Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 mars 2022 2 08 /03 /mars /2022 06:56
12 mars - Débat des Présidentielles Energie climat avec Amar Bellal au Relecq-Kerhuon
Partager cet article
Repost0
8 mars 2022 2 08 /03 /mars /2022 06:00
Le Télégramme, 8 mars - Les communistes demandent l'arrêt de la dégradation du service public postal
Partager cet article
Repost0
5 mars 2022 6 05 /03 /mars /2022 07:33
6e réunion du comité des Jours Heureux du Pays de Morlaix ce vendredi 4 mars au local du PCF
6e réunion du comité des Jours Heureux du Pays de Morlaix ce vendredi 4 mars au local du PCF
6e réunion du comité des Jours Heureux du Pays de Morlaix ce vendredi 4 mars au local du PCF

Morlaix, local du PCF, vendredi 4 mars - 6e réunion du comité des jours heureux du pays de Morlaix, comité de campagne de Fabien Roussel sur la circonscription.

26 personnes (sur les 157 adhérents de notre comité qui appellent publiquement à voter Fabien Roussel dans le pays de Morlaix) présentes ce vendredi 4 mars au local du PCF de Morlaix et un excellent échange sur la guerre en Ukraine et ses enjeux, et sur l'organisation de la campagne dans les semaines à venir.

Le prochain comité des jours heureux sera le vendredi 18 mars à 18h tandis que mercredi prochain, 9 mars, nous aurons une réunion publique à Locquénole, salle Kerbrat à 18h30, organisés par Lucienne Nayet et Pascal Pouillet, avec la présence pour présenter le programme de Fabien Roussel de Valérie Scattolin et Enzo De Gregorio, candidats aux législatives, et de Ismaël Dupont, conseiller départemental, secrétaire départemental du PCF.

Comité des jours heureux - Pays de Morlaix, comme nous, appelez à voter pour Fabien Roussel et engagez-vous dans la campagne présidentielle!

Partager cet article
Repost0
5 mars 2022 6 05 /03 /mars /2022 07:29
Législatives de juin 2022 - Eugénie Cazaux et Eric Guellec, candidats du Parti communiste et des Jours Heureux dans la 2e circonscription du Finistère (dite de Brest-Centre)

Le Parti Communiste Français désigne ses candidat·es

dans la 2ème circonscription du Finistère

Réuni·es en Assemblée Générale ce mardi 1er mars 2022, les communistes du pays de Brest ont désigné les Brestois·es Eugénie CAZAUX, 29 ans, et Éric GUELLEC, 53 ans, pour représenter le Parti Communiste Français (PCF) et porter son programme "La France des Jours Heureux" aux élections législatives de juin 2022 dans la 2ème circonscription du Finistère.

Eugénie CAZAUX a été désignée candidate titulaire : âgée de 29 ans elle est enseignante-chercheuse contractuelle en géographie à l'Université de Bretagne Occidentale (UBO). Sympathisante pendant plusieurs années, elle fait le choix d’adhérer au PCF en 2018 pour concrétiser son engagement. Elle conjugue son investissement dans le mouvement social, notamment brestois, avec sa passion pour la photographie.

Éric GUELLEC sera le candidat suppléant : âgé de 53 ans, adhérent au PCF, professeur des écoles spécialisé, il est adjoint au maire de Brest et conseiller de Brest métropole.

Leur candidature conjointe s’inscrit dans la continuité de la campagne présidentielle « La France des Jours Heureux » conduite par le candidat communiste Fabien ROUSSEL.

Elle est guidée par des choix forts, celui de bâtir une France solidaire, digne et heureuse, libérée des dominations, dans laquelle le partage des richesses et le bien commun l’emportent. Elle est une candidature pour le monde du travail, pour nos concitoyennes et concitoyens qui ne se sentent aujourd’hui pas ou plus représenté·es, qui ont été méprisé·es par cinq années de pouvoir Macron.

Durant leur campagne ils auront notamment à cœur de porter l’accès à un logement digne, durable et abordable pour toutes et tous, le droit à la tranquillité publique, et le développement d’une écologie sociale et populaire qui n’oppose pas fin du monde et fin du mois.

Après un quinquennat Macron au service des plus riches, après deux années de crise sanitaire qui ont plongé une partie de nos concitoyennes et concitoyens dans des situations de grandes difficultés sociales, tout l’enjeu est aujourd’hui de reprendre le pouvoir à la finance, de maintenir et développer les services publics, de relocaliser l’activité industrielle, de recouvrer une France du plein emploi avec des salaires dignes pour toutes et tous, de remettre les citoyen·nes au cœur de toutes les décisions.

C’est le sens de la candidature conjointe que nous proposons aujourd’hui aux habitant·es de la 2ème circonscription du Finistère.

Contact : pcf.joursheureux.circo2finistere@gmail.com

Attention, nouvelle adresse mail de la section : pcf.sectionbrest@gmail.com
Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 05:57
Dans le Finistère, les communistes demandent l'arrêt immédiat de la dégradation du service postal
L'article du Télégramme du 2 mars 2022 sur la réception de la délégation du PCF Finistère et des élus communistes finistériens pour la défense du service public postal de proximité et des bureaux de Poste en préfecture.
 
 
Le Télégramme/Benjamin Pontis - 2 mars 2022
 
Plusieurs élus communistes du Finistère, dont Ismaël Dupont (conseiller départemental du Finistère), Bernard Jasserand (maire adjoint du quartier de Kerfeunteun), Yvonne Rainero (conseillère municipale à Quimper) et Ronan Sinquin (conseiller municipal à Quimper), se sont rendus devant la préfecture du Finistère, mercredi 2 mars.
 
Le PCF et les élus communistes du Finistère ont dénoncé devant la préfecture du Finistère, ce mercredi 2 mars, la fermeture du service public postal de proximité.
Une délégation du PCF et des élus communistes du Finistère s’est rendue, ce mercredi 2 mars, devant les portes de la préfecture, à Quimper, pour dénoncer « la dégradation du service public postal de proximité » tout en citant une phrase d’un discours de Jacques Chirac tenu en 1996 : « Les services publics de proximité sont un formidable ciment social ».
Dans un courrier adressé au préfet Philippe Mahé, les élus communistes tiennent à rappeler qu’il y aurait, au sein du département, 38 bureaux de poste en cours de suppression ou qui sont menacés de l’être. Sans parler des réductions des horaires d’ouverture, des fermetures partielles.
 
« Une perte sèche »
« Tout ça dans le cadre d’une logique de rentabilité de La Poste », dénonce Ronan Sinquin, élu communiste à Quimper. « C’est une perte sèche pour la population alors qu’au même moment les discours populistes progressent. On a besoin plus que jamais des bureaux de poste », complète Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF, soulignant que ces bureaux sont aussi bien « les banques des milieux populaires situées au cœur des quartiers, des bourgs, des lieux de conseil, de service, de vie sociale… ».
« La disparition d’un bureau de poste ici, la réduction des plages d’ouverture ailleurs, tout cela signifie, en zone rurale ou urbaine, une perte de droits pour ceux qui ont le plus besoin du service public en raison de la précarité de leurs ressources, de l’isolement, de l’âge, du handicap, de la maladie », continuent les élus communistes, précisant que cela a aussi pour conséquence l’aggravation de la fracture numérique et d’une fragilisation de territoires déjà en grande souffrance. Sans parler « des retards et ratés de distribution de plus en plus importants, de la tension pour des salariés précarisés et en souffrance », note Yvonne Rainero, conseillère municipale de Quimper.
 
Le cas de Kerfeunteun
Dans son courrier, le PCF tient à lister quelques cas marquants : la disparition programmée du bureau de Kermoysan, la fermeture à Guilers et Roscoff, la désorganisation des bureaux du Cap-Sizun, la transformation en agence postale communale des bureaux de Tréboul, Plozévet, Plogonnec, l’amputation des horaires d’ouverture comme dans le pays de Morlaix ou, encore, dans le quartier de Kerfeunteun, à Quimper.
 
« C’est une véritable hémorragie. Notre pétition a obtenu de nombreuses signatures pour dénoncer la fermeture chaque lundi. Mais on n’a pas été entendu. Que faut-il faire ? Exprimer une colère plus forte ? », s’insurge Bernard Jasserand, le maire adjoint du quartier de Kerfeunteun. C’est dans ce contexte global que les communistes du Finistère espèrent désormais être entendus par l’État. Leur demande ? L’arrêt immédiat de toutes les restructurations et des suppressions d’emplois car « le service public, c’est la seule richesse de ceux qui n’ont pas de patrimoine », conclut Yvonne Rainero.?
Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 05:51

À M. PHILIPPE MAHÉ, PRÉFET DU FINISTÈRE , REPRÉSENTANT DU GOUVERNEMENT

STOP À LA DÉGRADATION DU SERVICE PUBLIC POSTAL DE PROXIMITÉ

DANS NOS TERRITOIRES !

Fermetures annoncées ou en cours de bureaux de poste, réductions des horaires d'ouverture, fermetures inopinées à répétition et sans préavis, diminution du nombre de bureaux de plein exercice, passage en force vers des agences postales communales, qui répercutent les coûts sur les mairies, ou des points relais, avec moins de services pour l’usager, et perte de conseil et de confidentialité, provoquent à juste titre émotion et colère dans notre département car le service public postal de proximité est essentiel pour l'accès aux droits, pour l'égalité, pour le lien social, déjà mis à mal par la pandémie, pour la solidarité intergénérationnelle.

La Poste est aussi bien souvent la banque des milieux populaires, au cœur des quartiers et des bourgs, c’était un lieu de conseil, de vie sociale, de service : la course à la rentabilité, l’abandon des bureaux de poste jugés non rentables est une perte sèche pour le lien social et républicain.

Selon les syndicats, ce sont 38 bureaux de poste du département qui sont en cours de suppression ou menacés dans un proche avenir.

Sur le Finistère Sud, si on avait il y a 15 ans environ 130 bureaux et agences postales, aujourd'hui on ne compte plus qu'une trentaine de bureaux  et seulement une dizaine avec plusieurs agents sur un même site ; on y comptabilise à ce jour environ 15 à 20 facteurs-guichetiers, plus d'une soixantaine d' Agences Postales Communales et plus d'une quinzaine de Relais Poste Commerçant.

La disparition d’un bureau de poste ici, la réduction des plages d’ouverture ailleurs, signifie plus de difficultés pour tous les habitants, en zone rurale ou urbaine, une perte de droits pour ceux qui ont le plus besoin du service public en raison de la précarité de leurs ressources, de l’isolement, de l’âge, du handicap, de la maladie.

C’est l’aggravation de la fracture numérique et le recul de l’égalité.

C’est un handicap supplémentaire pour des territoires déjà fragilisés par le poids des difficultés sociales, ou par le vieillissement de leur population, un pas de plus vers une mort lente.

C’est une charge financière pour les communes obligées de suppléer aux défaillances de la Poste.

Pourtant la Poste a des obligations de service public, en tant que prestataire du service postal universel, et par le Contrat de présence postale territoriale dont elle est signataire. Elle reçoit une aide financière annuelle de l’État pour cela, jusqu’à 674 millions d’euros en 2021, 500 millions pour le service postal universel et 174 millions pour la mission d’aménagement du territoire.

Le Groupe La Poste vient même de se déclarer « entreprise à mission » et d’inscrire dans ses statuts l’engagement de contribuer au développement et à la cohésion des territoires, celui d’œuvrer pour l’inclusion sociale et la transition écologique !

Comment concilier de telles affirmations avec les réductions d’ouverture et la disparition programmée d’un bureau comme celui de Kermoysan à Quimper, classé quartier prioritaire de la politique de la ville ; avec la fermeture du bureau de Guilers, zone urbaine en pleine expansion ; avec la désorganisation permanente des bureaux de poste du Cap Sizun, très menacés, dans un territoire excentré, socialement et démographiquement fragile. Avec la fermeture du bureau de Roscoff, ou celle du bureau de Tréboul à Douarnenez, transformé en agence postale communale, comme ceux de Plozévet, de Plogonnec...Avec l’amputation des horaires d’ouverture dans plusieurs communes du pays de Morlaix, ou dans le quartier de Kerfeunteun à Quimper.

Nous pourrions énumérer tous les bureaux supprimés cette année ou menacés de l’être, ou affaiblis dans leur fonctionnement, chaque cas contredit les engagements de la Poste.

Et que dire de la démarche écologique de la Poste quand elle supprime les bureaux de proximité générant ainsi toujours plus de déplacements ?

On peut faire la même observation pour le courrier.

L’impact désastreux des "réorganisations" de ces 2 dernières années avec la diminution du nombre de tournées et leur allongement, le manque de personnel, se fait sentir pour les usagers qui reçoivent un service dégradé et toujours plus coûteux, et pour les salariés précarisés et en souffrance.

"Récupérer" une lettre recommandée quand on était absent au moment du passage du facteur se transforme parfois en jeu de piste.

La distribution de la presse aux abonnés, indispensable à notre démocratie, est aussi affectée.

La Poste argumente sur la baisse de fréquentation des bureaux, mais elle l’organise avec des fermetures épisodiques sans préavis, des horaires inadaptés aux besoins de la population.

Quant à la diminution du courrier, si elle repose sur une évolution réelle, elle est fortement accélérée par l’explosion des tarifs postaux, plus 68 % depuis 2017 pour la lettre prioritaire !

En réalité au cœur du problème, il y a la stratégie de financiarisation de la Poste, sa course à la rentabilité au détriment du service public. La politique de l’État, actionnaire à hauteur de 34 %, est en cause qui sacrifie les activités les moins rentables de la Poste, au détriment de ses missions d’intérêt général, de service public, d’aménagement du territoire.

Nous interpellons le Président de la République et le Gouvernement sur l’extrême gravité de la situation.

Dans l’immédiat nous demandons l’arrêt de toutes les restructurations et des suppressions d’emplois .

Comme nous l’avons déjà fait en luttant avec les salariés et les usagers ces dernières années, en refusant les restructurations accomplies au détriment du service public, nous réaffirmons notre détermination à agir pour un véritable service public postal de proximité, accessible à tous, avec des personnels sécurisés dans leur emploi et en nombre suffisant, des bureaux de poste de plein exercice irriguant notre territoire, avec un accueil physique, répondant aux attentes des habitants.

La fédération du Finistère du PCF et les 50 élu-e-s communistes du Finistère, directement confrontés aux besoins et aux aspirations de la population.

Avec les camarades du PCF Finistère et Quimper, nous avons remis cet après-midi une lettre argumentaire au préfet pour la défense des bureaux de poste et du service postal de proximité et nous avons rencontre la presse pour alerter sur ces enjeux fondamentaux pour le quotidien des citoyens et l'aménagement du territoire comme l'accès aux services de tous! La force du collectif nécessaire pour sauver plus de 38 bureaux de poste menacés dans le département en raison de la politique financière du groupe et de ses principaux actionnaires!

Défense du service public postal - Une délégation du PCF Finistère et des 50 élus communistes et apparentés reçue en préfecture le 2 mars
Défense du service public postal - Une délégation du PCF Finistère et des 50 élus communistes et apparentés reçue en préfecture le 2 mars
Défense du service public postal - Une délégation du PCF Finistère et des 50 élus communistes et apparentés reçue en préfecture le 2 mars
Défense du service public postal - Une délégation du PCF Finistère et des 50 élus communistes et apparentés reçue en préfecture le 2 mars
Défense du service public postal - Une délégation du PCF Finistère et des 50 élus communistes et apparentés reçue en préfecture le 2 mars
Partager cet article
Repost0
4 mars 2022 5 04 /03 /mars /2022 05:35
Formation adhérents communistes - Stage de base du PCF à Brest le week-end du 19 au 20 mars

Depuis 3 ans, 140 nouveaux adhérents ont fait le choix d'adhérer au PCF dans le Finistère.

La section du pays de Brest du PCF et la fédération du Finistère organisent un Stage de base du PCF section, ouvert aux nouveaux adhérents et aux adhérents volontaires.

C'est à Brest, 6 rue Berger, les 19 et 20 mars!

Inscriptions (c'est gratuit!):

pcf.sectionbrest@gmail.com

federation@29.pcf.fr

Samedi

08h30 : Accueil
9h00 - 11h00 : Dans quel monde intervenons-nous ?
11h15 – 13h15 : Rapports et apports du PCF à la société française
Repas
14h30- 16h30 : Capitalisme/crise/dépassement
16h30 -18h30 : Les conditions et grands enjeux de développements aujourd’hui
Dimanche
08h30 : Accueil
9h00 - 11h00 : PCF : quelle conception de la politique ? Objectifs et pratiques
11h15 – 12h15 : Bilan

Partager cet article
Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 20:26
 Réunion publique à Plounéour-Menez, au Roc'h Tredudon, mercredi 2 mars à 18h - Campagne et projet de Fabien Roussel et des Jours Heureux

Mercredi 2 mars, 18h

Le Comité des Jours Heureux du Pays de Morlaix (155 personnes) vous invite à une réunion publique au bar-restaurant le Roc'h Tredudon à Plounéour-Menez pour venir discuter du programme de Fabien Roussel et de La France des Jours Heureux en présence de:

Valérie Scattolin, adjointe à Morlaix, candidate titulaire pour les élections législatives

Enzo De Gregorio, secrétaire départemental de la jeunesse communiste finistérienne (MJCF 29), candidat suppléant pour les Elections Législatives

Ismaël Dupont, secrétaire départemental du PCF

Et des militants et sympathisants du Comité des Jours Heureux du Pays de Morlaix.

 

Valérie Scattolin, adjointe à Morlaix, candidate titulaire pour les élections législatives  Enzo De Gregorio, secrétaire départemental de la jeunesse communiste finistérienne (MJCF 29), candidat suppléant pour les Élections Législatives

Valérie Scattolin, adjointe à Morlaix, candidate titulaire pour les élections législatives Enzo De Gregorio, secrétaire départemental de la jeunesse communiste finistérienne (MJCF 29), candidat suppléant pour les Élections Législatives

Partager cet article
Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 20:15

TREGUENNEC

Non à une exploitation minière dans une zone majeure de protection de la biodiversité

La présence de roches contenant du lithium dans le sous-sol à Tréguennec soulève des inquiétudes quant à son éventuelle exploitation. Le lithium est en effet un minerai utilisé dans l’industrie automobile et des télécommunications pour produire des batteries pour nos voitures électriques et nos portables. Notre économie et mode de vie actuels utilisent de plus en plus ce métal rare entraînant une course à une exploitation à grande rentabilité pour le système capitaliste.

Si l’enjeu majeur de lutter contre le dérèglement climatique peut être invoqué pour cette exploitation afin de viser la décarbonation de nos moyens de transports et toutes activités utilisant du carbone fossile, il n’en demeure pas moins que cet enjeu ne doit pas occulter d’autres tout aussi importants.

C’est le cas de l’enjeu du progrès et de l’épanouissement humain qui doit être égal pour toutes et tous sur la planète.

Nous ne pouvons pas refuser pour notre propre confort personnel, selon une politique NIMBY (« Not in my backyard » = « Pas près de chez moi ») une exploitation minière renvoyée à d’autres et tout particulièrement à des territoires et des pays moins soucieux de protection sociale.

Nous ne pouvons pas non plus refuser ce progrès technique, ne serait-ce que temporairement, dans l’attente d’autres ressources moins destructrices de la planète ou dans le cadre d’une politique de décroissance aveugle que nous, communistes, rejetons, tant les besoins des plus pauvres sont aujourd’hui criants.

Toutefois, cet enjeu de progrès humain est conditionné à un autre enjeu environnemental tout aussi majeur et essentiel que celui du dérèglement climatique : celui de la disparition de la biodiversité. Nous vivons actuellement la 6ème crise biologique : une crise non pas d’origine géologique comme la dernière ayant vu la disparition des dinosaures il y a 65 millions d’années mais, d’origine humaine aggravée par le capitalisme responsable d’une exploitation effrénée des ressources naturelles.

La préservation de la biodiversité passe par la sanctuarisation d’espaces naturels d’intérêt majeur. C’est le cas du site de la baie d’Audierne, où se trouve Tréguennec, bénéficiant d’une protection au titre de Natura 2000 attribuée par l’Etat et de la reconnaissance internationale de ses milieux humides par le prix Ramsar obtenu en septembre 2021.

Pour nous, communistes du Pays Bigouden, c’est bien cet enjeu de sauvegarde de la biodiversité, vital pour l’humanité, dont la Baie d’Audierne est à la fois une réalité et un symbole qui fonde notre opposition radicale à tout projet d’exploitation minière de lithium à Tréguennec, aujourd’hui comme demain.

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2022 7 27 /02 /février /2022 08:36
Pierre-Yves Thomas et Isabelle Maugeais, candidats aux législatives dans la 6e circonscription du Finistère (Le Télégramme, 27 février 2022)
Photos Daniel Laporte

Photos Daniel Laporte

Photos Daniel Laporte

Photos Daniel Laporte

Photos Daniel Laporte

Photos Daniel Laporte

Photos Daniel Laporte

Photos Daniel Laporte

Photo Daniel Laporte

Photo Daniel Laporte

Les camarades de la 6e circonscription du Finistère (Châteaulin-Crozon-Carhaix-Plougastel-Ouessant) réunis autour de Pierre-Yves Thomas, candidat titulaire, élu à Carhaix, et Isabelle Maugeais, candidate suppléante, conseillère départementale et élue municipale à Pont-de-Buis, pour la conférence de presse de déclaration de candidature aux législatives.

Photos Daniel Laporte et article Le Télégramme.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le chiffon rouge - PCF Morlaix/Montroulez
  • : Favoriser l'expression des idées de transformation sociale du parti communiste. Entretenir la mémoire des débats et des luttes de la gauche sociale. Communiquer avec les habitants de la région de Morlaix.
  • Contact

Visites

Compteur Global

En réalité depuis Janvier 2011