Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 septembre 2018 6 01 /09 /septembre /2018 12:45

23 salariés de Hop! - travaillant dans le secteur administratif- ont appris aujourd'hui qu'elles perdraient leurs emplois sur Morlaix courant 2019. La décision a été annoncée lors du Comité d'entreprise du jeudi 30 août à Rungis: total de 75 emplois supprimés, voir Morlaix 23 suppressions brutes sur 110 postes administratifs, soit 25%, les emplois administratifs pouvant être désormais concentrés à Nantes.   

Hop! et Régional dépendent maintenant du groupe Air France qui a triplé récemment la rémunération de son PDG en accordant des émoluments pharaoniques au canadien Ben Smith.

Ce groupe n'a manifestement aucune considération pour ses employés, puisque ces salariés travaillant au service paie, comptabilité, planning, exploitation, qui ont souvent des dizaines d'années d'ancienneté et un vrai dévouement à leur entreprise, qui ont déjà dû subir avec une surcharge de travail plusieurs réorganisations visant la rentabilité et la réduction des effectifs, ont appris par téléphone, sans qu'aucun cadre ne consente à se déplacer pour "expliquer" la décision aux salariés et l'assumer devant eux: leur licenciement futur, avec peu de possibilités pour se reclasser en interne, en tout cas pas à Morlaix.

C'est violent! C'est intolérable! 

On satisfait les exigences de rentabilité de l'actionnaire sans aucun égard pour les vies et la récompense des services rendus par les travailleurs. 

Pour le site Hop! sur l'aéroport de Ploujean à Morlaix, et pour Morlaix et sa région, déjà sinistrés sur le plan économique, c'est un sacré coup dur, avec une fragilisation du site depuis plusieurs années qui devient de plus en plus aiguë. Cela alors que d'importants investissements publics ont été consentis pour Brit Air puis pour Hop! avec des emplois qui auraient dû être pérennes. 

En 2016 déjà, 60 emplois avaient été supprimés à Morlaix, lors de la fusion des trois compagnies régionales d'Air France - Brit Air, Regional et Airlinair- pour créer Hop! 

La députée LREM Sandrine Le Feur n'a pas daigné accorder de rendez-vous aux syndicalistes de Hop! dans un passé récent, et ce alors que la demande courait sur plusieurs mois.

Les communistes expriment toute leur solidarité aux salariés concernés et seront prêts, avec la population de Morlaix, à se battre pour que ces emplois soient sauvegardés et conservés à Morlaix, dans une ville qui ne peut plus se payer le luxe de voir filer ces activités essentielles pour le tissu social et économique local.  

Ismaël Dupont, élu PCF-Front de Gauche à Morlaix et Morlaix-Communauté, le 31 août 2018 

 

   

23 postes sont menacés chez Hop ! à Morlaix (illustration). | PHOTO OUEST-FRANCE

23 postes sont menacés chez Hop ! à Morlaix (illustration). | PHOTO OUEST-FRANCE

Ouest-France

Morlaix. 23 postes menacés chez Hop !

Publié le 31 août 2018

Selon les syndicats, 23 postes administratifs pourraient être supprimés sur le site de Hop ! Morlaix. Il faudra attendre le prochain comité d’entreprise du 12 septembre pour en savoir plus.

« C’est un coup de massue », déclare Valérie Scattolin, déléguée syndicale Unsa chez Hop ! À Morlaix (Finistère). Suite au comité d’entreprise qui a eu lieu à Rungis, jeudi 30 août 2018, la nouvelle est tombée : 23 postes seraient menacés de disparaître sur le site morlaisien de Hop !. « Il s’agit de postes administratifs, notamment la comptabilité, la paie ou le planning », précise Marie-Odile Kerdraon, déléguée syndicale à la CFDT.

Inquiétudes à Morlaix

« La société est déficitaire. On savait déjà que des économies allaient être faites avec une baisse de 15 % du personnel sur les fonctions administratives », remarque Valérie Scattolin. Cependant, l’annonce de l’objectif de suppression de 23 postes à Morlaix n’était pas attendue. « Depuis 3 mois, lors des précédents CE, Morlaix n’avait pas été citée », ajoute Marie-Odile Kerdraon.

L’objectif total vise ainsi 110 postes administratifs, « Morlaix représente 25 % de ces postes ! », s’exclame Valérie Scattolin, « même si rien n’est encore définitif ». Les départs, s’ils ont lieu, s’effectueraient à partir de janvier et ce jusqu’en décembre 2019.

« Par téléphone »

« C’est une annonce brutale, on n’était pas préparé », continue Valérie Scattolin. « En plus, le personnel a appris la nouvelle de la part des responsables de service par téléphone ! », s’indigne Marie-Odile Kerdraon.

« Avec cette annonce, c’est un choc pour le personnel, les risques psychosociaux sont forts. Il faut déjà penser à l’après. On sait très bien que dans le bassin morlaisien, 23 emplois administratifs, ça ne se trouve pas comme ça », déclare la déléguée Unsa.

Le siège déplacé à Nantes

Si Morlaix se voit visé par un objectif de suppression de 23 postes, Nantes risque d’en perdre 26, « mais 28 seront créés derrière localement ». L’objectif de l’entreprise Hop ! est en effet de transférer son siège, basé à Rungis, près de l’aéroport d’Orly, à Nantes. « La direction fait le choix de localiser les emplois sur Nantes alors qu’en garder sur Morlaix, c’est garder un équilibre, déplore la déléguée CFDT. On nous retire le pain de la bouche et on le donne à quelqu’un d’autre ».

« Aucune communication pour le moment »

« Ce transfert se fait dans un objectif général de rapprochement », déclare le service communication de la compagnie aérienne, qui souligne « qu’aucune communication ne sera faite pour le moment. » Il faudra attendre le prochain comité d’entreprise du 12 septembre, « qui portera sur la rationalisation interne et la diversification des supports », soit sur tout ce qui est ainsi lié au projet de transfert du site de Rungis à Nantes prévu pour 2019.

Fusion en 2016

Depuis avril 2016, Hop ! est le fruit d’une fusion des filiales Airlinair, Brit Air et Régional. Cette fusion s’était accompagnée d’un plan de départs volontaires (PDV) chez Brit Air (65 personnes).

En 2016, au moment de la fusion, des engagements avaient été pris pour ne pas atteindre le site de Morlaix. Mais en avril dernier, les syndicats alertaient déjà sur la possibilité de voir partir à Nantes le service paie.

« On va essayer de négocier les modalités de départ de ce plan social », déclarent les déléguées syndicales. « Mais des mobilisations sociales ne sont pas à exclure », conclue Marie-Odile Kerdraon.

https://www.ouest-france.fr/bretagne/morlaix-29600/morlaix-23-postes-menaces-chez-hop-5944277

Partager cet article

Repost0
23 août 2018 4 23 /08 /août /2018 05:11
Fusion des communes de Plouigneau et du Ponthou: les citoyens s'interrogent et ont le droit à l'information et à la parole (PCF Plouigneau)

 

Quelques lignes sur une simple feuille, un article de presse qui n’en dit pas davantage : voilà la façon dont les habitants de Plouigneau ont été informés du projet de fusion des communes de Plouigneau et du Ponthou !

La majorité municipale ne compte pas organiser la moindre réunion publique, où les citoyens auraient pu avoir plus de précisions et des réponses aux questions qu’ils peuvent se poser.

Pourquoi les citoyens n’ont pas eu le droit de disposer, au moins, d’une ou deux pages d’explications dans l’Ignacien sur un sujet qui les concerne directement. Pourtant la majorité sait faire des longueurs sur d’autres sujets.

Pourquoi cette fusion ?

D’après la majorité municipale ce seraient les élus du Ponthou qui auraient pris contact, fin juin, avec Plouigneau qui n’était pas demandeur. Mais quelles sont les raisons qui ont été invoquées ? S’agit-il de raisons financières du fait d’un l’endettement important de la commune du Ponthou (un montant de plus de 2 000 € de dette pour chacun des 171 habitants de la commune) et la crainte de la mise sous tutelle de « Minec ville » ? S’agit-il de difficultés à renouveler une équipe municipale en particulier dans la perspective des municipales de 2020 ? D’autres raisons encore ? La municipalité de Plouigneau est très « taiseuse ». Peut-être en saura-t-on davantage lorsque la population du Ponthou aura été informée début septembre. Mais d’ici là le vote des Ignaciens sera déjà clos !

Pourquoi une fusion avec Plouigneau ?

Pourquoi Plouigneau plutôt que Plouégat Moysan par exemple ? Alors que des liens existent depuis de nombreuses années entre les communes de Plouégat et du Ponthou ( proximité des commerces, associations communes, scolarisation des jeunes Ponthousiens, manifestations communes, etc.)

Il y a certainement des raisons, mais ce sont autant d’interrogations pour les Ignaciens auxquelles l’attitude de la majorité ne leur permettra pas d’avoir de réponses avant de devoir voter.

 

 

Quelle est la situation financière actuelle ?

La « feuille » de la majorité est plutôt évasive sur le sujet. La majorité se contente d’indiquer que la dette par habitant de la commune nouvelle serait de 312 €.

Les Ignaciens ont le droit de savoir que l’encours de la dette du Ponthou est de l’ordre de 350 000 € (351 000 €, soit 2 031 € par habitant, chiffres de 2015). Ils aimeraient avoir des précisions sur la nature des emprunts (en espérant qu’il ne s’agit pas d’emprunts « toxiques »), et d’autres engagements éventuellement pris par la commune du Ponthou.

  Fin 2017, l’encours de la dette de Plouigneau était de 1 333 663 € (soit une dette par habitant de 263 €).

En cas de fusion avec Le Ponthou, l’encours de la dette de la commune nouvelle sera d’environ 1 700 000 €.

La majorité vante quelques avantages financiers. Mais quel sera l’impact réel des garanties de l’Etat quant aux dotations en cas de fusion ? Ne risque-t-il pas de s’avérer relativement marginal?

Les services municipaux et à la population

 

Quelles conséquences doit-on attendre du côté des effectifs municipaux (personnels administratifs et techniques) et de la surcharge de travail que cela va engendrer pour l’entretien et le maintien du patrimoine, des espaces verts, de la voirie...  ? Quelle garantie quant au maintien de l’agence postale  gérée par la commune du Ponthou ?

 

Un vote précipité

 

Alors qu’ailleurs (St Thégonnec et Loc Eguiner par exemple) la préparation de la fusion demande généralement plus d’un an, ici on veut réaliser une fusion en quelques mois, car ce ne sera plus possible après le 31 décembre 2018 pour cause d’élections municipales en 2020.

Un minimum d’informations, un minimum de temps pour réfléchir avant de s’exprimer… Le vote proposé par la majorité s’avère dans ces conditions un simulacre de démocratie !

 

 

 

Partager cet article

Repost0
3 juillet 2018 2 03 /07 /juillet /2018 15:01
Marie-Noëlle Postic (photo Le Télégramme)

Marie-Noëlle Postic (photo Le Télégramme)

Lucienne Nayet (photo Ouest-France)

Lucienne Nayet (photo Ouest-France)

Mardi de l'éducation populaire - au local du PCF à Morlaix, 2 petite rue de Callac
 
Conférence-débat ouverte à toute personne intéressée
 
Le Mardi 3 juillet, 18h: Histoire de l’antisémitisme en France des origines à la Shoah
 
avec
 
Lucienne Nayet, présidente du réseau du Musée de la résistance nationale, fille de déporté, ancien enfant caché
 
Marie-Noëlle Postic, sociologue, auteur de "Sur les traces perdues d'une famille juive morlaisienne" et "Les juifs du Finistère sous l'occupation". 
 

Partager cet article

Repost0
27 juin 2018 3 27 /06 /juin /2018 06:44
Morlaix et le pays de Morlaix vu du ciel - photo Valérie Scattolin

Morlaix et le pays de Morlaix vu du ciel - photo Valérie Scattolin

Appel et proposition de rencontre envoyés aux organisations suivantes: 
 
Coopérative citoyenne, Ensemble, Europe Écologie les Verts, France Insoumise, Génération-s, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Socialiste - le 10 juin 2018 -
 
En plus du PCF, des représentants du PS, Génération.s, le NPA, France Insoumise, des représentants de la Coopérative Citoyenne, EELV, ont prévu de se rendre à cette rencontre le 27 juin, à 18h qui aura lieu dans la salle d'audience de l'ancien lycée de Kernéguès à Morlaix entre 18h et 20h15.     
 
Les communistes dernièrement réunis en assemblée générale le 23 mai dernier, ont pris l’engagement d’une démarche de rassemblement en vue des élections municipales de 2020 à l’échelle de Morlaix communauté et de ses différentes communes. 
 
En effet nous invitons l’ensemble des forces de gauche, dans le respect de leur diversités et identités, à travailler en cohésion et dans un esprit de réussite collective pour un véritable projet de gauche sur le territoire. 
 
Les communistes sont donc ouverts et disponibles à toutes rencontres pour créer une dynamique de réussite afin de placer l’humain au centre des choix, des politiques et des pratiques dans nos communes du pays de Morlaix. 
 
Nous pensons aussi qu'il serait bon d'avoir une rencontre avec toutes les organisations de gauche représentées sur le pays de Morlaix sur cette question des municipales avant l'été. 
 
Nous pourrions avoir cette rencontre dans notre local (2 petite rue de Callac à Morlaix) le mercredi 27 juin à 18h pour mettre en commun les conditions de possibilité de constructions communes gagnantes à gauche impliquant les citoyens pour les élections municipales de 2018 à Morlaix et dans les communes voisines.  
 
 
Appel du Parti Communiste Français au rassemblement des électeurs et des organisations de gauche pour les élections municipales
 
A Morlaix, le 9 juin 2018,
 
Aux organisations de gauche du pays de Morlaix,
 
(Coopérative citoyenne, Ensemble, Europe Écologie les Verts, France Insoumise, Génération-s, Nouveau Parti Anticapitaliste, Parti Socialiste)
 
 
Chers camarades, chers amis, 
 
Si le calendrier électoral est respecté, les prochaines élections municipales auront lieu dans moins de deux ans.
 
Comme vous, nous le pensons, nous considérons cette échéance comme un moment important et lourd d’enjeux pour la population toute entière.
 
Nombreux sont les citoyens qui estiment à raison que la politique menée par le gouvernement du président Macron accentue les inégalités, fait subir des sacrifices supplémentaires aux catégories populaires, tout en favorisant les plus riches et les puissances financières.
 
Nous la percevons, nous aussi, comme une politique bonapartiste au service du monde de l'argent qui dévitalise la démocratie parlementaire et les communes, qui remet en cause très gravement les services publics et les dispositifs qui corrigent les inégalités sociales.
 
Au quotidien cela se traduit jusque dans nos communes par des difficultés accrues. Des baisses de dotation et des pertes d'autonomie budgétaire ont déjà été subies avec des conséquences lourdes les années précédentes mais Macron et Philippe poursuivent et amplifient cette trajectoire avec une quasi mise sous tutelle des collectivités et une volonté de réduire de manière drastique des dépenses des collectivités locales et de services publics.
 
Dans ce contexte dangereux pour les solidarités et notre démocratie locale, nous voulons des élus qui résistent à cette politique, la dénoncent et la combattent, et surtout qui donnent de l'espoir et montrent à l'échelle locale que d'autres choix, d'autres politiques publiques sont possibles, avec :
 
Des politiques qui prennent à bras le corps la nécessité de promouvoir des solutions face aux crises écologiques et au dérèglement climatique (à travers le transport, la promotion des énergies renouvelables, d'une agriculture raisonnée, de la réduction des déchets et gaspillages, d'un aménagement urbain cohérent respectueux des espaces naturels et agricoles))
 
Des politiques qui favorisent la qualité de vie de la population, en portant un effort particulier envers les catégories populaires et les plus précaires, envers les jeunes et les personnes âgées, avec une dimension sociale affirmée de manière très nette et affirmée, visant la dignité, l'égalité d'accès aux droits et le bien-être de tous.
 
Des politiques qui considèrent les citoyens comme des adultes, favorisent leur implication, leur consultation et leur participation à la vie publique et aux décisions qui les concernent, qui refusent la concentration du pouvoir et sa confiscation par quelques élus. Cela passe par le développement de la démocratie participative, par des bonnes pratiques de débat et de construction collective des choix dans les conseils municipaux et au conseil communautaire.
 
Des politiques locales qui défendent les services publics (Hôpital, Santé Bureaux de Poste, Écoles Publiques, Trésoreries, Fonction publique territoriale…), sans céder le terrain aux multinationales et au secteur marchand (transports, stationnement, gestion de l'eau) et sans tomber dans la démagogie sur le coût de la fonction publique et des fonctionnaires.
 
Des politiques qui se mettent au service d'idéaux d'émancipation et d'une vie sociale active et solidaire accordant un rôle premier au secteur associatif, à la culture et à la vie sportive, à l'économie sociale et solidaire.
 
 
Des politiques qui travaillent sur des bases réalistes mais aussi imaginatives à construire une stratégie globale pour le rebond économique et démographique du pays de Morlaix, passant par un phase de diagnostic, de recherche de potentialités, de travail en commun, de définition de priorités de développement, qui implique la population dans les choix et la réflexion. 
 
Nous voulons que ces élections municipales soient un moment utile et important pour la reconstruction d'une alliance de gauche à vocation majoritaire face aux menaces représentées par la recomposition néo-libérale de Macron, par la droite extrême de Wauquiez et l'extrême-droite du clan Le Pen. Si la gauche continue à se diviser, à être incapable de s'entendre sur l'essentiel et des projets utiles aux gens, il est probable que ces forces dangereuses pour notre modèle social et notre démocratie vont continuer à prospérer.
 
Dans nos communes du territoire de Morlaix communauté, nous savons que beaucoup de citoyens sont attachés à des valeurs de justice sociale et de solidarité. Ceux-ci nous font part aussi de leur attachement en des idées de gauche, même si ce terme a perdu pour beaucoup un peu de son sens, du fait de politiques menées en son nom et qui, en réalité, n’en relevaient pas.
 
Autour de nous nous entendons aussi de nombreux citoyens nous dire espérer et pouvoir compter sur le rassemblement des forces progressistes lors de l’échéance des élections municipales de 2020.
 
Nous souhaitons nous aussi ce rassemblement de la gauche, dans sa diversité.
 
Pour notre part, nous pensons qu’il est possible de rassembler largement les forces de progrès, dans leur diversité et le respect de l’identité de chaque composante, pour offrir aux citoyens des communes du territoire de Morlaix communauté une politique conforme à leurs attentes. 
 
Loin d’être un obstacle, nos différences et nos sensibilités, ainsi que l’identité des différentes organisations auxquelles nous appartenons, peuvent au contraire constituer une richesse pour tracer ensemble les pistes d’orientations progressistes conformes aux attentes d’une grande partie de la population.
 
C’est pour ces raisons et dans cette perspective que nous pensons qu’il serait utile de nous rencontrer pour évoquer cet enjeu et commencer dès aujourd’hui à entreprendre une démarche politique de nature à rendre concret ce souhait.
 
Nous vous proposons une rencontre multipartite regroupant les différentes composantes de la gauche représentées sur le territoire et, si vous le jugez utile, des rencontres bilatérales auparavant ou en même temps.
 
Ne doutant pas de l’intérêt que vous porterez à notre proposition et dans l’attente d’une réponse positive de votre part, veuillez recevoir nos fraternelles salutations.
 
La section du Pays de Morlaix du Parti Communiste Français 
 
 

Le Télégramme, Gwendal Hameury, 13 juin: 

À un peu moins de deux ans des prochaines élections municipales, le PCF invite les forces de gauche à réfléchir à une possible union dès le premier tour. Sur l’ensemble des communes de Morlaix communauté.

 

Réunie en assemblée générale le 23 mai dernier, la section locale du Parti communiste a pris l’engagement d’une démarche de rassemblement en vue des élections municipales de 2020 à l’échelle de Morlaix communauté. « Nous invitons l’ensemble des forces de gauche, dans le respect de leurs diversités et identités, à travailler en cohésion et dans un esprit de réussite collective pour un véritable projet de gauche sur le territoire », explique-t-elle.

Dans un courrier adressé à Coopérative citoyenne, Ensemble, Europe Écologie les Verts, la France Insoumise, Génération-s, le Nouveau Parti Anticapitaliste et le Parti socialiste, les communistes indiquent être « disponibles et ouverts à toutes rencontres pour créer une dynamique de réussite afin de placer l’humain au centre des choix, des politiques et des pratiques dans nos communes du pays de Morlaix ».

 

Une réunion le 27 juin

Estimant qu’il serait bon que toutes les forces de gauche représentées dans le pays de Morlaix se rencontrent avant cet été pour évoquer l’échéance des prochaines municipales, le PCF local a proposé une réunion le mercredi 27 juin, à 18 h, dans son local du 2, petite rue de Callac, à Morlaix. L’idée est de discuter des conditions pour aboutir « à des constructions communes gagnantes à gauche, impliquant les citoyens, à Morlaix comme dans les communes voisines ».

Le PS, le NPA, Génération-s et Coopérative citoyenne ont d’ores et déjà accepté cette invitation.

Ouest-France, 18 juin 2018: 

Le PCF appelle à une union des gauches pour 2020

Durant l'assemblée générale du Parti Communiste Français, tenue le 23 mai dernier, la formation a pris l'engagement d'une démarche de rassemblement en vue des élections municipales de 2020 à l'échelle de Morlaix Communauté. Les communistes invitent l'ensemble des forces de gauche à s'unir, "dans le respect de leurs diversités et identités, à travailler en cohésion et dans un esprit de réussite collective pour un véritable projet de gauche sur le territoire"

Les communistes cherchent "à placer l'Humain au centre des choix, des politiques et des pratiques dans nos communes du pays de Morlaix".

Le Parti Socialiste, Génération.s, le Nouveau Parti Anticapitaliste, la France Insoumise et des représentants de la coopérative citoyenne ont accepté la rencontre qui se tiendra le 27 juin à 18h.  

Partager cet article

Repost0
25 juin 2018 1 25 /06 /juin /2018 15:05
Fermeture du bureau de Poste de la Boissière: Lettre du PCF Morlaix au directeur de la Poste, secteur de Morlaix (21 juin 2018)

A Morlaix, le 21 juin 2018

 

Au 

Chef d'établissement du secteur de Morlaix de la Poste 

15 rue de Brest

29600 Morlaix

 

 

Nous avons appris récemment la fermeture prévue pour l'automne 2018 du bureau de poste situé dans la galerie du centre Leclerc à Morlaix et nous restons stupéfaits face à cette décision que rien ne justifie selon nous.

 

En effet les organisations syndicales nous ont fait part de faits objectifs qui viennent contredire votre communication aux médias locaux concernant les activités du bureau.

 

Situé dans un quartier dense et populaire de Morlaix, ce bureau fait énormément d'opérations financières auprès des usagers (retraits, mandats internationaux western union, petits retraits impossible sur les automates) et ces activités ne cessent d'augmenter au vu des diminutions d'heures d'ouverture de bureaux dans les communes avoisinantes.

 

De plus, le taux dit de « Banque sociale » est de l'ordre de 13% pour ce bureau, ce qui est loin d'être négligeable (pour mémoire, le taux de Morlaix centre est à 18%). Sur le secteur de Morlaix, la Boissière est le bureau qui a le plus d'objets mis en instance après le passage du facteur et qui connaît la moins forte diminution de fréquentation.

 

Le chiffre d'affaire de l'automate d'affranchissement et de vente de timbres est l'un des plus important du secteur.

 

Le service de proximité et de conseil est inestimable dans ce bureau qui accueille une moyenne de 130 à 150 usagers /jours pour qui les 2 agents assurent avec compétence et une grande disponibilité toutes les opérations postales et financières : il faut voir la charge de travail et la file d'attente certains jours aux guichets jusque chez le marchand de journaux…

 

Tout ceci bien sûr est à rapporter aussi avec les heures d'ouverture du bureau de Morlaix qui sont bien plus importantes qu'à la Boissière.

 

Du point de vue statistique le bureau de la Boissière, avec ses 80 000 points, se situe largement au dessus de la cible (55 000 points) pour en faire un bureau partenariat ; c'est donc une décision éminemment politique qui prévaut pour fermer ce bureau important pour la vie sociale et quotidienne des habitants des quartiers populaires du plateau à Morlaix, et notamment pour les personnes âgées.

 

Nous aurions d'autres arguments à vous opposer, comme par exemple la situation géographique du bureau de Morlaix centre , la question de l'accessibilité des places de stationnement gratuites, etc.

 

Pour toutes ces raisons, de la même manière que nous avions fait voter à l'unanimité un voeu à Morlaix-Communauté en février 2017 pour le maintien des bureaux de poste de la Boissière à Morlaix, de Plouigneau, Plourin-les-Morlaix et Taulé, nous vous demandons aujourd'hui encore de renoncer à votre projet de fermeture, sauf à encore priver une partie de la population morlaisienne d'un service public utile et performant.

 

Nous avons malheureusement le sentiment aujourd'hui d'être confrontés à une stratégie de la Poste très agressive qui poursuit la privatisation du groupe devant conduire à l'ouverture de son capital. Tous les métiers vont de réorganisations en réorganisations avec des conséquences graves sur les missions de service public, la qualité de service, les conditions de travail. C'est pourquoi le groupe et la banque postale en particulier poursuivent le programme de démantèlement des bureaux de proximité, ce qui met en question leur pérennité même.

 

Malgré des résultats économiques au beau fixe - près d'1 milliard d 'euros de bénéfice - depuis 10 ans, ce sont près de 10 000 emplois qui disparaissent chaque année. Pour mémoire, en 2016, 8000 emplois ont été supprimés. Dans le même temps, en 2018 la hausse tarifaire moyenne est de 5% et la précarité suit le cours du timbre : augmentation de 13 % d 'emplois précaires et augmentation de 37 % d 'intérimaires.

 

Au nom de la défense du service public, nous nous opposons fermement à cette dérive de la financiarisation et de la gestion selon des seuls critères de rentabilité de La Poste.

 

Nos bureaux de poste sont nos biens communs. Nous vous demandons donc de revenir sur votre décision.

 

Dans l'attente de votre réponse, veuillez recevoir l'expression de nos sentiments respectueux.

 

Bien cordialement,

 

Ismaël Dupont, élu PCF de Morlaix et Morlaix Communauté

 

Daniel Ravasio, secrétaire de la section du PCF pays de Morlaix

 

 

Lire aussi: 

Communiqué de la FAPT CGT Finistère Nord - Non à la fermeture du bureau de poste de la Boissière à Morlaix! - Signez la pétition

Zéro fermeture de bureaux de poste dans le pays de Morlaix: voeu présenté au Conseil Communautaire du 13 février 2017 par Ismaël Dupont

Projet de fermeture du bureau de poste de la Boissière dans la zone commerciale du Leclerc : c'est le service public qu'on assassine!

 

photo Le Télégramme - Bureau de poste de la Boissière dont la fermeture est prévue pour le 1er novembre 2018

photo Le Télégramme - Bureau de poste de la Boissière dont la fermeture est prévue pour le 1er novembre 2018

Partager cet article

Repost0
25 juin 2018 1 25 /06 /juin /2018 06:06
Il en coûtera désormais 207 euros par an par enfant pour prendre le car et aller au collège (Ronan Tanguy)

Il en coûtera désormais 207 euros par an par enfant pour prendre le car et aller au collège (Ronan Tanguy)

La grille tarifaire des transports scolaires va sensiblement évoluer à la rentrée prochaine. La proposition de Morlaix communauté soulève le mécontentement de nombreux parents des communes de l’agglomération.

Le car scolaire, 34 % plus cher à la rentrée de septembre ! La nouvelle soulève la grogne de parents des communes de l’agglomération de Morlaix qui ont reçu le formulaire de demande d’abonnement de Linéotim dans leur boîte aux lettres cette semaine. Pour ceux dont les ressources ne donnent droit à aucune tarification solidaire et dont plusieurs enfants sont scolarisés, la grille tarifaire est en effet revue à la hausse.

 

« Ça commence à faire transport de luxe »

 

Les tarifs des transports scolaires n’avaient pas augmenté depuis dix ans. Désormais, l’abonnement pour un enfant de moins de 26 ans, qui était de 77 € par semestre, soit 154 € à l’année, est fixé à 207 € par an. Autre changement qui soulève l’incompréhension des familles nombreuses : le système d’un tarif dégressif, à savoir 54 € le semestre pour le deuxième enfant, 23 € pour le troisième, et la gratuité pour le quatrième, ne sera plus en vigueur à partir de la rentrée prochaine.

« Mes enfants font dix minutes de car aller, dix minutes retour, ça commence à faire un transport de luxe avec ces tarifs ! », se soucie une habitante d’Henvic, dont le premier enfant, scolarisé à Carantec, sera rejoint par son cadet à la rentrée. « Une fois de plus, les couches moyennes sont particulièrement touchées » écrit-elle dans une lettre adressée aussitôt au président de Morlaix communauté.

 

 

En fonction du quotient familial

 

« En réalité, il n’y a pas d’augmentation globale puisqu’on rétablit, avec cette nouvelle tarification, une meilleure équité pour les parents ayant le moins de ressources », commente Nathalie Bernard, maire de Plougasnou et vice-présidente aux transports et à la mobilité à Morlaix communauté.

La hausse de ces tarifs généraux est en effet parallèle à une autre modification, celle de la tarification solidaire. Auparavant, une « aide à la mobilité » était accordée aux parents en fonction de leur statut : demandeur d’emploi, personne en situation de handicap ou d’invalidité, retraité justifiant de revenus inférieurs ou égaux au minimum vieillesse. Désormais « le coût sera échelonné en fonction du quotient familial, donc des ressources réelles des personnes », commente l’élue. Les parents ayant un quotient inférieur à 600 €, soit l’équivalent de 1 200 € par mois par personne, bénéficieront ainsi d’une réduction de 50 à 90 %. Par ailleurs, elle tient à rappeler que « les familles ne payent que 20 % du coût réel du transport scolaire » qui est d’environ 1.000 € l’année.

En attendant la communication officielle de Morlaix communauté et Kéolis Morlaix, mercredi prochain, sur l’ensemble de l’évolution de son réseau de transports public, des parents déplorent un manque de transparence, regrettant qu’aucune information ne soit donnée via les établissements scolaires et les différentes communes.


A noter

En parallèle des transports scolaires, l’offre de transports publics évoluera au 7 juillet. Le ticket de bus à l’unité passe de 1€ à 1,20 € mais sa durée de validité est doublée, en passant de 30 à 60 minutes avec la possibilité de correspondance entre les lignes. Le carnet de 10 tickets passe de 9 à 10 €

Le 14 novembre 2016, je me suis abstenu sur la nouvelle gamme tarifaire de transport en commun, comme Sarah Noll: 

Je me suis abstenu, seul avec Sarah Noll, sur la nouvelle gamme tarifaire pour Morlaix Communauté, trouvant que l'augmentation du ticket de bus, des carnets, et des abonnements. Était un bien mauvais moyen de développer l'usage des bus dans le pôle urbain. Voici en gros l'argumentation que j'ai développé :

«  Il y a plusieurs éléments dans la proposition de nouvelle tarification:

Des progrès indéniables :  le passage d'une tarification sociale subordonnée au statut et aux revenus à une tarification solidaire plus simple (et peut-être plus juste) subordonnée au quotient familial, et donc aux rapports entre les revenus globaux de la famille et le nombre de personnes dans la famille. Théoriquement, davantage d'habitants de Morlaix-Communauté devraient en bénéficier. La tarification solidaire devrait faciliter l'accès aux tarifs réduits, sur présentation d'un papier des allocations familiales avec le quotient familial, il n'y aura plus des bulletins de salaire, des justificatifs de domicile à produire qui faisaient que les démarches pouvaient être longues à aboutir et parfois compliquées.   En revanche la dégressivité du coût des abonnements en fonction du nombre d'enfants sera supprimée. 

Toutefois, 'à supposer qu'il y ait une offre avec une fréquence de bus et une rapidité acceptable, l'habitant de Plounéour Menez ou de Plourin serait peut-être d'accord de payer plus cher son ticket de bus (2€ - 2, 50€ par exemple) et qu'il était par contre moins logique de payer son ticket de bus 1€ ou maintenant 1€20 pour faire 1500 mètres en côte à Morlaix... Non pas qu'il faille en soi augmenter les tarifs du transport péri-urbain mais plutôt maintenir les tarifs du transport urbain et financer une augmentation qualitative et quantitative de l'offre de transport sur l'ensemble du territoire de Morlaix-Communauté. 

- La durée de validité du ticket serait augmentée à hauteur de 1h (aujourd'hui 30 mn), les carnets de ticket tarifs réduits seraient supprimées. 

- il y aura désormais des bus à circuler le dimanche (sur le pôle urbain Morlaix-St Martin) 

Mais la principale mesure et celle qui me semble la plus contestable dans cette nouvelle tarification des titres de transport concerne l'augmentation de 1 à 1,20€ du ticket unitaire et l'augmentation de 25€ à 28€ de l'abonnement mensuel au prix "normal", l'abonnement annuel augmentant dans les mêmes proportions. La justification annoncée est le souci d'équilibrer financièrement le surcoût pour la collectivité prévu du fait du passage à la tarification solidaire et de rester à un niveau d'équilibre du budget transport (6,5 millions) sans faire augmenter le versement depuis le budget général de Morlaix Communauté et en augmentant même les recettes tarifaires. Mais la recette tarifaire ne représente que 15 à 20 % du budget transport. Qu'est-ce qui est le plus important ? Faire des économies de bout de chandelle ou doper l'usage du transport en commun. Rentrer dans la question de la tarification par une voie étroite en privilégiant l'approche comptable au détriment d'une véritable politique pour doper la demande et l'usage des transports en commun, pour des raisons écologiques et de soutien au pouvoir d'achat, mais aussi de facilitation de la mobilité des citoyens, de qualité de vie (réduction du nombre de voitures circulant en ville). 

Par exemple, l'expérimentation de la gratuité des transports dans le pôle urbain, au moins certains jours, par exemple le samedi, semble avoir été exclue d'emblée alors que la proportion des recettes tarifaires dans le budget qu'il y a un vrai enjeu de mobilité, de fidélisation des usagers et de dynamisation du centre-ville de Morlaix. Certaines villes ont réalisé la gratuité des transports urbains, avec un effet tout à fait intéressant pour le développement de la circulation des citoyens en bus. C'est un débat compliqué où il y a du pour et du contre, mais cela aurait été bien de l'instruire en profondeur. Augmenter le prix de l'usage du bus, même si les tarifs ne risque pas d'avoir un effet très attractif pour augmenter l'usage de ce type de transport.Tout cela pour des recettes supplémentaires escomptées de l'ordre de 16 000€ annuel. Vraiment pas grand chose compte tenu du budget transport et de l'ampleur des enjeux. Cette nouvelle tarification me paraît donc témoigner d'un manque d'ambition sur le développement du transport en commun, comme le schéma de transport qui a été proposé au dernier Conseil de Communauté ».

Jean-Luc Fichet m'a donc interrompu dans ce propos, ce qu'il ne fait avec personne d'autre je crois, sous prétexte que j'étais trop long et que cela avait déjà été dit. Pouvoir discrétionnaire du président… En tout cas, je ne me suis pas laissé faire et j'ai conclu mon propos en lui disant que s'il voulait faire la conclusion à ma place, alors cela allait être en effet un peu trop long…

Vers une augmentation du tarif des tickets de bus et des abonnements à Morlaix Communauté?

Conseil de communauté du 3 octobre 2016: photos Pierre-Yvon Boisnard et interventions de Ismaël Dupont, élu communautaire du Front de Gauche

Il y a plusieurs éléments dans la proposition de nouvelle tarification:

-  le passage d'une tarification sociale subordonnée au statut et aux revenus à une tarification solidaire plus simple (et peut-être plus juste) subordonnée au quotient familial, et donc aux rapports entre les revenus globaux de la famille et le nombre de personnes dans la famille. Théoriquement, davantage d'habitants de Morlaix-Communauté devraient bénéficier de tarifs réduits. Ce passage à une tarification solidaire était de toute façon une obligation légale. 

Avec un Quotient Familial de 500 à 600, l'usager payera 50% du prix normal d'abonnement

Avec un Quotient Familial de 400 à 500, l'usager payera 75%... 

La tarification solidaire devrait faciliter l'accès aux tarifs réduits, sur présentation d'un papier des allocations familiales avec le quotient familial, il n'y aura plus des bulletins de salaire, des justificatifs de domicile à produire qui faisaient que les démarches pouvaient être longues à aboutir et parfois compliquées.  

En revanche la dégressivité du coût des abonnements en fonction du nombre d'enfants sera supprimée. 

- la fusion des différentes formules d'abonnement (TAM TAM, TIPI, TOTEM) peu lisibles et la fusion des tarifications pour le transport péri-urbain et urbain. Il n'y aura plus non plus d'abonnements jeunes exclusivement scolaires ne s'appliquant qu'aux jours d'école.  

J'ai fait remarqué toutefois, et d'autres élus étaient d'accord en Commission Environnement de Morlaix Communauté, qu'à supposer qu'il y ait une offre avec une fréquence de bus et une rapidité acceptable, l'habitant de Plounéour Menez ou de Plourin serait peut-être d'accord de payer plus cher son ticket de bus (2€ - 2, 50€ par exemple) et qu'il était par contre moins logique de payer son ticket de bus 1€ ou maintenant 1€20 pour faire 1500 mètres en côte à Morlaix... Non pas qu'il faille en soi augmenter les tarifs du transport péri-urbain mais plutôt maintenir les tarifs du transport urbain et financer une augmentation qualitative et quantitative de l'offre de transport sur l'ensemble du territoire de Morlaix-Communauté. 

- La durée de validité du ticket serait augmentée à hauteur de 1h (aujourd'hui 30 mn), les carnets de ticket tarifs réduits seraient supprimées. 

- il y aura désormais des bus à circuler le dimanche (sur le pôle urbain Morlaix-St Martin) 

- Mais la mesure la plus contestable de cette nouvelle tarification des titres de transport concerne l'augmentation de 1 à 1,20€ du ticket unitaire et l'augmentation de 25€ à 28€ de l'abonnement mensuel au prix "normal", l'abonnement annuel augmentant dans les mêmes proportions. 

La justification annoncée est le souci d'équilibrer financièrement le surcoût pour la collectivité prévu du fait du passage à la tarification solidaire et de rester à un niveau d'équilibre du budget transport (6,5 millions) sans faire augmenter le versement depuis le budget général de Morlaix Communauté et en augmentant même les recettes tarifaires. 

Cependant, plusieurs élus dont moi ont remarqué que c'était là rentrer dans la question de la tarification par une voie étroite en privilégiant l'approche comptable au détriment d'une véritable politique pour doper la demande et l'usage des transports en commun, pour des raisons écologiques et de soutien au pouvoir d'achat, mais aussi de facilitation de la mobilité des citoyens, de qualité de vie (réduction du nombre de voitures circulant en ville). 

Par exemple, la gratuité des transports dans le pôle urbain, au moins certains jours, sur certains trajets, semble avoir été exclue d'emblée alors que la proportion des recettes tarifaires dans le budget transport ne représente que 15 à 20% du coût total et qu'il y a un vrai enjeu de développement de l'usage du transport en commun. Certaines villes ont réalisé la gratuité des transports urbains, avec un effet tout à fait intéressant pour le développement de la circulation des citoyens en bus. C'est un débat compliqué où il y a du pour et du contre, mais cela aurait été bien de l'instruire en profondeur. 

Pire encore, augmenter le prix de l'usage du bus, même si les tarifs n'ont pas augmenté depuis 2009, ne risque pas d'avoir un effet très attractif pour augmenter l'usage de ce type de transport. 

Tout cela pour des recettes supplémentaires escomptées de l'ordre de 16 000€ annuel. Vraiment pas grand chose compte tenu du budget transport et de l'ampleur des enjeux.        

C'est ces fortes réserves qui m'ont amené, ainsi que trois autres élus (Christine Prigent, René LeTallec, Jean-Paul Vermot), à ne pas voter pour la nouvelle proposition de tarification transport, mais à nous abstenir.

Le débat aura lieu publiquement lors du Prochain Conseil Communautaire.      

Un autre enjeu fondamental est le choix de prolonger ou non les contrats de transport en Délégation de Service Public, avec un partenaire privé, en Société Publique Locale ou en régie publique. Cela devrait être débattu et tranché en décembre.

Ismaël Dupont.   

Partager cet article

Repost0
13 juin 2018 3 13 /06 /juin /2018 17:15
photo Pierre-Yvon Boisnard

photo Pierre-Yvon Boisnard

Communiqué de la section PCF du Pays de Morlaix : 

Retraités, c'est le moment de nous mobiliser !

La section PCF de Morlaix appelle les retraités du pays de Morlaix à se mobiliser très nombreux à l'appel des syndicats et organisations de retraités le jeudi 14 juin à 10h30, au départ de la mairie de Morlaix et jusqu'à la sous-préfecture, en passant par la permanence de la députée La République En Marche.  

Les dernières manifestations des retraités des 28 septembre et du 15 mars, avec des centaines de milliers de manifestants, et plus de 1000 personnes défilant à Morlaix la dernière fois contre l'augmentation de la CSG, le gel des pensions, pour une meilleure protection sociale des personnes retraitées et un plan pour garantir le droit à l'autonomie et la dignité et une prise en charge humaine et qualitative des personnes âgées dépendantes en maison de retraite, ont montré l'ampleur des attentes et du ras-le-bol face à des politiques qui ignorent les attentes et besoins des retraités et ponctionnent des retraités aux revenus modestes pour mieux servir les milieux financiers.

Macron et Philippe doivent entendre la colère de nos concitoyens qui ont fait la France d'aujourd'hui car à leur travail et leur engagement et réclament d'être traités de manière respectueuse, tout en craignant que les orientations libérales actuelles ne cassent les solidarités et n'accroissent les inégalités. 

Seuls le refus de la résignation, l'esprit de résistance et des mobilisations d'ampleur de la population peuvent stopper ou infléchir la politique bulldozer de Macron qui entend aujourd'hui remettre sur le chantier une réforme des retraites qui se ferait au préjudice des droits d'une grande partie des salariés, et faire en sorte que notre pays riche affecte les richesses produites par le travail aux besoins sociaux qui actuellement sont de moins en moins bien couverts, notamment pour ce qui est de la perte d'autonomie, de la santé.  
 

Partager cet article

Repost0
13 juin 2018 3 13 /06 /juin /2018 06:14

À un peu moins de deux ans des prochaines élections municipales, le PCF invite les forces de gauche à réfléchir à une possible union dès le premier tour. Sur l’ensemble des communes de Morlaix communauté.

 

Réunie en assemblée générale le 23 mai dernier, la section locale du Parti communiste a pris l’engagement d’une démarche de rassemblement en vue des élections municipales de 2020 à l’échelle de Morlaix communauté. « Nous invitons l’ensemble des forces de gauche, dans le respect de leurs diversités et identités, à travailler en cohésion et dans un esprit de réussite collective pour un véritable projet de gauche sur le territoire », explique-t-elle.

Dans un courrier adressé à Coopérative citoyenne, Ensemble, Europe Écologie les Verts, la France Insoumise, Génération-s, le Nouveau Parti Anticapitaliste et le Parti socialiste, les communistes indiquent être « disponibles et ouverts à toutes rencontres pour créer une dynamique de réussite afin de placer l’humain au centre des choix, des politiques et des pratiques dans nos communes du pays de Morlaix ».

 

 

Une réunion le 27 juin

 

Estimant qu’il serait bon que toutes les forces de gauche représentées dans le pays de Morlaix se rencontrent avant cet été pour évoquer l’échéance des prochaines municipales, le PCF local a proposé une réunion le mercredi 27 juin, à 18 h, dans son local du 2, petite rue de Callac, à Morlaix. L’idée est de discuter des conditions pour aboutir « à des constructions communes gagnantes à gauche, impliquant les citoyens, à Morlaix comme dans les communes voisines ».

Le PS, le NPA, Génération-s et Coopérative citoyenne ont d’ores et déjà accepté cette invitation.

Appel du Parti Communiste dans le Pays de Morlaix à l'unité des électeurs et forces de gauche pour les Municipales dans les communes de Morlaix-Communauté sur des projets vraiment de gauche, utiles à la population

Partager cet article

Repost0
11 juin 2018 1 11 /06 /juin /2018 05:33
Yann Le Pollotec

Yann Le Pollotec

Après Jean-Marc Galano fin janvier (La philosophie de Karl Marx), Greg Oxley (La Révolution Française) le 27 mars, Maha Hassan (La Syrie: guerre, dictature, culture et littérature) le 17 avril, le journaliste Gérard Le Puill (agriculture et réchauffement climatique) le 29 mai à Lanmeur, la section PCF du Pays de Morlaix, organise un nouveau mardi de l'éducation populaire sur le thème d'Internet et des transformations sociales en cours et à venir liées au numérique.   
 
Mardi de l'éducation populaire 
 
Le Mardi 12 juin, 18h : 
 
Yann Le Pollotec - La Révolution numérique 
 
au local du PCF Morlaix 2 petite rue de Callac
 
avec Yann Le Pollotec, animateur des commissions Industrie - Révolution numérique au PCF 
 
organisateur des états généraux de la révolution numérique réunissant des centaines de professionnels et de chercheurs (les 3èmes états généraux ont été organisés au siège du PCF les 9 et 10 mars 2018): 
 
Tous de la chair à GAFA? 
 
Comment la révolution numérique impacte nos vies, le travail et la vie quotidienne? 
 
Comment reprendre le pouvoir sur le capitalisme des plate-formes internet: les GAFAM (Google, Amazon, Facebook, Apple, Microsoft) et les Natu (Netflix, Air BnB, Telsa, Uber)?  

Partager cet article

Repost0
1 juin 2018 5 01 /06 /juin /2018 13:14
Bureau de Poste de la Boissière dans la zone commerciale du Leclerc (photo Le Télégramme)

Bureau de Poste de la Boissière dans la zone commerciale du Leclerc (photo Le Télégramme)

Projet de fermeture du bureau de poste de la Boissière dans la zone du Leclerc : c'est le service public qu'on assassine!

Nous venons d'apprendre que la direction de la Poste avait décidé de mettre à exécution son projet de liquidation du bureau de poste de la Boissière pour novembre prochain.

Le 13 février 2017, alors que nous avions annoncé les premiers publiquement la volonté de fermeture du bureau de Poste de la Boissière, nous alertions sur la nécessité de se battre contre la destruction de ce service public de proximité essentiel pour la vie quotidienne des habitants du Plateau à Morlaix, et nous présentions en Conseil Communautaire un vœu qui était adopté à l'unanimité des conseillers communautaires :

Zéro fermeture de bureaux de poste dans le pays de Morlaix: voeu présenté au Conseil Communautaire du 13 février 2017 par Ismaël Dupont

Ce vœu disait : «  la société anonyme La Poste dont l'actionnaire principal est l’État mais qui est gérée comme une entreprise privée avec des objectifs de rentabilité qui marginalisent les missions de services publics traditionnelles, a décidé de supprimer le bureau de Poste de La Boissière qui emploie deux agents fonctionnaires de La Poste en externalisant l'activité si possible auprès d'un commerçant, le bureau de poste se transformant en relais commerçant.

Celui-ci évidemment ne pourrait dispenser les mêmes services bancaires, n'ayant pas accès aux comptes des clients, ne pouvant faire des retraits excédant 150 euros, ne pouvant garantir la même confidentialité et les mêmes activités de conseil (….).

Le plan de réorganisation prévoit aussi la suppression des bureaux de poste de Taulé, de Plourin-les-Morlaix, de Plouigneau, avec un transfert possible, dans le cadre d'une négociation et si les communes concernées l'acceptent, des charges vers les communes pour créer des Agences Postales Communales, ou alors une création de relais commerçants. A chaque fois, la Poste externalise et se décharge des activités de service public les moins rentables. (…)

La Poste a reçu pourtant ces dernières années 300 millions d'euros dans le cadre du CICE, tout cela pour détruire année après année des emplois (entre 3500 et 5000 emplois supprimés par an, avec des tournées de plus en plus impossibles pour les facteurs) et privilégier la rentabilité financière »

 

Si nous avons obtenu grâce à ce signal de résistance envoyé par les élus un sursis d'un an et demi pour le bureau de poste de la Boissière, toutes les victoires pour le service public ne sont que provisoires avec les logiques néo-libérales à l’œuvre au plus haut niveau de l’État. La direction de la Poste n'avait pas dit son dernier mot et entendait bien se donner les moyens de supprimer des postes à moyen terme sur Morlaix en fermant ce bureau de poste, toujours au nom de la rentabilité financière pour l'actionnaire.

 

Pourtant, le bureau de poste de la Boissière ne désemplit pas, malgré des horaires d'ouverture qui ont été volontairement réduites il y a quelques mois pour faire des économies de personnel et diminuer la fréquentation afin, à terme, de justifier une fermeture.

Il y a énormément de Morlaisiens, principalement des quartiers de la Boissière, de la Madeleine, de la Vierge Noire, de Coatserho qui sont contents d'y trouver un personnel très disponible, amical et serviable, dans une ambiance humaine, pour faire des opérations liés aux courriers, aux colis, mais aussi aux services bancaires de la Banque Postale. Avec des facilités pour s'y rendre à pied ou pour se garer sur la zone commerciale du Leclerc. La Poste est la banque que privilégient nos concitoyens les plus modestes et les personnes âgés. La présence d'un bureau de Poste de proximité dans un quartier très peuplé est importante.

Nous ne pouvons qu'exprimer notre colère face à cette volonté de supprimer le bureau de poste de la Boissière au mois de novembre, colère face à la politique de réduction de l'offre de service au public et de service public de la Poste, sous l'impulsion de la politique libérale des gouvernements successifs, de droite, PS, et macronistes, colère face à l'accord que la maire de Morlaix, Mme Le Brun, a donné pour la transformation du bureau de poste en relais commerçant.

A Taulé et à Plourin-les-Morlaix, les maires ont refusé de s'accommoder de la fermeture des bureaux de poste.

Après avoir perdu deux classes en écoles publiques à Corentin Caër et à Jean Jaurès, le quartier perdrait à nouveau un service essentiel.

Jusqu'à quand la régression ?

Pour notre part, nous ne sommes pas décidés à faire le deuil de notre bureau de poste et allons nous battre avec la population pour tenter de le sauver.

Ismaël Dupont, élu d'opposition PCF-Front de Gauche à Morlaix


 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011