Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 août 2021 3 18 /08 /août /2021 05:38

 

 

Nous avons montré hier, chiffres à l’appui, les difficultés que rencontrent les éleveurs de bovins à viande. Avec la réforme à venir de la Politique agricole commune et les choix que fait la France de diminuer la prime annuelle à la vache allaitante, la situation des éleveurs spécialisés risque d’empirer. Car beaucoup vont prendre leur retraite alors que l’installation des jeunes sera rendue plus difficile.

Par Gérard Le Puill

Selon la Fédération nationale bovine (FNB) de la FNSEA, le ministre de l’Agriculture Julien de Normandie « a fait le choix de baisser de manière importante les aides de la Politique agricole commune (PAC) au secteur de l‘élevage des bovins de races à viande. Le secteur dispose pourtant du plus bas revenu de l’agriculture française et est l’un des modèles de productions les plus durables », ajoute la FNB.

Ces arbitrages ont été rendus par le ministre de l’Agriculture au nom de la future réforme de la PAC, laquelle sera appliquée entre 2023 et 2027 inclus. Faute de pouvoir se mettre d’accord sur un projet accepté par tous les pays membres, la négociation entre le 27 a débouché sur 27 déclinaisons nationales d’une réforme illisible et difficile à mettre en œuvre au niveau des territoires comme des filières agricoles. En France, selon la FNB, « les éleveurs de bovins de races à viande seront bien les perdants de la prochaine PAC : ce sont 78 millions d’euros qui leur sont amputés pour financer le transfert des aides couplées animales vers les aides couplées aux protéines végétales… ».

Vers une baisse des « soutiens couplés » de 10 à 18 %

Pour comprendre ce que signifie cette perte de 78 millions d’euros par an pour l’élevage de bovins à viande, également nommé élevage allaitant, il convient de préciser que ces vaches de races charolaises, limousines, Blonde d’Aquitaine, Salers, Rouge des prés et autres allaitent directement leur veau et ne passent jamais en salle de traite. Mais il existe une prime annuelle européenne pour chaque vache qui donne naissance à un veau et cette prime par vache allaitante diminuera en France à partir de 2023.

Du coup, la FNB affirme que « cette baisse des soutiens couplés estimée entre moins 10 % et moins 18 % entre 2023 et 2027 (est) difficilement compréhensible au regard des ambitions affichées par la France en matière de souveraineté alimentaire. Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation devra l’assumer. Si aucune mesure concrète de très court terme n’est prise pour assurer un retour de valeur par le prix payé aux éleveurs, c’est une déprise de la production sans précédent que ce choix politique pourrait engendrer, alors que 2.000 éleveurs de bovins disparaissent déjà chaque année », ajoute la FNB qui redoute des « dégâts colossaux au plan humain social et territorial ».

La France s’est fait doublement piéger au fil des ans

Ce cri d’alarme est en phase avec l’analyse produite dans la revue de sélection génétique « BTIA » dont nous avons rendu compte dans notre article d’hier. Mais on peut aussi considérer que la France, disposant du plus gros cheptel de bovins allaitants en Europe, s’est fait doublement piéger au fil des décennies. Une prime annuelle par vache a poussé bien des éleveurs à augmenter le nombre de mères sur leur exploitation afin de percevoir davantage de primes. Ainsi, entre 1979 et l’an 2000, le nombre de vaches laitières en France est passé de 7,2 millions de têtes à 4,2 millions de têtes et il continue de diminuer depuis. Mais cela fut la conséquence de l’augmentation du rendement laitier annuel par vache tandis que les quotas par pays limitaient les volumes de production entre 1984 et 2015.

Durant ces mêmes années qui vont de 1979 à 2000, le nombre de vaches allaitantes est passé de 2,8 millions à 4,3 millions de têtes. Faute de pouvoir engraisser tous les jeunes animaux pour la boucherie durant ces années, les éleveurs ont augmenté les ventes annuelles de jeunes bovins maigres. Ces « broutards » sont surtout engraissés en Italie, en Espagne, en Grèce et désormais au Proche et au Moyen-Orient. Dans le même temps, les offres de viandes bovines résultant des accords de libre-échange avec les pays tiers et celles issues des troupeaux laitiers d’autres pays européens ont fait baisser les prix des bovins à viande en France ces dernières années.

Produire plus de protéines végétales sur chaque ferme

Du coup, les sécheresses estivales venant aussi augmenter les coûts de production, les éleveurs de bovins réduisent le nombre de mères depuis quelques années. Il serait tombé sous la barre des 3,9 millions de têtes et risque encore de diminuer. Une bonne solution pourrait consister à augmenter la prime par vache contre la limitation de leur nombre en fonction des hectares dont dispose chaque exploitation de bovins à viande afin de renforcer l’autonomie fourragère. On pourrait obtenir parallèlement de ces exploitations qu’elles améliorent leur bilan carbone par des semis associés de graminées et de légumineuses dans les prairies afin d’enrichir l’herbe en protéines, ce qui permettrait aussi de réduire l’usage des engrais azotés. Ces fermes pourraient aussi produire des protéines végétales en graines et les transformer en aliment du bétail.

On nous dit et on nous répète que l’actuel ministre de l’Agriculture est agronome de formation. Il doit donc être en capacité de comprendre qu’il existe une solution de ce côté-là. Mais c’est aussi au syndicat spécialisé des éleveurs d’être offensif sur ce terrain, ce qui n’a pas été suffisamment le cas depuis une quarantaine d’années.

 

Partager cet article
Repost0
16 août 2021 1 16 /08 /août /2021 05:16

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2021 7 15 /08 /août /2021 05:12

Fabien Roussel avec les livreurs de Rennes.

 

Partager cet article
Repost0
15 août 2021 7 15 /08 /août /2021 05:07

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
13 août 2021 5 13 /08 /août /2021 05:37

 

Olivier Véran était déjà connu quand il était député comme quelqu’un d’irascible et adepte de propos désobligeants pour ses contradicteurs.

Je me souviens d’un débat au cours duquel, à bout d’arguments, il s’était fendu d’un

« C’est normal, monsieur Prudhomme, vous êtes à la CGT qui est toujours contre tout ».

Affirmation de poids s’il en est !

Aujourd’hui ministre de la Santé, toutes les barrières sont visiblement tombées et il laisse libre cours à ses invectives et à ses provocations, que ce soit vis-à-vis des parlementaires mais surtout aussi à l’encontre des personnels soignants.

Après sa sortie sur le « loisir » que constituerait la grève pour les personnels de santé, il en rajoute une couche dans une récente interview par un

« A partir d’un moment cela suffit ! »

pour qualifier les protestations contre la récente loi sur la crise sanitaire.

Monsieur le ministre, je vous retourne vos propos.

Effectivement, cela suffit du mépris des personnels.

Cela suffit de votre référence permanente à l’exceptionnalité des mesures du Ségur de la santé qui n’ont rien réglé. Cela suffit du refus du dialogue social et à l’exclusion des organisations syndicales qui n’adhèrent pas à votre politique.

● Cela suffit des visites à visée médiatique dans nos établissements où la police est présente en nombre sur notre lieu de travail pour nous empêcher de vous approcher.

● Cela suffit de l’absence de formation en nombre suffisant des professionnels de santé, ce qui permet d’accélérer les plans de restructuration avec des fermetures de lits.

● Cela suffit des services d’urgences et des SMUR qui ferment du jour au lendemain et laissent la population sans recours.

Oui, cela suffit!

Sachez, monsieur le Ministre que vous n’êtes absolument pas à la hauteur de votre fonction et que votre attitude ne fait que renforcer notre colère et nos ressentiments.

Une nouvelle fois, en plein été, nous nous mobilisons, non pour répondre à vos injonctions,

mais parce que nous savons que les patients ont besoin de nous.

Mais nous n’oublierons rien.

Dr Christophe Prudhomme médecin urgentiste au Samu 93, responsable à la fédération CGT de la Santé et Action

 

Partager cet article
Repost0
11 août 2021 3 11 /08 /août /2021 08:29

La grande réforme d'EDF baptisée « projet Hercule », qui aurait permis la dislocation et la privatisation partielle du groupe public, n'aboutira pas avant la fin du quinquennat d'Emmanuel Macron. Un répit bienvenu pour les nombreux opposants syndicaux et politiques au projet.

Ouf ! Trois fois ouf ! Le projet Hercule – depuis rebaptisé « Grand EDF » – sur lequel Marianne alertait dès 2019, est mis sous le tapis. « À ce stade, les discussions n'ont pas abouti » avec Bruxelles et « il n'est pas envisageable d'avoir un projet de loi au Parlement dans l'immédiat », a expliqué une source gouvernementale auprès de l’AFP.

Le projet ne pourra donc pas aboutir à temps, avant le début de la prochaine campagne en vue de l'élection d'avril 2022, semble regretter l’exécutif. Du côté de l'UE, le son de cloche est sensiblement différent. Selon une source proche du dossier à Bruxelles, c'est Paris qui a décidé de la pause. « C'est un choix politique de la France de faire passer la réforme après l'élection présidentielle », déclare cette source à l'AFP.

BLOCAGES PRÉVISIBLES AVEC BRUXELLES

Hercule était certes un projet complexe à multiples entrées, mais les discussions ont principalement bloqué sur la réforme du mécanisme dit de l’« accès régulé à l’électricité nucléaire historique » (Arenh). « Le gouvernement a indiqué que les discussions entre les autorités françaises et la Commission européenne relatives à la réforme de l'Arenh, au cadre des concessions hydrauliques et à l'organisation d'EDF n'ont pas abouti à ce stade à un accord global », a confirmé ce matin la direction du groupe lors de la présentation des ses résultats semestriels.

L'Arenh impose à EDF de vendre un quart de sa production nucléaire à des fournisseurs concurrents, principalement Total et Engie, au prix de 42 euros le mégawattheure. Or, la direction d’EDF estime ce prix inférieur au coût de revient du nucléaire en France. Ainsi, depuis le début des négociations il y a deux ans, l’État français demandait l'autorisation à Bruxelles de relever ce prix administré d’environ 20 % afin qu’EDF se redonne de l'air financièrement.

Problème, la France a mis le doigt dans un engrenage pervers. En effet, le mécanisme qui devait remplacer l'Arenh était de fait une dérogation évidente au sacro-saint principe de libre concurrence européenne inscrit dans les traités : on favorisait une entreprise publique sur un marché concurrentiel. C'est pourquoi la Commission a demandé des contreparties. Notamment qu’EDF « vende son courant nucléaire dans les mêmes conditions à tout acheteur européen », explique à Marianne un ancien cadre dirigeant du groupe toujours bien informé. Comprendre : « que l’effort du peuple français pour financer le nucléaire depuis des décennies, et ainsi bénéficier d'une électricité à bas prix, puisse profiter à toute l’Europe ». Une contrepartie jugée « inacceptable par le gouvernement français », selon cette même source. Dès lors, impossible de trouver un accord. « Les hauts fonctionnaires français se sont acharnés à faire passer un projet que la Commission ne pouvait, de fait, pas accepter », résume l'ancien cadre du groupe. À l'Élysée, on a donc décidé de tout rependre de zéro l'année prochaine.

Le timing de cette annonce n’est, du reste, pas anodin. Elle est intervenue juste avant la présentation ce jeudi 29 juillet au matin des résultats financiers d'EDF. Résultats qui font état d'une hausse de son Ebitda – bénéfice avant intérêts, impôts, dépréciation et amortissement – de… 30 % à 10,6 milliards d’euros, qu'EDF explique « essentiellement par une progression de la production nucléaire en France et un climat plus froid dans un contexte de hausse des prix de l’électricité et du gaz ». Lors de ce premier semestre 2021, on était donc loin de la situation financière critique que la direction du groupe et l’exécutif avançaient pour justifier la réforme de l’Arenh. « Il est en effet intéressant de constater que le gouvernement a été obligé de renoncer à sa réforme la veille de la publication des résultats financiers EDF, qui font état d'une hausse de son Ebitda de 2,5 milliards d'euros. Difficile dans ce cadre de continuer à se plaindre des effets financiers négatifs de l’Arenh… », nous lance un autre ancien cadre du groupe.

INQUIÉTUDE PUIS SOULAGEMENT

Au-delà de l'Arenh, l'objectif de la réforme Hercule était limpide comme nous l’écrivions en avril : « le coûteux vieux nucléaire au secteur public, et les activités les plus juteuses aux investisseurs privés ! ». Ces activités juteuses : « Enedis considéré comme la pépite du groupe et les ENR [énergies renouvelables] un secteur économique d’avenir, seraient donc isolées et livrées aux marchés financiers ». Autrement dit, on allait assister à un démantèlement d'EDF en règle. Au point que le service public de l’énergie et la sauvegarde pour les citoyens français du bien commun qu'est l’électricité étaient en danger.

Grands opposants aux projets, les syndicats se sont donc félicités de ce recul. « C'est pour nous une belle et grande victoire à mettre à l'actif du rapport de force des travailleurs avec la CGT qui n'a jamais attendu une quelconque annonce », a déclaré Sébastien Menesplier, secrétaire général de la Fédération nationale Mines Énergie CGT (FNME-CGT). « Nous resterons pour autant vigilants car les discussions entre le gouvernement et la Commission européenne vont se poursuivre », a souligné le syndicaliste. Les syndicats qui ont mobilisé contre ce projet lors de plusieurs journées de grève ces derniers mois ont trouvé un soutien de poids auprès des parlementaires, qui ont uni leurs voix de la gauche (LFI, PCF et PS) jusqu'aux Républicains pour dénoncer la dislocation d'un patrimoine public. Le PDG d'EDF Jean-Bernard Lévy a de son côté regretté ce jeudi 29 juillet que la réforme du groupe ne puisse déboucher dans l'immédiat. « Nous regrettons que cette réforme qui est indispensable pour EDF ne puisse se conclure maintenant », a-t-il déclaré.

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 07:58

 

Mettre en cause le lien de subordination inhérent au salariat capitaliste, ou la domination du capital elle-même ? Réflexion critique à partir d’un article de la sociologue Danièle Linhart dans L’Humanité-dimanche du 10 avril 2021.

En premier lieu, Danièle Linhart propose une affirmation que je partage, en parlant du patronat qui « comme un boa, digère toutes les remises en question et s’en nourrit. Il promet de répondre aux aspirations de transformation, mais c’est toujours lui qui décide ». Je pense néanmoins qu’il faut voir comment des mesures managériales, sous couvert de prise en compte de l’individu, rendent de plus en plus douloureux le travail, dans son ensemble. De même, il faut voir comment des mesures managériales placent les salariés en permanence en concurrence. À mesure que montent les exigences de rentabilité financière des grands actionnaires, dans une crise qui s’aiguise, le management impose une dissociation entre les objectifs de l’entreprise, du groupe, et même des services publics, et les objectifs du travail de chacun, pour rendre invisibles ou presque les objectifs stratégiques et donc empêcher les salariés d’intervenir sur ces objectifs stratégiques, les orientations des entreprises et services publics, ainsi que celles des banques.

S’attaquer à la domination du capital ou la contourner ?

En second lieu, changer le contenu du travail et le management nécessite de s’attaquer à la domination du capital, plutôt que de tenter de contourner cette question. Danièle Linhart propose de sortir du lien de subordination, tout en conservant le salariat. Il me semble que les propositions du PCF, qui mettent en cause la domination du capital partout (entreprise privée, publique, services et fonction publiques) permettent une mise en cause plus radicale du salariat capitaliste, une sortie de ce salariat avec comme objectif un nouveau type de salariat, transformant de fait le lien de subordination.

L’inventivité du capital en matière de gestion des personnels (avec les nouvelles formes de « management ») tient essentiellement au besoin de faire face plusieurs évolutions : l’explosion du salariat en nombre (avec la place des femmes qui maintenant représente quasiment la moitié du salariat) ; la montée du salariat qualifié que produisent l’essor des nouvelles technologies et la révolution informationnelle ; l’exigence de reconnaissance de l’individu au travail. Le but est de repousser la construction d’une conscience de classe renouvelée du salariat, et d’unité de toutes ses composantes sur des bases révolutionnaires.

On peut dire que l’analyse de Marx indiquant que le capital produit la classe qui va le détruire, est plus que jamais d’actualité, et qu’elle est peut-être mieux comprise par les tenants du capital que par les forces progressistes.

De fait, il faut apprécier ce qu’est le salariat aujourd’hui pour travailler à son unification révolutionnaire sur des objectifs radicaux, afin de pouvoir agir de façon lucide et efficace dans les conditions d’aujourd’hui pour cela. Le salariat a augmenté massivement au point de devenir absolument majoritaire comme forme d’organisation du travail, dans tous les domaines de la production, des échanges et des services. Plus de 90 % des travailleurs ou des travailleuses sont salarié-e-s.

Aujourd’hui, les ingénieurs, cadres et techniciens représentent plus d’un tiers du salariat ; mais le niveau de qualification a augmenté massivement depuis 40 ans parmi les salariés en position d’exécution (nombre de bacheliers, nombre de jeunes sans qualification), dans tous les secteurs.

La contradiction pour le capital réside essentiellement dans le fait que ces salariés (potentiels ou en activité) sont nécessaires au système capitaliste. Mais ce salariat est aussi un potentiel de combat contre ce même système.

L’entrée massive des femmes dans le monde du travail salarié est aussi une nouvelle donnée de ce salariat. De fait, montent des questions majeures de la place des femmes dans le salariat et dans la société (égalité de traitement, évolution de carrière, droits, respect… etc.) qui mettent en cause la gestion capitaliste des entreprises et du travail, et le patriarcat.

La gestion fondée de plus en plus sur l’individu a fait illusion pendant un temps, notamment parmi les ICT qui ont été la première cible des méthodes d’individualisation de salaires, de carrière, etc. Mais on se souvient, à cet égard, du changement d’état d’esprit entre la fin des années 80 et le début des années 2000 qui s’est matérialisé à l’occasion du débat sur les 35 heures et la réduction du temps de travail. La mise à plat entre les salariés de leur fiche de paie a fait sauter leurs dernières illusions sur les méthodes de prétendue reconnaissance du mérite individuel. Au bout de de nombreuses années de recrutement en-dehors des grilles de salaires, beaucoup commençaient à mesurer qu’ils « s’étaient fait avoir », et que cela avait servi essentiellement à baisser les rémunérations, mais pas à reconnaître ni la qualité du travail fourni ni le-la salarié-e dans ses compétences, encore moins dans l’évolution de celles-ci.

Les méthodes managériales ont porté sur l’effacement de la notion même de qualification au profit de compétences personnelles. Elles ont développé la parcellisation du travail, y compris intellectuel, et le démantèlement progressif des collectifs de travail partageant un objectif collectif et un sens quant à la finalité du travail. La question du sens et du contenu de son propre travail, s’efface dans les processus d’évaluation du travail des salariés. Ces évaluations poussent à se penser comme seul responsable de son travail, et s’appuient sur des processus de culpabilisation individuelle pour faire accepter la responsabilité de l’échec justifiant la baisse de revenu. Le licenciement, la punition, est attribué à une faute personnelle et à une incapacité à répondre aux exigences de l’entreprise. Il est singulier de voir comment dans la fonction publique ces processus d’évaluation ont totalement changé le sens même de l’évaluation et engendré aussi une dégradation massive des conditions de travail, jusqu’à porter atteinte à Merci la santé au travail.

Mais alors, est-ce le lien de subordination qui est en cause ? Ou plutôt qu’entend-on par lien de subordination ?

La subordination liée au contrat de travail ou au recrutement sous statut exprime une relation de travail avec un positionnement dans la hiérarchie. D’une certaine façon, je pense que cela est nécessaire pour ne pas créer une « armée mexicaine », pour positionner les uns et les autres dans une relation professionnelle définie quant à la responsabilité engagée, et aux exigences de travail attendues.

Mais le lien de subordination peut exister dans différentes formes d’organisation du travail. L’exploitation capitaliste organise l’exploitation de la force de travail afin de répondre aux exigences du capital mais on peut penser une nouvelle forme d’organisation de la production des échanges, et des services publics, qui émancipe toute la société de l’exploitation capitaliste, en prenant les questions comme elles se posent aujourd’hui, c’est à dire avec le poids du capital financier qui pèse sur toute la société.

Plus la financiarisation s’est développée, plus les tenants du capital ont tenté d’effacer les responsabilités, les lieux de pouvoir, la façon dont ça fonctionne. Et de ce point de vue, les économistes marxistes communistes ont beaucoup contribué à montrer où se situent les lieux de pouvoir pour permettre de transformer en profondeur la société et donc le travail, et la place de l’être humain au travail. Ainsi, la conception d’un salariat débarrassé dans un mouvement progressif du poids du capital est une proposition qui ouvre de réelles perspectives d’émancipation pour chaque salarié-e et pour tous les salarié-e-s.

C’est le sens, me semble-t-il, de la sécurité d’emploi ou de formation. En effet, elle propose un système qui permet de ne plus « « passer par la case chômage pour chacun-e, quelle que soit sa position, qualifié, non qualifié, étudiant ou en activité. Avec un nouveau service public de l’emploi et de la formation, où l’inscription serait automatique dès 16 ans, il y aurait une prise en charge tout au long de la vie de chaque personne, pour travailler (avec un bon salaire, rémunérant la qualification, de bonnes conditions de travail), se former (avec un revenu à la hauteur du salaire précédent mais ouvrant à un nouvel emploi, reconnaissant la progression de qualification, dont un meilleur salaire) passant d’une position de salarié-e à une position en formation, selon les besoins de la personne, en fonction des évolutions personnelles.

Ainsi, les personnes ne sont plus assignées à un même emploi, ou au chômage, ni écrasées par un échec scolaire, tout au long de leur vie future. Elles trouvent dans la vie professionnelle et dans la formation une possibilité d’évolution tout au long de la vie. Cela libère directement la personne de la crainte du chômage dont le capital se sert pour faire accepter sa gestion de l’emploi, son dogme de rentabilité financière. Cela ouvre des perspectives personnelles immenses, tout au long de la vie. C’est un progrès de société majeur, et un changement révolutionnaire du salariat lui-même.

La conception de ce système est aussi appuyée sur une intervention massive des salarié-e-s, avec des pouvoirs réels, dans la gestion des entreprises et des banques comme des services publics, ainsi que sur le sens même de la création monétaire, l’orientation du crédit. Et cette proposition est assortie de pouvoirs d’intervention des populations sur ces questions. On sort du royaume de la domination des grands actionnaires et des critères de la finance.

Cette proposition vise donc une libération du salariat et de la société de la domination du capital, et donne aussi une autre force à la notion même de vivre ensemble, puisque les uns et les autres pourront intervenir sur les enjeux de production, de respect de l’écologie, de réponses aux besoins, avec des pouvoirs réels pour combattre les critères du capital, dans de nouvelles institutions, les conférences pour l’emploi, à tous les échelons de la société, commune, département, région et national.

Cette articulation des pouvoirs des salarié-e-s dans les entreprises avec ceux des populations sur les entreprises donne une puissance formidable à une vie démocratique, levier de liberté pour tous. Elle libère la créativité des personnes dans tous les domaines et permet alors une inventivité puissante de la société pour faire face aux enjeux qu’elle affronte ; de fait, il me semble que cette perspective est beaucoup plus puissante et réaliste pour émanciper le salariat du capital, que de circonscrire cette question à celle du seul lien de subordination. Car, de fait, en poussant la mise en œuvre de cette vaste ambition, le lien de subordination se transforme aussi, permettant une organisation du travail efficace et une créativité de chacun-e de tous les moments.

Enfin, cet objectif porte aussi en lui-même un facteur d’unification du salariat puisque chaque catégorie du salariat peut y trouver un objectif d’émancipation, de libération pour soi et pour les autres.

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 07:57

 

Les mutations du travail et de l’emploi reviennent sans cesse dans les discours politiques et médiatiques. Elles seraient même à l’origine d’un enjeu de modernisation des règles juridiques pour mieux s’adapter à un monde « nouveau » où la flexibilité et l’indépendance seraient des facteurs déterminants. Mais de quelles transformations est-il question? Et pour quels défis sociaux à relever ?

*Léa Bruido est membre du comité de rédaction Progressistes et responsable de la rubrique « Travail, Entreprises, Industries ».

 

LE CDD COMME NORME, MAIS…

L’emploi est à entendre d’abord au sens des formes juridiques stabilisées qu’il présente. Le contrat de travail, par exemple, se caractérise par un lien de subordination entre le salarié et son employeur, qui offre des droits sociaux au salarié et qui s’oppose à la liberté d’organiser son travail, liberté rattachée à l’indépendance statutaire. C’est la raison pour laquelle le contrat précise la durée de la relation d’emploi (déterminée ou indéterminée) et le temps travaillé (journalier, hebdomadaire, voire annualisé), durant lequel le salarié est à la disposition de l’employeur en échange d’une rémunération.

Les caractéristiques de l’emploi sont aussi traitées en termes de catégorie socio-économique. Les récents chiffres publiés par l’INSEE1 indiquent que 27,1 millions de personnes occupent un emploi en France en 2018 et que 90 % d’entre elle sont salariées. Aujourd’hui, 75 % des emplois se trouvent dans le secteur tertiaire. La tertiarisation des économies et des emplois est évidemment une transformation notable du marché du travail, mais ce n’est pas une donnée nouvelle ; elle s’établit sur plus de quarante années et reflète également le déclin des emplois du secteur industriel (secondaire) et du secteur agricole (primaire).

La norme est toujours l’emploi à durée indéterminée (85 % des personnes en emploi selon l’INSEE2). Mais la tendance est au morcellement des parcours professionnels3, avec des emplois plus nombreux et plus divers au cours d’une même carrière pour un salarié donné que ce que l’on a pu observer pour la génération précédente, accompagnés de changements de statuts, de périodes de non-emploi plus ou moins longues et de pluriactivités de plus en plus récurrentes. Notons par exemple que, selon la DARES3, près du tiers des CDI sont rompus avant le terme de la première année. Du point de vue des défis sociaux à relever, ces éléments renforceraient l’enjeu d’une sécurisation des parcours professionnels comme socle central de la modernisation des règles juridiques.

 

LA « PLATEFORMISATION » DES ÉCONOMIES ET DES EMPLOIS

Abordons maintenant une autre évolution, plus récente, en lien avec la « plateformisation » des emplois et l’usage massif des outils numériques mobiles. La plateformisation (que l’on nomme parfois ubérisation) est une tendance mondialisée et souvent associée aux services de livraison de proximité et de transport de tourisme de proximité. Mais, plus largement, les plates-formes « collaboratives » proposent des biens, des services ou des contenus produits soumis à disposition par des contributeurs professionnels ou particuliers à destination de clients utilisateurs des services électroniques. Cette définition, large, montre l’étendue de ce modèle socio-économique, puisque l’on distingue les services nécessitant une réalisation physique et localisée (c’est le cas pour la livraison et le transport, par exemple), et les services fournis en ligne.Ce modèle socio-économique de plateformisation des emplois et du travail se développe en France dans un contexte de chômage structurel et de facilitation juridique de l’entreprenariat individuel, qui a connu une augmentation de 184 % entre 2006 et 2013. Mais il reste très minoritaire : il représente moins de 3 % des personnes déclarant un revenu d’activité4, et son effet, aujourd’hui très limité, sur le marché du travail contraste avec certains discours qui le présentent comme le modèle de l’avenir pour l’ensemble des secteurs et des travailleurs, notamment au regard du pouvoir de disruption qu’on lui confère. Cela dit, la plateformisation de l’économie est aussi révélatrice d’une tendance bien plus ancrée5, celle de la réorganisation des chaînes de valeur dans les entreprises,de leur recentrage progressif et continu sur les activités considérées comme les plus lucratives et d’un développement de la sous-traitance interne ou externe, voire une délocalisation des activités considérées comme périphériques ou moins lucratives. Cette réorganisation de la chaîne de valeur inscrit le remplacement des relations salariales au profit des relations marchandes.

Une enquête socio-démographique très complète sur les « microtravailleurs du clic »6, proposée par l’équipe du projet DiPLab (Digital Platform Labor) indique que ces travailleurs, dont on estime qu’ils représentent 240000 actifs, sont souvent invisibles et précaires. Ils réalisent des tâches considérées comme de faible niveau de qualification telles qu’annoter et enrichir les données nécessaires au fonctionnement et au développement de l’intelligence artificielle (IA) ; en ce sens, leur travail rend possible l’automatisation et l’IA. Les rémunérations « à la pièce » sont faibles, entre quelques centimes et quelques euros, selon les auteurs.

S’il reste difficile de quantifier précisément les travailleurs concernés et le volume d’emploi associé en équivalent temps plein, d’autres éléments viennent fortement interroger ces modèles socio-économiques reposant sur l’indépendance statutaire des travailleurs. L’indépendance juridique des travailleurs de la plateformisation cache une dépendance économique le plus souvent vis-à-vis d’une plate-forme principale, ce qui fait que si le contrat commercial prend fin le travailleur n’a plus de source de revenus. Du point de vue des défis sociaux, la plateformisation pose l’enjeu de redéfinir la subordination liée au salariat, lequel tend à évoluer dans divers secteurs vers des formes d’autonomie contrôlée.

DU CÔTÉ DU TRAVAIL, DES ÉVOLUTIONS CONTINUES NÉCESSAIRES

Le monde évolue, et il est normal que les structures socio-productives évoluent de manière conjointe. Elles ne doivent pas être hermétiques au monde au sein duquel elles s’inscrivent,sinon elles risqueraient de s’en trouver désarticulées. Mais cela produit nécessairement des évolutions du côté du travail réalisé par les individus qui restent le plus souvent peu discutées.D’abord, les évolutions sont visibles du côté des outils, notamment en lien avec les évolutions technologiques. Il serait anormal aujourd’hui pour tout travailleur occupant un poste de livreur de ne pas pouvoir disposer d’un outil GPS, alors que la plupart des individus l’utilise de manière plus ou moins fréquente dans leur quotidien.

Pensons également à l’usage des exosquelettes, déjà très présents, notamment dans le domaine industriel. Il en ira de même pour la robotique (souvent aussi appelée cobotique pour souligner les interactions nécessaires entre les humains et les machines) qui tend à se développer en milieu de travail. L’enjeu est alors moins de s’adapter aux évolutions du monde que de proposer un environnement qui utilise les ressources déjà à disposition d’un large public, et cela d’autant que ces outils peuvent contribuer à réduire des formes de pénibilité dans certaines activités professionnelles.

Ensuite, les évolutions sont visibles du côté des modèles d’organisation du travail et de la production de biens ou de services. L’organisation scientifique du travail a dominé la première moitié du XXe siècle avant d’entrer dans une crise socio-productive dans les années 1960, jusqu’à atteindre un point culminant avec le mouvement ouvrier de mai 1968 pour la France. Les modèles organisationnels évoluent en fonction de l’évolution des outils et du travail. À la fin des années 1960, la crise sociale du taylorisme et les revendications ouvrières et syndicales rencontrent une crise productive en lien avec une mécanisation grandissante des systèmes de production, un enjeu concurrentiel fort du côté de la production d’un service(et non plus seulement d’un bien de consommation).

Enfin, les évolutions sont visibles du côté du travail réalisé par les travailleurs. Cela suppose pour les travailleurs de piloter des systèmes de plus en plus complexes et remet en cause une stricte parcellisation des tâches avec une hyperspécialisation des travailleurs. En conséquence, les compétences requises sont de plus en plus élevées. À un niveau global, la progression croissante du niveau de qualification des emplois7 en témoigne, avec un recul continu de la part des ouvriers et employés dans l’ensemble des emplois (+ 4,8 points entre 2003et 2018, pour s’établir à 47,4 % en 2018), alors que sur la même période la part des cadres augmente (+ 3,8 points, et atteint 18,4 % des actifs occupés). À un niveau plus micro, dans le travail quotidien des salariés, cela suppose des compétences transverses, techniques ou sociales, pour piloter ces systèmes qui échappent souvent au prisme des qualifications, du niveau de diplôme ou du positionnement hiérarchique du poste occupé dans l’entreprise. Et cela suppose aussi des capacités d’organisation collective du travail et de la production de biens ou de service ainsi que la capacité de décision de la part du dirigeant. Ces deux niveaux sont le socle de la protection salariale.

On comprend dès lors l’intérêt de définir des scénarios d’anticipation pour mieux appréhender les transformations possibles du travail, des outils et des modes organisationnels, et mieux anticiper les évolutions quantitatives et qualitatives de l’emploi. Se posent alors des questions en lien avec le déploie-ment massif de la robotisation ou de l’intelligence artificielle, qui pourraient contribuer à une recomposition du travail (et non à sa disparition, comme l’affirment certains discours) et à un déplacement des emplois, dont on pourrait en partie anticiper l’ampleur. Mais, derrière cela, l’enjeu central est d’assurer des conditions de travail et de vie dignes aux populations, un défi majeur au regard des études sur les conditions de travail et de rémunération des travailleurs des plates-formes.

LA PROTECTION DES SALARIÉS

Pour conclure, revenons sur les défis sociaux au regard des évolutions de l’emploi et du travail en cours et à venir. Soulignons que les enjeux de transformations du travail et les défis sociaux, territoriaux et technologiques occupent une place grandissante dans les réflexions prospectives et que la nécessité d’inventer des solutions nouvelles pour garantir les droits sociaux et protéger les travailleurs se fait de plus en plus pressante.

Relever ces défis sociaux suppose de transformer la logique dans laquelle la relation individu-travail-emploi est pensée, pour replacer au centre l’humain. Dans un contexte de transformation numérique et de trans-formation des emplois, la créativité, l’intelligence humaine,est toujours au centre de l’efficacité du système de production de biens ou de services. Les propositions de l’économiste et membre fondateur d’ATTAC Thomas Coutrot8 dans son dernier ouvrage vont en ce sens. De même, Pascal Lokiec9 propose, avec d’autres auteurs, dont Éric Heyer et Dominique Méda, de s’appuyer sur la notion de travail décent proposé par le BIT, c’est-à-dire un travail justement rétribué, qui n’altère pas la santé et qui n’impacte pas l’environnement de manière négative. La protection du salarié est alors à considérer comme une voie possible pour permettre aux entreprises de rester compétitives dans leurs domain

Partager cet article
Repost0
9 août 2021 1 09 /08 /août /2021 05:35

« Déçu » par Mélenchon en 2017, Fabien Roussel veut être le « candidat des jours heureux ».
Le secrétaire national du Parti communiste publie le 2 septembre Ma France (Le Cherche midi).

 

Être communiste en 2021, qu’est-ce que ça veut dire ?

C’est tenir compte de la crise que nous vivons, donc dire qu’il nous faut sortir du système qui privilégie l’argent et la compétition, pour remettre l’humain et la planète au cœur de notre projet de société.

C’est pour ça que je consacre un chapitre de mon livre au « communisme durable », loin du cliché du productivisme. L’idéal communiste bat toujours !

L’idéal communiste bat toujours !

 

Vous proposez dans ce livre un « pacte pour la jeunesse ». C’est-à-dire ?

Un axe fort de ma campagne sera la priorité donnée à l’éducation de nos enfants, parce que je veux la jeunesse la mieux formée du monde.

En cinq ans, je veux embaucher 90.000 enseignants, avoir des classes de 20-25 élèves maximum à tous les niveaux, construire écoles, collèges et lycées, et allonger les temps d’enseignement.

 

Vous souhaitez aussi une « sécurité sociale professionnelle »…

C’est un nouveau service public de l’emploi qui garantit à chacun un salaire en échange d’un travail ou d’une formation.

Tout l’opposé du revenu universel, par exemple !

Parce que je souhaite sortir la France de la spirale du chômage et des aides sociales.

 

Que prônez-vous pour pérenniser notre système de retraites ?

Au pouvoir, je garantirais un droit à la retraite à 60 ans à taux plein, soit dès 37,5 années de cotisation, en prenant en compte les années d’études, mais aussi la pénibilité.
Le financement de notre système devra aussi reposer sur les revenus financiers, aujourd’hui exonérés de toute cotisation, soit 30 milliards d’euros.

Avec moi, le capital participera au redressement du pays.

 

Après l’annonce de votre candidature, vous mettiez l’accent sur la sécurité, mais vous n’y accordez pas de chapitre dans votre livre…

Parce que mon parti pris pour la France, c’est le travail.

Mais je continuerai à faire des propositions sur le droit à la sécurité.

La droite et l’extrême droite nous donnent des leçons, alors que ce sont eux qui privatisent la police, qui créent l’insécurité dans nos villes, qui instillent le poison de la division, qui suppriment des moyens aux forces de l’ordre.

Mon parti pris pour la France, c’est le travail

 

Vous prônez, contre le changement climatique, des « mesures drastiques ». Être communiste et écologiste, est-ce possible ?

Je suis un écolo-coco, un pragmatique qui veut tenir l’objectif d’une empreinte carbone nulle en 2050.
Pour ça, il n’y a pas trente-six solutions.

L’énergie nucléaire est incontournable, comme l’hydroélectrique.

Il faut modifier nos modes de production, notamment en donnant aux travailleurs un droit d’intervention sur la gestion de leur entreprise, sur les modes de production, sur l’utilisation des richesses créées pour faire respecter la dignité humaine, les droits sociaux et la planète.
On a aussi à mener le chantier immense de la rénovation des logements, et celui de l’accompagnement de nos agriculteurs.

 

Pourquoi, dès lors, ne pas vous allier aux écologistes pour 2022 ?

Supprimer les centrales nucléaires, ouvrir les barrages hydroélectriques à la concurrence, s’inscrire dans les traités européens comme le veut Yannick Jadot ne nous permettra pas de réaliser nos objectifs de réduction des gaz à effet de serre.

Les écologistes qui n’affrontent pas les logiques capitalistes ne sont pas crédibles pour tenir nos engagements environnementaux.

 

Pourquoi ne pas soutenir Jean-Luc Mélenchon, comme en 2017 ?

Nous avons été déçus que cette force donnée à Mélenchon, ces 19,58% des voix, ne se traduise ni par un nombre bien plus important de députés, ni par une force populaire à même de mener d’autres combats.

Comme je l’écris dans ce livre, si nous, communistes, avions fait 20%, nous ne les aurions pas utilisés pour dire « c’est moi l’opposition », mais pour un rassemblement de la gauche, comme nous le faisons dans nos villes.

 

Mais en postulant seul, ne mettez-vous pas à mal ce rassemblement ?

C’est l’élection présidentielle, très personnalisée, qui veut ça.

Mais je reste partisan d’un dialogue entre les forces de gauche pour mener des combats ensemble et faire élire une majorité de députés communistes, Insoumis, écologistes et socialistes à l’Assemblée nationale en 2022.

Je reste partisan d’un dialogue entre les forces de gauche pour mener des combats ensemble

 

Les sondages ne vous créditent jamais de plus de 5% des voix… Quel est le sens de votre candidature ?

Si j’arrive en tête à gauche, ça donne du poids aux communistes pour les législatives, pour une majorité à l’Assemblée véritablement ancrée à gauche.

Mais au-delà de la gauche, je suis le candidat des jours heureux, de l’humain d’abord.
Je sais que j’ai un déficit de notoriété, mais j’apporte du neuf.

Que les Français découvrent nos idées ! Je leur fais confiance pour créer la surprise.

Partager cet article
Repost0
7 août 2021 6 07 /08 /août /2021 05:47

Danièle Linhart, sociologue, directrice de recherche émérite au CNRS, et
Frédéric Boccara, économiste, membre du comité exécutif national du PCF,

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011