dernière conférence des Jeudis Rouges du PCF à Quimperlé avec Nasser Mansuri Guilani: "La Mondialisation à l'Usage des Citoyens "

Partager cet article
Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 15:31
Partager cet article
Repost0
13 mars 2019 3 13 /03 /mars /2019 06:52

80 personnes pour le café-citoyen avec Patrick Le Hyaric, Glenn Le Saoût, Cindérella Bernard à Roscoff ce samedi 2 mars sur l'Europe et les Conséquences du Brexit au bar restaurant C'est Ici! sur le port du Bloscon

Très beau café-citoyen sur l'Europe et les enjeux et conséquences du Brexit hier à Roscoff, au bar-restaurant, C'est ici! , qui nous a reçu très chaleureusement avec son propriétaire Vincent et ses employés, avec 80 personnes présentes pour échanger avec Patrick Le Hyaric, Glenn le Saout , Cindérella Bernard candidats du PCF aux élections Européennes du 26 mai prochain. L'échange a été extrêmement riche. Patrick Le Hyaric passionnant et très percutant sur les fondements de cette Europe du capital et de la mise en concurrence de tous contre tous et la nécessité d'en révolutionner les bases!

Auparavant, Patrick Le Hyaric, Glenn Le Saout et Ismaël Dupont avaient rencontré Eddy Pierres, co-fondateur de Wart et de Panoramas, pour évoquer la problématique des Festivals face aux nouvelles normes réglementaires sécurité et son, et aux surcoûts que ça engendre.  

Partager cet article
Repost0
11 mars 2019 1 11 /03 /mars /2019 19:41
Pierre-Yves Liziar, Cindérella Bernard, Fabienne Bodin - Le Relecq-Kerhuon, 9 mars 2019, photos Ismaël Dupont

Pierre-Yves Liziar, Cindérella Bernard, Fabienne Bodin - Le Relecq-Kerhuon, 9 mars 2019, photos Ismaël Dupont

Débat avec Cindérella Bernard, Fabienne Bodin (CGT), Pierre-Yves Liziar et Ismaël Dupont - L'égalité femmes-hommes et  les violations des droits des femmes en question au Relecq Kerhuon ce 9 mars à l'invitation de la section PCF
Débat avec Cindérella Bernard, Fabienne Bodin (CGT), Pierre-Yves Liziar et Ismaël Dupont - L'égalité femmes-hommes et  les violations des droits des femmes en question au Relecq Kerhuon ce 9 mars à l'invitation de la section PCF
Débat avec Cindérella Bernard, Fabienne Bodin (CGT), Pierre-Yves Liziar et Ismaël Dupont - L'égalité femmes-hommes et  les violations des droits des femmes en question au Relecq Kerhuon ce 9 mars à l'invitation de la section PCF
Débat avec Cindérella Bernard, Fabienne Bodin (CGT), Pierre-Yves Liziar et Ismaël Dupont - L'égalité femmes-hommes et  les violations des droits des femmes en question au Relecq Kerhuon ce 9 mars à l'invitation de la section PCF

Les inégalités femmes-hommes et les atteintes aux droits des femmes en question!

Avec Cindérella Bernard (candidate aux européennes du PCF, présidente du groupe communiste au Conseil départemental des Côtes d'Armor) Fabienne Bodin ( féministe, commission égalité femmes-hommes de la CGT), Pierre-Yves Liziar, secrétaire de section du Relecq-Kerhuon et Ismaël Dupont, secrétaire de section du PCF.

Des interventions aussi de Anne-Marie Alayse, Isabelle Mazelin, Claudie Bournot Gallou, Pascal Ségalen, José Corre, Gérard Le Bricquer, etc. 

Débat passionnant hier, samedi 9 mars, au Relecq-Kerhuon organisée par la section PCF à la salle Germain Bournot avant son repas de section, sur la question des droits des femmes et de l'égalité femmes-hommes.

82% des salariés à temps partiel sont des femmes, pour beaucoup des temps partiels contraints, ce sont les 2/3 des travailleurs pauvres. Les métiers fortement féminisés sont en même temps ceux qui sont bien souvent les moins bien rémunérés, où la pénibilité et la responsabilité qu'ils engendrent ne sont pas reconnus à leur juste valeur (services à la personne, maintien à domicile, assistantes maternelles, aides-soignants, caissières, ouvrières à la chaîne, AVS, vente....). Beaucoup de femmes sont exploitées dans leur travail, dans le cadre de métiers fortement féminisés. L'orientation vers les métiers est largement conditionnée socialement avec des stéréotypes qui continuent à jouer, la maternité ou "le risque" de maternité handicape les femmes dans leur progression de carrière, leurs promotions: le fameux "plafond de mère". L'accès aux postes de responsabilité, aux promotions, est bien souvent réservé aux hommes, dans la banque, les grandes entreprises (exemple de Total), la recherche et l'Université.

Au final, à travail de valeur égale, il y a 17% à 18% de différence de salaire entre un homme et une femme.

Les pensions de retraite sont inférieures de 40 à 42% pour les femmes.

60% des agents contractuels de la fonction publique sont des femmes avec un État qui se conduit de manière scandaleuse vis-à-vis de nombre de ses salariées précaires, souvent au nom d'un traitement social du chômage qui enferme de la précarité des salariés dont le service public a besoin.

Ce n'est pas la suppression d'un milliard d'euros dans le budget du secteur dépendance, a rappelé Cindérella Bernard, qui va améliorer les choses.

Nous avons aussi échangé sur le drame bien trop quotidien et ordinaire des violences faites aux femmes: 85 000 viols ou tentatives de viols, le plus souvent dans la famille, ou l'entourage immédiat, 220 000 femmes battues ou sequestrés dans le cadre de la famille, 30 féminicides depuis le début 2019. 20% des femmes qui estiment avoir déjà été agressées sexuellement. Des dizaines de tentatives de viols encore sur le lieu de travail cette année. Beaucoup d'agresseurs qui continuent à agresser, intimider, humilier en toute impunité une fois que le cycle de violence sexiste et sexuel est ouvert.

C'est possible aussi parce qu'il existe une culture machiste sous-jacente qui s'exprime au quotidien dans la politique (Cindérella Bernard a donné des exemples particulièrement évocateurs), le travail, les relations familiales. En même temps, les jeunes femmes bien souvent n'acceptent plus les droits que s'arrogent les hommes sur elles au nom de la "galanterie" ou du désir.

Nous avons aussi évoqué la question des attachements sexuels et viols révélés à l'intérieur de notre organisation ces derniers jours, avec la difficulté pour les femmes victimes d'ête prises aux sérieux face à leurs agresseurs.

Ces derniers temps, il y a eu des régressions sur la législation en matière de sanctions pénales et de qualification pénale du harcèlement sexuel et sexiste (outrage, attouchement, viol, etc.). Parallèlement, les collectivités enlèvent des moyens aux associations et centres qui accompagnent les femmes victimes de violence.

Toutes les questions sur la thématique de l'égalité femmes-hommes n'ont pu être abordées (notamment l'influence des fondamentalismes religieux, la question de la liberté de choix, de la laïcité, menaces sur l'IVG, moyens prévention contraception et MST) mais ce sera très certainement l'objet de nouveaux débats, une commission Féminisme venant de se mettre en place dans le Finistère au PCF avec une grosse activité ces 15 derniers jours pour préparer le 8 mars, la journée internationale de lutte pour le droit des femmes.

Débat avec Cindérella Bernard, Fabienne Bodin (CGT), Pierre-Yves Liziar et Ismaël Dupont - L'égalité femmes-hommes et  les violations des droits des femmes en question au Relecq Kerhuon ce 9 mars à l'invitation de la section PCF
Partager cet article
Repost0
9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 07:56
Samedi 9 mars: Européennes, Cindérella Bernard invitée de la section PCF du Relecq-Kerhuon pour un débat sur l'égalité Femmes/hommes et la question des droits des femmes en Europe, 17h salle Germain Bounot
Samedi 9 mars: Européennes, Cindérella Bernard invitée de la section PCF du Relecq-Kerhuon pour un débat sur l'égalité Femmes/hommes et la question des droits des femmes en Europe, 17h salle Germain Bounot
La section du Relecq- Kerhuon organise un débat avec repas autour de l’égalité Femmes/ Hommes.

17h00 :    Débat autour de l’égalité des droits entre les femmes et les hommes. Section du Relecq-Kerhuon - Salle des Associations Germain Bournot

Pour que les femmes continuent de libérer leurs paroles, fassent entendre leurs voix, leurs aspirations en matière de salaire, de pouvoir d’achat, d’accès à la culture, à la santé, à l’égalité, dans une Europe solidaire.

Avec la présence de Cindérella Bernard, candidate aux élections européennes et de syndicalistes, d'une syndicaliste de la CGT Educ'action, et de Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF

Suivi du verre de l’amitié.  Puis pour ceux qui veulent:

Repas au prix de 20 € : Salades-Bœuf Bourguignon-Dessert-Fromages-Boissons comprises. Si participation d’enfants, nous demander un tarif.

Rouge Finistère n°4 - février/mars 2019

Rouge Finistère n°4 - février/mars 2019

Rouge Finistère n°4 - février/mars 2019

Rouge Finistère n°4 - février/mars 2019

L’ÉGALITÉ FEMMES-HOMMES : OÙ EN EST-ON DANS L’UE ?

Francis Wurtz, 7 mars 2019

L’Union européenne se targue volontiers d’avoir pour valeur fondatrice le principe de l’égalité femmes-hommes. De fait, ce principe est inscrit en toutes lettres dans les traités : dès 1957 en ce qui concerne « l’égalité des rémunérations pour un même travail »; puis, par la suite, « l’égalité des chances » et l’égalité de traitement en matière d’emploi et de travail. Le traité de Lisbonne (qui régit l’UE actuellement) affirme même que « pour toutes ses actions, l’UE cherche à éliminer les inégalités et à promouvoir l’égalité entre les hommes et les femmes ». Elle a, ainsi, la possibilité d’adopter des lois européennes (directives ou règlements) contre les discriminations sexistes, tandis que le programme « Droits, égalité et citoyenneté » permet de financer des actions visant à atteindre l’égalité et à éradiquer les violences faites aux femmes. Plusieurs textes législatifs européens ont, du reste, vu le jour à cet égard. Par ailleurs, il existe depuis une dizaine d’années un « Institut européen pour l’égalité entre les hommes et les femmes » destiné à produire analyses et propositions propres à stimuler l’action des institutions européennes dans ce domaine, tandis qu’au Parlement européen, la « Commission des droits de la femme et de l’égalité des genres » joue pleinement son rôle. Et pourtant…Que de chemin reste, concrètement, à parcourir dans la majorité des Etats membres pour pouvoir parler sérieusement d’égalité !

Qu’on en juge. Taux d’emploi ? 61% en moyenne pour les femmes, 72% pour les hommes. Temps partiel ? Il touche 31,9% des femmes contre 8,8 des hommes. Différence de salaires ? 16,3% : dit autrement, les femmes doivent travailler 59 jours supplémentaires, en moyenne, pour gagner un montant équivalent au salaire perçu par les hommes. Si la France se situe -très légèrement- en dessous de cette moyenne selon les statistiques européennes (15,8%), l’Allemagne creuse encore l’écart (22% !). Autre constat révoltant : si 60 % des Européens diplômés de l’enseignement supérieur sont des Européennes, elles ne sont plus qu’un tiers parmi les chercheurs ! La discrimination vaut également pour l’exercice des responsabilités publiques: l’UE compte 4 femmes Cheffes d’Etat et 3 Cheffes de gouvernement sur 28. Elles sont 29% des membres des parlements nationaux et 37% de ceux du parlement européen. La Banque centrale européenne bat le triste record du machisme avec 2 femmes seulement au Conseil des gouverneurs qui compte 25 membres. Quant à la violence physique ou sexuelle, si les hommes n’en sont pas préservés, elle touche une femme sur trois -souvent de la part de son compagnon- tandis que 75% des femmes ont déjà été victimes de harcèlement sexuel dans un cadre professionnel ! (1) L’égalité reste un combat.

Je veux me joindre à hommage rendu à Roland Leroy, que j’ai eu le privilège de rencontrer à de fréquentes reprises, et dont j’ai toujours admiré le raffinement et l’inépuisable culture . Avec la disparition de ce dirigeant emblématique se tourne une page de l’histoire du Parti communiste français.

——–
(1) Tous ces chiffres sont à trouver sur le site « Toute l’Europe » (17/11/2017)

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011