Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mai 2018 4 03 /05 /mai /2018 05:43

La marche forcée vers la privatisation des services publics depuis bientôt trente ans a signé la fin des investissements, la hausse des prix, la dégradation des prestations. Les effectifs ont drastiquement baissé et les conditions de travail se sont détériorées… Décryptage.

«Je dis aux syndicats : n’ayez pas de craintes illégitimes, la SNCF restera publique, ce sera dans la loi et les cheminots resteront cheminots », a encore une fois promis Emmanuel Macron lors de son passage au JT de 13 heures de Jean-Pierre Pernaut, sur TF1. Sauf que les syndicats n’ont pas la mémoire courte. Ils se souviennent de Paul Quilès, qui disait à propos de France Télécom en 1990 : « Le service public est notre bien commun, tout idée de privatisation est totalement étrangère à ma démarche et celle du premier ministre. » Et de Nicolas Sarkozy, promettant en 2004 qu’« EDF-GDF ne sera pas privatisé ». Ou encore de Christine Lagarde, qui jurait en juillet 2008 que « La Poste restera, et ce n’est pas négociable, une entreprise publique ». Chaque fois, le schéma est le même. Ouverture du secteur à la concurrence, ouverture du capital du service public, transformé en société anonyme, et désengagement progressif de l’État jusqu’à la privatisation complète.

1 Des prix en hausse et un service rendu en baisse

« Depuis 2004 et l’ouverture du marché de l’énergie à la concurrence, et le passage de GRDF en société anonyme, le prix du gaz a augmenté de 70 % pour tous les Français et de 30 % pour l’électricité. Résultat, aujourd’hui, 12 millions de personnes sont en situation de précarité énergétique », assure Cédric Liechti, secrétaire général de la CGT énergie à Paris. De quoi mettre du plomb dans l’aile à l’argument premier avancé par le gouvernement selon lequel l’ouverture à la concurrence permettrait de faire baisser les prix. « Sur les 25 dernières années, la part de la facture des télécoms dans le budget des ménages est passée de 3 % à 6 % », confirme Thierry Franchi, délégué syndical central (DSC) adjoint CGT chez Orange. Autre exemple, si les autoroutes n’ont jamais été des infrastructures publiques à 100 %, mais des sociétés d’économie mixte, la privatisation totale des concessions en 2006 a entraîné une hausse des tarifs de plus de 20 % en douze ans. Vinci et Eiffage se sont partagé le gros du gâteau.

La privatisation fait en outre peser de nouveaux coûts sur les usagers. « Grâce à la charte de garantie de remise en service de l’énergie, lorsque quelqu’un n’avait pas d’électricité, soit parce qu’il déménageait ou qu’il y avait un problème sur le réseau, l’énergie devait lui être rétablie dans les quatre heures, gratuitement, explique Cédric Liechti. Aujourd’hui, c’est une option payante et, depuis 2004, les durées de coupure ont au minimum doublé. » Ces changements profonds touchent désormais aussi les facteurs : « Quand vous leur demandez de s’arrêter sur leur tournée pour discuter quelques minutes avec une personne âgée moyennant une contrepartie financière, le métier perd tout son sens », déplore Christian Mathorel, secrétaire général de la CGT postes et télécommunications. Une allusion au dispositif « Veiller sur mes parents » mis en place par La Poste : une visite par semaine du facteur coûte 39,90 euros par mois.

Les pratiques commerciales ont été bousculées. Engie, par exemple, est en contrat avec Darty, l’enseigne d’électroménager proposant des prestations de l’énergéticien – d’autant que toutes les anciennes boutiques EDF-GDF auront fermé fin 2019. « On reçoit des appels dénonçant des situations ubuesques, dans lesquelles des personnes âgées achètent des multiprises chez Darty et se retrouvent avec un contrat gaz, alors qu’elles n’ont pas de gaz chez elles ! s’insurge Cédric Liechti. Plus de 50 % des plaintes au médiateur de l’énergie au niveau national relèvent de la vente forcée, c’est digne d’un service public, ça ? »

2 Moins d’emplois et un travail dégradé

« Pour faire partir les gens, la direction de France Télécom utilisait le même graphique que les médecins qui traitent des patients incurables, celui où la phase de désespoir précède l’acceptation de son sort, se souvient Thierry Franchi. C’était terrible, on faisait des minutes de silence à chaque comité d’entreprise pour les collègues suicidés. » Si, depuis 1990, les gouvernements successifs ont promis que l’ouverture à la concurrence allait favoriser l’emploi, c’est tout l’inverse qui s’est produit. « La direction disait aux managers : il faut que tu fasses partir ton équipe, mais on te prévient, tu es aussi sur la liste ! » raconte le DSC adjoint CGT d’Orange. En quinze ans, l’entreprise a perdu plus de 84 000 fonctionnaires, beaucoup sont partis car ils ne se reconnaissaient plus dans le service public qu’ils avaient connu. Le secteur a détruit plus de 70 000 emplois. La Poste aussi fait la chasse aux moindres coûts. Le deuxième employeur public de France (224 000 salariés) a supprimé en dix ans 100 000 postes, selon les syndicats. « Son objectif n’est plus de servir la population, mais de servir au maximum ses profits en réduisant les coûts », dénonce Nicolas Galépides, secrétaire général de SUD PTT. Du côté des salariés des autoroutes, les conditions de travail et les emplois ont aussi largement trinqué. « On a perdu 2 000 emplois depuis la privatisation », estime Patrick Gadbin, délégué syndical CGT chez Autoroutes du Sud de la France (ASF), filiale de Vinci. « Et ce n’est pas uniquement dû à l’automatisation des péages, mais aussi au développement de la mutualisation et de la polyvalence, ce qui a un impact négatif sur nos conditions de travail », précise-t-il.

Le changement de statut des entreprises crée en outre un véritable dumping social en leur sein, où plusieurs conventions collectives cohabitent. Chez Orange, il n’y aura plus de fonctionnaires en 2025. Il n’y a plus que 10 % de statutaires chez Engie. La grande tendance est de recruter à travers des filiales, pour ne pas se voir soumis aux conventions collectives de branche jugées encore trop favorables aux employés…

Avec la fermeture des lieux d’accueil physiques, les centres d’appels et plateformes téléphoniques prennent une place prépondérante. Chez Engie, 95 % de ses plateformes sont sous-traitées, pour la majorité au Maroc et à Madagascar, et plus récemment au Sénégal et en Côte d’Ivoire. « On se retrouve avec des gens exploités dans des pays à bas coût qui vont gérer des factures d’abonnés en France. On est au bout de ce système », déplore Cédric Liechti.

3 Baisse de la Qualité des réseaux et de la sécurité

La réduction des effectifs liée à la privatisation a d’énormes conséquences sur la qualité des réseaux. « Avant 2000, les plans d’alerte en cas de gros incident de gaz comme des coupures du réseau, cela n’existait pas, à part ceux que l’on déclenchait en exercices de simulation. Aujourd’hui, à Paris, on en a trois ou quatre par an. Le réseau est pourri à cause du sous-investissement », explique Cédric Liechti. Les fuites de gaz sont désormais assignées en trois catégories, selon leur urgence présumée… 30 000 kilomètres de conduites de gaz en fonte grise datant des années 1950 devaient être remplacés dans les dix ans, s’étaient engagés les dirigeants du service public dans les années 1990. Sauf que la privatisation est passée par là entre-temps. Depuis, il y a eu plus de vingt morts. « Ils savaient que c’était dangereux, mais une grosse partie de l’argent est allée à l’actionnariat et pas à la rénovation du réseau », poursuit le syndicaliste gazier.

Après une tempête, tous les énergéticiens du territoire français sont mobilisés. « Demain, avec l’ouverture à la concurrence, si c’est Bouygues Énergie qui gère le réseau sur la zone sinistrée, pourquoi les salariés de Total Énergie iraient aider leurs concurrents ? C’est aussi ce qui attend la SNCF », prévient Cédric Liechti. « Pour rétablir le téléphone dans les zones rurales ou périurbaines après un orage, il faut attendre quinze jours et payer, confirme le DSC CGT d’Orange. On est tellement en sous-effectifs sur le réseau que ce qui était un plan d’urgence il y a vingt ans est désormais la norme. »

La sécurité des travailleurs pose aussi question. Les accidents graves se multiplient sur les réseaux d’électricité et de gaz. « Des techniciens disent qu’ils craignent d’aller travailler pour leur sécurité », assure Cédric Liechti. Et si les chiffres des blessés du travail ont diminué chez Orange, c’est que 95 % des interventions sur le réseau sont sous-traitées.

4La financiarisation contre l’investissement

« Cette année, Enedis a remonté 659 millions d’euros à EDF, c’est 83 % de son résultat net qui part en dividendes pour les actionnaires de la maison mère », explique le secrétaire général de la CGT énergie de Paris. Pour maintenir son taux de marge supérieur à 14 %, la filiale emprunte à EDF, avec des taux d’intérêt. « C’est absurde, on crée de la dette, et après la maison mère explique : vous êtes trop endettés, on fait un plan social », déplore Cédric Liechti, alors que plus de 2 000 nouveaux emplois sont sur la sellette. GRDF a de son côté rapporté 550 millions d’euros à Engie. En près de quinze ans, l’ancien service public de l’énergie a reversé 60 milliards d’euros de dividendes à ses actionnaires. Des milliards qui ne sont pas allés dans le renouvellement du réseau, ni dans la recherche sur les énergies alternatives et renouvelables.

La même logique financière prévaut chez Orange. « Résultat, on prend un retard phénoménal sur l’installation de la fibre optique, le plan très haut débit est repoussé d’année en année », explique Thierry Franchi. Ce technicien a été embauché chez France Télécom à la fin des années 1970, lorsqu’un investissement massif a été consenti pour raccorder tout le territoire, sans exception, au réseau cuivre. Ce qui n’est plus possible avec la privatisation. « On est à la remorque dans le domaine de la recherche, aussi. On avait inventé la fibre optique, la commutation asynchrone, la tablette tactile… Aujourd’hui, plus rien, déplore-t-il. Avec Alcatel et Sagem, le service public entretenait un tissu industriel florissant, qui s’est effondré. J’ai peur qu’il n’arrive la même chose à Alstom sans le soutien d’un acteur public comme la SNCF », conclut le DSC CGT d’Orange.

 

Partager cet article

Repost0
3 mai 2018 4 03 /05 /mai /2018 05:26

 

La chronique économique de Pierre Ivorra.

Que l’on prenne l’espérance de vie à la naissance, au-delà de 65 ans, l’espérance de vie en bonne santé, le taux de mortalité, les mesures d’accès aux soins… notre pays est le plus souvent dans le haut du classement. Pourtant, plusieurs signes font craindre qu’il ne bascule et ne connaisse dans les dix ou quinze ans à venir une véritable crise sanitaire dont nombre de facteurs sont déjà à l’œuvre.

Selon les données de l’OCDE, la France, avec 3,3 médecins pour 1 000 habitants, est juste en dessous de la moyenne de ces pays (3,4) pour la plupart développés. Elle est très en dessous de la Grèce (6,3), du Portugal (4,6), de la Norvège (4,4), de la Suisse (4,2), de l’Allemagne (4,1), de l’Espagne (3,9), de l’Italie (3,8)… Elle est l’un des plus mauvais élèves de l’Union européenne. Par ailleurs, la moyenne d’âge des médecins y est l’une des plus élevées : le pourcentage de médecins âgés de 55 ans et plus est de 46,6 %, contre 35,1 % aux États-Unis, 34,1 % en Suisse, 32,7 % en Suède, 31,6 % en Espagne, 25,6 % aux Pays-Bas…

L’un des signes les plus clairs de cette crise sanitaire qui se dessine, c’est évidemment l’extension des déserts médicaux. Et ces derniers ne sont pas toujours là où on croit. Ils ne sont plus seulement en Lozère ou dans le Haut Var, ils ont gagné les agglomérations et pas seulement les quartiers et banlieues pauvres. Une bonne partie de la population est désormais concernée. « Entre 2012 et 2016, écrivaient en 2016 les auteurs d’une enquête d’UFC-Que choisir, l’accès géographique aux médecins généralistes (à moins de 30 minutes du domicile) s’est dégradé pour plus du quart de la population.

Pire, l’accès aux médecins spécialistes a diminué pour 38 % des Français en ce qui concerne les ophtalmologistes, 40 % pour les pédiatres et même 59 % pour les gynécologues. La situation est encore plus alarmante pour les spécialistes au tarif de la Sécurité sociale, dont l’offre a reculé pour plus de la moitié des usagers, quelle que soit la spécialité étudiée. » Et ce ne sont pas les coups portés contre l’hôpital public par les gouvernements successifs qui vont arranger les choses.

La question peut paraître incongrue. Les Français jouissent d’une espérance de vie élevée : 85 ans pour les femmes, 78,9 ans pour les hommes. En l’espace de dix ans, celle-ci a progressé de 1,2 an pour les premières et de 2,2 ans pour les seconds. Le taux de mortalité, lui, continue de baisser, il est inférieur à la moyenne européenne. La France est ainsi l’un des pays au monde où la population se porte le mieux. Des critères objectifs permettent de ne pas en douter.

 

Partager cet article

Repost0
3 mai 2018 4 03 /05 /mai /2018 05:25

Comment des forces de l’ordre ont-elles pu laisser se rassembler 1 200 individus cagoulés, casqués, bien « équipés », porteurs de sac à dos, sans intervenir ?

On attend d’un ministre de l’Intérieur, non pas qu’il vienne, par calcul, condamner les incidents « en marge » de la manifestation, mais qu’il les anticipe. Il a laissé, disent de nombreux responsables politiques et syndicaux, y compris de la police, dégénérer (volontairement ?) une situation qui va permettre à certains d’opérer allègrement l’amalgame entre les manifestants et les « casseurs ». Comment des forces de l’ordre ont-elles pu laisser se rassembler 1 200 individus cagoulés, casqués, bien « équipés », porteurs de sac à dos, sans intervenir ? Comment a-t-on pu laisser un Mc Do, une agence Renault, être saccagés et incendiés par des voyous, en toute impunité ? Qui a donné ces ordres, et permis le désordre ?

Ces images de violence, reprises en boucle, sont délibérées et instrumentalisées. Le pouvoir entend ainsi discréditer l’essentiel du message du 1er mai 2018 : la manifestation parisienne a été puissante, nombreuse, jeune, créative, diverse, pacifique, et très critique du macronisme. Là est l’essentiel. Et tout aura été fait par le pouvoir, et son ministre de l’Intérieur, Gérard Collomb, pour faire diversion à cette réalité : le succès, le dynamisme et le sang-froid de la manifestation.

Depuis plusieurs jours, les services gouvernementaux savaient que des « casseurs » se préparaient à une action forte et coordonnée. Pourquoi ces services n’ont-ils pas anticipé, pourquoi ne sont-ils pas intervenus « préventivement » ? Pourquoi avoir tenu les dispositifs de sécurité si loin des « black blocks » ? Pourquoi avoir (délibérément ?) avoir sous-estimé le danger ? Avoir déployé des effectifs sans doute insuffisants ? Et donné des ordres qui n’étaient pas à la hauteur de la situation ? De nombreux syndicalistes policiers ont fait part de leur incompréhension.

Il reste que parmi ces 1 200 cagoulés, il y avait beaucoup de « casseurs », mais également des jeunes dont on a sans doute dévoyé la colère. Les anarchistes que je connais parlent et agissent à visage découvert. Qui sont donc ces casseurs encagoulés ? Qui les manipule ?

Collomb, démission !

 

 

Partager cet article

Repost0
2 mai 2018 3 02 /05 /mai /2018 14:17

 

300 personnalités appellent, dans un manifeste rendu public par le Parisien à lutter contre l’antisémitisme dans des termes violents sur une ligne ouvertement islamophobe, prenant le risque de dresser les communautés religieuses les unes contre les autres et en accusant la gauche « radicale » d’antisémitisme sous couvert d’antisionisme.

 

Un consensus national aurait pu se réaliser autour d’un texte qui appelle à lutter contre l’antisémitisme, au lieu de cela, le manifeste objet de toutes les polémiques insulte, divise, stigmatise :

 

Il insulte la gauche « radicale » pour faire taire toute critique de la politique du gouvernement israélien qui nie aux palestiniens le droit à un état libre et indépendant.

Il produit des amalgames dangereux et mensongers entre l’islamisme radical et la religion musulmane !

Il occulte la continuité de l’antisémitisme en France issue de l’extrême-droite et de la droite pétainiste

 Il oublie que les préjugés sur les Juifs sont partagés dans beaucoup de milieux.

Faut-il préciser que ce manifeste évoque l’islamisme radical sans évoquer les causes du terrorisme, les interventions militaires occidentales au proche et au moyen orient. C’est bien l’intervention américaine en Irak qui a enfanté Daesh.

 

Oui le chaos du monde est propice à la montée de toutes les haines, raison supplémentaire pour faire preuve de responsabilité. Hiérarchiser le combat anti raciste nourrit le racisme et la détestable concurrence victimaire et communautaire.

 

La lutte contre toutes les formes de racisme exige des analyses sérieuses, des enquêtes statistiques, des éléments scientifiques à fortiori pour étayer l’existence d’un nouvel antisémitisme.

 

Assimiler les juifs à l’état d’Israël nourrit l’antisémitisme alors que la majorité des juifs ne vivent pas en Israël, que tous les juifs ne sont pas sionistes et que beaucoup d’entre eux ne se reconnaissent pas dans le gouvernement actuel d’Israël. Le fait que des groupes extrémistes violents se revendiquent de l’Islam ne fait pas des citoyens de confession musulmane des terroristes d’autant qu’ils sont les premières victimes de l’islamisme radical dans le monde.

 

Alors oui c’est avec détermination qu’il faut lutter contre l’antisémitisme, l’islamophobie et toutes les formes de racisme sans les hiérarchiser. C’est aussi avec détermination qu’il faut combattre l’idéologie islamiste et celle de l’extrême droite portée par différentes courants nationalistes et xénophobes en France et en Europe.

 

Partager cet article

Repost0
2 mai 2018 3 02 /05 /mai /2018 09:03

 

 

Partager cet article

Repost0
28 avril 2018 6 28 /04 /avril /2018 19:30
Mobilisation du PCF à Paris pour le droit d'asile et une politique humaine et accueillante vis-à-vis des migrants
Mobilisation du PCF à Paris pour le droit d'asile et une politique humaine et accueillante vis-à-vis des migrants
Mobilisation du PCF à Paris pour le droit d'asile et une politique humaine et accueillante vis-à-vis des migrants
Mobilisation du PCF à Paris pour le droit d'asile et une politique humaine et accueillante vis-à-vis des migrants

Chaîne humaine de la solidarité formée aujourd'hui à l'initiative du PCF Paris Porte de la Vilette pour soutenir les 2000 migrant.e.s présents. Non à la loi Asile et immigration ! Oui à une France hospitalière et fraternelle ! C'est le sens du manifeste pour une France fraternelle et accueillante élaboré par le PCF. 

Partager cet article

Repost0
28 avril 2018 6 28 /04 /avril /2018 19:15
Catherine Ringer, NTM, Bernard Lavilliers, Roméo Elvis, Franz Ferdinand: les premières annonces sur la scène musicale de la fête de l'Humanité du 14 au 16 septembre 2018
Catherine Ringer au printemps de Bourges (photo L'Humanité)

Catherine Ringer au printemps de Bourges (photo L'Humanité)

La Fête de l'Humanité est une fête organisée tous les ans par le journal L'Humanité. Le 14,15 et 16 Septembre 2018, rendez-vous pour la 83ème édition !

Premiers artistes annoncés :

NTM
FRANZ FERDINAND
ROMÉO ELVIS
BERNARD LAVILLIERS
CATHERINE RINGER

Billets en vente sur https://fete.humanite.fr/

C'est la plus grande fête populaire de France : chaque année plus de 600.000 personnes se retrouvent pour vivre des moments inoubliables où les mots solidarité, fraternité, liberté, égalité, justice sociale, paix et fraternité prennent tout leur sens.. 

Pour un prix très accessible, participez à une cinquantaine de concerts exceptionnels devant la Grande scène, la scène Zebrock, la Petite scène ou encore l’espace Jazz. 

Faites le plein de rencontres en explorant les 450 stands dont plus d’une centaine venus des quatre coins du monde. Au programme : découverte des régions et leurs attractivités culinaires, rencontres avec de nombreuses associations, syndicats et forces citoyennes présentes.

Partager cet article

Repost0
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 07:17
Aux dernières législatives, Mélenchon et France Insoumise avaient présenté Charlotte Girard, porte-parole du mouvement pour affronter Philippe Rio, l'excellent maire communiste de Grigny, qui avait soutenu Mélenchon aux présidentielles (Mélenchon s'était déplacé dans la circonscription pour appeler à voter Girard contre Rio): dans sa commune, le maire communiste avait fait 40%, contre 9,5% à Charlotte Girard. Cela montre à un moment que le travail et l'honnêteté peuvent payer et être reconnus, même dans le monde sans pitié de la Ve République!

Aux dernières législatives, Mélenchon et France Insoumise avaient présenté Charlotte Girard, porte-parole du mouvement pour affronter Philippe Rio, l'excellent maire communiste de Grigny, qui avait soutenu Mélenchon aux présidentielles (Mélenchon s'était déplacé dans la circonscription pour appeler à voter Girard contre Rio): dans sa commune, le maire communiste avait fait 40%, contre 9,5% à Charlotte Girard. Cela montre à un moment que le travail et l'honnêteté peuvent payer et être reconnus, même dans le monde sans pitié de la Ve République!

"Il faut au moins 48 milliards d’euros pour la banlieue "

jeudi 26 avril 2018

Invité de France Bleu Paris ce jeudi, Philippe Rio maire de Grigny (Essonne), qui a travaillé sur le rapport Borloo, indique qu’il faut au moins 48 milliards d’euros pour les quartiers. Bercy peut trouver cet argent, estime le maire de Grigny car "il en va de notre République et de la France. Une partie de l’argent ira dans la rénovation urbaine, une autre pour l’éducation et la formation professionnelle... si on n’a pas acquis un savoir être et un savoir-faire on ne peut pas être dans l’emploi".

La jeunesse fait partie des priorités. Avec cette jeunesse des quartiers, "soit on produit la relève dans ce pays, on fait de la cohésion, sinon ce sera l’explosion. Aujourd’hui, il y a des signaux sourds un peu partout en France". "Nous sommes sur un volcan", dit-il. Le rapport propose des mesures globales qui s’installent dans la durée. "Nous ne voulons plus de mesures gadgets... Il faut un changement des mentalités, la classe politique française doit évoluer, il nous faut du temps et des choses solides et de la globalité".

"Nous voulons une mobilisation nationale sur la question des quartiers" précise Philippe Rio qui estime qu’aujourd’hui "il faut un _investissement massif dans l’humain_. La mère des batailles restera l’éducation, la question de la formation professionnelle, de la lutte contre illettrisme qui est à hauteur de 20% dans nos quartiers politique de la ville". L’objectif c’est de "réconcilier la République avec les quartiers populaires".

Partager cet article

Repost0
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 07:02
Trois questions à Patrick Le Hyaric, directeur de l'Humanité, député européen, à Carhaix samedi 28 avril, 14h30 : "Il y a une convergence des colères" (Ouest-France, 27 avril 2018)

Patrick Le Hyaric, député européen (GUE-GVN) et directeur du journal L'Humanité, participe au café de la convergence des luttes sociales organisé, ce samedi, à la Pépinière d'entreprises.

Trois questions à...

Comment va s'organiser ce café ?

Nous sommes dans une période d'effervescence sociale, de mal-être pour les gens. Depuis les révoltes qu'il y a eues dans la région, ça ne s'est pas amélioré. Les choix politiques que fait le président de la République, et les institutions européennes ne contribuent pas du tout à améliorer le sort des habitants. C'est une région aujourd'hui où le pouvoir d'achat n'est pas très élevé. Les retraités sont en difficulté. Les collectivités territoriales auraient elles-mêmes des besoins pour se développer. Nous avons besoin de services publics mais il n'y a d'investissements. C'est tout ça le débat.

Que représente Carhaix dans les luttes actuelles ?

C'est une ville et une circonscription intéressante à tout point de vue. C'est un lieu qui concentre à la fois des actions pour les maintiens et améliorations des services publics ; sur les enjeux autour du développement agroalimentaire et du modèle agricole. Et la situation du Centre-Bretagne en général qui mériterait d'être prise en considération autrement que la façon dont elle est prise aujourd'hui. C'est un peu le parent pauvre de toutes les politiques nationales.

Ces contestations prennent-elles comme elles le devraient, auprès de la population ?

Je crois que ça ne se pose pas tout à fait comme ça. Il y a ce qu'on voit du mouvement social, qui est très important, qui touche une multitude de métiers. Et il y a ce qu'on voit moins. Il y a beaucoup de gens qui ne peuvent pas être en semaine dans des mouvements sociaux parce que, bien souvent, leur pouvoir d'achat les en empêche. Mais ceux qu'on ne voit pas dans l'action ne sont pas moins en colère. Il y a une convergence des colères. Le fait de ne pas y répondre ou de le mépriser va conduire à des déboires extrêmement lourds pour le pouvoir.

Samedi, à 14 h 30, à la pépinière d'entreprises du Poher. Réservation pour le repas du midi : pcf6circo29@gmail.com ou 06 75 65 23 21.

Partager cet article

Repost0
27 avril 2018 5 27 /04 /avril /2018 06:38
Lucienne Nayet et Dominique Adenot, ancien maire communiste de Champigny-sur-Marne, récemment décédé

Lucienne Nayet et Dominique Adenot, ancien maire communiste de Champigny-sur-Marne, récemment décédé

Ce week-end est paru dans le Parisien un manifeste à l'initiative de Philippe Val, ancien proche de Nicolas Sarkozy, et d'un groupe ancré ou dérivant nettement à droite (Elisabeth de Fontenay, Pascal Bruckner, Carlo Bruni, Jean-Claude Casanova, Bernard Cazeneuve, Eric Ciotti, Brice Couturier, Gérard Depardieu, Christian Estrosi, Alain Finkielkrault, Manuel Valls, Pierre-André Taguieff, François Pinault, Nicolas Sarkozy, Bernard-Henri Levy, Pierre Lescure, Jack Lang, Bertrand Delanoë: pseudo- gauche bling-bling des beaux quartiers, grands patrons, éditorialistes ou intellectuels néo-conservateurs, racistes ou xénophobes pour certains, exilés fiscaux du show-biz, grands bourgeois, prêts à tous les amalgames) dénonçant les ravages d'un nouvel antisémitisme français à base arabe et musulmane ou de critique de la politique coloniale de l'Etat d'Israël.
Ce texte idéologique et outrancier, tout droit sorti de la propagande du CRIF ou de Netanyahou, signé par 250 personnalités rend responsable la population d'origine arabe d'une "épuration ethnique à bas bruit" touchant les juifs de France, dénonce le clientélisme de politiques vis-à-vis de la population d'origine arabe ou musulmane de France, parle d'une terreur qui se répand dans la population juive. 
 
 
Nous avons demandé à notre amie et camarade du PCF, Lucienne Nayet, ce qu'elle en pensait. 
 
Lucienne Nayet:
 
" Voici ce que m’inspire ce “Manifeste » contre l’antisémitisme.
 
Avant tout de la Colère: ce texte est un appel à la haine, à la guerre civile, c’est un appel dangereux.
 
Quelques remarques…..
 
Il n’y a pas de lutte anti-raciste qui n’inclura pas tous les racismes et discriminations, on ne peut pas lutter contre un racisme en s’appuyant sur un autre racisme. 
 
Hiérarchiser le racisme c’est tomber soi-même dans le racisme et c’est aussi saboter le combat contre le racisme.
 
Qui est anti-juif en France ?
 
Certainement:  
- Les intégristes catholiques qui pensent encore que les juifs ont crucifié le Christ et tout au long de  leur histoire ont persécuté, ghettoïsé et interdit aux juifs un grand nombre de métiers
- Les fascistes adeptes de la théorie des races qui placent les juifs comme des “poux“à exterminer.
 
Les sites néo-nazis dont j’ai été victime qui incitent à la haine ?
 
Qu’attend t’on pour les fermer ?
 
Et pourtant une solidarité active d’une grande diversité demande la fermeture et le combat de l’idéologie nazie
 
Je ne parle pas sur les inquiétudes sur la volonté de réhabiliter Maurras (à l'occasion d'une manifestation parrainée par le gouvernement), de publier les textes antisémites de Céline chez Gallimard en collection littéraire, et dans notre région de réhabiliter l’Abbé Perrot avec une manifestation de soutien d'extrême-droite radicale à Scrignac et le silence des autorités.
 
On écrit  "communistes assassins", du moins les nostalgiques de la collaboration et du nazisme: « où est la connaissance de l’histoire?
 
J'ai des inquiétudes en voyant des volontés négationnistes et révisionnistes, des inquiétudes profondes sur les montées des extrêmes droites dans certains pays d’Europe.
 
Faut-il rappeler qu’en France contrairement aux autres pays occupés, la solidarité populaire des communistes aux gaullistes, en passant par les chrétiens, les protestants ont permis à près de 2/3 des juifs d’échapper aux génocides.
 
Je fais partie en tant qu’en « enfant caché » d’avoir été sauvé par cette solidarité.
 
Il faut en priorité déjouer et dénoncer ces “démagogues“ (les 200 signataires de l’appel) qui instrumentalisent les peines et les souffrances et qui  exploitent les traumatismes profonds qui hantent toujours la mémoire des peuples.
 
Il faut d’abord des informations claires, des études cohérentes, des analyses mais avant tout il faut des pédagogies et des connaissances solidaires et fraternelles.
 
Que cet antisémitisme, idéologie, préjugés, violences est le fait des groupes divers  est caractéristique de l’extrême droite (y compris du FN…) dont la diabolisation n’a pas éradiqué le vieux racisme anti-juif et le négationnisme . Cet antisémitisme s’est aussi développé parmi les enfants de l’immigration.
 
Parmi les jeunes de ces banlieues la violence comme d’ailleurs le djihadisme n’a pas qu’une dimension idéologique ou religieuse, elle s’enracine dans la désespérance  sociale, elle même produite par des discriminations économiques, sociales et ethniques qui les frappent dans notre  société républicaine et laïque (pas un mot dans cet appel)
 
Vigilance et répression de l'antisémitisme doivent aller de pair avec intégration. C’est le “VIVRE ENSEMBLE“ qui est fondateur des valeurs démocratiques, humanistes et républicaines.
 
Je continuerai à lutter contre l’antisémitisme et le racisme anti-arabe sans privilégier un combat sur l’autre..
C’est le combat de tous les citoyens(les).
 
Ce sont des valeurs universelles qui doivent être le combat de tous les humanistes
 
Une réflexion  également sur le mutisme de ce « Manifeste «  : le conflit israelo-palestinien. 
 
La politique israélienne actuelle et sa propagande qui sont insupportables traversent ce texte mais sans le dire.
 
Quiconque se soucie de combattre l’antisémitisme et tous les racismes en France et dans le monde mais ignore les impératifs d’une paix juste et  durable au Proche Orient fait preuve d’aveuglement.
 
C’est intolérable, un tel texte et irresponsable de la part des signataires qui appellent à la haine, l’exclusion et fait porter la montée de  l’antisémitisme aux arabes qui composent la société française, une société de richesses diverses. et pas
 
P.S.  Juif est considéré pour moi comme un héritage culturel et par forcément un concept religieux  comme souvent on le définit. 
 
Lucienne Nayet - 25 avril 2018"

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011