Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 décembre 2018 4 06 /12 /décembre /2018 19:39
Une colère légitime contre l'injustice fiscale et le creusement des inégalités: la nécessité de construire une fiscalité plus juste, par Roger Héré

Les citoyens continuent d'exprimer avec vigueur une colère légitime. Ils veulent vivre dignement, et une justice sociale. Cette colère, les communistes la comprennent et la dénoncent depuis longtemps dans leur activité au quotidien.

Après le "trop de taxes" du début, l'exigence de hausse des salaires et pensions est apparue rapidement. En effet, c'est bien là le véritable enjeu.

Nous voulons une société plus juste, plus humaine, plus égalitaire.

Il faut une meilleure redistribution des richesses (aides, allocations diverses), une meilleure protection sociale (à chacun selon ses besoins, de chacun selon ses moyens), un meilleur accès aux services publics pour tous.

Les problèmes posés ne peuvent pas conduire à un simple combat contre les impôts, taxes et cotisations en général, mais plutôt contre un système fiscal et social de plus en plus injuste et inefficace qu'il faut changer, ainsi que pour une autre répartition des richesses crées par le travail, au bénéfice de ceux qui les créent.


Une protection sociale financée par les cotisations et non par l’impôt

La politique d’exonérations de cotisations sociales menée depuis les années 90 (plus de 50 Mds€ par an, actuellement) au bénéfice des employeurs, n’a eu aucun impact réel sur l’emploi. Cela n’a pas empêché le chômage de croître. Au contraire le libéralisme a poursuivi sa course aux profits, dévastatrice pour l’emploi et les activités.

Macron a donné un grand coup d’accélérateur à cette politique en transformant au bénéfice du patronat la manne du CICE en une exonération pérenne de ses cotisations sociales. Les premiers à payer ont les retraités par une hausse brutale et insupportable de la CSG.

Le financement de la Sécurité sociale par les impôts et taxes remet en cause la Sécurité sociale dans ses fondements. Les cotisations sociales dites « patronales » ne sont pas des « charges » pour l’entreprise, mais la part socialisée des salaires perçus. les exonérations patronales ne sont donc, pour les salariés, rien d’autre qu’une baisse de leur propre salaire.

Il faut une protection sociale solidaire de haut niveau. La sécurité sociale doit couvrir 100% des besoins de santé. Pour cela nous voulons un financement par la cotisation sociale prélevée sur les richesses créées à l’entreprise, et non dans la poche des citoyens eux-mêmes, comme c’est le cas de plus en plus.

Une fiscalité plus juste et plus redistributive

Notre société n’a jamais été aussi riche ! En France, 5e pays producteur de richesses dans le monde, le chômage et le travail précaire s’accroissent. Les gens veulent pouvoir boucler les fins de mois. Une société qui n’offre pas de perspectives à ceux qui produisent les richesses par leur travail, ni à la jeunesse pas plus qu’aux retraités, est une société sans avenir.

Il faut un système fiscal plus juste, renforcer la place de l’impôt sur le revenu pour en faire un grand impôt citoyen socle du système fiscal (augmenter sa progressivité, relever les taux pour les plus hauts revenus et réduire les niches fiscales).

Il faut réduire l’influence des impôts sur la consommation injustes tels la TVA, et la TICPE, et taxer davantage le capital que le travail pour réorienter les profits vers l’emploi et les salaires.

Sans attendre, en urgence, il faut répondre aux attentes sociales par :

  • l’augmentation du SMIC à 1800 euros avec répercussion sur l’ensemble des grilles de salaires mais aussi des pensions et des minima sociaux ,

  • l’annulation de la hausse de la CSG subie par les retraités, et la remise en cause des exonérations patronales de sécurité sociale ;

  • la suppression de la TVA pour les produits de première nécessité, notamment le gaz et l’électricité, et abaisser le taux normal de la TVA de 20 à 15 % ;

  • une fiscalité plus juste, tenant compte des revenus (impôt sur les revenus, impôts locaux) et de la richesse (droits de succession, rétablissement de l’ISF).

Roger Héré - élu PCF à Plouigneau 
 

 

 

Partager cet article
Repost0
5 décembre 2018 3 05 /12 /décembre /2018 12:40

Communiqué du PCF pays de Morlaix - 5 décembre 2018

Depuis trois semaines l'expression très forte d'une colère sociale ne faiblit pas. Jusqu'à présent le président de la République et son gouvernement, droit dans leurs bottes, avaient fait la sourde oreille aux revendications légitimes posées par les catégories sociales les moins favorisées.

Aujourd'hui il propose un moratoire sur l'augmentation des taxes sur le carburant (6 mois) sur la hausse des tarifs de l'électricité et du gaz (pendant l'hiver) et sur la modification du contrôle technique. Il a aussi indiqué que le "manque à gagner" sera obtenu par de nouvelles remises en cause de moyens du service public (hôpitaux, éducation, etc...). D'une part remettre à plus tard les mesures qu'il a prévues, sans création de l'ISF ou d'autres mesures de justice fiscale, ce n'est pas y renoncer mais les reporter à plus tard, et d'autre part il fait supporter aux usagers le poids de nouvelles restrictions pour l'accès aux services publics, alors que ceux-ci demandent précisément l'inverse.

On n'en peut plus des effets d'une politique de classe qui favorise toujours plus les riches au détriment des catégories populaires. On n'en veut plus !

Le gouvernement ne peut pas jouer la montre et le pourrissement et doit répondre dès aujourd'hui aux revendications exprimées notamment en matière de pouvoir d’achat.

Pour répondre à la colère sociale, le PCF demande un moratoire sur les taxes carbones, le rétablissement de l’ISF, l’augmentation de 200 euros net par mois du SMIC, l’ouverture de négociations salariales dans le public comme dans le privé, la revalorisation des pensions et des minima sociaux et l’allocation de moyens pour les services publics.

Assez tergiversé ! Le gouvernement doit prendre la mesure de la situation nationale et annoncer immédiatement des mesures allant dans cette direction.

Pour sa part le PCF continuera d'agir et soutiendra toutes les initiatives dans ce sens.

Communiqué du PCF Pays de Morlaix - 5 décembre 2018: on n'en peut plus d'une politique de classe qui favorise toujours les plus riches au détriment des catégories populaires
Partager cet article
Repost0
12 novembre 2018 1 12 /11 /novembre /2018 08:09
La section du Pays de Morlaix du PCF soutient le mouvement de grève  des enseignants le 12 novembre

Pour un vrai service public de l’éducation.

La section du Pays de Morlaix du PCF soutient le mouvement de grève  des enseignants le 12 novembre et appelle l’ensemble des personnels d’éducation, les parents d’élèves , les lycéens et étudiants à se joindre à la manifestation qui aura lieu à Morlaix, Place des Otages devant la Mairie à 13h30 .

Aujourd’hui, la réussite scolaire dépend encore trop souvent des ressources culturelles dont les enfants ont hérité dans leur famille. Aussi, il est nécessaire de repenser les programmes et la pédagogie, pour les adapter à celles et ceux qui n’ont rien d’autres que l’école pour réussir à l’école.

• la diminution du nombre d’élèves dans les classes, afin de favoriser les apprentissages et la coopération. L'arrêt des suppressions de classes dans l'école élémentaire. 

• la création de postes dans le secondaire et le primaire de l'enseignement public

• un dispositif de titularisation des contractuels de l’Éducation nationale

• la mise en œuvre d’une véritable formation initiale et continue à destination des enseignants, qui leur permette de reprendre la main sur leur métier

• une définition indépendante des programmes scolaires, qui prendrait avant tout l’avis des enseignants et des spécialistes

• la reconnaissance des enseignements technologiques et professionnels, constitutifs de la culture commune

• la ré-institution du baccalauréat comme diplôme national, ouvrant de droit l’accès à toutes les formations du supérieur, sans autre forme de sélection

• le maintien des aides sociales pour les étudiants qui se réorientent et le développement de passerelles entre les formations, afin de donner aux élèves le droit à l’erreur

• l'arrêt de de la sélection à l'entrée à l'Université. Des moyens pour faire face aux attentes de formation de qualité des bacheliers. Le baccalauréat reconnu comme premier diplôme universitaire. 

La section du Pays de Morlaix du PCF soutient le mouvement de grève  des enseignants le 12 novembre
Partager cet article
Repost0
18 octobre 2018 4 18 /10 /octobre /2018 05:19
Congrès d'Ivry du 23 au 25 novembre - AG du PCF pays de Morlaix de discussion sur la base commune "Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle" (photos Jean-Luc Le Calvez)
Congrès d'Ivry du 23 au 25 novembre - AG du PCF pays de Morlaix de discussion sur la base commune "Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle" (photos Jean-Luc Le Calvez)
Congrès d'Ivry du 23 au 25 novembre - AG du PCF pays de Morlaix de discussion sur la base commune "Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle" (photos Jean-Luc Le Calvez)
Congrès d'Ivry du 23 au 25 novembre - AG du PCF pays de Morlaix de discussion sur la base commune "Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle" (photos Jean-Luc Le Calvez)
Congrès d'Ivry du 23 au 25 novembre - AG du PCF pays de Morlaix de discussion sur la base commune "Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle" (photos Jean-Luc Le Calvez)
Congrès d'Ivry du 23 au 25 novembre - AG du PCF pays de Morlaix de discussion sur la base commune "Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle" (photos Jean-Luc Le Calvez)
Congrès d'Ivry du 23 au 25 novembre - AG du PCF pays de Morlaix de discussion sur la base commune "Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle" (photos Jean-Luc Le Calvez)
Congrès d'Ivry du 23 au 25 novembre - AG du PCF pays de Morlaix de discussion sur la base commune "Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle" (photos Jean-Luc Le Calvez)
Congrès d'Ivry du 23 au 25 novembre - AG du PCF pays de Morlaix de discussion sur la base commune "Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle" (photos Jean-Luc Le Calvez)
Congrès d'Ivry du 23 au 25 novembre - AG du PCF pays de Morlaix de discussion sur la base commune "Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle" (photos Jean-Luc Le Calvez)
Congrès d'Ivry du 23 au 25 novembre - AG du PCF pays de Morlaix de discussion sur la base commune "Pour un manifeste du parti communiste du XXIe siècle" (photos Jean-Luc Le Calvez)

De l'écoute, de la réflexion, de la passion, de la connaissance et de l'expérience à penser, pendant 5 heures, de 17h30 à 22h30, 25 des 80 adhérents de la section PCF du Pays de Morlaix ont débattu du texte de base commune pour le Congrès du PCF adoptée le 6 octobre par le vote des adhérents au niveau national: "Pour un manifeste du Parti communiste du 21 e siècle". 

Nous avons débattu à partir du texte, de ce qu'il dit et de ce qu'il ne dit pas (encore): 

- Sur l'état de la société et du monde: les mutations du capitalisme, la manière dont cela affecte la société, les volontés d'enterrer la question sociale sous la question ethnico-culturelle, certains prétendant masquer la lutte des classes sous une prétendue lutte des cultures ou des races, le recul de la conscience de classe, les transformations du salariat, la montée de l'individualisme, le recul de la capacité dee mobilisation collective revendicatrice. 

- Sur le bilan critique de nos choix et expériences passées, bilan estimé incontournable et devant inclure la question des directions mais qui est apparu en l'état trop sommaire, univoque et insuffisant dans le texte actuel, ne prenant pas assez en compte le contexte général, le temps long, l'état de l'opinion, la transformation du rapport social au communisme. 

- Sur le projet communiste où là de nombreux points d'accord avec le texte ont été affirmés avec des demandes de compléments sur l'industrie, les droits des femmes et l'égalité femmes-hommes, la visée d'émancipation et le combat pour la réalisation humaine partagée par l'égalité et la fraternité, contre toutes les formes de racisme, de discriminations et de dominations, sur le "comment" et le "chemin" de la transformation révolutionnaire de notre société que nous voulons.

Une prochaine AG pour la présentation et le vote sur les amendements et contributions et l'élection de notre délégation au congrès est prévue le 30 octobre à 17h30 avant la conférence de section consacrée à l'organisation de la section le mercredi 7 novembre de 17h30 à 19h30.

Deux AG de section consacrées au Congrès et à la discussion sur les textes avaient précédé le vote des adhérents sur la base commune: le 19 septembre et le 4 octobre.

Ismaël Dupont    

 

Partager cet article
Repost0
17 octobre 2018 3 17 /10 /octobre /2018 08:16
La section PCF du pays de Morlaix appelle au rassemblement des retraités en colère devant la permanence de Sandrine Le Feur, députée macroniste, place des Otages
COMMUNIQUE DE LA SECTION PCF DU PAYS DE MORLAIX

SOUTIEN AU RASSEMBLEMENT DES RETRAITÉ-ES JEUDI 18 OCTOBRE 10H30 À MORLAIX DEVANT LA PERMANENCE DE LA DEPUTEE EN MARCHE SANDRINE LE FEUR
 
Retraités L’heure est à la mobilisation !
Gel des pensions alors que l’inflation pointe à la hausse, malus instauré sur les complémentaires, ponction supplémentaire de CSG qui a touché plus de 8 millions de retraités, baisse historique des aides au logement et menaces sérieuses sur la pension de réversion. Le très sérieux Observatoire français des conjonctures économiques chiffre la perte moyenne à 400 euros en 2020. Sans compter la dégradation des services publics, la baisse des allocations logement, le renoncement aux soins devant l'ampleur des reste à charge, le coût des EHPAD. 
Elle est loin la promesse du candidat d’En Marche de « maintenir » le pouvoir d’achat des retraités. Les retraités y sont devenus une variable d’ajustement au profit des cadeaux aux vrais nantis. Ce n'est pas l'argent qui va aux retraité-es qui manque aux salariés, c'est bien celui qui va aux dividendes financiers! La France caracole en tête des pays où la part des richesses accaparée par les actionnaires est la plus élevée. Entre le remboursement du CICE pour 2018 et la baisse des cotisations patronales pour 2019, ce sont déjà plus de 40 milliards de cadeaux aux grandes entreprises. Sans aucun bénéfice sur l'emploi. 
Quant au projet de réforme systémique des retraites le risque de baisse des pensions pour toutes et tous est réel.Les mécanismes de redistribution et de solidarité sont tous remis en cause, ce qui vise en premier lieu les plus fragilisés.
Cette perspective de régime unique conduirait aussi à la disparition des régimes des fonctionnaires et des régimes spéciaux et, en conséquence, à la remise en cause des statuts d’agents publics et de fonctionnaires. De même, les retraites complémentaires disparaîtraient.
C’est pourquoi la section du Pays de Morlaix du PCF soutient l’appel de l’intersyndicale des retraités à se rassembler le 18 octobre à 10H30 devant la permanence de Sandrine Le Feur place des Otages à Morlaix. 
Partager cet article
Repost0
8 octobre 2018 1 08 /10 /octobre /2018 15:51
Manifestation de septembre 2017, il y a un an, contre les ordonnances Macron contre le droit du travail

Manifestation de septembre 2017, il y a un an, contre les ordonnances Macron contre le droit du travail

Communiqué de la section du pays de Morlaix du PCF

Le 9 octobre à Morlaix ripostons à la politique de Macron !

Depuis son élection Macron fait ruisseler un « pognon de dingue » sur les plus riches et les multinationales.

Les dividendes reversés aux actionnaires par les grandes entreprises du CAC 40 explosent : 45 milliards d’euros en 2017, et ça ne ralentit pas !

Les payeurs, ce sont ceux qui contribuent ou ont contribué à la création de richesses, soit la très grande majorité de la population dont le fruit du travail passé ou présent est détourné pour alimenter les profits.

Le président et ses amis, les forces qui le soutiennent, ont un projet : formater notre société pour la soumettre totalement aux intérêts de la finance mondialisée.

C’est cela le « nouveau monde » selon Macron, un monde dominé par le libéralisme, où règnent la concurrence, le chacun pour soi, les rapports de domination, où tout est mis en œuvre pour favoriser l’accumulation des richesses entre les mains d’un tout petit nombre.

Pour y parvenir, Macron n’hésite pas à utiliser une vieille recette du patronat : diviser pour mieux régner. Il essaie d’opposer entre eux chômeurs et salariés, travailleurs du public et du privé, jeunes et anciens, pauvres et plus pauvres...Pour mieux détourner l’attention de la vraie ligne de fracture, celle qui oppose le capital et le travail, ceux qui accaparent les richesses et ceux qui les créent.

Plutôt « vieux monde » aussi cette arrogance de caste qui renvoie au mépris des puissants pour les classes populaires... On se croirait revenu au 19ème siècle de Zola ou Hugo.

Pour le plus grand nombre, cette politique de classe se traduit par moins de pouvoir d’achat, moins d’accès à la santé, à l’emploi, à la formation, au logement, aux droits sociaux, moins de services publics, mais plus d’inégalités, d’insécurité, de précarité.

Cette société-là, nous n’en voulons pas !

En répondant à l’appel des syndicats de salariés et à celui des organisations de retraité-es, nous avons l’occasion le 9 octobre de dire haut et fort que cela ne peut plus durer, de faire entendre notre colère et nos aspirations à une vie digne et sécurisée.

La section du PCF du pays de Morlaix appelle à participer nombreux aux mobilisations unitaires (grève et manifestation) du mardi 9 octobre à Morlaix contre la politique de casse sociale du président des riches et à se rassembler, et notamment au rassemblement à 10h30 devant la Mairie, place des Otages. 

Communiqué de la section du pays de Morlaix du PCF  -  Le mardi 9 octobre à Morlaix ripostons à la politique de Macron !
Partager cet article
Repost0
7 octobre 2018 7 07 /10 /octobre /2018 12:15
Congrès du PCF - Vote sur la base commune dans la section de Morlaix: les résultats et la suite du processus local du Congrès
Congrès du PCF - Vote sur la base commune dans la section de Morlaix: les résultats et la suite du processus local du Congrès
Congrès du PCF - Vote sur la base commune dans la section de Morlaix: les résultats et la suite du processus local du Congrès

15 personnes ont participé jeudi 4 octobre en soirée au local de la section de Morlaix au 2e débat sur les textes en présence pour le vote de la base commune, 16 la réunion précédente, mais ce n'était pas exactement les mêmes camarades les deux fois.

Le débat se prolonge pour travailler et améliorer collectivement la base commune choisie par l'ensemble des adhérents le mercredi 17 octobre de 17h30 à 22h30 (avec une pause sandwich-dîner), puis le mercredi 7 novembre pour penser l'organisation de la section, de 17h30 à 20h30. 
Dans notre section de Morlaix , les votes ont été assez partagés, comme le débat qui a fait apparaître plusieurs points de vue, sur fond de larges points de convergences aussi:

73 adhérents depuis au moins 3 mois et à jour

38 votants (52%)

1er Texte de base commune proposé par le Conseil National - Le Communisme est la question du 21e siècle: 17 voix (44,7%)

2ème texte alternatif n°2 "Pour un manifeste du Parti communiste du 21e siècle": 13 voix (34 %)

3ème et 4ème ex-aequo: les textes alternatif n°1 (Printemps du communisme) et n°4 (Retrouver un parti de classe) avec 4 voix chacun (10,5% chacun)

Le débat va se poursuivre avec le souci de construire des points d'accord et d'aller au fond des choses, de manière collective.

Lors de cette deuxième réunion comme lors de la première 2 semaines plus tôt, les communistes morlaisiens ont souhaité que quelque soit la base commune retenue le 6 octobre, on intègre au texte de base commune retenue des éléments importants et intéressants (sur la formulation du projet, des enjeux, du contexte) des autres textes, notamment entre le texte n°1 (base commune du CN) et le texte alternatif n°2, mais aussi avec le texte alternatif n°1 (Printemps).

 

Partager cet article
Repost0
30 septembre 2018 7 30 /09 /septembre /2018 20:10
Congrès du PCF - débats sur les textes proposés pour servir de base commune de discussion le 19 septembre et 4 octobre 2018 avant le vote des adhérents de la section de Morlaix
Congrès du PCF - débats sur les textes proposés pour servir de base commune de discussion le 19 septembre et 4 octobre 2018 avant le vote des adhérents de la section de Morlaix
Congrès du PCF - débats sur les textes proposés pour servir de base commune de discussion le 19 septembre et 4 octobre 2018 avant le vote des adhérents de la section de Morlaix
Congrès du PCF - débats sur les textes proposés pour servir de base commune de discussion le 19 septembre et 4 octobre 2018 avant le vote des adhérents de la section de Morlaix
Congrès du PCF - débats sur les textes proposés pour servir de base commune de discussion le 19 septembre et 4 octobre 2018 avant le vote des adhérents de la section de Morlaix
Congrès du PCF - débats sur les textes proposés pour servir de base commune de discussion le 19 septembre et 4 octobre 2018 avant le vote des adhérents de la section de Morlaix
Congrès du PCF - débats sur les textes proposés pour servir de base commune de discussion le 19 septembre et 4 octobre 2018 avant le vote des adhérents de la section de Morlaix

Assemblée générale des communistes à Morlaix avant le vote le mercredi 19 septembre sur le débat des 4 textes du Congrès présentés d'abord sans jugement dans leur contenu par 4 camarades -  Ismaël, Glenn, Roger et Lucienne - avant les débats sur les textes, fraternels et très intéressants.

Prochaine AG des communistes de Morlaix, le jeudi 4 octobre, pour l'ouverture du vote sur les 4 textes prétendant servir de base commune au Congrès.

Chez les communistes, la démocratie interne, c'est une réalité et ça se travaille. Photos Ismaël Dupont

Partager cet article
Repost0
24 septembre 2018 1 24 /09 /septembre /2018 05:37
Réouverture de la cardiologie à l'Hôpital, Hop! - Communiqué de presse du PCF pays de Morlaix (22 septembre 2018)

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

Hôpital de Morlaix

La décision de fermer l’unité de soins intensifs de cardiologie de l’hôpital de Morlaix (USIC) à compter du 1er mai est très grave et parfaitement inacceptable.

Elle a suscité un émoi et une mobilisation dans l’ensemble de la population.

Le Comité de défense de l’hôpital de Morlaix a lancé une pétition pour demander que « l’hôpital de Morlaix rouvre, dans un délai rapide, un service de cardiologie et une unité de soins intensifs de cardiologie, en disposant d’une présence dans l’établissement  d’un cardiologue en permanence 14 h/24 ».

Plus de 11 600 pétitions ont été récoltées.

Le lundi 24 septembre (16 h 30 – bâtiment administratif de l’hôpital) une délégation du Comité de défense de l’hôpital de Morlaix ira remettre à la direction la plus de 5 000 signatures (6 664 ont déjà été remis le 28 juin dernier).

La section PCF de Morlaix apporte son soutien à l’action du Comité de défense de l’hôpital de Morlaix, appelle la population (comme le demande le Comité de défense) à se mobiliser et à participer à cette remise de pétitions.

HOP !

La compagnie aérienne HOP ! (filiale d’Air France), a annoncé un nouveau plan de sauvegarde de l’emploi (le 4ème concernant Morlaix!).

A Morlaix, avec 23 postes impactés, c’est un quart des effectifs de fonctions supports qui se trouvent concernés. Au delà la pérennité du site est en jeu.

Les organisations syndicales des personnels appellent les salariés et les élus,  à manifester en nombre, le mardi 25 septembre  à 10 h à l’aéroport pour réclamer « le maintien du site et donc des emplois sur le territoire » à l’occasion de la visite de la direction générale de Hop ! à Morlaix – Ploujean.

La section PCF de Morlaix apporte son soutien aux personnels en lutte. Ses élus seront présents à l’invitation lancée par les organisations syndicales.

Au-delà, l’ensemble de la population est concernée. La section PCF de Morlaix répondra présent à tout appel plus large.

Les communistes sont depuis longtemps, et sur le terrain, de toutes les luttes pour la défense des services publics, de l’emploi à Morlaix.

La casse des services publics (santé ; poste ; éducation nationale ; …), la casse de l’emploi est pour nous une conséquence du capitalisme financier que nous remettons en cause et qu’il faut combattre.

Partager cet article
Repost0
19 septembre 2018 3 19 /09 /septembre /2018 06:00
Fermeture de 4 classes dans les écoles morlaisiennes :  Madame Sandrine Le Feur, depuis la Lune où vous semblez perchée, faites vos comptes … (Ismaël Dupont, élu communiste de Morlaix)

Fermeture de 4 classes dans les écoles morlaisiennes :

Madame Sandrine Le Feur, depuis la Lune où vous semblez perchée, faites vos comptes …
 

Il ne manque pas de saveur, le communiqué de presse du 13 septembre où Sandrine Le Feur, députée macroniste de Morlaix (LREM), répond au communiqué de l'opposition de gauche morlaisienne qui mettait en cause ses votes à l'Assemblée pour le budget de l'éducation et son manque de soutien aux écoles publiques morlaisiennes touchées par des fermetures de poste.

Il serait même réjouissant comme monument de tartufferie s'il ne témoignait pas d'une indifférence complète et tragique au sort des enfants des écoles concernées, celles de Émile Cloarec et Gambetta au premier chef.

C'est en effet que Sandrine Le Feur, telle l'élève de Pangloss du Candide, tout va pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles.

La gauche (le gouvernement PS en réalité) fatiguait, selon ses dires, les enfants avec la réforme des rythmes scolaires. Macron renforce sans doute leur capacité de concentration et d'apprentissage avec des classes en triple ou quadruple niveaux à plus de 30 élèves !

Alors que des logiques d'austérité et de désinvestissement dans le service public d'éducation président à une réduction de moyens (comparativement aux effectifs scolaires) pour l'Education nationale, que ne saurait cacher la mesure d'affichage des CP à 14 élèves dans les zones urbaines les plus sinistrées socialement. Une mesurette de discrimination positive cache-misère qui était déjà la technique d'affichage de Nicolas Sarkozy dont Jean-Michel Blanquer était un des plus zélés serviteurs. Avec un art consommé du paradoxe ou de l'antiphrase qui n'est pas sans rappelé la novlangue de 1984 de George Orwell, alors que l'inspection académique s'engouffre dans chaque brèche pour récupérer des postes, indifférente aux profils spécifiques des écoles, Sandrine Le Feur nous reproche de « faire des comptes d'épiciers », d'être « prisonniers d'une logique comptable ».

Ceux « qui se disent de gauche », « prisonniers d'une logique comptable » ?

Ben voyons !

Est-ce depuis le camp de ceux qui suppriment l'ISF, diminuent l'impôt sur les sociétés, assomment les retraités, les chômeurs, les précaires, les services publics, accélèrent la privatisation et le démantèlement de la SNCF, de la sécurité sociale, qu'on va décider de ce qui est de gauche et de ce qui ne l'est pas ?

Est-ce une logique comptable que de compter les élèves dans une classe pour voir que le compte n'y est pas en terme de condition de vie collective, de travail pour l'enseignant, et de capacité à prendre en compte les besoins spécifiques des élèves, pour fermer des postes ?

Sandrine Le Feur peut bien justifier la fermeture de 4 classes dans les écoles publiques morlaisiennes dont elle semble se moquer éperdument. Ce qu'elle ne peut pas faire, c'est tordre le cou à la logique et faire passer ceux qui défendent l'intérêt des enfants et des apprentissages avant les logiques de rigueur budgétaire et de réduction des dépenses publiques comme des pinailleurs obsédés des chiffres.

Mais si elle veut qu'on parle chiffres.

Parlons-en !

A l'école Gambetta, par exemple, il y avait 88 élèves en tout l'an passé, 91 cette année.

De quoi justifier la fermeture d'une classe et d'un poste, sans doute, surtout quand l'école compte de nombreux élèves en dispositif Ulis et des enfants dont le français n'est pas la langue maternelle en grand nombre !

Une CE2-CM1-CM2 à 37 élèves, si on envisage l'inclusion de 7 élèves en dispositif ULIS, avec des locaux absolument inadaptés où les élèves n'ont pas d'espace pour se mouvoir. Il faut voir les élèves dans leur classe Madame Le Feur.

Ce que les chiffres de l'inspection académique ne révèlent pas à ceux qui n'ont ni imagination ni expérience du terrain, c'est le quotidien des élèves et de leurs enseignants dans ces conditions.

Un CP-CE1 à 24 élèves, dont 3 élèves en ULIS et 3 enfants qui commencent tout juste à apprendre le français.

Une maternelle avec 30 élèves inscrits sur 3 niveaux, 26 présents pour le moment, mais entre 3 et 10 inscrits qui pourraient arriver à partir de janvier. Les gamins vont sans doute finir à 32 en 2019.

A Corentin Caër, memes tra, une maternelle avec une trentaine de gamins et un triple niveau.

Alors voilà, la gauche « fatiguait » les élèves avec la réforme des rythmes scolaires (qui avait un but diamétralement opposé, faut-il le rappeler) et la majorité de droite de Macron dégrade sans le moindre scrupule leurs apprentissages dans les écoles les plus populaires avec des classes à effectifs surchargés à triple niveau où l'on conjugue souvent les difficultés mais où l'école est si essentielle pour la réussite des enfants.

Il est beau votre nouveau monde, Madame Le Feur!

En tout cas, il ne semble pas fait pour tout le monde.

Ismaël Dupont, conseiller municipal d'opposition à Morlaix, membre de la commission Enseignement.

le 18 septembre 2018

Fermeture de classes. La réponse de Sandrine Le Feur à la gauche

Publié le 13 septembre 2018

Dans un communiqué, la gauche morlaisienne disait « s’insurger » des fermetures de classe à Morlaix, évoquant Jean-Jaurès, Corentin-Caër, Gambetta et Émile-Cloarec. Et interpellait vivement Sandrine Le Feur, la députée, la jugeant « silencieuse » sur le sujet. Cette dernière a souhaité répondre, également par le biais d’un communiqué :

« La gauche « s’insurge » ? Il eut été salutaire qu’elle s’émeuve de la fatigue des enfants, lorsqu’elle imposait, à marche forcée, des rythmes scolaires inadaptés ! », démarre l’élue de la quatrième circonscription, qui enchaîne : « Il est assurément paradoxal que des élus, qui se disent de gauche, nous livrent, une nouvelle fois, une analyse reposant exclusivement sur une logique comptable. Cette lecture des réalités scolaires ne regarde que les fermetures et passe habilement sous silence les créations de postes (un poste supplémentaire à Pleyber-Christ, un autre à Plouégat-Moysan), prévus dans la carte scolaire de ce printemps. Et de nouveaux ajustements à la rentrée pour ouvrir un quatrième poste à Guerlesquin et un sixième à Plouezoc’h ».

Progression du taux d’encadrement

Sandrine Le Feur de prendre la défense du gouvernement, rappelant que « l’éducation, en particulier dans le premier degré, est une priorité. Je salue la réactivité des services académiques, injustement montrés du doigt par ces élus de gauche qui vont jusqu’à soupçonner la direction académique d’opérer une « purge » ».

L’élue de rappeler, enfin, que « plus que le nombre de classes, c’est le taux d’encadrement des élèves qui importe. À cet égard, il est utile de rappeler que, pour la deuxième année consécutive, le taux d’encadrement des élèves a progressé dans le Finistère, désormais l’un des départements de France où le nombre d’enseignants par élèves est le plus élevé ». De conclure : « L’éducation de notre jeunesse est un sujet trop important pour le réduire à des comptes d’épicier ».

https://www.letelegramme.fr/finistere/morlaix/fermeture-de-classes-la-reponse-de-sandrine-le-feur-a-la-gauche-13-09-2018-12077795.php

 

Lire aussi:

Fermetures de classes, effectifs trop chargés: une rentrée qui s'annonce compliquée dans certaines écoles publiques morlaisiennes

Fermeture de classes. La gauche s’insurge (Le Télégramme – 13 septembre 2018)
 

Les huit élus d’opposition de gauche à Morlaix s’insurgent contre la fermeture, à la rentrée, de quatre classes dans les écoles publiques morlaisiennes. « Voilà l’école de la réussite de tous dans le « nouveau monde ». C’est une sinistre plaisanterie ! », écrivent-ils.

Dans son communiqué, l’opposition tient à manifester « sa solidarité vis-à-vis des enfants, des parents d’élèves, des enseignants et personnels des établissements touchés par la purge sans précédent que l’inspection académique, et par là le ministère, a infligé à quatre de nos écoles publiques : Jaurès, Corentin-Caër, et surtout Gambetta et Émile-Cloarec ». Concernant cette dernière, qui aura des classes à quadruple niveau, « du délire », elle pointe le risque de condamner l’école publique de Ploujean, « que la mairie a soutenu, depuis des années, dans un contexte difficile et qui est importante à conserver dans ce village de Morlaix ». Estimant que toute la place est faite à l’école privée, les élus de gauche rappellent qu’à Gambetta, il y aura aussi une classe à triple niveau, avec 33 enfants.

« Mépris » pour l’école de la République

« N’est-ce pas du mépris ?, s’interrogent-ils. Le mépris du travail de l’équipe enseignante, le mépris des familles qui continuent à faire le choix de la mixité sociale et de l’école de la République, le mépris des enfants de ce quartier populaire ». Selon eux, l’éducation, et l’école, maternelle et primaire, doivent être des priorités absolues (…). Si le Président Macron faisait moins de cadeaux fiscaux aux grosses entreprises et aux plus riches, il trouverait des moyens pour donner des ambitions et des capacités à remplir ses missions à l’école publique (…). Qu’en pense notre députée, extrêmement silencieuse sur ce sujet, comme sur la suppression des emplois chez Hop ! Morlaix, la crise à l’hôpital et tant d’autres dossiers ? A-t-elle été élue pour voter des budgets qui détériorent profondément les services publics ? »

 

 

 

Quatre classes supprimées dans les écoles publiques morlaisiennes, des écoles fragilisées, avec des classes à gros effectifs et à plusieurs niveaux. 

 

Voilà donc l'école de la réussite de tous dans le « nouveau monde » de Macron ?

 

Une sinistre plaisanterie !

 

L'opposition de gauche à Morlaix tient à manifester sa solidarité vis-à-vis des enfants, des parents d'élèves, et des enseignants et personnels des quatre écoles touchées par la purge sans précédent que l'inspection académique (avec les moyens réduits alloués par le rectorat, et en dernier ressort, par le ministère de l'éducation – éducation sélective et à géométrie variable plus que nationale désormais...) a infligé à quatre de nos écoles publiques : Jaurès, Corentin Caër, et surtout Gambetta et Emile Cloarec à Ploujean, ces deux dernières écoles qui sont grandement fragilisées par ces décisions de l'inspection académique.

 

Malgré la mobilisation des parents et personnels pour des moyens permettant la réussite de tous les enfants dans des écoles populaires, maintenir les suppressions annoncées des 3 postes dans les écoles de Jaurès, Corentin Caër et Gambetta ne suffisait pas.

 

Morlaix n'était pas assez sacrifié comme cela !

 

Il a fallu que l'inspection académique aille plus loin et ferme une des trois classes à Emile Cloarec, prenant le risque de condamner l'école publique de Ploujean, qui dispose pourtant d'installations excellentes, que la mairie a soutenu depuis des années dans un contexte difficile et qui est importante à conserver dans ce village de Morlaix.

 

A croire qu'on veut laisser toute la place à l'école privée ! Comment les parents vont-ils pouvoir s'accommoder de classes à quadruple niveau ! C'est du délire.

 

Et à Gambetta, une classe à triple niveau avec trente-trois gamins, dont beaucoup pour qui l'école peut-être le vecteur essentiel de réussite, est-ce bien raisonnable ?

 

N'est-ce pas du mépris ? Le mépris du travail de l'équipe enseignante, le mépris des familles qui continuent à faire le choix de la mixité sociale et de l'école de la République, le mépris des enfants de ce quartier populaire.

 

Pour les élus de gauche à Morlaix, l'éducation, et l'école maternelle et primaire, sont des priorités absolues pour une société qui fonctionne bien, avec des futurs citoyens libres, éclairés, responsables et intégrés, capables de choisir leur destin.

 

Si Macron faisait moins de cadeaux fiscaux aux grosses entreprises et aux plus riches, il trouverait des moyens pour donner des ambitions et des capacités à remplir ses missions à l'école publique, pour intégrer les ULIS dans des conditions convenables, faire progresser tous les jeunes.

 

Qu'en pense Madame la députée Sandrine Le Feur, extrêmement silencieuse sur ce sujet là comme sur la suppression des emplois chez Hop ! Morlaix, la crise à l'hôpital et tant d'autres dossiers ? A t-elle été élue pour voter des budgets qui détériorent profondément les services publics et pour enfiler des perles?

 

Les 8 élus d'opposition de gauche au conseil municipal de Morlaix:

 

Elisabeth Binaisse, Jean-Pierre Cloarec, Ismaël Dupont, Hervé Gouédard, Sarah Noll, Valérie Scattolin, Claire Thomas, Jean-Paul Vermot

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011