Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 septembre 2020 2 22 /09 /septembre /2020 19:39
Il faut abroger le décret permettant de licencier les fonctionnaires hospitaliers: 10 000 emplois sont menacés (Laurence Cohen, sénatrice communiste)

 

LAURENCE COHEN:
✊ Ma dernière question écrite au Ministre de la Santé:
⤵️⤵️⤵️
Mme Laurence Cohen interroge M. le ministre des solidarités et de la santé sur la publication du décret n° 2020-1106 du 3 septembre 2020 relatif aux mesures d’accompagnement en cas de suppression d’emploi dans la fonction publique hospitalière.
En effet, la loi n° 86-33 du 9 janvier 1986 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique hospitalière (FHP) prévoyait dans son article 93 la possibilité d’un licenciement des fonctionnaires hospitaliers en cas de suppression de poste.
La loi prévoyait que l’État fasse alors au fonctionnaire trois propositions de reclassement, et qu’en cas de refus, celui-ci puisse être licencié ou mis en disponibilité. Pendant plus de 30 ans, malgré plusieurs tentatives les décrets d’application n’ont jamais été publiés, grâce à la mobilisation des organisations syndicales qui s’élevaient contre cette mesure allant à l’encontre de la garantie de l’emploi, propre à la fonction publique.
En octobre 2017, une décision du Conseil d’État a enjoint le Gouvernement à publier ce décret.
Cette décision va avoir pour conséquence de permettre de nombreux licenciements notamment dans le cadre des restructurations hospitalières (fermetures de services, d’établissements, groupements hospitaliers de territoire).
Cette disposition s’ajoute à la possibilité de ruptures conventionnelles dans la fonction publique hospitalière, instaurées par la loi n° 2019-828 du 6 aout 2019 de transformation de la fonction publique.
C’est donc une attaque supplémentaire contre la fonction publique et les fonctionnaires à mettre en perspective avec la volonté du Gouvernement de supprimer plus de 10 000 postes de fonctionnaires dans son objectif de plan d’économie.
Alors que la crise sanitaire n’en finit pas de secouer notre pays comme l’ensemble de la planète, mettant en exergue le besoin d’embauches dans les domaines de la santé et du médicosocial, alors que le Ségur de la santé était censé mieux prendre en compte le malaise et les attentes du personnel hospitalier, notamment sur le manque d’effectifs, la publication de ce décret entre en contradiction non seulement avec les réalités vécues par les personnels et les patients mais également avec les déclarations du Gouvernement...
Aussi, elle lui demande s’il compte abroger ce décret et supprimer l’article 93 de la loi de 1986 qui va à l’encontre des besoins pour redonner du souffle au système public de santé.

Partager cet article

Repost0
22 septembre 2020 2 22 /09 /septembre /2020 19:35
Photo Morlaix, site de Hop! juillet 2020

Photo Morlaix, site de Hop! juillet 2020

Air France HOP! : le député André Chassaigne dénonce une liquidation "programmée en catimini, bien antérieurement à la crise sanitaire"

https://www.tourmag.com/Air-France-HOP-le-depute-Andre-Chassaigne-denonce-une-liquidation-programmee-en-catimini-bien-anterieurement-a-la_a105330.html?fbclid=IwAR15sH80gMvdyRP-d7G7Z2lWKqbNgBDldfA6MWFpP2I4Itea9vreNCVSD3c

André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme, a écrit à Bruno Le Maitr pour que les subventions de l'Etat ne financent pas un plan de départ volontaire

Le plan social annoncé du côté d'Air France HOP! n'inquiète pas seulement les salariés, mais aussi les élus du territoire. La compagne régionale permettait d'assurer un maillage territorial unique et en complément avec le ferroviaire. André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme, s'inquiète de la disparition programmée d'Air France HOP! et le fait que les subventions de l'Etat financent un plan de départ volontaire.

Air France HOP! était dans la ligne de mire de Benjamin Smith depuis son arrivée à la tête du groupe Air France-KLM.

La crise sanitaire ayant cloué les avions de la compagnie et les besoins de restructuration ont donné au patron canadien, un argument pour justifier la réduction drastique d'Air France HOP!

Sauf que la compagnie régionale connait des appuis politiques, craignant la disparition du maillage territorial, à l'image d'André Chassaigne, député du Puy-de-Dôme.

L'élu vient d'adresser un courrier au ministre de l'Economie Bruno Le Maire, que nous avons pu nous procurer. L'objet de la lettre est simple "Avenir de Air-France - HOP et de ses salariés", mais il en dit beaucoup sur les questions posées au membre du gouvernement.
 
 

La lettre du député André Chassaigne :

Monsieur le Ministre,

Je fais suite à ma question écrite du 26 mai 2020 sur l'avenir de la compagnie aérienne HOP, filiale du groupe Air France, et de ses salariés, restée sans réponse.

L’annonce par la direction d’Air France - HOP, le 12 août dernier, de son intention de supprimer 1 007 postes, soit près de la moitié de l'effectif total, ne traduit pas un plan de restructuration mais bien de démantèlement de l’entreprise, sans lien direct avec les difficultés liées à la crise sanitaire.

Cette liquidation était en effet programmée en catimini, bien antérieurement à la crise sanitaire qui sert de prétexte.

Très concrètement, comment la compagnie pourrait-elle survivre avec seulement 29 avions contre 51 aujourd'hui ? Comment la filiale régionale d'Air France peut-elle imaginer continuer son activité, même amputée de trois lignes, avec 328 pilotes en moins, 286 hôtesses de l'air et stewards remerciés, un personnel de maintenance privé de 291 éléments et des services administratifs réduits de 117 agents ?

Avec la fermeture de douze des quatorze bases de personnels navigants (seules seraient conservées celles de Paris-Charles-de-Gaulle et Lyon), c'est en réalité une disparition à court ou moyen terme qui se profile, sans doute au profit de Transavia, la compagnie à bas coût du groupe.

Mais à l’heure où la fréquentation permet à peine de remplir un Embraer 190 ou un Bombardier de 100 places, et où Air France préfère utiliser les avions plus petits de la compagnie HOP pour éviter de voler à perte, comment envisager que les avions de Transavia (189 sièges) se rempliraient davantage ?

Cette décision brutale a aussi très directement conduit à supprimer des liaisons essentielles pour les territoires.

Quel avenir pour les liaisons entre Orly et Clermont-Ferrand ?

En effet, la suppression des lignes de courte destination a des conséquences directes, non seulement pour les personnels mais également pour les voyageurs en transit vers des vols longs courriers et sans alternative modale.

Pour le site de Clermont-Ferrand par exemple, la fin des liaisons HOP se traduit déjà par une perte de service. Quant à la compagnie ayant été choisie en grand renfort de publicité pour maintenir la liaison avec Orly, elle a supprimé dès la 1ère semaine plusieurs rotations qu’elle s’était engagée à assurer.

De plus, le retrait de HOP met en péril le maintien du site de maintenance de ses appareils, désormais privé d’avions en rotation vers Clermont-Ferrand. Aucune garantie n’est réellement apportée quant à son maintien.

Or, le groupe Air France-KLM bénéficie :
- Du soutien du gouvernement français avec un prêt de 4 milliards d’euros, cautionné à hauteur de 90 % et remboursable sur quatre ans avec options d’extension.
- D’une avance de l’État de 3 milliards d’euros reconvertible en actions.
- De l’aide du gouvernement néerlandais à hauteur de 3,4 milliards d’euros.

Il est inacceptable que les salariés de HOP soient la variable d’ajustement du conditionnement du soutien financier de l’Etat à l’augmentation de la rentabilité du groupe.

L'argent investi par l'Etat, donc par tous les contribuables, doit contribuer à la préservation de l'emploi et non servir à financer un plan de départ volontaire et de démantèlement de la filiale HOP.

A la suite de ces annonces, la direction d'Air France a indiqué vouloir accorder du temps aux échanges sur ses projets.

Aussi, une véritable discussion doit être conduite par les ministres concernés en partenariat avec les syndicats et les salariés, dans la volonté de trouver les meilleures solutions pour préserver l'emploi et les activités essentielles.

L’urgence est de redéfinir les missions du groupe, avec une ambition de service public et de développement des territoires, en lien avec une évolution de la flotte répondant aux enjeux climatiques."

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2020 1 21 /09 /septembre /2020 07:51
Pôle emploi, missions locales : pourquoi les opérateurs publics de l'emploi sont désarmés face à la crise

Pôle emploi, missions locales : pourquoi les opérateurs publics de l'emploi sont désarmés face à la crise

Jeudi 10 Septembre 2020 - L'Humanité

Les volets emploi et formation du plan de relance du gouvernement s’appuient en grande partie sur les structures remplissant des missions de service public. Mais, essorées par l’austérité, ces dernières n’arrivent pas à répondre à l’actuel afflux de privés d’emploi.

 

Les services publics, grands absents du plan de relance. Lors de sa présentation solennelle la semaine passée, pas une mention des relais de l’État n’a émaillé le discours du premier ministre. Pourtant, les 6,5 milliards d’euros à destination de l’emploi des jeunes, ou les 7,6 milliards dédiés à la mise en place d’un bouclier antichômage alliant activité partielle de longue durée et formation, vont reposer en partie sur ces opérateurs exerçant des missions de service public.

« Le manque de postes est structurel, pas conjoncturel »

Face à la vague de chômeurs qui déferle actuellement sur Pôle emploi, l’Unédic anticipant 900 000 demandeurs d’emploi en plus d’ici fin 2020, la ministre du Travail avait pris soin d’annoncer, le 30 août, 2 800 recrutements et une rallonge budgétaire de 250 millions d’euros. 1 500 embauches en CDD sont en cours sur l’accompagnement, et 650 pour le suivi des jeunes. « Il y aura 500 transformations de CDD en CDI d’ici la fin de l’année, détaille Michel Brevart, élu du SNU Pôle emploi au CSE central de l’opérateur. On déplore que la plupart des contrats ne soient que des CDD de 18 mois alors que la charge de travail est en train d’augmenter fortement, avec de gros plans sociaux qui se préparent. La situation est déjà critique pour les conseillers suivant et indemnisant les chômeurs en contrat de sécurisation professionnelle (CSP). Nous avons des remontées inquiétantes à Marseille et dans les Hauts-de-France. »

D’autant que Pôle emploi n’a cessé de se déplumer ces dernières années. Entre 2018 et 2020, plus de 1 000 emplois ont disparu chez l’ex-ANPE, pendant que des recrutements étaient effectués pour le contrôle des chômeurs ou le service aux entreprises. « Le manque de postes est structurel, pas conjoncturel, corrige Guillaume Bourdic, élu CGT au CSE central. Il y a de nombreux précaires à titulariser à Pôle emploi. Ces nouveaux agents recrutés en CDD vont avoir deux mois de formation, alors qu’il y a déjà des files d’attente pour les inscriptions. Il y a aussi eu une montée en charge des problèmes liés à l’indemnisation après le confinement. Les agents spécialistes de cette question manquent. » Cet été, selon la CGT, les conseillers ont été sommés de faire basculer plus de privés d’emploi vers les opérateurs privés de placement (OPP). Mi-août, le dispositif d’accompagnement généraliste « J’accelèR’emploi » et deux nouvelles prestations ont ainsi été mis en route pour un montant de 92 millions d’euros. « Ces opérateurs privés reçoivent en plus des primes quand ils placent des chômeurs dans des contrats de plus de six mois… Pôle emploi est en train de devenir une gare de triage », déplore Guillaume Bourdic.

« On va les mettre où, tous ces jeunes ? »

Du côté des missions locales, le volet « jeunes » du plan de relance n’est encore qu’un lointain écho. En cette rentrée, les salariés doivent parer au plus pressé avec l’affluence des précaires et demandeurs d’asile, notamment à Paris. « Nous sortons à peine du télétravail, rappelle Jean-Philippe Revel, du collectif CGT missions locales. Nous devons gérer l’obligation de formation de 16 ans à 18 ans à partir du mois de septembre. On va se retrouver à fliquer des jeunes sur des listes alors qu’ils devraient être à l’école ! Si on regarde cette obligation de formation, il peut juste s’agir d’un parcours contractualisé d’accompagnement adapté vers l’emploi et l’autonomie (Pacea) et de la garantie jeunes, ce que l’on fait maintenant, c’est donc une fumisterie ! On va leur filer de l’argent pour qu’ils restent chez eux. » Pour le syndicaliste, les dernières mesures annoncées par le premier ministre ne sont ni plus ni moins que « du recyclage. On fonctionne en effectif réduit. On va les mettre où, tous ces jeunes ? À 13 h 30, il y en a 25 qui attendent derrière la porte. Il faudrait plus de conseillers. Nous ne sommes que 100 sur Paris ».

La formation professionnelle des chômeurs et des employés en activité partielle est également censée figurer parmi les priorités du gouvernement. Pourtant, le principal opérateur public, l’Agence nationale pour la formation professionnelle des adultes (Afpa), sort à peine d’un plan social destructeur de 1 400 postes, dont l’homologation a été retoquée cet été par le tribunal administratif de Montreuil (Seine-Saint-Denis). Alors que la réorganisation est toujours en cours, les formateurs ont l’impression de marcher sur la tête. « Nous avons également le dispositif ’’chemin d’avenir ’’ qui arrive pour les 16-18 ans, mais ce n’est pas notre métier, nous sommes spécialisés dans la formation qualifiante des adultes. Il n’y a pas d’éducateurs à l’Afpa. On s’attendait à être plutôt sollicité sur la formation des métiers en tension », constate Catherine Ribot, secrétaire adjointe de la CGT. Pour tous, la stratégie du gouvernement en matière de formation professionnelle est du domaine de l’improvisation. « C’est totalement ubuesque, lâche Yann Chérec, secrétaire de la CGT. Nous venons de fermer des centres de formation sur des métiers en tension comme la soudure, où 80 % des stagiaires trouvent un poste après… Sans compter que, si les formations du plan de relance sont attribuées par appel d’offres, on risque de se retrouver en concurrence avec d’autres opérateurs publics comme le Cnam ou le Greta… »

La réforme de 2018 a asséché les caisses de la formation

La réforme de 2018 a asséché les caisses de la formation

 

Tandis que le gouvernement fonde une partie de son plan de relance sur la formation professionnelle, un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas) et de l’Inspection générale des finances pointe les insuffisances de la réforme de la loi « Liberté de choisir son avenir professionnel » de 2018 en matière de financements. « Pourtant, le rapport n’envisage pas d’augmenter les moyens alloués à la formation et à l’apprentissage en mettant à contribution les entreprises », déplore la CGT. Pis, il préconise des pistes de réduction des coûts « pesant essentiellement sur les droits des salariés et la qualité des formations », poursuit le syndicat, parmi lesquelles le « redéploiement des moyens de l’éducation nationale pour financer l’apprentissage en supprimant au minimum 1 650 postes ».

Partager cet article

Repost0
21 septembre 2020 1 21 /09 /septembre /2020 05:34

 

Comment concilier urgence climatique et urgence sociale ? Alors que le plan de relance du gouvernement est surtout au service du capital, les organisations syndicales et environnementales, elles, s’organisent sur le terrain et bientôt à nouveau dans la rue.

Du local au global, de l’environnement au social, du rouge avec du vert et réciproquement. Pendant longtemps, syndicats et ONG se sont battus, côte à côte, mais chacun sur leurs créneaux. Depuis deux ans, ils réfléchissent ensemble, refusant de choisir entre fin du monde et fin du mois. La réflexion se poursuit sur la bonne façon de reconstruire une économie laminée par le coronavirus. Le mouvement exigeant que vivent communément justice sociale et justice climatique reprend le chemin des luttes et de la bataille politique. La Fête de l’Humanité autrement lui aura, tout au long du week-end, consacré un large espace.

Ensemble, ils « préparent le jour d'après »

En donnant la parole, tout d’abord, aux acteurs sociaux et environnementaux qui, depuis plusieurs mois, ont entrepris de réunir leurs forces. En mars dernier, en plein cœur du confinement, 18 organisations syndicales, associatives et environnementales publiaient une tribune intitulée « Plus jamais ça ! Préparons le jour d’après ». Toutes y lançaient un appel aux « forces progressistes et humanistes (…) pour reconstruire un futur écologique, féministe et social, en rupture avec le désordre néolibéral ». Parmi elles, la CGT, Attac, Greenpeace et Alternatiba, dont les représentants étaient les invités de l’Agora du journal, réunis à la Bellevilloise, vendredi 11 septembre. « Notre collectif est né de rencontres pendant le contre-sommet organisé en opposition au G7 de Biarritz », rappelait Jean-François Julliard, directeur général de Greenpeace France. « C’était la première fois que l’on débattait ensemble, Philippe Martinez et moi. » Marquée tout à la fois par les grandes marches pour le climat et le mouvement spectaculaire des gilets jaunes enclenché contre la taxe carbone, tout, dans l’actualité, « appelait à avancer sur nos points de convergence ».

Tant du côté des ONG que de celui des syndicats, la réflexion mûrissait depuis plusieurs années, insistait pour sa part Philippe Martinez, secrétaire général de la CGT : « Tout le monde prend de plus en plus conscience des enjeux climatiques, les salariés autant que les autres, singulièrement les plus jeunes. La question est de ne pas le faire au détriment de l’emploi. » Restait à articuler ces enjeux autour de propositions cohérentes et concrètes. La crise du coronavirus a donné le dernier coup de cravache.

« Fruit d’un système qui exploite le travail autant que la nature, elle nous a poussés à accélérer ces convergences », explique Aurélie Trouvé, porte-parole d’Attac. « Très vite, nous avons compris que les centaines de milliards d’euros qui allaient être offerts aux entreprises pour relancer leurs acti- vités devaient être l’opportunité d’un changement. »

Construire l'équilibre

En découle, aujourd’hui, un plan de sortie de crise élaboré par les organisations et décliné en 34 propositions. Visant plus de justice fiscale, plus d’emplois et de meilleures conditions de travail, plus de sécurité sanitaire, aussi, ainsi qu’une transformation des modes de production, de mobilité et de consommation, il cherche à construire l’équilibre. « Nous avons besoin d’articuler le présent et le futur, de permettre aux futures générations de vivre et de manger, sans exclure de ce droit les générations d’aujourd’hui », résumait, vendredi, Pauline Boyer, porte-parole d’Alternatiba.

Tout ne va pas sans contradictions, et le débat existe, assumé, entre les acteurs. Surtout, leurs aspirations se cognent aux politiques gouvernementales. Révélé en septembre, le plan de relance économique décidé par l’État est loin, très loin, de s’inscrire dans les mêmes perspectives. Le rapport de forces, de fait, reste à construire.

Poussées sur ce terrain par les dernières élections, les villes de gauche s’en emparent et travaillent à bâtir les solutions localement, pour mieux les imposer à l’échelle nationale, voire internationale. ParisPoitiersGrenoble et Villejuif : les maires de quatre d’entre elles étaient, là encore, les invités de l’Agora de l’Humanité.

La mobilisation ne lâche pas le pavé

Les luttes, enfin, s’apprêtent à reprendre le pavé… D’abord le 17 septembre, CGT, FSU et Solidaires, appellent à une journée de mobilisation et de grève dans le public comme le privé alors que les suppressions d’emplois se multiplient. « Les premiers de corvée sont remerciés en étant licenciés. Comme à Auchan où 1 500 postes vont être supprimés », a expliqué le secrétaire général de la CGT. Deux jours plus tard, le 19 septembre à Gonesse (Val-d’Oise), là ou devait s’ériger un méga-centre commercial sur des terres agricoles, un exemple concret de convergence des luttes aura lieu lors de la Fête des terres. « Les luttes les plus efficaces sont celles qui sont mises en commun », expliquait ainsi Christian Chasseau, le secrétaire national du MNLE (Mouvement national de lutte pour l’environnement), lors du débat, au Kilowatt, à Vitry-sur-Seine, sur les « suites des mobilisations climat », qui sera retransmis en différé mardi sur le site Internet de l’Humanité.

Une répétition avant le retour des marches pour le climat, les 25 et 26 septembre, auxquelles appellent toutes les organisations membres du collectif Plus jamais ça. Rassembler et multiplier les initiatives partout pour créer un rapport de forces.

Découvrez l'intégralité du débat en vidéo :

 

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 07:57
L’expulsion de Mehmet Yalcin, une honte pour la France (Pierre Barbancey, L'Humanité, 18 septembre 2020)

L’expulsion de Mehmet Yalcin, une honte pour la France

Vendredi 18 Septembre 2020

Violant toutes les procédures et les droits de ce demandeur d’asile, les autorités françaises ont arrêté cet opposant kurde à Erdogan à son domicile de Bordeaux. Il a été expulsé vers Istanbul où il a été incarcéré.

 

Mehmet Yalcin reverra-t-il ses enfants, âgés respectivement de 2 ans, 4 ans et 6 ans, scolarisés en France ? Forcé de fuir la Turquie en 2006 pour éviter un procès du fait de son engagement pour le droit des Kurdes, cet homme a été expulsé le 16 septembre de France, où il pensait avoir trouvé un refuge. Sa demande d’asile était en cours lorsque la préfecture de Gironde, au mépris de toutes les lois de la République et notamment inhérentes aux réfugiés, s’affranchissant des décisions du tribunal administratif de Bordeaux estimant illégale son incarcération dans un centre de rétention, a envoyé plusieurs dizaines de policiers au domicile de Mehmet Yalcin. Malgré les demandes répétées, ses avocats n’ont obtenu aucune pièce, pas le moindre arrêté de placement.

Rendre des comptes

Emmené par voiture jusqu’au centre de rétention du Mesnil-Amelot, près de l’aéroport de Roissy, il a finalement été expulsé.

Les autorités françaises viennent donc, illégalement, de livrer un opposant à Erdogan. Les prisons turques regorgent de prisonniers politiques. Des chanteurs et une avocate sont morts après des grèves de la faim prolongées parce qu’il demandait la tenue de procès justes et loyaux.

 

Cueilli à sa descente d’avion, à Istanbul, par la police turque, Mehmet Yalcin a été immédiatement emmené. Une honte pour la France, patrie de la déclaration des droits de l’homme, qui préfère aider un autocrate et livrer des démocrates. Le dossier Yalcin ne doit pas être refermé. Les plus hautes autorités de l’État, le président de la République et son ministre de l’Intérieur doivent rendre des comptes.

Pierre Barbancey

L’expulsion de Mehmet Yalcin, une honte pour la France (Pierre Barbancey, L'Humanité, 18 septembre 2020)

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 07:44
Fabien Roussel :  Bridgestone a dépensé des centaines de millions d’euros pour ses sites en Pologne et en Hongrie avec l’aide de l’Union européenne ! (L'Humanité, 18 septembre 2020)

Fabien Roussel : « Bridgestone a dépensé des centaines de millions d’euros pour ses sites en Pologne et en Hongrie avec l’aide de l’Union européenne !»

Vendredi 18 Septembre 2020 - L'Humanité

Fabien Roussel s’est rendu, jeudi, sur le site de Bridgestone pour soutenir les salariés et lutter contre la fermeture de l’usine. Le dirigeant du PCF et député du Nord appelle à reprendre la main sur nos outils de production pour développer une politique industrielle au service de l’humain et de la planète. Entretien.

 

Que pensez-vous de la décision de Bridgestone ?

Fabien Roussel C’est d’une brutalité sans nom. Cette multinationale est le premier producteur de pneus au monde. Ses dirigeants en France et ailleurs n’ont aucune empathie, aucun sentiment. Ils ont une calculette à la place du cœur. Si leur projet n’est pas remis en cause, les conséquences vont être très graves pour Béthune, où Bridgestone est le premier employeur privé, avec 1 100 emplois sur place. La situation risque d’être terrible pour la ville et les familles touchées. Les salariés disent avoir les jambes coupées, car leur père travaillait là-bas, leurs oncles aussi, et aujourd’hui ils y travaillent avec leurs frères. C’est souvent leur emploi à Bridgestone qui leur a permis d’acheter leur maison, et là c’est la vie qu’on leur enlève. Et au nom de quoi ? Au nom du profit des actionnaires. La colère est immense sur place.

Quelles sont les motivations du groupe ?

Fabien Roussel Il parle d’assurer la compétitivité, mais sa seule obsession est d’augmenter les dividendes des actionnaires. La situation de l’usine de Béthune est liée à un sous-investissement organisé depuis des années. Dans le même temps, Bridgestone a dépensé des centaines de millions d’euros pour ses sites en Pologne et en Hongrie, qui plus est avec l’aide de l’Union européenne ! Nous avons au final des multinationales et des institutions qui organisent des délocalisations en Europe et mettent les sites en concurrence pour faire pression sur l’emploi et la rémunération des salariés. Mais les coûts sociaux, environnementaux et fiscaux explosent ! Le pneu 25-50-17 sera produit 20 à 30 % moins cher ailleurs en Europe, mais il sera toujours vendu au même prix en France… Le seul gagnant, c’est donc l’actionnaire. Derrière, on est tous perdants : l’État, le climat, et les travailleurs.

La condamnation est unanime. Les élus locaux et le président de région des Hauts-de-France, Xavier Bertrand, sont montés au créneau. Le gouvernement parle lui-même de « décision révoltante »…

Fabien Roussel Tant mieux. C’est très bien que tout le monde dénonce le sous-investissement qui frappe depuis des années cette usine. Mais cela ne suffit pas. Xavier Bertrand fait partie des responsables politiques qui poussent des cris d’orfraie quand des sites ferment, mais qui défendent les traités européens et la mise en compétition des salariés et des territoires. Lui et le gouvernement doivent remettre en cause leur logique et dire stop aux traités de libre-échange. Il faut se battre maintenant. Taxer les dividendes et entrer au capital des entreprises, intervenir et maîtriser nos outils de production et nos stratégies industrielles pour que cela serve à l’humain et à la planète. Le gouvernement doit peser de tout son poids sur Bridgestone et sur l’UE pour que l’activité soit maintenue à Béthune, et pour que l’on y produise les pneus pour la France. Le pays doit aussi pouvoir aider dans le cadre du plan de relance. Et il faut à tout prix arrêter de confier les deniers publics aux libéraux. Bridgestone a reçu des millions d’euros dans le cadre du Cice, sans aucune contrepartie. Des milliards ont été versés sans condition à des multinationales qui polluent, licencient et désindustrialisent. Stop, ça suffit !

Entretien réalisé par Aurélien Soucheyre

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 05:40

 

D’abord le mot et la compagnie des dictionnaires et de livres. « Rendre sauvage, faire devenir non docile, non apprivoisé ». Et le sauvage ? « Le barbare... », « celui qui vit dans les bois » ; puis le terme s’est chargé de racisme, utilisé pour cibler « les étrangers ». Le « sauvage » devient celui qu’on rencontre dans les pays que l’homme européen croise avant de piller les richesses puis qu’il colonise.

 

 

Et puis, la bataille idéologique. En exprimant l’idée d’un « ensauvagement » d’une partie de la société française, Gérald Darmanin est allé sur le terrain de la droite extrême et de l’extrême droite. La place Beauvau ouvre ses portes à une rhétorique raciste, d’une France fracturée, au bord de la guerre civile. L’amalgame avec la question migratoire a pour but de stigmatiser directement les citoyens français de confession musulmane et, par extension, les habitants des quartiers populaires, les pauvres, ceux qui ne sont rien... Marine Le Pen peut ainsi faire sa rentrée politique en actant bien plus qu’une victoire sémantique. Des dirigeants de droite ont apporté leurs contributions à cette opération visant à exploiter politiquement une série d’actes violents au cœur de l’été. « France orange mécanique » pour Xavier Bertrand. « Sauvagerie » pour Valérie Pécresse. Mesurant combien cette surenchère « sécuritaire » pouvait vite devenir hors contrôle, le chef de l’État a préféré parler d’une « banalisation de la violence » en évoquant les symptômes d’une société où chacun et chacune n’avait pas la même « égalité des chances ». Reste que l’installation du terme « d’ensauvagement » dans le débat public, via les chaines d’infos en continu et les réseaux sociaux, a eu son effet dévastateur : le « sauvage » est partout.

Comment la société française réagit-elle à cette question de l’insécurité et à son exploitation politique avec comme ligne d’horizon la prochaine élection présidentielle ? Dans sa dernière étude (1) sur les « Fractures françaises », le journal Le Monde éclaire une complexité. L’insécurité s’affirme comme une préoccupation très forte, notamment chez les plus de 60 ans, tout juste après le Covid, le pouvoir d’achat, l’avenir du système social, et à un même niveau que la protection de l’environnement. La demande d’autorité, de protection et d’ordre est là. Elle cohabite avec l’affirmation de la démocratie comme le meilleur système possible. Cette étude présente une poussée inédite en faveur de la peine de mort.

Enfin, les réponses progressistes. La sécurité est une vraie question. L’insécurité n’est pas pour beaucoup un ressenti mais une réalité douloureuse. Elle mine d’abord la vie des familles modestes confrontées aux incivilités, aux violences du quotidien, aux délinquants, aux trafics et aux bandes de voyous. La réponse doit être éducative, préventive, policière et judiciaire. Ce qui pose la question des moyens et des objectifs que nous nous fixons à un véritable choix de société, plaçant au cœur de notre action les valeurs de la République, la laïcité, la justice sociale. Un groupe de travail va prochainement être mis en place pour mieux appréhender ces questions avec l’apport de nos parlementaires, d’élus locaux, de syndicalistes. Nous commencerons par une série d’auditions pour bien définir le champ des questions à traiter.

Le dernier mot à Aimé Césaire : « Il y a le poison instillé dans les veines de l’Europe et le progrès lent, mais sûr, de l’ensauvagement du continent. » (« Discours sur le colonialisme »).

Nous vivons un nouvel emballement. Seul un imaginaire progressiste, à la hauteur des immenses défis d’humanité, peut y répondre. Et c’est urgent pour ne pas basculer dans quelque chose, pour le coup, de véritablement sauvage.

Olivier Dartigolles, membre du CEN.

_______________________

1. Enquête réalisée depuis 2013 pour le Monde par Ipsos-Sopra steria, en partenariat avec le Cevipof, la Fondation Jean-Jaurès et l’Institut Montaigne. Le Monde du 15 septembre.

 

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 05:32

 

Entre enjeux économiques et environnementaux, le transport de marchandises par le rail est un outil d’avenir. Pourtant, en dépit des objectifs ambitieux, la route gagne chaque année du terrain. Lundi 7 septembre, la Fête de l’Humanité autrement s’est penchée sur toutes ces questions. Avec Jean-Baptiste Djebbari, Ministre délégué aux Transports ; Jean-Pierre Farandou, Président de la SNCF ; Laurent Brun, Secrétaire général de la CGT cheminots ; Pierre Garzon, Maire PCF de Villejuif, vice-président à l’aménagement, aux transports et aux déplacements du conseil départemental du Val-de-Marne

 

Jean-Baptiste Djebbari, votre gouvernement adopte une posture volontariste en matière de relance du fret ferroviaire. Pourtant, il y a quelques mois à peine, vous avez décidé la mise à l’arrêt du train des primeurs, le Perpignan-Rungis. Finalement, de quelle politique êtes-vous le ministre ?

JEAN-BATISTE DJEBBARI

Je ne voudrais pas commencer par une polémique, mais au sujet du Perpignan-Rungis, nous avions construit une offre temporaire, censée débuter en décembre. Elle n’a pas abouti pour des raisons que vous pouvez appréhender. Cela étant, oui, le fret ferroviaire a décliné depuis vingt ou vingt-cinq ans. D’abord, parce que nous avons vécu une internationalisation des échanges et la route s’est imposée grâce à des politiques fiscales qui ont enchéri le coût du ferroviaire. Aujourd’hui, pour un chargeur, le coût du train est 30 % plus élevé. En clair, si nous ne subventionnons pas davantage le rail, ce différentiel deviendra une entrave à la régénération et au développement du fret ferroviaire. Ensuite, notre pays s’est désindustrialisé. Or, énormément de matériaux lourds étaient transportés par le train. Cela explique, pour partie, l’érosion du transport ferré de marchandises. Enfin, la libéralisation du secteur entre 2004 et 2006 s’est traduite par une baisse des parts de marché du fret, et de Fret SNCF singulièrement. Ajoutez à cela la vétusté du réseau, et vous expliquez le long déclin de l’activité. Il faut l’enrayer. Et je vais, pour ce faire, utiliser deux leviers immédiats : la baisse des péages pour tous les opérateurs de fret et un investissement massif sur trois autoroutes ferroviaires – qui équivalent, chacune, à 20 000 camions en moins sur les routes –, dont le Perpignan-Rungis que nous allons étendre au sud, vers Barcelone, et au Nord, vers les ports d’Anvers et de Dunkerque. En parallèle, nous avons choisi de renforcer la subvention au transport combiné et aux wagons isolés. Ces actions, nous les menons en France, mais aussi à l’échelle de l’Europe qui a défini le fret ferroviaire comme l’une de ses quatre grandes priorités.

 

Fret SNCF, jadis seul opérateur de fret ferroviaire, évolue depuis 2006 dans un environnement concurrentiel. Quel est l’état de l’activité fret aujourd’hui, au sein de la SNCF ?

JEAN-PIERRE FARANDOU 

Transporter des marchandises par le train fait partie des missions fondamentales de la SNCF. Nous ne sommes pas une entreprise comme les autres et l’on se doit de se battre pour participer à l’effort de transition écologique. N’ayons pas peur des mots, nous pouvons faire du fret une activité rentable, c’est la seule manière de la pérenniser. La donnée économique est claire : le groupe est désormais une société anonyme et Fret SNCF, une entité juridiquement autonome. En d’autres termes, l’État ne peut plus la recapitaliser. Mais, nous avons des atouts. C’est le cas du wagon isolé, que nous sommes les seuls à faire. Et là, les aides publiques sont indispensables, car le désavantage structurel avec la route est trop important. C’est possible, l’Autriche l’a fait. Si on laisse faire la loi du marché, c’est la disparition du wagon isolé. En revanche, soutenir son développement permet de reconquérir des parts de marché. C’est important car le wagon isolé s’adresse aux PME. Ce plan de relance est donc aussi un plan de sauvegarde. Et, j’en ai la conviction, la coopération européenne sur le transport ferroviaire aura un rôle fondamental à l’avenir.

 

Pierre Garzon, quelles sont, pour l’élu de terrain que vous êtes, les conséquences visibles du déclin du fret ferroviaire ?

PIERRE  GARZON

Dans le Val-de-Marne, d’année en année, des milliers de poids lourds transitent sur un réseau saturé, aggravant la situation écologique et sanitaire. Pourtant, ce département est doté d’infrastructures ferroviaires, routières et fluviales historiques. Mais l’histoire n’est pas le passé et il faut redynamiser ces outils. Je fais partie de ceux qui ont trouvé incompréhensible l’arrêt du Perpignan-Rungis. Nous nous sommes battus, mais force est de constater que les pleins pouvoirs sont aux mains du marché. L’État se dit impuissant. Pourtant, chacun sait que le prix du transport routier ne tient pas compte de ses externalités négatives, comme le coût des maladies liées à la pollution de l’air. Des intentions, nous en avons entendu, mais ce train ne roule toujours pas. Sorti du diagnostic, que je partage avec Jean-Baptiste Djebbari, il faut redéfinir les règles et le besoin de régulation est une donnée fondamentale.

 

Le gouvernement débloque 4,7 milliards d’euros pour le ferroviaire. Ce plan est-il le bon ?

LAURENT BRUN

La libéralisation et la dérégulation dans le transport n’ont pas fracassé que le fret ferroviaire. Le pavillon routier français a subi le même sort, passant de 50 % des flux en 1993 à 15 % aujourd’hui. Nous avons connu des dizaines de plans de relance dans le ferroviaire, mus à chaque fois par la même logique : réduction des coûts, destruction de l’outil industriel, fermetures de gares, de lignes, et suppressions d’emplois. On nous annonce encore 150 suppressions de postes d’agents de conduite à Fret SNCF. Nous avons vécu la pulvérisation de l’outil industriel. Toutes les solutions libérales ont été tentées : recapitalisation, aide aux péages, construction d’autoroutes ferroviaires… Elles permettent, certes, de stabiliser les trafics, mais pas d’en regagner. Aujourd’hui, 93 % du marché est tenu par 4 opérateurs– dont 3 sont déficitaires – et 60 % du chiffre d’affaires de Fret SNCF se concentrent sur 20 chargeurs. Le marché s’est concentré et l’outil de desserte ferroviaire des entreprises ne bénéficie qu’à une poignée d’entre elles. Il ne peut y avoir de véritable relance qu’à condition d’investissements sur le matériel roulant. Le Perpignan-Rungis en est un bon exemple. Il faut un plan de rupture. Subventionner les trafics existants ne permet pas la relance. Il faut poser les bonnes questions, et elles concernent l’outil industriel public.

 

Le plan gouvernemental est-il de relance ou de rupture ?

JEAN-BAPTISTE DJEBBARI 

Nous sommes entre rupture et continuité. La logique libérale d’une concurrence organisée a abouti à l’affaiblissement des opérateurs de fret ferroviaire. Doit-on alors, dans le marché, isoler l’activité fret parce qu’elle est essentielle à la nation ? Nous aurons ce débat. Laurent Brun l’a très bien dit, il y a une très forte concentration du cœur rentable de l’activité et nous aurions donc pu choisir de recentrer Fret SNCF sur ce cœur rentable. Nous ne l’avons pas fait. Pour autant, l’activité fret ne peut répondre qu’à un marché qui existe, et cela implique de repenser la politique industrielle et la relocalisation. L’intervention publique est essentielle et je salue la création d’un haut-commissariat au plan, capable de redonner la capacité de réfléchir à vingt-trente ans. Je ne crois pas que nous soyons dans un moment libéral et encore moins néolibéral. Le libéralisme, c’est laisser les forces du marché s’exercer. On l’a trop fait. Aujourd’hui, l’État est extraordinairement de retour. Il a nationalisé 12 millions de salaires ! C’est une rupture et nous en avons besoin. Sur ça, je suis d’accord.

 

Comment la SNCF se donne-t-elle les capacités industrielles de répondre aux ambitions politiques ?

JEAN-PIERRE FARANDOU 

Je suis patron d’entreprise, confronté à un double phénomène : les conséquences de décisions qui ont été prises il y a vingt ans et la nécessité de définir une trajectoire pour les vingt prochaines années. Nous accusons une baisse de 15 % du trafic par rapport à l’an passé. Il n’est donc pas anormal de nous adapter – je parle des agents de conduite fret. Mais, nous avons la chance d’être une entreprise unifiée, et ces conducteurs sont orientés vers l’activité voyageurs. Nous sommes dans une logique de compétitivité, l’ajustement des coûts, dans la double concurrence ferroviaire et routière, doit être pris en compte. Quant à la rupture, nous l’avons avec la politique sur le wagon isolé qui recèle un véritable potentiel de croissance. Un train pollue 20 fois moins que les camions et consomme 6 fois moins d’énergie. Les politiques publiques doivent faire valoir ces avantages. L’impulsion doit être européenne pour donner corps à cette ambition formidable de doubler les parts de marché du fret ferroviaire.

PIERRE GARZON 

Le soutien de l’État ne peut pas se résumer à la socialisation des pertes. Nous avons une histoire ferroviaire, le réseau existe et nous pouvons renouer avec une desserte fine des territoires. La société, et singulièrement la jeunesse, est très soucieuse des impératifs environnementaux. Cette donnée nous oblige à repenser notre modèle de production, de consommation, de transport. Il faut donc réguler, et certains secteurs doivent échapper aux logiques de marché. C’est le cas du fret ferroviaire. Dans le rail, on construit sur un siècle, il faut l’accepter. On a besoin de pérenniser ces aides publiques, de les protéger des changements de majorité politique. Isoler le financement pour le relier à l’objectif, et non au calcul éphémère d’un budget annuel.

LAURENT BRUN 

On ne crache certes pas sur les aides publiques, mais nous ne dirons pas que le gouvernement sauve le fret après lui avoir mis la tête sur le billot. Dans ses propositions alternatives, à l’époque de la réforme de 2018, la CGT fixait l’objectif de 25 % de part modale pour le ferroviaire à échéance 2050. Concrètement, ce sont 1 000 Perpignan-Rungis à faire rouler en plus d’ici là ! La question des travaux sur le réseau est donc fondamentale. Et si les travaux massifiés de nuit sont un problème, il faut revoir cette logique, revenir à des travaux qui n’interrompent pas les circulations, qui ne soient pas concentrés uniquement sur la région parisienne… Bien sûr, c’est plus cher. Mais notre outil public ne doit plus répondre aux règles du marché. Faire rouler l’équivalent de 1 000 Perpignan-Rungis ne se fera pas par des gains de productivité. Il va falloir embaucher, à la conduite, la maintenance, la manœuvre, sur le réseau… Nous croirons à la rupture quand on verra des créations d’emploi.

JEAN-BAPTISTE Djebbari 

Les 11 milliards d’euros que nous consacrons aux transports vont créer 80 000 emplois directs et indirects.

 

Quel est l’avenir du fret public dans les prochaines années ?

JEAN-PIERRE FARANDOU 

Dans dix ou quinze ans, la SNCF aura une activité fret plus importante qu’aujourd’hui. Il faut tenir bon sur cet objectif et on peut y arriver avec ce plan de relance. Il faudra aussi continuer à regarder à long terme et les régions auront probablement un rôle important à jouer.

JEAN-BAPTISTE DJEBBARI 

Oui, il faut parvenir à une concurrence régulée socialement. Je ne suis ni partisan des forces du marché qui agissent à leur guise, ni partisan d’une planification autoritaire. La juste régulation est le maître mot de la décennie qui s’ouvre, et je suis convaincu que nous en prenons le chemin.

PIERRE GARZON 

Pour que ce ne soit pas autoritaire, disons qu’il faut que ce soit populaire. Les objectifs doivent être démocratiques, réfléchis avec les citoyens et les élus locaux.

LAURENT BRUN 

L’autoritarisme, on l’a connu à partir de 2003 avec la suppression d’activités et l’abandon des gares-bois. Si, demain, vous nous annoncez la réouverture de ces gares, alors, effectivement, nous pourrons convenir qu’une politique originale se met en place et ouvre des perspectives.

 

L’intégralité du débat en vidéo

 

Partager cet article

Repost0
20 septembre 2020 7 20 /09 /septembre /2020 05:20

 

À l'occasion du Forum Social organisé par la Fête de l'Humanité 2020, Fabien Gay, sénateur PCF de Seine-Saint-Denis et Sébastien Ménesplier, secrétaire général Mines Énergie CGT ont débattu de la politique énergétique française. Fabien Gay résume pour l'Humanité les principaux enjeux du sujet. Il aborde notamment celui de la rénovation thermique des logements et le projet "Hercule" du gouvernement et d'EDF visant à privatiser tout ce qui concerne les énergies renouvelables, à rebours des besoins de la société et d'une politique visant à la souveraineté énergétique.

Partager cet article

Repost0
19 septembre 2020 6 19 /09 /septembre /2020 06:51
Coronavirus. Marie-George Buffet :  Il ne faut pas sous-estimer tout ce que les enfants ont vécu - Jeudi 17 Septembre 2020 - L'Humanité, interview avec Aurélien Soucheyre

Coronavirus. Marie-George Buffet : « Il ne faut pas sous-estimer tout ce que les enfants ont vécu »
Jeudi 17 Septembre 2020
Aurélien Soucheyre - L'Humanité

« Mesurer et prévenir les effets de la crise du Covid-19 sur les enfants et les jeunes. » Tel est le but de la commission d’enquête parlementaire qui ouvre ce jeudi ses travaux. Entretien avec sa rapporteure, la députée PCF Marie-George Buffet.
Pourquoi avoir lancé cette commission ?

Marie-George Buffet Dès la fin du confinement, des pédopsychiatres, des enseignants et des médecins généralistes nous ont alertés sur les conséquences psychologiques, sanitaires, scolaires et sociales de la crise du Covid-19 sur les enfants. Or, ces questions ne sont pas particulièrement traitées par la commission d’enquête déjà en place à l’Assemblée. Il y a un angle mort. Notre objectif est donc de poser un diagnostic sur l’ensemble des impacts du coronavirus sur les enfants et les jeunes, et de proposer des mesures d’urgence et des solutions pérennes pour y répondre.
On pense bien sûr aux conséquences pédagogiques et scolaires… Cet enjeu est-il assez pris en compte ?

Marie-George Buffet Absolument pas. L’ancien premier ministre Édouard Philippe a parlé d’un risque de bombe à retardement pédagogique. Mais quel a été le taux de recrutement dans l’éducation nationale pour permettre de rattraper les situations de décrochage ? Il n’y a pas eu d’effort pour renforcer l’encadrement et s’adapter aux besoins. Des élèves arrivent en 6e sans avoir fini le CM2, ou en 2de alors qu’ils n’ont pas terminé la 3e. Les enseignants vont devoir transmettre le programme de l’année en plus de rattraper le précédent. Le défi est énorme et il aurait fallu mettre en place un dispositif exceptionnel en dédoublant des classes. J’ajoute que l’école est obligatoire. Si nous devons de nouveau fermer des classes, par quels moyens s’assure-t-on de l’efficacité de l’enseignement ? Comment garantir l’accès de chaque enfant au matériel informatique indispensable pour suivre les cours ? Avant la crise, on ne pouvait déjà pas laisser l’école dans l’état où elle était. C’est encore plus urgent aujourd’hui.

Marie-George Buffet Il ne faut pas sous-estimer tout ce que les enfants ont vécu, vu et entendu. Il y a ceux qui ont été confrontés à des deuils familiaux, au stress de leurs parents et à un climat anxiogène avec les chaînes d’information parfois branchées en continu. Avez-vous vu ces images de cour de récréation où des enfants restent isolés dans des cercles ? Tout ce qui fait l’enfant, c’est la découverte, la curiosité, le besoin de toucher, d’aller vers l’autre… Nous devons veiller à éviter tout traumatisme et tout repli sur soi, sans laisser personne sur le bas de la route. Or, nous avons un déficit cruel en médecins et psychologues scolaires. Il y en a qui ont plus de 75 ans et qui font des vacations faute d’effectifs ! Nous savons aussi que les violences parentales ont pu augmenter pendant le confinement, et que l’école n’a alors pas pu jouer son rôle d’alerte. Sans parler de toutes les familles, vivant dans des endroits exigus ou non, où des tensions ont pu apparaître. Il faut aider l’enfant à en parler, pour qu’il trouve son équilibre.
La crise a aussi un impact sur l’équilibre alimentaire et l’accès à la nourriture…

Marie-George Buffet Les files devant les Restos du cœur et le Secours populaire français ont augmenté pendant le confinement. Des familles en situation de précarité et des étudiants avec la fermeture des restaurants universitaires ont dû se tourner vers des associations caritatives. On le sait, dans les familles les plus démunies, les repas à la cantine sont non seulement garants d’une alimentation équilibrée mais parfois aussi d’une alimentation tout court. Il y a aussi la question de l’obésité et du diabète, qui touchent les plus précaires et augmentent les surmortalités. Certes, les enfants sont peu menacés par une contamination par le Covid-19, mais des problèmes de santé sont apparus avec le confinement avec un accès plus compliqué au sport, des retards dans le suivi des vaccinations et des aggravations en cas de maladies chroniques. J’ajoute au sujet des activités sportives qu’il n’y a plus de ministère des Sports et que cette question est la grande oubliée du plan de relance. Il faut aider les clubs amateurs, car le sport aide à la santé et à l’épanouissement des enfants. Notre idée est ainsi de marquer tout ce qui n’a pas fonctionné pendant la crise, pour y remédier et prévenir en cas de récidive. Cela vaut aussi pour l’université, où les réponses sont loin d’être suffisantes.

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011