Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 06:48

JUSTICE - La patronne du Fonds monétaire international (FMI) et ancienne ministre Christine Lagarde a été reconnue coupable de "négligence" dans l'affaire de l'arbitrage Tapie, lundi 19 décembre devant la Cour de justice de la République (CRJ). Elle est toutefois dispensée de peine, sa condamnation ne figurera donc pas dans son casier judiciaire.

 

Les trois magistrats, les six députés et les six sénateurs sont allés à l'encontre des réquisitions du parquet qui avait réclamé la relaxe. L'ancienne ministre risquait jusqu'à un an de prison et 15.000 euros d'amende.

 

Il n'y a pas d'appel possible des décisions de la CJR, seule habilitée à juger des membres d'un gouvernement pour des crimes ou délits commis dans l'exercice de leurs fonctions. Ne reste qu'un éventuel pourvoi en cassation à Christine Lagarde, qui a rejeté lundi cette possibilité.

 

"Ce n'est pas la décision que j'aurais préférée mais il faut à un moment savoir tourner la page, arrêter un procès et se consacrer aux tâches qui sont les miennes", a affirmé la directrice générale.

 

Christine Lagarde était absente lors du délibéré car "retenue pour des raisons professionnelles" à Washington, le siège du FMI, selon son avocat Patrick Maisonneuve.

Christine Lagarde "assume (ses) décisions"

La cour a considéré que Christine Lagarde avait agi avec négligence en autorisant en 2007 une procédure arbitrale avec Bernard Tapie pour solder son litige avec l'ancienne banque publique Crédit Lyonnais. Cet arbitrage avait attribué 400 millions d'euros à l'homme d'affaires.

Annulé en 2015 pour fraude au civil, cet arbitrage privé fait l'objet d'une enquête pénale pour "détournement de fonds publics" et "escroquerie", distincte de celle qui a visé l'ancienne ministre de l'Économie, au gouvernement entre 2007 et 2011.

Le conseil d'administration du FMI, qui représente ses 189 États membres, "réaffirme sa pleine confiance dans la capacité de la directrice générale de continuer d'assumer ses fonctions efficacement", indique un communiqué publié dans la soirée. Le conseil, qui a toujours apporté sa confiance à Christine Lagarde, "devrait se réunir bientôt pour évaluer les plus récents développements", avait plus tôt déclaré Gerry Rice, sans donner davantage de précisions.

Aucune règle interne ne dicte la voie à suivre pour le FMI. Légalement, Christine Lagarde ne bénéficie d'aucune immunité mais elle peut continuer à exercer ses fonctions tant qu'elle bénéficie du soutien du conseil d'administration, qui est dominé par les Européens et les Américains.

La directrice générale du FMI n'a jamais lié son sort judiciaire et son destin à la tête de l'organisation internationale. Vendredi, avant que la Cour ne parte délibérer, Christine Lagarde a dit "assumer (ses) décisions". "J'ai agi (...) avec pour seul objectif la défense de l'intérêt général", a-t-elle assuré.

"Christine Lagarde exerce son mandat au FMI avec succès et le gouvernement maintient toute sa confiance en sa capacité à y exercer ses responsabilités", a assuré le ministère de l'Économie et des Finances dans un communiqué signé au nom du gouvernement.

"Un coup de poing dans l'estomac"

Au cours des débats, Christine Lagarde a été bousculée par la présidente Martine Ract Madoux. "C'est quand même un coup de poing dans l'estomac, ça doit vous faire réagir!" a lancé la pugnace magistrate, en s'étonnant que la ministre ne tente aucun recours quand trois juges arbitres accordent plus de 400 millions d'euros d'argent public à Bernard Tapie à l'été 2008.

À l'époque, Christine Lagarde conclut, un peu rapidement selon les enquêteurs, que les arguments juridiques pour un recours sont trop minces. "Devant une décision aussi scandaleuse, même si nous n'avions qu'une chance sur mille de gagner", il fallait y aller, a au contraire affirmé mercredi Bruno Bézard, qui dirigeait alors l'Agence des participations de l'État. L'ancien haut fonctionnaire de Bercy, dont les avis hostiles à l'arbitrage n'ont pas été entendus, a fait une cible de choix pour la défense.

Me Patrick Maisonneuve a chargé un technocrate "très droit dans ses bottes", un "Monsieur-qui-sait-tout" qui envoie note sur note, sans jamais franchir les "quelques mètres" qui le séparent du bureau de la ministre afin de l'avertir de vive voix.

Le PDG d'Orange accablé par des témoins

Les audiences ont aussi été marquées par une absence: Stéphane Richard, actuel PDG d'Orange et ancien directeur de cabinet de Christine Lagarde à Bercy, a préféré ne pas venir témoigner. Mis en examen dans l'enquête principale, non-ministérielle, avec entre autres Bernard Tapie, il en avait le droit, pour préserver sa propre défense.

Devant la CJR, Stéphane Richard a été accablé par nombre de témoins, qui en ont fait le premier partisan d'un arbitrage du vieux contentieux entre l'homme d'affaires et le Crédit Lyonnais, mené jusque là devant les tribunaux.

Aux élus, majoritaires au sein de la CJR, qui écoutaient un réquisitoire aux accents de plaidoirie, le procureur général Jean-Claude Marin a affirmé que "prendre une mauvaise décision n'est pas (...) en soi seul un délit". "C'est à la frêle limite entre le politique et le judiciaire que vous aurez à vous déterminer". La CJR a tranché.

 

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2016 2 20 /12 /décembre /2016 06:33

L’HUMANITE

Vendredi 16 décembre 2016

LIONEL VENTURINI

 

 

 

 

ENTRETIEN Pour le chercheur à l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès, le parti d'extrême droite clive délibérément pour surmotiver sa base électorale et intimider ses adversaires.

 

LA LOGIQUE POUR LES NULS « UNE PERSONNE AU RSA PEUT VENIR CHERCHER SON ENFANT À L'ÉCOLE CAR ELLE NE TRAVAILLE PAS. » EVELYNE ALTHOFFER, ADJOINTE AU MAIRE FN DE VILLERS-COTTERÊTS. POURQUOI LES ÉLUS FN, QUI SE FONT ÉLIRE SUR LA DÉFENSE DES PLUS FAIBLES, PEUVENT AINSI S’EN PRENDRE PARADOXALEMENT À DES STRUCTURES QUI LEUR VIENNENT EN AIDE ?

JOËL GOMBIN Les élus FN ont eu souvent une stratégie de polarisation de l'électorat, l'organisant entre ceux qui sont contre eux et ceux qui sont pour eux. L'objectif est de surmobiliser ceux qui les approuvent et de diviser ceux qui sont contre. Cela ne se fait pas seulement au moyen des classiques leviers dont dispose un élu en termes d'attribution d'un certain nombre de ressources (logement, etc.), mais aussi en maniant des éléments symboliques auxquels son électorat semble sensible. L'archétype de cette politique, c'est Robert Ménard à Béziers, qui va assez loin dans cette logique en clivant systématiquement sur des points identitaires. Points qui n'ont pas forcément un grand impact en termes de politique publique, mais qui permettent de surmotiver sa base, et d'organiser le débat autour de lui.

 

POUR AUTANT, PEUT-ON PARLER DE FRONTISME MUNICIPAL, DISTINCT DU FRONTISME NATIONAL ?

JOËL GOMBIN La stratégie de polarisation est partagée au plan national, les gens du FN ont assez bien identifié que les leviers de pouvoir dont ils disposent sont assez faibles, d'autant plus faibles lorsqu'on appartient à un parti qui a peu de relais au-delà de l'échelon municipal ; la plupart des politiques locales se font à travers des partenariats avec l'échelon intercommunal, départemental et régional. Plutôt que de s'échiner à avoir des politiques de fond, il est plus facile pour eux d'insister sur la dimension symbolique. Fabien Engelmann, à Hayange, est l'un des plus incontrôlables de ce point de vue-là, c'est d'ailleurs celui qui a eu le plus de problèmes avec sa majorité. Il y a chez lui sans doute une dimension personnelle dans son action contre le Secours populaire ou la Ligue des droits de l'Homme, qui se sont opposés de longue date au FN. Cela a fonctionné par le passé: si on se souvient des maires FN élus en 1995, la plupart avaient réalisé de bons scores aux législatives, deux ans plus tard; il faut donc être prudent de ce point de vue là. Le fait de cibler des adversaires, en particulier au sein du milieu associatif, peut aussi avoir un autre effet, celui de réduire au silence ceux qui sont épargnés par la vindicte du maire. ll y a une dimension tactique dans le fait d'attaquer ceux qui ne sont pas forcément les plus puissants, pour intimider les autres.

 

DANS VOTRE LIVRE (1), VOUS SOULIGNEZ UNE AUTRE DIFFICULTÉ, COMBIEN LA MISE EN SCÈNE DE DÉSACCORDS A PEU DE PRISE, EN FAIT, SUR L'ÉLECTORAT.

JOËL GOMBIN Dire qu'il y aurait deux FN entre Marine Le Pen et Marion Maréchal est exagéré, il faut garder à l'esprit que l'électorat FN a pour caractéristique d'être relativement peu politisé, il ne suit pas forcément tous les rebondissements des désaccords entre les uns et les autres. Il manifeste d'abord son adhésion à une marque partisane et, surtout, ce qui le rassemble, c'est l'adhésion à l'enjeu, central pour lui, de l'immigration, puis de la sécurité et de l'identité. Sur ces éléments-là, il n'y a pas de désaccords majeurs entre responsables du FN.

(1) Dernier ouvrage paru, le Front national : faut-il avoir peur de l'avenir ? Paris, Eyrolles, 2016.

 

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2016 1 19 /12 /décembre /2016 07:58
8 citations extraites du livre « Sans domicile fisc », des frères Alain et Eric Bocquet
LAURENCE MAURIAUCOURT
DIMANCHE, 18 DÉCEMBRE, 2016
DR

Publié aux éditions du Cherche Midi (et disponible en version numérique), l'ouvrage intitulé « Sans domicile fisc » co-signé par le sénateur Eric Bocquet et son frère, le député Alain Bocquet, s'est déjà vendu à plus de 10 000 exemplaires. Voici 8 citations extraites de cet ouvrage, objet de nombreux débats en France en présence de ses auteurs. Des témoignages qui incitent à la lecture, mais surtout à lutter plus efficacement contre la fraude et l'optimisation fiscale.  

1. «Le sujet de l’évasion fiscale est, à l’origine, un sujet non criminel. Il naît de l’idée qu’un État dispendieux et non organisé ferait peser une pression fiscale insupportable sur de pauvres contribuables qui cherchent à échapper à la pression… Ceci fournit au fraudeur des excuses, et en général une certaine compassion sociale ». Alain Bauer, criminologue.

2. « …moins de 1% des gens, détenteurs de gros capitaux financiers ou productifs, peuvent plus ou moins décider du sort des autres, de leur emploi et de leurs revenus. Des décennies de luttes sociales ont permis de limiter l’arbitraire et de construire des cadres devant s’imposer à tous. Mais de façon permanente, les mêmes détenteurs des plus gros capitaux cherchent à s’affranchir de ces règles collectives relatives à la progressivité de l’impôt, à la protection sociale à but universel, au droit du travail, aux normes environnementales, etc. ». Jean Gadrey

3. La loi Suisse sur le secret bancaire : « Ce fut en 1934. Non pour protéger le patrimoine de membres des communautés juives de la convoitise nazie, mais en réaction contre la France, dont la police avait, deux ans plus tôt, surpris le versement illicite de coupons et de dividendes non déclarés dans les locaux d’une banque bâloise à Paris ». Les frères Bocquet.

4. « Seuls 1,1 à 1,6% des flux financiers mondiaux ont un lien direct avec la production et l’échange de biens et de services », le reste n’est que marchés financiers. Les frères Bocquet.  

5. « La plupart des citoyens manifestent une certaine bienveillance pour l’idée qu’on peut en faire passer un peu de côté ! Une attitude assortie d’une résolution, sans doute teintée d’hypocrisie, prétendant que si l’État était bien géré, on consentirait à des efforts, mais… qu’au vu des gaspillages régulièrement dénoncés, on y renonce.» Michel Claise, juge d’instruction auprès du tribunal d’instance de Bruxelles et chargé d’un cabinet financier, 

6. « Les évaluations des ONG sont édifiantes : cette situation génère chaque année un manque de recettes de 60 à 80 milliards d’euros pour le budget de la République française, dont le montant total des recettes est de 300 milliards pour 2016. Une perte à comparer avec la trentaine de milliards d’euros de recettes de l’impôt sur les sociétés, ou encore les 73 milliards du déficit budgétaire annoncé pour 2016 ». Les frères Bocquet.

7.  « Je ne pense pas que les citoyens acceptent encore longtemps que les entreprises comme Total, Saint-Gobain, Danone, Suez Environnement, Schneider et autres s’exonèrent en ne payant pas d’impôts en France à dues proportions. (…) La fraude est estimée entre 60 et 80 milliards en 2015, et l’optimisation à près de 66,3 milliards esquivés en 2009… (…) ». Vanik Berberian, président des maires ruraux de France.

8. « On a assisté au repli du grand banditisme traditionnel vers les domaines économiques et financiers. Il s’est converti à ces pratiques très juteuses. L’exemple typique est celui de la ”fraude à la TVA“. (…) La TVA est le plus important des impôts indirects, avec 140 milliards d’euros. Le manque à gagner annuel est évalué à environ 30 milliards par la Commission européenne, soit environ 20% de la première ressource de l’État! ». Vincent Thomazo, contrôleur principal des douanes et secrétaire général du syndicat UNSA-Douanes,

8 citations extraites du livre "Sans domicile fisc" des frères Bocquet (L'Humanité, 18 décembre 2016)
Partager cet article
Repost0
18 décembre 2016 7 18 /12 /décembre /2016 06:41
Injustice bientôt réparée pour les nouveaux retraités (LAURENCE MAURIAUCOURT, L'Humanité- SAMEDI, 17 DÉCEMBRE, 2016)

Les versements groupés et tardifs des pensions de retraite faisaient exploser la feuille d'impôt. Les sénateurs du groupe Communiste, Républicain et Citoyen obtiennent la réparation de cette injustice en forme de double peine.

Vendredi 16 décembre au Sénat, la justice fiscale a été enfin rétablie pour les victimes des retards dans les versements des pensions de la Carsat. Au nom du Groupe Communiste Républicain et Citoyen, le sénateur du Nord Eric Bocquet a défendu un amendement qui a été adopté dans le cadre de l’examen de la loi de finances rectificative pour 2016.

Quelle était l'injustice ?

En 2014 et 2015, pendant plusieurs mois, des dizaines de milliers de retraités de la région Hauts de France n’ont pas touché leur pension pour cause de dysfonctionnements graves à la Carsat Nord
Picardie. L’organisme de gestion des retraites, accusait d’interminables retards dans le traitement des nouveaux dossiers de retraites. « Pour beaucoup de ces nouveaux retraités, cela signifia le début d’un cauchemar : retards de paiement de leurs factures, expulsions locatives ou
interdictions bancaires », relate la sénatrice du Nord, Michelle Demessine, engagée, aux côtés des usagers et des employés de la caisse de retraite. « Grâce à la mobilisation syndicale et une délégation d’associations que j’avais menée à l’Elysée, le 17 décembre 2014, auprès du conseiller social du Président de la République, ces retards sont, à présent, en grande partie résorbés », rappelle l'élue. Mais, la résorption soudaine a eu un effet pervers : les retraités qui ont perçu d’un même coup le versement de plusieurs mois de pensions de retards, ont eu un choc en recevant leur feuille d’impôt. Une double peine, insupportable ! En effet, leur situation ayant été régularisée par le versement sur une année de pensions dues au titre des années précédentes, leur revenu fiscal de
référence s'en est trouvé littéralement explosé. « Pour certains, cela a engendré injustement une forte augmentation de leurs impôts. Pour d’autres, cela signifie devenir injustement imposable et perdre en cascade des avantages sociaux sur les transports en commun ou le logement, par exemple », explique Michelle Demessine, qui a collecté de nombreux témoignages de personnes en réelle détresse.

Que dit l'amendement qui promet de rétablir la situation ?

Après un rendez-vous obtenu, le 26 octobre, avec Monsieur Christian Eckert, Secrétaire d’Etat au Budget, promesse fut faite aux sénateurs communistes d'agir concrètement. C'est donc vendredi qu'un amendement a été soumis au Sénat. Certes, il faut encore en passer par l'assemblée nationale, mais l'optimisme est au rendez-vous. « Cet amendement, qui devrait aller au bout du processus législatif, impose le calcul de l’impôt de ces retraités que sur douze mois de pension par année, avec effet rétroactif sur les années 2015 et 2016 », détaille encore Michelle Demessine dans son communiqué. La sénatrice nordiste, déplorant «  un retard à l’allumage d’un an du gouvernement, qui avait refusé ce même amendement de notre part l’année dernière ». Mais ne gâchons pas la victoire, « c’est enfin la fin de la double peine fiscale pour les victimes des retards de la Carsat et le rétablissement de l’honneur de notre système de retraite et de solidarité intergénérationnelle qui nous est si cher », analyse Michelle Demessine.   

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 13:28

« Amis, redescendez sur terre. Le moment est venu de penser tout à fait autrement pour sauver l’idée européenne ».

Venant d’un ancien ministre des Affaires Etrangères dans le gouvernement Jospin, qui demeure aujourd’hui encore une voix écoutée sur les enjeux tant européens que mondiaux, cette interpellation très pertinente mérite attention !

Elle est tirée du dernier livre d’Hubert Védrine, intitulé « Sauver l’Europe ! » (1)

Et, pourquoi ne pas le dire franchement : malgré mon net désaccord sur la vision d’ensemble de la construction européenne qui y est défendue, je considère qu’il s’agit d’un ouvrage qui stimule utilement le débat.

L’auteur rompt, en effet, avec la langue de bois ambiante des « milieux autorisés » de Bruxelles aussi bien que des sphères gouvernementales à Paris. Védrine appelle un chat un chat et n’hésite pas à briser des tabous.

Non seulement, il parle de « crise existentielle » de l’actuelle UE -le Président de la Commission, Jean-Claude Juncker, en convient désormais lui aussi- , mais il situe lucidement les origines du « décrochage de plus en plus manifeste » des Européens bien avant le « Brexit ».

Il pointe, comme nous-même le faisons depuis longtemps, le vice de fabrication essentiel de la construction européenne : elle s’est faite sans les peuples. Et de citer, comme illustration du « mépris agressif envers les votes populaires », le cas du sort réservé au référendum français de 2005, qualifié à juste titre de « véritable insurrection électorale » : le TCE rejeté par la porte était revenu par la fenêtre sous la forme du traité de Lisbonne.

Autres formes d’arrogance insupportable de la classe dirigeante européenne légitimement fustigée dans ce livre : la confusion délibérément entretenue entre « vrais anti-européens » et partisans d’un projet européen alternatif à l’actuel, ou encore la propension des mêmes à « jeter la suspicion sur tout désir bien naturel de conserver une certaine souveraineté sur son destin et son identité dans la mondialisation, à balayer avec mépris toute critique ».

D’autres idées émises dans le livre sont également frappées au coin du bon sens, comme le constat selon lequel le projet -cher, notamment, à François Hollande- « d’intégrer plus encore la zone euro » ( en la dotant d’un ministre des finances, d’un budget propre, d’un Trésor ) ne rendrait en rien plus légitimes aux yeux des peuples des « réformes » dont ils ont abondamment montré qu’ils n’en voulaient pas ! Nous ne bouderons pas non plus notre intérêt pour les passages suggérant à l’UE de « recouvrer, sans agressivité, une autonomie de pensée par rapport aux Etats-Unis » et de « reconstruire la relation Europe-Russie ».

On s’en doute : tout l’ouvrage en question ne suscite pas les mêmes éloges de notre part !

Ainsi, la fuite en avant néolibérale, la mise en concurrence des travailleurs, une utilisation de l’euro qui tourne le dos aux besoins de solidarités des peuples face aux marchés financiers, et le fiasco social qui en résulte sont à peine effleurés , voire carrément escamotés dans le bilan de l’UE que dresse l’auteur !

Pire : les « réformes » Schroeder sont citées en exemple ! Nous ne nous retrouvons pas davantage dans son souhait ambigu de voir « reprise en main (…) la question des flux de réfugiés et de migrants ». Enfin, sa conception de la « refondation » de cette « Union en état d’hébétude » n’est guère convaincante : Védrine suggère de décréter une « pause qui serait brève » pour réfléchir, suivie d’une « conférence refondatrice » entre « Etats volontaires ».

Les citoyens ne seraient conviés qu’à avaliser ou à rejeter le compromis qui sortirait de ce conclave au sommet. De vraies contradictions, propices à un vrai débat…

——-
(1) Editions Liana Lévi (2016)

Sauver l'Europe: réponse de Francis Wurtz (ancien député européen PCF-Front de Gauche) à Hubert Védrine (L'Humanité Dimanche, 15 décembre 2016)
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 06:08
Elus et usagers se mobilisent contre la casse du service public postal, comme ici à Rennes, en septembre dernier. Photo Thierry Pasquet/Signatures

Elus et usagers se mobilisent contre la casse du service public postal, comme ici à Rennes, en septembre dernier. Photo Thierry Pasquet/Signatures

Métier par métier, les raisons de la colère à La Poste
Services publics
CÉCILE ROUSSEAU
JEUDI, 8 DÉCEMBRE, 2016
L'HUMANITÉ

Pendant que la direction fait mine de lâcher quelques miettes dans le cadre des négociations nationales sur les conditions de travail des facteurs, avec notamment l’embauche de 500 CDI, sur le terrain, les réorganisations continuent de plus belle. « Ces négociations ne répondent pas du tout à l’urgence sociale, ni au degré de souffrance des agents », constate Valérie Mannevy, du bureau national de la Fapt-CGT, rappelant au passage les salaires bas des agents. « On n’arrête pas de leur répéter que le trafic du courrier baisse alors qu’ils ont de plus en plus de boulot, tout cela est très compliqué à gérer. »

Après plus de dix ans de réorganisations intenses, près de 100 000 emplois passés à la trappe dont 7 300 rien qu’en 2015, une mutation de l’entreprise désormais axée sur la rentabilité avec la mise en avant du colis et des activités postales souvent au détriment des missions de service public, « les agents sont essorés, tranche Eddy Talbot, de SUD PTT. Mais on voit que la lutte paie quand l’unité syndicale est la plus large possible. Les postiers sur la plateforme industrielle de courrier (PIC) de Wissous (Essonne) qui s’était mise en grève massivement le 15 novembre ont obtenu vingt embauches en CDI ». En réaction à ces restructurations généralisées, les résistances locales essaiment dans la société anonyme à capitaux publics. Sans que La Poste ne semble prendre l’ampleur du problème. Comme le souligne Luc Girodin, secrétaire général de l’Unsa, « lors de la première séance de discussions, on nous avait dit que s’ouvriraient des discussions sur le réseau, on attend toujours ». En cette journée de grève, tour d’horizon des raisons de la colère.

1 Les facteurs refusent le jeu de chaises musicales

Les propositions nationales sur les conditions de travail des facteurs ont fait l’effet d’une bombe au centre de distribution de courrier de Routot (Eure). Dans la ville de 1 400 âmes, au cœur d’un parc naturel, les tentatives de convertir les facteurs en bouche-trou passent particulièrement mal. Laurence Branchu, factrice et représentante CGT au CHSCT, est remontée. « Ils se foutent de nous. Les facteurs d’équipes perdraient leurs tournées. Ils veulent aussi proposer aux facteurs “qualité” (animateur d’une équipe de facteurs – NDLR) de tourner dans d’autres établissements de La Poste. Tout le monde va être rétrogradé dans son métier. »

Alors que le secteur géographique est en pleine expansion, avec des créations de rues, les deux suppressions de postes viennent encore alourdir la charge des facteurs. « Le CHSCT se pourvoit jusqu’en cassation car La Poste a été incapable de nous fournir les données de calcul des tournées justifiant ces suppressions d’emplois. En dix ans, nous avons perdu cinq emplois. Mais les accidents de la route ont aussi augmenté tout comme les arrêts maladie. Cela fait trente ans que je travaille à La Poste, je constate que nous n’avons plus de temps mort, on est tout le temps en train de courir. » Même si la grève d’aujourd’hui tombe en plein dans la période de vente des calendriers, les facteurs normands sont bien décidés à laisser leur vélo au dépôt.

2 Les centres financiers en souffrance éthique

À Nantes (Loire-Atlantique), le ras-le-bol des chargés de clientèle atteint des sommets. Sans hésiter, un certain nombre d’entre eux ont prévu de se mettre en grève. En ligne de mire, Excello, le plan stratégique qui vise à spécialiser l’activité des centres financiers, gestionnaires des comptes de La Banque postale. 25 % des effectifs doivent disparaître d’ici à 2017, soit 3 500 emplois en moins par an dans le pays. En Loire-Atlantique, où la structure est axée dans le risque client (les découverts, le recouvrement...), l’hémorragie est bien avancée. Les effectifs ont fondu de 1 200 en 2011 à 850 aujourd’hui. Et le jeu de chaises musicales entre services bat son plein. Marie Pagès, secrétaire de la CGT du site, en fait partie : « Je viens de passer au service de recouvrement amiable. À chaque changement de poste, il faut tout réapprendre. Il y a aussi une mise à mal de notre travail, on nous incite à bâcler les choses. »

Cerise sur le gâteau, les agents ont dû affronter une nouvelle classification des usagers de La Banque postale visant à stigmatiser les plus modestes. « On a consigné par exemple de ne pas étudier tout de suite les demandes d’interdits bancaires. Cela marque une rupture dans nos missions. » Touchés dans leur fibre sociale, les postiers, en majorité fonctionnaires, vivent très mal cette transformation de leur métier. « C’est un conflit interne, soupire Marie Pagès, car ce sont des petites gens comme nous. »

3 Tour de vis salarial dans les bureaux de poste

Ce n’est pas l’envie qui manque à Victoire de se joindre à la journée d’action. Mais trop d’autocensure, de pression sur le dos, affirme-t-elle. Cette directrice d’agence bancaire dans l’Ouest parisien, syndiquée à l’Unsa, ne cessera pas le travail. « Mais je soutiens la mobilisation, il y a un vrai souci. Les guichetiers sont dans la même problématique de sous-emploi que les facteurs. Et les personnes en arrêt maladie ne sont pas remplacées. Je fais tout pour obtenir des effectifs, mais comme le service de ressources humaines qui gère les intérimaires est mutualisé entre tous les bureaux, c’est compliqué d’obtenir des renforts. »

Ce manque de personnel chronique devient alors synonyme de perte de qualité pour les usagers. « Nous passons en “mode dégradé”, c’est-à-dire que nous ne faisons plus les opérations bancaires, nous disons aux clients souvent pauvres que nous avons des problèmes techniques. » Résultat, le face-à-face tourne parfois mal. « 50 % des arrêts maladie sont liés aux relations clients. Il y a une vraie souffrance psychologique. Mais nous n’avons toujours aucune étude d’impact sur les risques psychosociaux (RPS). En ce qui concerne l’encadrement, nous sommes dans des injonctions paradoxales, on doit faire tenir la boutique, mais sans moyens. » Prise entre le marteau et l’enclume, Victoire concède être épuisée : « Je n’ai pas toujours les réactions adaptées, je suis aussi sur le fil du rasoir. »

4 Les forçats des plateformes industrielles de courrier à l’étroit

À Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme), les volcans endormis pourraient bien se réveiller au son des machines. Dans la plateforme industrielle de courrier (PIC) de la capitale auvergnate, les engins chargés du tri des plis s’accumulent dangereusement. « On se récupère plein de petites machines s’occupant du tri général (tri de la tournée du facteur – NDLR). Nous allons nous retrouver très à l’étroit, s’inquiète Éric Bessière, élu SUD PTT au CHSCT. On nous rapatrie du boulot, en déshabillant Pierre pour habiller Jacques. » Une tendance qui s’inscrit pleinement dans le plan stratégique « Horizon 2020 », lequel préconise de fermer un maximum de plateformes de distribution de courrier pour regrouper tout le tri dans un même endroit.

« Jusqu’ici, nous n’étions pas les pires au niveau des conditions de travail, mais c’est en train de se dégrader », observe-t-il. La création d’une direction nationale chargée de chapeauter la trentaine de PIC du pays, début 2017, n’est pas pour rassurer les 300 agents auvergnats. « On va nous imposer des ordres sans connaître les réalités locales », craint le syndicaliste, mobilisé comme ses collègues aux quatre coins du pays.

 

De nouvelles propositions sur la table pour les facteurs

À la veille de la journée d’action, La Poste, qui rencontrait ces derniers jours les syndicats en réunions bilatérales, a dégainé in extremis de nouvelles propositions pour son projet d’accord sur les conditions de travail des postiers. « Assurant avoir pris en compte les nombreuses demandes exprimées lors de la réunion du 21 novembre », la direction met en avant le recrutement immédiat de 500 facteurs en CDI d’ici fin 2016. Une annonce jugée très insuffisante pour les syndicats. Pour Valérie Mannevy de la CGT, « 500 CDI, c’est dérisoire à l’échelle du territoire ; il n’y a rien de concret sur les outils, ni sur les cadences et les normes. Préserver la santé au travail, c’est pourtant une obligation de l’employeur ». Pour SUD PTT, ces annonces sont une « plaisanterie » et un « contre-feu de plus » à la veille d’un mouvement social.

Partager cet article
Repost0
17 décembre 2016 6 17 /12 /décembre /2016 06:00
Les intox de Manuel Valls sur Clémentine Autain et les Frères musulmans

 

L’ancien premier ministre et candidat à la primaire de la gauche a accusé la conseillère régionale, figure de la gauche radicale, de « passer des accords avec les Frères musulmans ». Ce qui est faux.

 

Ce n’est pas nouveau, Manuel Valls n’apprécie guère Clémentine Autain. L’élue régionale et figure de la gauche de la gauche est souvent accusée par le PS d’être « islamo-gauchiste », un terme visant une gauche accusée de se compromettre avec les islamistes.

 

Mais M. Valls a franchi un nouveau pallier, jeudi 15 décembre sur France Inter, en accusant Mme Autain de « passer des accords avec les Frères musulmans », groupe islamiste actif notamment en Egypte, mais aussi très prosélyte, duquel est proche le théologien Tariq Ramadan, et qui est également lié, en France, à l’Union des organisations islamistes (UOIF).

 

Une polémique ancienne

Rien de concret ne permet d’affirmer que Clémentine Autain aurait passé « des accords » avec les Frères musulmans. D’autant plus que Manuel Valls ne précise pas en quoi ils consisteraient.

Ses propos renvoient à une polémique plus ancienne : Le Figaro avait publié fin 2015 un article évoquant le fait que le parti de Mme Autain, « Ensemble » , avait mentionné, sur son site, un meeting à Saint-Denis (93), où intervenait Tariq Ramadan.

Cette dernière ne s’était pas rendue au meeting, et avait répondu dans une tribune au « Plus » de L’Obs, dénonçant un « procès d’intention injuste » et rappelant ses positions, notamment sur la laïcité et la cause des femmes :

« S’il est besoin de le rappeler, je confirme que je suis opposée à Tariq Ramadan sur cette question majeure de l’égalité entre les sexes et les sexualités. Je ne tergiverse pas, je m’oppose. »

Une attaque récurrente

Attaquée à nouveau sur le même thème des compromissions avec l’islam radical, mais cette fois par Jean-Marie Le Guen, alors secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, Mme Autain publiera une nouvelle tribune en avril, dans Le Monde, pour démentir ces accusations une nouvelle fois :

« Que signifie islamo-gauchiste ? Jamais je n’ai défendu le différentialisme culturel”, je suis profondément universaliste et laïque mais je défends la mixité culturelle, comme une richesse. »

Le 22 mai, Manuel Valls revient à la charge, évoquant sur Radio J « ces ambiguïtés, avec Les Indigènes de la République, les discussions avec Madame Clémentine Autain et Tariq Ramadan, ambiguïtés entretenues qui forment le terreau de la violence et de la radicalisation ».

Mme Autain se défend une nouvelle fois devant ces accusations, assurant sur France Info : « Je n’ai jamais de ma vie rencontré Tariq Ramadan, je ne le connais pas ».

Amalgames

La polémique ne s’éteindra pas pour autant, « Ensemble » étant ciblé pour, par exemple, figurer sur la même liste de signataires d’un appel « islamophobie et xénophobie à l’heure de la présidentielle » que M. Ramadan.

Comme d’autres organisations de gauche radicale, de Attac au Nouveau parti anticapitaliste, Ensemble participe à divers évènements autour des questions de banlieue, de racisme ou d’islamophobie. Le parti figure ainsi, lors d’un rassemblement à Saint-Denis le 23 novembre dernier, aux côtés d’organisations comme le parti des indigènes de la République (PIR), ou le comité contre l’islamophobie en France (CCIF) dont le fondateur, Marwan Muhammad, est lui aussi accusé de proximité avec les Frères musulmans.

Ce sont ces proximités que veut sans doute évoquer l’ex premier ministre . Pour autant, les mots ont un sens : il y a loin entre se retrouver signataire d’une même pétition (et encore n’est-ce pas Mme Autain en personne qui la signe) et conclure des « accords » politiques ou des alliances partisanes.

Or aucun élément tangible ne permet d’attester de l’existence d’un « accord » entre Mme Autain et M. Ramadan. L’élue régionale dément connaître M. Ramadan, n’a pas participé à un meeting avec lui et la phrase de M. Valls, sauf à se baser sur des éléments qui n’ont pas été portés à l’attention du public, a tout de la caricature.

Interogée par Le Monde suite à cette nouvelle sortie du candidat à la primaire, Mme Autain s’est dite jeudi 15 décembre « stupéfaite par l’obsession de Manuel Valls à proférer des mensonges à mon sujet qui vise à disqualifier ma famille politique. Il sait très bien que je n’ai jamais rencontré Tariq Ramadan. Je l’ai dit et répété suite à ses propos erronés. Je ne vois pas comment il peut prétendre réconcilier les deux gauches par ces méthodes. » Questionée pour savoir si elle porterait plainte, ce qu’elle avait menacé de faire lors des dernières passes d’armes avec l’ex-premier minstre, Mme Autain a répondu : « Sans doute. »


Samuel Laurent, Le Monde

Les intox de Manuel Valls sur Clémentine Autain et les Frères musulmans
http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/12/16/les-intox-de-manuel-valls-sur-clementine-autain-et-les-freres-musulmans_5050174_4355770.html

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 15:04
Les sénateurs Front de Gauche demandent la suspension de la directive relative aux travailleurs détachés (vendredi 16 décembre 2016)

Les sénateurs Front de gauche demandent la suspension de la directive relative aux travailleurs détachés

vendredi 16 décembre 2016

Lors des questions d’actualité au Sénat, Michelle Demessine Sénatrice du Nord a interpellé la ministre du Travail :

"Vous êtes signataires avec 7 autres ministres européens du travail d’une tribune pour que les travailleurs détachés puissent bénéficier d’une rémunération équivalente à celle des travailleurs du pays d’accueil.

Dont acte !

Il aura fallu la vague populiste et la perspective des prochaines échéances électorales pour voir afficher publiquement cette détermination.
Il eut peut être mieux valu écouter, en 2005, les français qui en refusant le traité constitutionnel faisaient passer un messager fort de leur refus d’une Europe du dumping social.

La directive européenne « travailleurs détachés » de 1996 en cours de révision, qui patine, organise, en effet, depuis des années la mise en concurrence des peuples pour tirer les conquêtes sociales vers le bas tout en opposant les travailleurs européens les uns aux autres !

Nous en connaissons les résultats : l’explosion de ce dumping, 2 millions de travailleurs détachés en Europe, 230 000 en France, en 2014, plus un bond de 25% en 2015.

Vous le savez, dans cette enceinte, nous n’avons eu de cesse avec notre groupe de dénoncer, d’alerter des risques pour l’emploi et les conditions de travail dans notre pays.

Vous le savez, nous refusons aussi de stigmatiser les travailleurs détachés qui subissent les premiers des conditions de travail et de vie intolérables car nous défendons aussi une Europe de l’égalité des droits et de la solidarité pour lutter contre les entreprises qui souhaitent renforcer le dumping social.

Comme mon collègue et ami Eric Bocquet l’a proposé déjà dans son rapport de mai 2016, vous semblez, à présent, prendre position pour que les droits des travailleurs détachés soient ceux du pays d’accueil.

L’interdiction du détachement en cascade est une priorité mais qui nécessite un renforcement considérable des moyens de contrôles avant et après le détachement.

Madame la Ministre, que comptez-vous faire ?

Comptez-vous vous donner les moyens de vos nouvelles ambitions affichées sur les travailleurs détachés ?

Enfin parce qu’il ne s’agit pas d’attendre une nouvelle fois la Saint Glinglin, il n’y a qu‘une seule réponse efficace à ce vaste dumping social intra-européen : la suspension de la directive « travailleurs détachés » !

Comptez-vous prendre cette décision ?"

Partager cet article
Repost0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 13:47
LUTTER CONTRE L’EROSION DE LA BIODIVERSITE

Plus de 190 pays sont réunis jusqu’au 17 décembre, à Cancun, au Mexique, pour la treizième conférence des Nations unies sur la biodiversité.

La COP 13 doit dresser un bilan de l’action des États dans leur lutte contre l’érosion de la biodiversité à mi-parcours de la réalisation du plan stratégique décidé à Nagoya (2011-2020).

Comme pour le climat, les objectifs sont loin d’être atteints.

La convergence des mobilisations politiques, associatives et citoyennes sera déterminante pour l’avenir de l’humanité et de la planète.

Dans ce domaine, la France a une grande responsabilité.

Sur notre territoire, on recense 182 498 espèces soit environ 10% des espèces animales et végétales mondiales (source : Muséum d’histoire naturelle)

IL EST TEMPS D’AGIR AVEC PLUS DE FORCE

 

Le PCF a organisé en octobre un Mois pour la biodiversité. Nous avons dressé le constat avec le concours de scientifiques, d’élus, d’associations. Les dégâts à la biodiversité sont déjà trop lourds. Le rythme d’extinction des espèces, de destruction d’écosystèmes ou de pertes de potentiel génétique est supérieur à celui des temps géologiques.

C’est la conséquence de notre mode de développement. Pollution, déforestation, atteintes à la qualité de l’eau, des sols et de l’air, méfaits d’une agriculture productiviste opposée à une agriculture paysanne, privatisation des semences, destruction des pollinisateurs menacés par les pesticides : dans tous les cas, la biodiversité est menacée.

Il faut savoir que les trois quarts des cultures dépendent de l’action des pollinisateurs : action essentielle

pour l’équilibre alimentaire humain.

i a  à F

IL Y A BEAUCOUP A FAIRE EN FRANCE

Six ans après le Grenelle de l’environnement, le bilan est assez pauvre. 1000 espèces, en métropole et en Outre-Mer, sont menacées. Les pressions des lobbies industriels et agricoles sont très fortes. La droite et l’extrême droite amplifient leur campagne anti-écologique et productiviste.

Toutefois, dans le cadre de la loi biodiversité votée en août, les parlementaires communistes ont obtenu, entre autres, la non brevetabilité partielle du vivant. L’interdiction des pesticides néonicotinoïdes est inscrite pour 2018. Mais les moyens ne suivent pas ! C’est le cas de l’Agence française pour la Biodiversité qui doit être opérationnelle en 2017.

La MarChaNDiSat

LA MARCHANDISATION EST UNE MENANCE POUR LA BIODIVERSITE

Pour les « penseurs » du libéralisme, seuls la privatisation et le marché peuvent protéger la biodiversité.

Au contraire, nous avons besoin d’une République où les biens communs seraient le moteur d’un développement humain durable. C’est un enjeu du combat de classe du XXIe siècle.

NOUS PROPOSONS

La biodiversité est un bien commun de l’humanité. Nous condamnons toute appropriation et privatisation individuelle et collective de ce patrimoine collectif comme de la brevetabilité du vivant.

Les écologues, les chercheurs en sciences naturelles doivent disposer des moyens matériels, financiers et humains à la hauteur des défis, en particulier le Muséum d’histoire naturelle.

La création d’une taxe « ressources naturelles » pour en limiter les prélèvements par les entreprises, compensée par l’octroi de crédits bonifiés.

Impulser un nouveau mode production et de consommation, car le mode de production capitaliste n’est plus soutenable. C’est un élément essentiel de l’engagement des communistes pour dépasser le productivisme et le consumérisme.

À l’opposé des critères du profit financier du CAC 40, nous voulons privilégier un développement humain basé sur des indices de bien-être.

Pour les communistes, émancipation sociale et défi écologique sont indissociables.
Rien ne se fera sans votre intervention pour avancer

 

 

LUTTER CONTRE L’EROSION DE LA BIODIVERSITE
Partager cet article
Repost0
16 décembre 2016 5 16 /12 /décembre /2016 07:23

COMMUNIQUÉ DE PRESSE 


4ème paquet ferroviaire: le PCF s’oppose à la libéralisation du rail

En dépit des protestations massives adressées aux eurodéputés par les syndicats, et faisant fi du rejet grandissant de cette UE qui livre aux marchés nos besoins élémentaires, le Parlement Européen a adopté le volet politique du 4ème paquet ferroviaire ce matin en séance plénière.

Ne nous y trompons pas : la libéralisation et la privatisation du rail n’ont jamais entrainé plus d’efficacité et d’accessibilité dans les transports. Au contraire, le modèle anglo-saxon ce sont des augmentations de prix, une qualité de transport chaque jour moindre, un abaissement des conditions de travail pour les cheminots et de lourdes conséquences sur l’environnement.

Notre groupe (GUE-NGL) au Parlement européen a déposé deux motions de rejet sur les deux volets concernant l’ouverture du marché des services nationaux de transport de voyageurs par chemin de fer.

Nous poursuivons le combat pour que ce paquet ne soit pas mis en œuvre !Nous refusons la mise en concurrence d’un secteur stratégique pour l’économie française. L’accès aux transports doit être considéré comme un droit fondamental et un service public permettant de garantir la mobilité.

La vieille méthode libérale consistant à privatiser les profits et à ne laisser à l’État que la gestion de la partie déficitaire pour répondre aux prédations des grandes entreprises a fait son temps ! Mobilisons-nous contre la libéralisation du rail en France et en Europe !

Parti communiste français 
14 décembre 2016

4ème paquet ferroviaire: le PCF s'oppose à la libéralisation du rail
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011